topblog Ivoire blogs

lundi, 07 mars 2011

LA GARANTIE MONETAIRE DU FRANC CFA, UN VRAI FAUX PROBLEME

YAO PRAO 3.JPG

« La monnaie de compte est le concept premier de toute théorie monétaire »

Keynes (1930)

 

La monnaie est la notion la plus délicate de la pensée économique. C'est pour n'avoir pas bien compris ce qu'elle était ou ce qu'elle est, que le monde périt et sombre dans des crises financières. C'est aussi faute de l'avoir négligé que des pays encore en retard au niveau du développement, ne décollent pas. Au nombre de ces pays se trouvent les pays africains de la zone franc (PAZF). Ces derniers ont abandonné leur souveraineté monétaire à l'ancienne puissance colonisatrice.

Mais depuis des années, une fronde intellectuelle s'est formée pour revendiquer sans délai l'amélioration des conditions de vie des populations africaines. Un radiodiagnostic a été fait. Très vite, il est apparu avec une unanimité écrasante que la dimension monétaire a été négligée dans le processus de développement en Afrique. Au sein des PAZF, le débat sur le franc CFA mobilise autant le public que les « sachants » en la matière. Comme dans une posture d'attraction-répulsion, une certaine hésitation structurante règle le comportement des populations. Il revient par exemple sans cesse, comme question, « qui garantira notre nouvelle monnaie si nous sortons de la zone franc ? ».  Question idiote pour les initiés des questions monétaires mais bonne question pour le citoyen lambda.

Si pour les sachants, cette question trouve une explication, elle doit être connue des « autres » : tel est donc le but de notre présente réflexion.
Il s'agit de débattre tout au long de ces lignes, de la question de la garantie monétaire si tant est qu'elle demeure une question.

Le présent article ambitionne de dissiper une bonne fois pour toute, le doute qui habite les populations des PAZF, au sujet de l'abandon du franc CFA.

Dans un souci de clarté, nous adoptons une démarche en trois temps. Dans un premier temps, nous présenterons les diverses conceptions monétaires : la vision métalliste et la vision nominaliste.

Dans un deuxième temps, nous montrerons que dans les économies modernes, la conception métalliste est en déclin au profit de la vision nominaliste.

Dans un troisième temps,  il nous sera aisé d'indiquer que la garantie d'une monnaie ne dépend nullement d'une marchandise quelconque ni d'une réserve, encore moins d'un pays  lointain.

FRANC CFA. 500.jpg
  1. La vision métalliste et nominaliste de la monnaie

La monnaie est une créance à vue des agents économiques sur le système bancaire et une dette de celui-ci. Mais ce n'est pas tout : la monnaie a une dimension politique, sociale, elle est une institution.  La définition de la monnaie a largement  été présentée dans divers articles antérieurs. Elle ne fera pas ici l'objet d'un développement.

L'importance historique du débat monétaire et son regain d'actualité proviennent de désaccords profonds entre les économistes à l'égard de ce problème aussi ancien qu'important : la valeur de la monnaie.

Si la monnaie est une marchandise comme une autre, sa valeur dépend de sa quantité. Elle varie de manière inversement proportionnelle à cette quantité. L'ancienne tradition métalliste faisait ainsi dépendre la valeur de la monnaie directement de la quantité. Si, au contraire, la monnaie n'a de valeur que dans la mesure où elle est acceptée sans restriction dans les paiements, l'accent est placé sur son pouvoir libératoire ; la valeur de la monnaie se mesure au pouvoir d'achat en marchandises qu'elle représente.

Ainsi, la conception nominaliste de la monnaie s'est-elle longtemps opposée à la conception métalliste. Dans un cas, la valeur de la monnaie était exprimée en termes de pouvoir d'achat, et dans l'autre, d'après sa teneur en métal précieux.

Dans l'histoire monétaire, on a constaté qu'un bien pouvait être utilisé comme monnaie. On parle de monnaie-marchandise.  On a pu constater que  le bien le plus répandu est devenu l'unité monétaire : ce fut le cas en Europe avec la « tête de bétail ». Le bétail ou « pécus » nous a laissé « le pécuniaire » et la tête ou « caput » nous a laissé le capital, comme « rupia » aux Indes a donné la Roupie. Comme instrument d'échange on a essayé les pointes de flèches ou les haches taillées en silex, le sel autour du Sahara (mais il se mouille), des coquillages (les cauris) en Afrique, etc.

