topblog Ivoire blogs

jeudi, 10 juin 2010

DU BERGER A LA BERGERE: REPONSE DE MAMADOU KOULIBALY A AFFI NGUESSAN

MAMADOU KOULIBALY.gif

Non président Affi ! Tu n'as pas lu le texte de ma conférence. Ou bien, si tu l'as lu, tu ne l'as pas compris. Je suis vice-président du FPI en charge des questions gouvernementales et je suis comme tu le dis, président de l'Assemblée nationale donc député, donc chargé entre autre, du contrôle de l'activité de l'Exécutif. J'ai le sentiment d'avoir fait mon devoir de veilleur. Non Affi ! Tu ne peux pas dire ce que tu as dit sur le fond et sur la forme de mon discours, compte tenu des valeurs que prône le FPI, du projet de société du FPI et du programme de gouvernement qui ont fait que les Ivoiriens nous ont portés au pouvoir. J'espère que nous n'avons pas oublié. Je remercie le parti pour toutes ces nominations à des postes de responsabilité dont j'ai bénéficié malgré mon arrivée tardive au FPI comme le dit ton ami Tagro ; mais ne vous mettez pas en idée de me demander de ne pas les assumer. Par ailleurs, tu dis que j'aime les ONE MAN SHOW ? Suis-je le seul dans ce cas au FPI ? Regarde un peu autour de toi. Si le parti était un peu mieux géré il n'y aurait pas eu de si nombreux cas dans toutes nos fédérations. Le plus curieux c'est que tu ne sois pas descendu dans l'arène pour te défendre toi-même, lorsqu'à Dabou, ton autorité a été bafouée par Serges Agnero. Tu n'es pas non plus descendu dans l'arène lorsqu'à Soubré l'autorité du Secrétaire général du FPI a été défiée par Gogui Théophile. Tu n'es pas descendu dans l'arène lorsque l'autorité du Ministre d'Etat Bohou Bouabré a été contestée par le ministre Tagro à Issia / Saïoua. Et là, te voilà dans l'arène pour défendre Tagro contre Koulibaly. Est-ce cela être un homme d'Etat, et premier responsable d'un grand parti comme le FPI ? Je me demande bien quelle est la logique de cette réaction de soutien au ministre Désiré Tagro, Secrétaire national qui aurait un comportement d'homme d'Etat face à moi le mauvais vice-président de ton parti.

Quel dommage !

Je t'invite autant que toute la direction et tous les militants du FPI à lire ou à relire le texte de ma conférence. J'invite tout le parti à redevenir ce que nous n'aurions jamais dû cesser d'être : un parti politique responsable qui aspire à gouverner autrement la Côte d'Ivoire. Il ne s'agit pas de savoir où j'étais le 19 septembre 2002 au moment où Désiré Tagro défendait la République ou si depuis mon adhésion au FPI j'ai contribué à quoi que ce soit de bien pour ce parti. Car à cette allure, bientôt Désiré Tagro et ses amis se demanderont si je suis Ivoirien pour me permettre d'intervenir dans le débat national. Non ! N'allons pas dans les poubelles de la falsification de l'histoire et du révisionnisme. Et si on oubliait Mamadou Koulibaly pour revenir aux questions que les Ivoiriens et les Africains se posent ? A quand la fin de la crise pour qu'enfin nous attaquions les vrais problèmes des populations ? Ne personnalisons pas le débat. Je parle de la Côte d'Ivoire et toi tu me reproches de parler aux Ivoiriens et de leurs problèmes ? N'est-ce pas eux les souverains qui nous ont donné le pouvoir ? Peut-on oublier Mamadou Koulibaly et penser la Côte d'Ivoire ? Parlons de responsabilité morale. Parlons de responsabilité politique. Et sur ce terrain nous sommes attendus par nos concitoyens. Je ne retire rien à mes propos et je ne regrette pas de les avoir tenus. Si c'était à redire, je le redirais avec encore plus de véhémence. Les Ivoiriens ne nous ont pas élus en 2000 pour les commander mais pour les servir. Notre engagement n'était pas de gérer leur vie quotidienne mais de gouverner l'Etat. Notre loyauté ne doit pas se mesurer à l'aune de notre attachement à un chef, mais aux principes et aux valeurs qui fondent notre projet de société. Ne comptez ni sur une démission ni sur une concession de ma part.

