topblog Ivoire blogs

mercredi, 31 août 2011

LES VERITES DE BERNARD HOUDIN SUR LA CRISE IVOIRIENNE


BERNARD HOUDIN.jpg

Bernard Houdin, Conseiller du Président Laurent Gbagbo n'est pas en Côte d'Ivoire ; à travers cet entretien effectué en ligne, il croque l'actualité ivoirienne avec la rigueur d'un observateur averti.


Conseiller français du Président Laurent Gbagbo, comment vivez-vous les événements tragiques en Côte d'Ivoire ?

Je suis effectivement français d'origine et j'ai acquis la nationalité ivoirienne il y a plusieurs années. Arrivé très jeune (un an) à Abidjan, j'y ai grandi et fait l'essentiel de mes études primaires et secondaires de l'école de la Ran au Banco jusqu'au lycée classique de Cocody en passant par le collège d'orientation du Plateau.
Mon père dirigeait une entreprise de travaux publics qui a bâti, entre autres, les deux ponts d'Abidjan et l'Hôtel Ivoire. J'ai, plus tard, travaillé au ministère des Finances de 1975 à 1977, quand M. Bédié en était le ministre, et dirigé la société Ash à la fin des années 1990 puis d'autres entreprises jusqu'à ce que le Président Gbagbo m'appelle à son cabinet en 2007.
J'ai vécu l'ensemble de la crise ivoirienne, de 2002 à aujourd'hui comme un gâchis effroyable dont les autorités françaises successives porteront la responsabilité devant l'Histoire. Après l'élection et la décision du Conseil Constitutionnel, je n'aurais jamais imaginé que le président français ordonnerait la destruction de la Résidence présidentielle et la capture du Président de la République par l'armée française, un acte qui entrera dans l'Histoire comme une des pires forfaitures des relations franco-africaines.

Depuis le 11 avril, une nouvelle situation prévaut en Côte d'Ivoire. Que pensez-vous du choix du Président concernant le Porte-parole ?

Le ministre Koné Katinan a été, par mandat écrit, désigné par le Président Gbagbo comme son Porte-parole officiel. Je sais, d'expérience, que le Président ne pose jamais un acte à la légère. Le Porte-parole est le «lien» entre lui et tous ses partisans. Le choix de l'ancien ministre du Budget n'est pas anodin.
Dans une période difficile le Président a voulu promouvoir un homme de rigueur qui a démontré, dans le gouvernement formé après l'élection du 28 novembre, toutes les qualités pour mériter la confiance du Président.
Toutes celles et ceux, quelle que soit la structure à laquelle ils appartiennent, qui veulent s'engager dans le combat du Président doivent, d'abord, accepter ses décisions et sa vision des choses. En effet, comment peut-on se prévaloir du Président et, dans le même temps, ne pas respecter ses choix et décisions ?

Représentant du Président Gbagbo en Europe et en Amérique, sous l'autorité de son Porte-parole, quelle est votre mission ?

Pendant toutes mes années auprès du Président j'ai essayé d'agir sans ostentation, en m'efforçant de remplir honnêtement ma mission. Le choix du Président à mon égard, confirmé par le Porte-parole, tient, peut être, de sa conviction que je travaillerai, sans état d'âme, à la mise en œuvre de sa «feuille de route».
La feuille de route du Président était déjà claire, pour moi, le 11 avril lorsqu' il a déclaré, à l'hôtel du Golf :
«La crise militaire est terminée, il faut régler la partie civile de cette crise pour que le pays reprenne».
Il a renouvelé ce mot d'ordre lors de la venue des Elders à Korhogo et il a délivré, dans son message à la nation à l'occasion de la Fête nationale, sa vision profonde de la crise et des conditions du renouveau du pays. J'encourage tous les Ivoiriens et, au-delà, tous les Africains épris de souveraineté et de dignité pour leurs pays respectifs, à s'approprier ce discours qui montre, une fois de plus, la vision politique et le sens de l'Histoire du Président Gbagbo.
C'est mon rôle, ici, de relayer la parole du Président, en accord avec le Porte-parole. Il existe en Europe et aux Amériques de nombreuses associations et représentations de partis politiques ivoiriens déjà implantés localement où qui sont apparus dans l'urgence de la crise. Il faut les faire travailler ensemble pour créer une force qui puisse peser sur les médias et l'opinion publique, ce qui finira par interpeler le monde politique.

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez ?

Dans nos sociétés modernes, la prolifération des moyens d'expression, en particulier à travers toutes les possibilités offertes par l'internet, rend difficile la maîtrise de l'action politique. Aujourd'hui, ces moyens de communication amplifient la propagation des informations et, le plus souvent, des rumeurs. Vue de Paris, de Hambourg ou de Montréal, la situation du pays est «scrutée» en permanence et si, juste après le 11 avril, les manifestations «émotionnelles» étaient légitimes et nécessaires, il faut désormais agir de façon plus «politique», ce qui impose aux uns et aux autres un effort sur soi-même car il est évident que le sort actuel du pays nous fait naturellement pencher vers des actions plus radicales.
Je rentre du Canada où j'ai représenté le Président aux cérémonies organisées par la diaspora ivoirienne à l'occasion du 51e anniversaire de l'indépendance de la Côte d'Ivoire. J'ai rencontré des hommes et des femmes bien intégrés dans la société canadienne, mais qui se sentent totalement concernés par l'état du pays. C'est une prise de conscience que je retrouve partout où je vais. Cela démontre la justesse du combat du Président qui a toujours privilégié le respect du Droit et qui accepte les pires humiliations pour faire triompher, à la fin, sa vision d'une Côte d'Ivoire moderne et démocratique, qui soit un exemple pour l'Afrique et le monde.
Dans cette période de combat politique, nous devons montrer à l'opinion internationale et aux medias que nous représentons une «force tranquille» et ne pas risquer d'être entrainés dans des provocations de toutes sortes. Mais je dis à toutes celles et à tous ceux qui se battent avec nous qu'il leur faut rester mobilisés et entretenir autour d'eux la flamme de l'espérance. Il faut arriver à comprendre que, dans ce genre de situation, l'action la plus efficace n'est, généralement, pas la plus bruyante.

Quatre mois après le 11 avril, la situation de la Côte d'Ivoire est en effet toujours très précaire. Quelle est votre analyse ?

Il est commun de dire que «l'on récolte ce que l'on a semé». Le jeudi 25 novembre 2010, à la veille du 2e tour, j'avais demandé audience à l'Ambassadeur Jean Marc Simon. Au cours de l'entretien, déjà inquiet des manœuvres qui avaient commencé dans le nord au 1er tour et émettant différentes hypothèses pour le scrutin du dimanche suivant, je lui ai dit :
«je pense, hypothèse n°1, que le Président va gagner, que Ouattara va contester quelques temps mais que les choses rentreront rapidement dans l'ordre, Mais, hypothèse n°2, si l'on fait gagner Ouattara, alors là je vous promets le chaos».
La réponse de l'Ambassadeur de France résonne encore à mes oreilles : «je crains, monsieur, que l'on s'achemine vers votre dernière hypothèse» ! Vous connaissez la suite...
La vérité est que le Président Gbagbo avait gagné effectivement l'élection du 28 novembre 2010. Le scrutin a été truqué et, passé la période où «le monde entier a été trompé par l'annonce de M Choi»comme l'a déclaré, en son temps, le Président angolais Eduardo Dos Santos lors de ses vœux au corps diplomatique en poste à Luanda, cette vérité commencera, imperceptiblement, à prendre corps.
Un seul chiffre, incontournable, est le «talon d'Achille» de ce trucage: le taux de participation du 2e tour, officiellement annoncé par la Cei à 70,84 % le lundi 29 novembre 2010, confirmé par un communiqué de l'Onuci et, brutalement, «augmenté» à 82 % dans la «proclamation» du président de la Cei du 2décembre 2010, dans les conditions que l'on sait.
J'ai participé, en juin dernier, à l'invitation des Autorités vénézuéliennes, à une Convention sur l'Afrique à Caracas. Au cours de la séance d'ouverture, l'ancien Président Jerry Rawlings a dit clairement à la tribune :
«en Côte d'Ivoire Laurent Gbagbo a gagné l'élection mais a perdu la guerre contre la France».
Le pouvoir en place n'est pas celui élu démocratiquement et tous les «cris d'effroi» que pourront pousser certains, hommes politiques et medias confondus, n'y feront rien. Un jour, qui n'est peut être pas si lointain, le point d'inflexion de cette crise sera atteint et vous verrez les choses changer.
D'ailleurs la politique menée par les autorités installées par le coup de force des dirigeants français démontre chaque jour sa vraie nature : un pouvoir faible et dissolu, incapable d'instaurer un climat d'apaisement pour rassurer l'ensemble des Ivoiriens. Dans ce contexte la déclaration du Premier ministre français à l'Assemblée nationale, après le 11 avril 2011, précisant «sa fierté que l'armée française ait contribué à restaurer la démocratie en Côte d'Ivoire» apparaît encore plus cynique alors que nous entrons dans le 4e mois de gestion de monsieur Ouattara.
La France va entrer dans la phase active de la période pré-électorale pour la présidentielle de 2012. Il faudra peser de toutes nos forces et «inviter» la crise ivoirienne dans le débat.
Dans le même ordre d'idée, les élections à venir en 2012 dans le monde, aux Etats-Unis, au Sénégal, au Mali et au Cameroun seront, elles aussi, l'occasion de rappeler qu'en Côte d'Ivoire certains ont truqué délibérément le suffrage universel pour assouvir une soif de pouvoir personnel, ce qui n'est rien d'autre que le viol de la conscience collective du peuple ivoirien.

Vu d'Europe quels sont les éléments qui vous donnent l'espoir que les choses pourraient changer en Côte d'Ivoire ?

Si nous avons confiance ici, toutes celles et ceux qui luttent pour une vraie démocratie en Côte d'Ivoire, certains signes alimentent notre conviction. Prenons l'exemple de la presse. Au lendemain du 11 avril 2011 une chape de plomb s'est abattue sur la presse «bleue» et malheur à ceux qui auraient eu l'idée de critiquer les «nouveaux maitres».
Aujourd'hui, dans un climat de violence et d'intimidation permanente, des esprits libres et courageux permettent aux Ivoiriennes et Ivoiriens de ne pas entendre seulement une propagande aveugle. Votre propre journal en est l'incarnation : malgré les menaces et les sanctions iniques, vous ne cédez pas. Vous êtes un modèle pour tous ceux qui luttent de l'extérieur : ce que vous faites à l'intérieur est infiniment plus compliqué et courageux que tout ce que l'on peut faire à l'extérieur.
Cela doit être un motif permanent de persévérance dans l'action. D'un autre côté, nous voyons chaque jour nos interlocuteurs, Ong, médias, milieux politiques, s'interroger de plus en plus ouvertement sur la vraie nature de cette crise ivoirienne.

Revenons au quotidien de votre travail. On parle de dissensions dans l'organisation de la diaspora. Qu'en pensez-vous ?

La gravité de la situation actuelle rend vaine et dérisoire toute polémique. Les faits sont clairs. Le Président fait des choix, ceux qui se réclament de lui doivent les suivre ou sont libres d'agir selon leur propre entendement. Mais ils ne peuvent pas, dès lors, le faire au nom du Président. Depuis toujours je m'attache à agir selon un des principes cardinaux du Président :
«Asseyons nous et discutons».
J'entends et j'observe, ça et là, des propos et des initiatives peu propices à favoriser un climat serein nécessaire à l'efficacité de la lutte. Ne comptez pas sur moi pour me prêter à ce jeu et à me détourner de l'objectif qui m'a été assigné. Je dis et redis qu'il y a un temps pour tout. Après le 11 avril 2011, dans l'émotion des événements, il fallait montrer que l'on ne se soumettrait pas au diktat de l'étranger.
Aujourd'hui est venu le temps du combat «politique», moins ostentatoire mais indispensable. Dans ce contexte les manifestations (marches, rassemblements) doivent être des armes à utiliser à bon escient pour en conserver toute leur efficacité. A titre d'exemple, l'an dernier les Français sont descendus par millions dans les rues pour manifester leur opposition à la réforme des retraites. M. Sarkozy l'a finalement imposée (avec un Conseil Constitutionnel composé de 9 membres sur 9 de sa famille politique...).

On se rend compte que pendant qu'il tend la main aux Gbagbo, le pouvoir inculpe ses membres. Comment expliquez-vous cette politique ?

Depuis son installation par le coup de force de la France, M. Ouattara n'a de cesse de prôner la réconciliation nationale. Dans ce domaine, comme dans tous ceux où il a pris position depuis le 11 avril 2011, les actes posés contredisent singulièrement les propos émis. Les «inculpations» de la majorité des dirigeants de la mouvance présidentielle Lmp, au-delà du caractère «loufoque» des motifs invoqués, sont de nature à briser durablement le tissu national que le Président Gbagbo avait commencé à tisser avec patience.
La position du Président et de la 1ere Dame, vice-présidente de l'Assemblée nationale, sans aucun statut juridique, conduit aujourd'hui même les plus fervents défenseurs d'Ado à se sentir «gênés». En fait tout cela rend raison au Président Gbagbo qui apparaît chaque jour qui passe comme le seul à pouvoir rendre au débat démocratique en Côte d'Ivoire toute sa signification. Cela rappelle, aux uns et aux autres, que le mandat du Président n'a, à aucun moment, été celui d'un dictateur tel que les parrains du complot antinational ont voulu le faire paraître.
La liste est longue des actes à caractère démocratique posés par Laurent Gbagbo pendant sa présidence, guidé par le souci de la préservation de l'avenir du pays, en privilégiant sans cesse le dialogue entre les Ivoiriens, au risque, avéré désormais, de voir les ennemis de la liberté se servir de cette ouverture d'esprit pour mieux avancer masqués.
Au contraire, les dirigeants actuels, mués par la satisfaction de leurs intérêts personnels au détriment de l'intérêt général, s'enferrent dans leurs contradictions et prennent, à chaque fois, les mauvaises décisions. Ce cycle «infernal» aura ses limites tôt ou tard. C'est parce que l'attelage hétéroclite du Rhdp n'a, ni consistance politique ni un soutien populaire majoritaire qu'il n'a pas d'avenir. Préparons-nous, comme le Président Gbagbo nous l'a toujours enseigné, à avoir une réponse «politique» à cet état de fait.

Après un rapport accablant de l'Onuci contre les Frci et les Dozo sur les violations des Droits de l'Homme en Côte d'Ivoire, les deux entités indexées disent être irréprochables, innocentes. Finalement, personne n'a tué ceux qui sont morts pendant cette crise ?

Depuis le 19 septembre 2002, jour où, ne l'oublions jamais, plusieurs centaines de personnes sont mortes, en majorité des soldats des Fanci qui ont sauvé la République à ce moment là, jusqu'aux dernières exactions quotidiennes des «Frci», le peuple de Côte d'Ivoire est victime de la «volonté de pouvoir» d'une caste politique qui n' a pas hésité à s'appuyer sur la force de puissances étrangères d'une part, et de bandes armés dont la conviction politique est inversement proportionnelle à la soif de pillage économique d'autre part.
Oui, on a tué, on a beaucoup tué en Côte d'Ivoire ces dernières années, mais les bourreaux «paradent» dans Abidjan et les villes de l'intérieur, avec la complicité veule d'une partie de la classe politique dont l'appât du gain et la recherche d'un «poste» tient lieu de viatique.
Heureusement les Ong telles que Human Rights Watch et Amnesty International ainsi qu'une partie croissante de la presse d'investigation commencent à «briser» la loi du silence qui s'était abattue sur le pays depuis le 11 avril 2011. C'est un combat long et difficile à mener où le courage et l'honneur devront triompher du mensonge et de la manipulation.
Les victimes ne sont pas les tueurs et ceux-ci devront, un jour, rendre compte au tribunal de l'Histoire. Je salue d'ailleurs, à cette occasion, le travail exemplaire que votre journal, dans la pire adversité, continue à réaliser. Il illustre bien une phrase du Président Gbagbo dans son message du 7 aout dernier : «...Car, jamais un peuple qui lutte pour sa liberté n'a été vaincu».

Quel message voudriez-vous retenir ?

La crise actuelle donne raison au Président Gbagbo. Le 15 octobre 2010, dans sa déclaration de candidature à l'élection présidentielle, il avait dit : «je suis le candidat de la Côte d'Ivoire contre le candidat de l'étranger et cette élection marquera la fin de la période houphouetienne de l'Histoire du pays....».
Ce qui arrive aujourd'hui en est l'illustration parfaite et si nous nous plaçons dans une perspective historique, le Président Gbagbo, par son sacrifice personnel, va faire rentrer la Côte d'Ivoire dans une nouvelle époque, celle de la souveraineté nationale au vrai sens du terme. Aussi, son message du 7 août doit être lu, relu et médité par chacun et chacune.
Aussi permettez-moi, en conclusion, de donner la parole au Président :
« (...) je voudrais me permettre de partager avec vous quelques réflexions sur le sens profond de la journée de ce 7 août. Cette réflexion est un exercice de prospection de nous-mêmes qui s'impose à chaque de ce pays, mais surtout aux dirigeants et aux responsables politiques et administratifs qui ont la charge de construire le destin de notre nation, surtout dans le contexte actuel de grands traumatismes causés à notre peuple, qui n'aspire qu'à vivre sa souveraineté en tant qu'acteur et sujet de l'humanité, et non pas comme simple objet ou simple spectateur de la construction de sa propre histoire (...)
Mes chers compatriotes, de mon lieu de détention, je continue de garder la foi en notre combat. Comme dans tous les combats il y a des batailles perdues. (... )
Qu'une bataille perdue ne nous détourne pas de notre objectif final qui est l'affirmation de notre existence en tant que communauté de destins libre et souveraine (...) 
Les grandes puissances qui nous en imposent aujourd'hui sont passées par ces épreuves. Leurs générations actuelles jouissent des dividendes de luttes menées par leurs ancêtres. (...) 
Demeurons toujours mobilisés et confiants. Car, jamais un peuple qui lutte pour acquérir sa liberté n'a été vaincu. C'est aussi une vérité historique»

Entretien réalisé par Germain Séhoué, in le quotidien ivoirien "Le Temps".


gs05895444@yahoo.fr


 

Source: COTE D'IVOIRE LA VRAIE

COMMENT AL-QAEDA EST ARRIVE A REGNER SUR TRIPOLI (ASIA TIMES)


ABDELHAKIM BELHAJ.jpg

Abdelhakim Belhaj, émir du GICL/AQMI


Par Pepe ESCOBAR

Son nom est Abdelhakim Belhaj. Certains au Moyen-orient ont peut-être entendu parler de lui mais en occident et ailleurs son nom est pratiquement inconnu.

Alors voici une séance de rattrapage. Parce que l'histoire de comment un agent d'Al-Qaeda a pu se retrouver haut-commandant militaire à Tripoli va - une fois de plus - briser l'immense champ de miroirs qu'est « la guerre contre le terrorisme » et compromettre sérieusement la propagande patiemment concoctée par l'OTAN sur son « intervention humanitaire » en Libye.

