topblog Ivoire blogs

mardi, 16 février 2010

ANALYSE DES HERESIES AYANT SUBSISTE DANS L'EGLISE CATHOLIQUE, UNE EGLISE QUI N'EN EST PAS UNE (1)

LA BASILIQUE SAINT PIERRE.jpg
Que de scandales sexuels couverts par l'église catholique et le vatican au cours de ces dernières décennies! Le dernier en date qui émeut le monde entier, actuellement: l'abus sexuel de centaines d'enfants par des prêtres pédophiles, restés impunis et protégés par leur hiérarchie, depuis les années 70, en Irlande. Impensable! Le semblant d'indignation manisfesté, en ce moment par le Pape Benoît XVI et le clergé ne convainc personne. Comme le disait un prêtre catholique converti au vrai Evangile, "le vatican est le lieu de perdition le plus sombre qui soit sur la terre". Les enquêtes de Serge Bilé ne révèlent pas autre chose quand il dévoile la prostitution imposée aux religieuses de race noire, au coeur même de Rome.
A la faveur de ce scandale ignominieux, je voudrais attirer l'attention de tous ceux qui cherchent DIEU d'un coeur sincère et qui sont des catholiques pieux que, sur la base de l'Evangile de JESUS-CHRIST, l'église catholique romaine ne peut être considérée comme une Eglise mais plutôt comme une conspiration contre DIEU et sa Parole. A cet effet, je leur recommande, fraternellement, cette brillante et profonde étude du serviteur de DIEU, Jean-Louis Bulté, qui analyse, à la lumière de la Parole vivante de DIEU, les grandes hérésies de "Babylone, la Grande", celle qui a usurpé le titre d'église. "Que celui qui a des oreilles pour comprendre comprenne ce que l'Esprit dit à l'Eglise!" Apocalypse 22.
PLACE SAINT-PIERRE DE ROME.jpg
Un Appel à revenir aux sources du Christianisme

Vendredi 31 août 2007, par Jean-Louis Bulté

Jésus répondit à Pilate : Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix. Pilate lui dit : Qu’est-ce que la vérité ? (évangile de Jean, chapitre 18, versets 37-38

La question de Pilate à Jésus est certainement une des plus essentielles qui soient. Bien sûr, dans un temps où le diktat du relativisme sévit, il semble tout à fait impossible d’attribuer à la vérité un caractère absolu. Chaque religion posséderait une partie de la vérité et puisqu’il serait hasardeux d’essayer d’en définir les mesures respectives, on estime fort logiquement qu’il est inutile de se torturer l’esprit avec ce genre de question métaphysique. Et pourtant, Jésus avait déjà répondu à la question de Pilate. Dans le même évangile de Jean, au chapitre 14 verset 6, nous lisons que Jésus se révèle comme la vérité incarnée. Puis en Jean chapitre 17 verset 17 Jésus définit la Parole de Dieu comme étant la vérité. Deux passages qui témoignent que selon l’Évangile, la vérité n’a rien d’abstrait. Elle s’est matérialisée en chair et en os.

Venons-en maintenant à l’objet de cette étude. Soucieux de rompre avec un silence trop longtemps prolongé sur les grandes hérésies de l’Eglise Catholique Romaine, nous avons voulu confronter les dogmes si protégés de la « Grande Église » avec les déclarations de la Bible, que nous croyons entièrement d’inspiration divine. Tout prouve que bien des Français, qui se réclament encore pour 68 % du catholicisme, sont attachés à un certain nombre de pratiques religieuses — le baptême des enfants par exemple — et se réfèrent facilement à l’enseignement qu’ils ont reçu dans leur enfance sans se poser la question du bien-fondé de ces croyances et pratiques. Pourquoi utiliser le terme d’hérésie qui, il faut l’avouer, pourrait paraître exagéré ? Tout simplement parce que L’Eglise Romaine a pendant des siècles soi-disant fait la chasse aux hérésies ou plus exactement aux hérétiques, et ce, à chaque fois qu’une voix était discordante par rapport aux dogmes et traditions de l’Eglise. Le pauvre Galilée en fit lui-même les frais, lui qui eut la prétention de dire qu’il avait découvert que la terre était ronde et non plate et qu’elle tournait autour du soleil et n’était pas le centre de l’univers. Les autorités ecclésiales du moment le sommèrent d’abandonner ses recherches car elles remettaient directement en question la position officielle de l’Eglise.

Et que dire de tous ces innocents massacrés ou brûlés vifs sous le régime de l’Inquisition, cette institution spécialement créée pour combattre l’hérésie. Est-il utile de revenir sur un passé si douloureux et bien révolu ? Outre le fait que nous croyons fermement qu’il faudra rendre des comptes un jour, ce qui nous importe aujourd’hui c’est d’attirer l’attention sur le fait que bien des vérités déclarées par l’Eglise Catholique ne sont en réalité que mensonge au regard des écrits bibliques qui seuls peuvent servir de référence absolue en matière de foi chrétienne.

Certains réformateurs, du XVIème siècle en particulier, avaient apporté un éclairage considérable sur le système catholique et ses dérives, mais l’écho de leur voix s’est estompé avec les siècles. Nous croyons que seule la vérité proclamée par l’Écriture (la Bible) peut remédier à l’ignorance qui subsiste et attirer à nouveau l’attention de nos concitoyens sur des questions qui ont été reléguées en arrière-plan de leurs préoccupations. La doctrine de l’Eglise Catholique Romaine contient un certain nombre d’erreurs que nous voudrions mettre en évidence le plus clairement possible.

