topblog Ivoire blogs

lundi, 10 octobre 2011

LE MENSONGE AU POUVOIR EN COTE D'IVOIRE

UNE N°72 AUJOURD'HUI.jpg

Le gouvernement  célèbre ses 100 jours à la tête du pays en détournant à son profit les chantiers préparés sous la présidence Gbagbo. Il vient aussi d'annoncer que le prix du kilogramme de cacao coûtera 1000 F alors que la réalité est au désespoir, dans les champs comme dans les villes.


 Le rond-point de la riviera 2 a été émondé de ses revendeurs de téléphone portable habituels. Le ministère de la salubrité urbaine avait d'abord décoiffé les activités  de ces jeunes commerçants débrouillards en s'en prenant à leurs parasols défraîchis. Depuis sa mise en place, le gouvernement traque le petit commerce dans les rues abidjanaises sans avoir prévu le minimum pour son recasement. Alors qu'il reprochait d'ailleurs à Laurent Gbagbo de ne pas lutter contre le chômage des jeunes diplômés, réduits pour la plupart à se débrouiller dans les rues pour survivre, M. Dramane  a finalement jeté aux orties ses promesses électorales. Selon l'union générale des travailleurs de Côte d'Ivoire (UGTCI), proche du pouvoir, 80.000 emplois ont été détruits dès les premiers mois de l'arrivée du chef de l'Etat et rien n'est venu améliorer la situation. Le ministre de la salubrité publique, Anne Oulotto, s'est lancé à corps perdu depuis plusieurs mois dans une violente opération de déguerpissement du domaine public qui ruine les espoirs de survie d'une population qui paie un lourd tribut à la guerre et aux pillages systématiques ayant accompagné l'accession de M. Dramane au pouvoir au début du mois d'août.

La situation sociale est plus que stationnaire avec des guichets automatiques qui affichent « En panne » ou « Hors service ». Le gouvernement arrive encore à payer les salaires des fonctionnaires mais au prix de mille et un sacrifices, pendant que la pluie de milliards annoncés par M. Dramane se fait toujours attendre. Les fonctionnaires des cabinets ministériels, sous contrat, totalisent parfois jusqu'à huit mois d'arriérés de salaires et la plupart des travailleurs des principales institutions de l'Etat tirent le diable par la queue. Les services de recouvrement, pour leur part, se sont lancés dans une campagne de communication démagogique destinée à noyer une réalité catastrophique. Car la Centrale, le service de collecte des impôts de la zone CNO aux mains des Forces Nouvelles proches de Guillaume Soro, officiellement dissoute, tourne à plein régime. L'Etat même a du mal à recouvrer les taxes et les impôts à Abidjan, scindée en territoires rivaux par des chefs de guerre soucieux de se faire une petite fortune.

Le gouvernement fait mine d'avoir le sourire en faisant croire qu'il a initié de nombreux chantiers dans la ville d'Abidjan. Or   le troisième pont, par exemple, a une histoire qui part de la présidence d'Henri Konan Bédié et se termine sous la présidence de Laurent Gbagbo, dont l'activisme a permis la mise en place d'un fonds de près de 50 milliards de Fcfa, obtenus grâce à des appels à souscription internationaux notamment. Les voies de dégagement qui sont actuellement en chantier au rond-point de la riviera 2 avaient été programmées après les élections présidentielles avant d'être ajournées en raison des tensions politiques et les menaces ouvertes de bombardement proférées par M. Dramane.

L'université nationale dont les alentours ont été déblayés ressemble à un tombeau blanchi. Pillée dans le sillage des nouveaux gouvernants, elle manque désormais de tout : ordinateurs, climatiseurs, téléphone, photocopieurs, livres, papier... Pareil pour les résidences universitaires qui ont été la cible des forces républicaines de Côte d'Ivoire bourrées de préjugés sur le militantisme pro-Gbagbo des étudiants ivoiriens. Celles qui sont opérationnelles sont d'ailleurs occupées par ces bandes armées que l'Etat n'arrive toujours pas à faire partir des commissariats en dépit des promesses récurrentes de leur encasernement.

L'insécurité est toujours aussi problématique à Abidjan où les policiers officiellement de retour depuis deux mois sur les routes, ne sont plus armés. Les clans rivaux de FRCI se tirent régulièrement dessus sur le prétexte habituel que certains parmi eux se sont reconvertis en braqueurs.

Le gouvernement fait du surplace et multiplie les séminaires gouvernementaux dont l'utilité reste à démontrer, car les prix des denrées alimentaires de première nécessité ne cessent de flamber. Le ministre du commerce, acculé par les critiques des médias, a finalement concédé une diminution de 10 F du riz de grande consommation dont le kilogramme se négocie désormais à 500 F. Le régime a du mal à faire face aux problèmes qui s'accumulent si ce n'est qu'à les regarder sous le prisme de la communication. Alors que le cacao est vendu à 200 F bord-champ, le gouvernement vient de se lancer dans un autre pari médiatique en fixant des prix indicatifs de 1000F pour l'achat du kilogramme du cacao aux planteurs. Ce qui représente une belle gageure au moment où toutes les coopératives ont été liquidées par la nouvelle administration qui y voit des niches de détournement. Cette politique livre le planteur à la puissance des multinationales du cacao qui pourront toujours imposer le prix qu'elles veulent. On est loin des 3000 F le kilogramme de cacao annoncé lors de la campagne électorale, du million d'emplois à créer chaque année et des milliards à distribuer à chaque patelin du pays.

 

Joseph Titi, in le quotidien ivoirien « Aujourd'hui » N° 72 du lundi 10 octobre 2011.