La forteresse de Kadhafi, Bab-al-Aziziyah, fut envahie et conquise la semaine dernière principalement par les hommes de Belhaj - qui ont été le fer de lance de la milice des Berbères dans les montagnes du sud-ouest de Tripoli. La milice est connue sous le nom de Brigade Tripoli et elle a été secrètement entraînée pendant deux mois par les Forces Spéciales US. Elle s'est révélée la milice la plus efficace au cours de ces six mois de guerre civile/tribale.

Mardi dernier, Belhaj jubilait déjà sur la victoire et racontait comment les forces de Kadhafi s'enfuyaient « comme des rats » (notez que Kadhafi emploie la même métaphore pour désigner les rebelles).

Abdelhakim Belhaj, alias Abu Abdallah al-Sadek, est un djihadiste libyen. Né en mai 1966, il a fait ses premières armes avec les moudjahidin lors du djihad anti-soviétique en Afghanistan dans les années 80.

Il est le fondateur du Groupe islamique combattant en Libye et de facto son émir - avec Khaled Chrif et Sami Saadi comme adjoints. Après la prise de pouvoir par les Taliban à Kaboul en 1996, le GICL a maintenu deux camps d'entraînement en Afghanistan ; un de ces camps, à 30 km au nord de Kaboul et dirigé par Abu Yahya, est strictement réservé aux djihadistes proches ou appartenant à Al-Qaeda.

Après le 11/9, Belhaj s'est installé au Pakistan et aussi en Irak, où il s'est lié d'amitié avec ni plus ni moins que l'ultra radical AbuMusab al-Zarqawi - tout ceci avant qu'Al-Qaeda en Irak ne prête allégeance à Oussama Ben Laden et Ayman al-Zawahiri et ne renforce radicalement ses actions.

En Irak, les Libyens constituaient le contingent étranger de djihadistes sunnites le plus nombreux, devancés uniquement par les Saoudiens. De plus, les djihadistes libyens ont toujours été des « super stars » dans les hauts échelons de l'Al-Qaeda « historique » - d'Abu Faraj al-Libi (commandant militaire jusqu'à son arrestation en 2005. A présent il fait partie des 16 prisonniers « importants » de la base militaire US à Guantanamo) à Abu al-Laith al-Libi (un autre commandant militaire, tué au Pakistan au début de 2008).

Le GICL a été sous la surveillance de la CIA depuis le 11/9. En 2003, Belahj a été finalement arrêté en Malaisie puis transféré, dans le plus pur style « rendition » dans une prison secrète à Bangkok où il était torturé quotidiennement.

En 2004, les Américains ont décidé d'en faire cadeau aux services secrets Libyens - jusqu'à sa libération par le régime de Kadhafi en mars 2010, en compagnie de 211 autres « terroristes », une opération publicitaire annoncée en grande fanfare.

Le chef d'orchestre était Saif Islam al-Kadhafi en personne - la figure moderne et éduquée au London School of Economics du régime. Les dirigeants du GICL - Belhaj et ses adjoints Chrif et Saadi - publièrent un confession de 417 pages intitulée « études correctives » où ils déclaraient que le djihad contre Kadhafi était terminé (et illégal), avant d'être finalement libérés.

Un compte-rendu fascinant de tout le processus est disponible dans un rapport intitulé "Combating Terrorism in Libya through Dialogue and Reintegration" (Combattre le terrorisme en Libye par le dialogue et la réinsertion) . [1] Notez que les auteurs, des « experts » en terrorisme basés à Singapour et qui furent accueillis et choyés par le régime, expriment leurs « chauds remerciements à Saif al-Islam Kadhafi et la Fondation Internationale Kadhafi pour la Charité et le Développement pour avoir rendu la visite possible ».

Puis en 2007, Zawahiri, le numéro 2 d'Al-Qaeda à l'époque, annonça officiellement la fusion entre la GICL et Al-Qaeda du Maghreb Islamique (AQMI). Depuis, GICL et AQMI sont la même organisation et Balhaj était et est le chef (émir).

Venons-en à février 2011, Belahj, en homme libre, décide de retourner à ses activités djihadistes et d'engager ses hommes dans le soulèvement planifié de la Cyrénaïque.

Tous les services de renseignement des Etats-Unis, de l'Europe et du Monde arabe savent qui il est. Il a déjà fait savoir que lui et ses hommes ne se contenteront de rien de moins que l'application de la charia en Libye.

On aura beau chercher partout et se raconter des histories, il n'y a rien de « démocratique » chez lui. Mais l'OTAN n'a pas voulu s'en séparer sous prétexte qu'il n'aimait pas beaucoup les « infidèles ».

L'assassinat fin juillet du commandant militaire rebelle, le général Abdel Fattah Younis, par les rebelles eux-mêmes semble être l'œuvre de Balhaj ou de gens très proches de lui.

Il est important de savoir que Younis - avant de se retourner contre le régime - avait dirigé les forces spéciales libyennes qui combattaient férocement le GICL dans la Cyrénaïque entre 1990 et 1995.

Le Conseil National de Transition (CNT), selon un de ses membres, Ali Tarhouni, raconte que Younis aurait été tué par une organisation obscure appelée Obaida ibn Jarrah (du nom d'un des compagnons du Prophète). Apparemment, le groupe a disparu sans laisser de traces.

Ce n'est pas un hasard si tous les hauts commandants militaires des rebelles sont du GICL/AQMI, de Balhaj à Tripoli à un certain Ismael as-Salabi à Benghazi en passant par Abdelhakim al-Assadi à Derna, sans oublier un membre important, Ali Salabi, qui siège au cœur du CNT. C'est Salabi qui a négocié avec Saif al-Islam Kadhafi la « fin » du djihad du GICL/AQMI, leur garantissant ainsi un nouvel avenir radieux sous l'étiquette de « combattants de la liberté ».

Pas besoin d'une boule de cristal pour imaginer les conséquences lorsque le GICL/AQMI - qui a remporté le pouvoir militaire et fait partie des « vainqueurs » - se montrera très peu disposé à céder son pouvoir juste pour satisfaire aux caprices de l'OTAN.

Pendant ce temps, dans les brouillards de la guerre, il n'est pas clair si Kadhafi veut entrainer la Brigade Tripoli dans une guerre urbaine ou forcer le gros des troupes rebelles à pénétrer l'immense zone de la tribu Warfallah.

L'épouse de Kadhafi fait partie de la tribu Warfallah, la plus grande tribu de la Libye d'une population de 1 million d'habitants et composé de 54 sous-tribus. On raconte dans les couloirs de Bruxelles que l'OTAN s'attend à ce que Kadhafi livre combat pendant des mois, sinon des années, ce qui explique la prime offerte, dans le plus pur style du Texas de George W. Bush, et le retour résigné de l'OTAN à son plan initial qui a toujours été celui d'éliminer Kadhafi.

La Libye fait peut-être face au spectre d'une guérilla à deux têtes ; les forces de Kadhafi contre le faible gouvernement central du CNT et les troupes de l'OTAN au sol ; et la nébuleuse GICL/AQMI dans un djihad contre l'OTAN (s'ils sont écartés du pouvoir).

Kadhafi est peut-être une relique dictatoriale du passé, mais on ne monopolise pas le pouvoir pendant 40 ans pour rien et sans que ses services de renseignement n'apprennent deux ou trois choses.

Depuis le début, Kadhafi a dit que l'opération était appuyée de l'étranger et par Al-Qaeda ; il avait raison (même s'il a oublié de dire que cette guerre était par dessus tout celle du président français néo-Napoléonien Nicolas Sarkozy, mais c'est une autre histoire).

Il a aussi dit que l'opération était un prélude à une occupation étrangère dont l'objectif était de privatiser et prendre le contrôle des ressources naturelles de la Libye. Il se pourrait qu'il ait - une fois de plus - raison.

Les « experts » de Singapour qui ont salué la décision du régime de Kadhafi de libérer les djihadistes de GICL/AQMI ont qualifié cette décision de « stratégie nécessaire pour réduire les menaces à l'encontre de la Libye ».

Désormais, le GICL/AQMI peut agir en tant que « force politique locale ».

Dix ans après le 11/9, il n'est pas difficile d'imaginer un certain crâne jeté au fond de l'océan sourire de toutes ses dents.

 

Pepe Escobar


Source: ASIA TIMES

REACTION DU MINISTRE CHARLES RODEL DOSSO RELATIVE AU MANDAT D'ARRET INTERNATIONAL CONTRE SA PERSONNE ET D'AUTRES PRO-GBAGBO

 

CHARLES RODEL DOSSO.jpg

Nous avons appris par voie de presse, le 25 Août 2011, qu'il a été lancé contre sept autres proches du Président Laurent Gbagbo des mandats d'arrêt internationaux dont notre modeste personne.

Ces mandats qui n'ont de l'importance qu'aux yeux de ceux qui les délivrent, appellent  toutefois de notre part une réaction afin que l'opinion comprenne encore mieux les incongruités, le cynisme du pouvoir passager installer par la Communauté Internationale à Abidjan.

Je ne m'attarderai pas sur la forme atypique voire carnavalesque d'émission des mandats d'arrêt par le Procureur de Monsieur Alassane Ouattara. Une procédure qu'un journaliste ivoirien a qualifiée de façon laconique de «Vuvuzela judiciaire».   Toutefois, qu'il me soit juste permis de revenir en quelques lignes sur les raisons qui les sous-tendent. Précisément, le mandat à mon encontre.

Pour les justificatifs de ce mandat, le pouvoir Ouattara parle sans vergogne de crime économique.

Quand on a été, dans un gouvernement, chargé des personnes affectées par la guerre, que pendant votre court exercice, vous n'avez eu la gestion d'aucun budget, il vous est difficilement imputable un délit de crime économique, la nouvelle trouvaille de Monsieur Ouattara et ses juristes. On invoquerait certainement la responsabilité collective des membres du gouvernement pour m'incriminer. Mais, là encore, nous serions dans un cas de poursuite générale de tous les membres du gouvernement. Ce n'est point le cas. Les raisons de cette poursuite sont donc ailleurs.

Au nombre de plusieurs raisons plausibles, je voudrais retenir trois. L'expression aggravée de la justice des vainqueurs, la poursuite du musellement de l'opposition par le pouvoir des sbires de la France et la bataille spirituelle sortant de l'abstrait pour devenir matériel donc perceptible au commun des mortels afin que la parole s'accomplisse.

On savait Messieurs Ouattara et Soro accoutumés à faire couler le sang, tuer, massacrer de paisibles et innocentes personnes pour le pouvoir. Il est donc dans l'ordre normal des choses que, les pleurs, les gémissements, les sanglots de douleur des personnes victimes de leurs atrocités soient sans intérêt à leurs yeux. Cependant, nous étions en droit de penser que le couple de meurtriers propulsés temporairement au sommet de l'Etat ivoirien par l'armée Française, ne pourraient pas atteindre un certain degré de sadisme. Notamment, intervertir les rôles entre les bourreaux qu'ils sont et les victimes directes de leur barbarie.

En effet, après avoir essayé de récupérer mordicus sans succès la Fédération des Victimes de la Guerre que nous présidons, les victorieux de la razzia Française du 11 AVRIL 2011 veulent la décapiter pour faire taire à jamais les nombreuses preuves de leur stupidité guerrière qui dure depuis le 19 septembre 2002. Ainsi, après avoir fait subir des traitements de choc aux responsables restés sur place, le pouvoir d'Abidjan se lance dans une chasse sans merci au garant moral de l'organisation des victimes de la guerre. Ceux qui ont tué d'innocentes personnes, éventré des femmes enceintes, violé des filles et femmes sans défense, pillé les agences de la BCEAO, les ressources naturelles, agricoles des zones assiégées, décernent un mandat d'arrêt international contre quelqu'un dont ils ont fait piller tous les biens à Korhogo en 2002, refusé le transfert médical de la maman de Man à Abidjan en temps opportun, ce qui entraîna son décès le 25 septembre 2004. Sans oublier que cette rébellion a opposé un refus catégorique quant à l'idée de nous voir participer à ses obsèques.

On lance donc, un mandat d'arrêt international contre quelqu'un dont le seul tort est d'être victime et défenseur d'un corps social d'indigents créé par la guerre menée par Monsieur Ouattara contre les ivoiriens. C'est simplement ridicule !

Ainsi, pour célébrer leur victoire, les vainqueurs du 11 AVRIL veulent pousser leur arrogance, leur justice de vainqueur à se faire remplacer dans les prisons qui devraient leur être destinées par les victimes directes de leur barbarie.

Monsieur Ouattara veut certainement se débarrasser de la face hideuse de sa récente histoire. Malheureusement, tuer des milliers d'innocentes personnes pour son élévation personnelle, marque à jamais. Contre cela, Monsieur Ouattara ne pourra rien. En dépit de tout ce qu'il fera, la mémoire collective retient contre lui et sa descendance la qualité de tueur.

Pour ce qui nous concerne, c'est simplement un autre défi. Dans cette lutte, nous ne sommes pas au premier défi. Je voudrais rassurer l'ensemble des victimes de la guerre que ce défi sera relevé comme les premiers. Et ce ne serait point par notre force, encore moins par notre intelligence mais par l'Esprit de Dieu. Notre Dieu n'est-il pas le Dieu des faibles, des veuves et des orphelins ? Victimes de la guerre, gardons le silence car Dieu combat pour nous. Très bientôt, il sera rendu à chacun selon ses œuvres. Le juste sera justifié. Le méchant verra sa rétribution.

Au-delà de ce qui précède, ce mandat d'arrêt trouve également son explication dans la fermeture de Monsieur Ouattara à toute contradiction. La contradiction qui sied à toute démocratie, même les moins avancées. Cette procédure dépourvue de tout bon sens et est en réalité l'expression extérieure du refus de Monsieur Ouattara d'accepter que nous ayons ouvert la voie de la contradiction après la forfaiture de l'armée Française. Une forfaiture qui l'a installée momentanément au Pouvoir. Monsieur Ouattara aurait voulu être célébré et ovationné par les ivoiriens après qu'il ait fait larguer des tonnes de bombes  sur la tête d'un peuple qui n'aspirait qu'à la liberté et à  son autonomie ; faisant au bas mot 3000 morts. Ce, pendant que son adversaire Laurent Gbagbo demandait simplement le recomptage des voix en véritable démocrate pour trancher le contentieux électoral.

Ainsi, le pouvoir Ouattara lance tout azimut des mandats d'arrêt pour obtenir de force ce qu'il n'a pu obtenu de gré. C'est-à-dire l'adhésion des ivoiriens à sa politique machiavélique, déshonorante faisant de notre pays à nouveau une colonie Française et placée sous tutelle du Burkina Faso, 50 ans après notre indépendance.  Par ces mandats, Monsieur Ouattara voudrait obtenir la reddition de son opposition et la soumission du peuple ivoirien martyrisé par ses ambitions personnelles.

Espérer que les mandats d'arrêt imposent le silence aux dirigeants légitimes de la Côte d'Ivoire et au peuple ivoirien, c'est se méprendre sur l'enjeu de cette lutte.

Il me plairait de lui rappeler que si sa lutte à lui consiste à amener la  Côte d'Ivoire à ne plus exister dans le concert des nations et gérer une représentation française comme Président des Ivoiriens, la lutte de Laurent Gbagbo est de donner à la Côte d'Ivoire son autonomie aussi bien politique qu'économique comme il l'a démontré quand il était au pouvoir. Laurent Gbagbo a choisi de faire des ivoiriens des personnes dignes, ne vivant pas de mendicité internationale. C'est au nom de ce choix de dignité que le Président Laurent Gbagbo a défié la mort sans rechigner, le 11 Avril. Nous sommes adeptes de ses choix politiques, conscients des risques qui s'y attachent. Pour se faire, décerner des mandats d'arrêt internationaux à l'emporte-pièce ne changera rien à notre engagement. Dans la lutte pour l'existence de la Côte d'Ivoire, même la mort ne serait pas chère payée.

Je voudrais terminer mon propos en invitant une fois de plus les ivoiriens à croire sincèrement que Dieu n'a point lâché notre nation. Qu'il est bel et bien au contrôle. Sa gloire apparaîtra très bientôt. Ce jour là, le mal sera rendu au mal et le bien au bien. L'ordre établi par l'Homme sera évincé au profit de l'ordre divin. Même les multiples vies sacrifiées par les nombreux accidents, les cérémonies d'exorcisme des Dozos (chasseurs traditionnels réputés pour leur mysticisme) convoyés de toute la sous-région n'y pourront rien. Dieu dira son dernier mot dans la crise ivoirienne. Tournons tous les regards vers lui. A défaut, il endurcira davantage le cœur de l'ennemi qui sera de plus en plus arrogant, méprisant, violent dans la répression. Ce, pour nous briser, nous pousser à réaliser notre faiblesse, notre limite d'humain. Conditions à remplir pour la manifestation de la puissance de Dieu en Côte d'Ivoire. A la répression, opposons simplement la louange à Dieu. Car, la délivrance ne tardera pas. Elle approche à grand pas.

Pour ma part, je veux encore bénir Dieu pour ce que le sceau de mort que l'ennemi avait placé sur ma vie ait été transformé en poursuite judiciaire. Car en réalité, c'est après trois tentatives d'assassinat infructueuses qu'il s'est résolu à me mettre dare-dare sur une liste de personnes poursuivies. La précipitation après l'échec de la première option a  été telle qu'il n'a pas eu le temps nécessaire pour retrouver dans les multiples fichiers mon nom, au point où il a été totalement dénaturé sur leur fameuse liste.  Notre Dieu ne dort pas, le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob est bel et bien sur son trône. Même dans l'ombre de la mort, nous ne craignons aucun mal, sa présence nous rassure.

Ivoirien, Ivoirienne, ne laisse point ton cœur troubler, ton Dieu t'a promis une délivrance, il ne se reprend jamais de sa parole. La grande montagne que tu vois devant toi sera aplanie et tu glorifieras pour toujours ton seigneur. Quand Dieu t'aura donné le signal, tu te lèveras spontanément et tu saisiras ta liberté, la liberté de ta nation et même celle de ton continent.

Que Dieu bénisse chacun de nous !

 

Fait à Abidjan, le 31 Août 2011


Le Ministre Charles Rodel Dosso

LIBYE - TEMOIGNAGE D'UN ANCIEN LIEUTENANT-COLONEL RUSSE PRESENT SUR PLACE: L'OTAN COMMET UN MASSACRE A SYRTE ET RASE LA VILLE




BOMBARDEMENT OTAN SYRTE.jpg

Pour la troisième journée consécutive, des avions de l'OTAN lancent des missiles et bombardent massivement la ville de Syrte, ville natale de Mouammar Kadhafi, ne permettant pas à quiconque de s'échapper. Le périmètre de la ville est entouré de points de contrôle « rebelles », derrière lesquels se trouvent des unités des forces spéciales de la Grande Bretagne, de la France, du Qatar et des Émirats arabes unis.


