topblog Ivoire blogs

mercredi, 05 janvier 2011

L'ABECEDAIRE 2010 DE MAHALIA - SPECIAL COTE D'IVOIRE (4)

ABECEDAIRE.jpg

Quiproquo : La terre entière a été témoin de l'esclandre : deux membres de la Commission électorale indépendante appartenant à La Majorité Présidentielle, Damana Pickas et Vehi Tokpa, arrachant des mains du porte-parole de la Cei, Bamba Yacouba, les feuilles de résultats provisoires qu'il s'apprêtait à annoncer, le 30 novembre 2010. Le cas semblait entendu : le camp Gbagbo voulait s'accrocher au pouvoir par tous les moyens et empêcher le monde d'apprendre sa défaite. Que nenni ! La vérité est toute autre ! Les règles de la Cei prévoyaient clairement que seuls les résultats ayant fait l'objet d'un consensus pouvaient être consolidés comme résultats provisoires par cette administration. Or il s'avère, ainsi que le confirmera lui-même le président de la Cei dès le lendemain lors d'une intervention télévisée à la Rti, que les résultats que Bamba Yacouba voulait propager n'avaient pas fait l'objet du consensus requis comme préalable à toute annonce. Le commissaire central de la Cei et le directeur de cabinet adjoint du ministre de l'Intérieur avaient donc non seulement le droit, mais également l'obligation d'empêcher l'acte délictueux du porte-parole rebelle. C'est un peu comme si un tueur en série entrait chez vous et menaçait d'abattre les vôtres avec une arme. Le laisseriez-vous assassiner votre famille parce que vous savez que vous avez le droit de votre côté et qu'il sera arrêté, jugé et jeté en prison après son forfait, ou bien tenteriez-vous quand même de le désarmer, pour sauver vos proches ? Le deuxième malentendu à lever concerne une question de fond : Légitimité et légalité sont-elles nécessairement antinomiques en Côte d'Ivoire ? Au sortir du second tour du scrutin présidentiel, beaucoup ont cru devoir expliquer ainsi la dichotomie factice créée de toutes pièces par une communauté dite internationale anormalement engagée dans notre pays. Au risque d'en irriter certains, l'heure est venue de mettre fin au mythe de Ouattara «président légitime» opposé à Gbagbo «président légal». Que Gbagbo soit le président légal, cela ne fait aucun doute. Il est celui qui a été proclamé vainqueur et investi par la plus haute juridiction de Côte d'Ivoire, le Conseil constitutionnel, dont les décisions revêtent l'autorité de la chose jugée. Mais, n'en déplaisent aux rapaces qui tournoient avec convoitise au-dessus des richesses de nos sol et sous-sol, il en est également le président légitime. Parce que, contrairement à George W. Bush, que la Cour suprême des Etats-Unis avait proclamé vainqueur au détriment d'Al Gore, pourtant crédité du plus grand nombre voix lors de l'élection de présidentielle américaine de 2000, c'est bel et bien Laurent Gbagbo qui a été choisi par la majorité des électeurs ivoiriens. Et cela est non seulement confirmé par le Conseil constitutionnel, que les médias internationaux s'entêtent à qualifier de «proche de Gbagbo», comme si ceux des autres pays du monde étaient composés de membres de l'opposition, mais également par la Commission électorale indépendante, à 80% aux mains d'Alassane Dramane Ouattara. En effet, les résultats consolidés et donc consensuels de 14 régions sur 19 compilés par la Cei au soir du 1er décembre 2010 donnent Gbagbo en tête. Et cela sans contestation aucune de son adversaire, qui n'a à aucun moment introduit une quelconque réclamation auprès du Conseil constitutionnel à ce propos, mais qui a prouvé qu'il reconnaissait l'existence de cette juridiction en lui envoyant une très farfelue et rigolote «prestation de serment écrite», qu'aucun rédacteur de la Constitution, même shooté à l'ecstasy, n'aurait pensé à inclure dans la Loi fondamentale. L'annulation des fraudes organisées par le camp Ouattara dans les zones contrôlées par les rebelles n'a donc en rien entaché la vérité du scrutin : Laurent Gbagbo est le président légal et légitime de la Côte d'Ivoire pour les cinq prochaines années... si les agitations de la communauté dite internationale ne viennent pas allonger d'autant son second mandat, comme la tentative de coup d'Etat de 2002, sensée abréger son premier mandat, n'aura in fine contribué qu'à en doubler la durée. Enfin, last but not least, il est impossible de clore la rubrique des quiproquos sans évoquer les incohérences de l'Union européenne, qui annonce une interdiction de visa pour une liste de personnalités ivoiriennes «sanctionnées» pour incarner ou supporter les institutions légitimes de Côte d'Ivoire. A ce sujet, nous avons juste deux questions à poser à l'Ue : Comment refuser un visa à quelqu'un qui n'en n'a pas besoin pour circuler en Europe ? Et est-ce qu'annoncer que l'on va refuser un visa à des gens qui n'ont jamais eu l'intention d'en demander, c'est une sanction ou une élucubration ?