La "marchandise" est ici un bien économique dont la valeur ne provient pas de la promesse d'un agent économique. Un commerçant était payé avec une pièce d'or. Il la pesait avec un trébuchet. Et il la faisait "sonner" à son oreille pour en vérifier l'alliage d'or. Il l'acceptait si la pièce était "sonnante et trébuchante". Ce temps passé de vérification accroissait le coût de la transaction. La pertinence d'une telle conception instrumentale de la monnaie repose entièrement sur l'hypothèse de valeur, c'est-à-dire sur l'idée que la commensurabilité des biens trouve sa pleine intelligibilité hors de la monnaie, dans l'existence d'un principe objectif indépendant des conventions monétaires, nommé « valeur ». L'exemple le plus caractéristique d'une telle approche se trouve chez Marx qui définit la valeur d'une marchandise comme la quantité de travail socialement nécessaire à sa production. Il est alors possible, à partir d'une explicitation des conditions objectives de la production, de déterminer la valeur intrinsèque de tous les biens et, ce faisant, leur rapport d'échange.  La valeur intrinsèque reposant sur le coût de production évalué comme représentant le contenu réel des facteurs originels qui entrent dans une unité de produit. C'est ce que Marshal appelle « le coût réel ».  La valeur d'une monnaie-marchandise existe sans aucune  promesse de son émetteur. Par exemple, une pièce d'or est une monnaie-marchandise. Elle a de la valeur par elle-même. La création d'une monnaie-marchandise se fait que par la production matérielle de la marchandise. La création d'une monnaie-marchandise provient de la production de la marchandise elle-même et elle provient de la transformation de la marchandise d'un usage non monétaire à un usage monétaire.

La valeur de cette pièce d'or dépend de la valeur de l'or, dépend du cours de l'or sur les marchés. L'émetteur de la pièce d'or ne peut en modifier la valeur. La quantité de monnaie-marchandise ainsi créée ne modifie pas la valeur de l'or. La masse monétaire ainsi produite ne modifie pas la demande, ne modifie pas les prix, n'induit pas d'inflation des prix.

Pour les métallistes, la monnaie est avant tout une marchandise comme les autres. Le choix fait par les agents de l'utiliser en tant qu'un instrument d'échange tient à ses qualités marchandes et sa facilité d'écoulement qui lui permettent de minimiser mieux que les autres actifs, les coûts de transaction. Pendant longtemps, la thèse métalliste a basé la valeur de la monnaie-marchandise sur la valeur du métal contenue dans la pièce de monnaie ou représentée par le papier-monnaie. Mais compte tenu des falsifications possibles, il faut un monnayeur, souvent une autorité politique, qui appose des signes sur les faces et sur la tranche de la pièce d'or. Ainsi le poids et la qualité du métal sont vérifiés par une autorité fiable au moment de la frappe de la pièce. La valeur de la monnaie-marchandise dépend principalement du métal utilisé. Par exemple, lors de l'invasion de la France par les nazis, les allemands ont instauré le Service du Travail Obligatoire, épuisant ainsi les ressources économiques du Pays. L'or a été pillé. Le taux de conversion à 20 francs  pour 1 Reichsmark, arbitrairement imposé, favorise d'ailleurs grandement la monnaie allemande, dévalorisant ainsi le franc. Les monnaies de l'Etat Français sont clairement identifiables par leurs légendes et seront principalement frappées en aluminium et en zinc (la France étant ruinée par les Allemands). Les réserves de nickel seront essentiellement utilisées par les nazis pour l'armement. La dévaluation du franc sera importante et il perdra la moitié de son pouvoir d'achat en 4 ans.

