topblog Ivoire blogs

dimanche, 23 octobre 2011

LA LIBERTE PERDUE DES MEDIAS FRANÇAIS

 SARKOZY - PRESSE FRANçAISE.jpg


Ont-ils été libres, ne serait-ce qu'un temps ? Leur succès passé et la variété des tons d'antan le laissent croire. France soir était par exemple à lui seul vendu à plus de 1 millions 50O mille exemplaires quotidiennement ! Les journalistes comme Joseph Kessel qui y travaillaient étaient de vrais aventuriers courant au cœur des événements pour saisir la réalité de la vie des peuples. Convenons donc que cette liberté a existé. 

Aujourd'hui, France soir et presque tous les journaux français ont perdu la grande majorité de leurs lecteurs. A qui la faute ? Unanimement, les journalistes pointent du doigt Internet. Mais voyons ! C'est bien facile de toujours rejeter la faute sur l'autre ! Pourquoi n'interrogent-t-ils pas le lecteur qui ne les lit plus ? 

Il suffit de se pencher sur l'expérience de ceux qui ont cessé d'être lecteurs de tel ou tel journal pour se rendre compte que cette désaffection vient de deux sentiments bien clairs. D'abord, nous ne nous reconnaissons pas dans les articles des journalistes. C'est toujours la vie et le sentiment de l'autre qui nous sont donnés ; jamais les nôtres. Ensuite, il y a ce doute profond jeté sur leur crédibilité. N'avons-nous pas raison de prendre de la distance par rapport à ce regroupement des journaux entre les mains de grands groupes financiers faiseurs d'hommes politiques pour servir leurs idéaux ? Le dernier à s'être aligné est le journal Le Monde qui passait jusque là pour être le plus intègre à cause de la diversité des opinions qu'il propose. 

Les journalistes français doivent savoir que le public a franchement le sentiment qu'ils sont embarqués dans le navire du pouvoir depuis quelques années. Il nous semble plus encore flagrant aujourd'hui qu'hier qu'ils sont incapables de prendre leur distance sans encourir les représailles du pouvoir qui leur offre gracieusement moyens de transport, salle de travail pour accéder à la parole du maître de cérémonie. Tout laisse croire que Nicolas Sarkozy propose et dispose et la presse obéit et diffuse son évangile. 

Quand les journalistes découvrent leur propre image sur les papiers de leurs confrères, un profond malaise les envahit tant ce qu'ils voient leur paraît humiliant. Des journalistes qui partagent champagne et petits fours avec les politiques peuvent-ils encore demeurer des investigateurs consciencieux désireux de servir l'intérêt du public ? Des journalistes qui sont pris en charge dans des voyages organisés comme de quelconques touristes sont-ils encore dignes de leur profession ? Et ceux qui sont invités à assister à des mises en scène à la gloire d'un tel ou d'un tel qui veut se tailler un habit royal peuvent-ils encore être appelés journalistes ? Il ne faut donc pas s'étonner que la récente affaire DSK les ait révélés cachotiers et frileux quand il s'agit de montrer les travers et les incohérences comportementales de ceux qui nous gouvernent.
SARKOZY - ACCUEIL PRESSE.jpg
Dans un excellent article de Télérama du 5 octobre 2011, Emmanuelle Anizon estime que cette proximité - pour ne pas dire ce copinage - entre politiques et journalistes politiques est rendue possible par le fait qu'en France ce sont deux populations qui se renouvellent très peu. Aussi, ajoute-t-elle, certains de ses confrères se demandent s'il ne serait pas mieux de renoncer à demeurer journaliste politique toute sa vie. La question mériterait d'être sérieusement étudiée si les médias veulent préserver un semblant de crédibilité.