RHDP : C'est à Paris, le 18 mai 2005 qu'a été scellée l'alliance surréaliste entre Alassane Dramane Ouattara, ancien premier ministre de Côte d'Ivoire de 1990 à 1993 et Henri Konan Bedié, ancien président de la république, sous le nom de rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp). Outre le fait que les acteurs ont jugé nécessaire, 45 ans après l'accession du pays à l'indépendance, d'aller en France pour donner naissance à un mouvement politique ivoirien, il est beaucoup d'autres anomalies à relever dans ce qui restera dans les annales comme l'une des plus grosses farces politiciennes ouest africaines. Le Rhdp, c'est l'association contre-nature de deux hommes qui s'autoproclament tous deux héritiers du père fondateur de la Côte d'Ivoire mais qui s'avèrent en fait être les deux plus grands démolisseurs de l'œuvre de Félix Houphouët-Boigny (FHB). Ouattara d'abord, qui n'a pas attendu la mort du Vieux pour détruire ce à quoi ce dernier tenait le plus : la paix et la stabilité. Cet économiste burkinabé a eu en charge la gestion de l'économie ivoirienne pendant quatre ans. Malheureusement entièrement dévoué aux désidératas des institutions financières internationales, il prendra des décisions et appliquera des mesures qui seront fatales pour le pays. Pendant que les Etats-Unis et l'Union européenne soutenaient largement leurs agriculteurs, il coupa les subventions aux planteurs ivoiriens, enterrant de facto leur compétitivité. S'ensuivirent des licenciements massifs de fonctionnaires, la réduction de plus de 40% des salaires des rescapés, des mises à la retraite anticipée,  des rémunérations à deux vitesses, la privatisation au franc symbolique des joyaux de l'économie éburnéenne... Il sema le germe de la division en introduisant la carte de séjour pour les étrangers, dans un pays qui jusque là s'était toujours distingué par son hospitalité. Il porta également un coup fatal au système éducatif ivoirien en gelant l'embauche des enseignants de l'éducation de base, en fermant les cantines scolaires, en éliminant la gratuité du transport et de la couverture sanitaire de base pour les étudiants. Sa plus grande trahison, qui consista à initier la dévaluation du franc CFA contre laquelle Félix Houphouët-Boigny s'était toujours battu avec la dernière énergie, couplée au pillage insolent des biens de l'Etat auquel il s'est livré avec la complicité de son épouse française de confession juive, achevèrent de précipiter la Côte d'Ivoire dans un gouffre économique duquel elle est encore loin d'être sortie. Cela eut pour conséquence immédiate la rupture de la paix sociale si chère à Houphouët, avec son lot de manifestations étudiantes et syndicales, d'arrestations arbitraires, des jugements fantaisistes... Quant à Henri Konan Bédié, en appelant - au grand effarement de ses militants - à voter pour celui qui a financé le coup d'Etat qui l'a chassé du pouvoir en 1999, celui pour lequel il a conçu la tristement célèbre xénophobe théorie d'épuration ethnique appelée «ivoirité», qu'il développa justement pour écarter du pouvoir un Ouattara qui lorgnait goulument vers le fauteuil présidentiel sans pour autant remplir les conditions pré-requises pour y prétendre, il a tout simplement assassiné l'autre grande œuvre de FHB : l'historique PDCI-RDA (parti démocratique de Côte d'Ivoire), qui faisait pourtant partie du patrimoine politique de l'humanité, comme l'ANC en Afrique du Sud. Pas étonnant que l'association bouffonesque de ces deux individus se soit soldée par un plantage en bonne et due forme. Avec des héritiers comme ça, pas besoin d'ennemis. Le pauvre Houphouët doit s'être retourné maintes fois dans sa tombe !