L'étalon-or est un régime monétaire dans lequel la monnaie interne est convertible en or à un prix fixe. Si l'Angleterre est pleinement en régime d'étalon-or dès 1821, ce n'est qu'au tournant des années 1870 que la plupart des grands pays passent du bimétallisme, qui établit la conversion des monnaies en or et en argent, au monométallisme, qui limite l'étalon monétaire à l'or. L'or, dans le gold standard, est la clé de l'équilibre extérieur des différentes nations.  Quand l'une d'entre elles enregistre un déficit de sa balance des paiements, ce déficit est réglé avec une partie du stock d'or de la banque centrale. La perte de cette encaisse impose une déflation dans le pays concerné, une baisse des prix, une meilleure compétitivité, la hausse des exportations, le retour à l'équilibre.  Mais le désordre monétaire entre deux-guerres aboutit à l'adoption du  plan White.  L'idée est qu'on devait créer un fonds de stabilisation de l'échange alimenté par les dépôts des états membres, qui interviendrait pour maintenir la stabilité des monnaies.

L'idée était aussi de créer une monnaie internationale, avec une définition stricte et immuable par rapport à l'or.

Chaque monnaie nationale devait elle-même avoir une parité fixe par rapport à cette monnaie internationale, donc par rapport à l'or.

Tout le système est en parité fixe : la monnaie centrale par rapport à l'or, et les autres monnaies par rapport à la monnaie centrale. Dans ce système de parités fixes, chaque pays établit une parité fixe par rapport à l'or.

Soit directement, soit par l'intermédiaire d'une autre monnaie (c'est à dire le dollar), sur la base de 35$ pour une once d'or.

Les parités fixes signifient qu'il y a convertibilité or du dollar. Le déficit américain dès 1971 et la nécessité pour les USA de supprimer la convertibilité or du dollar (le 15 août 1971), remettent en cause le système de Bretton Woods (Gold Exchange Standard).

Le « nominalisme », pour sa part, triomphe à partir des années trente. Selon ses moutures, il conduit simplement à considérer la monnaie comme consubstantielle au fonctionnement de l'économie, ou à la penser aussi comme une institution dont l'origine est l'État.  C'est la datation que donne Jérôme Blanc (2000)[1]. L'auteur cite  Knapp (1905), pour qui, l'État est l'origine, le créateur, l'ordonnateur suprême du phénomène monétaire et rien ne doit l'en empêcher car c'est dans la nature de la monnaie d'être la créature de l'État. Deux types d'interprétation sont proposés pour en rendre compte. Il s'agit d'abord de la thèse chartaliste inaugurée par Knapp (1905) selon laquelle « la monnaie est une création de la loi ». À ses yeux, l'État peut imposer n'importe quelle monnaie simplement en déclarant qu'elle sera admise aux caisses des percepteurs en paiement de l'impôt. En effet, s'il en est ainsi, chaque acteur économique acceptera cette monnaie dans l'échange puisqu'il sait pouvoir à son tour l'utiliser pour régler ses obligations fiscales. La seconde thèse met l'accent sur le rôle de la confiance. On la trouve chez Simmel qui parle de « foi socio-psychologique apparentée à la foi religieuse » ou chez Simiand qui soutient que « toute monnaie est fiduciaire » en ce qu'elle est le produit d'une « croyance et d'une foi sociale ». Dans les deux cas, c'est la nature holiste de la monnaie qui est reconnue, à savoir la monnaie en tant qu'expression de la totalité sociale et de sa hiérarchie de valeurs (Aglietta et Orléan, 1998)[2].

Ainsi quand Franck Hahn cherche à cerner les conditions d'une théorie monétaire véritable, sa première phrase est-elle : « Ce qui m'intéresse est une économie où la monnaie n'a pas de valeur intrinsèque et est universellement acceptée dans les échanges[3] ». De ce point de vue, la référence à l'or est désormais appréhendée comme un obstacle à une compréhension véritable du fait monétaire.

Paul A. Samuelson n'hésite pas à écrire dans son célébrissime manuel : « L'étudiant contemporain ne devrait pas être trompé, comme le furent les générations antérieures, par la croyance mystique selon laquelle la garantie-or est ce qui donne à la monnaie sa valeur. Assurément, l'or, en tant que tel, compte pour peu de chose dans ce problème[4] ».

Selon cette vision nominaliste de la monnaie, cette dernière se caractérise par la confiance qu'ont ses utilisateurs dans la persistance de sa valeur et de sa capacité à servir de moyen d'échange.

La thèse nominaliste : la monnaie est un signe, qui remplit ses fonctions sur
la base de la confiance que lui accordent les agents économiques, c'est dans cette situation que l'Etat joue un rôle déterminant puisque c'est lui qui
confère un instrument quelconque sa qualité de monnaie. La monnaie c'est aussi une création de la LOI. Le fait que se développent des
formes dématérialisées de la monnaie, c'est la preuve de la confiance des agents dans l'unité monétaire.