Source: Quotidien Le Patriote du 10 Juin 2010


----------------------------------------------------------------------------

DESIRE TAGRO ET SORO GUILLAUME.jpg

Sortie de crise / Mamadou Koulibaly charge : « L'accord de Ouaga a échoué », « Tagro doit démissionner »

 

Le Pr Mamadou Koulibaly intervenait au cours d'un colloque national sur la démocratie en Côte d'Ivoire. Il a fait observer que l'accord de Ouaga qui devait mettre fin à la crise en 10 mois est aujourd'hui dans l'impasse, trois ans après sa signature.

« Inscrit initialement dans un chronogramme de 10 mois et présenté comme la clé du dénouement de la crise ivoirienne, l'APO, après 3 années de tractation, est hélas une succession d'impasses habitées par l'amertume, le doute et l'inertie », a-t-il déclaré. Tout en dénonçant l'échec de l'accord de Ouaga, le président de l'Assemblée nationale a estimé que le ministre Désiré Tagro qu'il présente comme l'artisan principal de la conception et de la finalisation de cet accord, doit démissionner. « L'APO s'est embourbé dans ses contradictions congénitales. La responsabilité du ministre Désiré Tagro est engagée, car c'est lui qui a négocié, discuté, approuvé et conseillé l'APO. L'échec patent de cet accord devrait amener le ministre Tagro à en tirer les conséquences et à démissionner. Un homme politique responsable démissionnerait. Le Président de la République devrait désigner une nouvelle équipe pour engager un véritable processus de sortie de crise », a souligné le Pr Mamadou Koulibaly dans son intervention sur le thème « Responsabilité de la classe politique devant l'opinion publique ». Faut-il le préciser, le colloque qui s'achève demain est organisé par la Convention de la société civile ivoirienne, en partenariat avec le National Democratic Institute (NDI) et FRIEDRICH EBERT STIFTUNG (FES), et a pour thème « Bilan, enjeux et perspectives de la démocratie en Côte d'Ivoire après vingt ans de multipartisme ». Selon le président du comité scientifique, le Pr Assalé, il s'agit de faire coïncider les 50 ans d'indépendance de la Côte d'Ivoire avec le véritable départ de la démocratie. Le représentant de FRIEDRICH EBERT, M. Hermann, a souhaité que ces travaux permettent une analyse approfondie et objective en vue de rendre plus performant l'exercice du multipartisme en Côte d'Ivoire. Quant au coordonnateur national de la Convention de la société civile ivoirienne, le Dr Patrick N'Gouan, il a dénoncé une « démocratie unijambiste, déséquilibrée, inefficace » ponctuée par une « mauvaise gouvernance ». D'où la forte implication de la société civile qui œuvre à renforcer « l'autre jambe » pour une « démocratie équilibrée et participative » en Côte d'Ivoire.

H. Oulaï

Source: Quotidien L'Inter du 03 Juin 2010


---------------------------------------------------------------------------

AFFI NGUESSAN.jpg

 

Attaques de Koulibaly contre Tagro et l'APO - Affi N'Guessan met le holà

 

La sortie musclée, le 2 juin dernier, du professeur Mamadou Koulibaly, 3ème vice-président du Front populaire ivoirien (Fpi, au pouvoir) face à la Convention de la société civile ivoirienne (Csi) vient de trouver un écho tout aussi musclé au sommet de son parti. Dans une conférence publique prononcée à l'ouverture d'un colloque de la Sci, le président de l'Assemblée nationale s'en était vertement pris au ministre de l'Intérieur, Désiré Tagro, responsable à ses yeux d'avoir fait signer au chef de l'Etat, un accord inapplicable, l'Accord politique d'Ouagadougou en cours d'application en Côte d'Ivoire. Dans une interview qu'il a accordée à L'intelligent d'Abidjan, le président du Fpi, Pascal Affi N'Guessan, dénonce ce qu'il appelle les sorties solitaires (One man show, en anglais) du président Koulibaly. Nous en avons tiré cet extrait. (...) L'Intelligent d'Abidjan : Monsieur le président, que faites-vous pour ramener de l'ordre dans votre parti, notamment à Bangolo, à Daoukro, dans le Zanzan, où les hommes que vous avez désignés sont contestés ? Pascal Affi N'Guessan : Le contexte actuel est très difficile pour le Fpi, dans la mesure où nous sommes amenés à aller aux élections dans le cadre d'une majorité présidentielle. La collaboration avec des personnalités issues de milieux divers, dans des cadres nouveaux en dehors du Fpi, ne se passe toujours pas de façon fluide et harmonieuse. Jusque-là, le Fpi a été, dans le cadre des directions de campagne, la seule organisation qui avait en main l'intégralité des responsabilités. Le partage de ces responsabilités avec des personnalités issues d'autres milieux a besoin d'être accompagné pour aplanir les divergences et harmoniser les positions. Il n'y a pas d'autres solutions que d'assister, de réunir les gens, leur parler, de mettre en place des mécanismes pour que cette collaboration s'améliore progressivement afin de créer une synergie entre les différentes potentialités qui existent sur le terrain. C'est plus une question de management que de légitimité. C'est la direction du Fpi et de la Dnc qui sont interpellées. L'I.A. : D'aucuns parlent de pro-Affi ou de pro-Simone Gbagbo. Est-ce le cas dans le Zanzan ou ailleurs ? Y a-t-il un problème entre vous et la Première Dame de Côte d'Ivoire ? P.A.N. : Cela se passe dans l'esprit de ceux qui le disent, sinon il n'y a pas de clans au Fpi . Je suis le président du Fpi , mon clan, c'est le Fpi et tous les cadres du Fpi sont avec moi pour faire en sorte que le parti avance. Vous en avez vu la démonstration lors de la Fête de la liberté. J'ai réuni tous les cadres du parti ; je leur ai parlé et je leur ai demandé de se mobiliser pour que nos militants soient présents à la fête. Ils se sont tous mobilisés, vous avez vu le résultat. Avant cette fête, il y a eu les tournées financées par les cadres du parti à la demande du président à la suite de la dissolution de la Cei. Donc, le président du Fpi ne peut pas être un homme de clans ; il est le président de tous les militants, de tous les cadres du Fpi et c'est dans cet état d'esprit que je travaille. Je ne peux pas entretenir des clans, je n'ai pas intérêt à entretenir des clans, parce que le Fpi n'est pas un parti de clans. Des cadres du parti peuvent nourrir des ambitions pour la direction du Fpi ou pour toute autre chose. C'est tout à fait légitime. En tout état de cause, c'est dans la solidarité que nous avancerons. Tous pour un, un pour tous. L'I.A. : Est-ce que le FPI prépare aujourd'hui l'après-Gbagbo de sorte à éviter le clash après son départ ? P.A.N. : L'après-Gbagbo n'est pas un programme. Il est évident qu'un jour ou l'autre, Gbagbo ne sera plus à la tête de l'Etat et qu'il faudra que le parti, comme tous les autres partis, s'engage dans la bataille pour la succession. Ce moment n'est pas arrivé. La meilleure façon de préparer ce moment, c'est d'avoir un parti fort, parce que, dans tous les cas de figure, la personne qui sera choisie n'aura de chance de l'emporter, donc de remplacer Gbagbo, que si le Fpi est fort. Les individus ne sont rien s'ils n'ont pas un appareil fort derrière eux. Ce que nous devons faire, c'est de construire le parti, le consolider, faire en sorte qu'il soit crédible dans l'opinion. Si le parti est faible, il n'y a aucune chance qu'après Gbagbo, un militant du Fpi , quel qu'il soit, puisse accéder au pouvoir pour continuer l'œuvre. C'est ce qui est fondamental et c'est ce travail que nous faisons. Le reste devient secondaire, le reste dépendra de la direction du parti qui sera en place à ce moment et cette direction saura trouver, en accord avec l'ensemble des militants, l'homme ou la femme qui a le profil adéquat pour conduire la bataille après Gbagbo. L'I.A. : Vous n'avez donc pas d'inquiétude à ce niveau ? P.A.N. : Aucune inquiétude. Mon inquiétude, ma préoccupation, c'est la santé du parti, son rayonnement, son audience. C'est à cela que je travaille personnellement pour que le parti soit toujours fort, crédible dans l'opinion ; qu'il jouisse d'une bonne côte de popularité dans l'opinion. Une fois que c'est fait, l'essentiel est fait (...).

 