La sortie de la ville est complètement bloquée. Ni les femmes, ni les enfants ne sont autorisés à la quitter. Les hommes qui tentent de quitter la ville avec leurs familles, sont capturés puis fusillés. Leurs familles sont renvoyées dans la ville sous les bombardements. « Il n'y a pratiquement aucun moyen d'enterrer les cadavres », a déclaré dans une lettre qui a été reçu à Argumenty.ru, ce matin. L'auteur est un ancien officier de l'armée soviétique et des services spéciaux russes, qui est maintenant à Syrte.

Ilya Korenev, cet ancien officier de l'URSS et des forces spéciales russes, est un ancien lieutenant-colonel, que la rédaction d'Argumenti.ru a précédemment qualifié de « source », et qui assume être proche du colonel Kadhafi, a décidé de mentionner son nom dans la lettre.

« Dans la ville, jusqu'à présent, pas de troupes (ndlr : pas « d'armée » loyaliste, stricto sensu) : les rebelles ou les forces spéciales n'ont pas osé entrer. Dans la nuit, il y avait beaucoup de petites provocations afin d'essayer d'établir la présence et l'emplacement de troupes gouvernementales. Plusieurs petites escouades de rebelles ont tenté une action pour sonder dans la nuit et les reconnaître, mais ils ont été détruits. En même temps, un avion de reconnaissance télécommandé d'espionnage sans pilote, « drone », qui était en l'air, répertoriait les défenses de la ville. Une heure après, les attaques aériennes ont commencé sur les cibles ainsi repérées. Cependant, les défenseurs de la ville avaient déjà quitté leurs positions pour d'autres endroits », écrit le lieutenant-colonel.

Selon lui, « la situation ressemble au terrible hiver de 1995 à Grozny, Tchétchénie, où tout ce qui bougeait était bombardé, sans aucun bon système de guidage ou sans coordonnées précises. La seule différence était que la Russie et l'armée de l'air n'avaient pas beaucoup de combustible, donc les vols n'étaient pas aussi intenses que ceux d'aujourd'hui. Pour le moment, les forces aériennes de l'OTAN sont en opération quasiment 24 heures sur 24. ».


Source : COMITE VALMY

AFFAIRE WATTAO: LES HOMMES DU COMMANDANT DECLARENT LA GUERRE

 

WATTAO 2.jpg

«Si jamais, on touche à notre commandant, nous allons rendre ce pays ingouvernable. Celui qui est « garçon » qu'il vienne arrêter le commandant. Nous sommes prêts».


L'affaire d'anciens militaires français arrêtés et relâchés par Issiaka Ouattara, alias Wattao continue d'alimenter l'actualité. Le commandant et ses hommes sont accusés par l'un des Français de vols numéraires, séquestration avec violences et voie de fait.

Cette situation a mis les autorités françaises dans tous leurs états. Ainsi, selon les informations en provenance de l'hexagone, les autorités françaises réclameraient la tête du patron de la compagnie «Anaconda».


Ce qui n'est pas du goût des hommes du commandant en second de la garde républicaine. Nous avons échangé avec certains d'entre eux, vendredi dernier, aux environs de 16 heures, par téléphone. Selon ces derniers, c'est une manœuvre mise en place pour «liquider » leur chef. Ils soutiennent mordicus que pendant les faits, leur commandant n'était pas sur les lieux. Et que l'interpellation et l'interrogatoire des trois Français se seraient déroulés sans aucune violence. «Tous leurs matériels leur ont été remis. Les Blancs mêmes ont reconnu n'avoir subi aucune violence. Nous sommes surpris qu'on vienne demander la tête de notre commandant », font-ils remarquer. Et de menacer : «Si jamais, on touche à notre commandant, nous allons rendre ce pays ingouvernable. Celui qui est « garçon » qu'il vienne arrêter le commandant. Nous sommes prêts. Nous ne pouvons pas l'accepter. C'est nous qui avons mis Alassane au pouvoir. Qu'on fasse attention ». Dans les échanges, ils font des révélations sur ce qui arrive à Wattao. Selon eux, il y a longtemps que leur commandant était dans le viseur de ses pourfendeurs.


Les gens attendaient le moindre faux pas de ce dernier pour frapper. Puisque selon certains proches d'Alassane, il aurait aidé de nombreuses personnalités de la majorité présidentielle à sortir du pays au lendemain de l'arrestation du Président Laurent Gbagbo. Notamment, Charles Blé Goudé, leader des jeunes patriotes.

En effet, les nouvelles autorités se demandent comment Blé Goudé a pu sortir du pays sans complicité. Tous les regards sont tournés vers Wattao. Parce qu'il est très lié au leader des jeunes patriotes. « Le commandant n'a aidé personne à sortir du pays, même pas Blé Goudé. Ce sont des rumeurs pour le salir », font-ils remarquer. Et d'ajouter : «Celui qui est garçon qu'il vienne enlever le commandant. Les gens veulent qu'on s'amuse. On va s'amuser. Au lieu de gérer le pays, on veut liquider ceux qui les ont aidés à prendre le pouvoir».

Peut-on avoir la tête de Wattao sans que Morou et Fofié ne réagissent? Les deux autres n'accepteront sous aucun prétexte que leur frère soit livré. Puisque les trois sont liés. C'est une autre paire de manche qu'il faudra gérer. Le film est loin d'être terminé. Les jours prochains nous situeront. Comme le disent les Anglo-Saxons, « Wait and see ».


Source : AFRICAN LIBERTY

NOMINATION D'UN PREMIER MINISTRE APRES SORO: LE PDCI PROPOSE, L'UE RECUSE

 

HENRI KONAN BEDIE 2.jpg

Le poste de Premier ministre est l'une des promesses fortes de campagne du président Alassane Ouattara à l'endroit du Pdci. Ce poste devrait être effectivement occupé par le parti du président Henri Konan Bédié, à la deuxième mouture du gouvernement Soro. Mais, la désignation de son occupant pose encore problème. La personnalité proposée par le Pdci est récusée par l'Union européenne (Ue) qui fait une contre-proposition.


Le dossier fait la navette entre le palais présidentiel et Daoukro où le président Bédié s'est retiré après les rudes batailles postélectorales. La désignation d'un Premier ministre issu du Pdci-Rda pour succéder à Guillaume kigbafory Soro, conformément à la promesse de campagne du président Ouattara, pose problème entre le palais d'Abidjan, l'Ue et Daoukro, devenu le centre des décisions du vieux parti. Dès la formation du gouvernement actuel, le président de la République avait déclaré que les ministres seront évalués après six mois d'activités. Cette évaluation sera sanctionnée par un remaniement ministériel dont le fait majeur sera la nomination d'un nouveau Premier ministre issu du Pdci-Rda. L'application de cette promesse qui s'inscrit dans le cadre de la coalition Rhdp est rendu difficile par les exigences de l'Ue.

En effet, de source diplomatique proche du dossier, le président du Pdci a proposé à ce poste l'actuel ministre des affaires étrangères, Daniel Kablan Duncan. L'argumentaire du sphinx de Daoukro a pour ossature les six ans d'expérience (de 1993 à 1999) acquise à ce poste par Duncan, sous son régime. Mais l'Ue voit les choses autrement.

Pour les dirigeants du vieux continent, Kablan Duncan (né le 30 juin 1943) et le président de la République (né le 1er janvier 1942) qui ont sensiblement le même âge ne feraient pas une bonne paire au sommet de l'Etat. Ado se retrouverait face à un Premier ministre difficile à manipuler. Ils proposent donc un Premier ministre outillé mais jeune. Le traitement du dossier se complique davantage pour Ouattara lorsque, au lieu de laisser le choix au Pdci de proposer une autre personnalité, l'Union européenne tente d'en imposer d'autres qui échappent au contrôle d'Henri Konan Bédié .Il s'agit, notamment, de Thierry Tanoh, expert comptable, diplômé de l'Université Harvard, vice-président de la Société financière internationale, Sfi, pour l' Afrique sub-saharienne et l'Amérique latine, depuis le 1er juillet 2008 et de Tidjane Thiam, actuel Pdg de Prudential plc, principale compagnie d'assurance du Royaume-Uni, ministre de la planification et du développement dans le gouvernement Kablan Duncan .

Depuis septembre 2009, ce dernier préside le groupe d'assurance Prudential. De ce fait, il est le premier noir à diriger une entreprise du Ftse 100, indice boursier des cent entreprises britanniques les mieux capitalisées, cotées à la bourse de Londres. Les deux personnalités ont du coffre et un réseau de relations étanche, mais sont plus proches de l'Occident que de leur propre pays. Le choix de l'une d'entre elle comme Premier ministre laisserait entrevoir un diktat occidental. Ce qui donnerait du grain à moudre aux détracteurs du président Ouattara, présenté par ceux-ci comme un simple levier manipulé depuis l'extérieur. Outre la gêne qu'éprouve Ado face à l'immixtion de ses soutiens extérieurs dans le choix du prochain Premier ministre, il y a son souci de préserver son soutien politique national qu'est Henri Konan Bédié.

De sa position, Ado devient, malgré lui, médiateur dans le traitement du dossier. Pris qu'il est entre le marteau de l'Ue et l'enclume du Pdci. Pour détendre le bras de fer, le président Bédié prépare une pièce de rechange. Charles Diby Koffi, admiré par la communauté internationale, à la place de Kablan Duncan. Beau-fils du président Bédié (il a épousé sa nièce), Charles Diby a l'avantage d'être déjà dans le carré familial. Il ne lui restait plus qu'à se donner une onction politique. C'est chose faite depuis le samedi 20 août dernier. Il a, en effet, pris, ce jour, la carte du Pdci-Rda, officialisant ainsi son appartenance au parti. Bédié se trouve donc plus à l'aise pour jouer la carte Diby. Selon des indiscrétions, le président Ouattara qui séjourne actuellement en France a certainement inscrit en bonne place ce dossier brûlant au menu des entretiens avec Nicolas Sarkozy.



E.M. Koffi

 

Source : LE MANDAT

mardi, 30 août 2011

L'ALGERIE ACCUEILLE UNE PARTIE DE LA FAMILLE DE MOUAMMAR KADHAFI


AICHA KADHAFI.jpg

C'est officiel, l'Algérie accueille une partie de la famille du guide libyen déchu. Par ailleurs, depuis l'entrée des Kadhafi en Algérie, c'est l'alerte aux frontières.


"L'épouse de Mouammar El Gueddafi, Safia, sa fille Aïcha, ses fils Hannibal et Mohamed, accompagnés de leurs enfants sont entrés en Algérie à 08 h 45 par la frontière algéro-libyenne", a déclaré le ministère dans un communiqué diffusé par l'agence APS, sans fournir d'indication sur l'ancien homme fort libyen. "Cette information a été portée à la connaissance du secrétaire général des Nations unies, du président du Conseil de sécurité et de M. Mahmoud Djibril, président du Conseil exécutif du Conseil national de transition libyen", a ajouté le ministère.

Par ailleurs, Mouammar Kadhafi, lui, se trouverait à 100 km au sud-est de Tripoli, à Bani Walid avec ses fils Saadi et Saïf al-islam, affirme l'agence de presse italienne Ansa, qui cite des "sources diplomatiques libyennes autorisées".

Le CNT entend demander le retour des Kadhafi

Les rebelles libyens "vont demander à Alger de ramener" les membres de la famille Kadhafi, a déclaré, lundi, un membre de l'exécutif du Conseil national de transition. "Nous allons demander à l'Algérie de les ramener" en Libye, a indiqué Mohammed al-Allagy après l'annonce faite à Alger de l'arrivée sur le territoire algérien de l'épouse du colonel Mouammar Kadhafi et trois de ses enfants.

Alger avait démenti samedi l'iinformation relative à l'entrée en Algérie d'un convoi de cinq Mercedès blindées en provenance de Libye, rapportées par l'agence égyptienne Mena. Mais cette fois c'est l'agence officielle qui rend publique l'information. Reste à savoir comment va réagir la Libye et par delà l'Onu à cette offre d'asile, surtout concernant Mohammed et Hannibal, recherchés comme leurs autres frères.

L'Algérie, partage près de mille kilomètre de frontières avec la Libye. Ce week-end, Alger avait entamé des contacts avec les rebelles mais n'a pas reconnu le Conseil national de transition libyen (CNT), organe politique de la rébellion, et n'a jamais demandé officiellement le départ de Mouammar Kadhafi. En revanche, en respect de la résolution onusienne, Alger a néanmoins gelé les avoirs de la famille Kadhafi et de ses proches.

Alerte aux frontières algéro-libyennes

C'est l'alerte générale aux frontières Algéro-Libyenne, selon El Watan. L'Algérie a décidé unilatéralement de fermer ses frontières avec la Libye, apprend-on de sources sures. Un communiqué devait être adressé avant la soirée aux différentes administrations intervenant sur les frontières telles que l'Armée nationale populaire (ANP), la gendarmerie garde-frontières (GGF), la police des frontières et les douanes algériennes pour mettre en exécution cette décision. Cette fermeture intervient après l'annonce par le ministère des Affaires étrangères, de l'entrée en Algérie de plusieurs membres de la famille de Kadhafi. Selon des sources diplomatiques à Alger, qui confirme l'information, la fermeture ne concerne que la partie à l'extreme sud de la frontière.


Source: LE MATIN DZ

lundi, 29 août 2011

COTE D'IVOIRE: UN POUVOIR LAMINE PAR LA PEUR


CHARS ONUCI.jpg

Ceux qui passent par l'Hôtel du Golf ont droit à deux surprises : une déviation à des centaines de mètres de la résidence privée du couple Ouattara et un bunker de trois murs en construction. C'est la réponse du pouvoir à la psychose qui continue de paralyser la vie abidjanaise, plus de trois mois après l'investiture du Chef de l'Etat.


Si à Abidjan, la vie s'arrête à partir de vingt heures, chez les Ouattara, elle commence derrière trois murs de protection. Dans un rayon d'un kilomètre, l'hôtel du Golfe est pourtant à priori un immense verrou que la coalition onuci-licorne-frci surveille comme de l'huile sur le feu. Mais apparemment, cela n'a pas suffi et la sécurité du Chef de l'Etat est de plus en plus digne de celle de John Kennedy, le 35è président des Etats-Unis assassiné en 1963 à Dallas. Ce repli protectionniste presque démentiel  et probablement coûteux pour les finances du pays est la réponse du régime à la peur qui continue d'envelopper la Côte d'Ivoire plus de trois mois après l'investiture qui sonnait officiellement la reprise en main des dossiers chauds, et singulièrement la question sécuritaire à laquelle le gouvernement n'a toujours pas trouvé de réponse.

Au frais de l'Etat. De fait, l'usager qui passe par l'hôtel du Golfe entre dans le dispositif sécuritaire présidentiel depuis la résidence de Thérèse Houphouët-Boigny avec un char armé de l'ONUCI. Peu après l'école maternelle « Vert olive », il doit faire face à une déviation devant un check-point surveillé par des militaires de l'ONUCI et des forces républicaines de Côte d'Ivoire. Derrière eux, se déploie le chantier du bunker présidentiel, composé de deux nouveaux murs supplémentaires. Pour des raisons évidentes d'Etat, aucune disposition habituelle de présentation de l'ouvrage n'a été tolérée, même sommairement. Jour et nuit, les graders terrassent les moindres monticules, repoussent les limites de la route et élèvent des murs avec des maîtres blancs sur le chantier. Le père autoproclamé de la bonne gouvernance bichonne ainsi sa résidence privée aux frais de l'Etat.

Pourtant, en dépit des bombardements qui ont réduit en ruines la résidence présidentielle de Cocody, l'Etat dispose encore de bâtiments dûment sécurisés pour loger les Ouattara. Le Plateau est un exemple de site sécurisé avec la résidence officielle nichée derrière les jardins du palais présidentiel. Sa situation élevée en fait à priori une forteresse imprenable. Bref, Alassane Ouattara n'a aucune raison de confondre ses propres biens avec ceux de l'Etat.

Chiche. Presque normal pourtant. Le Chef de l'Etat présenté par ses soutiens américano-français comme celui qu'il faut à la Côte d'Ivoire se la joue toujours chiche sur ses biens et plus de huit mois environ après son investiture-spectacle du Golfe, il n'a point déclaré ses biens. Lui que la légende ivoirienne présente comme un homme à la fortune immense rechigne encore à faire l'état de ses biens, foulant là encore aux pieds les lois ivoiriennes. Son état physique et mental est aussi un tabou en dépit d'une disposition du code électoral obligeant les candidats à faire l'objet du contrôle d'un collège de trois médecins. Il est vrai que des arrangements formulés à Marcoussis pour le moins incompréhensibles sur ce point-là l'en a dispensés. Mais quelqu'un d'autre aurait, dans un souci de transparence et pour ne pas que « les bilans médicaux classiques » du Chef de l'Etat  soulèvent des polémiques comme la semaine dernière, se soumettre a postériori à cette disposition du code électoral.

Signe d'ailleurs que la sérénité n'est pas pour demain, les arrestations se poursuivent encore dans ce pays où le Général Guai Bi Poin, ancien commandant de la gendarmerie et du Cecos, une unité d'élite  destinée à lutter contre la grande criminalité vient d'être écroué à la maison d'arrêt et de correction d'Abidjan. Accusé de vol en réunion et de détournement de deniers publics, il séjourne au bâtiment C où sont détenus les grands criminels du pays. Au moment de son arrestation, le Général trois étoiles était accusé d'avoir commis un charnier qui aurait été découvert au sein de l'école de la gendarmerie. Les fouilles n'ayant pas permis d'étayer les accusations, celles-ci ont été commuées en vol en réunion. Leur     but manifeste est de punir coûte que coûte cet officier de la gendarmerie dont le témoignage avait fait vaciller les mensonges français sur les crimes de l'hôtel ivoire, en novembre 2004.

Le Procureur de la République vient aussi de lancer sept nouveaux mandats d'arrêt contre d'anciens ministres du gouvernement du Président Gbagbo en exil dans les pays environnants. Au nombre de ceux-ci, le porte-parole du Président Gbagbo Koné Katinant désigné par Laurent Gbagbo pendant sa résidence surveillée à Korhogo. Abidjan vit ainsi au rythme des arrestations et des mandats d'arrêts. Mais aussi à celui des exactions des forces républicaines de Côte d'Ivoire qui s'impatientent d'être enrôlées dans l'armée régulière et d'empocher la prime de 5 millions promise par le régime. En attendant, les braquages ont atteint un niveau historique en raison de la circulation incontrôlée des armes de guerre dans tout le pays.

Le gouvernement essaie de rassurer les populations en lançant une gigantesque opération  de déguerpissement des trottoirs abidjanais. Mais ce déploiement de charme est très mal reçu par la population dont c'est parfois l'essentiel des investissements qui sont réduit en gravas d'un seul coup de pelleteuse. En Côte d'Ivoire, l'économie est encore majoritairement informelle. C'est essentiellement dans la rue qu'elle se déploie et la star de reggae local Alpha Blondy a fini par se résoudre à casser « Le café de Versailles », un bar construit sur le trottoir. Monsieur Blondy est d'ailleurs coutumier des constructions anarchiques puisque sa résidence abidjanaise est construite sur les regards de la Sodeci.