Nous espérons que vous aurez la curiosité de prendre connaissance des pages qui suivent. Notre désir, c’est que vous connaissiez Celui qui est la vérité car de cette connaissance peuvent se produire les plus grandes transformations : « Je sais une chose : c’est que j’étais aveugle et que maintenant je vois… Jésus l’ayant rencontré, il lui dit : Crois-tu au Fils de Dieu ? Il répondit : Et qui est-il Seigneur, afin que je croie en lui ? Tu l’as vu, lui dit Jésus, et celui qui te parle, c’est lui. Et il dit : Je crois, Seigneur. Et il l’adora. Puis Jésus dit : Je suis venu dans ce monde pour un jugement, pour que ceux qui ne voient point voient, et que ceux qui voient deviennent aveugles » (Évangile selon Jean, chapitre 9:25, 35-39).


Que croyez-vous ? Quelles sont vos certitudes ?



Bien des catholiques sont aujourd’hui en proie à des interrogations légitimes. L’Eglise laissant subsister autant d’ambiguïtés que de zones floues, beaucoup de fidèles s’interrogent au sujet des positions prises par les instances supérieures. Pour palier à cette lacune, beaucoup sont tentés d’associer à leur foi les pensées venues des religions hindouistes, concernant la réincarnation par exemple qui aurait séduit quelque 30% de catholiques. L’éternité, l’existence du paradis et de l’enfer, la réalité d’un jugement après la mort, sont parmi ces zones floues embarrassantes. Et pourtant, sur chacun de ces sujets, la Bible donne des révélations précises permettant aux croyants d’avoir de solides certitudes. Bien sûr, l’Eglise Catholique après avoir formellement interdit pendant des générations la lecture de la Bible, condamnant même ceux qui la possédaient, n’encourage guère sa lecture assidue. Il est vrai qu’il est toujours plus facile de conduire des personnes maintenues dans l’ignorance. C’est pourquoi, nous tenons à préciser que nous respectons la foi sincère de bien des catholiques et que notre réaction porte sur « le système » du catholicisme, non conforme à la Bible sur lequel il prétend être édifié. Vous trouverez donc dans les prochaines pages un examen des grands piliers de la doctrine de l’Eglise Romaine. Mais avant de les aborder, rappelons …


Les origines de l’Eglise Catholique Romaine


Il est certainement utile de rappeler ici que l’Eglise Catholique n’a été établie ni par Jésus ni par les apôtres et que l’Eglise primitive était radicalement différente de celle-ci.

C’est en 313 que l’Eglise jusque-là persécutée va obtenir de l’empereur Constantin la paix, la reconnaissance et un rapprochement étroit avec l’État. Constantin, tout en gardant son titre païen de Souverain Pontife favorisa le christianisme.
C’est à la fin du IVème siècle que l’empereur Théodose interdit le culte païen : tout citoyen romain était contraint d’accepter la foi chrétienne telle qu’elle avait été formulée au concile de Nicée en 325. Tous ceux, dès lors, qui pour des raisons de conscience, ne suivaient pas ce diktat et n’entraient pas dans cette religion d’État étaient stigmatisés comme hérétiques.

Sous la direction du pape Léon Le Grand (440-461), l’Eglise universelle prit un immense essor. C’est lui que la plupart des historiens de l’Eglise désigne comme étant le premier pape, le premier à vouloir monopoliser au profit de l’évêque de Rome les promesses faites par Jésus à l’apôtre Pierre (Matthieu 16:18,20


L’institution de « l’Eglise d’État » fut achevée sous le règne de l’empereur Justinien (527-565) lorsqu’il établit les prêtres comme « fonctionnaires d’État ». Les évêques devinrent des dignitaires munis de pouvoirs religieux et politiques et se firent considérer comme des « pères spirituels ».


La prééminence des évêques, et surtout des métropolites dans les églises catholiques favorisa grandement les relations de l’Eglise avec les autorités civiles. L’Eglise et l’État ne tardèrent pas à être étroitement associés, et, très vite, la puissance de l’État fut à la disposition des chefs de l’Eglise pour sanctionner leurs décisions. C’est ainsi que les persécutés devinrent graduellement persécuteurs.


Plus tard, les églises qui, restées fidèles à la Parole de Dieu furent persécutées par l’Eglise dominante comme hérétiques et sectaires, exprimèrent souvent dans leurs écrits leur entière désapprobation de l’union de l’Eglise et de l’État.


Avec l’introduction des masses plus ou moins païennes dans l’Eglise, le culte ne peut éviter la paganisation. Toutes sortes de pratiques sont introduites : le signe de croix (310) ; l’utilisation des cierges (320) ; la vénération des anges et des saints décédés (375), en sont quelques exemples. Les églises et même les individus sont placés volontiers sous la protection d’un saint ; bientôt, dans chaque autel, on désire placer une relique sacrée. Les images, les pèlerinages, les processions satisfont également le goût du faste et la superstition qui animent les foules. Ceux qui protestent alors contre ces déviations sont traités d’impies et leurs réactions restent sans résultat.


LE PURGATOIRE


Nous touchons ici directement à la question du salut de l’âme, question la plus essentielle qui soit au regard des paroles fameuses de Jésus : « A quoi servirait-il à un homme de gagner le monde entier s’il perdait son âme ? ou, que donnerait un homme en échange de son âme ? » (Matthieu 16:26).