QUOTIDIEN NOTRE VOIE.jpg

L'I.A. : Monsieur le président, partagez-vous l'avis du Pr. Mamadou Koulibaly qui impute l'échec de l'Apo au ministre Tagro qui devrait, selon lui, démissionner ? P.A.N. : Je ne suis pas d'accord avec le Pr. Mamadou Koulibaly ni dans le fond, ni dans la forme. Sur le fond, son analyse de la mise en œuvre de l'Apo est superficielle et son jugement ne peut qu'être erroné. Sa position ne prend pas en compte la réalité de l'évolution du processus de paix depuis Ouagadougou. Même si le processus de sortie de crise a baissé de rythme ou connaît des soubresauts, il est injuste de nier les acquis fondamentaux, les avancées et de jeter le bébé avec l'eau du bain. La crise n'est pas terminée mais la rébellion est finie depuis Ouaga. Elle est fracassée et sa direction officielle a rejoint la République. C'est un acquis important qu'il faut savoir apprécier par rapport à la situation dans les années 2004-2005. C'est vrai que des éléments réfractaires, encore attachés à la personne d'Alassane Ouattara et au Rdr continuent de poser des problèmes et nous font piétiner dans les derniers pas qui nous séparent de l'objectif. Mais il est exagéré de penser que ces obstacles sont insurmontables et de conclure à l'échec de l'Apo. De temps en temps, nous mettons la pression sur le Premier ministre Soro Guillaume pour qu'il ne baisse pas les bras. Ce n'est pas parce qu'une défense résiste qu'il faut cesser d'attaquer. Il nous appartient de persévérer dans l'action et, le moment venu, de donner le coup de pouce décisif pour réussir la réunification effective du pays. Certaines personnes sont amères parce qu'elles trouvent que les choses n'avancent pas assez vite. Elles sont meurtries par le pillage des ressources nationales que cette situation de crise favorise, en particulier dans les zones Cno. D'autres apprécient le fonctionnement du pays comme si nous étions dans un contexte normal, oubliant la partition du pays, les com'zones, le pseudo-gouvernement de sortie de crise, l'Onuci et ses embargos, l'Onu et ses résolutions, la France et ses ambitions en Côte d'Ivoire, etc. Toutes choses qui compliquent la gouvernance de ce pays et plombent l'action des autorités légales et légitimes. Il ne faut pas oublier que nous venons de loin, que nous avons frôlé une catastrophe majeure et que l'on ne sort pas d'une crise comme d'un dîner gala. Il est bon de savoir en outre que toute crise est criminogène, c'est-à-dire qu'elle génère et favorise des comportements criminels (fraudes, corruption, incivisme, violation des droits humains, violences, viols, etc.) parce qu'elle correspond à un moment d'affaissement et de dispersion de l'autorité. Ce n'est pas une excuse aux maux auxquels notre pays est confronté à l'heure actuelle et qui nous affligent tous ; c'est une explication. Seul le travail de restauration de l'autorité de l'Etat à partir de la fin de la crise, la mise en place d'une véritable équipe gouvernementale autour d'un projet cohérent de renaissance de notre pays permettront de mettre fin de façon efficace et durable aux maux que tous dénoncent. Il ne s'agit donc pas de pleurer et d'invectiver mais d'agir en homme d'Etat, aujourd'hui pour limiter, demain pour éradiquer. Sur la forme, je ne comprends pas l'attitude ni même les motivations du président Mamadou Koulibaly. J'ai le sentiment qu'il oublie trop rapidement qu'il est la deuxième personnalité de l'Etat et qu'il est 3ème vice-président du Front populaire ivoirien, parti dit au pouvoir. Quand on est à cette position, on n'a pas que des avantages, il n'y a pas que les honneurs et la considération. Il y a des obligations, des contraintes, à savoir qu'on ne parle pas comme n'importe qui et n'importe comment. On ne se comporte pas n'importe comment, même dans sa vie privée. Il y a un certain nombre d'obligations qu'on est obligé d'observer. Il faut qu'il en tienne compte et qu'il soit cohérent dans son attitude. Les autres qui ne parlent pas comme lui, ce n'est pas parce qu'ils sont bêtes ou lâches. C'est parce qu'ils ont une claire conscience du poids et des implications de leurs propos à la fois sur l'opinion nationale et sur le moral de leurs troupes. Même lorsqu'il y a des difficultés, ils travaillent à voir comment les surmonter, cela de concert avec les membres de leur organisation et dans le cadre des institutions qu'ils animent. C'est ce qu'on attend de lui ; qu'en tant que président de l'Assemblée nationale, il appuie les efforts du chef de l'Etat pour que la Côte d'Ivoire retrouve la paix. Qu'en tant que vice-président du Fpi, il apporte ses idées à la réflexion interne pour que nous trouvions, ensemble, les meilleures voies pour sortir la Côte d'Ivoire de la crise. On est intelligent à plusieurs. Mais, ce one man show qu'il affectionne tant, je ne comprends pas à quel objectif cela répond. Personnellement, je suis choqué par ses prises de position, ses attaques gratuites dans notre propre camp. Je voudrais l'inviter, modestement, à renoncer à une telle logique et à s'inscrire dans une démarche d'équipe, d'homme d'Etat. C'est à ce niveau-là que les Ivoiriens nous attendent. L'I.A. : La sortie de Mamadou Koulibaly ne va-t-elle pas jouer sur l'avenir du FPI ? P.A.N. : Je ne le crois pas du tout. Les militants sont des hommes responsables, mûrs, qui savent où se trouvent leurs intérêts. Ils savent que leurs intérêts ne se trouvent pas dans des batailles fratricides, dans la polémique interne, dans les procès contre d'autres camarades. Ils savent que le ministre Tagro se bat de toutes ses forces pour la paix. Il a joué un rôle déterminant dans la signature de l'Apo et il peut revendiquer légitimement une part importante dans les acquis de cet accord. Ils savent autant que nous que le combat continue. Je suis sûr qu'ils ne se laisseront pas distraire. L'I.A. : Avec sa barbe à sensation et ses prises de position, Mamadou Koulibaly serait-il devenu un rebelle au sein du Fpi, dans la mesure où il ne participe même plus aux réunions du secrétariat du parti ? P.A.N. : On peut porter la barbe sans être ni rebelle ni déloyal. L'I.A. : Peut-on parler de guerre de succession des héritiers de Laurent Gbagbo? P.A.N. : On n'a pas besoin d'une guerre pour succéder à Laurent Gbagbo. Au demeurant, Laurent Gbagbo est candidat à sa propre succession à la demande du Fpi et des partis et organisations membres de La Majorité présidentielle. L'I.A. : La sortie de Mamadou Koulibaly ressemble-t-elle à un coup, selon vous ? P.A.N. : Oui, c'est un coup donné dans le dos à ses camarades qui s'échinent à sortir le pays de la crise (...).