La présidence Ouattara qui a commencé dans le sang n'a toujours pas donné la moindre satisfaction sur l'ensemble de ses promesses électorales. Mais plus que tout, c'est dans un pays pacifié et réconcilié qu'aimeraient bien vivre les ivoiriens pour refaire revivre leur humour  décapant et caractéristique.


Joseph Titi, in le quotidien ivoirien « Aujourd'hui » N° 50 du lundi 29 août 2011.

CE N’EST PAS «UNE AFFAIRE DE KADHAFI»

KADAHAFI ET ENFANTS.jpg

Ainsi donc, nous devrions nous réjouir ! Pour ne pas être excommuniés du «cercle de la raison», nous devrions applaudir l'expédition de l'OTAN en Libye, glorifier la «benladinisation» de Muammar Kadhafi depuis la prise de Tripoli par les forces supplétives de la «communauté internationale» pro-occidentale, saluer ce prétendu dénouement qui relancera la dynamique des révolutions arabes, jouer les autruches face au chaos qui s'annonce... Mais voilà ! Nous préférons être minoritaires plutôt que de bêler avec le troupeau face à une des plus grosses mystifications de l'histoire contemporaine.

Ce qui se passe en Libye est inquiétant. Il ne s'agit pas d'une «guerre pour la démocratie». Qui a consulté le peuple libyen pour savoir s'il était prêt à accepter de voir son pays et ses acquis détruits pour pouvoir jouir d'hypothétiques libertés demain ? Il ne s'agit pas du dernier épisode du «printemps arabe», que les chaînes de télévision Al-Jazira, CNN et France 24, pour une fois d'accord, nous «vendent» comme elles le feraient pour la dernière telenovela à la mode. Comparer la révolte de la rue tunisienne aux manipulations de Benghazi reviendrait à mettre côte à côte Martin Luther King - apôtre du progressisme non-violent - et tous les théoriciens du chaos libérateur dont le siècle dernier a été fécond.

Ce qui se déroule en Libye n'est rien d'autre qu'une guerre illégale de l'Occident. Et la situation historique qui s'en rapproche le plus est la campagne d'Irak. L'évolution d'un certain nombre de gouvernements et d'opinions publiques est monstrueusement fascinante. Qui se souvient de Dominique de Villepin acclamé dans son pays et dans le monde arabe parce qu'il défendait, contre George W. Bush et le nouvel impérialisme américain, les principes de la légalité internationale ? Qui peut prétendre - sans rire ou emprunter le regard vitreux des porte-paroles officiels payés pour mentir en dépit des évidences - que c'est au nom de la résolution 1973 des Nations unies censée protéger les civils et créer une zone d'exclusion aérienne que les soldats des services spéciaux américains, français et britanniques combattent désormais au sol aux côtés des «insurgés» ? La ruse de l'OTAN, qui a enrobé son forfait dans un beau paquet cadeau onusien, rajoute au gangstérisme international une détestable malhonnêteté intellectuelle.

Les propagandistes «otaniens» pourront toujours dire qu'ils ont violé la Charte des Nations unies pour «sauver des vies», selon leur rhétorique habituelle. Seulement, l'expérience irakienne nous montre que le type de chaos qui vient est gourmand en sang humain... Il faut de toute urgence revenir aux fondamentaux et se demander quel monde nous prépare-t-on quand le droit international cesse d'être un référent admis par toutes les nations. Pour l'instant, l'OTAN ne fait face à aucune coalition résolue à mettre en échec ses visées. Mais demain ? La rage contenue des Chinois et - surtout ! - des Russes a de quoi inquiéter pour l'avenir.

Pour parler à l'ivoirienne, on dira que «ce n'est pas une affaire de Kadhafi». Il s'agit ici du destin de la Libye et de l'Afrique, malmenées au gré des caprices de véritables apprentis-sorciers. Depuis le 11 septembre 2011, les Etats-Unis ont remué la planète entière au nom de la lutte contre le terrorisme islamiste. Maintenant que le CNT est quasiment sûr de l'emporter, tout ce que le monde compte de spécialistes de la Libye nous explique que les combattants qui sont en première ligne aux côtés de l'OTAN sont des... islamistes ! Devons-nous nous attendre à une «réplique» quelques mois après le «séisme», et à des règlements de compte meurtriers entre anciens alliés ? L'irresponsabilité des Occidentaux et leur volonté de faire des «coups» à très court terme au mépris de leurs conséquences nous confortent dans notre conviction : l'Afrique doit écrire elle-même sa propre histoire, et non se contenter d'être un jouet à la disposition des puissants.

En Côte d'Ivoire, le pouvoir Ouattara, installé par la «communauté internationale» au prix de milliers de morts, se réjouit du trépas de Kadhafi parce qu'il constitue un message subliminal à destination d'une potentielle opposition musclée. «Voyez comme nos protecteurs sont forts, comme ils sont fous, comme ils sont déterminés et tremblez» : tel est, en substance, ce que nos nouveaux maîtres voudraient laisser entendre. Le plus grotesque dans les articles de leur presse est qu'ils se plaisent à tancer le «dictateur» Kadhafi, assimilé sans nuances à Laurent Gbagbo et à Charles Taylor. Ils le font en trichant une fois de plus avec l'histoire récente de la Côte d'Ivoire. En effet, si Alassane Ouattara est aujourd'hui au pouvoir, c'est en partie grâce à Charles Taylor, qui a créé de toutes pièces le MPIGO et le MJP, avec la participation de Blaise Compaoré - selon la très sérieuse ONG britannique Global Witness. En septembre 2002, la presse française ne glosait-elle pas sur le soutien supposé du Guide libyen à la toute nouvelle rébellion ivoirienne ? L'on se souvient également de la jubilation avec laquelle Le Patriote, quotidien fondé par Hamed Bakayoko, prêtait ces propos à Kadhafi, au cours de la crise postélectorale : «Allez-y bombarder son Palais, lui et ses soldats, tuez-le s'il le faut. Mais ne laissez plus Gbagbo au pouvoir. Y en a marre. Je ferai face à la facture de la reconstruction».

Les alliances politiques se font et se défont au gré des intérêts des acteurs, c'est une évidence. Aujourd'hui, un certain camp en Côte d'Ivoire se réjouit d'être sous le parapluie occidental. Il ne faudrait pas que ses animateurs, dont certains sont assez jeunes pour voir l'Histoire se retourner, considèrent ce soutien comme une donnée permanente. Au-delà des calculs à courte vue, il est plus qu'urgent que le continent, militairement indigent et extrêmement riche de ses matières premières, plaide d'une seule voix pour le respect du droit international, notamment des chartes de l'ONU et de l'Union africaine. Et pour cause : si une deuxième guerre froide ou une troisième guerre mondiale commence, ce qui est aujourd'hui plus que probable, ses enfants seront les premiers à en mourir. Par dizaines de milliers.


Source : Le blog de Théophile Kouamouo

LE COLONEL CHARAUX LIVRE SA VERSION DES FAITS ET DENONCE LES ABUS DES FRCI

COLONEL CHARAUX.jpg

Interview d'un des trois Français victimes d'arrestation arbitraire en Côte d'Ivoire, le samedi 20 août. Pour France-Soir, le colonel de gendarmerie Jean-Grégoire Charaux livre sa version des faits et dénonce les abus de pouvoir commis par certains FRCI.


France-Soir. Le ministre de l'Intérieur de Côte d'Ivoire, Hamed Bakayoko, a déclaré dans une interview à France-Soir que vous n'avez pas été arrêté mais que vous avez été "entendu" par la police et la gendarmerie, le samedi 20 août. Est-ce votre version des faits ?

Jean-Grégoire Charaux. Je n'ai pas été « entendu » ni « arrêté ». J'ai été enlevé. Je suis officier de gendarmerie à la retraite et je connais les procédures légales pour les avoir pratiquées durant toute ma carrière. J'ai enseigné la police judiciaire en Côte d'Ivoire et ailleurs. Quand on est entendu, on signe un procès verbal, on a droit à un avocat, on peut prévenir un proche. Là, non, aucun de ces droits ne m'ont été garantis. Tout m'a été retiré. J'ai été enlevé sur dénonciation.

F.-S. Qui vous a enlevé et vous a donc « entendu »?

J.-G. C. Je sais faire la différence entre un policier, un gendarme et un militaire. Ces gens là étaient dans une tenue panachée, mi-civile, mi-militaire...

F.-S. Comment les choses se sont-elles passées ?

J.-G. C. Je suis arrivé par avion de Lomé (Capitale du Togo, Ndlr) à 1′aéroport d'Abidjan à 15H10. J'étais entre 16H15 et 16H30 en train de faire visiter un domicile à un couple de Français expatriés.  A ce moment là, ces hommes que je vous décris sont arrivés. Ils étaient armés de kalachnikov et d'armes de poing. Ils nous ont demandé de sortir. Nous avons obtempéré. Ils ont libéré le couple et des trois qui restaient ils m'ont nommément désigné pour monter dans un véhicule noir sans plaque d'immatriculation en me menaçant de leurs armes. J'ai bien voulu demander qui ils étaient et ce qu'ils me voulaient mais ils ont répondu en m'intimidant avec leurs armes. Ils m'ont intimé l'ordre de monter et à mes compagnons de les suivre, encore une fois, sous la menace. Mes bagages ont été montés dans leur véhicule. Ils nous emmenés dans une caserne entre le boulevard de Marseille et le boulevard Valéry Giscard d'Estaing. Cette caserne abrite apparemment les Forces républicaines de Côte d'Ivoire. Ce n'est pas un poste de police ! Il était 17H30. Dehors, ils ont directement sorti mon sac, m'ont demandé la clé de mon bagage. En ouvrant ils ont « découvert » 41.000 $ en espèces que je venais de récupérer à la compagnie aérienne de mon employeur, à sa demande, pour régler le carburant des avions. Dans l'aviation en Côte d'Ivoire, et ailleurs en Afrique, tout se paye en dollars. Ils savaient que je venais de retirer cette somme. J'ai été victime d'une dénonciation et la victime d'une embuscade. Comment voulez-vous qu'ils me désignent autrement aussi facilement ? Ils sont venus nous cueillir et ils savaient où se trouvaient l'argent. Je m'y connais en embuscade, je suis un ancien capitaine d'infanterie, ce n'est ni plus ni moins que du banditisme. C'est du banditisme sous le sceau d'une autorité militaire d'Etat.

F.-S. Que s'est-il passé une fois qu'ils vous ont retiré l'argent ?

J.-G. C. Ils m'ont séparé du reste du groupe et isolé dans un bureau dans le corps central de la caserne. Mes deux ravisseurs, sans grades, avaient toujours leurs armes pointées sur moi et franchement ils ne m'inspiraient pas confiance. Ils n'avaient rien de militaires officiels, réguliers. L'un avait une tête de barbu et l'autre portait avec son treillis une casquette de baseball. J'ai connu les événements de 2004 et là, honnêtement j'ai cru que je voyais les mêmes hommes. J'ai eu peur que l'on me retrouve dans une forêt avec une balle dans la tête. Je me suis aussi souvenu de l'affaire Kieffer. Etre enlevé, séquestré, humilié par ces gens-là m'a vraiment inquiété sur le moment. Je ne savais pas ce qu'il pouvait se passer. Là, un type arrive que l'on me présente prétendument comme un capitaine de police, sans en avoir l'air, me pose un tas de questions sur mon patron, m'accuse d'être un salopard, un trafiquant ! Evidemment aucun procès verbal, aucune déposition, aucune procédure légale... Je nie tout ce dont on m'accuse et répond que la somme est celle de mon patron, qu'il me l'a confiée parce que je suis un homme de confiance et que celle-ci sert à l'approvisionnement en essence des avions de sa compagnie. Vers 19H45, le commandant Wattao (« Com-zone » en charge des FRCI sur le secteur et nommé commandant en second de la Garde républicaine par Alassane Ouattara, Ndlr), appelle pour savoir si j'ai été brutalisé. Il m'a demandé de faire un écrit spécifiant que je n'avais pas été victime de violences et que l'on m'avait rendu mes effets personnels. J'ai signé bien évidemment, mais en sachant qu'à côté de moi mes ravisseurs étaient toujours armés. Que se serait-il passé si je n'avais pas signé ? J'ai signé, oui. Et quand on m'a rendu mes « effets personnels », on ne m'a pas rendu l'argent qui s'y trouvait au moment de mon enlèvement.

WATTAO 3.gif

F.-S. Hamed Bakayoko, ministre de l'Intérieur de Côte d'Ivoire, déclare dans l'interview donné à France-Soir ne pas savoir où l'argent est gardé. Qu'en pensez-vous ?

J.-G. C. J'ai du respect pour Hamed Bakayoko qui m'a appelé pour avoir ma version des faits. Mais c'est un politique. Il est embarrassé par les hommes de Wattao qui ne sont ni des gendarmes ni des policiers... L'action de ces hommes là paralysent son objectif de rétablir la sécurité publique. Les gens à qui j'ai eu à faire sont en réalité plus des voyous que des militaires. Après, que Hamed Bakayoko défende le commandant Wattao, je peux le comprendre, c'est de la politique. Le problème c'est que ce n'est pas mon problème. Je ne fais pas de politique, je veux simplement que l'on respecte mes droits, que l'on répare le préjudice que j'ai subi et que l'on rende l'argent que l'on m'a dérobé sans motif et qui appartient à une société privée.

F.-S. Vous avez porté plainte pour quels motifs le lendemain ?

J.-G. C. J'ai porté plainte auprès de la gendarmerie pour arrestation arbitraire, séquestration et vol. C'est bien de cela dont il s'agit. Après avoir fait enregistrer cette première plainte, un officier de police judiciaire de la Sûreté de l'Etat s'est présenté pour que je présente une deuxième déposition. Ce que j'ai fait. Il y a donc deux plaintes et deux enquêtes. Les deux sont identiques et je suis formel dans celle-ci comme ici : ce qui s'est passé samedi 20 août est une bavure de la part des FRCI.

F.-S. Vous n'avez donc pas en tout cas été « brutalisés » par les FRCI ?

J.-G. C. Nous n'avons pas été brutalisés mais nous avons été intimidés par des hommes armés qui refusent de s'identifier et de vous dire pourquoi vous êtes embarqué et séquestré ! Ce n'est déjà pas mal non ? Franchement quand vous vous retrouvez face à ces hommes là vous ne savez vraiment pas comment vous allez sortir de là... Ils nous ont traités comme de la viande, comme des voleurs.

F.-S. L'ambassade de France est-elle bien intervenue dans votre libération ?

J.-G. C. Oui, c'est vrai et je remercie l'ambassade et le Premier conseiller ainsi que la Force Licorne. Ils suivent l'affaire avec attention depuis le début.

F.-S. Est-ce que vous pensez que le commandant Wattao a commandité votre enlèvement ?

J.-G. C. Je ne sais pas. Ce que je sais, c'est que c'est son second qui a fait le coup. Je n'envisage pas qu'il n'ait pas été informé par lui. Je n'accuse pas le commandant Wattao de corruption mais ce sont ses hommes qui m'ont pris l'argent dans la zone qu'il est sensé contrôler. Il y a une expression parfaite pour cela : « responsable mais pas coupable ».

F.-S. Cette affaire semble embarrasser le gouvernement ivoirien. Ne croyez-vous pas que votre « affaire » tombe au mauvais moment pour lui ?

J.-G. C. Au contraire ! Avec cette affaire on rend service au gouvernement Ouattara pour qui j'ai le plus grand respect. Il faut qu'Abidjan soit débarrassée de la prédation et que gendarmerie et police retrouvent leurs prérogatives. Je n'ai rien contre le nouveau pouvoir au contraire. Je n'accepte pas l'injustice parce que je suis un soldat de la loi. Par mon action je veux laver mon honneur et que ces actions de ce genre cessent ! Il faut le savoir, tous les jours les Français sont pillés, volés, vandalisés taxés, rackettés par ces voyous qui ont mis Abidjan sous leur coupe. Ces voyous, il faut les encaserner ou leur trouver un travail ! Mon affaire permet de lever le voile sur cette vérité là. Je veux rendre service. C'est un test fort pour le pouvoir qui suit l'affaire de près. Il n'est pas le seul... Les investisseurs internationaux regardent aussi cette affaire avec un grand intérêt. Si le gouvernement refuse de rendre justice et montre que l'Etat de droit n'est pas de retour en Côte d'Ivoire, ces investisseurs là se détourneront et ne feront pas confiance au pays. En attendant, j'ai confiance en la Justice ivoirienne.

F.-S. Vous parlez de « voyous » au sujet de certains FRCI. Vous n'y allez pas un peu fort?

J.-G. C. Je n'ai pas peur de dire ce que je pense même si ces jours-ci je ne sors pas de mon hôtel de craintes de représailles. Ils sont les mêmes que les voyous d'avant. La seule chose qui a changé ? Leur ethnie. Sinon les mœurs restent les mêmes, la seule chose qui les motive c'est l'argent. Aujourd'hui ces gens-là squattent des domiciles privés, volent des voitures... La Côte d'Ivoire mérite bien mieux. Je ne fais pas de politique mais j'aime ce pays. C'est mon deuxième pays. J'y ai de la famille, j'y ai travaillé pendant des années, j'ai protégé des familles chrétiennes, j'ai protégé des familles musulmanes à Yamoussoukro où j'étais en poste, j'ai formé des gendarmes qui sont aujourd'hui responsables, officiers... Je sais que la Côte d'Ivoire peut réussir à retrouver la paix. Les Ivoiriens ont le droit à la démocratie. J'ai confiance en ce pays et je veux y vivre.

F.-S. Que demandez-vous à la justice ivoirienne ?

J.-G. C. C'est simple. Je veux récupérer l'argent de mon patron. Je veux laver mon honneur. Je veux recevoir des excuses de ces hommes-là. Il faut que cette histoire serve d'exemple. Ces méthodes doivent cesser.

 

Source: FRANCE-SOIR

RECONNAISSANCE DES REBELLES LIBYENS: OUATTARA S'INVITE A LA «SOUPE POPULAIRE»



REBELLES LIBYENS.jpg

Comme bien d'autres pays, la Côte d'Ivoire vient de reconnaître les rebelles libyens regroupés au sein du Conseil national de transition (Cnt). Dans l'ordre normal des choses.