  1. L'apostasie de la vision métalliste et la prédominance de la vision nominaliste de la monnaie dans les économies modernes

La période actuelle  est très éloignée des débats anciens sur la valeur de la monnaie. Les métaux précieux ne constituent plus une référence pour constituer la valeur de celle-ci en comparaison avec les autres marchandises. La monnaie devient un signe et un symbole dépourvu de toute valeur propre, mais dans lequel nous avons confiance, car il représente un pouvoir d'achat sur toute chose.

Le déclin de la vision métalliste de la monnaie est dû à l'histoire et aux exigences pratiques du développement.

Dans le contexte de la guerre du Vietnam et de la conquête spatiale, la planche à billet tournant à plein régime, les détenteurs de dollars souhaitent, comme la France de Charles De Gaulle (1965), convertir leur papier en or. Dès lors, les Etats-Unis ne voulant pas se « vider » de leur or, le 15 Août 1971, Richard Nixon met fin à la convertibilité du dollar en or. C'est le début de la fin des accords de Bretton Woods qui aboutit au régime de changes flottants : les valeurs des monnaies sont fixées par les forces du marché. Il n'y a plus de standard international pour la monnaie (accords de la Jamaïque 1976).

Dans les économies modernes, la monnaie est dématérialisée. La dématérialisation est un changement d'intermédiaire : un agent emprunte le bien intermédiaire, et sa reconnaissance de dette circule à la place du bien emprunté. L'originalité de ce changement, par rapport à ceux qui eurent lieu lors de la phase du "processus cumulatif" (sorte de "tâtonnement" à la recherche du bon intermédiaire) réside dans l'apparition du crédit : le prêteur fait, par définition, crédit à l'emprunteur (le compte du prêteur est créditeur chez l'emprunteur et le compte de l'emprunteur est débiteur chez le prêteur). Aujourd'hui, les dettes bancaires immatérielles sont émises "ex nihilo", et leur pouvoir d'achat reste fondé sur la confiance qui découle de leur acceptation conventionnelle. On peut dater l'apparition du billet moderne à 1656, lorsque le Suédois Palmstruck décide [...] au lieu de remettre des espèces métalliques aux détenteurs de [...] certificats de dépôts, propose des billets portant engagement d'un remboursement en monnaie métallique. Ces billets présentent de nombreux avantages pour les particuliers. Anonymes, directement transmissibles, ils sont remboursables immédiatement en monnaie métallique. C'est ainsi qu'ils se mettent à circuler directement, sans se transformer en monnaie métallique.

Constatant que ces billets n'étaient jamais tous en même temps transformés en monnaie métallique, les banquiers prennent l'habitude d'en émettre plus que ce que leur stock de métal ne leur permet. On est donc en présence d'une véritable monnaie fiduciaire, reposant entièrement sur la confiance, sur la crédibilité de la banque qui émet les billets. Pour éviter une trop forte création de billets et rassurer les porteurs, l'Etat va confier, au milieu du XIXe siècle, le monopole de l'émission à une Banque centrale. A partir de 1914, le billet devient inconvertible en or pour les agents non financiers. Le billet a cours forcé, c'est à dire que sa valeur doit être acceptée comme telle et a cours légal, c'est à dire que nul ne peut le refuser. La monnaie devient fiduciaire. Cette dissociation entre la valeur intrinsèque des pièces et des billets et leur valeur faciale correspond à la première étape de la dématérialisation de la monnaie.