Peut-on savoir ce qu’il y a vraiment après la mort ? Si l’âme est immortelle, que devient-elle, où va-t-elle ? Y a-t-il un lieu d’attente et de purification comme le suppose la doctrine du purgatoire ? Peut-on avoir l’assurance de son salut ou est-ce une présomption ?

A chacune de ces questions, la Bible donne en réalité des réponses claires et précises. Seule l’ignorance ou l’incrédulité nous maintiennent dans l’incertitude.


Il y a dans le cœur de tout homme la pensée de l’éternité, déclare l’Ecclésiaste (Ecclésiaste 3:11). Quand il vous est arrivé de penser à la mort, vous avez peut-être perçu une interrogation latente et certainement vous vous êtes dit que les choses ne devaient pas en rester là, qu’il y avait peut-être une continuité, une vie après la vie...


Le drame c’est que nous ne prenons pas le temps de chercher de vraies réponses et qu’une multitude de gens se dirigent vers le grand départ sans même se préparer, comme s’il n’y avait rien, ou bien, au contraire, comme si tout le monde allait au paradis, comme le claironne une certaine chanson populaire, mais il n’y a rien de plus faux. « Le royaume de Dieu, dira Jésus, est semblable à un filet jeté dans la mer et ramassant des poissons de toute espèce. Quand il est rempli, les pécheurs le tirent et, après s’être assis sur le rivage, ils mettent dans des vases ce qui est bon et ils jettent ce qui est mauvais. Il en sera de même à la fin du monde ».


« Les anges viendront séparer les méchants d’avec les justes et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents »
(Matthieu 13:47-50). L’expression « méchants » ne concerne pas uniquement les grands criminels car en vérité, selon la Bible, tout homme qui demeure délibérément éloigné de Dieu est un méchant. « La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive, car ce qu’on peut connaître de Dieu est manifeste pour eux, Dieu le leur ayant fait connaître. En effet les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l’œil nu, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. Ils sont donc inexcusables, car ayant connu Dieu, ils ne l’ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces ; mais ils se sont égarés dans leurs pensées, et leur cœur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres. Se vantant d’être sages, ils sont devenus fous... » (Romains 1:18-22).


L’Évangile est la puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit (Romains 1:16) car iI révèle la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes (Tite 2:11). Le salaire du péché c’est la mort mais le don de Dieu en Jésus-Christ c’est la vie éternelle (Romains 6:23). C’est pourquoi, celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui (Jean 3:36).


Non, le salut n’est pas aléatoire ; il ne doit rien au hasard, mais il dépend directement de notre connaissance ou de notre non-connaissance du Fils de Dieu : « Je suis le chemin, la vérité et la vie ; nul ne vient au Père que par moi » (Jean 14:6) ; « en vérité, en vérité, je vous le dis, je suis la porte des brebis... si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé » (Jean 10:7,9).

Ainsi donc, comme le dira l’apôtre Paul aux chrétiens de Rome, « si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé » (Romains 10:9).


Dans ce temps de syncrétisme religieux où l’on veut se rassurer autour de cette pensée que toutes les religions se valent, servent et honorent un même Dieu sous des noms différents, il paraît présomptueux et peu raisonnable d’être à la fois catégorique et si restrictif concernant la question du salut. Mais la Bible, que nous croyons être la parole de Dieu, est à la fois catégorique et restrictive.


Après la mort il n’y a pas de néant, il n’y a pas non plus de seconde chance au travers d’une réincarnation : « Il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement » (Hébreux 9:27). Il n’y a pas davantage de purgatoire, cet état de purification, selon le dogme officiel, cette antichambre pour le ciel, où les âmes encore impures trouvent un soulagement dans les prières des fidèles mais surtout dans le sacrifice de la messe. C’est là une hérésie pure et simple au regard du sacrifice parfait et parfaitement suffisant de Jésus qui, par son sang, a obtenu pour nous la paix avec Dieu (Romains 5:1 ; Colossiens1:20).


C’est encore et toujours cette même idée erronée que nous pouvons participer à notre propre salut alors que la Bible est formelle : « C’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu » (Ephésiens 2:8).

C’est le pape Grégoire le Grand (mort en 604) qui ébaucha la doctrine. Le concile de Florence en 1439 définit le dogme confirmé par le concile de Trente. C’est sur ce dogme que prit son essor le fameux trafic des indulgences au travers desquelles on pouvait moyennant finances, soulager la souffrance d’un être cher en faisant dire quelques messes. Ce fut l’occasion d’exploiter la crédulité des foules ignorantes et de faire rentrer de l’argent permettant aux pontifes de la Renaissance de mettre sur pied leurs projets à la gloire de... Rome ou tout simplement à la leur.


Il n’y a pourtant pas trente six chemins pour aller au ciel mais seulement un comme le précisera Jésus : « Large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition et il y en a beaucoup qui entrent par là ; mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie et il y en a peu qui les trouvent » (Matthieu 7:13-14). Jésus est-il ici fataliste ? « Celui qui cherche trouve » dira-t-il. Cela veut donc dire que le drame demeure dans le fait que peu de personnes cherchent à connaître la vérité qui mène au salut.