Outre l'image d'une presse embarquée dans le copinage avec les politiques, il y a une autre tradition française qui vient confirmer la justesse de notre doute quant à la crédibilité des journalistes. Il est ici admis que les journalistes femmes aient des aventures avec les politiques. Si l'affaire Dominique Strauss-Kahn et Tristane Banon a eu quelque retentissement en France, c'est parce que l'ancien président du FMI venait d'être sérieusement secoué par les tribunaux et les médias américains suite à son aventure à l'Hôtel Sofitel à New York. Sinon cette tradition est bien ancrée dans le paysage de notre pays au point qu'elle n'a jamais choqué personne. Les nombreuses unions entre femmes journalistes et hommes politiques ne font que confirmer cette réalité. Isabelle Legrand-Bodin a épousé Alain Juppé, Christine Ockrent est la compagne de Bernard Kouchner, Béatrice Schönberg celle de Jean-Louis Borloo et Audrey Pulvar celle de Arnaud Montebourg. Et récemment, une autre affaire nous a révélé la liaison de la journaliste de Direct 8, Valérie Trierweiler, avec François Hollande. 

La vie privée de chacun ne regarde personne, se dit chaque journaliste. Cependant, le fait de découvrir que celui ou celle qui va arracher la vérité pour la révéler au public est complice du donneur de l'information suscite un certain malaise. Et la multiplication de ces expériences discrédite toute une profession. Les journalistes peuvent-ils se permettre de prostituer à ce point ce métier qui jadis était celui des hommes de lettres, des penseurs, des militants pour la vérité ? Un métier qui, dans l'esprit de tous, semblait toujours tendre vers un idéal cher à nos cœurs : la vérité. Et dans la quête de celle-ci, la liberté est bien nécessaire. Hier, le journaliste courait après le fait de société qui frapperait les esprits et ébranlerait les consciences pour mener à l'action. Aujourd'hui, à cause de sa troublante proximité avec le monde politique et les grands financiers dont ces derniers sont les messagers, les journalistes se contentent de courir après la petite phrase assassine et à l'exclusivité de la parole que tout le monde devine avant même qu'elle ne soit prononcée. Quelle maigre pitance ! Quel triste sort ! 

 

Raphaël ADJOBI

 

Source: Les pages politiques de Raphaël

Commentaires

Bien pensé et bien écrit. Mais les concernés comprendraient ils,c'est le moins sûr!

Écrit par : fortunato | dimanche, 23 octobre 2011

Qui sont les patrons de ses journaux? Ceux mêmes qui sont les meilleurs amis des gouvernants.Bonne analyse.

Écrit par : Marie21 | dimanche, 23 octobre 2011

Bonjour mes frères et sœurs ivoiriens,

J'ai reçu ce qui suit:” DIEU a brisé les refondateurs à cause de leur orgueil et leurs orgies publiques. Ils n'étaient pas un exemple pour la construction d'une société juste et prospère. Que de dégâts sous un pouvoir ki refusait d'écouter les critiques. Alassane Ouattara a été l'instrument par lequel Dieu a frappé les refondateurs qui se sont écroulés et reçoivent une cure de brisement dans les prisons dans des conditions de vie précaire.

Retenez ceci GBAGBO ne reviendra plus au pouvoir, et je voudrais que mes frères et sœurs patriotes, républicains et tout le peuple de côte d'ivoire le retiennent.

L'année 2011 va avaler OUATTARA alassane pour avoir usurper le pouvoir de notre nation et investi ses biens pour tuer. Ouattara mourra entre le 17 NOV et le 15 DEC 2011. Des violences sont en route encore. A sa mort ki sera une mort naturelle et brusque, la panique va s'emparer de tout son système ki va s'écrouler, tous ceux ki ont les nominations maintenant n'en bénéficieront pas. C'est du pipeau, k'ils le sachent.

Soro guillaume ira au CPI contrairement à ce qu'il pense, les chefs de guerre seront rattrapés par leurs crimes. y'a du feu dans l'air. Je met en garde quiconque tentera de faire un coup d'état contre OUATTARA, il va mourir cadeau. laissez, DIEU a déjà scellé son sort.

