topblog Ivoire blogs

lundi, 10 octobre 2011

COMMENT OUATTARA A SABOTE ATTA MILLS

ATTA MILLS ET ALASSANE OUATTARA.JPG

Alors que le président ghanéen souhaitait encourager un dialogue fructueux entre les exilés pro-Gbagbo et le régime Ouattara, ce dernier s'est livré à une drôle de mise en scène destinée à faire la porte à des discussions sérieuses. Précisions.

 

La visite d'Alassane Ouattara à Accra va-telle renforcer la compréhension mutuelle entre la Côte d'Ivoire et le Ghana ou contribuer à donner de la consistance à l'atmosphère de méfiance que le régime ivoirien essaie de créer, notamment à travers des accusations médiatiques au vitriol? En tout cas, l'histoire secrète du séjour de Ouattara au Ghana illustre le double langage déroutant de son régime, qui prétend vouloir la paix par la conciliation des différences et se signale, dans la pratique, par une irascibilité périlleuse pour la stabilité nationale.

A l'origine de la rencontre avortée entre Ouattara et les réfugiés LMP, deux audiences de ces derniers avec le président Atta Mills. En bon père de famille et en dirigeant responsable, Atta Mills souhaite créer un dialogue constructif qui permettra le retour au bercail des exilés, dans une atmosphère apaisée. Lors de la première audience qu'il accorde aux proches de son ancien homologue ivoirien, Mills leur explique, selon des sources dignes de foi, qu'il va inviter Ouattara et en profiter pour plaider auprès de lui pour qu'il fasse tout pour apaiser le climat en Côte d'Ivoire.

Lors de la seconde audience, il annonce à ses invités que l'invitation qu'il avait promis de transmettre l'a bien été. Et il leur demande ce qu'ils aimeraient qu'il dise, de leur part, à «leur» président. Il va plus loin en les exhortant à accepter de le rencontrer lors de son séjour au Ghana, histoire d'engager un vrai dialogue, préalable à un retour massif et non contraint de tous les réfugiés - dans la mesure où ceux qui sont dans les camps appartiennent à la même obédience que les cadres avec lesquels Mills a entamé des discussions.

Un grand nombre de cadres exilés est hostile à une rencontre avec Ouattara. Mais la proposition ne peut être rejetée. On ne peut pas traiter par le mépris l'offre de bons services d'un hôte aussi bienveillant, qui propose même d'être présent pour en quelque sorte, rassurer les différentes parties et fluidifier les échanges. Une délégation de personnalités représentatives de LMP est désignée.

La rencontre est prévue pour jeudi à 15 heures. A 14 heures, les cadres de LMP sont installés dans une annexe. Puis, ils sont conviés à entrer dans la salle de conférences où la réunion doit avoir lieu.

Mais ils sont frappés par plusieurs choses:

Premièrement, on leur demande de venir s'installer dans une salle bondée de partisans de Ouattara qu'il est question de présenter comme des réfugiés, mais qui portent des tee-shirts à son effigie et débordent d'amour pour lui - alors qu'ils sont censés avoir fui les représailles de ses nervis.

Deuxièmement, Atta Mills, qui avait promis d'être présent, n'est pas là. Ce qui signifie, selon leur analyse, que le format de discussion qu'il a préconisé a été saboté par Ouattara. Et qu'il a, selon toute évidence, pris acte de ce sabotage.

En effet, comment peut-on sérieusement commencer un dialogue fructueux en parquant ses partisans surexcités dans une salle, et en demandant à ses adversaires de prendre les premières places dans cette salle-là. Pour créer un effet totalement artificiel de percée politique, là où il n'y a qu'incompréhension mutuelle. Ou pire, pour faire huer ses adversaires par de pseudo-réfugiés et s'empresser de faire raconter à travers les médias qu'une prétendue «division» existe entre cadres et, si l'on peut dire, réfugiés de base.

«Pour résumer, il faut bien que l'on admette que Ouattara n'est pas un interlocuteur crédible», constate un cadre LMP exilé. La Côte d'Ivoire a du souci à se faire...

 

Philippe Brou, in le quotidien ivoirien « Le Nouveau Courrier » N° 337 du samedi 8 octobre 2011. 

Commentaires

Je pense qu'il est temps de se rendre à l'évidence que Allassane Ouattara a un agenda autre que la réconciliation nationale. Il espère à l'issue de cet exercice que les ivoiriens vont promettre et lui jurer de ne pas rendre le pays ingouvernable comme il l'a fait sous Bédié Guéhi et LG.
Il voudrait que les extrémistes pro-lg vont jurer la main sur le coeur qu'ils ne lui feront pas de coup d'Etat, comme il en a organisé ces 10 dernières années.

La réconciliation il s'en fiche royalement, il a la rancune tenace, il veut tout simplement que les ivoiriens lui signe un chèque en blanc qui lui permette de gouverner tranquillement. Jugez-en vous même par l'arrogance de l'homme et ses ministres. Leurs comportements et autres propos "se détachent violemment " de ce qu'il prônent.

Écrit par : patrice yao | lundi, 10 octobre 2011

Motion de soutien, mon frère YAO PATRICE!

Ouattara a passé son temps à empoisonner la vie aux autres et veut la tranquillité, à son tour. N'est-ce pas curieux?

Espérons qu'il ait cette paix. Si DIEU le veut! Et qu'il continue de compter sur l'armée française pour se garantir le paradis en Côte d'Ivoire. Mais qu'il sache que ce qui est humain a toujours eu ses limites. A bon entendeur...!

Écrit par : Dindé | lundi, 10 octobre 2011

Ouattara sera bientôt éjecté par ses ex Adorateurs.

Wait and see

Écrit par : Degrange | mardi, 11 octobre 2011

Je me pose la question: RECONCILIATION avec qui? Avec Gbagbo ou le peuple Ivoirien endeuillé?

Écrit par : gbè | mercredi, 12 octobre 2011

Les commentaires sont fermés.