topblog Ivoire blogs

lundi, 30 mars 2009

QUAND LA BETISE IVOIRIENNE FAIT 19 MORTS

CI_Malawi%20(25).jpg
"Un match où tout le monde était prévenu que c’est à guichets fermés, on ne peut pas comprendre ce qui s’est passé". Ce bout de phrase du Président de la FIF, Monsieur Jacques ANOUMA en dit long sur les intrigues qui ont eu cours et ce qui a bien pu se produire, au Stade Félix HOUPHOUËT-BOIGNY, hier dimanche 29 Mars 2009, lors du match Côte d'Ivoire - Malawi (5 - 0), qui a causé la mort de 19 personnes et fait 132 blessés.

Comment comprendre, en effet, qu'un stade qui affichait plein avant même le jour du match a pu être le théatre d'un drame aussi épouvantable et aussi inacceptable! Des témoignages récurrents de supporters font état de racket des forces de l'ordre, aux portes du stade qui serait à l'origine de la bousculade et donc de cette catastrophe.
Selon leurs témoignages, les forces de l'ordre commises à la sécurité et à la régulation des entrées faisaient indûment entrer des spectateurs qui n'avaient pu obtenir leurs tickets pour le match et qui tenaient absolument à le voir, pour 1000F ou même 500F, qu'ils empochaient tranquillement. Ce qui a fait manquer les places (déjà payées par ceux qui avaient leurs tickets) réservées aux supporters en règle.

Ainsi des supporters ayant leurs tickets ne pouvaient pas entrer au stade quand certains qui n'en avaient pas entraient allègrement, sous leurs yeux, avec la complicité des agents de la force de l'ordre. C'est devant cette injustice intolérable que des milliers de supporters ont forcé le passage et provoqué, par la spectaculaire poussée dans laquelle plusieurs ont été étouffés, l'effondrement de la grille d'entrée, qui serait tombée sur les spectateurs déjà entrés. Sous la forte pression, des centaines et des centaines de supporters en auraient piétiné des dizaines d'autres (en passant sur la grille tombée sur eux). Le drame étaient inévitable!

abidjan stade.jpg
Si ces témoignages sont vrais, alors voici comment la bêtise humaine..., la bêtise ivoirienne!, aurait causé la mort de nos compatriotes, partis dans la joie, supporter les Eléphants de Côte d'Ivoire.

L'enquête diligentée par les autorités policières nous fera la lumière sur cette énième scabreuse affaire ivoirienne. Mais à première vue, la responsabilité de nos forces de l'ordre ne peut pas ne pas être engagée, elles qui étaient commises, justement, à assurer la sécurité de l'évènement et à nous éviter cet affreux malheur! Racket quand tu nous tiens ! ! ! Corruption quand tu nous tiens ! ! !

DINDE Fernand AGBO

dimanche, 29 mars 2009

UNE SOURCE INDEPENDANTE POUR SUIVRE L'ACTUALITE A MADAGASCAR, AU JOUR LE JOUR!

Madagascar.jpg
Plus de 20 000 manifestants légalistes marchent vers la Place du 13 Mai. Les militaires se mettent alors à réprimer sévèrement.

Chers lecteurs, je vous propose le site TOPMADA.COM pour suivre, au jour le jour, les évènements graves qui se déroulent, en ce moment, à Madagascar et que nous cachent les organes de presse officiels, notamment français et malgache. Cliquer ICI.

Nos prières s'élèvent en faveur du peuple digne de Madagascar, pour que triomphe le droit, la vérité et la justice et que trépassent le mensonge d'Etat et l'impérialisme primaire! Haut les coeurs, peuple malgache!

DINDE Fernand AGBO

20:28 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Madagascar | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : madagascar, ravalomanana, andry rajoelina, coup d'état à tana | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

samedi, 28 mars 2009

GISEMENT DE BEMOLANGA A MADAGASCAR: SARKOZY AVAIT FAIT PRESSION SUR RAVALOMANANA POUR PRIVILEGIER TOTAL

niger-sarkozy_293.jpg
Nicolas Sarkozy et le président nigérien Mamadou Tandja, dans la chaleur de l'aéroport de Niamey, ce vendredi. Photo François Mori. REUTERS.

Pour ceux qui ne croient pas encore que le coup d'Etat de Madagascar et la tournée africaine du président français Nicolas Sarkozy sont le "Service Après Vente" de TOTAL et d'AREVA. Bien à vous!


Paru sur Topmada.com, le 27 Mars 2009.

Selon des informations recueillies par Africa Energy Intelligence (AEI nº589), c’est grâce à Nicolas Sarkozy que le groupe TOTAL a pu finaliser l’acquisition, le 17 septembre 2008, de 60% du bloc onshore de pétrole lourd de Bemolanga.

Entamées en 2006, les négociations entre TOTAL et le gouvernement malgache traînaient, notamment à cause des relations politiques franco-malgaches très difficiles. C’est la chancelière allemande Angela Merkel qui, durant une visite officielle du président malgache Marc Ravalomanana à Berlin en avril, a joué le rôle d’intermédiaire entre les deux chefs d’Etat. Ravalomanana a été reçu à Paris le 12 avril par Sarkozy, sans que cela ait été prévu originellement par l’agenda. Ils ont ainsi pu évoquer, entre autres dossiers, celui de TOTAL à Madagascar.

Ravalomanana n’a jamais soutenu le projet de TOTAL, militant plutôt pour les Chinois de la China National Petroleum Corp, un des plus gros groupes pétroliers au monde. Le gisement de Bemolanga est un des gisements inexploités de pétrole lourd les plus importants au monde avec une capacité de 16 milliards de barils.

Ravalomanana au tropisme anglo-saxon (l’anglais est la troisième langue nationale dans le pays depuis 2007) fait preuve d’une volonté personnelle de ne pas renforcer les acquisitions des compagnies françaises dans l’île. Il a depuis son arrivée au pouvoir mis les grands groupes français qui étaient en situation de quasi monopole auparavant comme Colas, en concurrence avec des entreprises venant des Etats-Unis, du Canada, d’Afrique du Sud et aussi d’Asie. Depuis, la part de la France dans les investissements n’a fait que s’amoindrir.

Aujourd’hui Sarkozy est au Niger pour consacrer un accord signé avec ce pays pour que le groupe français AREVA exploite le 2ème gisement d’uranium au monde.

19:50 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Madagascar | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : madagascar, ravalomanana, andry rajoelina, coup d'état à tana | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

vendredi, 27 mars 2009

MADAGASCAR: LA POSITION DE LA FRANCE RESTE AMBIGUE

2009-03-24T200514Z_01_APAE52N1JSS00_RTROPTP_3_OFRWR-MADAGASCAR-ARMEE-20090324.jpg
Interrogé par l’African Press si « la France a condamné un coup d’Etat ou a juste dénoncé une situation hors-norme » à Madagascar, M. Chevalier le porte-parole du Quai d’Orsay a répondu qu’il s’agit d’un coup d’Etat. Il a ensuite tenté de clarifier la position de la France en ajoutant « qu’il faut suivre une logique de respect des dynamiques constitutionnelles »…

Tenté en effet, car finalement cette dernière phrase reflète la position de la France depuis le début de la crise : floue et hésitante. Le silence pesant de la France suite à l’auto proclamation d’Andry Rajoelina comme président du pays alors même que les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l’Union Africaine mettaient en garde toute tentation de l’ancien maire de prendre le pouvoir par des moyens non démocratiques, ont réveillé des soupçons. La France n’aura eu de cesse que de proposer une ligne « neutre », pour aucune des « parties », quitte à s’effacer devant une tentative de déstabilisation d’un pouvoir élu dans son ancienne colonie.

Les 1ers soupçons de soutien

A l’époque les premières banderoles anti-françaises apparaissaient lors de manifestation pro-gouvernementales pour inviter M. Joyandet, secrétaire d’Etat à la coopération en médiation d’urgence, à ne pas favoriser un mouvement qui visait la prise du pouvoir par la rue.

Malgré les propos rassurants de Joyandet les soupçons persistaient et cela d’autant plus que voyant son mouvement faiblir et sentant son arrestation lui pendre au bout du nez, Andry Rajoelina trouva refuge à la résidence de l’Ambassade de France. Personne ne sait aujourd’hui encore si Rajoelina a profité de cette protection pour continuer à planifier son coup d’Etat. Personne ne sait non plus si la France l’a laissé agir et s’organiser alors qu’il était sur son territoire. Toujours est-il que quelques jours plus tard, la mutinerie du camp stratégique du CAPSAT s’est déclenchée. On connaît la suite.

Le « nouveau Maître de Madagascar » fait du pied à la France qui envoie son ambassadeur

De son côté Andry Rajoelina n’a cessé d’afficher sa sympathie pour la France. Devenu président grâce à l’armée, il a trouvé « louable » la position de la France dans la crise. Deux jours après la chute du pouvoir Ravalomanana, Rajoelina a même accueilli le nouvel ambassadeur de France. M. Jean-Marc Châtaigner qui est arrivé la veille, comble donc un vide de plusieurs mois depuis l’expulsion du dernier ambassadeur l’été 2008. « Simple visite de courtoisie » d’après le diplomate mais perçue par beaucoup d’observateurs comme un soutien affiché au président putschiste.

Les condamnations et les menaces de sanctions contre le nouveau pouvoir commençaient à pleuvoir : UA, SADC, Etats-Unis. De son côté, la France via le porte-parole du Quai d’Orsay se contentait de qualifier cette prise du pouvoir « d’hors norme » sans la condamner et en déclarant qu’il n’était « pas question » de suspendre l’aide bilatérale. L’Union Européenne « osa » cependant parler de vrai « Coup d’Etat » et les condamnations se multipliaient. Sentant la position de la France se fragiliser, le président Sarkozy vint à la rescousse d’une diplomatie française devenue nuageuse aux yeux de nombreux Malgaches, et utilisa le terme de « coup d’Etat » en exigeant des élections le plus rapidement possible. Ce jour là, Nicolas Sarkozy n’a d’ailleurs pas manqué de déclarer qu’il y a « beaucoup de choses à dire sur l’ancien président » tout en précisant : « il doit être jugé s’il y a besoin ».

Isolé diplomatiquement, le nouveau pouvoir a depuis multiplié les appels de pied en direction de la France : Andry Rajoelina a affirmé « nous ne pouvons pas sous-estimer notre relation avec la France » suite à sa rencontre avec l’ambassadeur et son nouveau ministre des Affaires Étrangères d’appuyer « le pays compte beaucoup sur la France », sans oublier le ministre de l’éducation qui a rétabli en début de semaine le français comme langue d’enseignement. Dernière initiative qui peut être discutable certes, mais est-ce là vraiment la priorité en temps de crise ?

Des intérêts français non privilégiés par Ravalomanana

Comme le remarque le Canard enchaîné (journal français), la France n’a jamais apprécié Ravalomanana qui n’a pas privilégié les intérêts français depuis son arrivé au pouvoir

Ce coup d’Etat survient après sept années de fâcheries franco-malgaches. Illégitime, selon Paris, qui a mis cinq mois à reconnaître son élection, en 2002, « Ravalo » se venge, en mettant la France, premier fournisseur de son pays jusqu’en 2007 et qui compte 25 000 ressortissants, en concurrence avec la Chine, le Canada, les USA, etc.

Si certaines entreprises tricolores (les banques, le bétonneur Colas, le téléphoniste Orange) n’en souffrent guère, Bolloré, qui guignait la gestion du port à conteneurs de Toamasina (deuxième ville malgache), a été sèchement écarté. Quant au groupe Total, il ne devra qu’à l’intervention personnelle de Sarko d’arracher, en 2008, et après deux ans de négociations, un permis de prospection terrestre. L’ex-président entendait —ô scandale— confier le marché aux Chinois !

Durant les dernières années de son « mandat », le même président, milliardaire de l’agroalimentaire, confondra souvent ses affaires avec celles de l’Etat.

Certains espèrent sûrement que son successeur les confondra davantage avec celles de la France…

Nicolas Sarkozy est aujourd’hui en visite officielle au Congo. La crise économique mondiale a-t-elle mis au placard la rupture avec la Françafrique tant prônée par le candidat Sarkozy ?

Publié dans "A Vous la Parole" sur TopMada.com, le 26 Mars 2009.

19:01 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Madagascar | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : madagascar, ravalomanana, andry rajoelina, coup d'état à tana | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

LES MEDIAMENSONGES DE MADAGASCAR

madagascar_inline.jpg
Madagascar: Manifestation contre Andry Rajoelina, dont la prise de pouvoir est jugée illégitime.

Par Michel Collon, le mercredi 25 Mars 2009, sur Anarkismo.Net.



