topblog Ivoire blogs

jeudi, 24 décembre 2009

L’ACTIVISME NAUSEABOND DE LA FRANCE CONTRE LA GUINEE

 

DADIS CAMARA.jpg

Quelle célérité de la part de ceux qui s'arrogent le droit d'être appelés la « Communauté Internationale » pour traduire les autorités guinéennes devant le Tribunal Pénale International ! : La France, appuyée en cela par les Etats-Unis !

En effet, après deux rapports au pas de course de Human Rights Watch et de la commission d'enquête ad hoc de l'ONU pour les tueries du stade de Conakry, avant même que l'ensemble des membres du Conseil de Sécurité n'en reçoive copie et que le document ne soit traduit et remis à tous les ambassadeurs près l'ONU, la France demande voire exige, depuis hier (mercredi 23 décembre 2009) que les autorités guinéennes soient traduites, « très rapidement (sic !) » devant les instances judiciaires internationales. Pour cela, elle réclame la saisine immédiate du TPI (le tribunal des perdants, des pauvres et des faibles).

En vue d'empêcher, dit-elle, le Capitaine Moussa Dadis Camara (atteint par balle à la tête par son aide de camp Toumba Diakité, au cours d'une tentative d'assassinat manquée et hospitalisé au Maroc), de revenir prendre les rênes de la Guinée. Elle compte ainsi parvenir à circonscrire le risque d'éclatement d'une guerre civile au pays de Sékou Touré (vraiment ?).

Diantre, dans quel monde sommes-nous ? Un pays planificateur de tueries et de coups d'Etat à la pelle, en Afrique, est-il fondé à donner des leçons au monde et à exiger quoi que ce soit ?

On se souvient encore de l'implication clairement démontrée de la France dans le génocide Rwandais (même si elle s'obstine à tout nier en bloc et à se refuser à toute repentance ou excuse) et dans les crises à répétition sur le continent noir avec leur cortège de morts, notamment en Côte d'Ivoire, au Niger, à Madagascar, au Togo, au Tchad, au Gabon, en Centrafrique, au Congo Brazzaville et même au Ghana (coup d'Etat manqué contre John Kufuor). Et la liste n'est pas exhaustive, loin s'en faut !

Les 6, 7, 8 et 9 novembre 2004, en Côte d'Ivoire, la France, à travers sa Force Licorne a tiré avec du gros plomb contre des Ivoiriens aux mains nues qui manifestaient contre un coup d'Etat en cours et la prise en otage de leur pays.

87 femmes, hommes et jeunes (dont un enfant de 11 ans, à Port-Bouët, devant le 43 ème BIMA) ont ainsi trouvé la mort, dans des conditions particulièrement atroces, sans compter les milliers de blessés dont certains portent des séquelles et des handicaps à vie.

A-t-on entendu un pépiement de la part de qui que ce soit dans le monde ou ne serait-ce qu'une parole de compassion pour le pauvre peuple de Côte d'Ivoire meurtri et bafoué sur sa propre terre ? Non !

A-t-on même entendu les africains ? Non ! Ils s'étaient tous terrés dans une incompréhensible couardise, dans l'inconséquence générale et un manque criant de solidarité ! Ils ont même voté la mise sous embargo de la Côte d'Ivoire par l'ONU, assortie de sanctions individuelles qui demeurent jusqu'à ce jour, dans l'illogisme le plus complet et l'incongruité la plus totale. Grâce à la France.

Et bien que des preuves à profusion existent contre la France dans cette tuerie innommable, la Côte d'Ivoire n'a jamais vu passer, par ici, même l'ombre de Human Rights Watch (les Ivoiriens ne sont peut-être pas des humains, sait-on jamais !) et d'une quelconque commission d'enquête ad hoc de l'ONU.

Voici révélée toute la laideur de notre monde et des prétendus organisations et pays de liberté et des Droits de l'Homme. Et il y a bien pire ! Je vous en fais l'économie.

Alors, qu'aujourd'hui, cette France-là demande justice et réclame le TPI pour les autres, là où une bibliothèque n'arriverait pas à contenir le récit de tous ses crimes en Afrique et dans le monde, c'est véritablement le monde à l'envers !

Même si la junte au pouvoir en Guinée est indéfendable, cet activisme nauséabond de la France choque fortement ma morale et suscite, chez moi, étonnement et interrogations.

Je crois qu'il faut plutôt voir derrière ce zèle surréaliste, non pas de l'amour pour le peuple guinéen, de la solidarité ou un quelconque désir de justice, mais la volonté d'une nation impérialiste de se positionner durablement dans un pays qui s'est affranchi de sa tutelle, aux temps des indépendances, qui lui a toujours échappé et à qui elle l'a durement fait  payer.