Le bal des vainqueurs est à son climax. Et il ne fait pas bon de se tenir à l'écart quand on sait d'où on vient et grâce à qui on est là où on est. Les grandes capitales du monde, qui ont porté à bout de bras les rebelles libyens, saluent la «chute» du Guide libyen Mouammar Kadhafi. Certains pays comme la France, rappellent à qui veut l'entendre qu'ils ont été les premiers à reconnaître les rebelles. Ce n'est pas fortuit, le partage du gâteau est pour bientôt. Le chef des rebelles a dans ce sens promis récompenser, lors de la reconstruction du pays, les Etats ayant aidé les rebelles en '' fonction du soutien''. Il n'en fallait pas plus pour déclencher la course à la reconnaissance du CNT. Ainsi du gouvernement ivoirien qui, par la voix du ministre des Affaires étrangères Daniel Kablan Duncan, «décide en conséquence de reconnaitre le CNT comme seul représentant légitime du peuple libyen pour conduire une transition politique en Libye». En clair, la Côte d'Ivoire, pays de démocratie, reconnait la prise de pouvoir de rebelles. Doit-on s'en étonner ou s'en offusquer ? Certainement pas. Pour qui connaît les méthodes et le pedigree des nouveaux hommes forts d'Abidjan, c'est dans l'ordre normal des choses. Point besoin de rappeler qui a pris les armes contre la mère patrie en 2002, ou encore qui a financé la rébellion - de l'aveu d'un des commandants de la nouvelle armée qui a récemment donné des cours de «babiè» à des dames en détresse - pour s'en convaincre.

Pour justifier cette décision qui s'apparente à du suivisme, le régime Ouattara invoque entre autres, «la justesse et la pertinence du CNT dans la défense des intérêts du peuple libyen et dans sa quête du soutien de la Communauté internationale et du gouvernement ivoirien» ; «les massacres des populations civiles, les atteintes massives aux droits de l'homme». Des maux qu'on retrouve dans la Côte d'Ivoire d'après crise post-électorale, censée écrire une page blanche. Des maux dénoncés dans les deux pays par les organisations de défense des droits de l'homme comme Human Rights Watch et Amnesty international. C'est connu, les oiseaux de même plumage volent ensemble. Les Ivoiriens ne sont pas dupes.


Gérard Koné

 

Source : Le blog de Théophile Kouamouo

dimanche, 28 août 2011

COTE D'IVOIRE: UN JEÛNE D'HUMILIATION (SUITE)


JEUNE D'HUMILIATION.jpg

Par Naomie, le 25 Août 2011.


SHALOM !

Me tenant ce matin devant la parole écrite, la Bible, je « parlais » au Seigneur et surtout, je faisais le point sur notre vie d'aujourd'hui. Je lui parlais et, selon mon habitude, j'avais à la main un stylo et un nouveau cahier ouvert devant moi.

Page blanche !

Un léger récapitulatif des évènements que nous venons de vivre, la canicule, la libération de DSK, la Libye... Autant de sujets à réflexion, mais pas de litanie aucune.

Vous et moi avons pris connaissance de la volonté du Seigneur en ce qui concerne ce jeûne, et pourtant, ce matin, je savais que ce que je lisais, pensais, parlais tournait autour de ce jeûne dans une explication complémentaire, afin de bien cerner le pourquoi de ce dernier.

Oui ! Nous savons vous et moi qu'il y a déjà eu des jeûnes, bien sur ! Mais en réalité, qu'avons-nous « créé » au sein de ces jeûnes ? En un mot : quel était l'était de notre cœur lorsque nous « jeûnions » ?

Quel était l'enjeu de ces jeûnes aussi ?

Tant de questions ? Avons-nous toutes les réponses ? Je ne le pense pas ! Moi même ne peux dire et donner que ce que le Saint Esprit me donne, me révèle, m'apprend aussi.

Dans cette alliance que nous allons renouveler au travers de ce jeûne, il y a un aspect que nous ne devons pas ignorer : pour quoi, pour quoi, comment jeûnons-nous ?

La réponse nous est ici donnée, et je ne suis pas l'auteur de cette réponse !

Shalom à vous tous ! Dieu avec nous et nous franchirons les rives orgueilleuses du Jourdain afin d'entrer spirituellement dans la destinée qui est réservée pour l'humain premièrement, pour la nation ensuite.

Un frère m'a écrit un mail et dans ce dernier, j'ai été interpellée par une phrase : ne pas devenir comme Moïse ! Je me suis interrogée sur cette parole, et j'ai compris ce qu'il voulait me dire : ne pas « vilipender » (mépriser) le peuple de Dieu !

Moïse n'a pas méprisé le peuple qui lui était confié mais il en fut lassé à cause de son comportement, et hier, à la lecture de certain message qui m'était adressé, j'aurai pu en effet « m'énerver » envers l'auteur.

Mais voilà, je me suis vite « reprise » en pensant à ce petit message ; je veux entrer dans le pays promis, en l'occurrence la Côte d'Ivoire.

Voilà mes pensées de ce matin :

  • Seigneur ! Nous gémissons parce que le monde est ce qu'il est, mais nous ne gémissons pas de l'avoir fait ce qu'il paraît aujourd'hui !
  • Seigneur ! Nous disons ne pas juger mais nous faisons bien pire : nous lapidons ceux et celles qui nous paraissent digne de ce sort, oublieux de tes paroles qui nous enseignent : Jean 8/7 - Comme ils continuaient à l'interroger, il se releva et leur dit: Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle.(et celui-là seulement)
  • Seigneur ! Nous disons aimer Israël ; pourtant, au nom d'une paix illusoire nous agissons comme des animaux sans réflexion, de manière grégaire (en troupeaux) et aimerions voir Israël céder devant les instances des nations et sous l'égide de l'O.N.U. - « asticotée » par les « palestiniens » (les philistins anciens) - A qui Dieu donna cette terre sinon à Israël, qui devait jouir de sa terre promise ! Gaza, qui appartient de droit à Israël, occupée par les philistins, n'offre pas une vision de paix et harcèle continuellement Israël, qui ainsi subit de grands dommages laissant l'église elle même silencieuse voir muette. Lévitique 20/24 - Je vous ai dit: C'est vous qui posséderez leur pays; je vous en donnerai la possession: c'est un pays où coulent le lait et le miel. Je suis l'Eternel, votre Dieu, qui vous ai séparés des peuples
  • Seigneur ! Nous disons « amen » aux beaux sermons qui nous enflamment, mais demeurons statiques lorsque tu nous appelles. Matthieu 8/22 - Mais Jésus lui répondit: Suis-moi, et laisse les morts ensevelir leurs morts.
  • Seigneur ! Nous tuons au nom de la liberté, alors que c'est en toi, le Prince de la vie, le Vivant, qu'est la vraie liberté - Esaïe 61 /1 - L'esprit du Seigneur, l'Eternel, est sur moi, Car l'Eternel m'a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux; Il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, Pour proclamer aux captifs la liberté, Et aux prisonniers la délivrance.

La parole de l'homme est toute autre : « liberté ! Que de crime on commet en ton nom » (Charlotte Corday au pied de la guillotine)

  • Seigneur ! Nous disons suivre tes voies : « tu ne détourneras pas ton regard de celui qui souffre ! Tu ne feras pas de faux témoignage ! Tu ne tueras pas !

Mais n'est-ce pas au nom de la miséricorde (?) qu'un mouvement programmé et légalisé prend vie (il n'y a que ce mouvement qui prend vie, afin de  mieux donner la mort) : l'Euthanasie cachée sous un bel emballage d'amour pour son prochain, et l'avortement ; Nous nous devons de sauvegarder les espèces en voie de disparition, ce qui me paraît louable, même si nous sommes ceux qui avons procédé à cet état de faits ; En ce qui concerne la mort dispensée au nom de l'amour, nous légiférons, ainsi, nous évitons la propagation des microbes et de la puanteur qui monte jusqu'aux cieux.

Enfin ! Quand allons-nous avoir l'honnêteté de reconnaître notre péché, procréateur de cette pestilence émanant de nos actions folles et meurtrières, allant jusqu'à imaginer que nous avons l'accord signé du Seigneur Dieu.

Esprit de Caïn repose sur nos cœurs !

Pas d'euthanasie !

Pas d'avortement !

Esaie 61/8 - 7 milliards d'individus sur terre ; pourtant les silos sont a moitié vides ! Pourquoi ne sont pas dénoncés, montré du doigt, ceux qui agissent contre l'humain son frère, préférant le voir mourir de faim afin de s'emplir les poches ?

Dieu a donné à l'homme la nourriture, le vêtement, le toit pour sa tête, le travail de la terre !

Le fossoyeur des peuples agit contrairement, il prend et ne donne rien ! Résultat : l'homme à faim, les enfants meurent de faim, les femmes n'ont plus la force d'accoucher, et cela sous le regard concupiscent des « Marchés mondiaux »

Pour palier à cela, un remède : Ignorer la parole de Dieu, la détourner de son objectif : tu ne tueras pas devient « acte miséricordieux » et nous suivons la voie tracée par Hitler : les handicapés invalides irréversibles, les malades « en fin de vie » et les grossesses inopinées et mal venues. Qui donne la vie ? Dieu ! Qui la reprend ? Dieu !

L'enfant est un cadeau de Dieu, et honte aux « chrétiens » qui mettent ainsi dans les toilettes les embryons, les fœtus indésirés, et honte à ceux qui ôtent la vie sous le prétexte du « bon samaritain » - voyez plutôt ce que fit le Samaritain décrit dans la bible !

Bref ! L'homme se prend pour Dieu et agit comme tel ! Attention au retour du boomerang.

ILS DIRONT « SEIGNEUR ! SEIGNEUR ! EN TON NOM... ET LE SEIGNEUR DE DIRE : ARRIERE DE MOI OUVRIER D'INIQUITE JE NE VOUS AI PAS CONNU » Luc 13/27.

Allons-nous comprendre ce que le Saint Esprit nous enseigne ?

Jusqu'à quand allons-nous ainsi fermer les yeux de nos cœurs ?

TU VEUX ENTRER DANS CE JEÛNE ? REFLECHIS BIEN A CE QUE TU VAS FAIRE !

METS-TOI DEVANT LE SEIGNEUR ET PENSES COMMENT TU VAS VIVRE CET INSTANT !

REFORMONS NOS VOIES tout comme le fit Onésime (Epitre à Philémon)

Frères et sœurs ! Au commencement de l'Ere « chrétienne » tout était mis en commun - Actes 4/32 - La multitude de ceux qui avaient cru n'était qu'un cœur et qu'une âme. Nul ne disait que ses biens lui appartinssent en propre, mais tout était commun entre eux.

Malgré les dires, les bonnes volontés, les gestes de générosité, s'il en était encore ainsi, la pauvreté ne règnerait pas en ton sein. Pourquoi tant de misère ? De manque de libéralité ? De manque de la connaissance de la parole de Dieu qui conduit les « chrétiens » à analphabétisme biblique? Une pauvreté endémique s'est incrustée et nous disons que chez les autres, le régime est pire !

Regarde la poutre dans ton œil...

Luc 6/41 et 42 - Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l'œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil? Ou comment peux-tu dire à ton frère: Frère, laisse-moi ôter la paille qui est dans ton œil, toi qui ne vois pas la poutre qui est dans le tien? Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton œil, et alors tu verras comment ôter la paille qui est dans l'œil de ton frère.

Sache, frère, sœur, que lorsque tu reçois un plus petit que toi c'est le Seigneur que tu reçois !

POUR ABORDER CE JEÛNE IL TE FAUT CHANGER TON COMPORTEMENT DE SUITE !

PAS DEMAIN !

DEMAIN C'EST TROP TARD !

Même si on te dit le contraire, il n'y a pas de temps à perdre !

LAVE TES MAINS AFIN DE MONTER A LA MONTAGNE DE DIEU !

REVETS-TOI DE GRACE ET D'HUMILITE

et que tes entrailles soient émues du sort de ceux de ta maison (si le Sanctuaire saint (Yéshua) de Dieu est ta maison) Habakuk 3/16

QU'ENSEIGNE LA PAROLE DE DIEU EN CE QUI CONCERNE LE JEÛNE ?

A ceux qui se posent cette question : Esaïe 58/3 - Que nous sert de jeûner, si tu ne le vois pas? De mortifier notre âme, si tu n'y as point égard? -

La réponse du Seigneur : Voici, le jour de votre jeûne, vous vous livrez à vos penchants, Et vous traitez durement tous vos mercenaires.

Esaïe 58/5 - Est-ce là le jeûne auquel je prends plaisir, Un jour où l'homme humilie son âme? Courber la tête comme un jonc, Et se coucher sur le sac et la cendre, Est-ce là ce que tu appelleras un jeûne, Un jour agréable à l'Eternel?

Esaïe 58/6 - Voici le jeûne auquel je prends plaisir: Détache les chaînes de la méchanceté, Dénoue les liens de la servitude, Renvoie libres les opprimés, Et que l'on rompe toute espèce de joug;

Ce matin, cette pensée d'un peuple « hybride » s'imprimait dans ma pensée : tel est le peuple de Dieu : partagé (hybride : deux) alors qu'il ne devait être qu'un avec le Seigneur.

Si Dieu est Dieu, servez-le avec intégrité et fidélité. Faites disparaître les dieux qu'ont servis vos pères de l'autre côté du fleuve en Egypte et servez l'Eternel -

Josué 24/14.

Elie au mont Carmel dira :

Jusqu'à quand clocherez-vous des deux côtés ? Si l'Eternel est Dieu, allez après lui ; si c'est Baal, allez après lui !

Le peuple ne répondit pas - 1 Rois 18/21.

Peuple méchant à la nuque raide !

Esaïe 1/13 - Cessez d'apporter de vaines offrandes: J'ai en horreur l'encens, Les nouvelles lunes, les sabbats et les assemblées; Je ne puis voir le crime s'associer aux solennités.

Esaïe 1/16 Lavez-vous, purifiez-vous,  ôtez de devant mes yeux la méchanceté de vos actions; Cessez de faire le mal.

Esaïe 2/22 - Cessez de vous confier en l'homme, dans les narines duquel il n'y a qu'un souffle: Car de quelle valeur est-il?

En conclusion, ce matin, une évidence est apparue :

TOUT CE QUI VA ÊTRE FAIT AU TRAVERS DE CE JEÛNE VA L'ETRE POUR LE PEUPLE TOUT ENTIER :

Regardez et comprenez :


Esaïe 62 /10 - Franchissez, franchissez les portes! Préparez un chemin pour le peuple! Frayez, frayez la route, ôtez les pierres! Elevez une bannière vers les peuples!

Ce jeûne est une action faite pour plaire au Seigneur, et c'est un moyen choisi  de préparer le chemin pour le peuple.

Soyez bénis !

Que l'onction arrive sur vous, et telle l'huile répandue sur la tête de Aaron, couler en abondance sur vous afin de rejaillir sur le plus grand nombre !

Seigneur ! Nous espérons voir la lumière illuminer nos cœurs et se répandre sur la Nation toute entière.

SHALOM.


Naomie.


Source: Le Site du Ministère de Naomie

samedi, 27 août 2011

LES MEGA-MEDIA-MENSONGES ATTEIGNENT DES RECORDS: L'OTAN DANS SA GUERRE DES MENTEURS ET DES LACHES

 


LOGO OTAN MENSONGES.jpg

Par Mohamed Bouhamidi

Aujourd'hui, il apparaît bien que cette guerre oppose directement l'OTAN au peuple libyen et ses organisations actuelles de résistance. La jubilation de notre presse néocoloniale qui a - redisons-le - rivalisé dans les termes de mépris à l'endroit de Kadhafi montre surtout combien elle a eu peur d'un échec de l'OTAN qui aurait signifié la ruine de ses espérances ici même dans notre pays. La peur haineuse de nos apprentis chouans à la mode Benghazi est à la mesure de l'exploit réussi par l'Etat national libyen. Il a réussi à transformer au cours de sa résistance sa nature d'Etat avec ce qu'implique un Etat en mouvement de résistance. C'est déjà très difficile à réaliser cette mutation à cause des lourdeurs de  tout Etat et à cause de la mentalité des fonctionnaires d'un Etat qui restent des fonctionnaires. Il est évident que Kadhafi a joué un rôle central dans cette mutation en accentuant le césarisme qui caractérisait son régime. Alors, mort ou pas mort, Bab El Azizia tombée ou pas tombée, la résistance de l'Etat libyen s'est transmuée en résistance du peuple libyen en ce laps de temps très court. Le nombre insignifiant de soldats et d'officiers déserteurs peut déjà donner une indication de la détermination au combat de soldats et il est impossible que des soldats gardent un haut degré de fidélité et de courage face à une telle adversité - vous avez mesuré l'ampleur de la coalition, l'ampleur des moyens utilisés et la férocité des bombardements ? - sans cette capillarité avec le peuple qui vous donne le courage de résister à tous les adversités.

Les jubilations haineuses de la presse coloniale arriveront-elles à cacher cette question de politique élémentaire : comment des supplétifs que l'OTAN a si difficilement traînés à la «victoire» de Tripoli pourront-ils faire face au peuple libyen et à des adversaires qui ont montré leur détermination, leur pugnacité, leur courage et leurs hautes convictions nationales ? Notre propre presse néocoloniale est la dernière du monde à croire à une victoire des «rebelles» alors même que depuis lundi leurs maîtres occidentaux et leurs médias s'évertuent à expliquer que la «chute de Tripoli» est une prouesse de l'OTAN avec quand même une prime spéciale de triomphalisme cocardier pour la presse française. Combien de temps les forces aériennes de l'OTAN et spécialement celles de la France vont rester dans le ciel libyen pour protéger «une rébellion» incapable de se défendre, et la preuve irréfragable de son incapacité foncière est la présence de l'OTAN. Leur propre appel à une intervention étrangère reflète leur profonde et insurmontable nature factice. On peut arguer de la supériorité militaire des forces nationales libyennes pour justifier cet appel. A-t-on jamais vu une rébellion populaire ou une révolution authentique disposer des armes de l'adversaire ou craindre pertes et souffrances ?  Faut-il rappeler notre propre cas national et la disproportion des forces entre les bombardiers de l'OTAN - vous avez oublié les bombardements par l'OTAN de nos maquis et sa sollicitude pour l'action de la démocratie française ? - et nos fusils rudimentaires récupérés, justement, pour la plupart en Libye ? Vous n'avez quand même pas oublié les cas les plus récents - les plus immédiats devrait-on dire - de    l'Egypte et de la Tunisie ? Inutile de revenir sur les mégas-médias-mensonges et les fabrications d'images qui ont stupéfait une opinion publique occidentale - et ses assimilés indigènes - qui n'attendaient que le prétexte pour accompagner sur le mode symbolique la reconquête coloniale de l'Afrique du Nord. Le développement des faits montre suffisamment - et montre, même à l'envi - que l'OTAN avait engagé une vraie guerre de reconquête coloniale en Libye et qui doit s'étendre à l'Algérie après avoir réussi à détourner à son profit l'énergie et l'exaspération populaires en Egypte et en Tunisie.