Quelle image avez-vous de Madagascar? Celle d'un beau pays, peuplé d'animaux endémiques et de plantes aux formes incroyables. Celle aussi d'un pays pauvre, l'un des plus pauvres du monde en fait. Si vous êtes un observateur un peu intéressé vous saurez également que la si belle nature malgache subit depuis de nombreuses années les effets de l'augmentation drastique de la population. Si vous êtes allé sur place, vous gardez alors également toujours à l'esprit l'accueil chaleureux de cette population malgache, ses sourires, sa disponibilité, malgré les difficultés de la vie quotidienne.

Cette image est cependant tronquée. Derrière le décor se jouent des luttes de pouvoir qui ne s'expliquent que par la richesse même de cette île-continent. Pendant que Didier Ratsiraka était au pouvoir, de 1975 à 2001, rares étaient les reportages relatant ces richesses. De l'or, il y en avait très peu, des pierres peut-être mais semi-précieuses. Les exportations officielles de matières premières étaient extrêmement réduites. Quelques années avant que Didier Ratsiraka soit chassé du pouvoir, sa famille était à la tête de mines de saphir gardées jour et nuit par des milices armées. Pendant ce temps là, le pays s'endettait pour devoir, en 2002, plus de 4 milliards de dollars.

Prenons donc comme acquis que Madagascar est riche en matières premières, en biodiversité, en sites touristiques, en immenses espaces cultivables, en main-d'œuvre, etc. La qualité de son université jouit même d'une bonne renommée régionale. La position géostratégique de l'île en fait aussi un atout.

Trois types de personnes ont donc avantage à maîtriser le pouvoir pour que le développement politique et économique de Madagascar n'ait jamais lieu: les grandes entreprises étrangères qui peuvent profiter de l’exploitation des richesses naturelles à moindre coût ; la mafia malgache constituée de grandes familles s'entraidant pour maîtriser des réseaux de marché noir ; et les individus qui peuvent, en maîtrisant la corruption, faire fructifier leurs petites affaires pour obtenir à moindre frais une qualité de vie qu'ils ne retrouveraient pas ailleurs.

Ce sont ces intérêts-là qui maîtrisent les médias et qui, depuis le début de la crise et même avant, forgent notre vision.

Ravalomanana, l'homme à abattre ?

En 2002, un industriel hors des cercles habituels est parvenu à se faire élire grâce à sa notoriété, notoriété accumulée au travers de ses produits laitiers distribués dans tout le pays. Il devait aussi son élection à sa fortune qui lui a permis d'envoyer des émissaires dans tous les bureaux de vote pour déjouer les systèmes de manipulation des résultats.

Alors que l'ensemble de l'opposition contestait son élection depuis le début mais également après que son parti ait gagné les législatives puis les communales, les médias français l'ont tout de suite dépeint comme un arriviste, un nouveau-riche sans envergure.

Ravalomanana est pourtant l'un des très rares industriels malgaches ayant fait prospérer une industrie dans le pays. Il est l'un des seuls, sinon le seul, à ré-investir dans ce pays. Elu maire de la capitale, il est parvenu à transformer son visage en quelques années.

Après avoir finalisé les accords permettant à Madagascar d'effacer une grande partie de ses dettes, Marc Ravalomanana a très tôt mis sur pied un système de gestion et de contrôle des actions du gouvernement d'une rare qualité: le Madagascar Action Plan (1). Qui en a parlé dans nos médias ?

Durant son premier mandat, Marc Ravalomanana a déjà essuyé une tentative d'assassinat orchestrée par Pety Rakotoniaina, alors maire de Fianarantsoa, et par le général Randrianafidisoa dit « Fidy », le 18 novembre 2006, à la veille des élections présidentielles (2).
Cette tentative de coup d'État fut soutenue par de nombreux « opposants » qui pour la plupart n'obtiendront même pas le minimum de voix pour se voir retourner leur caution. Ce sont ces mêmes opposants que l'on retrouve autour de Andry Rajoelina aujourd'hui. Citons par exemple Monja Roindefo qui, après avoir obtenu 29 voix sur toute l’île en 2006, a été proclamé « Premier ministre » du « gouvernement de transition » de Rajoelina.

Andry Rajoelina, la dernière carte

L'élection à la mairie d'Antanananarivo d'Andry Rajoelina en 2007 a été initialement saluée par de nombreux observateurs comme un signe de la pluralité politique à Madagascar. Les Tananariviens critiquaient la gestion de l'ancien maire du parti présidentiel. Ils ont massivement boudé les urnes.

Jeune entrepreneur audacieux, ancien DJ de boite de nuit huppé, Andry Rajoelina jouissait d'une certaine popularité notamment auprès des jeunes. Plusieurs observateurs politiques ont cependant remarqué en 2008 un changement de comportement avec le retour sur le devant de la scène de plusieurs « vieux caïmans », proches de Didier Ratsiraka et des familles mafieuses. Les brouilles se sont multipliées jusqu'à la diffusion, à la mi-décembre et sur la chaîne privée appartenant au maire, d'une interview de l'ancien président en exil appelant à la désobéissance civile. Cette diffusion a été jugée comme portant atteinte à la sécurité de l'Etat et a conduit à la fermeture de la station.

Les médias ont présenté cette fermeture comme une atteinte à la liberté de la presse. Mais ils se sont bien gardés d'indiquer ce qu'avait dit l'ancien président dans cette interview réalisée en France, pays dans lequel il est autorisé à séjourner sous réserve de s'abstenir de toute activité politique.

Utilisant le prétexte de la fermeture de la télévision Viva, Andry Rajoelina a tout de suite émis un ultimatum auprès du pouvoir en demandant sa ré-ouverture et la démission de ministres sans quoi, « après le 13 janvier, il ne répondrait plus de ce qui allait arriver ». Parallèlement, une réelle campagne de diabolisation du Président était lancée profitant de deux autres faits divers: la prospection de terrain agraire par une société Sud-Coréenne et l'achat d'un nouvel avion présidentiel remplaçant l'ancien.

Dans les médias, le mouvement d'Andry Rajoelina a été montré, depuis le début et jusqu'aux derniers rebondissements de la mi-mars, comme une contestation populaire du pouvoir, le cri d'un peuple voulant se débarrasser de son président.

Si, jusqu’au 24 janvier, une partie de la population pensait encore participer à une manifestation contre la vie chère, cela n'était plus possible dès le 26, après que les manifestants eurent détruit des bâtiments stratégiques et pillé des magasins de produits de première nécessité. Les jours qui suivirent, le mouvement ne comptait plus que quelques milliers de partisans. Pourtant les journalistes français se pressaient au portillon pour interviewer le « jeune président », tout comme les diplomates et jusqu'à l'émissaire des affaires étrangères françaises, M. Joyandet.
Toutes les dépêches et tous les reportages de la radio et des télévisons de France Monde (France 24, RFI…) étaient au diapason. Plusieurs interviews de Andry Rajoelina, plusieurs dizaines de minutes d'explication justifiant son mouvement. Quelques secondes seulement pour le véritable Président de la République, Marc Ravalomanana.

Le parti présidentiel a organisé successivement deux meetings pacifiques regroupant jusqu’à 50 000 personnes au stade de Mahamasina (3). La seule explication présentée par le JT de France 2 : le président a payé l'assistance. « Témoignage » douteux. Pas de preuve.

Lorsque le 7 février Andry Rajoelina enjoint ses partisans à prendre possession du palais présidentiel d’Ambohitsorohitra et que cette tentative se solde par la mort de plusieurs dizaines de personnes, les médias accusent aussitôt le Président d'avoir fait massacrer des manifestants. Si l'on peut regretter le résultats et condamner la manière dont les forces de l'ordre ont réagi, la mise en accusation du Président dans cette affaire est un raccourci trop facile. Tout le monde savait ce qui allait arriver. On se demandait seulement comment? La presse n'a pas fait un large écho du fait que le Président a, dès le lendemain, demandé à ce qu'une commission d'enquête indépendante fasse la lumière sur les circonstances du drame.

Les « causes officielles » de la crise

Depuis le début de la crise, les reproches adressés par Andry Rajoelina sont présentés comme autant de vérités que les médias s'abstiennent de chercher à vérifier.
Présentée comme un fait avéré, la nouvelle du prétendu « don » de 1.3 million d'hectares de terrain agraire à la société Daewoo a fait le tour du monde en quelques jours (4). Des démentis ont été publiés dès le lendemain par la Présidence et par la société Daewoo (5) mais ils n'ont pas eu le même écho. Cette affaire a été utilisée par Andry Rajoelina pour justifier son mouvement.

L'achat d'un avion présidentiel de 60 millions de dollars a également fait grincer des dents. Ce qu'on oublie de dire, c'est que de nombreux pays possèdent de tels avions et que cela est d'autant plus utile à Madagascar qu'il y a très peu de routes et encore moins de voies aériennes internationales. Un avion est le seul moyen pour le Président de s'affranchir de la dépendance aux bailleurs de fonds ou à la France. Ce qu'on a oublié de dire également, c'est que l'avion précédent a été cédé à la compagnie aérienne nationale qui en avait un besoin urgent (6).

Andry Rajoelina reproche également au Président de mélanger les affaires de l'État avec ses propres affaires, mais il se garde bien de dire clairement ce qu'il pourrait y avoir d'illégal dans les agissements du Président (et il pense encore moins ester en justice…)

Finalement, la presse étrangère continue à faire l'impasse sur les réalisations du gouvernement ces dernières années (7). Ces réalisations restent cependant la meilleure carte du Président et la raison pour laquelle la population reste soudée derrière celui qu'elle considère comme un héros national. Des gens portent encore les T-shirts « électoraux » dans les rues…

Le recours à la force

La prise d'otages dans des écoles publiques puis au lycée français d'Antananarivo (8) a marqué un tournant dans la situation. Andry Rajoelina ne pouvait dès lors plus être considéré comme une carte valable. Après s'être caché plusieurs jours, il est réapparu « sous la protection de l'ONU, de la France et du Vatican » dans un joli imbroglio diplomatique: il aurait peur d'être arrêté.

Quelques jours auparavant, dès le 4 mars, les forces de l'ordre avaient enfin commencé à faire leur devoir pour rétablir l'ordre. Plusieurs manifestants étaient arrêtés, des pillards désarmés. La presse française parlait de « répression ».

Ce que nous cachent encore les médias c'est que, depuis le début de la crise et de manière de plus en plus intense, ce sont les proches du Président qui font l'objet de menaces et qui sont obligés de vivre cachés: les journalistes de l'anicenne télévision du président, mise à sac le 26 janvier, les membres dirigeants du parti présidentiel, les ministres, le Président de la Délégation Spéciale ayant remplacé le maire déchu. La maison de ce dernier a récemment été incendiée par les partisans de Rajoelina(9). Aucune mention n'a été faite sur le fait que les artistes malgaches qui devaient se produire lors des meetings en faveur du président auraient reçu des menaces (10).

Aucune mention sur le fait que, régulièrement, la radio d'Andry Rajoelina diffusait des menaces à peine voilées envers des personnes ciblées. Aucune enquête n'est faite auprès des familles malgaches qui vivent dans l'anxiété la plus totale depuis bientôt deux mois. Andry Rajoelina n'a donc rien à craindre du Président qui a promis plusieurs fois qu'il ne serait pas inquiété (11).

Le jeudi 12 mars devait marquer le début d'assises nationales placées sous la médiation d'un émissaire de l'ONU et du conseil des églises chrétiennes. Le Président avait accepté d'y participer et d'écouter les doléances de l'opposition. Andry Rajoelina a fait savoir qu'il boycotterait ces assises (12). Pendant ce temps, une fraction de l'armée malgache se mutinait. La sécurité des biens et des personnes n'étaient plus assurées. Un meeting en faveur du Président se terminait mercredi soir par des tirs sur plusieurs manifestants poursuivis, selon des témoins, par des soldats mutins (13). Pas un mot dans les médias français.

Ou presque. Mercredi soir, France 24 posait la question de savoir si les soldats mutins qui quadrillaient la ville poursuivaient les pillards ou les manifestants pro Ravalomanana. La télévision montrait le corps d'un manifestant tué par balles.

Posté par : Madagascar Magazine | Source : anarkismo.net |

18:27 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Madagascar | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : madagascar, ravalomanana, andry rajoelina, coup d'état à tana | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

mardi, 24 mars 2009

DEBAT SUR LE PRESERVATIF: L'HOMME EST-IL UN ANIMAL COMME LES AUTRES?

BENOIT XVI.jpg
Par Alix Ducret. Le 19 Mars 2009, sur Historia Nostra.