Source : L'Intelligent d'Abidjan n° 2001 du mardi 8 juin 2010, PP 6,7 et 8 / Notre Voie du mercredi 9 juin 2010.

23:23 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Société ivoirienne | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : côte d'ivoire, quotidien le patriote, mamadou koulibaly, affi nguessan, fpi | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

Commentaires

Moi,je ne vais pas m'attarder sur une guerre des clochés.Mon souhait,est que la Cote d'Idivoire sorte de ce bourbier qui l'étouffe,c'est à dire la guerre de succession.Si Houphouet au soir de sa vie avait posé les vraies règles de la democratie,peut-etre et encore peut-etre qu'on en serait pas là. Les africains n'aiment pas la droiture,l'équité,la vérité,le travail et surtout, n'aime pas partager.Pendant que la population à faim,les chefs d'Etats égoistes s'agrippent sur l'organisation des soient disant cinquenténaires,histoire de faire de la surfacturation sur le dos du pauvre contribuable.Moi j'habite Abobo.Il n'y a pas de route,les ordures jonchent de partout et nos dirigeants au lieu de de caisser pour d' Abobo une commune enviable et enviée,remplissent que leurs poches.Le develloppement en Afrique et singulièrement en Cote d'Ivoire n'est pas pour demian.

Écrit par : KONE | lundi, 14 juin 2010

sachez les dirigeants que le mal que vous répandez autours de vous ,vous rattrapera;tôt ou tard vous répondrez de votre méchanceté;de votre égoÏsme. Puisse Dieu vous rappeler les promesses que vous aviez faites au peuple lorsque vous étiez dans l'opposition.L HISTOIRE VOUS REGARDE.

Écrit par : YND | jeudi, 17 juin 2010

je suis triste par rapport à ce qui arrive à ce beau pays qui a fait grace aux enseignements que j'y ai reçus ce que je suis aujourd'hui. Mes larmes ne cesseront jamais de couler tant que mes soeurs ivoiriennes qui ont fuire les conséquences désastreuses de l'égoïsme de ces politiques pour devenir dans la sous region des objets......je n'ose pas le dire. Pitié chers frères et soeurs ivoiriens . j'aime ce pays peut être même plus que le mien (Bénin).
La côte d'ivoire est en train de perdre sa bonne image.

Écrit par : sat | mardi, 29 juin 2010

lire ont du fuire au liau de ont fuire

Écrit par : sat | mardi, 29 juin 2010

je suis triste par rapport à ce qui arrive à ce beau pays qui a fait grace aux enseignements que j'y ai reçus ce que je suis aujourd'hui. Mes larmes ne cesseront jamais de couler tant que mes soeurs ivoiriennes qui ont dû fuir les conséquences désastreuses de l'égoïsme de ces politiques pour devenir dans la sous region des objets......je n'ose pas le dire. Pitié chers frères et soeurs ivoiriens . j'aime ce pays peut être même plus que le mien (Bénin).
La côte d'ivoire est en train de perdre sa bonne image.

Écrit par : sat | mardi, 29 juin 2010

Les commentaires sont fermés.