Leur grande peur d'un retour des idées qui ont construit l'Etat national algérien

Leurs jubilations ont accompagné celles des bourses qui ont retrouvé des couleurs par le sang des Libyens. Il en a toujours été ainsi et depuis toujours la bourse revit du sang des colonies ou des néo colonies ou des territoires ouverts aux délocalisations. La bourse n'attend pour ses  profits que la dissolution des frontières devant les marchés comme nos intellectuels compradores et nos compradores tout court n'attendent que la dissolution des Etats nationaux  pour s'extraire mentalement de leur indigénat et se servir au passage aux miettes de futures royalties tirées d'un pétrole enfin rendu aux étrangers. Cette jubilation haineuse cache mal une attente fébrile. On lit presqu'en clair : «Maintenant que Sarkozy en a fini avec le dictateur, on va voir ce qu'on va voir !» Ils rêvent déjà de monter à El Mouradia derrière les bombes de l'OTAN et après ils vont nous montrer ce qu'ils vont nous montrer. En fait, ils l'ont déjà commencé. Ils ont recueilli et publié avec ferveur et un courage retapé à neuf les propos de proconsul tenus par le nouvel ambassadeur US. Ils nous resservent en pleine crise du capitalisme les «potions miracles» de l'économie de marché  en redoublant de conseils aux décideurs et en regrettant que le pouvoir ait raté les chances infinies de gagner en misant à la bourse mais en oubliant les chances de se planter sont tout aussi infinies que les possibilités de la martingale. Nous, nous imaginons, tout juste, ce que seraient devenus nos dollars investis dans des fonds qui auraient offert une vie de casino aux candidats flambeurs. Nous essayons d'imaginer à quelle monnaie de singe vont être réduits nos bons du trésor américain. Mais nous essayons d'imaginer encore plus simplement si - au contraire de la Chine grande puissance quand même et par ailleurs - nous aurions la témérité de demander au Trésor US de nous rembourser ou de nous laisser juste l'utiliser pour acheter quoi que ce soit aux USA. Que serait devenu notre argent en cas de conflit avec une puissance étrangère alors que dans le cas de l'Iran et de la Syrie, les USA gèlent des avoirs selon leur bon plaisir. La crise économique va bien accentuer ces tendances agressives.

La guerre de Libye - les historiens l'appelleront certainement comme cela car il s'agit d'une guerre et par sa durée et par l'ampleur des moyens mobilisés par des super puissances contre un petit pays - marque un tournant dans l'histoire du monde. Dès le départ, les Anglais et les Français ont refusé toute idée de médiation et toute initiative africaine qui aurait préservé l'unité de la Libye. Ils voulaient apparemment la tête de Kadhafi ; ils voulaient en réalité mettre fin aux ambitions d'indépendance de ce dirigeant avec ses projets de monnaie or, de développement de l'Afrique, de coopération accrue avec la Chine et avec son espoir que se développe la coopération sud-sud et interafricaine. La question de savoir si les supplétifs de Benghazi peuvent tenir la Libye sans l'OTAN a dû être pesée et soupesée par les puissances coloniales. Et ces puissances ne peuvent écarter le risque d'une somalisation de la Libye ; Il ne nous reste qu'une seule conclusion possible : ils visent délibérément cette somalisation, cette situation d'instabilité générale dans laquelle l'Algérie deviendra la cible de choix car elle représente au plus haut point, à cause de son histoire, l'idée d'Etat national et l'idée d'indépendance même si du cœur du pouvoir lui-même se développent des initiatives pour nous faire dégoûter sciemment de notre indépendance, mais tout comme hier nous nous sommes battus pour l'indépendance et pas pour nos chefs, nous nous battrons demain pour notre Etat indépendant et pas pour nos dirigeants dont certains auront rejoint une Benghazi algérienne. La Libye se bat pour l'indépendance de tous les pays du tiers monde. Elle se bat même pour celle des puissances émergentes y compris la Chine la cynique qui n'est pas loin d'inventer le social impérialisme. La Russie de Medvedev qui a donné à sa diplomatie la légèreté des dandys semble se réveiller à la grande arnaque qu'elle a cautionnée et se retrouve dindon de la farce - vous avez le choix de termes plus appropriés - et s'éveille à la réalité politique et sociale qui a donné à Kadhafi la force de tenir tête à une coalition conçue pour la pulvériser elle même. Pour cette Russie, Kadhafi était un homme fini il y a six mois. Il est aujourd'hui une force réelle sur le terrain. Cela veut beaucoup dire non sur la réalité de Kadhafi mais sur les intentions des USA d'élargir immédiatement son agression vers la Syrie puis l'Iran. L'Algérie aura le Qatar pour s'en occuper en supputant tous les ennuis que peuvent nous créer des pays désormais alliés de l'Emirat aux dents longues.

Quel bonheur alors pour les Bourses : le pétrole à celui qui sait le trouver, aucune frontière sur les mouvements des marchandises et des capitaux et beaucoup de postes de police pour les migrants illégaux ! Enfin débarrassée de l'Etat national, notre bourgeoisie compradore pourra accéder aux royalties sur le pétrole et les élites mondialisées  pourront prouver qu'elles sont sorties de l'indigénat en montrant aux maîtres du monde qu'elles savent tenir le souk et faire suer le burnous. Elles nous taperont sur la tête pour nous éveiller à l'erreur du patriotisme économique  et nous expliquer le «réalisme économique».A Tripoli, la bataille n'est pas gagnée du tout pour l'OTAN. En Libye, elle est déjà perdue pour elle et pour Sarkozy. Un peuple qui a tenu sous ce déluge de feu et une armée qui n'a pas connu de désertion dans cet enfer ne se réduisent pas avec quelques bombes supplémentaires. Avec ou sans Kadhafi, l'agression de l'OTAN butera sur la résistance d'un peuple héroïque, comme tous les peuples qui se battent pour leur indépendance. Serons-nous capables de développer de telles capacités à l'heure de vérité qui s'approche avec la politique du chaos, seule politique qui reste à des USA en déclin et à ces états vassaux face à la montée des BRICS et pour se sortir de la crise.


Par Mohamed Bouhamidi


Source : LA TRIBUNE ONLINE

INVASION DES MEDIAS OCCIDENTAUX: L'AFRIQUE PEUT-ELLE RELEVER LE DEFI?


MEDIAS OCCIDENTAUX.gif

Les africains ont trop souvent tendance à pleurnicher sur le silence des média occidentaux. Qu'espèrent-ils en le faisant ? Que ces médias aux ordres de leurs dirigeants occidentaux, changent subitement de ligne de conduite? Et qu'ils dévoilent leurs nébuleuses intentions? Qu'ils se détrompent ! Mais alors très vite. En ce 21ème siècle, où la montée en force des pays émergents confirme un changement des équilibres économiques mondiaux, l'occident est en guerre. Une guerre sans merci pour la reconquête de l'Afrique. Avec pour enjeu, la survie des puissances occidentales. Dans cette guerre où les armes les plus sophistiquées sont mises à rude contribution, les politiques occidentaux allient à merveille puissance militaire et puissance médiatique. Le tout dans une stratégie parfaitement orchestrée. Avec ce schéma, les médias occidentaux occupent une place de choix et jouent un rôle plus que capital. A lumière des récents développements de l'actualité, suivons comment ces médias sont utilisés dans la bataille pour la recolonisation de l'Afrique, mais aussi pourquoi l'Afrique doit nécessairement apporter la riposte dans cette décisive bataille.


Les occidentaux ont vite fait d'occuper le terrain médiatique en Afrique. Pendant que les africains se livraient à des guerres fratricides à n'en point finir, ces prédateurs, quant à eux, inondaient le continent africain de leurs médias. De la télévision, aux NTIC, en passant par la presse écrite, et la radio, ces médias sont de plus en plus suivis en Afrique. La quasi-totalité des foyers africains en sont pourvus. Même dans les contrées les plus reculées. Ils ont déployé leur armada de moyens de diffusion de l'information à travers le monde. Satellites, chaînes de télé câblées, radios FM dans toutes les langues, sans compter des équipes impressionnantes de journalistes-reporters, véritables professionnels sur le terrain, qui se livrent même parfois, quand la cause l'exige, au jeu d'espionnage. Ils sont en effet pratiquement, les premiers sur tous les points chauds du continent.

Attisant les rancœurs, amplifiant ou déformant les faits, selon que leurs intérêts se trouvent dans l'un ou l'autre des parties en conflit : En Côte d'Ivoire, on a fait croire que la vérité se trouvait du côte des insurgés sanguinaires, et que ces derniers sont venus à bout d'une armée professionnelle. Que des rebelles criminelles, ignorant le sens même du mot ''démocratie'', ont combattu pour une soi-disant liberté du peuple ivoirien. Que Laurent Gbagbo président élu par les ivoiriens, proclamé comme tel par le Conseil Constitutionnel selon la Constitution de la Côte d'Ivoire, était un dictateur et qu'il refusait de reconnaitre sa défaite, qu'Alassane Ouattara l'économiste aux manières policées devrait être reconnu vainqueur de l'élection présidentielle, car l'Occident, sous la complaisante appellation de ''communauté internationale'', le souhaitait. Comme on peut le constater, l'information est orientée, biaisée, traitée de façon partisane et tendancieuse selon les intérêts en jeu.

Ces médias ne sont donc pas là que pour le business. Leurs objectifs vont bien au-delà de ce qu'ils veulent faire croire. Manipulant l'information à leur guise, tantôt ils décident de la surfaire ou même de l'inventer de toute pièce. Ces médias sont même utilisés à des fins de magie blanche ! : Ils peuvent à souhait, faire mourir et ressusciter un être humain: Blé Goudé Charles, leader des jeunes patriotes en est un exemple émouvant ! Déclaré et certifié mort dès les premières heures de la crise, il réapparait, quelques semaines plus tard au grand étonnement de tous.

Le lynchage médiatique

Ces médias occidentaux entrainent dans leur sillage, d'autres médias satellites à travers les 3 plus grandes agences de presse au monde: l'AFP (l'agence France presse), Reuters (de la Grande Bretagne) et l'AP (associated press des Etats-Unis): les dépêches de ces puissantes agences internationales constituent la ''sève nourricière'' de la quasi-totalité des médias internationaux. Scoop et dépêches se succèdent à un rythme effréné. Les informations sont reprises en boucle, débattues, commentées, ressassées à n'en point finir aux téléspectateurs, auditeurs et aux lecteurs jusqu'à leur abrutissement total. Un matraquage médiatique qui s'apparente à n'en point douter, à un véritable lavage de cerveau. L'information, à force de leur être répétée, fini par devenir à leurs yeux, une vérité divine. Pour la Côte d'Ivoire, ils n'ont cessés de dépeindre Gbagbo le populiste, comme le bourreau de son peuple. Jusqu'à ce que cela soit admis comme vrai, par des spectateurs obnubilés. A ce sujet, David Gakunzi, écrivain, auteur de l'œuvre ''Côte d'Ivoire le crime parfait'', affirme: « « Gbagbo a perdu les élections » : mensonge institutionnel, idée répandue, admise à force d'être martelée. Information reprise en boucle hors de toute vérification de la matérialité des faits.

Désinformation

La désinformation est un jeu de massacre contre la vérité ; elle martyrise, elle broie, elle réduit en miettes la vérité ; elle annonce parfois la guerre. Pis : elle l'accompagne et la justifie ; elle couvre la guerre et va jusqu'à en faire l'éloge ». Et la vérité se trouve ailleurs. Ces médias-là le savent pourtant. Ils savent que Ouattara a été imposé aux ivoiriens. Et que son pouvoir ne saurait prospérer tant que les ivoiriens vivront dans cette injustice.

Le silence complice

Et quand l'objectif fixé est atteint, c'est le silence complet. Et comme en Côte d'Ivoire, après la chute de Kadhafi on entendra plus parler de la Libye, du moins avec le même acharnement actuel. Ces médias se tairont, tant que leurs intérêts ne seront pas à nouveau menacés. Ils se tairont comme ils se taisent en Côte d'Ivoire. Malgré la nature et la barbarie du pouvoir installé à Abidjan. Ces médias savent pourtant que les ivoiriens souffrent en Côte d'Ivoire, que la situation devient tout simplement insupportable. Mais pourquoi donc se taisent-ils ? Parce que lever le voile sur les agissements du pouvoir installé en Côte d'Ivoire, serait nommer les responsabilités de la France et révéler, du coup, au monde et au citoyen lambda, ce que Paris, ce que Sarkozy a fait de ce pays africain. Pour mémoire, rappelons que les chiffres officiels, ceux de l'institut national de l'audio visuel (INAV - France), nous rapportent que les médias français ont abondamment couverts la crise postélectorale en Côte d'Ivoire. En 2010, un quart (1/4), des reportages français consacrés à l'Afrique, portaient sur la Côte d'Ivoire.

Faut-il encore le rappeler ? L'occident a amorcé son déclin et s'accroche à l'Afrique, continent de l'avenir, comme à une bouée de sauvetage. La préservation de son hégémonie passe nécessairement par la soumission de l'Afrique. Qui, plus qu'eux-mêmes aura comprit cela ? Ils n'ont donc pas hésité à jeter tout leur dévolu dans cette conquête. Les occidentaux ont mis des moyens colossaux et puissants dans ces médias, pour atteindre leurs objectifs. Les journalistes occidentaux tués ou kidnappés un peu partout et ceux qui risquent encore leur vie dans tous les conflits à travers le monde, illustre cet état d'esprit. Ces médias y participent bien évidemment, à leur façon: convaincre l'opinion publique mondiale, afin de justifier toutes leurs interventions. Ces puissances qui se disent si démocratiques, tiennent par le bout du nez leurs mass-médias. Ces médias, en effet, sont plus ou moins dépendants de leurs gouvernements. Car très souvent, c'est ce dernier qui détient le capital. Certains médias perçoivent aussi des subventions publiques importantes directes ou indirectes de l'État. Cela entraine donc fort logiquement que ces médias soient à leur disposition. Les médias sont une arme de guerre redoutable et qui peut être utilisée insidieusement comme outil de propagande. Ces dirigeants occidentaux n'hésitent donc pas à s'en servir à leur guise. Voilà pourquoi lors des conflits armés, le contrôle de la télévision ou de la radio d'Etat est systématiquement l'un des objectifs des insurgés.

Face à cet impressionnant déploiement de force médiatique, les africains doivent se réveiller de leur torpeur. Il leur faut vaincre leurs complexes et comprendre une fois pour toute que les médias occidentaux à la solde de leurs gouvernants, sont en réalité utilisés comme arme de guerre en vue de l'assujettissement de l'Afrique. Et que l'avenir du continent noir se joue aussi sur ce terrain. Qu'ils abandonnent cette habitude qui consiste à ''ingurgiter'' sans discernement tout ce qui leur parvient comme information à travers ces médias. Mais bien plus encore, ils doivent répondre présent au défi médiatique à eux lancé par les occidentaux et engager la bataille. Cette lutte passe d'abord et surtout par la revendication de la liberté. La liberté de la presse et des médias en général. Obtenir la libéralisation et l'indépendance du secteur des médias en Afrique. C'est aussi en partie pour cette volonté politique affichée par Laurent Gbagbo et plus loin, Mouammar Kadhafi, que ces derniers sont aujourd'hui victimes de ce qui leur arrive. Il faut ensuite oser, aller plus loin. Nos chaines de télévision publiques exagérément ''pudiques'' ont souvent péché par leur manque '' d'agressivité'', au regard des occidentaux qui n'hésitaient pas à brandir des images dégradantes de l'Afrique et des africains et à véhiculer des informations souvent non-vérifiées et orientées. Le défi leur est lancé. Ils doivent le relever. Leur absence du terrain médiatique a joué et joue encore en leur défaveur, comme c'est le cas en Côte d'Ivoire. Chaque africain, doit être déterminé. Déjà à son humble niveau, il lui faut, à l'image des asiatiques, toujours prêts à faire usage de leurs appareils multimédia, filmer, photographier, enregistrer, écrire, noter avec précision les dates, les lieux, etc. Il faut sortir un temps soi peu de l'oralité. Arrêter de colporter des rumeurs, des ''on dit'' ou des ''il parait que''. Et apporter la contradiction aux médias occidentaux. Mettre à nu leurs mensonges en présentant à l'opinion nationale et internationale, des preuves solides et irréfutables. Ne surtout pas attendre que d'autres personnes viennent le faire à leur place. Mais alors l'Afrique, malgré tous ces dirigeants, tels qu'Alassane Ouattara et consorts, parachutés et parrainés par ces mêmes occidentaux, pourra t- elle tenir réussir ce difficile pari ? Ivoiriens, Africains, la balle est dans votre camp !


Marc Micaël

Source : Le blog ANGE EVERSE

UNE «CELLULE SPECIALE» A PARIS POUR DIRIGER LA COTE D'IVOIRE

NICOLAS SARKOZY 9.jpg

Lu pour vous dans "Le Temps" du Vendredi 26 Août 2011 par K. Kouassi Maurice.


(...) L'Elysée aurait tancé Ouattara pour l'incapacité avérée de son régime à tenir le pari. Non sans dire sa déception quant à un gouvernement de "Ministres nommés par complaisance pour satisfaire les alliances politiques" et qui sont payés à ne rien apporter de concret. En révélant que le Trésor français est obligé de supporter les salaires des fonctionnaires ivoiriens, à un moment où la France, à l'instar des pays européens et les Etats-Unis, se cherche au milieu des gros déficits économiques, Fillon donnait un avertissement.

Des sources crédibles indiquent que les deux hommes (Sarkozy et Ouattara) ont eu des "entretiens serrés" à ce sujet. Aussi, Ouattara pourrait ne plus avoir de marge de manœuvre dans la gestion courante de la Côte d'Ivoire. Il se murmure qu'une sorte de "Cellule spéciale pour les affaires ivoiriennes" a été mise en place à l'Elysée qui ferait office de gouvernement à distance pour la Côte d'Ivoire. Car, "on ne peut pas compter sur eux", s'affligent les colonisateurs aujourd'hui confrontés aux limites de leurs hommes de main. On imagine donc qu'au retour des vacances, les ministres adopteront un profil plus petit que par le passé. Ils seront toujours là, certes, mais, pour la forme. (...) Et la France, après son coup d'Etat contre Laurent Gbagbo, est obligée de palier les carences de ses affidés, dans la mesure où l'échec de Ouattara sera la plus grande honte de la France. Ce que Sarkozy tente d'éviter à tout prix (...).


Source : INFOS PLUS

CIA-OTAN: 7 PAYS A PRENDRE EN 5 ANS, APRES LA LIBYE L'ALGERIE


TIZIANA GAMANNOSSI.jpg

Interview Internet avec Tiziana Gamannossi à Tripoli.

 

Par Smaïn Bédrouni, samedi 27 août 2011, à 00h27 :

Cet entretien Internet a subi de nombreuses coupures de connexion, de plusieurs minutes, entre les questions et les réponses et il a duré de 00h27 à 01h32.


Smaïn Bédrouni : Bonsoir, nous sommes très inquiets ici, peux-tu nous donner des infos, s'il te plaît?

Tiziana Gamannossi : Les rebelles sont dans tripoli. Il y a encore la zone de Buslim et celle de l'hôtel Rixos qui sont en train de combattre

Smaïn Bédrouni : c'est tout ce que tu peux me dire ?

Tiziana Gamannossi : Oui, car aujourd'hui je ne suis pas sorti et le mobile phone ne marche pas. Internet a recommencé à fonctionner depuis trois jours mais il marche très mal comme tu peux le voir.