L'homme est un animal. Mais n'est-il que cela ? Et n’est-il qu'un animal sexuel ? C'est ni plus ni moins la question que pose l'Eglise catholique depuis pas moins de vingt ans, depuis l'apparition du sida et la promotion du préservatif comme seul moyen d'échapper à cette maladie. Benoît XVI ne fait que réaffirmer la position de l'Eglise, celle de Jean-Paul II avant lui. Et comme son prédécesseur, voici que les foudres médiatiques s'abattent sur lui avec toujours le même discours, la même critique. Pourtant, on peut légitimement se poser la question de savoir qui des deux est le plus criminel : celui qui prône l'assouvissement de ses instincts, quel qu'en soit le prix ; ou celui qui prêche pour une sexualité dépassionnée ? Qui est le plus criminel : celui qui vante l'amour libre, consommable, multiple ; ou celui qui se fait le chantre de la fidélité ? Car c'est bien là la vraie question, le vrai débat pour l'Eglise catholique. Un débat que les sociétés civiles se refusent à admettre parce que la consommation -quelle soit sexuelle ou autre- prime sur tout ; parce qu'il semble aberrant de penser que les passions peuvent être maîtrisées… que l'on soit Européen ou Africain, Blanc ou Noir.
Il est étonnant de constater que ce que l'Eglise affirme depuis vingt ans à travers le monde entier, choque plus particulièrement lorsque ces propos sont tenus en Afrique. Serait-ce que le pape est le seul à considérer que, comme les Européens, les Africains sont capables de parvenir à "une humanisation de la sexualité, c'est-à-dire à un renouveau spirituel et humain qui apporte avec soi une nouvelle façon de se comporter l'un avec l'autre" ? Cette citation de Benoît XVI fait immédiatement suite à ses propos disant que "on ne peut pas résoudre ce problème par la distribution de préservatif" et que les médias ont abondamment relayés. De fait, il est évident que le discours axé uniquement sur le préservatif et son usage a montré ses limites. Pourquoi, dès lors, un autre discours serait-il impensable ? Pourquoi, aussi, les médias n’ont-ils donné qu'une information tronquée ? Pourquoi ont-ils volontairement -car on ne saurait les accuser de ne pas savoir faire leur métier, n'est-ce pas ?- oublié la demande papale pour la gratuité des soins concernant les malades du sida ?
Mais, contrairement au pape, les journalistes français ne semblent pas considérer que les Africains sont aptes à s'élever au-dessus de leurs instincts sexuels. L'infidélité et le multi-partenariat sont parmi les causes principales de l'extension du sida. Les médecins le savent, l'Eglise le sait et on peut supposer que les médias également. Serait-ce alors que ces mêmes médias considèrent que seul l'Européen -à qui l'Eglise tient le même discours, rappelons-le- est le seul à pouvoir atteindre à un niveau qui ne se cantonne pas à l'animalité ? Serait-ce que, contrairement au pape, qui appelait à Yaoundé les Africains à la responsabilité dans la lutte contre le sida, les médias, intellectuels et politiques français pensent que les Africains en sont incapables ? Serait-ce que, au fond d'eux, nos élites voient les Africains comme inférieurs aux Européens au point qu'ils aient besoin qu'on leur tienne des discours différents ?

Source: www.historia-nostra.com

17:24 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Monde | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : benoît 16, sida, vih, afrique, cameroun, préservatif, vatican, tournée papale en afrique | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

dimanche, 22 mars 2009

L'INACCEPTABLE ARROGANCE DES DIRIGEANTS D'ENTREPRISES ETRANGERES EN AFRIQUE NOIRE FRANCOPHONE

esclaves.jpg
Image Histoire de l'esclavage en Martinique. Photos esclaves Antilles.

Lu sur SAOTI.OVER-BLOG.COM: "Les colonialistes ne veulent pas admettre qu'un Noir soit l'égal d'un Blanc. Cette conception se manifeste dans le domaine social, dans l'échelle des salaires, dans le traitement médical, dans le logement, dans la justice et hélas, à l'Église. Quelle est alors l'âme éprise de liberté qui resterait insensible devant ce fait révoltant d'un étranger qui traite les enfants de la terre comme des hommes de seconde zone ? La doctrine coloniale n'a jamais cessé de proclamer que le Blanc est un être supérieur et que le Noir, spécialement, ne possède que des capacités limitées... Une telle façon de ne rien faire pour modérer, sauf cas exceptionnel, la discrimination raciale fait beaucoup pour renforcer notre méfiance et notre combativité" (Ruben Um Nyobé).


L’information a été publiée avant-hier dans les colonnes du quotidien Notre Voie. L’opérateur de téléphonie mobile Orange Côte d’Ivoire a reçu, en date du 16 janvier 2009, un courrier de protestation de la part du directeur général de l’Agence des Télécommunications de Côte d’Ivoire (ATCI), en charge de la régulation du secteur des télécoms, pour «comportements et propos irrévérencieux envers les institutions ivoiriennes, y compris la Présidence de la République». L’individu incriminé est le français Charles Guéret, directeur commercial d’Orange Côte d’Ivoire, qui représente le directeur général Jean-Jacques de Pins lors des réunions de l’ATCI.

Cet avertissement n’est qu’un épisode de la situation sans précédent que traverse actuellement l’opérateur de téléphonie mobile hexagonal en Côte d’Ivoire. En effet, par courrier adressé au président du conseil d’administration de l’entreprise, les délégués du personnel d’Orange Côte d’Ivoire ont fait part de leur révolte contre les méthodes de gestion et attitudes arrogantes, irrespectueuses et malhonnêtes des français Jean-Jacques de Pins, Charles Guéret et François Couturier (directeur financier). Le point de non retour a été atteint lorsque les représentants du personnel ont décidé d’interdire l’accès à tous les sites d’Orange auxdits dirigeants et ont exigé de leur conseil d’administration leur départ de Côte d’Ivoire. Petite anecdote qui reflète bien l’état d’esprit colonialiste de sieurs concernés : face à l’impossibilité d’accéder à leurs bureaux, le trio, du haut de sa bulle impérialiste, a tout naturellement requis l’aide de l’armée française pour opérer un passage en force, ce que les éléments de la force d’occupation Licorne, qui ont remplacé les bidasses du 43ème BIMA démobilisés depuis plusieurs mois, ont décliné, pas fous et peu enclins à rallumer une insurrection qui dépasserait celle de novembre 2004.

Parallèlement, le vice-président pour la région Afrique du Centre et de l’Ouest de MTN, le dénommé Christian de Faria, lui aussi ressortissant français, se permettait, suite à l’arrêté d’expulsion pris par les autorités ivoiriennes à l’encontre du directeur général de MTN Côte d’Ivoire, le Canadien Aimable Mpore, de qualifier notre pays de «république bananière», avant d’aller signer une pétition contre la décision de l’Etat de Côte d’Ivoire, devant des membres du personnel estomaqués.

Que ce soit par racisme historique, comme dans le cas des sociétés occidentales en général et françaises en particulier, ou par ignorance de l’accablant traumatisme colonial imposé par la France et la Belgique aux pays d’Afrique francophone depuis l'époque de l’esclavage jusqu’à nos jours, pourtant si similaire à celui vécu par les Sud-Africains pendant l’oppressif régime de l’apartheid, il est indéniable que les opérateurs économiques étrangers ne font aucun effort pour promouvoir les talents nationaux au plus haut niveau au sein de leurs filiales africaines. Cela pourrait encore être acceptable, si les dirigeants étrangers nommés disposaient des compétences requises et nécessaires. Hélas ! Les critères de recrutement semblent plus être leur adhésion au colonial système françafricain ou leur racisme génétique que leurs qualifications professionnelles, leurs aptitudes techniques ou leur leadership. Et lorsque, une fois tous les trente-six du mois, il leur arrive de nommer un Noir à un poste de direction, ils sont suffisamment pernicieux, dans la plupart des cas, pour s’assurer qu’il ait soit fait allégeance à leurs objectifs de prédation économique, soit une tendance accrue à l’escroquerie, afin de disposer de moyens de pression sur lui, le cas échéant.

Si cet état de choses est à déplorer, il n’en demeure pas moins qu’il est facilité et encouragé par l’apathie de certains gouvernements africains, dans la plupart des cas des anciennes colonies françaises. Et cet attentisme complice et criminel contribue non seulement à annihiler les perspectives de développement des pays concernés, mais surtout l’émergence d’une classe moyenne et d’un capitalisme national solides. Comment un pays comme le Cameroun, qui dispose des textes relatifs à la nationalisation des cadres, peut-il autoriser des multinationales à employer des expatriés aux mêmes postes pendant cinq, six, voire dix ans, sans s’assurer qu’un transfert de savoir ou de compétences soit effectué au plus tard dans les trois années suivant l’arrivée de l’expatrié ? Comment les Etats concernés peuvent-ils permettre qu’une entreprise sud-africaine, elle-même créée grâce à la politique du Black Economic Empowerment (BEE) mise en place pour corriger les ravages et discriminations causées par l’apartheid, puisse, dans dix pays où elle est présente en Afrique centrale et de l’Ouest, n’avoir qu’un seul directeur général issu du terroir ? Est-il admissible que la législation ivoirienne ne dispose pas d’une obligation, pour tout investisseur étranger, d’ouvrir son actionnariat à des nationaux ? Est-il acceptable, compte tenu du nombre d’Ivoiriens et d’Africains hautement qualifiés qui exercent en Afrique et de par le monde, qu’une position comme celle de directeur financier d’une multinationale soit, en 2009 en Côte d'Ivoire, occupée par un Gaulois aux diplômes douteux et au parcours hasardeux? Les exemples du Nigeria et du Ghana, les deux meilleures références de réussite économique et de développement dans la sous-région, qui disposent tous deux d’une législation très protectionniste envers le savoir-faire local et la promotion des talents nationaux et qui veillent particulièrement à sa très stricte application, devraient suffire à faire taire tous ceux qui craignent que ce genre de réflexion ait pour finalité de faire fuir les investisseurs étrangers et inspirer les gouvernants hésitants de l’ex pré carré impérialiste français.

Une chose est sûre : si les entreprises étrangères n’arrivent pas à adapter rapidement leur politique managériale à l’évolution de la situation politique et socio-économique des pays d’Afrique francophone, elles devront faire face à une riposte de plus en plus radicale des autorités et populations locales: l’expulsion du fort indélicat directeur général de MTN Aimable Mporé par l’Etat de Côte d’Ivoire, la rébellion des employés d’Orange Côte d’Ivoire contre le triumvirat colonial commis par Paris pour les diriger, les protestations de l’ATCI contre les «frasques verbales» de Charles Guéret sont des signes annonciateurs d’un changement profond et irréversible. Un proverbe occidental dit que «tant va la cruche à l’eau qu’à la fin, elle se casse». Il semblerait bien que les colons dirigeants d’entreprise et leurs lamentables laquais locaux, dont l’arrogant et abject comportement de gouverneurs de plantations a trop longtemps été toléré, courent de plus en plus le risque de se voir renvoyés à leurs expéditeurs. Et que là où l’Etat a abdiqué ou tarde à réagir, les citoyens et salariés apparaissent bien décidés à prendre eux-mêmes les choses en main.

«Les républiques bananières» vous saluent!

Mahalia Nteby, le 18 mars 2009

samedi, 21 mars 2009

COUP D'ETAT A MADAGASCAR: L'ATTITUDE HYPOCRITE DE LA FRANCE

madagascar-andry-rajoelina.jpg
Chers tous, je vous fais partager le commentaire que j'ai posté sur le dernier article de Théophile KOUAMOUO relatif au coup d'Etat de Madagascar.

La France se positionne pour le pétrole malgache, en 2010. C'est à cette date que Madagascar deviendra, officiellement un pays producteur de pétrole. C'est tout le fond de ce coup d'Etat qu'elle condamne HYPOCRITEMENT, à la face du monde, alors qu'elle en est l'instigatrice! Dans la mesure où elle a protégé et chouchouté Rajoelina, à son ambassade et dans sa presse, plusieurs jours avant sa prise de pouvoir. Une vraie peste que cette France!

Faisons gaffe, Ivoiriens, à l'action d'encerclement et à l'effet de contournement menés, en ce moment, par la France. Le coup d'Etat militaire en Guinée (nous y avons du matériel militaire, en positionnement. Pourrons-nous le récupérer), avec une main obscure de la sus-nommée. La mort, dans des circonstances troublantes (quelques temps seulement après son passage en Côte d'Ivoire), du Président Viera de Guinée Bissau, un allié sûr de la Côte d'Ivoire. Avec l'arrivée d'un nouveau chef d'Etat que nous ne connaissons pas et que nous ne sommes pas sûr d'avoir pour allié, au même niveau de qualité relationnelle. Nous y aurions du matériel de guerre. Surtout quand une certaine France s'y active désormais.