La monnaie scripturale correspond simplement à un jeu d'écriture dans les livres de compte des banques. On peut, grâce à elle, effectuer les règlements des opérations entre les agents sans utiliser des pièces ou des billets et donc la considérer comme un simple moyen de mise en circulation d'une monnaie métallique ou fiduciaire. Mais elle permet également d'accorder des crédits, par simple écriture d'une créance et d'une dette dans les comptes de la banque. La monnaie scripturale peut alors prendre son autonomie par rapport aux autres formes de monnaie et elle devient un élément essentiel de la création monétaire. Cette monnaie va remplacer peu à peu les pièces et les billets à partir de la seconde guerre mondiale (2ème étape de la dématérialisation). Il ne faut pas confondre la monnaie scripturale (les dépôts à vue) avec les instruments qui permettent sa circulation (le chèque, le virement, le titre interbancaire de paiement, la carte bancaire). En économie, une monnaie fiduciaire  est une monnaie (ou plus généralement un instrument financier) dont la valeur repose sur la confiance du public en sa valeur, alors même que la matière qui est le support de cette monnaie (billet de banque, monnaie électronique etc.) a une valeur (en tant que matière) connue comme nettement plus faible que la valeur nominale (faciale) qui lui est attribuée. C'est-à-dire la croyance qu'un billet de 10.000 FCFA10 vaut bien 10.000 FCFA  est le constat qu'à tout moment il permet bien d'acquérir un bien dont le prix a été fixé à 10.000FCFA, alors même que le prix du papier et de l'encre du billet, et la valeur d'usage du billet en lui-même sont très loin de ce montant. La monnaie scripturale a la particularité unique de pouvoir être créée "ex nihilo". Sa création ne coûte rien, si ce n'est un simple jeu d'écritures. Depuis plus de 20 ans la monnaie n'est plus du tout garantie par de l'or en réserve. On dit que l'argent s'est dématérialisé.

La création monétaire est faite en très grande majorité (85% en moyenne en France) sous forme d'écritures dans les livres des banques commerciales. Ces banques sont dites de second rang pour les distinguer de la Banque Centrale. Donc ces banques créent les comptes à vue, la Banque Centrale imprime et émet les billets de banque et le Trésor émet les pièces de monnaie.


  1. La garantie monétaire en question

Précisons sans tarder que ce n'est pas une quantité d'or qui garantit la valeur de la monnaie. Supposons un seul instant que la création monétaire exige une contrepartie en termes de réserves (une devise) comme dans une caisse d'émission.  Malgré la différenciation des cadres d'instauration et la diversité des approches analytiques, l'objectif reste le même : mettre sur pied une monnaie stable et convertible à travers l'adoption d'une parité fixe et d'une couverture intégrale de la base monétaire par des réserves en devises. Que la couverture s'applique uniquement à la marge ou à l'ensemble du bilan de l'autorité monétaire, l'émission (destruction) de monnaie centrale ne peut être réalisée qu'en contrepartie d'une augmentation (diminution) de la monnaie de réserve. Une recherche de crédibilité axée sur l'accumulation des réserves et conditionnant toute création monétaire, est de nature à contraindre le système bancaire.

En premier lieu, le système bancaire devient vulnérable. La contrainte de couverture à 100 % s'applique uniquement à la monnaie émise par le Board, et non à la monnaie créée par les banques. Le système bancaire n'est donc pas contraint par le principe de réserves à 100 % tel que l'a décrit M. Rothbard (1962)[5], ou dans un cadre théorique différent, M. Allais (1999)[6].

Les banques commerciales préservent donc leur « pouvoir de création monétaire ex nihilo ». Cependant, celui-ci reste plus limité que dans un système à réserves fractionnaires traditionnel régi par une Banque centrale. En effet, le respect de la règle d'émission de monnaie de base signifie l'impossibilité pour la caisse d'agir activement sur la liquidité du système financier. Sa stricte application exacerbe la contrainte de liquidité associée à la pratique bancaire. La dynamique du crédit s'en trouve alors modifiée car les banques sont incitées à adopter une attitude plus restrictive dans l'octroi de crédit ; d'autant qu'elles doivent prendre en compte le niveau généralement élevé du seuil de réserves obligatoires.

L'abandon des prérogatives liées à la fonction de prêteur en dernier ressort soumet les banques à rude épreuve en cas de tensions sur la liquidité du système financier.

En deuxième lieu, l'extension du crédit est contrainte puisqu'elle est liée  étroitement à l'obtention des devises.  Cela n'est pas profitable au développement, les pays devant dégager dans la durée un excédent structurel de leurs balances de base. Pour illustration, le mécanisme de transmission de la dynamique de la balance des paiements à la dynamique du financement par le crédit intérieur peut être représenté par la séquence suivante : l'excédent de la balance des paiements engendre des réserves de change et actionne la base monétaire qui permet l'octroi de crédit.