Smaïn Bédrouni : oui

Tiziana Gamannossi : Mercredi 24 j'ai fait un tour de la ville: de Tajoura au Corinthia, je suis allée voir nos amis T. et M., les journalistes de TELESUR, ils étaient tous bien, ils ont été amenés au Corinthia par la Croix Rouge. Même les journalistes minables étaient bien !

Smaïn Bédrouni : oui c'est répugnant, car pendant ce temps, c'est le peuple qui souffre.

Tiziana Gamannossi : Et pendant la route, tout était sous le control des rebelles, beaucoup de barricades faites avec des containers MSC, des palmiers coupées, des matériaux de constructions et des voitures brulées

Smaïn Bédrouni : En fait les rebelles contrôlent tripoli ? Est ce que tu peux m'en dire plus stp ? les lecteurs de stcom.net sont inquiets et attendent des nouvelles de Tripoli.

Tiziana Gamannossi : Ils ne contrôlent pas entièrement Tripoli, les combats se poursuivent. Alors la chose plus terrible est que les rebelles à Tripoli sont a 90% des boys entre 10 et 25 ans, TOUS ARMES! Est-ce que tu t'en rends compte! ? Des gamins qui ont entre 15 et 20 ans avec des Kalachnikov entre les mains. Les rebelles de Tripoli tiennent maintenant soigneusement des check points et les rebelles de Misurata et de Montagnes Nafusa étaient sur les pickups en train de roder dans tout Tripoli ! Ils semblent arabes, mais j'ai vu des européens donner les instructions aux garçons tripolitains aux check points ! Mais pendant il y a des combats, qui ont commencé samedi et sont toujours en cours, il y avait soit les rebelles armés soit les garçons tripolitains la plupart sans armes et donc, ce sont eux qui sont morts surtout !

Smaïn Bédrouni : C'est ce crime contre l'humanité que les médias essaient de cacher. Est ce que tu veux donner un message aux lecteurs de La Voix des Opprimés ?

Tiziana Gamannossi : Oui, comme tu sais bien cette guerre était prévue depuis 2001 après l'attaque des Twin Towers ; je t'envoie le document, qui prévoie la prise de 7 pays en 5 ans! La NATO est en retard, mais veut prendre 7 Pays !
Tu sais bien que cette guerre pouvait être évité avec des négociations entre Kadhafi et les rebelles, de façons qu'on aurait évité des milliers de morts, la plus part des jeunes, un pays détruit et surtout maintenant des jeunes avec des armes dans les mains !

Mon message est les suivant : Si vraiment on s'appelle des gens civilisés, essayons d'empêcher les guerres qui n'amènent que destructions et morts ! Autrement même si en 2011 nous avons les portables le plus modernes, les machines les plus modernes, cela ne pourra jamais prouver qu'on est des gens civilisé car en 2011 ENCORE, ON RESOUD LES CRISES POLITIQUES AVEC DES GUERRES !
Voilà mon message.
Merci.

Smaïn Bédrouni : Nous sommes sur la même longueur d'onde, nous pensons exactement la même chose, c'est pour cela que notre journal existe afin d'utiliser les nouvelles technologies pour l'éveil des consciences des populations à la paix, montrer l'horreur de la guerre pour la refuser et travailler pour construire la paix.

Tiziana Gamannossi : Oui, il faut faire tout pour éviter les guerres! Elles sont la honte de la civilité !

Smaïn Bédrouni : La honte de l'Humanité !

Tiziana Gamannossi : Merci!

Smaïn Bédrouni : Je met quel nom ou pseudonyme pour tes réponses ?

Tiziana Gamannossi : TIZIANA GAMANNOSSI, mon nom. J'espère qu'être contre la guerre ne soit pas un motif pour être attaqué, car alors le monde est fini !

Smaïn Bédrouni : Je suis vraiment inquiet pour vous tous, j'aimerais être avec vous qui êtes dans la difficulté. C'est moins pire que de voir tout ça à distance sans pouvoir vous assister.

Tiziana Gamannossi : Mon cher, sois tranquille, je n'ai rien fait de mal et maintenant comme je ne peux plus me battre contre la guerre, je me battrais de façon à ce que ces jeunes gens laissent les armes et aient une vie normale ! Merci mon cher.... Très bien ! Il faut tout faire pour faire cesser cette manipulation des jeunes gens par la CIA/NATO ! (NDLR: NATO = OTAN) ! Je t'envoi le document maintenant.

Smaïn Bédrouni : Oui, merci à toi !

Tiziana Gamannossi: Une chose importante: Il semble qu'en Septembre ce soit le tour de l'Algérie...... Faites attention, ne permettez pas cela !

Coupure de connexion, à 01h32.

Il est maintenant 03h06, heure de Paris, et toujours pas de connexion internet à Tripoli, nous décidons de publier l'entretien tel quel.


Source : LA VOIX DES OPPRIMES

vendredi, 26 août 2011

LA JUSTICE DES VAINQUEURS EN MARCHE: LE GENERAL GUIAI BI POIN A LA MACA POUR VOL A MAIN ARMEE... !



GENERAL GUIAI BI POIN.JPG

Arrêté le samedi 20 août 2011 à 16 heures par le colonel major Vako Bamba, commandant en second de la gendarmerie nationale, pour dit-il avoir constitué un charnier qui aurait été découvert à l'école de gendarmerie, le général de division Georges Guiai Bi Poin a été placé sous mandat de dépôt par le juge du 6ème cabinet pour des faits fabriqués de toutes pièces. De fait, arrêté et détenu au camp commando de Koumassi pour avoir constitué un charnier, à en croire le colonel major Vako Bamba. De sources proches du dossier, « le mandat de dépôt du général de division Guiai Bi Poin repose sur les faits de vol à main armée avec violence et effractions, concussion, atteinte à l'économie publique, pillages et complicité desdites effractions ».

On le voit, point n'est besoin de faire un dessin, le commandant en second de la gendarmerie nationale a menti sur toute la ligne. L'histoire du charnier, comme les services de Ouattara savent en fabriquer, n'est en réalité qu'une alchimie du nouveau régime pour avoir la tête de cet ancien collaborateur du président Laurent Gbagbo lui-même détenu au mépris des règles les plus élémentaires du droit par ceux qui de tous temps ont crié à l'arbitraire.

Il n'y a jamais eu de charnier à l'école de gendarmerie. Ni le colonel major Vako ni les conducteurs des bulldozers qui durant quatre jours ont remué tout le sol de cette institution ne  diront le contraire ; pas non plus l'Onuci qui était sur place hier, mais qui s'en est retournée la queue entre les pattes, confuse d'avoir pris pour vérité d'évangile les déclarations du colonel Vako. Les avocats de l'accusé promettent un déballage le lundi 29 août prochain, ont précisé nos sources.

Comme le président Laurent Gbagbo, le général de division Giuai Bi Poin a été mis aux arrêts avant que l'on ne lui trouve des chefs d'accusation. Aussi, les accusations portées contre Guiai Bi Poin ressemblent fort curieusement à celles pour lesquelles Laurent Gbagbo a été inculpé. Mais cela n'est pas étonnant. Le président déchu avait prévenu la haute hiérarchie des Fds en ces termes : « si je tombe vous tombez avec moi ». Aujourd'hui, l'ancien patron de l'école de gendarmerie et du Cecos paie pour avoir défendu à sa façon le régime de Gbagbo. Qui sera le prochain ? Avis aux généraux Philippe Mangou, Edouard Kassaraté, Detoh Letto, Brédou Mbia.


Barthélemy TEHIN, in le quotidien ivoirien « Aujourd'hui » N° 49 du vendredi 26 août 2011.

L'INCULPATION DE LAURENT GBAGBO POUR CRIMES ECONOMIQUES, UN AVEU QUI DOIT CONDUIRE A SA LIBERATION IMMEDIATE

 

GBAGBO ET LES CHEFS MUSULMANS IVOIRIENS.jpg

Le jeudi 18 août 2011, le procureur de la République, Simplice Kouadio Koffi a inculpé le couple Gbagbo pour « crimes économiques », à la surprise générale. Aucun crime de sang au menu. L'on se souvient pourtant de toutes les récriminations faites contre le couple présidentiel ivoirien depuis 2000, avec l'appui de toute la presse anti-Gbagbo porte-voix de l'Elysée, en France, en Belgique et en Afrique. Pour tous les observateurs et analystes de la crise ivoirienne depuis ses origines, qui ont connu la violence et la dureté des diatribes imputant des crimes à Monsieur et Madame Gbagbo, une telle « pudeur » dans leur inculpation laisse sans voix.

Loin d'être un acte à mettre au compte de la réconciliation nationale, cette dernière sortie du pouvoir Ouattara est à décrypter comme un aveu. Cinglant. Un aveu de mensonges, de diabolisation hémiplégique, de lynchage médiatique et d'invective manichéenne contre Laurent Gbagbo, pendant 10 ans.

Comment expliquer autrement que des affaires, faits et crimes longuement et permanemment ressassés comme le charnier de Yopougon, les escadrons de la mort, les enfants esclaves des plantations ivoiriennes de café et de cacao, le documentaire « Côte d'Ivoire, poudrière identitaire » du sociologue belge Benoît Scheuer de l'ONG Prévention Génocides, le concept de l'ivoirité clairement imputé à l'ancien chef de l'Etat ivoirien, la mort du journaliste franco-belge Jean Hélène, la disparition du journaliste affairiste Guy-André Kieffer, un autre franco-belge, les massacres et enlèvements de populations civiles et étrangères de la période postélectorale, n'aient pas même fait l'objet d'une évocation, du moindre chef d'inculpation. Silence radio sur 10 années « de crimes » de Laurent Gbagbo qui ont fait les choux gras de la presse française, belge et de l'opposition ivoirienne.

Laurent Gbagbo aurait dû au moins être entendu sur le financement des armes que le journaliste Hermann Aboa aurait achetées et distribuées à des milices, selon Alassane Ouattara, le chef de l'Etat ivoirien, devant la presse américaine, lors de sa visite de travail aux Etats-Unis. Que nenni ! C'est la preuve irréfutable que ce procès, qui entrera dans les annales de la justice et du droit ivoiriens - car ne respectant ni la Constitution ni les lois ivoiriennes -, n'est en réalité qu'une mascarade, un procès politique pour mettre sous l'éteignoir un opposant significatif qu'on redoute comme la peste.

Cette inculpation est totalement illégale parce que selon l'Article 2 de la loi du 27 mai 2005, «portant statut d'ancien président de la République, d'ancien chef ou président d'institution nationale et d'ancien ministre»: «Aucun ancien président de la République ne peut être poursuivi ou arrêté à raison des faits criminels ou délictueux par lui commis qu'avec l'autorisation de l'Assemblée nationale». En outre, selon l'Article 3 de la même loi : «Lorsqu'un ancien président de la République est susceptible d'être poursuivi ou arrêté en matière criminelle ou correctionnelle, le Procureur général près la Cour de cassation, avisé des faits par tous moyens, saisit par requête le Bureau de l'Assemblée nationale». Sans nous immerger dans les détails juridico-législatifs de ces dispositions, nous constatons simplement qu'aucune de ces procédures n'a été respectée. Mieux, l'Assemblée nationale est suspendue. En toute illégalité et inconstitutionnalité. Vous parlez d'un Etat de droit !

C'était au moins l'occasion rêvée pour juger Laurent Gbagbo pour l'homicide des « 6 femmes martyrs » d'Abobo ! Comment se fait-il que rien n'ait transpiré, dans la communication du procureur de la République, de ce « crime affreux » du président ivoirien qui a fait le tour du monde ? Pour sauver la face - parce que le pouvoir Ouattara l'a vraiment perdu - il est fait référence et allusion à la Cour pénale internationale (CPI) pour juger les crimes de sang de l'ancien président ivoirien. Un cache-sexe, en réalité. Pour masquer les angoisses du nouveau pouvoir ivoirien relativement à ses propres démons et à ses propres crimes, quotidiennement dénoncés par les organisations internationales de défense des Droits humains (Human Rights Watch, Amnesty International), y compris la division des Droits de l'Homme de l'ONUCI et le CICR.

Mais, comme le dit un internaute ivoirien, « il ne faut pas prendre l'ombre pour la proie.  La légèreté ou l'illégalité des chefs d'inculpation est faite à dessein. Il s'agit de faire le lit à la CPI afin d'obtenir l'inculpation de Gbagbo pour crime contre l'humanité par cette dernière et pouvoir ainsi l'éloigner définitivement de la vie politique ivoirienne ». A la vérité, un procès contre Gbagbo pour « ses » crimes de sang offrirait une tribune locale inespérée qui exposerait le régime ivoirien au plus grand mépris international, tant le déballage serait croustillant. Le monde découvrirait avec horreur et stupeur les mensonges odieux macérés contre le couple présidentiel ivoirien pendant 10 bonnes années. Il faut donc renvoyer toutes ces affaires sales loin des bords de la Lagune Ebrié - par ailleurs, en pleine opération de salubrité publique - pour continuer à apparaître et à plastronner en toute « virginité », à la face du monde. Un mauvais calcul, du reste. Car rien ne nous garantit que le même résultat ne sera pas atteint outre-Atlantique, au regard de la qualité et de la pugnacité mondialement reconnues des avocats du couple présidentiel. La CPI fût-elle l'un des instruments séculiers de l'impérialisme international triomphant, adoubée tribunal des petits et des vaincus, dans un monde déliquescent et déclinant. En un mot, Laurent Gbagbo est devenu une véritable « patate chaude » entre les mains du pouvoir ivoirien, de quelque côté qu'il le tienne.

Pour en revenir aux crimes économiques de Gbagbo - s'il en est - il existe un lien étroit et un rapport dialectique indéniables entre eux et la rébellion de 2002. De sorte qu'on ne peut juger Laurent Gbagbo, en toute justice, sans juger les auteurs du coup de force avortée de 2002 et tous les drames et crimes qu'il a entraînés, qui l'ont contraint, en tant que chef d'Etat responsable de millions de vie, à prendre les mesures appropriées pour maintenir debout la Côte d'ivoire et permettre aux Ivoiriens de continuer à se nourrir et à vivre. On ne peut juger les effets et faire table rase des causes. Les vraies. Oui, les véritables causes du désordre ivoirien remontent, à la date la plus proche, au début de la rébellion ivoirienne. Il va donc falloir, au pied levé, juger aussi les auteurs de tout ce trafic de diamant, d'or, de cacao, de café, de coton, de bois et de minerais qui a été instauré dans le Nord du pays depuis 10 ans au moins, le casse des agences de la BCEAO de Bouaké, Korhogo et Man - auquel ont participé, au demeurant, des soldats français -, l'économie parallèle des ex-FAFN dans les zones CNO (Centre Nord Ouest) qui prospère jusqu'à ce jour, avec la « Centrale », véritable Ministère de l'économie et des finances de l'ex-rébellion, et ses postes douaniers, dans un Etat dit « de droit » et dans un pays prétendument réunifié.

Juger donc Laurent Gbagbo pour crimes économiques et blanchir la rébellion de tous ses péchés en faisant abstraction de ses nombreux crimes, elle, la vraie coupable, ce ne serait pas de la justice mais de la vengeance, à l'état primaire. Et la Côte d'Ivoire n'en sortirait ni grandie ni plus unie. Bien au contraire ! Il ne faudrait pas se leurrer. La seule décision ou mesure qui vaille, à l'heure actuelle, après cet aveu que constitue l'inculpation du couple Gbagbo pour crimes économiques - même si cela est fait intentionnellement -, est sa libération pure, simple et immédiate.


Que DIEU bénisse la Côte d'Ivoire !


DINDE Fernand AGBO


In le quotidien ivoirien "Le Nouveau Courrier" N° 301 du jeudi 25 août 2011.

jeudi, 25 août 2011

ZONES D'OMBRE AUTOUR DE LA SANTE DE OUATTARA


ALASSANE OUATTARA.jpg

La presse nationale a été alertée avant-hier mardi en fin de soirée, par une dépêche de l'Agence France Presse (Afp)  sur l'hospitalisation du chef de l'Etat ivoirien en France. En dépit des assurances données par les journaux proches du régime sur ce « court passage » d'Alassane Ouattara à l'hôpital militaire de Toulon pour des « examens médicaux », des zones d'ombre subsistent sur l'état de santé du chef de l'Etat. Et relance le débat sur le danger institutionnel que fait planer ce type de situation sur  la Côte d'Ivoire.

 

Alassane Dramane Ouattara, en vacances en France depuis le 12 août dernier, « a été admis dans la matinée (du mardi 23 aout) à l'hôpital militaire Sainte-Anne (de Toulon) pour subir des examens médicaux », a-t-on appris mardi d'une dépêche de l'Afp, qui cite une « source proche du dossier ». La presse nationale s'est faite l'écho de cette hospitalisation du chef de l'Etat ivoirien en France, et chacun y est allé de son commentaire.

Ainsi, les journaux pro-Ouattara, avec à leur tête Fraternité Matin, se sont montré assez rassurants sur l'état de forme de notre vacancier de chef d'Etat. « Bilan de santé annuel du chef de l'Etat, hier en France : Tout va très bien », a barré à sa Une le quotidien gouvernemental, illustrée d'une photo où Ouattara est tout sourire. « Comme il en a l'habitude chaque année, le chef de l'Etat a mis à profit son séjour privé en France, dans le cadre des vacances du gouvernement, pour faire ce check-up que son entourage qualifie de bilan de santé classique. Le bilan est très bon et le Président rentre en fin de semaine. Il est en pleine forme », a écrit hier Fraternité Matin en page 9, qui dit avoir joint au téléphone un membre du cabinet présidentiel. De son côté, la presse de l'opposition s'est voulue très circonspecte sur la santé du chef de l'Etat. Selon Notre Voie, « on lui a fait faire (à Ouattara) une biopsie pour analyser son cœur et permettre une circulation plus aisée du sang ».

Au fait, Alassane Ouattara a-t-il des ennuis de santé ? Même si en l'état actuel des informations disponibles sur son passage, aussi bref soit-il, à l'hôpital militaire Sainte-Anne de Toulon, on ne peut pas répondre de façon précise à cette interrogation. Car des zones d'ombre subsistent sur l'état de santé du  chef de  l'Etat. En effet s'il s'agissait vraiment d'un banal check-up (contrôle) annuel de routine « comme d'habitude », pourquoi en fait-on tout un plat et tente-t-on par tous les moyens de rassurer l'opinion, au point de se fendre d'un laconique « tout va très bien », alors qu'on n'en sait rien sur le fameux bilan de santé du chef de l'Etat ? Et puis, pourquoi le chef de l'Etat fait-il son contrôle de routine de santé en France, alors qu'il y a des hôpitaux et de bons médecins dans son pays pour faire son bilan de santé ?