Madagascar tombe dans la cagnotte pour son pétrole, par un coup d'Etat, à la plus grande honte de toute l'Afrique.
Au moment où le président ELU Ravalomanana était en difficulté devant Andry Rajoelina, la presse française disait (trompette et confetis): "RAVALOMANA S'ACCROCHE AU POUVOIR! RAVALOMANA REFUSE DE QUITTER LE POUVOIR!"
Hônnetement, j'ai été profondément choqué d'entendre de telles incongruités d'une nation adoubée démocrate!!! Quoi de plus normal qu'un président élu veuille rester au pouvoir jusqu'aux échéances suivantes? C'est plutôt d'un régime illégitime qu'on aurait pu dire une telle chose! Pas de celui de RAVALOMANA, élu de la façon la plus régulière. Même si on ne l'aime pas ou qu'on estime qu'il a mal géré son pays et pas tenu ses promesses électorales. Il aurait fallu attendre de le battre aux prochaines élections présidentielles. C'est cela la démocratie! Pas autre chose. Ou peut-être que l'Afrique est, finalement, impropre à la démocratie. Comme le disait un certain Jacques CHIRAC, "l'Africain". Avec la bénédiction d'un peuple majoritairement analphabète et manipulé à des fins politiciennes et impérialistes.

Mais, finalement, est-ce vraiment étonnant de la part de LA PREDATRICE PATENTEE de l'Afrique entière (prédation qui permet à TOTAL de faire 14 milliards d'Euros de bénéfices, en 2008, elle qui n'achète pas la matière première, qui la vole il faudrait dire plutôt, et qui n'éprouve, malgré tout, aucune honte à parler de bénéfices. Quelle désolation!)? Point du tout! Ivoiriens, gardez l'oeil ouvert. La France est actuellement dans une dynamique. Les appels à l'insurrection de certains hommes politiques, en ce moment, dans le pays et les folles rumeurs de coup d'Etat en préparation pour l'avant Pâques, ne sont pas fortuits! Pas plus que l'alerte actuelle de l'Armée ivoirienne et les nombreuses raffles nocturnes qui s'opèrent, actuellement, dans tout Abidjan. Il y a péril en la demeure! Vous êtes avertis!

DINDE Fernand AGBO


L'article de Théo: Ravalomanana s'en va, victoire du chantage militaire.

L'Afrique politique marche la tête en bas ces derniers mois. Les coups d'Etat redeviennent la mode, sanctifiés par une "communauté internationale" qui n'aime les démocrates que quand elle les a choisis, ce qui advient très rarement. A Madagascar, une coalition hétéroclite dont le visage, le "maire-DJ", a été protégé de manière inouïe par l'ex-colonisateur. L'Histoire retiendra que Andry TGV a organisé son coup depuis l'ambassade de France.
Ce n'est pas la victoire du jeune maire, c'est la victoire des militaires qui, partout sur le continent, prennent la place du peuple : celui d'arbitre et de délégataire du pouvoir.
Gageons que bientôt, Andry augmentera les soldes des hommes en armes de son pays, véritables mercenaires sans patrie qui s'offrent au plus offrant. Pauvre Afrique !

21:23 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Afrique, France, Madagascar | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : coup d'état, madagascar, france, ravalomanana, andry rajoelina | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

jeudi, 19 mars 2009

STRESSES ? RETROUVEZ LE SOURIRE AVEC LES BLAGUES-SMS!

SOURIRE MAMAN ENFANT.jpg
Laissez-vous détendre par ces quelques blagues-SMS, en circulation sur le réseau ORANGE. Ne vous en privez surtout pas et partagez-les avec vos connaissances ! Avacuer votre stress, retrouvez le sourire ! Bonne lecture.

1- La vie est belle à Poil. Il y a des gens qui sont nés à Poil, qui ont grandi à Poil, qui ont vécu à Poil, qui sont morts à Poil et qui ont été enterrés à Poil. Leurs descendants connaîtront ce qu’est la vie à Poil. Il y a une semaine, une jeune fille voulait forcément se marier à Poil. Mais, comme il n’y a pas d’église à Poil, on a fait venir un prêtre, à Poil. Wow, wow, wow, stop ! A quoi êtes-vous en train de penser-là ? Poil est une petite ville de France. Ok ?

2- Apou, 6 ans CP1, revient de l’école et dit à son père : « Papa, demain, faut pas me réveiller pour aller à l’école. Je ne veux plus y retourner ». Son père, très surpris, lui demande pourquoi. Il lui répond : « Notre maître ment trop. Avant-hier, il a dit que 4+5=9. Hier, c’était 6+3=9 et aujourd’hui, il dit 7+2=9. On ne comprend plus rien. Moi, je ne retourne plus là-bas ! ».

3- Un professeur de math interroge un de ses élèves : « Zokou, viens résoudre cette équation de logarithme népérien ». Et Zokou de répondre : "Mais Monsieur, si le logarithme lui-même ne-peut-rien, moi je peux faire quoi ?"

4- Djo ! Ils ont modifié notre hymne national : « Salut, o terre de désespoir, pays des hommes de mauvaise foi. Tes légions remplies de vandales, ont hypothéqué ta destinée. Tes fils, chère Côte d’Ivoire, fiers artisans de ta galère, tous rassemblés pour leur gloire, te conduiront dans le malheur. Fiers corrompus, le pays nous appelle. Si nous avons dans nos poches tout l’argent de ce pays, notre prétexte sera donc les rebelles, pour la souffrance promise à l’ivoirité. En fonçant tout droit vers la foire mortuaire qu’est la patrie de la vraie méchanceté ! ».

5- Le père du petit Koné s'étonne de ne pas avoir encore reçu le bulletin scolaire de son fils et lui en demande la raison : Et ton bulletin, il est pas encore arrivé? Si, si, répond le petit Koné, mais je l'ai prêté à Baba pour aller effrayer un peu son père !

6- Une étudiante en médecine répond aux questions de son professeur. Le professeur: Qu'est ce qui provoque la transpiration? Vos questions, Monsieur, répond la jeune fille.

7- Yao, un fils de banquier dit à son père : Papa, prête-moi 2000 FCFA, mais ne me donne que 1000 F. Le père demande : Pourquoi, mon garçon ? Comme ça tu me devras 1000 F, dit Yao, je te devrai 1000 F et nous serons quittes ! Un vrai fils de banquier, le petit, ma parole!

8- Yohou et son fils sont en vacances, en France, pour la première fois. Ils se rendent à la plage. Oh papa, regarde le beau bateau, dit le petit. Fils, ce n'est pas un bateau mais c'est un yacht, répond Yohou. Ah oui, et comment ça s'écrit? Heu..., attend ..., non c'est toi qui a raison, Fils, c'est un bateau!

9- Pendant la pause, à l'usine, un ouvrier demande à son copain: Tu veux que je te raconte une blague à l'envers ? Oui, j'en serais très heureux!, répond avec enthousiasme l'ami. O.K!, dit l'ouvrier, alors, commence par rire ! Sacré ouvrier! Sacré coquin!

10- Un boxeur dit à un de ses confrères : Je me demande comment tu as fait pour être battu par ce petit gringalet qui t'arrive tout juste au menton. L'autre de répondre: Ben justement, il y arrivait trop souvent !

11- Une jeune femme qui cherche à se marier vient s'inscrire dans une agence matrimoniale. Elle précise à l'employée : Je suis bien ennuyée ...Comme vous le voyez, je suis borgne; ça sera sans doute difficile de trouver un parti... Mais non, ne vous inquiétez pas, dit l'employée ! Et elle tape la fiche descriptive : "Jeune femme, deux adorables et merveilleux yeux bleus, dont un en moins..."

12- Apo dit à son grand-frère qui la presse de venir bosser avec lui: "Je suis trop fatiguée pour faire mes exercices de calcul". C'est ridicule, le travail n'a jamais tué personne, Apo!, réplique le grand-frère. Et Apo de lui lancer: "Pourquoi devrais-je risquer d'être la première, hein ?".

DINDE Fernand AGBO

19:52 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Humour | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : blagues-sms, humour, orange, rire, sourire, blagues | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

LE PAPE BENOIT XVI A-T-IL RAISON DE DECONSEILLER LE PRESERVATIF ?

BENOIT XVI AU CAMEROUN.jpg
En chemin pour une visite officielle au Cameroun s'inscrivant dans une tournée africaine, pendant un point de presse dans l’avion qui l’y conduisait, avant-hier, mardi 17 Mars 2009, le Pape Benoît XVI créé la polémique en déclarant, en substance, que l’argent seul ne pouvait pas régler le problème du sida, ni même le préservatif, qui l’aggraverait plutôt. Pour lui, il faudrait « un peu d’âme, un peu de spiritualité » pour arriver à juguler le mal. L’indignation ne se fait pas attendre, à travers le monde. C’est à un véritable tir groupé contre le Chef de l’Eglise Catholique qu’on assiste. Certains ne sont pas même loin de l’accuser de racisme contre l’Afrique. Un député français l’a même accusé de crime contre l’humanité. Au-delà de cette levée de bouclier générale qu’essaie d’amoindrir la cellule de communication du Vatican en se fendant en explications, que penser de cette déclaration ? Le Pape a-t-il raison de déconseiller le préservatif comme moyen de lutte contre le sida ?

BENOIT XVI AU CAMEROUN (2).jpg
En tant que formateur de formateurs de l’Internationale de l’Education, Section Côte d’Ivoire, en matière de sida (anciennement IST/VIH/SIDA) et ex-Président Régional du REPMASCI, j’ai toujours recommandé les trois moyens de prévention contre le sida que sont l’abstinence pour les jeunes jusqu’au mariage, la fidélité pour les mariés et les personnes qui ont ou vivent avec une ou un partenaire sexuel et le préservatif pour tous ceux qui ne peuvent s’abstenir, qui sont sexuellement actifs et qui ont des rapports occasionnels ou à risque.
Mes convictions chrétiennes me font, naturellement, pencher pour l’abstinence et la fidélité qui constituent les moyens les plus sûrs et les plus fiables pour se mettre à l’abri du sida qui (rappelons-le), en Côte d’Ivoire, se contracte à 90 voire 95% par voie sexuelle et à y mettre plus l’accent. Tel est aussi le choix des chrétiens qui sont évangéliques comme moi et de bien de religieux.

De là à désavouer le préservatif, qu’en penser ? Ma pratique du milieu et mon analyse de la question, en tant que formateur et sensibilisateur, ne me permettent pas de jeter la pierre au Pape Benoît XVI (même si je n’éprouve aucune sympathie pour cet homme ni pour le système qu’il dirige).
Je ne peux non plus le taxer de racisme, sur cette question précise (même si c’est une pratique ordinaire au Vatican, contre les Noirs) ou l’accuser de crime contre l’humanité.

En tant que formateur, je sais que 30% au moins des préservatifs ne sont pas fiables : Défauts de fabrication, mauvaises conditions de conservation par les utilisateurs. Tous les sensibilisateurs sérieux et bien formés vous le diront. Malgré la promotion tous azimuts du préservatif, le taux de séroprévalence ne faiblit pas, dans le monde. Bien au contraire ! Cet indicateur est assez troublant. La situation aurait-elle été pire sans le préservatif ? Personne ne peut le dire de façon péremptoire.

Ajouté à cela, la mauvaise utilisation faite par les utilisateurs qui n’ont pas toujours la bonne manipulation ou la bonne pratique. Cette situation est pire chez les jeunes.
Et à leur niveau, la distribution de préservatifs, pendant nos campagnes de sensibilisation, s’apparente bien souvent à une incitation, une suggestion, un encouragement à avoir des rapports sexuels, même si notre souci premier a toujours été de les exhorter à en avoir de « protégés », au cas où.
Faut-il les encourager à se protéger quand il est plutôt recommandable qu’ils n’aient pas de rapports sexuels, à leur âge ? Du moins, avant le mariage ? Cela fait appel à la morale ou à l’éducation religieuse. Or, justement, la lutte mondiale contre le VIH ne s’en embarrasse pas, même si par souci de multisectorialité de la lutte, on a de plus en plus recours aux confessions religieuses et aux leaders d’opinion dans la sensibilisation et la prise en charge des personnes vivant avec le VIH.
Mais fait curieux, c’est le réveil spirituel, en Ouganda, qui a sauvé ce pays du sida. Ce réveil a déporté des millions d’ougandais vers les valeurs bibliques et spirituelles que sont l’abstinence avant le mariage et la fidélité dans le mariage, remettant ainsi la foi et le mariage au centre de l’échelle des valeurs de ce peuple dont on loue, aujourd’hui, unanimement, le net recul du taux de séroprévalence. Humblement, pourquoi ne pas copier ce qui a réussi, ailleurs ?

