topblog Ivoire blogs

mardi, 21 décembre 2010

CRISE IVOIRIENNE - AMATH DANSOKHO, ANCIEN MINISTRE SENEGALAIS : ''UNE MACHINERIE INFERNALE MONTEE PAR LA FRANCE''




AMATH DANSOKHO.jpg

 

In Le Nouveau Courrier N°158 du 20 Décembre 2010 © l'Humanité


Amath Dansokho, ancien ministre sénégalais se prononce, dans un entretien au journal français l'Humanité, sur la crise ivoirienne.


D'où vient cette longue crise ivoirienne ?

Toute cette machinerie infernale a été montée, je le dis comme je le pense, par la France. Il faut remonter à l'ère Chirac pour comprendre cette crise. Lui et ses services ont encouragé la création de la rébellion. Laurent Gbagbo avait été élu en 2000 et reconnu par la communauté internationale. Jusqu'au coup d'État manqué de 2002, fomenté par des officiers travaillant pour Ouattara, qui n'en était pas à son premier coup. Tout cela, on l'oublie.

Quelles sont les conséquences sur le pays ?

Elles sont déjà très graves, avec un risque de partition. En arrière-plan, dans un contexte mondial particulier, il ne faut pas exclure le danger d'une intervention militaire extérieure. Même si les partisans de ce scénario y réfléchissent à deux fois.

Aujourd'hui, les Ivoiriens et eux seuls pourront sortir leur pays des difficultés. En faisant en sorte que le coefficient des influences extérieures, impérialistes, soit le moins fort possible. C'est à cette condition qu'ils pourront s'entendre.

Quelles sont les enjeux économiques ?

Ils sont considérables. Premier producteur mondial de cacao, le pays bénéficie aussi d'une production fruitière abondante et diversifiée et, surtout, de ressources énergétiques, depuis la découverte de pétrole. Il a donc toutes les ressources pour expérimenter un développement propre, une économie africaine moins dépendante. Mais de cela, les puissances occidentales ne veulent pas entendre parler.

Pourquoi les guerres et les crises se succèdent-elles dans cette parie de l'Afrique depuis la fin des années 1980 ?

Parce qu'elle regorge de ressources. Comme au Liberia, avec le fer, ou en Sierra Leone, qui est une anomalie diamantifère. C'est là qu'il faut rechercher les causes de guerres. Partout, les ex-puissances coloniales montent les populations les unes contre les autres, sèment le trouble pour pouvoir exploiter les ressources naturelles.

L'exploitation minière ne s'arrête jamais, fût-ce sous le régime de guerres atroces. C'est ce qui se passe au Congo. Ces zones de guerre et d'instabilité sont incluses dans le système global de l'économie capitaliste, quelles que soient les circonstances.


Source: LE NOUVEAU COURRIER

Les commentaires sont fermés.