Les africains devrait, eux-mêmes, prendre en main le dossier guinéen et aider ce digne peuple frère à se relever de cinquante années de misère profonde. Parce que je continue à croire en l'Afrique et à penser que le peuple noir n'est pas frappé de l'atavisme de la médiocrité morale et de la misère intellectuelle.

Africains, ne croyons surtout pas que la France, par toutes ces gesticulations, ait l'intention de nous donner les preuves de son amour. Elle n'a que des intérêts et n'est mue que par eux. Et si nous consentons à lui donner le coup de pouce complice pour dépecer la junte (malheureusement) au pouvoir en Guinée et embrigader ce pays frère, alors il faudra désespérer de l'Afrique. De fait, que chacun s'attende à connaître son tour et à ne bénéficier d'aucune solidarité.

Des militaires et des civils ont pris le pouvoir, en Afrique, par des coups d'Etat, avec la bénédiction de la « Communauté Internationale ». Pour ne citer que deux exemples, on se souvient encore du voyage du Général François Bozizé, en France en 2003, et de son retour en Centrafrique suivi du renversement du régime en place, celui du civil Ange-Félix Patassé, démocratiquement élu de surcroît.

Il y a le cas plus récent du séjour d'une semaine d'Ange Rajoelina, un DJ insurrectionniste notoire d'Antananarivo, à l'ambassade de France à Madagascar, officiellement pour raison de sécurité. Dès qu'il en sort, coup d'Etat retentissant contre Marc Ravalomanana, Président de la République malgache.

Dans les deux cas, les tergiversations de la « Communauté Internationale » pour condamner ces dérives ont été hallucinantes. Au final, elle s'est contentée d'en prendre simplement acte.

D'où vient-il donc qu'en Guinée, on veuille nous faire croire au Père Noël (même si nous sommes en Décembre. Tout de même) ?

Dans le dossier guinéen, il n'est question que d'intérêts et de profits ; rien d'autres. Qu'on ne vienne donc pas nous dire des contes de fées.

Je tiens à l'affirmer tout net pour éviter toute équivoque : Ce n'est pas de la sauvegarde ou de la préservation du pouvoir de Dadis Camara dont je me préoccupe autant mais plutôt du peuple guinéen frère, de sa paix, de son intérêt supérieur et de son bonheur souverain. Une crise guinéenne gérée maladroitement et dans la précipitation en coûtera plus à ces frères qu'un recours judicieux à la sagesse et à la mesure.

La solution qui, pour moi, s'impose en Guinée, à la suite de toutes les observations que j'ai faites de la situation, c'est de permettre aux Africains et au peuple guinéen de résoudre, eux-mêmes, cette crise. Il faut multiplier les initiatives et les médiations entre les parties en présence, en Guinée. De la concertation persévérante et obstinée et des professions de bonne foi des guinéens sortiront des solutions et des dispositions salutaires pour ce peuple frère. Pour une fois, prouvons que nous sommes intelligents, en Afrique (après, bien sûr, la leçon du dialogue direct ivoirien).

C'est bien le passage en force auquel la France est en train de nous conditionner et nous conduire qui, plutôt, provoquera le chaos redouté. Car, il ne faudrait jamais l'oublier, ce sont des militaires aguerris qui sont au pouvoir. Ils ne seront certainement pas prêts à se laisser tondre la laine sur le dos et ça, il faudra le comprendre. Aucun recours à la force et aux intrigues mafieuses impérialistes ne peut aboutir. Ne provoquons pas chez les putschistes un raidissement irréversible, un basculement dans le totalitarisme et la décision de se maintenir au pouvoir, vaille que vaille, pour se mettre à l'abri des poursuites judiciaires. Au meilleur des cas, ce à quoi de tels procédés conduiront, c'est à la recolonisation de la Guinée, par l'arrivée aux commandes du pays de personnalités que celle qui s'agite, aujourd'hui, s'arrangera (comme toujours) à imposer. Il faudra alors craindre le bradage des immenses ressources minières de la Guinée aux entreprises impérialistes françaises qui rechignent à la concurrence et qui affectionnent les prébendes et les contrats léonins (Areva au Niger, Total au Gabon, au Tchad et au Congo Brazzaville, Bolloré en Côte d'Ivoire et au Sénégal, etc.).

Je recommande donc à mes frères africains la prudence, la patience et la compréhension pour conduire le dossier guinéen à bon port. De sorte que nous en sortions tous gagnants. Nous n'avons pas besoin d'un embrasement général de la sous-région ouest africaine. En tout cas, pas la Côte d'Ivoire !

 

Que DIEU bénisse l'Afrique !