Sachez que MAMADOU KOULIBALY assurera l'intérim après la mort de OUATTARA. Désolé pour lui , il ne va gérer que la transition pour une prochaine élection Présidentielle. Sachez que MAMADOU KOULIBALY se présentera à ses élections, mais il perdra les élections présidentielles devant un citoyen ordinaire ki va gagner les élections.

Cet homme va déclencher une vague de restauration pour le pays. Les ivoiriens ne doivent pas s'inquiéter, les accords entre la France et la Cote d'Ivoire vont changer, ceux ki sont chaud pour le faire maintenant se fatiguent. Ce président ki sera élu va réhabiliter GBAGBO et son épouse.

Mais frère et sœurs, avertissez vos amis étrangers ki sont en cote d'ivoire, ils ont violé l'alliance entre les peuples en s'investissant dans la politique de notre nation, UN JUGEMENT ARRIVE POUR EUX;Je m'arrête là.

Merci et Sincères salutations. DIEU vous bénisse!

Écrit par : GML | dimanche, 23 octobre 2011

Monsieur le prophete excusez moi mais croyez vous que ce sont les refondateurs que Dieu a voulu punir? sinon pourquoi tant d'ivoiriens sont morts dans cette sale guerre? parmis ces morts il ya n'a qui ne savait meme pas ce qu'on appelle politique. alors! Nous savons que tous avons peches c'est pourquoi nous subissons tous la punition de notre Dieu, il ne s'agit pas dans cette crise des refondateurs mais plutot de tous les ivoiriens qui se sont detournes de la voie du Seigneur et qui doivent sincerement se repentir pour avoir la clemence de Notre Dieu

Écrit par : Jiji | dimanche, 23 octobre 2011

encore une autre prophétie après celle controversée de Malachie. Franchement on ne sait plus à quel saint se vouer. Pauvre de nous et dire que cette terre d'éburnie est une terre bénie de Dieu. décidément........

Écrit par : GORE BI | lundi, 24 octobre 2011

BOYCOTTONS la PRESSE FRANCAISE dans son ENSEMBLE,cher lecteur!A l'exception du"CANARD ENCHAINE et CHARLIE HEBDO" qui sont libres.Une PRESSE d'OPPOSITION se doit d'etre un contre-pouvoir.En COTE d'IVOIRE,elle joue son role à merveille pour la PRESSE ECRITE.Il lui manque juste aujourd'hui une CONTRE-OFFENSSIVE pour les médias pour contrer la PROPAGANDE des TELEVISIONS et RADIOS d'ETAT.Je REVE d'une 3EME TELEVISION et RADIO LIBRES qui me donnent régulièrement des nouvelles de LAURENT,SIMONE,MICHEL GBAGBO et tous les PRISONNIERS POLITIQUES,qui m'informe de la réalité du terrain et qui donnent enfin la parole à ceux qui l'ont jamais!!La Cote d'Ivoire PROFONDE avec sa DIVERSITE CULTURELLE.Je reve d'une PRESSE LIBRE et INDEPENDANTE à tous les NIVEAUX.Une télévision financée par des fonds privées du peuple qui s'y reconnait. C'est un REVE,je le sais!mais j'ai de grandes ambitions pour ce PAYS!!!!