Un tel mécanisme limite sérieusement le refinancement national sans imposer des conditions difficiles à remplir. Les banques commerciales espèrent détenir la monnaie externe, à la suite des recettes d'exportation perçues par leurs clients, pour améliorer leurs positions de liquidité.

Si la conversion en monnaie centrale auprès de la caisse d'émission est réalisée, alors la banque commerciale peut mobiliser ses réserves excédentaires pour accorder des crédits en monnaie locale.

En troisième lieu, la garantie d'une monnaie basée sur l'accumulation des réserves, limite l'utilisation du levier budgétaire. Les modalités de l'offre de monnaie centrale suspendent toute possibilité de financement monétaire du déficit budgétaire. L'éventualité d'un effet d'éviction sur le secteur privé est parfois avancée pour décourager l'endettement public auprès du système bancaire. Au-delà de cet argument, il paraît nécessaire de maintenir une stricte discipline budgétaire car tout endettement prolongé de l'Etat pourrait remettre en cause la capacité de l'Etat à assurer le service de sa dette de manière non-inflationniste, ce qui porterait atteinte à la crédibilité de l'arrangement monétaire.

La garantie d'une monnaie ne dépend pas des tonnes de réserves dans les caisses de la banque centrale. Ce n'est donc pas le cacao ivoirien qui garantira une éventuelle monnaie ivoirienne. Simplement, les richesses d'un pays, surtout les matières premières permettent d'engranger des devises qui aident en cas d'attaque spéculative, sinon les réserves de change ne constituent aucunement un préalable à la création d'une monnaie nationale encore moins la création monétaire.

Il est possible d'énumérer au moins trois piliers qui garantissent une monnaie : la loi, la confiance des agents économiques dans la monnaie et le dynamisme de l'économie.

La théorie institutionnaliste suppose que la garantie est accordée par la loi. La monnaie tire sa validité de sa légitimation par le pouvoir politique. La valeur de la monnaie provient de son pouvoir d'acheter des marchandises. L'État fait en sorte que la monnaie émise donne à l'utilisateur un certain pouvoir d'achat. L'État donne à la monnaie un pouvoir d'achat  grâce au monopole monétaire. Le cours forcé contraint tout agent économique du pays à accepter cette monnaie. La valeur de chaque billet de banque, et de chaque support matériel ou informatique de cette monnaie étatique, résulte uniquement d'une pseudo-obligation de l'État.

Les pouvoirs publics sont seuls capables de donner un pouvoir libératoire à une monnaie, c'est-à-dire une capacité d'éteindre toute dette y compris les dettes fiscales et les dettes pénales ou civiles, en tout lieu et à tout moment dans la zone où un moyen de paiement a cours légal. Toutes les formes monétaires n'ont pas nécessairement cours légal. Généralement n'en sont dotés que seuls les billets émis par une Banque Centrale et les pièces de monnaie. Le chèque n'a généralement pas cours légal. Il peut être refusé par les commerçants.

Il est remarquable de noter qu'en raison de l'importance de la monnaie, les Etats ont très tôt cherché  à s'assurer le maximum de pouvoir monétaire, en définissant une devise officielle et en faisant de cette devise l'un de leurs symboles et une marque de leur puissance. Ils se sont arrogés progressivement un peu partout le monopole de l'émission des billets et des pièces. Ils exercent un contrôle sur la création monétaire des banques via la législation et la politique monétaire des banques centrales.

Une fois que l'Etat, par la loi, donne corps à la création monétaire, il revient aux agents économiques de garantir la monnaie par leur travail et la confiance en elle.

Assurément, la vision holiste des relations sociales peut prétendre fournir une image satisfaisante du phénomène monétaire, image selon laquelle, dans la monnaie, se manifeste une réalité d'essence collective, l'adhésion unanime des sociétaires, qui, au travers des croyances qu'elle impose à la conscience des agents, modifie leurs comportements et, ce faisant, garantit sa reproduction.

La confiance en la valeur de la monnaie fiduciaire peut-être soutenue notamment par :

  • la décision de l'État (ou, plus généralement, d'un acteur économique majeur) d'accepter la monnaie pour lui payer ce qu'on lui doit ;
  • l'établissement d'un cours légal : tous les agents économiques sont obligés d'accepter la monnaie à la valeur faciale[7], il n'y a donc pas de risque à l'accepter en paiement d'un bien puisqu'on pourra l'utiliser soi-même pour en acheter un autre.