Souveraineté : Peut-on vraiment s'offusquer qu'en 2010, un président français s'arroge le droit de désigner le chef d'Etat d'un pays africain «indépendant» depuis cinquante ans, en parfaite violation du choix de la majorité des populations et des dispositions constitutionnelles dudit pays? La souveraineté de la Côte d'Ivoire, qui est aujourd'hui bafouée par la «communauté internationale», n'est en réalité que factice, comme l'est celle de la majorité des pays d'Afrique de l'Ouest et centrale, car bien que la plupart de leurs constitutions la proclament, les Etats d'Afrique noire dite francophone subissent encore aujourd'hui les contraintes de l'aliénation à la puissance coloniale. Comment clamer notre souveraineté, alors que même les textes fondateurs de nos républiques et la quasi-totalité de nos textes de loi sont calqués sur le modèle français, bien que nos réalités culturelles, sociales, historiques et idéologiques divergent totalement ? Comment revendiquer notre autonomie, alors que nous peinons à dénoncer et déchirer les contrats indignes qui bradent les richesses de nos pays à l'exploiteur français par le biais d'un pacte colonial signé le 24 avril 1961, dissimulé au milieu de nuisibles accords de défense à géométrie variable ? Comment prétendre être libres alors que l'un des principaux attributs de la souveraineté des Etats, la monnaie, est, en ce qui nous concerne, géré de bout en bout par des mains étrangères, voire ennemies ? Comment aspirer à notre émancipation alors que génération après génération, nous sortons de l'école après avoir appris par cœur l'histoire de France, Descartes, Voltaire et La Fontaine mais sachant peu de choses sur le berceau de l'Humanité dont nous sommes originaires, incapables de narrer les luttes et les exploits de Soundjata Keïta, Chaka Zulu, Ruben Um Nyobe, Félix Moumié, Patrice Lumumba, Thomas Sankara, Bantu Steven Biko, Ana Zingha, Sylvanus Olympio, Kwame Nkrumah, Samory Touré, Menelik II, la reine Pokou, Jean-Jacques Dessalines, Oliver Tambo, ou de réciter les contes de Birago Diop et les poèmes d'Aimé Césaire ? Comment préserver le droit de notre peuple à décider lui-même ce qui est bon pour lui quand nous devons importer les armes sensées le défendre ? Comment ambitionner être souverains quand nous dépendons de la France pour nous exprimer, au plan national comme international ? Il n'y a, au regard de ce qui précède, aucune raison d'être particulièrement choqué par la démarche coloniale parfaitement assumée de Nicolas Sarkozy en Côte d'Ivoire.