Je vous raconte juste une petite anecdote : Un jeune marié ivoirien a engrossé son épouse, à deux reprises, en utilisant avec elle le préservatif comme moyen de contraception. Leurs deux enfants sont issus de ces deux rapports « protégés ». Ils ne constituent certainement pas un cas isolé. Alors, imaginez un seul instant que ce soit dans une situation de rapports sexuels occasionnels à risque. Que serait-il advenu de nos deux tourtereaux ? La question reste posée.
Bien de préservatifs ont cédé, se sont déchirés, pendant des ébats amoureux. Mais, je tiens à préciser, ici, que ce n’est pas non plus une campagne contre le préservatif que je mène. Dire ces choses n’est pas saborder le travail de ceux qui se sont engagés dans la lutte, comme moi.

Certes, nous promouvons le préservatif comme moyen de lutte contre le sida mais nous devons aussi la vérité au monde entier, surtout quand il n’existe aucun traitement curatif contre cette redoutable pandémie. Certains y trouveront un mobile pour ne plus en porter ou certaines pour ne plus en négocier le port avec leurs partenaires sexuels. Ce ne serait pas la meilleure décision pour eux.

Il est tout de même juste de dire que même s’il existe des préservatifs défaillants, il en existe également des millions voire des milliards d’excellente qualité, qui ne comportent pas de risque pour les utilisateurs, du point de vue de leur structure moléculaire.

BENOIT XVI AU CAMEROUN (3).jpg
L’aspect sur lequel je rejoins entièrement Benoît XVI, c’est le libertinage débridé que le préservatif favorise chez les jeunes, en particulier, et chez toutes les personnes sexuellement actives, en générale. Lorsqu’un jeune (ou toute autre personne) se met en tête qu’avec le préservatif, il ne risque ni grossesse ni infection sexuellement transmissible (IST), il peut se permettre beaucoup. L’effet induit, c’est qu’on lutte contre le sida tout en démultipliant le nombre de rapports occasionnels et en rapprochant, de plus en plus, la précocité des rapports sexuels chez les jeunes. Sans le vouloir, nous faisons ainsi la promotion du sexe et du libertinage. Tout l’inverse de l’effet escompté.
Finalement, le préservatif : un mal nécessaire ? C’est, malheureusement, ce que cela me semble être. Il existe, assurément, un dilemme cornélien dans le choix à faire entre le fait de préserver les partenaires sexuels du sida par le condom et celui tout à la fois de ne pas les brader au libertinage sexuel débridé, qui n’est pas le moindre mal de notre monde.

A côté de tout ceci, il y a les profits qui se chiffrent en nombre astronomique des fabricants de condoms et des ONG Internationales qui fourmillent dans le monde, dans le domaine de la lutte et qui pourraient sentir leurs intérêts pécuniaires mis en danger par les déclarations du Pape Benoît XVI, quand il condamne l’usage du préservatif dans la lutte contre le sida et recommande le recours à la morale et à la spiritualité comme la voie la plus viable. Remettant, du coup, les ecclésiastiques et les religieux de toute obédience au devant de la lutte, par le moyen de l’éducation morale et spirituelle. J’estime que, vu sous cet angle, ce n’est pas une mauvaise chose. C’en est même une très bonne !


DINDE Fernand AGBO



12:41 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Afrique, Monde | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : benoît 16, sida, vih, vatican, visite papale au cameroun | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

mardi, 17 mars 2009

DES EXPERTS DE L'AFRIQUE DEMANDENT LE DESARRIMAGE DU FRANC CFA DE L'EURO

PHOTO BILLET DE BANQUE.jpg
L’économiste ivoirien, Dr Fahé Maurice, a appelé le 12 mars, à Abidjan-Treichville les autorités politiques de l’espace de Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) à rompre le cordon ombilical entre le franc Cfa et l’euro. C’était à l’occasion des festivités de la célébration des 49 ans de la monnaie. Il co-animait une conférence débat sur le thème « L’expérience de la monnaie guinéenne et les enjeux de la monnaie unique africaine » avec l’ex-ministre des Finances et du Plan de la Guinée, Dr Ousmane Kaba.


Dr Fahé Maurice a aussi expliqué qu’«il faut en finir avec le rattachement du franc cfa à l’euro». Avant de souligner que la création de la monnaie dans un pays est une question de dignité et de décision politique. Pour lui, on ne saurait véritablement parler d’indépendance d’un pays s’il n’y a pas de souveraineté économique.

C’est pourquoi, il a tenu à saluer la Guinée pour avoir créé sa monnaie depuis 49 ans. Dr Ousmane Kaba a, pour sa part, indiqué que le 49ème anniversaire de la monnaie guinéenne est l’exercice de la souveraineté monétaire décidée par les autorités d’alors pour parachever l’indépendance politique que le peuple de Guinée avait massivement choisie le 02 octobre 1958. Selon Dr Ousmane Kaba, « la création de la monnaie guinéenne dans le contexte difficile de 1960 a été un acte de vision courageuse et patriotique qui doit toujours nous inspirer pour affronter les nombreux défis qui se posent à l’évolution socio-économique de notre pays ».

Malgré les résultats positifs enregistrés après les réformes économiques, financières et monétaires engagées par la 2ème République, force est de constater que la Guinée a connu ces derniers temps, comme beaucoup d’autres pays en Afrique, un net recul de la croissance économique qui s’est traduit, entre autres, par l’augmentation du coût de la vie et l’effondrement des réserves de change de la Nation. C’est donc fort de toutes ces expériences que l’orateur a invité l’ensemble des pays africains à aller vers la monnaie unique de l’Afrique. Mais en attendant, il a appelé les pays de l’Afrique de l’ouest à créer une zone monétaire économique, autonome vis-à-vis de l’euro.

© Fraternité Matin : Théodore Kouadio

16:22 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : franc cfa, euro, la monnaie guinéenne, arrimage du cfa à l'euro, souveraineté économique | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

lundi, 16 mars 2009

LE DOUBLE LANGAGE D'UN FMI DELEGITIME

FMI (LOGO).jpg
Lu sur SAOTI.OVER-BLOG.COM: Avec la crise internationale déclenchée à l'été 2008, tous les dogmes néolibéraux ont été battus en brèche et la supercherie qu'ils représentaient a été mise à jour. Ne pouvant nier leurs échecs, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) prétendent avoir abandonné les politiques néolibérales connues sous le nom de «consensus de Washington». Bien que discréditées, ces deux institutions profitent pourtant de la crise internationale pour revenir sur le devant de la scène.

Pendant des décennies, elles ont imposé aux forceps des mesures de déréglementation et des programmes d'ajustement structurel qui ont conduit immanquablement à l'impasse actuelle. C'est un réel fiasco pour la Banque mondiale et le FMI qui doivent maintenant répondre de leurs actes devant l'opinion publique mondiale.

De surcroît, leurs prévisions économiques ne sont pas fiables : en novembre 2008, le FMI pronostiquait une croissance mondiale à 2,2% pour 2009, avant de la revoir à la baisse à 0,5% en janvier, puis de l'estimer finalement négative en mars. En fait, ses experts défendent la cause des grands créanciers face aux citoyens dont les droits fondamentaux sont de moins en moins garantis.

Alors que la situation économique se détériore rapidement, les grands argentiers du monde s'efforcent de garder la main et de donner à un FMI discrédité et délégitimé le rôle du chevalier blanc qui va aider les pauvres à faire face aux ravages de cette crise. Or c'est tout le contraire qui se passe. Les principes défendus par le FMI depuis les années 1980 et combattus par le CADTM (Comité pour l'annulation de la dette du tiers monde) depuis sa création sont toujours de mise. Les gouvernements qui signent un accord avec le FMI pour se voir prêter des fonds doivent appliquer toujours les mêmes recettes frelatées, qui aggravent la dégradation des conditions de vie des populations.

Sous la pression du FMI dirigé par Dominique Strauss-Kahn, plusieurs pays confrontés aux effets de la crise s’en sont pris aux revenus des salariés et des allocataires sociaux. La Lettonie a imposé une baisse de 15% des revenus des fonctionnaires, la Hongrie leur a supprimé le 13e mois (après avoir réduit les retraites dans le cadre d’un accord antérieur) et la Roumanie est sur le point de s’engager aussi dans cette voie. La potion est tellement amère que certains gouvernements hésitent. C’est ainsi que l'Ukraine a récemment jugé « inacceptables » les conditions imposées par le FMI, notamment le relèvement progressif de l'âge de mise à la retraite et la hausse des tarifs du logement.

Il est temps de dénoncer le double langage du FMI et de Dominique Strauss-Kahn, qui, d’une part, demandent à la communauté internationale d’augmenter les efforts pour atteindre des objectifs de développement du millénaire déjà bien tièdes et, d’autre part, forcent les gouvernements ayant recours à ses services à baisser les salaires dans la fonction publique. Il s'agit là de l'exact opposé d'une vraie véritable politique destinée à faire face à la crise en défendant l'intérêt de ceux qui en sont victimes.

Pour répondre à la crise des années 1930, le président états-unien Franklin Roosevelt avait été amené par la mobilisation sociale à réduire le temps de travail tout en augmentant les salaires, les allocations sociales et les droits des travailleurs, notamment en garantissant le droit de syndicalisation. Avec le New Deal, Roosevelt avait mis en place une réforme fiscale qui augmentait les prélèvements sur le capital. Le «socialiste» Dominique Strauss-Kahn est bien loin d’avoir la carrure de Franklin Roosevelt et continue coûte que coûte à défendre l'intérêt des grands créanciers qui l'ont nommé à ce poste lucratif.

Le FMI démontre donc une fois de plus qu’il est un instrument docile au service de ceux-là mêmes qui ont provoqué la crise financière actuelle. Dans cette période de grande déstabilisation monétaire (comme les variations énormes de parité entre le dollar et l’euro depuis un an), le FMI se révèle incapable de proposer la mise en œuvre d’une taxe de type Tobin-Spahn qui réduirait les variations des cours de change en combattant la spéculation et qui permettrait de réunir enfin les fonds nécessaires pour éradiquer la pauvreté et libérer le développement. Pourtant depuis sa création en 1944, l’obligation de favoriser le plein emploi figure explicitement dans les missions du FMI qui agit donc en violation de ses propres statuts.

La crise financière et économique mondiale souligne la faillite de la déréglementation des marchés financiers et de l’abandon du contrôle sur les mouvements de capitaux, prônés par le FMI. Cela rend indispensable la recherche d'une nouvelle architecture internationale basée sur le Pacte international sur les droits économiques, sociaux et culturels (1966) et sur la Déclaration des Nations unies sur le droit au développement (1986). Mais une telle logique ne s'imposera pas sans inversion du rapport de force. Si, sous la poussée des mobilisations populaires, un nombre suffisant de gouvernements ne met pas en place une telle alternative, la Banque mondiale et le FMI seront en mesure de surmonter leur crise en mettant à profit la chute des prix des produits de base pour entraîner les pays exsangues vers une nouvelle dépendance envers leurs crédits, dont la substance visera davantage à sauver le système qu'à satisfaire des critères humains et écologiques.

Pour toutes ces raisons, la seule solution acceptable passe par l'abolition immédiate du FMI et de la Banque mondiale, et leur remplacement par des institutions radicalement différentes, centrées sur la satisfaction des besoins humains fondamentaux.

Par Damien Millet et Eric Toussaint le 10 mars 2009

12:19 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Monde | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : fmi, saoti, crise financière internationale | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

samedi, 14 mars 2009

RIRE LE WEEK-END ? GENIAL !

SOURIRES D'ENFANTS.jpg
Et nous voici partis pour un nouveau rendez-vous du rire sur REGARDS CROISES ! De nouvelles blagues reçues sur le réseau ORANGE et également prises, ici et là, pour vous permettre de passer un excellent week-end !


1- Un cochon affairé surprend le vétérinaire disant au fermier de tuer le cheval, si celui-ci ne se levait pas, avant trois jours. Le lendemain, le cochon dit au cheval : Djo, si tu es malin, faut te lever. Mais le cheval reste couché. Le deuxième jour, même scénario. Le cochon, très fâché, lui dit au troisième jour : »Bâtard-là, si tu ne te lèves pas, ils vont mettre un gbangban (palabre) grave sur toi, demain ! Tu veux devenir choukouya (viande braisée, grillée) ou quoi ? Alors, le cheval fait un effort et se lève. Le fermier, très content, appelle sa femme : « Chérie, Dieu merci, le cheval est guéri ! On va fêter ça ! Tuez le cochon, on va faire le show ! ».

