topblog Ivoire blogs

mardi, 06 septembre 2011

COTE D'IVOIRE: POKER FAMILIAL GAGNANT POUR LES OUATTARA

 

LE COUPLE OUATTARA 2.jpg

Selon La Lettre du continent amplement reprise par le quotidien Notre Voie, le chef de l'Etat a décidé de racheter la plupart des propriétés situées dans les environs de sa résidence privée, à quelques mètres de l'hôtel du golfe l'ancien symbole du gouvernement Ouattara pendant les péripéties de la crise postélectorale. A commencer par la sienne qu'il louait à un homme d'affaires libanais. Dans les années 1990, Ouattara s'était aussi offert une somptueuse résidence dès son arrivée à la primature.

 

Si la saga Ouattara nous était contée un jour, elle réserverait un chapitre aux propriétés du couple et surtout aux circonstances de leur achat. Selon La dernière Lettre du continent, le chef de l'Etat se passionne ces derniers temps pour les offres privées d'achat (OPA) qu'il a fait à tous ceux qui ont une propriété dans les environs de l'hôtel du Golfe, là où lui a été donnée sa « victoire » par Youssouf Bakayoko. Alassane Ouattara veut construire une caserne militaire pour assurer ses arrières. Et pour se sentir en sécurité par ces temps de frayeurs, il n'y a pas mieux qu'une caserne militaire mitoyenne. L'actuel verrou qui encadre la résidence du couple est pourtant impressionnant. Le Golfe hôtel est occupé par les hommes de Chérif Ousmane. Ceux-ci ont établi leur check-point au carrefour de M'pouto, face à Sol Béni. Quelques mètres plus loin sont postés deux pick-up de l'ONUCI avec à leur bord des soldats marocains et bengladeshi. Plus loin, deux autres chars armés de l'ONUCI surveillent la petite entrée de l'hôtel devenue le point de ralliement du régime, quatre mois après l'arrestation de Laurent Gbagbo par les soldats français et la prise de pouvoir de Ouattara dans la foulée. Les derniers murs de l'hôtel laissent voir une armada de chars et de blindés dans l'arrière-cour. Mais malgré tout cela, Alassane Ouattara s'est mis en tête de faire de sa résidence privée un bunker comme nous l'avions écrit dans nos précédentes éditions.

Alors qu'il était simple locataire de la résidence qu'il bichonne avec l'argent des contribuables, le chef de l'Etat a, selon les bonnes feuilles de La lettre du continent abondamment citée par le quotidien Notre Voie, Ouattara a déjà fait une OPA à l'homme d'affaires à qui il louait depuis des années cette résidence située aux encablures de l'hôtel du Golfe et donnant sur la lagune Ebrié. L'accès à la lagune est stratégiquement vital pour Ouattara qui craint d'être à la merci d'une ville abidjanaise où il est minoritaire.

Dans les années 90, le chef de l'Etat qui venait d'être nommé premier ministre s'était aussi offert dans les premiers mois le château des Boni, à un jet de pierre de la résidence de l'Ambassadeur d'Allemagne. Et si le luxe de sa nouvelle maison n'avait laissé personne indifférent, cette fois-ci c'est la répétition de l'histoire  qui offre des thèmes d'analyse, notamment pour ce qui est de la coïncidence qui voudrait que Ouattara ne songe à s'offrir un toit que lorsqu'il est aux affaires.

Or de ce point de vue, sa présidence commence plutôt bien pour le chef de l'Etat. Son épouse possède l'Agence Immobilière de Côte d'Ivoire (AICI) à qui le Président Houphouët-Boigny a laissé, dans des circonstances plutôt obscures la gestion de tout le patrimoine de l'Etat ivoirien. L'agence elle-même avait entamé une rapide prospérité du temps de la primature Ouattara, en 1991 notamment où elle installa des succursales à Cannes et près de Paris.

Les proches du chef de l'Etat s'en tirent assez bien dans ce début de présidence florissante pour la famille. Alors que le régime vide jusqu'au personnel de la filière café-cacao qui tombe à nouveau dans les caisses noires de l'Etat, le fils aîné de l'épouse de Ouattara vient de s'emparer des magasins de la SIFCA-COOP. La famille est dans les affaires ; ce qui n'a pas l'air de déranger le chef de l'Etat qui refuse toujours de déclarer ses biens comme l'exige la constitution ivoirienne. Sa sœur Sita Ouattara doit faire son entrée dans la commercialisation du riz au moment où les caciques du régime font revenir le système du quota à la base de la fluctuation des prix de cette denrée de première nécessité pour laquelle la Côte d'Ivoire achète chaque année plus de 200 à 400 milliards de riz importé.

Selon La Lettre du continent, Versus Bank nationalisée sous le régime de Laurent Gbagbo s'apprête à financer cette affaire.

Mais Alassane Ouattara écume aussi les postes de l'Administration pour placer sa fratrie. Son petit frère « photocopie » pour sa grande ressemblance avec Ouattara gère les milliards de la Présidence de la République. Cette maison que Gbagbo appelait la caisse de sécurité du public bénéficie d'un budget record de 89 milliards. Aucun chef d'Etat depuis Houphouët-Boigny n'avait encore songé à y nommer son cadet. Ouattara l'a fait. Parce que depuis le renversement du Président Gbagbo, la gestion de la Côte d'Ivoire, c'est un peu une affaire de clan et de famille.

 

Joseph Titi, in le quotidien ivoirien « Aujourd'hui ».

Les commentaires sont fermés.