Terrorisme : Si les opinions publiques occidentales s'émeuvent quand des terroristes foncent avec des avions dans leurs gratte-ciels, font sauter des bombes dans leurs gares, cafés et représentations diplomatiques, ou enlèvent et décapitent des Européens au Sahel, elles peinent à s'opposer aux agissements meurtriers que leurs dirigeants commettent en dehors de leurs frontières. Dernier exemple en date : Ils s'appellent Stefan Barry, Jochen Kilian, Dirk Gerlich, Stephan Franke, Christian Stein, Fabian Müller, Sebastian Berwind, Frank Hütter, Patrick Thönessen, Alexander Schweig, Detlef Merchel et Uwe Max Heinrich Schulz. Ils sont tous titulaires de passeports délivrés le 16 décembre 2010 par le ministère allemand des affaires étrangères, à l'exception des deux derniers qui ont été délivrés respectivement le 21/12/2009 et le 20/12/2010.  Il s'agit des douze mercenaires teutons engagés par le gouvernement français pour assassiner le président Gbagbo, qui ont débarqué de façon rocambolesque sur le sol ivoirien par l'entremise de l'ambassadeur des Etats-Unis à Abidjan, Philippe Carter III. Cet ami de longue date du couple Ouattara  a sollicité et obtenu des autorités légales (et non de celles du Golf!) une autorisation de survol et d'escale à l'aéroport Félix Houphouët Boigny pour un appareil exploité par la compagnie Phenix Air avec Brian Edminster pour commandant de bord. Cependant, au lieu de se poser à Abidjan, l'appareil a plutôt atterri à Bouake, après une escale à Alger, pour y débarquer les tireurs d'élite allemands dotés de matériel sophistiqué. Si leur mission n'est à ce jour pas encore accomplie, l'histoire coloniale française en Afrique est jalonnée d'épisodes assassins. Mais faire partie des «grandes puissances» ne garantit en rien le succès d'offensives militaires impérialistes. Sarkozy et Obama seraient bien inspirés de replonger leurs nez dans les livres d'histoire, aux chapitres Indochine, Vietnam, Algérie, Afghanistan. Plus récemment, en 1992, sous le mandat de l'Onu, les Etats Unis, au nom d'une soi-disant ingérence humanitaire qui sentait quand même beaucoup le pétrole, lançaient l'opération «Restore hope» en Somalie, qui se solda par la mort de 173 soldats américains,  casques bleus et civils étrangers et contraignit Bill Clinton à retirer ses troupes. Qui ne se souvient pas du spectacle délectable des cadavres des soldats américains trainés par des voitures dans les rues de Mogadiscio sous les vivas de la foule ? De quoi susciter des vocations ! Il reste à espérer que l'Union européenne a planifié l'évacuation de tous ses ressortissants, non seulement de Côte d'Ivoire, mais également des autres pays d'Afrique. Parce qu'une chose est certaine : le temps où les Noirs se trucidaient pour le bon plaisir des Blancs, leur permettant de faire main basse sur leurs richesses pendant qu'ils étaient occupés à se battre, est révolu. «Donnez-leur des armes, ils s'entretueront les uns les autres», affirmait le chantre de l'apartheid Pieter Botha. Certes, il y a toujours un quarteron des nègres, comme Ouattara et ses sbires, prêts à commettre l'irréparable pour satisfaire aux exigences de Bwana, mais un nombre sans cesse croissant d'Africains a bien compris le rôle néfaste joué par les Blancs dans l'attisement des conflits sur notre continent et ne compte plus les laisser faire sans réagir. Les peuples contemporains d'Afrique n'ayant plus l'intention d'être les uniques victimes d'une bestialité exacerbée par les dirigeants européens, il est évident que l'attitude des gouvernements qui cautionnent ou exécutent les dérives pyromanes de Nicolas Sarkozy en Côte d'Ivoire expose leurs ressortissants innocents au fort bouillonnant ressentiment anti-français et aux actes de violence qui pourraient s'ensuivre à Douala, Yaoundé, Libreville, Conakry, Ndjamena, Abidjan, Bangui, Alger, Niamey, Kinshasa, Brazzaville...