2- Une dame désemparée se confie à sa servante : « Ahou, je suis sure que mon mari me trompe avec sa secrétaire ! ». La servante qui lui répond : « Eh, Tantie !!! Je sais que tu dis ça pour me rendre jalouse ! ». Han ! C’est une affaire comme ça ! Imaginez la suite.

3- Papitou pleure parce que ses amis, pour se moquer de lui, racontent qu’il a une bouche à y enfouir un ballon. Sa mère lui dit : « Ne les écoute pas, mon bébé, ils mentent. Tais-toi, prends ta pelle creuse et bois ton baca (bouillie de mil), wèh ! ».

4- Bolo, un africain, accuse deux mois d'arriérés de loyer, à Paris. Son logeur, mécontent après plusieurs passages infructueux, décide de passer l'encaisser une dernière fois avant de le vider comme un malpropre. Mais Bolo le supplie : "Pardon, mon frère, je suis sans le sou. Je cherche du boulot depuis trois mois, sans succès. Accorde-moi encore un peu de temps. Je te paierai tout, jusqu'au dernier centime. Pour être honnête, ce matin, je n'ai vraiment pas de fric". A force de supplier, Bolo arrive à faire fléchir son logeur qui, en partant, lui lance à la figure : " Je ne sais même pas pourquoi j'ai accepté un africain, ici ! Toujours la même chanson : Je n'ai pas de fric, je n'ai pas de fric ! Ce n'est pas étonnant, si tu es africain ! A - FRIQUE : sans fric !"

5- La nouvelle institutrice a envie d'inculquer des notions de psychologie à ses élèves. Elle s'adresse à la classe en ces termes: "Que celui qui a l'impression d'être stupide, par moment, se lève !". Après une bonne dizaine de secondes, Toto se lève... de mauvaise grâce. L'institutrice: "Alors comme ça, Toto, tu penses que de temps en temps tu peux être stupide ?". Et Toto de répondre : "Non madame, mais ça me faisait de la peine de vous voir toute seule debout".

DINDE Fernand AGBO

11:48 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blagues, humour, blagues-sms, rire, sourire, détente, orange | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

vendredi, 13 mars 2009

SERGE BILE: LE RACISME, UNE PRATIQUE ORDINAIRE AU VATICAN

Serge Bilé.jpg
À deux semaines de la visite du pape Benoît XVI en Afrique, un essai de Serge Bilé relance la polémique sur la ségrégation raciale au sein de l’Église catholique.

« J’ai fait de la réhabilitation de l’image des Noirs un combat. » Après Noirs dans les camps nazis, La Légende du sexe surdimensionné des Noirs, Quand les Noirs avaient des esclaves blancs, Serge Bilé, qui passait pourtant pour un bon catholique, a publié en janvier Et si Dieu n’aimait pas les Noirs : enquête sur le racisme aujourd’hui au Vatican (éd. Pascal Galodé). Un ouvrage que le journaliste franco-ivoirien, actuellement en poste à RFO-Martinique, a coécrit avec un confrère camerounais, Audifac Ignace. Il suscite déjà une très vive polémique. Mgr Méranville, archevêque de Martinique, a appelé ses fidèles à ne pas acheter un ouvrage « stercoraire », adjectif qualifiant les espèces animales ou végétales se nourrissant d’excréments…

Vous attendiez la première visite du pape Benoît XVI en Afrique pour sortir votre livre ?

Non. J’ai rencontré Ignace Audifac lors d’une conférence à Rome début 2005. Nous partagions la même idée : écrire sur les trois papes africains de l’Histoire, Victor Ier (189-199), Miltiades (311-314), tous deux d’origine nord-africaine, et Gélase Ier (492-496), né à Rome de parents africains, alors que l’on commençait à évoquer l’idée d’un pape noir pour succéder à Jean-Paul II. Il m’a présenté quelqu’un qui nous a remis le télégramme envoyé par l’ambassadeur de Grande-Bretagne au Saint-Siège, sir d’Arcy Osborne, au commandement des forces alliées en 1944. Ce courrier demandait, sur requête de Pie XII, qu’aucun soldat noir ne soit déployé à Rome pour la libération. Cela nous a donné envie d’enquêter sur le racisme au Vatican à travers les siècles, ainsi que sur la vie des religieux africains dans la capitale italienne.

On doit néanmoins à Pie XII la nomination du Béninois Bernardin Gantin à la tête de l’évêché de Cotonou, faisant de lui le premier Noir à diriger, à 34 ans, un diocèse dans toute l’Afrique de l’Ouest…

C’est vrai. Mais cette nomination fut une réponse à la protestation d’un groupe de séminaristes antillais et africains, faisant leurs études à Rome, qui ont publié en 1956 un livre retentissant, Les prêtres noirs s’interrogent, pour dénoncer le manque de considération du Vatican à leur égard. En fait, Pie XII a toujours eu une attitude ambiguë. Quand il était nonce apostolique en Allemagne, il s’est associé à la campagne internationale de dénigrement, orchestrée par les nazis, de soldats noirs de l’armée française accusés d’être des violeurs et de répandre la syphilis. Ce n’est pas le seul pape à avoir eu des positions critiquables. Pie XI n’a lui, rien trouvé à redire aux lois raciales adoptées par Mussolini contre les Noirs en Italie et a fait marche arrière, après avoir dénoncé les exactions de l’armée italienne en Éthiopie, de peur de s’attirer les foudres du Duce.

Vous écrivez « l’Église est humaine jusque dans la curie ». La hiérarchie serait donc elle aussi minée par le racisme ordinaire ?

Ce n’est pas moi qui le dis. C’est l’ancien secrétaire de Gantin, l’évêque béninois Paul Vieira. Voir un Noir gravir les échelons est difficilement accepté en Italie. Gantin, comme l’évêque zaïrois Emery Kabongo, secrétaire particulier de Jean-Paul II, ont subi l’hostilité de prélats et citoyens européens qui n’ont aucune considération pour les ecclésiastiques africains ou asiatiques. Certains ont reçu des insultes, des courriers xénophobes et ont même été agressés par des inconnus, comme Kabongo, dans un passé récent. Gantin avait confié que les prélats africains devaient en faire deux fois plus pour être reconnus.

Autre révélation de votre ouvrage : il y aurait une centaine de prêtres africains « clochards » à Rome…

Ces prêtres, qui viennent compléter leur formation dans la capitale romaine, sont envoyés par leurs évêques avec une bourse qui suffit à peine pour payer leur nourriture et leur loyer. Ils sont amenés à faire des petits boulots, comme célébrer des messes dans les familles au détriment de leurs cours. Si bien que certains ne parviennent pas à finir leurs études et restent sans pouvoir renouveler leur carte de séjour.

Une cinquantaine de sœurs seraient également « en délicatesse avec leur vocation »…

Le sujet est tabou. Nous avons eu un mal fou à trouver des personnes qui ont bien voulu nous parler. Mais il y a effectivement des religieuses noires qui exercent le plus vieux métier du monde pour 50 ou 100 euros auprès d’hommes d’affaires mais aussi de prêtres blancs ou noirs. Cela pose le problème de la vocation. Beaucoup de filles entrent dans les ordres en Afrique pour échapper à la misère. Arrivées en Italie, elles se retrouvent souvent sans moyens, corvéables à merci. Elles ne résistent pas toujours aux avances d’un prêtre ou d’un évêque. Le Vatican n’est bien évidemment pas complice. Mais, dans certains cas, les autorités ferment les yeux. Il y a une filière congolaise que l’on peut difficilement ne pas connaître à Rome…

Vous dénoncez encore les discriminations quotidiennes à l’égard des religieuses et des prêtres africains…

Les sœurs noires sont souvent chargées des tâches ingrates quand leurs consœurs européennes se voient confier les fonctions administratives. Les prêtres africains qui enseignent dans les collèges catholiques mettent plus de temps à être titularisés que les Européens…

Pourquoi se murent-ils dans le silence ?

La peur des sanctions, le carriérisme…

On ne parle plus trop aujourd’hui d’africanisation des pratiques, d’acculturation…

C’est totalement vrai. On fait même marche arrière. Le pape vient de réintégrer toute la communauté de la fraternité Saint-Pie X, dont certains membres sont négationnistes. Tous sont opposés à Vatican II, qui a marqué l’ouverture de l’Église, notamment en matière d’acculturation, et la fin de la malédiction de Cham, utilisée pour justifier le racisme et l’esclavage des peuples d’Afrique noire. En réintégrant 100.000 intégristes, on les conforte dans leurs positions – n’oublions pas qu’ils frayent avec l’extrême droite en France et en Belgique – passéistes et intégristes. On peut se demander si le pape ne partage pas certaines de leurs idées quand on voit qu’il a remis au goût du jour la messe en latin et la prière de conversion aux juifs.

Benoît XVI a-t-il une politique africaine ?

J’espère que son voyage africain en mars nous permettra d’en savoir plus. Beaucoup pensent qu’il se désintéresse de l’Afrique et reste très centré sur l’Europe. Jean-Paul II s’est rendu treize fois sur le continent. On a presque l’impression que Benoît XVI y va à contrecœur quatre ans après son élection. Jusqu’à présent, son message s’est limité aux incantations habituelles contre la guerre ou le sida.

L’Afrique est pourtant le continent où la dynamique d’évangélisation est la plus forte…

C’est paradoxal, mais les Africains – qui ne comptent que quinze cardinaux contre quarante italiens – sont sous-représentés au sein de l’Église.

Avec l’élection d’Obama, on se remet à parler de pape noir…

Ce serait un symbole fort. Mais certains considèrent, comme feu le théologien camerounais Jean-Marc Ela, que cela ne change pas grand-chose, car les ecclésiastiques africains, à l’exception de certains, sont devenus plus romains que les Romains. Francis Arinze est, comme Benoît XVI, opposé à l’avortement, au préservatif et à l’ordination des femmes prêtres. Gantin l’était aussi.

Par : Propos recueillis par Pascal Airault
Source : Jeune Afrique l’Intelligent

15:39 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Monde | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : vatican, racisme, bénoît 16, serge bilé, serge grah, rfo-martinique, ségrégation raciale | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

lundi, 09 mars 2009

MES PROPOSITIONS POUR LA COTE D’IVOIRE TOUJOURS D'ACTUALITE !

442846e8505b79dbc8bd6fbef0e15e3e.jpg
Chers tous, je soumets, à nouveau à votre lecture cet article de mon blog que j'avais posté en deux temps, il y a bientôt une année de cela (les 23 et 25 avril 2008) et qui avait été publié (à la Une) par le quotidien ivoirien, LE TEMPS, N° 1508 du Mercredi 7 Mai 2008, sous le titre "Diagnostic du mal ivoirien: 16 mesures à Gbagbo pour redresser la Côte d'Ivoire", et LE MATIN D'ABIDJAN N° 750, 751, 752 des Mercredi 7, Jeudi 8 et Vendredi 9 Mai 2008 (en 3 parutions), sous le titre "Crise sociale, décrépitude morale: Diagnostic et solution au mal ivoirien". Revisité, il reste d'une criante actualité!

Notre pays connaît depuis quelques années une décrépitude morale, éthique et institutionnelle grave due à la guerre qui s’est abattue sur lui dans la nuit du 18 au 19 Septembre 2002 et qui s’est commuée en une crise sociale des plus affligeantes, qui le rend méconnaissable, à plus d’un point de vue.

Les origines les plus récentes de cette crise ivoirienne sont à rechercher dans le contexte général de mutation socio-politique qui s’opère, en Côte d’ Ivoire, depuis le début des années 1990 et qui a atteint, aujourd’hui, sa forme la plus aiguë.

Le mal est véritablement profond et des indices de toutes sortes nous donnent presqu’à désespérer de cette belle nation en gestation, malheureusement en pleine décadence et qui, visiblement, semble bien mal partie, au point que son redressement nécessitera une thérapie de choc pour le prochain Président de la Côte d’Ivoire, qui sera élu, au soir du Dimanche 30 Novembre 2008 (si une autre crise plus grave ne vient pas la renvoyer aux calendes grecques).

Le diagnostic, quoiqu’éloquent, est à mettre en grande partie au compte de cette guerre absurde qui a été faite à notre pays par des hommes politiques aux ambitions démesurées et irréalistes, sous-tendues ou en accointance avec des intérêts politico-mafieux étrangers et qui a entraîné, par ricochet, l’affaiblissement profond de l’Etat de Côte d’Ivoire.