 

DINDE Fernand AGBO

17:44 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Afrique, France, Guinée, Monde | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : afrique, guinée, dadis camara, tribunal pénal international, onu, human rights wath, activisme nauséabond | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

Commentaires

Bonjour
Je viens de vous répondre sur le site rue89
http://www.rue89.com/comment/permalink/1209293
J'ai déposé, sur mon blog revolisationactu, une copie de cette réponse
http://revolisationactu.blogspot.com/2009/12/sur-rue89-une-reponse-fernand-agbo.html

DIMANCHE 27 DÉCEMBRE 2009
sur rue89 une réponse à Fernand Agbo Dinde. La formoisie compradore trahit l'Afrique au profit de la colonoisie, pour les profits de la bourgeoisie coloniale.
==
à maniocodepressif De Yanick Toutain
Humain sur Terre | 21H53 | 27/12/2009 |
@DINDE Fernand AGBO
Bonjour
Je partage l'essentiel de vos propos.
A l'exception de deux choses.
1° Premièrement, la bigoterie qui consiste à demander des miracles m'apparait comme incompatible avec le "dieu" de Newton : réclamer, 13 milliards d'années après le Big-Bang, à un éventuel créateur, qu'il vienne exhausser nos voeux en "bénissant" l'Afrique ou quiconque est une atteinte à la fois au déterminisme absolu qui est le socle de toute science. Il est aussi une atteinte à l'omniscience et à l'omnipotence revendiquée par les partisans et adorateurs d'un tel dieu.
TOUT EST ECRIT. Charge à nous de comprendre l'oeuvre de dieu - Newton et quelques musulmans l'aurait écrit ainsi - ou charge à nous - Newton, les vrais croyants et moi-même le concevons ainsi - de comprendre quels sont les déterminismes, quelle est la chaine des causalités qui nous amène là où nous sommes. Comprenons-là et pesons sur les maillons faibles de cette chaine pour permettre la réalisation de ce que les vrais croyants - dont je ne suis pas - appellent un "paradis sur Terre".
Ce sera la réalisation du futur qui était inscrit, qui était déjà inscrit, dans l'instant du Fiat Lux ! dans le "Que la lumière soit" tel que nomment le Big Bang ceux qui ont la croyance.
======================================
Ce paradis passe par la libération de l'Afrique. La fin de l'esclavage à 50 euros qui est la punition infernale qu'infligent à nos cousins les Bolloré.
Cette libération de l'Afrique sera la poursuite du combat de Spartakos (celui que les Romains désignèrent sous les nom de Spartacus).
Le capitalisme colonialiste est en effet l'activité d'une couche spéciale du capitalisme, une sorte de classe secondaire que j'appelle "colonoisie" ou bourgeoisie coloniale. Une bourgeoisie sous dictature. Une bourgeoisie qui ne négocie pas le partage de ce que Marx appelait (indument) "plus-value". Une "bourgeoisie Le Chapelier" qui récuse aux salariés le droit de négocier quoi que ce soit. En détruisant leurs organisations syndicales.
Les menaces de mort contre le syndicaliste de Kienké - Michael Agbor au Cameroun - "Si tu continues on va te tuer" - sont typiques des pratiques des forces policières des Etats compradores où ces bourgeoisie coloniales pratiquent leur "esclavagisme à 50 euros".


========================================
Mais, Ferdinand Agbo Dinde, il manque à votre texte une composante fondamentale.
========================================
2°En effet, il ne pouvait y avoir de Hitler en France sans Pétain, sans Laval.
Il ne pouvait y avoir oppression et exploitation colonoise en France en 1942 sans profiteurs, sans collabos, sans laquais, larbins et autres pro-nazis.
L'Afrique a ses collabos, elle a ses "pro-nazis".
Ils ont pour nom
===
http://revolisationactu.blogspot.com/2009/12/quand-rabiatou-serah-diallo...
===
Le Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne : Le Président : Bakary FOFANA
Inter centrale (CNTG-USTG-ONSLG-UDTG :
Pour la CNTG : La Secrétaire générale : Rabiatou S. DIALLO
Pour I'USTG : Le Secrétaire général : Dr Ibrahima FOFANA :
Pour I'ONSLG : Le Secrétaire général : Yamodou TOURE :
Pour I'UDTG : Le Secrétaire general : Abdoulaye BALDé :
- Intersyndicale (SIFOG- CGSL- UGTG- CGTG) : La Présidente :Magbe BANGOURA
- Confédération Patronale des Entreprises de Guinée : Le Secrétaire général : Dima DABO
===
Ces collabos, ces "pro-nazis" héritiers de "pro-nazis" de 1942 sont les traitres à la Guinée, les traitres au peuple pauvre de Guinée.
Dans un appel "Fait à Conakry, le 07 Décembre 2009", ils réclamaient de forces étrangères, des forces impérialistes, des complices des forces impérialistes de mettre en place un POUVOIR COMPRADORE sous le nom de "nouvelle autorité de transition"
==
« Le Mouvement Social Guinéen lance un appel pressant à la communauté Africaine et Internationale, conformément aux accords d'Abuja, pour la mise en place de la nouvelle autorité de transition. »
==
J'écrivais, le 10 décembre, dans mon texte "Quand Rabiatou Sérah DIALLO de la CNTG et toute la formoisie de Guinée complotent avec l'envahisseur de la France à fric !"
==
"Quelle serait donc cette « communauté Internationale » avec un « I » majuscule ? L'ONU qui tolère l'occupation de la Palestine par les sionistes depuis des décennies ? L'ONU qui tolère l'occupation militaire de l'Afrique par les bourreaux de la France à fric ? L'ONU qui autorise Vincent Bolloré de payer 50 euros par mois à Kienké au Cameroun et dans tous ses camps de travail ? L'EUFOR qui occupe le Tchad et d'autres pays de continent ? A moins que ce ne soit l'OTAN qui a écrasé le peuple d'Irak ?

