topblog Ivoire blogs

jeudi, 30 décembre 2010

L'ABECEDAIRE 2010 DE MAHALIA - SPECIAL COTE D'IVOIRE (2)

ABECEDAIRE.jpg


Gouvernement : Nommé le 7 décembre 2010 par le président de la République, le gouvernement du premier ministre Aké N'Gbo suscite beaucoup d'espoir parmi les populations ivoiriennes. Il faut dire qu'après huit années d'errements consécutifs aux différents accords internationaux plus ou moins boiteux qui ont ponctué la crise ivoirienne depuis la tentative de coup d'Etat du 19 septembre 2002, c'est la première fois qu'aucun tueur ou violeur n'en fait partie. Finis, les gouvernements «wouya wouya». Terminée, l'apologie de la rébellion. La nomination de Guillaume Soro à la primature comme résultante de l'accord politique de Ouagadougou avait radicalement dévalorisé la fonction ministérielle à Abidjan en même temps qu'elle sonnait le glas de toute bonne gouvernance. Maintenant que les rapaces de tous bords en ont été expurgés, la nouvelle équipe en place doit s'atteler à concrétiser les grands axes du programme de Laurent Gbagbo, dans un contexte rendu difficile par l'ingérence assourdissante d'une communauté dite internationale folle de rage par le énième échec de son poulain, Alassane Dramane Ouattara. A cela s'ajoute l'impératif de rebâtir la paix et l'unité nationale, pendant que les militaires s'attèleront à mater une fois pour toutes la rébellion et à bouter les assaillants hors de nos frontières, étape préalable à la récupération de l'intégralité du territoire national et au lancement des grands chantiers de reconstruction d'après-guerre qui permettront aux populations des zones Centre - Nord - Ouest ayant fui la barbarie des rebelles de Ouattara, de regagner leurs terres d'origine. Les défis auxquels doit faire face ce gouvernement d'ouverture et de renouveau, constitué des technocrates et des membres de la société civile, de différents partis politiques appartenant ou non à la majorité présidentielle, et même d'une candidate opposée à Gbagbo lors du premier tour du scrutin, sont donc de taille, mais loin d'être insurmontables. L'emploi des jeunes, l'industrialisation, l'assurance-maladie universelle, la gratuité de l'école, la redéfinition des programmes scolaires et universitaires, l'introduction de l'anglais comme langue officielle, la création d'une nouvelle monnaie sont autant de challenges que l'équipe du Professeur Aké N'Gbo s'apprête à relever, pour le bonheur des Ivoiriens, qui ont accueilli avec enthousiasme  l'obligation dorénavant faite à chaque ministre et secrétaire d'Etat de se soumettre à une déclaration de patrimoine à son entrée et à sa sortie du gouvernement, ainsi que la décision de procéder aux audits de tous les ministères.

Hôtel du Golf
: Aussi connu sous le sobriquet 'Golfie' ou 'république hôtelière du Golf'. Hôtel en bord de lagune, appartenant à l'Etat de Côte d'Ivoire, transformé, dixit le général Dogbo, commandant de la Garde républicaine, en «repaire de bandits» depuis qu'il est occupé illégalement par le perdant des élections, le burkinabé Alassane Dramane Ouattara, et la cohorte de rebelles, terroristes et mercenaires qu'il utilise pour déstabiliser la Côte d'Ivoire et s'en approprier la présidence. Le peuple s'interroge : Qui paie les factures ? Et surtout, qu'est-ce qu'on attend pour les déloger et les recaser à la MACA (maison d'arrêt et de correction d'Abidjan) ?

Impartial
: D'après le dictionnaire Larousse, ce terme signifie : «qui ne favorise pas l'un aux dépens de l'autre ; qui n'exprime aucun parti pris». Il faut croire que cette définition évolue plus on se dirige vers la First avenue new yorkaise, siège de l'Organisation des Nations Unies. En effet, ne voilà-t-il pas une force dite «impartiale», en l'occurrence l'ONUCI (Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire), dont la «mission de paix et d'observation» se mue soudain en mission de défense à tout prix du candidat désavoué par les urnes lors de la présidentielle ivoirienne du 28 novembre dernier ? 800 soldats onusiens pour «protéger» d'on ne sait trop quel danger un individu hors-la-loi, retranché volontairement - aux frais de la princesse -  dans un hôtel appartenant à l'Etat de Côte d'Ivoire, alors que son domicile se situe à moins de 2000 mètres de là! Une force dite «impartiale», placée sous les ordres d'un énergumène nommé Choi, ci-devant représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies en Côte d'Ivoire, qui tout en s'auto-décrétant au-dessus de la Constitution et du Conseil Constitutionnel du pays dans lequel il est affecté (phénomène très en vogue sur les bords de la Lagune Ebrié ces derniers temps), s'est découvert des talents de contremaître au service d'Alassane Dramane Ouattara, si l'on en croit le rapport confidentiel de l'Onuci en date du 24 décembre 2010, rédigé par Joe Longaigh, officier des opérations auprès du Bureau des Opérations du maintien de la Paix, qui établit en son point 5 : «Aujourd'hui, le RSSG Choi a visité l'hôtel du Golf en compagnie de journalistes internationaux. Plus tard, le RSSG s'est rendu à la résidence de M. Ouattara (sans les journalistes) pour inspecter des travaux techniques en cours, avant de retourner à l'hôtel rencontrer le Président Ouattara.» Le même Choi, qui a déclaré sans sourciller que seuls les rapports des observateurs internationaux européens (donc blancs) étaient à prendre en compte, ceux des observateurs africains (donc noirs) étant insignifiants comme leurs auteurs, sans doute ! Vous avez dit «impartial», vraiment ?