I- Le diagnostic du mal ivoirien

Les maux à relever sont une multitude et ont nom (je ne suis pas exhaustif):

· L’école démunie et abandonnée, caractérisée dans son quotidien par la violence poussée jusqu’au crime, les effectifs pléthoriques (jusqu’à 100 élèves dans une classe de Terminale), la faiblesse ou la démission de l’encadrement administratif, la formation au rabais faite par des enseignants démotivés par des contingences sociales non satisfaites par l’Etat ou handicapés par des lacunes académiques lamentables liées au mode de recrutement obscur désormais en vigueur dans une Fonction Publique ivoirienne en totale déliquescence ;
· La pauvreté lancinante et la cherté de la vie, liée à la flambée des prix des produits de grande consommation, échappant quasi totalement à l’Etat, par son propre fait;
· L’admission aux examens et concours « achetée » (c’est le lieu de le dire), du fait des critères obscurs de recrutement et de cooptation qui prospèrent à la Police, à la Gendarmerie, au Ministère de la Santé (INFAS), aux Impôts, à la Douane, au Trésor, au Ministère de l’Education Nationale (BEPC, BAC, CAFOP, ENS) et dans l’Enseignement Supérieur (BTS et autres diplômes universitaires) ;
· L’incivisme généralisée ;
· Les concours de l’ENA et de la Fonction Publique, objets de trafics de toutes sortes, et source du désespoir le plus profond pour les jeunes et leurs parents aux revenus faibles car basés sur l’argent, le pouvoir d’achat et les relations (clientélisme et népotisme) et non sur le mérite ;
· Les malversations et les surfacturations dans les Services Publics dont les budgets sont au service du prestige social exclusif du chef, qui s’offre un rythme et un niveau de vie que ne peut lui assurer son seul salaire, et cela au vu et au su de l’Etat, qui ne lève pas le petit doigt (au nom de quelle logique ?) ;
· La corruption dans toutes les Administrations et Sociétés d’Etat, avec les complicités tacites ou explicites des Directeurs des Affaires Administratives et Financières (DAAF), eux-mêmes adonnés au gain facile ;
· Le laxisme et la moralité douteuse des Contrôleurs Financiers (tous grades confondus), qui exigent des dessous de table ou des pourcentages avant le visa des factures à payer aux entrepreneurs et aux opérateurs économiques à qui l’Etat doit de l’argent ;
· Le trafic d’influence, le clientélisme et le népotisme comme nouvelles valeurs sociales ivoiriennes ;
· La célébration de l’incompétence et des faux symboles, au cœur de laquelle prospèrent et s’enrichissent impunément les corrompus, au grand dam des hommes intègres, des justes et des pauvres, laissés pour compte et ainsi incités à se corrompre à leur tour ;
· Le manque de contrôle et de mesures coercitives exemplaires, disciplinaires, correctionnelles, dans les Ministères et les Collectivités Territoriales, où des sommes énormes sont détournées au détriment des populations ;
· La politisation des embauches, plutôt anormalement sélectives, ethnocentristes, tribales, claniques et régionalistes ;
· L’impunité criante, institutionnalisée, qui nous laisse voir un Etat en totale démission, même là où le minimum peut être assuré, nous offrant le spectacle désolant de « l’Etat informel », comme disait l’autre ;
· Le manque d’une véritable solidarité nationale entre les Ivoiriens au sein desquels quelques-uns deviennent amoralement riches, du jour au lendemain, tandis que le reste du peuple gît dans une misère noire, donnant à constater que le pays souffre d’une mauvaise gestion et d’une mauvaise répartition des ressources nationales, le sommet de l’Etat menant grand train de vie, au détriment des populations laborieuses ;
· Le racket des Forces de l’Ordre, toléré par toute la hiérarchie militaire et qui prend, aujourd’hui, des allures systématiques et totalement désinvoltes ;
· L’enrichissement illicite par le pillage du denier public ;
· Le déclin du mérite et de la compétence, véritable danger pour l’avenir et le prestige (si elle en a encore) de la nation, qui perd ses repères et ses points d’encrage ;
· L’adjudication des marchés publics soumise au paiement systématique de pots-de-vin par les soumissionnaires, sous peine de forclusion ;
· Les paiements de factures dans les services du Trésor (notamment après l’exécution des marchés), soumis au règlement ou à l’acquittement d’un certain pourcentage du montant à percevoir, sous peine de ne jamais accéder à son dû ;
· Les transactions financières dans les prises de décisions de justice, faites au mépris de l’application de la Loi (Ex : Des prévenus qui payent pour être jugés, sous peine de moisir, ad vitam aeternam, dans les tréfonds des geôles ivoiriennes) ;
· Les malades démunis abandonnés à leur sort dans les hôpitaux, faute d’argent, sans tenir aucun compte de l’urgence d’instaurer dans le pays, aujourd’hui plus que jamais, une vraie solidarité nationale ;
· Le désespoir total des jeunes face à l’embauche ou à l’emploi où des modes de recrutement d’un autre âge sont en vigueur (droits de cuissage, dessous de table, etc.);
· Le terrible danger que représente la normalisation ou la normalité de la corruption dans la société ivoirienne pour l’avenir de notre pays ;
· La tricherie planifiée et organisée aux examens nationaux ;
· Le rançonnement des élèves aux épreuves orales du BAC et du BEPC ( 1000 F à 4000 F, selon la note voulue);
· La banalisation du sexe, affiché sur la place publique, en couverture de journaux, de films et de CD en vente dans nos rues, au vu et à la portée des enfants;
· L’immoralité sexuelle, l’excentrisme et le libertinage vestimentaire, l’impudicité et la crétinisation de la musique et des danses ivoiriennes ;
· La métamorphose des ivoiriens en fêtards forcenés, en quête perpétuelle d’exutoire, du fait du stress de la crise ;
· La nationalisation de la « Rue Princesse », haut-lieu de la dépravation morale, désormais présente dans toutes les villes du pays et sanctifiée par le Président GBAGBO himself, la prolifération des lieux de plaisirs mondains et des sanctuaires du sexe facile (Bar-dancings, night-clubs, super-maquis) et leurs corollaires que sont la prostitution, l’ivrognerie, le proxénétisme, les relations sexuelles contre-nature telles la pédérastie, le lesbianisme et la pédophilie. En un mot, la légèreté des mœurs et la déliquescence morale que je considère, personnellement, comme un des effets induits du délitement de l’Etat, sous-tendue par une démission nationale collective qui a conduit le pays à la déperdition totale de ses repères moraux et sociaux ;
· L’injustice sociale (pas forcément institutionnalisée) dont sont victimes les couches sociales les plus faibles et qui a fini par les pousser à abandonner leurs repères moraux pour faire face à des contingences immédiates toujours plus pressantes et plus oppressantes, réalisme vital oblige ;
· La survalorisation de l’argent au détriment de l’éthique, de la morale et des valeurs du travail, de l’effort, du mérite, de la droiture, de l’honnêteté, de l’équité et du civisme qui ne nourrissent plus ni ne payent, dans une Côte d’Ivoire naufragée.


II- Quelques pistes de solutions

Lire la suite

dimanche, 08 mars 2009

LES METTEURS ENCEINTE ET LES ENCEINTEES

180px-PregnantWoman.jpg
L'un des films phares de l'école ivoirienne: "Les metteurs enceinte et les enceintées".
Kouamé Sylvie a 17 ans quand elle a eu des rapports sexuels avec un homme qu'elle a rencontré en ligne, en Côte d'Ivoire. Elle avait besoin de quelques billets de banque pour ses frais d'école.


Elle n'a plus eu besoin de cet argent car à 5 mois de grossesse, elle s'est vue dans l'obligation de laisser tomber l'école quelques années avant de pouvoir atteindre la classe de 3ème. "Figurez-vous que j'étais couverte de dépenses alors que mes parents étaient sans emploi depuis 6 ans. C'est ainsi qu'il y a 2 ans je m'étais jointe à un club de filles de mon école qui se prostituaient avec des mecs via l'Internet'', avance Sylvie Kouamé."

Selon l'ONG Jeunes Sans Vices, le nombre d'élèves dans le Secondaire et à l'Université qui abandonnent les études pour cause de grossesses chaque année et principalement durant ces 2 dernières années, avoisine les 30.000."C'est dramatique", dit Martine Angoh, membre de ladite ONG. ‘‘C'est une urgence et il faut arrêter cette hémorragie'', ajoute-t-elle.

Beaucoup de ces filles, à l'image de Kouamé Sylvie ont des rapports sexuels non-protegés avec des personnes qui leur sont pratiquement étrangères à cause de l'argent ou avec leurs enseignants pour avoir la moyenne.

‘‘Il existe une sorte de prostitution non avouée, mais réelle dans les écoles. Les filles s'adonnent de plus en plus à cette activité lucrative'' ajoute Angoh. "Les filles les plus chanceuses qui sortent avec leurs enseignants gagnent doublement: En argent et en moyenne" affirme l'ancienne élève Sylvie Kouamé. Et d'ajouter: "Faites le tour des écoles d'Abidjan et même dans tout le pays. Vous verrez que sur 10 filles, il n'y a pas plus de 3 qui ne s'adonnent pas à cette pratique''

Un officiel du Ministère de l'Education Nationale qui a préféré garder l'anonymat affirme que les enseignants informent régulièrement les élèves sur les méthodes contraceptives et les maladies sexuellement transmissibles.

Aux affirmations de Sylvie Kouamé et Martine Angoh, s'ajoute celle de Dr. Mathurin Allah, en sa qualité de médecin. Ce dernier ajoute que dans certains cas, les parents qui sont dans l'incapacité de s'occuper de leurs enfants encouragent leurs filles à avoir des relations sexuelles pour de l'argent.

Pour le sociologue Anicet Assandé ce phénomène à ses racines dans la guerre qui secoue la Côte d'Ivoire depuis septembre 2002. En effet, selon lui, la cause de ces grossesses juvéniles est liée à la crise socioéconomique de la Côte d'Ivoire. « Nous sommes dans un temps où ce genre de vices est devenu monnaie courante dans le monde de l'éducation. Nous sommes dans un contexte socioéconomique qui favorise ce genre de dépravation. »

« La crise a engendré beaucoup de problèmes entre autres le chômage. En outre elle a favorisé la prostitution ouverte et ‘‘cachée''. Les élèves et étudiantes sont dans la seconde catégorie de prostitution. Innocentes et sans encadrement parental réel, elles s'abandonnent facilement au premier venu et le résultat c'est la grossesse et les MST ».

Quoique les filles ont des rapports sexuels protégés ou non. Quoique ce soit pour de l'argent, pour les moyennes de classe ou pour de simples compagnies, le nombre est sobre ; ajoute des travailleurs d'ONG.

« Cette situation est due à une activité sexuelle intensive parmi les jeunes et la tendance est particulièrement aux rapports non-protégés », ajoute Dr. Allah.


Laboratoire de grossesses

Selon les sources du Centre de Santé Urbains spécialisés dans la santé estudiantine et scolaire (CSUS-SSU), des centaines d'élèves des cours secondaires sont tombées en grossesse dans les quatre premiers mois de l'année scolaire 2008-2009. Cela se repartit comme suit: 47 dans la ville de Daoukro; 65 à Dimbokro; 15 à Agboville; 42 à Bouaflé et 15 à Dabou pour ne mentionner que ces localités.

« Pendant longtemps, nous avons appelé à l'éducation de nos filles, mais l'appel est tombé dans l'oreille de sourds », affirme Angeline Kadio de l'association SOS Abstinence. « L'école est faite pour qu'on y reçoive une éducation et pour réussir dans la vie. Maintenant on a l'impression que c'est devenu un laboratoire de grossesses ».

Sylvie Kouamé, espère pouvoir avoir un boulot dans le futur malgré l'interruption de ses études. « Après mon bébé, j'espère pouvoir faire un stage professionnel afin de faire du commerce et me faire une vie ».

Publié sur http://criticafric.ning.com/

Source: IRIN

18:28 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Société ivoirienne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film, irin, grossesse, prostitution, éducation, criticafric, metteurs enceinte, enceintées | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

samedi, 07 mars 2009

DE LA BONNE HUMEUR A CROQUER !

,,506garde20le20sourire20copie.jpg
 

Rituel du week-end sur notre blog : L’espace de détente. Pour nous marrer un coup avec quelques blaques-SMS recueillies sur le réseau ORANGE. Sacrifions à la coutume.



1- C’est un père qui demande un stylo à ses enfants pour écrire sa lettre : « Excusez-moi les enfants, puis-je avoir un stylo avec vous ? ». Papou, au CE1, qui répond aussitôt : « Tiens le mien, papa ! Mais, je te préviens dèh, il fait beaucoup de fautes ! ».