Il est intéressant de lire ce commentaire tiré du Dictionnaire du Christianisme de Jean Mathieu-Rosay : « Il est impensable, pour l’Eglise, de faire marche arrière lorsqu’une doctrine a été définie comme dogme de foi par un concile. L’infaillibilité du magistère en serait ébranlée. Bien des théologiens reconnaissent toutefois que le dogme du purgatoire, en raison surtout de considérations psychologiques et pédagogiques, pose aujourd’hui bien des problèmes ».


C’est ainsi que même le système des indulgences subsiste comme l’indique le Nouveau Catéchisme de L’Eglise Catholique : « Puisque les fidèles défunts en voie de purification sont aussi membres de la même communion des saints, nous pouvons les aider... en obtenant pour eux des indulgences » (Catéchisme, articles 1476-1478, page 317).

Terminons par une question : Que penser du fait que les Papes sont ceux qui ont le plus de messes après leur mort et cela à l’échelle mondiale ? Ont-ils donc si besoin de cet état de purification que constitue le purgatoire et par conséquent du secours de la prière des fidèles ?

 

LA VIERGE MARIE


Actuellement, dans la pratique des dévotions catholiques, une place immense est faite à la vierge Marie. Les titres qu’on lui attribue sont multiples : Mère de Dieu, Porte du ciel, Refuge des pécheurs...

Marie est vénérée au point que Jésus Lui-même semble relégué à une place inférieure. Les innombrables statues de la Vierge à l’enfant (ou sans enfant) sont suffisamment parlantes. Qu’en est-il en réalité par rapport aux Écritures ?


La naissance de Jésus est surnaturelle. C’est le mystère de l’incarnation : « Une vierge enfantera un fils qui sera appelé Emmanuel » (Esaïe 7:14). Mais Marie n’en reste pas moins une femme à part entière qui fut choisie en vertu de la grâce souveraine de Dieu, ce que celle-ci admettra d’emblée dans sa prière : « Le Seigneur a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante » (Luc 1:48).


Au Moyen-Âge, le culte de Marie se développe considérablement grâce à la chevalerie (culte de la Dame). On note l’apparition de l’Ave Maria vers le IXème siècle comme prière rituelle. Peu à peu apparaissent les fêtes mariales dont la dernière en date, l’Assomption, a été établie par le pape Pie XII en novembre 1950 seulement. Pourquoi cette soudaine « révélation » ? Tout simplement pour résoudre une question de logique doctrinale. Déclarer Marie comme étant sans péché devait forcément impliquer qu’elle n’avait pu voir la mort. La Bible ne fait bien sûr aucune mention d’une élévation de Marie au ciel. Seul Jésus a été souverainement élevé à la droite de Dieu, seul Il est couronné de gloire et d’honneur. Prétendre qu’il est nécessaire voire préférable de passer par Marie pour atteindre son Fils n’a de même aucun fondement scripturaire et relève de l’imaginaire de théologiens qui tordent le sens des Écritures. Voyez plutôt les récits des évangiles concernant les contacts que Jésus a pu avoir avec Marie et les paroles qu’il prononça à son égard :

  • Quand Marie réprimanda Jésus qui lui avait faussé compagnie à elle et à Joseph, celui-ci répondit : « Ne saviez-vous pas qu’il faut que je m’occupe des affaires de mon père. Mais ils (y compris Marie) ne comprirent pas ce qu’il leur disait ». (Luc 2:41-50).
  • A Cana, Marie fut certainement surprise d’entendre Jésus lui dire : « Femme, qu’y a-t-il entre moi et toi ? » (Jean 2:4).
  • Quand on vint avertir Jésus que sa mère et ses frères désiraient le voir (Marc 3:31-35), il ne manifesta pas une grande joie, sachant que peu de temps avant ils avaient voulu se saisir de lui, pensant qu’il était hors de sens (Marc 3:21). Jésus déclara alors que quiconque fait la volonté de Dieu, celui-là est son frère, sa sœur, et sa mère Aucun hommage particulier à Marie mais une mise au point des plus claires : d’abord, le fait que Marie ait engendré Jésus ne lui donne aucune prérogative spéciale sur lui ; ensuite, le fait que Jésus soit né de chair et de sang ne doit pas masquer son origine divine, éternelle, céleste.
  • Quand une femme voulut rendre un hommage tout particulier à Marie en s’exclamant du milieu de la foule : « Heureux le sein qui t’a porté, heureuses les mamelles qui t’ont allaité ! », Jésus réagit aussitôt pour lever toute ambiguïté : « Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent ! » (Luc 11:27-28).
  • Enfin, quand Jésus déclara sur la croix : « Femme, voilà ton fils », et à Jean : « Voilà ta mère », il ne voulait en aucune manière signifier que Marie était la mère de tous les croyants mais ne voulant pas la laisser à elle-même, dans le besoin et le désarroi, il la confia donc aux soins de son disciple le plus proche. Cela est d’autant plus clair que l’Écriture précise qu’à partir de ce moment le disciple la prit chez lui (Jean 19:26-27).

 

Marie « Mère de Dieu »


Prétendre que Marie est la « Mère de Dieu » parce qu’elle a enfanté celui qui est la Parole faite chair, le Verbe incarné, c’est prendre un raccourci bien simpliste pour tomber dans une aberration grossière. Dieu « est » de toute éternité, il n’a ni commencement ni fin. Dire que Marie est la Mère de Dieu c’est dire que Dieu a un commencement au travers de la naissance de Jésus. C’est oublier que Jésus s’est seulement incarné en prenant un corps semblable au nôtre pour accomplir notre Rédemption mais qu’il était avec le Père de toute éternité : « Abraham, votre père, a tressailli de joie de ce qu’il verrait mon jour : il l’a vu, et il s’est réjoui. Les juifs lui dirent.- tu n’as pas encore cinquante ans et tu as vu Abraham I Jésus leur dit : en vérité en vérité je vous le dis, avant qu’Abraham fût, je suis » (Jean 8 : 56-58).