Jerry Rawlings
: L'ancien chef de l'Etat ghanéen a été l'une des premières personnalités africaines d'envergure, avec Pedro Pires et Eduardo Dos Santos, à s'exprimer sur la situation  postélectorale ivoirienne. A deux reprises, l'actuel envoyé spécial de l'Union africaine pour la Somalie a appelé les acteurs et la communauté dite internationale à faire preuve de maturité et de retenue dans la gestion de crise qui prévaut actuellement en Côte d'Ivoire. Mais il a également qualifié d' «hypocrite» l'option belliqueuse envisagée par l'ONU, l'Union européenne et africaine et la CEDEAO, tout en pointant du doigt le parti pris des média internationaux et leur omerta sur les cas avérés de fraude dans le Nord du pays. L'une des questions soulevées par celui qui demeure encore aujourd'hui l'homme le plus populaire du Ghana est simple : pourquoi ne pas donner suite à la proposition de recomptage des voix par des observateurs neutres tel que cela a été suggéré par le président Laurent Gbagbo ? L'on pouvait en effet s'attendre à ce que le camp Ouattara, s'il est sûr de son fait, se précipite sur cette offre on ne peut plus sensée. Loin de là ! Au lieu de saisir cette main tendue, les squatteurs de l'hôtel du Golf n'ont rien trouvé de mieux à faire que d'appeler la communauté dite internationale à intervenir militairement pour leur ouvrir le chemin du palais du Plateau. Rien que ça ! Si tu cries au voleur, et que la personne que tu accuses d'être le voleur te propose d'appeler la police pour constater son forfait, pourquoi refuser ? Incompréhensible. A moins que...

Kivu
: Cette région du Congo symbolise par excellence l'échec et la dangerosité des casques bleus, ces soldats prêtés par les pays membres de l'ONU pour servir de force d'interposition et de maintien de la paix dans des pays déchirés par des conflits. Plus de 500 femmes y ont été violées en trois jours en août 2010, à proximité immédiate d'une base de la soldatesque des Nations unies. «Nous avons clairement échoué. Nos actions ont été insuffisantes, ce qui a eu pour effet des brutalités inacceptables contre les villageois de la région», a déclaré Atul Khare, l'un des responsables de l'ONU chargé du maintien de la paix. Mais bien souvent, ils ne se contentent pas d'être inutiles. Leur présence peut s'avérer autrement préjudiciable. Brutalité, abus, viols de mineures, pédophilie et trafic sexuel, les accusations s'accumulent en provenance de la République démocratique du Congo, du Libéria, de la Côte d'Ivoire, du Kosovo, de la Sierra Leone, du Rwanda, d'Haïti. Depuis 2004, plus de 500 casques bleus ont été rapatriés et bannis de futures missions de paix. Le phénomène a pris une telle ampleur que même l'ancien secrétaire général des Nations unies Kofi Annan, pourtant peu regardant sur les questions d'éthique et de bonne conduite, avait sonné l'alarme il y a quelques années sur les cas de dérive «particulièrement choquants» dans les rangs des soldats onusiens. Au Congo, ce sont les contingents sud-africain, marocain, indien et pakistanais qui sont montrés du doigt de façon récurrente. Au regard du lourd passif qu'ils trainent derrière eux, il convient de se poser la question : Et si les casques bleus des Nations unies, censés séparer les belligérants et protéger la population des théâtres de conflits meurtriers, faisaient partie du problème plutôt que de la solution? Tourné essentiellement en République démocratique du Congo, le documentaire canadien «Le déshonneur des casques bleus» de Raymonde Provencher lève le voile sur l'horrifiante capacité de nuisance de ces «soldats de l'espoir». Monuc, Minuar, Minustah, Onuci : même principe, même combat ! Tant que le recrutement des casques bleus ne fera pas l'objet de critères sérieux, qu'ils seront protégés par une toute puissante immunité et ne pourront pas être traduits devant la justice des pays dans lesquels ils sévissent, l'on peut considérer comme de la légitime défense tous les actes posés par les populations ivoiriennes pour contraindre au départ, officiellement exigé par le gouvernement ivoirien en date du 18 décembre 2010, les soldats de l'Onuci, devenus une force partisane et belligérante dans le conflit qui oppose le président élu Laurent Gbagbo à son adversaire vaincu.


A suivre...


Mahalia Nteby, le 29 décembre 2010


Lire l'intégralité de l'abécédaire sur http://saoti.over-blog.com

Les commentaires sont fermés.