topblog Ivoire blogs

mardi, 20 septembre 2011

QUI PROTEGE-T-ON A SYRTE, BANI WALID...?

COMBATS A BANI WALID.jpg

Maintenant qu'il n'est plus question de «protéger» Benghazi ou plus largement les «civils», maintenant que Nicolas Sarkozy et James Cameron sont allés goûter leur moment de triomphe à Tripoli et à Benghazi, à quoi servent les bombardements contre Bani Walid, Syrte et d'autres localités, dont les habitants appellent la société mondiale à leur secours.

Pour ceux qui savent que depuis le début il n'y avait ni civils à protéger ni révolution à prémunir d'une aviation, invisible du reste, ces bombardements sont justifiés par le refus des Syrtiens et des Bani Walid de se soumettre à l'OTAN. On parle de milliers de morts, qui viennent s'ajouter aux dizaines de milliers des frappes précédentes. Dans les médias, aucune image, aucun témoignage, de ces «pro- Kadhafi», sortis du champ et déshumanisés. Qui sont-ils, pourquoi résistent-ils ? On le saura bien un jour, quand il ne sera plus question que de faire le bilan des victimes.

Des «pro- Kadhafi», cela devrait avoir une consistance. Mais on ne nous la donne pas. Ce qui importe est de les associer à celui qui est censé représenter l'ultime menace. Certains médias font mieux, pour eux l'OTAN «bombarde Kadhafi», les enfants, les femmes, les hommes, qui reçoivent le feu et l'acier du ciel n'existent pas. Dans leurs pays le moindre bobo ameute des régiments de psychologues au chevet des victimes, des cellules d'écoute se mobilisent, les témoignages de sympathie pleuvent. Les Libyens ne font pas partie de la même Humanité. Ils sont un obstacle à l'équipée prédatrice. Dans les deux villes martyres, ils ont leur dignité comme baume qui les protège de l'effondrement. Et tout démontre qu'ils ne se laisseront pas faire, jusqu'au bout des forces qui leur restent. Ce faisant, ils démasquent, chaque heure qui passe, l'horrible imposture.

Ce faisant, ils démontrent que l'OTAN, si elle impose ses supplétifs, aura bien du mal à régner pacifiquement sur un pays où gronderont des torrents de haine. Elle doit le savoir, puisqu'elle y va de toute sa hargne chargée de mépris et de racisme contre ces irréductibles qui ne font, pourtant, que défendre leur pays contre une agression barbare. Ils sont au moins 500 000 à être encerclés, privés d'eau, de médicaments et d'électricité et soumis aux bombes des avions qui ouvrent la voie à des «révolutionnaires» alibis.

Avec la complicité scandaleuse de tous ceux qui se sont emparés du monopole des droits de l'homme. Le crime est transformé en mission libératrice de gens qui ne veulent pas être libérés. Tant qu'à faire, ils sont ignorés. Il n'y aurait que leurs oppresseurs qui résistent. Là on ne nous explique pas comment ces derniers tiennent depuis des mois et pourquoi on ne trouve pas grand monde pour applaudir le «nouveau pouvoir» en dehors des plans serrés des caméras. La vérité est que le monde est entré dans une nouvelle ère où il devra affronter ses pires démons. Point de place pour le faible, point de place pour les justes, seuls les rapaces s'invitent au banquet où ils veulent mettre eux-mêmes la table. Vivront des miettes qui tombent ceux qui feront preuve de servilité. Ce que les Libyens ont compris en poussant à la folie sanguinaire l'Alliance atlantique.

 

Par Ahmed Halfaoui

 

Source: LES DEBATS.COM

Les commentaires sont fermés.