topblog Ivoire blogs

mardi, 01 juin 2010

GBAGBO SE DECIDE ENFIN A INCRIMINER OUVERTEMENT LA FRANCE DANS LA CRISE IVOIRIENNE

  

LE PRESIDENT LAURENT GBAGBO.jpg

  

 

Sommet France-Afrique, Gbagbo: "Pas question d'aller à Paris!"

 

Le sommet France Afrique débute ce matin (hier, lundi 31 mai 2010), à Nice sans le chef de l’Etat ivoirien. Laurent Gbagbo n’ira donc pas à Nice. Le chef de l’Etat ivoirien qui ne souhaite pas associé son image à cette cérémonie s’est fait représenter par le président du conseil économique et social Laurent Dona Fologo. Selon le chef de l’Etat ivoirien il n’était « pas question d’aller à Paris » sans avoir discuté avec la France des différends avec la Côte d’ivoire. « Il n’y a pas de raison que j’aille en France tant qu’on n’a pas discuté du différend qui oppose et qui continue d’opposer l’Etat français et l’Etat de Côte d’Ivoire », a-t-il martelé.


Laurent Gbagbo accuse la France d’avoir tenté de le renverser en novembre 2004 après le bombardement du camp militaire français par l’aviation ivoirien. En réaction, l’aviation française avait détruit la flottille ivoirienne. Pour Laurent Gbagbo, la France avait tenté ce jour là de le renverser et cela reste inacceptable. « La tentative pour un pays qui est de renverser un Chef d’Etat, légalement élu, légitimé par une élection démocratique et populaire, tant qu’on envisage les relations comme ça, je ne suis pas d’accord. Je ne suis pas d’accord avec cette manière de voir les relations entre deux Etats », a-t-il indiqué

Même s’il blanchit le président Nicolas Sarkozy et accuse depuis cette époque clairement et ouvertement l’ancien président français Jacques Chirac et son premier ministre Dominique De Villepin d’être à l’origine du refroidissement des relations avec la France, Laurent Gbagbo n’a pas l’intention de passer l’éponge pour autant. « Je n’ai jamais fait mystère de l’implication de l’Etat français à travers les personnes de Jacques Chirac et de Dominique de Villepin. Je n’ai jamais fais mystère de leur implication dans la tentative de renversement de mon régime. Ce n’est pas aujourd’hui que je vais dire le contraire. Mais, nous ne nous sommes jamais assis avec l’Etat français pour discuter de ces questions-là. Ce n’est pas Sarkozy. C’est Chirac et De Villepin. Mais, pour moi, c’est l’Etat français. Alors, nous n’avons pas encore discuté du fond », a-t-il expliqué

Laurent Gbagbo veut d’abord discuter avec Paris avant d’envisager un quelconque voyage, peu importe la façon dont les choses se feront. Et Nice n’est pas la bonne opportunité. « Je ne trouve pas que ce soit une bonne solution que d’aller au sommet de Nice pour discuter d’un différend que j’estime fondamental. Il faut qu’on en discute d’abord et, après, je pourrai faire un déplacement. Que nous discutions. Peu importe. Ou bien, s’ils veulent que moi, j’envoie un émissaire, je peux le faire, mais qu’on discute. Quand j’ai discuté avec Compaoré, je ne suis pas allé à Ouagadougou. Le sommet de Nice lui s’ouvre ce matin avec 38 chefs d’Etats Africains.

 

Marc Antoine Colombus

 

Source: KOACI.COM

Commentaires

C'est une façon de voir la chose, mais pour moi ce comportement manque de courage, car il aurait été plus responsable de n'y envoyé aucun représentant.Une fuite en avant c'est tout.Arrêtons les comportement de meeting électoral pour agir en vrai et avec RESPONSABILITE.Pendant ce temps ils passe des contrats juteux (pour sa poche) avec cette même France , Alors...

Écrit par : hilaire KOUAKOU | jeudi, 03 juin 2010

Bonjour cher ami Hilaire, soyez responsable en justifiant ce que vous dites. De quel contrat juteux parlez-vous ? Si vous êtes logique et objectif, commencez par condamner les actes criminels perpétrés par les rebelles dans les zones CNO. Vous n'êtes pas obligés de ne critiquer et insulter que ceux qui travaillent pour votre pays. Ce n'est pas parce que je suis malade que je vais vouloir forcement accuser les autres d'être malades.
SI JE DIS QUE LE PDCI A SIGNE DES CONTRATS JUTEUX, JE VAIS LE JUSTIFIER EN HOMME RESPONSABLE. DANS LE CAS CONTRAIRE, JE VAIS LAISSER LA PLACE AUX INTERNAUTES. PARCE QUE L'INTERNET, C'EST LE MONDE ENTIER ET NON PAS MES ELEVES OU MES ENFANTS. MERCI

www.gbagbovictorieux.centerblog.net

Écrit par : DEDE | jeudi, 03 juin 2010

merci DEDE
C'est malheureusement ça l'esprit populiste.On voudrait forcement être victime, faire passer les autres pour méchants et surtout refuser le débat contradictoire. Je ne suis pas si sûr qu'un deal ne se soit pas signé entre le camp Gbagbo et les ex-rebelles.
Abidjan ils sont moins avec des garde de corps qu'en zone CNO.
Gbagbo doit sortir de cet esprit d'opposant qui lui colle à la peau.Il en sortira plus fort et plus convainquant.Il est chef d'un Etat , et en cela ne pas se mettre dans la position de "chercher l'erreur".Qu'il attende , qu'il observe et qu'il pose des actes productifs.
Malheureusement, pour vous autres, porter le nom de kouakou, fait de vous PDCI , comme Bakayoko ferait de vous RDR.C'est malheureux, mais je vous concède cela.Deja en son temps, Gbagbo même avait fait cette grosse bétise face au premier ministre Diarra, lors de son investiture, en le prenant forcement pour un militant du RDR.
Ne soyez pas trop fermé , vous avancerez mieux vers cette victoire de Gbagbo, car il peut être vainqueur de ces présidentielles qu'il fuit ,mais il lui faut être moins opposant dans la tête et se départir de cette victimisation de sa personne.

Écrit par : hilaire KOUAKOU | jeudi, 03 juin 2010

Hilaire Kouakou

Vous ne pouviez donner meilleure réponse à DEDE. Ce n est pas parce que vous vous nommez Kouakou que vous êtes forcément opposant à Gbagbo. Le nom n'est pas la conviction. c est dommage que les gens se fassent catalogués rien que par leur nom, ou leur appartenance ethnique. Comme le dit le Yôrôbô, "arrêtons un peu, sinon ça nous détruira"; critiquer un côté ne signifie pas légitimer les actions inacceptables de l'autre côté.

Soyons un peu intelligents, parce que c'est la bêtise qui nous empêche d'évoluer.

A bon entendeur...

Écrit par : Hadjara Koffi | jeudi, 28 octobre 2010

Les commentaires sont fermés.