En revanche, la valeur de la monnaie fiduciaire n'est pas nécessairement garantie par une convertibilité en une autre monnaie ou une matière (comme l'or notamment).

La garantie d'une monnaie est finalement une affaire des agents économiques.  La garantie d'une monnaie est donc endogène aux pays. Elle ne peut faire l'objet d'une greffe quelconque comme les « apprentis sorciers » de l'économie ont bien voulu nous faire croire.  Une éventuelle monnaie ivoirienne sera garantie par le dynamisme de l'économie ivoirienne.

Jean BODIN écrivait qu'« Il n'y a ni richesse ni force que d'hommes », pour dire que ce sont les Hommes qui créent la richesse et donc, font la force d'une économie. Or si la monnaie est un indicateur de dimensionnement de l'économie, il en résulte que ce sont les Hommes qui par leur travail, garantiront la valeur de la monnaie nationale.


CONCLUSION

Notre ambition dans ce papier a été de démontrer que les africains n'ont aucune raison de subordonner leur souveraineté monétaire à un faux problème de garantie monétaire.

Dans cette contribution donc, nous avons essayé de réfuter la très minoritaire thèse selon laquelle, ce sont les réserves de change qui garantissent la valeur d'une monnaie. Faisant suite à cette thèse, une autre a encore été distillée dans l'esprit des populations africaines que les africains ne pouvaient pas avoir une « bonne monnaie » sans le soutien des anciennes puissances colonisatrices.

Mais lorsqu'on aborde la monnaie dans sa totalité, en tout cas, avec une analyse rigoureuse et lucide, il apparaît que la monnaie est pour l'économie, ce que le sang est pour le corps humain.

Il est clair que ce n'est pas une économie étrangère qui garantie la monnaie nationale d'un autre pays. C'est l'Etat et les agents économiques qui garantissent la monnaie nationale.



Dr Prao Yao Séraphin

Economiste, Enseignant-Chercheur à l'Université de Bouaké

Président du MLAN

Vice-président de la Cellule de Veille et d'Eveil (CVE) de la Côte d'Ivoire



[1] Jérôme Blanc, Centre Auguste et Léon Walras Texte pour l'ouvrage collectif P. Dockès, L. Frobert, G. Klotz, J.-P. Potier, A. Tiran (éds), Les traditions économiques françaises 1848-1939, Paris : Éditions du CNRS, 2000.

QUESTIONS SUR LA NATURE DE LA MONNAIE : CHARLES RIST ET BERTRAND NOGARO, 1904-1951.

[2] AGLIETTA M. & ORLEAN A. (éds.), La monnaie souveraine, Paris, Odile Jacob, 1998 - AGLIETTA

[3] F. HAHN, Equilibriun and Macroeconomics, Basil Blackwell, Londres, 1984, p. 158

[4] P.A. SAMUELSON, Economics, McGraw-Hill, New York, 10ème éd., 1976, p. 278-279.

[5] ROTHBARD, M. (1962), Man, Economy and State, Nash Publishing, Los Angeles.

[6] Fisher et Allais adhèrent tous deux à la théorie du 100 % monnaie selon laquelle la monnaie bancaire doit être couverte par de la monnaie de base, afin d'assurer à l'autorité monétaire un contrôle total de l'offre de monnaie.. FISHER, I. (1935), 100 % Money, Adelphi, New York. ; ALLAIS, M. (1999), La crise mondiale aujourd'hui, Clément Juglar, Paris.

[7] En France, « Le prix coûtant d'une pièce de 1 ou 2 centimes est de 3 centimes. L'État débourse donc pour ces pièces un prix plus élevé que leur valeur faciale. » Cependant, l'État compense ce coût négatif sur les grosses coupures : le prix coûtant d'une pièce d'un euro est environ 15 centimes. Dans ce cas, l'État achète les pièces à un prix largement inférieur à leur valeur faciale. Le coût unitaire de fabrication se situe aux environs de 25 centimes d'euro, et la durée de vie va de 1 à 2 ans pour un billet de 5 euros jusqu'à 7 à 9 ans pour un billet de 500 euros.

Les commentaires sont fermés.