Il est manifeste que Marie est un exemple de foi et d’humilité mais elle ne saurait être vénérée comme une déesse. En réalité, c’est après l’entrée massive des païens dans l’Eglise, habitués au culte des déesses, qu’on vint en foule vers Marie. Il est significatif de voir que c’est à Ephèse, la ville de la déesse Artémis, que le concile de 431 la déclara « Mère de Dieu ». C’est alors qu’on commença à lui dédier des autels et des images. Dans son livre consacré à la vie de l’apôtre Paul (L’avorton de Dieu), Alain Decaux mentionne cette réalité : à Ephèse, « le paganisme est partie intégrante de la vie quotidienne. Chacun implore Artémis dans ses prières comme - bien plus tard - les chrétiens prieront Marie. Chaque mois de mai est consacré à la déesse. Tous les quatre ans, son culte prend des proportions inouïes. D’innombrables pèlerins se ruent dans la ville entièrement fleurie. La moindre chambre est louée plusieurs mois à l’avance. Tout le jour, des cortèges joyeux parcourent la cité en criant et chantant :  »Grande est Artémis des Ephésiens !«  » (page 212).


Les Isis, Artémis, Astarté et Vénus de l’Antiquité ont laissé place à l’adoration d’une divinité féminine : Marie. On comprend mieux le mécanisme religieux de transfert de dévotion, qui conduit à une forme d’idolâtrie chrétienne, toute aussi répréhensible du point de vue de la Bible.

 

L’Immaculée Conception


C’est en 1854 que le Pape Pie IX va rassembler une grande partie des évêques à Rome pour discuter de la question et se mettre d’accord sur les termes exacts de la promulgation de l’Immaculée Conception. Dès lors, Marie apparaît comme le seul être épargné par le péché originel. Modèle de pureté absolue, elle seule peut être désignée pour devenir la mère de Jésus. Très opportunément, c’est après cette proclamation, 4 ans plus tard, en 1858, à Lourdes, que la Vierge Marie se serait présentée à la jeune Bernadette comme l’immaculée Conception, venant ainsi confirmer elle-même le bien-fondé d’un tel attribut.


Cette allégation survenue après 19 siècles d’obscurité n’a encore une fois aucun fondement néo-testamentaire. Si Marie avait été sans péché nous ne voyons pas pourquoi elle s’adresse à Dieu comme à son sauveur : « et mon esprit se réjouit en Dieu, mon sauveur » (Luc 1:47) ; seul le péché amène à considérer le besoin d’un sauveur capable de pardonner et d’effacer.

Jamais de son vivant Marie ne s’est attribuée une telle qualité, bien au contraire : « Le Seigneur a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante » (Luc 1:48). Il est donc très étrange qu’elle puisse maintenant se donner des attributs divins.


Rien dans les diverses épîtres du Nouveau Testament ne permet un instant de supposer que Marie soit née et demeurée sans péché ou qu’elle puisse avoir une part quelconque dans notre Rédemption. En fait, les écrits des divers apôtres se focalisent uniquement sur la personne de Jésus sans faire aucunement mention de Marie.


Nous devons donc admettre en toute objectivité que les allégations de l’Eglise Catholique concernant Marie relèvent davantage de la fantasmagorie mystique plutôt que d’une révélation indiscutable des Saintes Écritures, qui, rappelons-le encore, sont la seule et unique source de connaissance pour tout ce qui concerne la foi chrétienne.

 

La vie de Marie selon les évangiles


Le Nouveau Testament est en fait très sobre concernant la vie de Marie. Au-delà du choix de Dieu qui relève de sa grâce souveraine, nous voyons en Marie une femme effacée qui n’a jamais cherché à faire parler d’elle. Il est manifeste que, jusqu’à la croix, il fut pour elle très difficile de conjuguer le fait que Jésus soit son fils et le fait qu’il soit le Fils de Dieu. Contrairement aux idées reçues, il est clair que Marie eut bien d’autres enfants. Il suffit de lire Matthieu 13:55-56, Marc 6:3, Jean 7:5, Actes 1:14, pour s’en convaincre. Le dogme de la virginité perpétuelle de Marie n’est donc pas plus fondé que celui de sa nature immaculée.


LA PAPAUTÉ


Une des particularités majeures de l’Eglise Catholique consiste en son organisation pyramidale, toute une hiérarchie allant du simple prêtre au cardinal et ayant à sa tête un monarque absolu, le pape. Celui-ci est défini comme étant l’évêque de Rome, successeur de Saint Pierre ; il est le chef visible de l’Eglise, le vicaire de Christ, celui dont la parole serait infaillible. C’est ainsi que depuis le IVème siècle, plus de 250 papes se sont succédés, laissant parfois à l’Histoire le témoignage d’hommes intéressés par le pouvoir, capables de décisions impitoyables envers ceux qui avaient l’audace de contester leur autorité.