Le danger institutionnel qui guette la Côte d'Ivoire

On serait aujourd'hui à l'abri de toutes ces supputations autour de la santé   d'Alassane Dramane Ouattara, si les procédures constitutionnelles de validation des candidatures à l'élection présidentielle avaient été respectées. En effet, l'article 35 de la Constitution ivoirienne du 1er août 2000 prescrit que « (...) le candidat à la Présidence de la République doit présenter un état complet de bien-être physique et mental dûment constaté par un collège de trois médecins désignés par le Conseil constitutionnel sur une liste proposée par le Conseil de l'Ordre des Médecins». Ce verrou constitutionnel a été sauté par les arrangements de Marcoussis - les signataires de cet accord ont été admis de facto à postuler pour le fauteuil présidentiel même s'ils ne remplissaient pas ces formalités -, ce qui n'a pas permis de se fixer sur « l'état complet de bien-être physique et mental » des principaux candidats à l'élection présidentielle.

Cela dit, si la nouvelle de la brève hospitalisation du chef de l'Etat en France fait grand bruit aux abords de la lagune Ebrié et  alimente les discussions dans les chaumières, c'est parce que les Ivoiriens sont inquiets de se retrouver dans un vide constitutionnel. En cas de grand malheur (touchons du bois) au sommet de l'Etat, la voie serait tout ouverte pour une telle aventure. En effet, aux termes de l'article 40 de la loi fondamentale - la constitution ivoirienne n'a pas encore été abrogée ni révisée ni dissoute malgré les velléités du régime d'exception instauré par Alassane Ouattara -, « en cas de vacance de la Présidence de la République par décès, démission, empêchement absolu, l'intérim du Président de la République est assuré par le Président de l'Assemblée nationale pour une période de quarante cinq jours à quatre vingt dix jours au cours de laquelle il fait procéder à l'élection du nouveau Président de la République (...). En cas de décès, de démission ou d'empêchement absolu du Président de l'Assemblée nationale, alors que survient la vacance de la République, l'intérim du Président de la République est assuré, dans les mêmes conditions, par le Premier Vice- Président de l'Assemblée Nationale ».

Or, depuis la prise de pouvoir d' Alassane Dramane Ouattara, l'Assemblée nationale a été dissoute de fait. Les députés ne siègent plus et ne perçoivent plus leurs indemnités depuis plus de quatre mois, malgré les cris d'orfraie poussés par le Président du Parlement ivoirien Mamadou Koulibaly. Et les juristes du chef de l'Etat font preuve d'un juridisme de mauvais aloi pour justifier que le mandat de l'Assemblée nationale a pris fin depuis fin 2005 par un acte pourtant illégal du défunt Groupe de travail international (Gti). Dans ces conditions, comment se ferait la succession en cas de vacance du pouvoir au sommet de l'Etat dans un pays qui serait alors sans Président et vice-président de l'Assemblée nationale ? Surtout que nulle part dans ses dispositions, la Constitution ivoirienne ne prévoit que le Premier ministre succède au Président de la République en cas d'empêchement de celui-ci.


Anassé Anassé, in le quotidien ivoirien "Aujourd'hui" N° 48 du jeudi 25 août 2011.

LA DETTE SOUVERAINE ET LA CRISE DE L'IMPERIALISME

 

DETTE PUBLIQUE DANS LE MONDE.PNG

Par Robert Bibeau, le 24 août 2011


Nous abordons aujourd'hui le problème récurrent et fort complexe des déficits publics américains et du gonflement vertigineux de leur dette souveraine. Nous expliquerons le mécanisme économique qui engendre ces déficits et qui suscite le gonflement de leur dette souveraine, le défaut de paiement et la dévaluation du dollar US. Nous verrons que ce processus est inhérent au modèle de développement impérialiste et qu'à terme il engendre la création de gigantesques entreprises multinationales sans patrie, sans allégeance, sans foi et sans loi, prêtes à flouer l'économie américaine si nécessaire  afin de poursuivre leur marche inexorable vers l'accumulation de profits.

LE MODELE DE LA « PLATEFORME »

Un nouveau « modèle de division internationale du travail » serait  en train de se répandre sur la planète. À commencer par les États-Unis d'Amérique, les grandes multinationales, américaines d'abord, canadiennes, australiennes, israéliennes et européennes ensuite, auraient développé une nouvelle façon de produire et de vendre des marchandises en accumulant des profits astronomiques. En fait, il s'agit de l'implantation systématique du modèle de division du travail impérialiste mais à une échelle jamais égalée auparavant. Selon l'économiste Charles Gave ce nouveau mode de division internationale du travail, que les technologies de l'information et de la communication facilitent grandement, s'appelle faute de mieux le système de la « Plateforme » (1).

C'est la systématisation de ce modèle de développement économique impérialiste qui provoque les présentes perturbations économiques, budgétaires, monétaires et commerciales mondiales. Ce ne sont pas les mauvaises décisions des banquiers, des spéculateurs boursiers, des industriels ou des politiciens qui engendrent ces crises systémiques répétitives qui s'abattent comme la peste sur les peuples du monde mais l'application mécanique des lois inexorables du développement impérialiste redécouvertes par Charles Gave.

Nous savons tous que chaque pays tient une comptabilité nationale d'où l'on peut observer annuellement les fluctuations de sa balance commerciale (2), de sa balance des paiements (3), de son PIB (4), de son endettement cumulatif et de ses déficits budgétaires (5), de ses emprunts et de la valeur de sa monnaie nationale. Selon l'économiste Charles Gave, toute cette comptabilité nationale est de moins en moins pertinente et elle permet de moins en moins d'analyser et de comprendre les crises économiques et financières mondiales.

D'après l'éminent économiste, la logique de la comptabilité nationale est sans intérêt.  En fait, que les sociétés multinationales se proclament « Américaines », « Canadiennes », « Israéliennes », « Européennes » ou « Chinoises », elles domicilient où elles le veulent leurs déficits commerciaux : « les marchés n'ont pas compris que nous sommes en train d'assister à la privatisation des balances commerciales (nationales et internationales NDLR). » (6).

Dans son article de macro économie Charles Gave donne l'exemple de la société de micro-informatique DELL dont le siège social est situé au Texas.

Tous leurs ordinateurs sont conceptualisés de façon « virtuelle » dans leurs centres de recherche. Aucune de leurs machines vendues aux États-Unis n'est construite sur place. Elles sont toutes montées au Mexique ou en Chine, et importées en Amérique après coup. L'originalité est dans le fait que Dell ne possède pas les usines dans lesquelles ses machines sont assemblées (ce qui est différent de la délocalisation industrielle). La seule chose que fait l'entreprise Texane est de préciser les caractéristiques techniques que devront avoir ses ordinateurs. Ensuite, des industriels indépendants de Dell s'engagent à les produire au coût fixé par Dell.

Des trois fonctions nécessaires à la commercialisation d'un produit - conceptualisation, fabrication et vente - Dell a réussi à externaliser la plus dangereuse et la plus cyclique, la fabrication. Charles Gave explique ensuite que par une telle division internationale du travail un ordinateur construit en Asie, vendu 700 $ aux États-Unis, muni d'un système d'exploitation Microsoft (dont le siège social est à Seattle mais la production délocalisée), équipé d'un processeur Intel (dont le siège social est aux USA mais la production délocalisée), monté d'un écran fabriqué à Taiwan dans un boîtier - clavier fabriqué en Chine, la part du produit de la vente empochée par des firmes dites de « nationalités américaines » sera de 300 $ (et leur marge bénéficiaires de 262 $ soit 87 %) et la part des entreprises dont le siège social est en Asie de 365 $ (et leur marge bénéficiaire de 28 $ soit  7,7 %). (7).

Les impérialistes internationaux trouvent ce mode de division internationale du travail très avantageux et il se répand chaque jour davantage. Cependant, quand l'ordinateur vendu en ligne par Internet entre aux États-Unis, ce pays enregistre une forte détérioration de sa balance commerciale.

Dans l'exemple ci-dessus l'exportation dite « américaine » a été de 275 $ alors que l'importation aux États-Unis a été de 670 $ (bénéfice de Dell et taxes en sus), d'où les États-Unis enregistrent un déficit commercial de 395 $. Malgré cela la rentabilité des sociétés dites « Américaines » présente un certain nombre d'avantages fort désirables aux yeux de n'importe quel investisseur :


- Elle est très stable : la partie cyclique (la production) a été affermée à des industriels extérieurs. - Elle est très élevée : la recherche, le développement et la vente par Internet ne suscitent pas des besoins de fond de roulement importants. La rentabilité sur capital investi est donc forte. - Elle ne nécessite pas d'apports de capitaux nouveaux : Dell n'a pas besoin d'emprunter pour son développement.

- Elle est très transparente : si le coût du travail augmente trop fortement au Mexique, Dell ne renouvelle pas ses contrats de production au Mexique pour en signer de nouveaux au Brésil, ou en Chine...  De ce fait, les prix à la production demeurent sans arrêt sous pression, d'où le peu d'inflation, du moins jusqu'à ce que les travailleurs du tiers-monde revendiquent des hausses salariales afin de bénéficier eux aussi du pactole du développement capitaliste dans leur pays.

La Chine avec son système policier très répressif possède à cet égard un avantage certain et elle maintien ainsi les salaires de ses ouvriers aussi bas que possible. Toutefois, ceci n'empêche pas le Yuan chinois de subir des pressions à la hausse que le gouvernement chinois ne peut résorber, ce qui entraîne une augmentation du coût des importations américaines en Chine et l'exportation de l'inflation chinoise aux États-Unis.

LA BALANCE COMMERCIALE

Tout ceci à pour effet que les pays émergents se retrouvent avec des excédents commerciaux considérables vis-à-vis des États-Unis, qui pourtant ne veulent strictement rien dire selon l'économiste Gave, puisque la maîtrise des flux (importations de marchandises aux États-Unis) est à cent pourcent dans les mains de sociétés dites « Américaines ». De réclamer de ces pays de réévaluer leurs monnaies contre le dollar ne règlera rien (ce qui laisse entendre que les sénateurs américains pétitionnaires ne font que de la figuration pour le public américain) (8).

De fait, ces pays émergents en voie d'industrialisation accélérée sont intégrés à la zone dollar. Ce qui veut dire en termes simples que la balance commerciale d'un pays où les sociétés s'organisent selon les principes de la « plateforme » ne veut plus rien dire. Pour raisonner à nouveau comme cet économiste, l'avantage comparatif qui crée le déficit américain n'est pas en Chine, mais aux États-Unis. Ce sont les sociétés américaines qui domicilient où elles le veulent le déficit américain. Si le Yuan est réévalué, Wallmart passera ses commandes au Vietnam. Le déficit US restera le même, mais il sera comptabilisé au Vietnam (si les entreprises oeuvrant au Vietnam sont vietnamiennes, ce qui n'est pas assuré) plutôt qu'en Chine, et le chômage augmentera en Chine.

Gave ajoute : « Les pays qui pour des raisons politiques (rejet de la globalisation et de la  mondialisation) refuseront ce modèle de production verront leurs entreprises absolument laminées, car elles seront forcées de conserver des activités de production cycliques et peu rentables dans des zones où elles n'ont rien à faire. À terme, elles disparaîtront, et tous leurs emplois avec elles (et pas seulement les emplois industriels). Et le protectionnisme ne les sauvera pas plus qu'il n'a sauvé l'industrie textile en France. » (9).

Le raisonnement de Gave laisse entendre que les investisseurs étrangers désirent détenir des actions de ces sociétés américaines, et que les dollars excédentaires qui entreraient ainsi aux États-Unis serviraient à acheter des actions de ces sociétés ou des obligations émises par les gouvernements des États-Unis. Ce qui signifierait que l'équilibre des paiements américains se ferait en prenant en compte les ventes d'actifs américains aux étrangers.

Ce dernier raisonnement de l'éminent économiste est totalement faux cependant. La preuve en est que depuis 2008 les investissements étrangers (directs et de portefeuilles) ne cessent de diminuer aux États-Unis à cause de l'instabilité du dollar américain (10).

Le modèle de division internationale du travail appelé « plateforme » entraîne la relocalisation de la production dans les pays pauvres ce qui réduit d'autant le pouvoir d'achat des travailleurs des pays riches car l'augmentation des emplois du secteur tertiaire ne compense pas la destruction des emplois dans le secteur secondaire, et qui plus est, les emplois tertiaires créés sont parfois si mal payés (MacDonald et Tim Horton) que les capacités de consommation des travailleurs d'occident sont réduits à presque rien, ce que les banques compensent pour un temps par l'élargissement du crédit à la consommation qui ne fait qu'accroître l'endettement des ménages jusqu'à la prochaine crise des « subprimes ».

Plus loin Gave explique que les constructeurs asiatiques sont totalement dépendant du marché nord américain pour survivre et que donc ils ne peuvent pas refuser de vendre leurs marchandises aux firmes ayant siège social aux États-Unis contre des dollars dont la masse internationale est toujours plus importante et la valeur marchande toujours plus réduite (le dollar ne vaudra bientôt plus qu'un demi euro). Ce raisonnement est également faux. À court terme le constat est exact, mais à moyen terme la Chine et l'Inde ont commencé à développer leurs immenses marchés domestiques et ils se rendront ainsi de plus en plus indépendants du marché nord américain et alors ils refuseront les dollars plombés et c'en sera fini pour cette devise.

PRIVATISATISATION DES BALANCES COMMERCIALES

L'économiste Gave ajoute : « Les marchés n'ont pas compris que nous sommes en train d'assister à la privatisation des balances commerciales nationales. Ce qui veut dire en termes simples que quiconque reste enfermé dans la logique de la comptabilité nationale pour effectuer ses investissements va tout droit à la ruine. » (11).

Le développement impérialiste signifie la totale intégration du capital industriel et du capital bancaire en un capital financier international « off shore », sans patrie, sans intérêt national et voué exclusivement à l'accumulation de profits et de dividendes internationaux. En cela Gave a raison de souligner que pour ces puissants spéculateurs boursiers et pour ces grandes entreprises multinationales la seule comptabilité globale qui vaille est la comptabilité internationale. C'est d'ailleurs pourquoi ces ploutocrates  réclament l'internationalisation des organismes de gestion et des mécanismes de régulation économique.

Ce qui provoque la présente crise budgétaire américaine (défaut de paiement de leur dette souveraine gigantesque de 15 000 milliards de dollars) est du au fait que les dépenses du gouvernement fédéral et des États américains sont croissantes alors que les revenus étatiques sont en baisses.  Nous savons déjà pourquoi les dépenses américaines sont si importantes - guerres d'agression incessantes, subventions aux entreprises privés et aux banques soit - 1 200 milliards en 2008 seulement (12) - mais pourquoi les revenus des impôts sont-ils en baisse alors que les firmes américaines sont prospères et font des profits records ? Même si Barak Obama augmentait le taux d'imposition des entreprises américaines cela ne changerait rien.

C'est que les entreprises dites « Américaines », c'est-à-dire ayant leur siège social aux États-Unis (alors que leurs manufactures et leurs centres d'affaires sont répartis un peu partout dans le monde) ne rapatrient plus leurs profits aux États-Unis afin d'éviter de les « dollariser » et de les voir dévaloriser par l'inflation et la dévaluation de cette monnaie. Les trusts et les entreprises multinationales Américaines choisissent de localiser leur profits dans des centres bancaires « off shore », dans des paradis fiscaux (Caïmans, Bahamas, Monaco, Macao, Israël, etc.) où ils se mélangent aux capitaux du monde interlope et une fois blanchies ils sont réinvestis dans les pays émergents ou dans des fonds boursiers spéculatifs.

« Pour prendre la mesure du choc qui se prépare, il est utile de savoir que même les banques américaines commencent à réduire leur utilisation des bons du trésor US pour garantir leurs transactions par crainte des risques croissant pesant sur la dette publique US. Le groupe GEAB croit qu'un autre 15 000 milliards d'actifs-fantômes spéculatifs vont s'envoler en fumée dans les prochains mois de 2011 et 2012. En ce moment les grandes entreprises accumulent de la trésorerie en prévision de ce choc financier qui verra les trésoreries gouvernementales  s'effondrer. » (13).

INFLATION ET DEVALUATION DE LA MONNAIE

Au milieu de ce salmigondis la Fed (banque fédérale américaine) songe à un troisième épisode d'assouplissement quantitatif...Comprendre ici que la Fed songe à émettre de nouveaux dollars pour acheter les obligations d'épargnes des gouvernements américains que de moins en moins de spéculateurs (y compris les banques américaines) désirent acquérir car l'investissement est trop risqué. Cette troisième émission de monnaie  engendrera la dévaluation du dollar et une inflation importante aux États-Unis; méthodes par lesquelles le gouvernement américain transfert le coût de la crise de la dette souveraine sur le dos des petits salariés, des retraités, des pauvres et des démunis qui verront leur maigre pouvoir d'achat s'éroder encore davantage (14).

Pour le gouvernement américain les bénéfices combinés de l'inflation et de l'émission de monnaies est double puisque d'une main il décharge le fardeau de la dette sur le peuple (par la hausse des prix et des recettes fiscales de l'État) et de l'autre il réduit d'autant sa dette extérieure en dévaluant les créances en dollars de ses créanciers. C'est la raison pour laquelle de nombreux pays dans le monde cherchent à transiger avec d'autres monnaies que le dollar américain, ce que nous avions déjà souligné dans une étude antérieure (15).

Pendant ce temps, les immenses trusts internationaux, les multinationales de tout acabit, les spéculateurs boursiers et les banquiers internationaux observent l'économie mondiale, spéculent, jouent avec les actifs du monde entier et cherchent à tirer leur épingle de ce jeu macabre dont les lois inéluctables les entraînent inévitablement vers la catastrophe économique. Mais attention, ce système économique moribond ne s'effondrera pas de lui-même, il imposera encore et toujours plus de sacrifices aux peuples du monde entier afin de se maintenir à flot. Seule une révolte généralisée pourra l'abattre et construire un monde nouveau...Qu'attendons-nous pour le construire sur ses ruines ?


Source : CENT PAPIERS.COM


_____________________


(1)   http://www.geostrategique.net/viewtopic.php?p=77356&s...

(2) http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanceStatPays?langue=fr&codePays=USA&codeTheme=7&codeStat=NE.RSB.GNFS.ZS

(3)   http://www.wikiberal.org/wiki/Balance_des_paiements

(4)   http://fr.wikipedia.org/wiki/Produit_int%C3%A9rieur_brut

(5)   http://lexpansion.lexpress.fr/economie/etats-unis-vers-un...

(6)   http://www.geostrategique.net/viewtopic.php?p=77356&s...

(7)   http://www.geostrategique.net/viewtopic.php?p=77356&s...

(8)   http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/e...

(9)   http://www.geostrategique.net/viewtopic.php?p=77356&s...

(10)http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanc...

(11)  http://www.geostrategique.net/viewtopic.php?p=77356&s...

(12)http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/3...

(13)  GEAB no 56 Spécial été 2011. Crise systémique globale - dernière alerte avant le choc de l'automne 2011. in L'Étoile du Nord, vol 9 no 3. Mai-juin 2011.

(14)  Aux Etats-Unis la Fed est poussée à injecter des liquidités dans l'économie. Le Monde, 17.08.2011. Page 11.

(15)   http://www.centpapiers.com/la-chine-imperialiste/74924


Salutations cordiales.

 

http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

robertbibeau@hotmail.com