Commentaires

L'auteur de l'article dit:"le régime a du mal à faire face aux problèmes qui s'accumulent si ce n'est qu'a les regarder sous le prisme de la communication".En une phrase,il a résumé les 100 JOURS de Ouattara.Beaucoup de bruits pour rien.Très peu d'actions concrètes sur le terrain mais le GOUVERNEMENT OCCUPE toute l'ESPACE MEDIATIQUE pour faire croire qu'il est au travail alors qu'en réalité il ne fait rien du tout.Je m'étonne que la PRESSE BLEUE ou VERTE parle d'Anne Oulotto,MINISTRE de la SALUBRITE PUBLIQUE qui est la dernière ministre sur l'échelle hiérarchique du POUVOIR OUATTARA.Elle tire son épingle du jeu dans le fait qu'elle s'attaque frontalement au COMMERCE INFORMEL du petit peuple qui lutte pour SURVIVRE.Ces OPERATIONS de DEMOLISSEMENTS et DEGUERPISSEMENTS en tout genre sont destinées à une population pauvre.Du coup,la ministre Oulotto est sous les feux des projecteurs!Aujourd'hui,l'on peut dire que PERSONNE n'est épargné par ce REGIME que l'on soit un ministre d'ETAT ou un simple citoyen lambda.La vrai question qu'il faut se poser est la suivante:peut-on vivre sous Ouattara?surtout lorsqu'on se sent pas en securité,qu'on ne mange pas à sa faim,qu'on n'a pas de travail ou de logement.L'ETAT qui devait etre capable de s'occuper de sa population est dans l'incapacité de le faire.Que reste t-il à l'IVOIRIEN MOYEN alors pour s'en sortir?Dieu

Écrit par : RitaFlower | lundi, 10 octobre 2011

J'entends de façon récurrente, les supporters d'Alassane Ouattara (et notamment le Premier ministre Soro Guillaume à Korhogo, dans une de ses tournées dans la zone CNO, pour lancer des chantiers) dire qu'ADO a fait en 100 jours ce que GBAGBO n'a pas fait en 10 ans et j'en reste abasourdi!

Ce qu'il importe d'ajouter, c'est qu'ils ne disent jamais les domaines dans lesquels il y aurait eu ces prétendues réalisations. Les libertés individuelles et collectives? La démocratie? La sécurité? L'économie? La santé publique? Les infrastructures? L'école et notamment l'université? L'affirmation de la souveraineté? La concrétisation de notre indépendance? Le respect de la Constitution? La cohésion sociale? L'emploi jeunes? La croissance économique? Le recouvrement des recettes douanières et des impôts? La justice? La santé des entreprises? L'initiative PPTE?

Franchement, dans quel domaine au juste? J'attends toujours leur réponse. Avec impatience. Parce qu'honnêtement, je ne vois vraiment pas ce qu'il a réussi de significatif en 100 jours!!!

Écrit par : Dindé | lundi, 10 octobre 2011

Salut Fernand et RitaFlower que voulez encore souvent je ne comprends pas les ivoiriens. Qu'attendez vous d'un homme qui a bati tout sur du faux, un tissu de faux et de mensonge. De son identité jusqu'aux responsabilités qu'il assume ou a assumées; Rien que du faux. Qu'attendez vous d'un tel homme? Celui même qui a bati sa vie au tour des coups tordus que voulez vous qu'il vous offre ? Si ce n'est qu'un pouvoir tordu qui sans le faux, la concussion, la calomnie, la corruption, le pogrom et le génocide.
Qui sème le vent récolte la tempête. Un homme qui renie sa patrie qu'attendez vous de lui concrêtement? C'est profond qui renie sa patrie renie son histoire, sa postérité.
Que Dieu bénisse la Côte d'Ivoire et avec qu'elle ses dignes fils

Écrit par : intelligenciahomme | lundi, 10 octobre 2011

excusez, lire plutôt qui sent le faux et non sans

Écrit par : intelligenciahomme | lundi, 10 octobre 2011

Frère Dindé,il n'y a qu'un domaine ou OUATTARA excelle et détient le RECORD ABSOLU celui de la MORT sous toutes ces formes d'ailleurs:mort d'embargo sur les médicaments,mort par manque de soins médicaux,mort de fermetures des banques et transferts d'argents,mort par les armes,mort par toutes sortes d'actes de tortures physiques et spychiques,mort par pauvreté,mort par gels des avoirs et mort dans l'ame!en effet,là il peut se vanter d'avoir supprimé en 100 JOURS des VIES HUMAINES par milliers.Entre tueurs nés,ils se connaissent.Lorsque OUATTARA dit de SORO qu'il a fait du bon boulot,je comprends il a bien tué,tout comme lui.Qu'est ce qu'une vie humaine face aux ambitions démesurées de ces assoiffés de pouvoir?rien.La COTE d'IVOIRE est rentré dans un CYCLE INFERNAL,aujourd'hui OUATTARA,demain SORO.Ce sont les MEMES!!!!!Ce sont les CONSEQUENCES de sa POLITIQUE DIRECTE qui a ENTRAINE TOUTES ces MORTS UNITILES.Lorsqu'on vous enlève le pain de la bouche et qu'on vous ferme toutes les portes,il ne vous reste plus rien.J'ai constaté qu'il utilise toujours le chantage à l'argent pour parvenir à ses fins.A part ce domaine,je ne vois rien d'autre.J'attends de OUATTARA qu'il descende de son PIED d'ESTALLE!

Écrit par : RitaFlower | lundi, 10 octobre 2011

Les commentaires sont fermés.