Union africaine : L'Afrique est le continent le plus riche du monde en ressources naturelles et en espaces cultivables. Par quel tour de passe-passe abracadabrantesque arrive-t-elle donc au XXIè siècle en étant la zone la plus pauvre de la planète, déchirée par les guerres les plus fratricides ? Les bases de l'Union européenne d'aujourd'hui ont été jetées lorsque Robert Schuman, au sortir de la deuxième guerre mondiale, annonça la naissance d'une Haute Autorité, mettant en commun les productions allemande et française de charbon et d'acier, avec pour objectif non seulement la préservation de la paix mais aussi et surtout l'amélioration des conditions de production et donc du niveau de vie des populations franco-allemandes et de tous les pays européens participant à la nouvelle aventure. A quand donc le véritable acte fondateur de l'Union africaine, bâti autour d'une fusion d'intérêts économiques communs, par exemple les ressources énergétiques dont le continent est si riche (uranium, pétrole, gaz naturel, bois, cours d'eau, soleil...), qui mettra fin aux sanglants conflits qui endeuillent l'Afrique, tout en assurant une production modernisée et de qualité, la fourniture d'énergie à des clauses identiques sur les marchés des pays adhérents, l'accroissement des exportations vers le reste du monde, la progression concomitante des conditions de vie de la main-d'œuvre desdites industries, ainsi que le relèvement substantiel du niveau de vie et du développement des populations africaines ? Pas de si tôt, si l'on observe le comportement des dirigeants locaux, qui, au lieu d'être solidaires et de s'unir pour peser sur l'échiquier international, préfèrent se dresser les uns contre les autres et confier les destinées de leurs contrées aux très intrusives puissances étrangères. Une anecdote racontée par le président Gbagbo illustre parfaitement l'omniprésence de ces dernières. «Quand nous faisons les réunions de l'Union africaine et de la Cédéao, les représentants des pays européens sont toujours plus nombreux dans les couloirs que ceux des pays africains. Pour vous donner un exemple, au sommet de Charm el-Cheikh, il y avait à l'ordre du jour le problème du Zimbabwe. Il y avait tellement d'Européens dans les couloirs qu'un chef d'Etat africain a pris la parole pour dire : 'Ecoutez, les Européens font une pression tellement grotesque que nous décidons de soutenir Mugabe, même si on ne l'aime pas.'» C'est d'ailleurs en constatant la propension des rebelles à se précipiter hors de la salle des négociations pour prendre leurs directives et informer en temps réel leurs donneurs d'ordre hexagonaux de l'évolution des pourparlers de Tshwane que Thabo Mbeki, à l'époque président sud africain et médiateur de la crise ivoirienne, avait ordonné le brouillage des communications téléphoniques, mettant en transes le camp Ouattara, qui se trouva ainsi coupé du cordon ombilical le liant à Paris. «Le fait que les nègres ressemblent et agissent comme des hommes ne fait pas d'eux des êtres doués d'intelligence». Une vue d'ensemble des participants aux conférences des chefs d'Etat de l'Union africaine semble malheureusement donner raison à Pieter Botha. Qu'attendre de digne de la part de personnages aussi lobotomisés, émasculés et amputés de leurs colonnes vertébrales ? Seuls quelques uns d'entre eux ont prouvé leur capacité à résister aux pressions occidentales : Paul Kagame, Isaias Aferworki, Laurent Gbagbo, Muammar Kadhafi, Meles Zenawi, Jose Eduardo Dos Santos, Yayah Jammeh, Robert Mugabe, Abdelaziz Bouteflika. Mais cela est loin d'être suffisant. Avec une arrogance sans précédent, Nicolas Sarkozy s'est d'ores et déjà invité au sommet de l'Union africaine prévu fin janvier 2011 à Addis Abeba. Est-il seulement imaginable qu'il aille ainsi taper l'incruste à un sommet de chefs d'Etat d'Asie ou d'Amérique du Sud ? A-t-on déjà vu des dirigeants africains assister aux réunions de l'Union européenne ? Peut-on espérer un  ras-le bol imminent face à cette intenable immixtion occidentale ? Les contorsions du président de la commission de l'Union africaine, le gabonais Jean Ping - ancien missi dominici du parrain de la Françafrique Omar Bongo - dans le dossier ivoirien font passer les danseurs Bafia du Cameroun pour des modèles de rigidité et n'augurent rien de bon pour l'évolution de l'Union africaine, que le Maroc a, sans dommage, refusé d'intégrer.

Visa : Que les Occidentaux ne s'y trompent pas. Ce que les Africains poursuivent quand ils viennent en Europe, ce n'est pas leurs femmes, mais tout simplement ce qui leur appartient de fait et de droit : le confort dont le pillage de leurs richesses par la nébuleuse françafricaine les prive.  Une éducation de qualité, un système sanitaire de pointe, des emplois, des retraites payées, la sécurité sociale et la sécurité tout court, mais aussi des infrastructures sportives, technologiques, industrielles, culturelles et artistiques dignes de ce nom. Parce que tant que le développement et la stabilité de l'Occident se feront aux dépens du continent Noir, chaque Africain a non seulement le droit mais également le devoir «d'envahir» l'Europe. Afin que l'Europe devienne l'Afrique. «La Libye s'engage à stopper l'immigration clandestine si vous lui fournissez au moins 5 milliards d'euros par an et de l'assistance technique. [...] Sinon, la Libye ne sera plus le garde-côte de l'Europe.» Cette exigence du guide de la révolution Muammar Kadhafi à l'Union européenne n'est en rien farfelue ou exorbitante. C'est en voyageant que l'on se développe. On s'ouvre l'esprit, on s'inspire, on apprend de nouvelles perspectives, on élargit son horizon. Ce n'est pas pour rien que tous les grands créateurs ont toujours été des adeptes du voyage. Les hommes ne se développent pas quand ils sont cloîtrés. La limitation des mouvements des Africains est pensée en ce sens. Nous attendons du gouvernement de Laurent Gbagbo qu'il pose des actes concrets à ce sujet. Le développement économique de chaque pays dépend du développement de ses ressources humaines. Quelle coopération économique peut-on envisager si nos ressortissants ne peuvent circuler librement chez nos partenaires commerciaux ? Nos gouvernants doivent faire de la levée de l'obligation de visa une des conditions sine qua none de la signature de conventions commerciales majeures futures. Vous voulez exploitez nos ressources énergétiques, minières et agricoles ? Souffrez donc que nos ressources humaines puissent librement circuler dans vos pays, chers dirigeants occidentaux ! Rassurez-vous, dès lors que nous serons dans un schéma de partenariat équitable gagnant-gagnant, vous n'avez pas à craindre qu'elles y demeurent à perpétuité : le temps et la convivialité sont bien meilleurs en Afrique !

Wikileaks :... ou le monde vu depuis les coulisses de la diplomatie américaine. Grâce à Julian Assange, créateur du site Wikileaks, il existe depuis la fin du mois de novembre, une lecture plus captivante qu'Harry Potter et Agatha Christie réunis : les télégrammes confidentiels des ambassades américaines à travers le monde, de 1966 à 2010. Plus de 250 000 documents, mis en ligne jour après jour, qui révèlent tous les petits secrets du fonctionnement du monde. On apprend ainsi que le détournement de 18,3 milliards de francs CFA, découvert à la Banque des états de l'Afrique Centrale (Beac) en 2009, a été fait à l'instigation du défunt chef de l'Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba, et a aussi bien servi à son enrichissement personnel qu'à celui de son fils Ali Bongo, l'actuel président du Gabon, mais aussi et surtout à financer de façon occulte les partis et les hommes politiques français, dont Nicolas Sarkozy nommément cité. Non pas que cela soit une découverte pour les exégètes de la Françafrique. Ce qui est assez surprenant, par contre, c'est la collusion permanente des intérêts américains et français dès qu'il s'agit de l'Afrique. «La France est un de nos plus puissants alliés en Afrique», confirme d'ailleurs l'ambassade américaine à Paris à la secrétaire d'État Hillary Clinton le 25 janvier 2010. L'on retrouve cette symbiose inquiétante dans les dossiers guinéen et ivoirien. Les manigances de la France et des USA et l'utilisation systématique de Blaise Compaoré comme leur marionnette sur le terrain est dévoilée crûment dans les mémos envoyés par les représentations diplomatiques américaines à Ouagadougou, Conakry, Abidjan et Paris. Savoureuses, les dépêches détaillant comment le général Sekouba Konaté est contraint de succéder à Dadis Camara, alors qu'il n'a absolument aucune envie d'exercer un quelconque pouvoir ! Particulièrement intéressantes, les mentions récurrentes à l'affairisme du président burkinabé, qui «a des intérêts économiques personnels en Guinée, comme dans beaucoup d'autres pays africains, ce qui conditionne sa prise de décision», selon les dires du fonctionnaire du Quai d'Orsay Stéphane Gompertz à l'ambassadrice américaine en Guinée, assertions confirmées par Wanda Nesbitt, diplomate US à Abidjan dans un télégramme du 02 juillet 2009 : «Il s'avère maintenant que la quatrième annexe à l'accord politique d'Ouagadougou est fondamentalement un accord entre Blaise Compaoré et Laurent Gbagbo de se partager le contrôle du nord jusqu'à après l'élection présidentielle, en dépit du fait que le texte exige des forces Nouvelles qu'elles rendent le contrôle du nord au gouvernement et achèvent le désarmement deux mois avant l'élection. L'ambassadeur Badini (représentant du facilitateur Blaise Compaoré à Abidjan) a confirmé à l'ambassadeur la nature de partage du pouvoir de l'accord, le 26 juin». Ceci est extrêmement grave, car cela prouve que les Etats Unis sont parfaitement au courant que le véritable seigneur de guerre en Côte d'Ivoire n'est ni Guillaume Soro, ni Alassane Dramane Ouattara, qui ne sont que des faire-valoir,  mais bel et bien l'homme-lige de la France, Blaise Compaoré, dont le pillage éhonté des matières premières de la Côte d'Ivoire est tout simplement accepté. Pas étonnant donc que le Burkina Faso soit devenu, au cours de la crise ivoirienne, un grand exportateur de cacao et de diamants, alors que ces ressources sont absentes de son territoire !

X : En juillet 2007, un homme infiniment petit s'est adressé à la jeunesse d'Afrique depuis Dakar en ces termes : «La colonisation n'est pas responsable de toutes les difficultés actuelles de l'Afrique. Elle n'est pas responsable des guerres sanglantes que se font les Africains entre eux. Elle n'est pas responsable des génocides. Elle n'est pas responsable des dictateurs. Elle n'est pas responsable du fanatisme. Elle n'est pas responsable de la corruption, de la prévarication. Elle n'est pas responsable des gaspillages et de la pollution.» Cet individu s'appelle Nicolas Sarkozy de Nagy-Bocsa, et il est le président de la république française. Tout au long de cet abécédaire, nous avons eu l'occasion de constater à quel point cette tirade est insultante et surtout mensongère : La colonisation française est responsable de toutes les difficultés actuelles de l'Afrique dite francophone, de son sous-développement, de son endettement, de sa pauvreté. Elle est responsable des guerres sanglantes que se font les Africains entre eux, comme au Biafra, comme en Côte d'Ivoire, comme au Congo, comme au Tchad. Elle est responsable des génocides, comme au Rwanda, comme au Cameroun, comme en Algérie. Elle est responsable des dictateurs qu'elle installe au pouvoir pour mieux servir les intérêts gaulois, comme Blaise Compaoré, Omar et Ali Bongo, Gnassimbé Eyadema et Faure Gnassimbe, Denis Sassou Nguesso... Elle est responsable du fanatisme, de l'extrémisme et de la révolte que ses attitudes impérialistes suscitent. Elle est responsable de la corruption, de la prévarication, à travers la nébuleuse françafricaine, à travers le pillage opéré par les multinationales françaises. Elle est responsable des gaspillages et de la pollution, comme l'affaire des déchets toxiques déversés à Abidjan le prouve. Alors, pour digérer les contrevérités du nain de l'Elysée, il semble adéquat de laisser la parole à un homme infiniment grand, Malcolm X : «Personne ne peut vous donner la liberté. Personne ne peut vous donner l'égalité, la justice ou quoique ce soit. Si vous êtes des hommes, vous la prenez.» En Côte d'Ivoire, nous sommes prêts. «Nous déclarons notre droit sur cette terre, à être des êtres humains, à être respectés en tant qu'êtres humains, à accéder aux droits des êtres humains dans cette société, sur cette terre, en ce jour, et nous comptons le mettre en œuvre par tous les moyens nécessaires.» En Côte d'Ivoire, nous sommes prêts. «Il n'y a pas de révolution pacifique. Il n'y a pas de révolution non-violente. La révolution est sanglante. La révolution est hostile. La révolution ne connaît pas de compromis. La révolution retourne et détruit tout ce qui se met en travers de son chemin. Si vous n'êtes pas prêts à user de la violence, alors effacez le mot révolution de vos dictionnaires !» En Côte d'Ivoire, nous sommes prêts. «Si vous n'êtes pas prêts à mourir, alors effacez le mot 'liberté' de votre vocabulaire.» En Côte d'Ivoire, nous sommes prêts. «S'il est nécessaire d'organiser une armée de la nation noire, nous organiserons une armée de la nation noire. Ce sera le vote ou la balle. Ce sera la liberté ou ce sera la mort.» En Côte d'Ivoire, nous sommes prêts.

Ya fohi ! : Sarkozy bande ses petits muscles, Obama hausse le ton, Compaoré complote, la communauté dite internationale braille, l'Union européenne sanctionne, Badluck Jonathan menace, la Cedeao s'agite, l'Union africaine brasse de l'air, l'Onuci s'incruste, Licorne se cache, Ouattara soliloque, Soro monologue, Bédié rumine... et pendant ce temps, les Ivoiriens vaquent tranquillement à leurs occupations. Imperturbables et dignes, dans la sérénité et la bonne humeur. Ya fohi ! Il n'y a rien, comme on dit en nouchi.

Zone franc : Il n'y a plus grand-chose à dire sur cette relique d'un autre temps. La France a cessé d'être une puissance monétaire depuis l'avènement de l'euro comme monnaie unique européenne. En effet, pour être considérée comme telle, il eut fallu qu'elle conserve elle-même la main haute sur sa propre monnaie, ce qui n'est plus le cas depuis que la Banque de France a transféré ses compétences à la Banque centrale européenne. La France est donc dans l'incapacité juridique de continuer de garantir le franc CFA avec sa monnaie. D'autre part, la monnaie est la clé de voûte de la souveraineté d'un Etat. Hors, la mise sous tutelle de la souveraineté monétaire des Etats de la zone Franc a été imposée par la puissance coloniale française à des gouvernements pseudo indépendants à sa botte, sans consultation des peuples concernés. Le franc CFA a fait son temps en Côte d'Ivoire. L'outrecuidance du conseil des ministres de l'Uemoa qui, outrepassant ses prérogatives, s'est ingéré dans la crise ivoirienne en recommandant à la Bceao de ne plus reconnaitre la signature du gouvernement légitime pour la transférer au perdant des élections du 28 novembre 2010 est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase et marque un point de non retour. Laurent Gbagbo l'a dit lors de sa prestation de serment : la souveraineté de la Côte d'Ivoire est non négociable. S'il ne veut pas perdre le soutien populaire dont il jouit en ce moment, il n'a pas d'autre choix que de lancer rapidement une nouvelle monnaie ivoirienne, symbole d'une liberté et d'une indépendance nouvellement et chèrement acquises.



Mahalia Nteby, le 04 janvier 2011 (mahalia.nteby@yahoo.fr)


Publié sur http://saoti.over-blog.com/

Les commentaires sont fermés.