topblog Ivoire blogs

jeudi, 17 février 2011

FORUM SOCIAL DE DAKAR: PLUS DE 6000 DEMOCRATES SIGNENT UNE PETITION POUR LA CAUSE DE LA PAIX EN COTE D'IVOIRE



MALICK NDIAYE.jpg

Pr Malick Ndiaye, sociologue émérite à l'Université Cheik Anta Diop


Le Forum social de Dakar, qui a eu lieu le week-end dernier à l'Université Cheik Anta Diop a tenu toutes ses promesses. Plus de 6000 personnes y ont signé une pétition pour dire non à la guerre de la France contre la Côte d'Ivoire.

Les démocrates du monde se sont réunis au Sénégal pour se pencher sur les maux qui minent le tiers monde et en particulier la crise que traverse la Côte d'Ivoire depuis la fin du scrutin du 28 novembre 2010. Des universitaires tels que le Pr Malick Ndiaye, sociologue émérite à l'Université Cheik Anta Diop ont crié leur ras-le-bol face à la tentative de prise en otage de la Côte d'Ivoire par la France.

Ils ont vivement condamné les manœuvres de déstabilisation du pays par les occidentaux, en préconisant la solution pacifique pour le règlement de ce différend. Venus de tous les coins de l'Afrique et du monde, ces intellectuels, responsables des Organisations Non Gouvernementales, ont signé une importante pétition pour dire non à la présence des casques bleus et aux forces de l'Ecomog que les va-t-en guerre veulent utiliser pour attaquer la Côte d'Ivoire.

Cette société civile africaine compte par ailleurs mettre la pression sur les gouvernements africains, afin de dissuader ceux-ci d'utiliser le moyen militaire dans un pays qui a toujours été considéré comme une terre de paix et de prospérité. A cette rencontre panafricaine et altermondialiste, des militants du RHDP (opposition ivoirienne), toujours à cours d'arguments, ont tenté de semer le désordre comme ils en ont l'habitude. Mais ils ont été très vite maitrisés et les idées ont triomphé face aux biceps.


Hervé Gobou


Source: INFOS COTE D'IVOIRE.NET


---------------------------------------------------------------

 

UN DES RARES INTELLECTUELS AFRICAINS QUI A LE COURAGE ET LA FORCE DE SES IDEES


En ce début de l'année 2011, nous avons choisi de mettre à notre Tableau d'Honneur le sociologue et professeur Malick NDIAYE. Il enseigne à l'Université Cheik Anta Diop de Dakar et dirige le cercle des intellectuels du Sénégal (Cis). Par ailleurs, il est Coordonnateur du Comité d'Initiatives des Intellectuels et Secrétaire Exécutif de la Coordination des Intellectuels d'Afrique et des Diasporas africaines. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages et articles, ainsi que co-auteur du livre : «La Côte d'Ivoire face à son destin. Et si l'Afrique était Gbagbo» publie aux Editions L'Harmattan, il est le directeur de publication d'une revue continentale, qui a sorti un numéro spécial sur le discours de Sarkozy à Dakar.

Nous avons tenu à l'honorer parce qu'il est, M. Malick Ndiaye, est un des rares intellectuels africain qui a le courage et la force de ses idées, et qui se montre toujours disposé à participer à tout débat, à délivrer son éclairage sur tous les sujets, y compris les sujets tabous comme par exemple l'homosexualité, la franc-maçonnerie.

Il a affirmé, avec force conviction, que la manifestation contre les Ape à Bruxelles comme à Dakar, ont ouvert une nouvelle ère. Une nouvelle période qui, non seulement est caractérisée par la faillite des bureaucraties européennes et africaines, mais aussi marque l'avènement de nouveaux boulevards de libertés. Là-dessus, il en appelle au président Wade pour ne pas fermer ces boulevards de libertés. Mieux, il l'invite à laisser les Sénégalais manifester dans les rues du pays pour revendiquer l'amélioration de leurs conditions de vie et de travail.

En outre, M. Malick Ndiaye est en première ligne des intellectuels qui ont dénoncé « une diabolisation excessive de Laurent Gbagbo » et qui ont lancé un appel pour éviter «l'enlisement» de la Côte d'Ivoire dans une guerre fratricide. Il a été l'artisan principal de la mise en place du Mouvement panafricain des amis de Gbagbo. Face à la crise ivoirienne, spécifiquement la crise diplomatique entre le Sénégal et la Côte d'Ivoire, en ce qui concerne l'immixtion ou l'ingérence de Wade dans le second tour de la présidentielle ivoirienne, M. Malick Ndiaye n'a pas hésité à déclarer : «Ce que Wade a fait, c'est une faute, et non une erreur diplomatique ».

A ce propos, M. Malick Ndiaye explique : « En ce moment, Wade est porteur de valise des Français. Wade n'agit pas parce qu'il a ses nerfs. Il agit selon une stratégie... Wade est dans une situation de 'confiage' catastrophique. Ça n'a pas marché avec Gbagbo, parce que celui-ci est contre le 'confiage' du prince héritier. Gbagbo ne se conçoit pas dans la logique de reproduction biologique... En Côte d'Ivoire, il faut savoir que le fils aîné de Gbagbo, tout le monde le connaît. Et il n'est pas connu pour être mêlé aux affaires de l'État. Et sa mère est Française. On le connaît comme, non pas le fils de Gbagbo, mais comme un opérateur qui gagne sa vie... Tout ça pour dire que Wade n'est pas pour la démocratie, il est pour le despotisme comme il l'a dit au Figaro».

Observateur averti de la situation politique africaine et ardent défenseur des droits de l'homme et de la société civile, « celle qui incarne les véritables contours de la citoyenneté », M. Malick Ndiaye estime que le peuple africain a pris conscience de sa force et que les rapports des pays africains avec la Métropole doivent être repensés sur tous les plans.

Pour lui, « la tâche des intellectuels est de lire ce qui, aujourd'hui, a fait brèche dans la société, (...) de travailler sur les questions basiques du changement de la société, de prévoir l'émergence d'une révolution citoyenne ».

Si vous avez lu les livres de M. Malick Ndiaye, n'hésitez pas à nous faire partager vos impressions et vos avis. Envoyez-nous vos commentaires, analyses et compte-rendu, etc. Nous les publierons dans nos prochaines parutions.



Léandre Sahiri

Paru dans (cliquer sur)
Le Filament N°12

Les commentaires sont fermés.