Et pourtant, un simple examen des écrits néo-testamentaires nous montre qu’il y a bel et bien eu une méprise énorme dans le choix d’établir sur l’Eglise un chef terrestre. En voici quelques preuves :

Jésus n’a jamais établi l’apôtre Pierre comme chef de l’Eglise et ne l’a jamais considéré comme supérieur aux autres apôtres ; l’interprétation erronée du texte de Matthieu 16:18,19 a été des plus dommageables. Jésus ne voulait aucunement signifier à Pierre qu’il deviendrait la pierre principale de l’édifice spirituel qu’est l’Eglise, mais plutôt affirmer que tous ceux qui, comme Pierre reconnaîtraient en Jésus le fils de Dieu, sauveur du monde, constitueraient Son Église, chaque croyant devenant en lui-même une pierre vivante pour former une maison spirituelle, un saint sacerdoce (1 Pierre 2:4,6). Jésus-Christ est le seul fondement de l’Eglise comme le déclare l’apôtre Paul aux Corinthiens : « Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus-Christ » (1 Corinthiens 3:11).


Il est à remarquer qu’un an après la déclaration faite à Pierre, les disciples se disputent pour savoir qui est le plus grand (Luc 22:24-26). Or, Jésus ne répond pas : « Mais c’est Pierre ! ». Il profite de cette occasion pour dissiper toute ambiguïté concernant d’éventuels débats sur l’influence des uns sur les autres et pour ’tuer dans l’œuf’ toute ambition venant mettre en péril l’égalité parfaite de tous ceux qui Le suivent.

Nulle part nous ne voyons Pierre, dans la lecture du livre des Actes des Apôtres, accepter des honneurs particuliers : il se pressa de reprendre Corneille qui se prosternait devant lui (Actes 10:25,26).


Dans l’épître aux Galates, Paul mentionne Jacques, Céphas (Pierre) et Jean comme les colonnes de l’Eglise primitive (Galates 2:9) : Pierre n’est mentionné qu’en deuxième position. Précédemment le même apôtre Paul avait précisé que le Seigneur avait fait de lui l’apôtre des païens comme de Pierre l’apôtre des juifs (Galates 2:7,8).Très intéressant puisque le Pape, censé être le successeur de Pierre, aurait logiquement dû conserver la même mission, mais toute l’histoire dément ce fait.

Faut-il ajouter que Pierre, lors de son passage à Antioche, fut confondu dans son hypocrisie par l’apôtre Paul (Galates 2:11-14),ce qui n’est pas très convaincant en ce qui concerne le sujet de l’infaillibilité du soi-disant premier Pape.


Jésus a plusieurs fois combattu cette idée de primauté lorsqu’Il exhorta ses disciples à se faire serviteurs de tous et à ne pas rechercher les honneurs des hommes. Pour s’occuper de son Église, Jésus n’a jamais voulu établir un système reconnaissant une autorité humaine par excellence, mais il a envoyé le Saint-Esprit pour conduire les siens dans la Vérité (Jean 16:13,14).


Pour ce qui concerne encore l’infaillibilité du Pape définie par le concile de Vatican I, en 1870, on peut affirmer que jamais l’apôtre Pierre ne s’est arrogé une telle qualité, lui qui se déclare « ancien » (presbytre) parmi les anciens et dit que seul Jésus est le Prince des pasteurs (1 Pierre 5:1-4).

En vérité, nul homme n’a le droit de prétendre à l’infaillibilité car Jésus-Christ Lui seul, Dieu manifesté en chair, possède l’infaillibilité. Il est, Lui seul, le Chef suprême de l’Eglise. NUL HOMME ne devrait avoir le droit de s’arroger un tel titre.

Il est impossible de prouver que Pierre fut le premier évêque de Rome. Certes, une très ancienne tradition dit qu’il est mort dans cette ville, sous Néron en 66, mais rien dans le Nouveau Testament ou dans des documents contemporains, ne dit que Pierre, apôtre des Juifs, soit devenu l’évêque de Rome. C’est même invraisemblable car en 58, l’épître aux Romains montre que Pierre n’était pas dans cette ville. En 61, quand Paul y est prisonnier, Pierre n’y est toujours pas (Actes 28). La deuxième épître à Timothée, écrite de Rome, plus tard encore, ne parle toujours pas de la présence de Pierre dans cette ville.


Comment Rome est-elle devenue le siège du pouvoir pontifical ?


L’Eglise de Rome, l’une des plus anciennes, puissante et influente (puisqu’elle avait parmi ses membres de hauts fonctionnaires de l’empire, et, à partir de 315, l’empereur et sa famille), devint une des Églises les plus vénérées. Son chef était revêtu, par ce fait, d’une grande autorité. Progressivement, il revendiqua des prérogatives particulières et la prééminence, mais les évêques des autres grandes Églises luttèrent longtemps contre ces prétentions.

En réalité le choix de Rome comme « capitale ecclésiastique du monde » est purement arbitraire. L’Eglise de Jésus-Christ n’a nullement besoin d’un siège géographique particulier puisqu’elle est présente dès que deux ou trois disciples de Jésus se réunissent en son nom et cela sans même la présence d’un prêtre (Matthieu 18:20).

 

L’origine du titre « souverain pontife »


Dans les documents de l’Eglise catholique, le pape est très souvent nommé « le souverain pontife ». C’est étrange, car le titre de « pontife » vient directement du paganisme. Le chef de l’ensemble des prêtres des différents cultes de Rome était le souverain pontife, « pontifex maximus », c’est-à-dire le constructeur en chef des ponts. Dans l’Antiquité, en effet, les fleuves étaient considérés comme des divinités dont il fallait apaiser la colère si l’on essayait de les franchir. La construction d’un pont relevait ainsi de l’art mystérieux d’un homme capable d’attirer la faveur divine. Maître de redoutables secrets, les faiseurs de ponts étaient des personnages sacrés. A partir d’Auguste, l’empereur lui-même se fit appeler ainsi car il prétendait établir un pont entre le commun des mortels et les dieux. L’empereur Gratien, en 379, supprima le titre, trop païen à ses yeux. Cela n’empêcha pas qu’à partir de Léon 1er, l’évêque de Rome accepta de le porter jusqu’à devenir, depuis la Renaissance, le titre le plus habituel.

(Pour lire la suite, voir le post N° 2).

Commentaires

L'eglise des catholiques a trop de mensonges; Jésus a-t-il eu des frères et des sœurs ? Beaucoup de catholiques vous diront que non, parce que la plupart de ceux-là ne lisent pas la Parole de DIEU, pourtant, lorsque vous êtes un lecteur (même novice) de la parole de DIEU, il est évident que Marie a eu d'autres enfants en dehors de Jésus:

* Jésus a un "frère" qui s'appelle Jacques. (Marc 6:2-3; Marc 15:40; Marc 16:1)
* Paul le confirme dans Galates 1:19. Si frère a le sens de disciple ou frère en Christ, Paul aurait simplement dit "Jacques notre frère" !
* Dans Jean 7:3 et Actes 1:13-14, on fait une parfaite distinction entre "frères" et "disciples", il n'est donc plus question d'attribuer une autre signification au mot frère, car frère ici c'est frère de sang…
* Il ne s'agit pas de l'autre Jacques, puisque celui-ci se fait tuer beaucoup plus tôt avant que Paul ne voie Jacques, frère du Seigneur(Actes 12:2).
* Joseph n'a pas eu de rapports avec Marie avant la naissance de Jésus certainement, mais il en a eu après! (Matthieu 1:25).
* Jésus est le "premier-né"! oui! Le premier né d'une famille de plusieurs enfants (Luc 2:7).

Prenez plutôt le temps de lire et d'examiner ces versets et tous ces épitres, il en ressortira tout de suite une vérité évidente: La vierge Marie que les cathos prient n'est pas la mère de Jésus!!!!! Et même si elle le fût, ceci est une interdiction proclamée par DIEU en Deutéronome 18:10-11, celle qui consiste à invoquer les morts !

Je sais que je passerai pour un fou aux yeux des Cathos, mais je sais aussi que le vrai AMOUR se trouve dans la VERITE! Si je continue de vous cacher une vérité, je ne mérite même pas de prononcer le nom de Jésus. Il est important que chacun de nous tire la PLEINE PUISSANCE de l'AMOUR de DIEU ! Et cela ne peut être exaucé que si chacun demeure en lui et que ses parole demeure en nous (Jean 15 :7)

Que DIEU vous bénisse!

Écrit par : nash | jeudi, 01 juillet 2010

Excellente analyse, NASH!!! Chapeau! On voit clairement que quand on veut croire en la vérité, on la trouve aisément dans la Parole de DIEU. Quand on veut également se perdre, rien à faire pour y échapper.

Tout dépend de la motivation de départ!

Ceux qui appartiennent à CHRIST entendront sa voix et le suivront. "MES BREBIS CONNAISSENT MA VOIX ET ELLES NE SUIVRONT PAS UN ETRANGER". L'Evangile.

Écrit par : Dindé | jeudi, 01 juillet 2010

Bonjour a mes chers amis qui lisent ces lignes.
Je me lance ici dans une demarche qui pourrait succiter des reactions virulantes de la part de ceux qui se sont declares croyants. Ne vous pressez pas de me condamner ou de m'insulter car je sais que nombreux sont ceux qui veulent se poster comme defenseurs de la religion croyant ainsi gagner des points dans leur entreprise de s'investir pour une place au paradis. Sans plus tarder voici la bombe: "Il n'y a pas de Dieu! Dieu n'existe pas un point un trait!" Ce qui fait que toutes ces fausses polemiques autour de l'eglise et de ses mefaits devient caduques, nulles et non avenues. Quand bien meme nul ne peut demontrer que Dieu n'existe pas, il est egalement vrai que nul ne peut demontrer qu'il existe. C'est une question de choix 50/50. Celui qui accepte l'existence d'une Dieu tout puissant s'engage dans une logique. Celui qui maintient qu'il n'y a aucun Dieu evoluera tout simplement dans une autre logique. La verite est qu'aucune de ces logiques ne fait de nous des etres meilleurs. La force de l'education et des prejuges, la crainte d'un Dieu omnipresent qui puni quand il veut ou la peur de l'enfer nous rend certainement plus enclin a croire en l'existence d'un Dieu. Mais cela ne nous rend pad pas meilleurs, c'est-a-dire moins menteurs, plus honnetes, plus charitable, ainsi de suite. En gros que nous croyons ou pas nous restons les Humains que nous sommes confrontes et condamnes a gerer la seule (premiere et derniere) vie que nous avons. La preuve: lisez juste le preambule du message present ci-dessus. Comment peut-on exprimer tant de haine et d'ignorance pour expliquer quelque chose de bien. En Gros: Vivez et mourrez comme tout le monde, il n'y a aucun drame en cela. C'est a vous que je parle, Mr Fernand Dinde: votre Jesus est une FABLE!

The_gros

Écrit par : The_gros | jeudi, 09 septembre 2010

THE GROS, mon JESUS, comme vous dites, vous aime tellement qu'il est mort à votre place pour que vous soyez racheté de votre damnation éternelle. Si vous ne savez pas encore, je vous souhaite de ne pas le découvrir TROP TARD! Affectueusement.

Écrit par : Dindé | jeudi, 09 septembre 2010

Qu'as tu à regarder la paille qui est dans l'oeil de ton prochain? La poutre qui est dans le tien, ne le vois tu pas?

Écrit par : Sas | samedi, 18 décembre 2010

je m'adresse à toi cher Dindé

Écrit par : Sas | samedi, 18 décembre 2010

33104 «L'église de mensonges catholiques de trop, que Jésus avait des frères et des sœurs? Beaucoup de catholiques dirais que non, parce que la plupart d'entre eux ne lisent pas la Parole de Dieu, mais quand vous êtes un lecteur (même un débutant) la parole de Dieu , il est clair que Marie avait d'autres enfants en dehors de Jésus * Jésus a un "frère" appelé Jacques. (Mark 6:2-3, Marc 15:40, Marc 16:01) * Paul le confirme dans Galates 1:19. Si un disciple frère de la direction ou un frère dans le Christ, Paul aurait simplement dit «notre frère Jacques! * Dans Jean 7:03 et Actes 1:13-14, nous avons fait une distinction parfaite entre «frères» et «disciples», il n'est donc pas question d'attribuer un sens différent au frère mot, frère ici parce que le frère de sang il. .. Il * n'est pas l'autre Jacques, car il est tué beaucoup plus tôt avant que Paul Jacques manière, frère du Seigneur (Actes 12:2). * Joseph avait pas de relations avec Marie avant la naissance de Thanks for the information and great ideas. Keep on believing in your dreams and you will achieve success..good luck.

Écrit par : Appetizers for a crowd ideas | jeudi, 20 janvier 2011

très bon travail, vous ne pouvez pas manquer ce fabuleux merci d'avoir choisi This was an interesting read, however I am not sure I understand the main themes. Regardless it was a fun read!

Écrit par : Glass bottle cutter | vendredi, 21 janvier 2011

Si Jesus m'aime tant bien pour lui. Mais au dernieres nouvelles il est mort crucifie il y a plus de 2000 ans. Jesus m'aimait aurait ete mieux approprie si ce n'est que de son vivant, moi je n'existais pas encore. Jesus et moi ne sommes pas contemporains, alors comment pourrait-il m'aimer. C'est une absurdite de penser qu'il est mort pour moi: ou est la connection. Pour aimer il y a un prealable: il faut se connaitre. Il n'y a que l'esprit des religieux, des chretiens, qui comprennent ce genre d'anomalie dans la narrative religieuse. Je vous conseillerais donc d'aimer ceux qui vous sont proches, a commencer par vous-meme, ensuite vos plus proches, avant d'aimer vos moins proche. C'est la le secret d'une vie harmonieuse. On peut s'adonner aussi dans des croyances qui nous fournissent plein d'illusions, mais dont la valeur pratique est douteuse. Sinon qu'elle permet a certains individus de se vetir d'un voile de respectabilite dont ils se servent pour controler une communaute donnee. C'est article en est un temoignage pertinent. Sans contenu majeure, plein de pseudo-references historiques, c'est un voile qui cache un esprit qui cherche a assoir une forme de domination au sein d'un groupe donne. Il y en a beaucoup de ceux la aujourd'hui qui utilisent la religion a leur fin. Dites-moi quelle est la difference entre l'auteur de ces lignes et un ayatollah. Meme ton, meme langage seulement dans le monde judeo-chretien on peut se permettre un peu plus qu'un arabe le pourrait si on met sur son dos le masque de la chretiennete.
Restons raisonable, la vie n'a de sens que dans nos actions et mouvements, dans notre interaction les uns avec les autres. Si cela se fait sur un base religieuse, tant bien. Mais je pense que c'est une vrai perte de temps.

Écrit par : the_gros | lundi, 07 février 2011

39064 "Bonjour mes chers amis qui lisez ces lignes. Je commence ici, dans un geste qui pourrait succiter Virula des réactions de ceux qui sont déclarés croyants. Ne vous précipitez pas à me condamner ou de m'insulter parce que je sais que beaucoup de gens qui . souhaitez les afficher en tant que défenseurs de la croyance religieuse et de gagner des points dans leurs entreprises à investir pour une place au paradis Sans plus tarder voici la bombe: "Il n'ya pas de Dieu! Dieu n'existe pas un point a la ligne! «Ce qui rend toutes ces polémiques autour de l'église de faux et ses méfaits devient invalide, nulle et non avenue. Même si personne ne peut prouver que Dieu n'existe pas, il est également vrai que personne ne peut prouver qu'il existe. C'est une question de 50 choix / 50. Toute personne qui accepte l'existence d'un Dieu tout-puissant s'engage dans un sens. Celui qui soutient que Dieu n'existe pas tout simplement évoluer dans une logique différente. La vérité est qu'aucune des It's a very creative way to use those stuff and turn it into something beautiful and worth money. Great job

Écrit par : | jeudi, 31 mars 2011

Je voulais vous dire merci pour ce site web

Écrit par : comment maigrir | mardi, 07 juin 2011

Les commentaires sont fermés.