2- Excuse-moi de ne pas te l’avoir dit plus tôt. C’est parce que ce n’était pas trop sûr. Demain, à 22h, je vais aux Etats-Unis. J’ai eu mon visa depuis près d’une semaine. Ce qui est sûr, j’ai ton contact, je ne vais pas vous oublier. On est ensemble. Tu peux faire aussi ta demande de visa sur le site :

www.jetaibieneu.com/dorspeinard/cetaitunegrosseblague.net/.

(Envoyez-le à des parents et amis et vous m’en direz des nouvelles. Très marrant !).

3- Séry, sortant d’une pharmacie, croise un ami qui lui demande : « Que fais-tu là ? Tu es malade ? ». Séry lui répond : « Tu es bête, dèh ! Donc, si tu me vois sortir du cimetière, c’est que je suis mort, quoi ? ».

4- C'est l'histoire d'un mec qui va aux toilettes dans un bar. La première étant occupée, il entre dans la deuxième. A peine se met-il sur la cuvette qu'il entend : Salut ! Comment ça va ? Surpris, il se dit que c'est un drôle d'endroit pour se lier d'amitié avec quelqu'un, mais bon, on ne choisit pas... Euh!!! ça va, dit-il embarrassé. Qu'est-ce que tu fais de beau ? Ben, je fais comme toi, ... caca... Et là, il entend : Écoute, je te rappelle plus tard, il y a un con à côté qui répond à toutes mes questions !

5- Deux copains discutent sur les différentes façons de faire l'amour..."Et le sexe à la Rodéo, t'as essayé ?". "Sexe à la Rodéo? Non...! C'est comment ?". "Tu te mets sur ta femme, tu la caresses et puis tu lui dis à l'oreille : ton parfum est le même que celui de ma secrétaire !". "Et après ?". "Et bien, après, tu essayes de rester 5 secondes dessus...!"

6- Bonjour, Toto! Bonjour, Mémé! Si tu me dis combien j'ai de bonbons dans la main, dit Mémé, je te les donne tous les deux. Tu en as deux, Mémé!, répond Toto. Qui te l'a dit ?!?, s'exclame Mémé.

7- C'est une blonde qui fait de l'équitation et là, elle tombe des étriers. Elle dit au cheval: "WOW WOW WOW, CHEVAL, WOW WOW... ! ! !". Et là, le gars du supermarché est venu débrancher le cheval...!

8- Deux fesses discutent. Une fesse dit à l'autre: Pourquoi on devient pas amies ? La deuxième répond: Parce qu'entre nous, c'est de la merde.

9- Un homme vient de se faire renverser par une auto. Le conducteur sort de l'auto et dit: Vous êtes bien chanceux, monsieur, on est juste devant le cabinet d'un médecin! Oui, dit le blessé, sauf que le médecin, c'est moi !

10- Pour lui faire très mal, le petit Kouadio insulte son copain: Ta mère est tellement grosse qu'il y a un décalage horaire entre ses deux fesses ! (Pas gentil du tout!).


UN SMS TRES INTERESSANT

La foi sans amour rend fanatique. Le service sans amour rend rebelle. L’intelligence sans amour rend rusé. Le génie sans amour rend démoniaque. Le pouvoir sans amour rend machiavélique. La puissance sans amour rend violent. La richesse sans amour rend avare. L’honneur sans amour rend impitoyable. La rigueur sans amour rend inhumain. L’amitié sans amour rend sournois. L’amour sans amour rend hypocrite. Vivre sans amour rend solitaire et aigri. L’amour rend la vie merveilleuse. Alors, vis dans l’amour, et surtout celui de DIEU.



DINDE Fernand AGBO

20:29 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Humour | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : humour, blagues, blagues-sms, rire, détente, orange | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

mercredi, 04 mars 2009

ZONE FRANC: MACROECONOMIE DU MASOCHISME

millerecto.jpg
Lu sur SAOTI.OVER-BLOG.COM: Certains Etats abusent de la malchance au point de banaliser la notion de crise économique. C’est certainement le cas des quatorze pays africains qui, avec les Comores et la France, constituent depuis 1939 une étrange union monétaire connue sous le nom de Zone franc. Relique d’un passé colonial qui semble n’avoir jamais eu de fin, cette union reflète à la fois le mimétisme intellectuel des élites africaines qui ne se sont jamais libérées de la mémoire de l’oppression, et l’égoïsme cupide des membres des réseaux de la Françafrique qui continuent de dominer la classe politique et l’administration de la coopération à Paris.

Alors que les anciens pays africains du Maghreb (Maroc, Algérie, Tunisie) qui étaient eux aussi membres de la zone franc pendant la période coloniale s’étaient réappropriés leur souveraineté monétaire avec l’indépendance, les pays d’Afrique sub-saharienne avaient reconduit la logique du pacte colonial, signant avec la France des accords de coopération qui les plaçaient sous la tutelle monétaire de Paris – ceci au nom d’une “intégration africaine” qui ne s’est jamais matérialisée. Près d’un demi-siècle après les indépendances que le Général de Gaulle leur avait généreusement attribuées, ces pays aux économies fort différentes les unes des autres et ne commerçant pratiquement pas entre eux, continuent d’utiliser la même monnaie qu’à l’époque coloniale (le franc CFA). Celle-ci est liée à un taux de change fixe avec l’Euro et gérée en réalité par une poignée de fonctionnaires de la Banque centrale européenne à Francfort, sans aucun souci ni considération pour la réalité et les besoins réels de ces pays, qui sont aussi parmi les plus pauvres de la planète.

Au moment où l’économie mondiale montre des signes d’essoufflement, que la crise des systèmes financiers et des bourses internationales menace de provoquer une baisse de la croissance dans les pays en développement, il est difficile de comprendre que l’Afrique noire francophone, qui ne peut compter que sur ses exportations pour se développer, continue de s’accommoder d’arrangements monétaires qui la privent de toute marge de manœuvre en matière de compétitivité externe et de politique économique. Les choses sont d’autant plus graves que les importations de ces pays africains sont souvent libellées en euro, alors que leurs exportations leurs sont réglées en dollar. La montée de l’euro par rapport au dollar provoque non seulement une surévaluation du franc CFA (c’est-à-dire une perte de compétitivité de ses produits sur les marchés internationaux), mais aussi une perte de ses recettes d’exportations et revenus fiscaux. La situation actuelle rappelle la situation vécue à la fin des années 1980 lorsque la détérioration des termes de l’échange et la surévaluation du franc FCFA avaient entraîné un appauvrissement des Etats, la baisse des investissements, l’accroissement du chômage, la fuite des capitaux, et une spectaculaire dévaluation dont les conséquences sociales restent incrustées dans l’imaginaire collectif.

Un anachronisme

La zone franc constitue assurément un anachronisme économique et monétaire. Ses partisans justifient son existence en invoquant une série d’arguments politiques et économiques. D’abord, ils affirment qu’elle sert de socle à une future union politique africaine. Si c’était le cas, cette union imposée de facto depuis bientôt soixante-dix ans aurait déjà donné quelques résultats tangibles. Or les mauvais traitements réservés récemment encore à des milliers de citoyens burkinabè en Côte d’Ivoire ou à des Camerounais au Gabon et en Guinée équatoriale prouvent bien que le rêve d’unité africaine entre des populations affamées demeure un lointain mirage, ceci malgré les slogans sur la liberté de circulation des personnes et des biens.

La zone franc est présentée ensuite comme une sympathique copie de l’Union européenne, une espèce de voie obligée dans un monde où les Etats-nations disparaissent au profit de grands ensembles. Ceux qui soutiennent cette thèse oublient que la logique des grands regroupements est dictée en priorité par des considérations économiques, et non idéologiques : c’est à force de commercer entre eux que les pays européens ont créé un grand marché communautaire, et justifié ainsi l’abandon de leurs monnaies nationales pour l’adoption d’une monnaie unique. Les échanges intra-européens représentaient environ 60 % du commerce extérieur français ou allemand lorsque l’euro a été adopté.

En Afrique francophone, soixante-dix ans après l’adoption d’une monnaie unique, ils continuent de représenter moins de 5 %.

Des dirigeants africains incapables de gérer une monnaie ?

De plus, un pays qui choisit d’abandonner sa souveraineté monétaire pour faire partie d’une union doit bénéficier en contrepartie de la flexibilité de l’emploi, qui est alors le meilleur moyen de s’adapter aux chocs extérieurs – ses agents économiques peuvent alors se déplacer librement pour aller saisir des opportunités ailleurs dans la zone monétaire. C’est cette flexibilité du marché du travail qui permet à des plombiers polonais de quitter Varsovie pour s’établir à Hambourg ou Paris s’ils y trouvent plus d’opportunités professionnelles. Un plombier Sénégalais qui voudrait s’installer à Libreville n’a aucune chance de se voir délivrer un visa. S’il s’y aventure clandestinement, il y sera en permanence guetté par la violente méchanceté et la jalousie des travailleurs gabonais aigris et au chômage qui, dans cet Etat de non-droit, ne s’embarrasseront pas de fioritures pour incendier ses biens, voire attenter à sa vie !

Autre argument souvent invoqué pour justifier l’existence de la Zone franc : les dirigeants africains sont trop irresponsables pour qu’on leur confie la gestion d’une monnaie. Ils seraient tous tentés de faire fonctionner la planche à billets comme Mobutu Sese Seko et Robert Mugabe l’ont fait au Zaïre et au Zimbabwe. D’ailleurs, affirme-t-on, la zone franc a permis aux pays d’Afrique noire francophone de maîtriser l’inflation et de maintenir la convertibilité de leur monnaie. Vrai. Mais selon la même logique, ces pays n’auraient jamais dû accepter l’indépendance politique, puisque de nombreux leaders africains se sont montrés bien pires que les colons d’hier. De plus, les cas extrêmes de l’ex-Zaïre et du Zimbabwe (qui n’ont jamais été membres de la zone franc) ne doivent pas dissimuler les très nombreux exemples de grands succès d’anciens membres du club qui ont bien géré leurs monnaies et en ont même fait l’instrument principal de leur industrialisation et de leur développement (Maroc, Tunisie, Vietnam).

La zone franc, un marché captif pour quelques hommes d’affaires français

Quant au mythe de la convertibilité du franc CFA, il suffit d’essayer d’effectuer un virement bancaire de Brazzaville à Bangui ou de Bamako à Ndjamena pour mesurer la pauvreté de ce slogan : les tracasseries administratives, l’ampleur des formalités et documents à fournir, la lourdeur des procédures, le coût des transactions, le nombre d’intermédiaires qui doivent chacun être rémunérés, le volume des taxes et commissions et les délais de l’opération sont tels que cette convertibilité ressemble à un leurre. Elle est d’ailleurs “garantie” par la Banque de France, qui exige en contrepartie à tous les pays de la zone franc d’ouvrir un Compte d’Opérations ouvert au Trésor français, et d’y déposer au moins 65 % de leurs recettes d’exportations. Tiens donc !

En vérité, les avantages tant vantés de la zone franc consistent surtout à offrir un marché captif à quelques hommes d’affaires français installés en Afrique, et à faciliter les transactions de ces élites africaines corrompues qui se rendent régulièrement à Paris pour y approvisionner leurs comptes bancaires, s’offrir des costumes Pierre Cardin ou y faire leurs courses de ménages sans avoir à se soucier du taux de change. Quant aux vrais entrepreneurs français et africains qui désirent s’établir durablement sur le continent et y développer des industries dignes de ce nom, ils se préoccupent plutôt de la détérioration de la compétitivité de ces économies, qui est un problème structurel lorsque la monnaie d’économies aussi faibles est liée à un taux de change fixe à une monnaie aussi forte que l’euro. Ce qui intéresse ces vrais créateurs d’emplois, ce n’est pas tant le niveau modéré de l’inflation dont parlent tant les défenseurs de la zone franc, mais les opportunités d’affaires. Malheureusement, il semble bien que la politique monétaire suivie par les pays d’Afrique noire francophone relève actuellement du masochisme. Quel dommage, quand on sait qu’ils pourraient tirer des enseignements précieux des expériences remarquables d’anciens membres de la zone franc comme la Tunisie ou le Vietnam.

Par Célestin Monga in Billets d’Afrique et d’ailleurs, Octobre 2008

Les pays de la zone franc : Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée Bissau, Guinée équatoriale, Mali, Niger, République centrafricaine, Sénégal, Tchad et Togo.


20:59 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : franc cfa, uemoa, beac, bceao, saoti, cemac, zone cfa, célestin monga | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |