topblog Ivoire blogs

vendredi, 28 octobre 2011

LE BILAN EN 100 JOURS D'ALASSANE OUATTARA, PARLONS-EN (1)


SORO GUILLAUME 2.jpg

Aussi illogique et excessif que cela puisse paraître comme propos venant d’un homme qui gère un Etat en lambeaux et qui devrait faire profil bas, le Premier ministre Soro Guillaume, triomphaliste, ne s’est pas embarrassé de scrupules pour s’en fendre : « Alassane Ouattara a fait en 100 jours ce que Laurent Gbagbo n’a pas fait en 10 ans ». Quand même ils bouclent 6 mois d’exercice du pouvoir. Sans pour autant nous dire, concrètement et précisément, dans un rapport ou document scientifique, les avancées effectuées et les réalisations de Ouattara, depuis qu'il occupe le palais du Plateau, et qui suscitent tant d’enthousiasme et de lyrisme.

Les libertés individuelles et collectives? La démocratie? La sécurité? L'économie? La santé publique? Les infrastructures? L'école et notamment l'université? L'affirmation de la souveraineté et la concrétisation de notre indépendance? Le respect de la Constitution? L'emploi jeunes? La croissance économique? Le recouvrement des recettes douanières? La justice? La santé des entreprises? L'initiative PPTE? La réconciliation nationale et la cohésion sociale? L'agriculture? L'autosuffisance et la sécurité alimentaires? Le prix d'achat du cacao et du café aux planteurs? Franchement, dans quel domaine, exactement ?

Effet d’annonce médiatique pour gogo et occidentaux néocolonialistes, disons-nous, pour quiconque vit en Côte d’Ivoire, touche les réalités du pouvoir Ouattara et porte un regard objectif et critique sur sa gestion, depuis avril 2011.

Nous n’allons pas donner l’occasion à toutes les mauvaises langues qui pullulent dans la « nouvelle Côte d’Ivoire » de nous accuser de délation. Nous exposerons des faits objectifs, palpables, pour permettre à tous d’apprécier, en toute lucidité, de sorte que jamais plus cette contre-vérité ne soit entendue ou dite, en Côte d’Ivoire.

D’abord les indicateurs économiques et sociaux, ceux qui comptent le plus pour le peuple : selon l’UGTCI (Union Générale des Travailleurs de Côte d’ivoire), la plus ancienne et plus grande centrale syndicale ivoirienne, proche du pouvoir actuel, la prise de pouvoir de Ouattara a occasionné la destruction de 80.000 emplois ; le Président de la Chambre de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire, Monsieur Jean-Louis Billon, lui, parle de 120.000 emplois détruits.

En réalité, avec les licenciements abusifs (exemple de la Présidence, plus de 1300 déflatés, des personnels des institutions de l’Etat et, bientôt, de la RTI qui projette la libération de 600 agents), les déguerpissements de commerces informels et d’habitat précaire (dans le cadre de l’« Opération pays propre » qui, curieusement, ne touche pas les communes RDR), la dissolution des Conseils généraux et l’annulation de 120 concours de la Fonction publique, il faudrait plutôt parler de 150 à 200.000 destructions d’emplois en 5 mois. Exactement, ce qu’il avait promis créer comme emplois, chaque année. Avec autant de sans abri enregistrés. Sans compter les arriérés de salaires de plusieurs mois au BNETD, dans les institutions et établissements d’Etat et au niveau des agents des forces de l’ordre.