Le mouvement social formois-bourgeois de Guinée est donc en train d'appeler les gangsters de l'impérialisme à venir écraser le peuple de Guinée.
« la mise en place de la nouvelle autorité de transition »
Mais nous ne sommes pas dupes. Ce que Rabiatou Sérah DIALLO de la CNTG et ses comparses syndicalistes formois et bourgeois réclament n'est ni plus ni moins que l'invasion de la Guinée par les gangsters impérialistes."
==
Ce sont ces gens-là qu'il est urgent de démasquer.
La tradition marxiste archaïque ne voit que ce que ses Anciens voyaient en 1927 : une "bourgeoisie compradore" telle que celle qui complotait en Chine, aux côtés de Tchang Kai Tchek et son Kuomingtang.
Ces Rabiatou Sérah Diallo profitent de l'interruption de la recherche sérieuse en sociologie et en économie pour avancer masquée.
C'est en effet l'absence de concept de "FORMOISIE COMPRADORE" qui a permis les trahisons de Patrice Lumumba par les Mobutu, les trahisons de Thomas Sankara par les Blaise Compaoré.
Pour qu'il y ait des traitres, il faut non seulement l'appui de l'étranger, le soutien de l'envahisseur, il faut, de façon fondamentale des forces sociales disposées à travailler avec cet envahisseur. Des forces sociales disposées à soutenir l'Etat compradore, à soutenir l'Etat de collaboration avec l'étranger.
Il faut non seulement des Chirac et des Sarkozy, non seulement des des Wade, des Bongo, des Biya, des Déby, des Gbagbo, des Lissouba comme des Sassou Nguesso, mais aussi des couches et des classes sociales.

Pétain dirigeait un Etat compradore. Laval dirigea cet Etat compradore.
Un Etat principalement au service de la bourgeoisie allemande (et son alliée économique étasunienne [Ford etc...]) et secondairement au service de la bourgeoisie française qui profitait de la Gestapo pour règler ses comptes de 1936.
La libération de l'Afrique rend absolument nécessaire la mise en lumière de la trahison de la formoisie africaine. La classe sociale des diplômés privilégiés qui - par appat du gain - prétendent recevoir le "fruit" de son prétendu savoir, le fruit de ses diplômes.
Mais ce fruit n'est qu'un mensonge : toute la production est issue - de façon ultra-majoritaire - de la productivité ancestrale. Toutes les découvertes et inventions de nos ancêtres.
Ce sont donc les droits d'auteur ancestraux qui devraient être payés à 6, à 7 milliards d'humains.
1000 euros par mois pour tous les Terriens !
Troupes françaises hors d'Afrique !

Un Nuremberg de l'Afrique : extradition des assassins de l'Hotel Ivoire (Michlèle Alliot Marie, gnéral Poncet etc..) vers la Côte d'Ivoire. Extradition des génocidaires (socialistes et gaullistes) de 1994 vers le Rwanda.


==
PUBLIÉ PAR YANICK TOUTAIN À L'ADRESSE 13:06
LIBELLÉS : AFRIQUE, COLONIALISME, COLONOISIE, COMPRADORE, FERNAND AGBO DINDE, FORMOISIE, LES ESCLAVES DE BOLLORÉ, RUE89, VINCENT BOLLORÉ, YANICK TOUTAIN

Écrit par : Yanick Toutain | dimanche, 27 décembre 2009

Les commentaires sont fermés.