Écrit par : RitaFlower | dimanche, 30 octobre 2011

La NOUVELLE PRESSE FRANCAISE,je l'appelle le ROULEAU-COMPRESSEUR.Vous l'avez vu,elle l'a la CAPACITE de DESTABILISER les REGIMES en place dans les PAYS de l'AFRIQUE NOIRE ou BLANCHE.Lorsque l'énorme MACHINE MEDIATIQUE se met en route,non seulement elle broie tout sur son passage mais rien ne peut plus l'arreter.Elle va à une allure folle qu'il est difficile de la rattraper.Aujourd'hui,les JOURNALISTES FRANCAIS ne sont que le PROLONGEMENT du GOUVERNEMENT au POUVOIR.Parlons de la PRESSE ECRITE FRANCAISE,je n'ai meme pas besoin d'ACHETER plusieurs JOURNAUX pour me rendre compte qu'ils racontent tous la meme chose tous bords ou toutes tendances politiques confondus.Ils sont à la SOLDE des GRANDS GROUPES qui les financent,BOLLORE pour ne citer que lui.Alors dans ces conditions comment peuvent-ils etres LIBRES.En ce qui concerne l'ACTUALITE AFRICAINE en général,ils ne maitrisent pas le SUJET qu'il traitent et tombent souvent dans la CARICATURE GROTESQUE et RIDICULE du PRESIDENT AFRICAIN.C'est PITOYABLE de lire leurs écrits.J'ai le sentiment que l'AFRIQUE pour eux est un PAYS et non un CONTINENT.Ces journalistes n'ont que faire de l'opinion du PEUPLE FRANCAIS.Ils parlent à leur place et tentent de les INFLUENCER NEGATIVEMENT en les désinformant et en leur mentant GROSSIEREMENT.Ils ont de toute façon PERDU toute CREDIBILITE pour moi.Leurs OBJECTIFS est de VENDRE du PAPIER,quel qu'en soit le prix,et quitte à VENDRE leur AME au DIABLE.Les RELATIONS des JOURNALISTES et HOMMES POLITIQUES est une PRATIQUE très REPANDUE dans le milieu.Certains ont des LIAISONS,d'autres se marient.Doivent-elles DEMISSIONNER de leurs POSTES?Anne SINCLAIR,l'éposuse de STAUSS-KHAN l'a fait.Audrey PULVAR,la COMPAGNE de MONTEBOURB exerce toujours à la télévision et à la presse écrite.C'est le CHOIX de ces femmes qui partagent leurs vies.Pour la TELEVISION,l'audimat prime sur l'actualité.La façon dont la télévision française parle de l'AFRIQUE et des AFRICAINS est à la fois INSULTANTE,DEGRADANTE,HUMILIANTE et INDIGNES d'ELLE.C'est pour tout ça que je ne ne lis plus et regarde plus les JOURNAUX FRANCAIS.Je m'en porte très bien.La SEULE CHOSE que je REGRETTE,c'est qu'il n'y ait pas une CONTRE-OFFENSIVE des MEDIAS AFRICAINS sur le CONTINENT et à l'EXTERIEUR.REVEILLEZ-VOUS,JOURNALISTES,LECTEURS,TELESPECTATEURS des JOURNAUX!!!!

Écrit par : RitaFlower | mercredi, 02 novembre 2011

RITAFLOWER, l'Occident se veut donneur de leçons mais en matière de presse, ils n'ont vraiment rien à nous apprendre avec leur médias caniches, qui ne répondent qu'aux ordres de l'exécutif et des grands groupes ultralibéraux.

Comme je le disais dans un de mes articles, sur ce blog: "Apparemment, la France n'a pas bougé du 18ème siècle, avec sa féodalité, ses courtisans (les Chefs d'Etats africains), ses guerres coloniales (Côte d'Ivoire) et son aristocratie régnante (12 familles fortunées, ultralibérales, régentent la presse, l'affichage et les médias audiovisuels, en France, tenant en captivité la liberté d'expression (et de penser) et dérobant aux yeux et à la connaissance des Français, la réalité de la politique africaine de la France ).

Quand il s'agit de l'Afrique, les médias de l'Occident, et singulièrement de la France, font table rase de l'éthique, du professionnalisme et de la déontologie. Pour eux, ne compte que "la raison d'Etat".

Malheureusement, pour les Africains, pitoyables valets obséquieux, ce grand terme ne signifie rien du tout. Sinon, ils n'auraient jamais pactisé avec ces impérialistes pour dépouiller et dépecer leur continent, et installer des hommes liges à la tête de leurs Etats, pour servir ces individus sans scrupules (conférer les cas libyen et ivoirien).

Vivement une révolution en Afrique pour souffler ces marionnettes.

Écrit par : Dindé | mercredi, 02 novembre 2011

Les commentaires sont fermés.