Le Patronat ivoirien, avec à sa tête Monsieur Jean Kacou Diagou, lui, a annoncé, dans la période de gouvernance dont se targue le Premier ministre, une perte sèche – pour toutes les entreprises de droit ivoirien – qui s’évalue à la somme astronomique d’environ 1000 milliards de francs CFA. Plus de 400 PME et PMI ont été déclarées en faillite par Monsieur Diagou. Ont-elles été ressuscitées en 100 jours de gestion de Ouattara, quand sous Gbagbo elles existaient bel et bien ? Sûrement pas. D’ailleurs, seules les entreprises françaises ont eu droit à un début de dédommagement (et aux nouveaux marchés, de gré à gré) de la part du Chef de l’Etat. En rapport avec ses accointances élyséennes. Les ivoiriennes, elles, rongent encore leurs freins. Ouattara ne leur prête pas le moindre regard de compassion. En plus de leur devoir énormément d’argent : la dette de l'Etat vis-à-vis de ses fournisseurs est de 900 milliards de francs CFA. Il n’y a pas encore eu un début franc de décaissement.

Le taux de croissance, lui, est passé au niveau record et historique de -7,8% (abyssal), au lendemain du renversement du Président Gbagbo par les Forces spéciales françaises. Les institutions de Bretton Woods, récemment en mission en Côte d’Ivoire, n’envisagent qu’un relèvement de -5,8% fin 2011, pour la prévision la plus optimiste. Déjà deux fois pire que le taux de croissance enregistré par le Président Laurent Gbagbo en 2002-2003, en pleine crise militaro-politique. Rien que ça. La prévision la plus pessimiste pour la Côte d’Ivoire, fin 2011, étant de -7%. Y a-t-il comparaison possible ?

Ouattara annonce, en outre, un taux de 8% pour 2012 quand les plus brillants spécialistes de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international réunis prévoient, au meilleur des cas (et nous y insistons), 6% de croissance pour… 2014-2015 ! L’effet d’annonce, Ouattara adore ! Et berce ses suiveurs d’illusion. Il n’est pas possible qu’il ait fait mieux en 100 jours que Gbagbo en 10 ans. C’est mathématiquement impossible ! Et rien ne nous garantit, d’ailleurs, qu’il fera mieux en 5 ans de mandat ou même la moitié, en 10 ans.

Quand s’y ajoute l’exacerbation du racket, sur tout le territoire national, des commerçants, des transporteurs et des planteurs sur nos routes, dans nos ports et à nos frontières, on comprend aisément que bien d’opérateurs économiques étrangers se soient détournés de la destination Côte d’Ivoire et que l’économie peine à reprendre. La « Centrale » – le Trésor de l’ex-rébellion – est officiellement démantelée mais continue d’exister dans les faits et à détourner nos recettes douanières. Il faut bien que les ex-FAFN vivent. Ouattara ne leur a pas encore versé leur pécule de guerre (5 millions de francs CFA promis par combattant).

D’un autre côté, des centaines d’Ivoiriens sont toujours en exil ou déplacés de guerre. Pas moins de 270.000 d’entre eux sont hors de la Côte d’Ivoire, selon les chiffres des Nations Unies, dont 29.000 dans les camps du HCR, au comble du malheur et de la pauvreté. 450.000 sont déplacés, sur toute la surface du territoire ivoirien et dans les missions catholiques, selon les ONG Care, Oxfam et le Conseil danois pour les réfugiés. Soit environ – en tout et pour tout – un peu moins d’un million d’Ivoiriens ! Qu’a fait Ouattara pour leur retour et leur réintégration ? Rien ! A part la remise de quelques vivres, aussi rares, insuffisants que ponctuels. Si nous nous trompons, qu’on nous démente. Il fait même déguerpir les camps des déplacés de Duékoué pour sa prochaine visite dans l’Ouest. Ouattara ne veut pas voir la misère dans laquelle il a plongé les Ivoiriens.

De sorte qu’actuellement, dans l’indifférence la plus absolue, l’Ouest du pays est dans la détresse et l’insécurité alimentaires les plus totales et ne doit sa survie qu’à la présence d’ONG comme « Action contre la faim » et celles citées plus haut. (A suivre).

 

DINDE Fernand AGBO

In le quotidien ivoirien "Le Nouveau Courrier" N° 353 du jeudi 27 octobre 2011.

Les commentaires sont fermés.