topblog Ivoire blogs

mercredi, 23 novembre 2011

AU SECOURS, NOS EQUIPEMENTS INFORMATIQUES SONT EN DANGER!

FRCI 15.jpg

L’insécurité à Abidjan ? C’est bel et bien une réalité, tout le monde est concerné, y compris les utilisateurs d’appareils électroniques et numériques qui sont de plus en plus victimes d’agressions dans la capitale ivoirienne. Ces derniers temps, en l’espace de quatre semaines, l’on a pu dénombrer dix cas de braquage, d’agression à mains armées, d’actes de vandalisme et de vols de matériels informatiques, mobiles, électroniques aux 2 Plateaux, au Plateau et à Belleville dans la commune de Treichville. Selon les témoignages des victimes, il s’agit de bandes organisées de braqueurs armés, en civil, qui défoncent portes et fenêtres des bureaux et font intrusion dans les établissements professionnels, à la recherche du «Trésor».

Ce trésor, c’est en plus des coffres et portefeuilles, nos téléphones portables, nos ordinateurs portables, nos disques durs, nos clés USB et Internet, nos cartes graphiques, nos cartes TV et son, nos appareils de studio…

D’autres témoignages désignent des hommes en tenues militaires qui font des perquisitions aux domiciles de supposés «brouteurs». Ils débarquent à l’improviste chez vous, et lorsqu’un ado dispose d’un PC portable perso, ils n’hésitent pas à l’embarquer en confisquant ses appareils, sous prétexte qu’ils les utilisent pour des actes de cybercriminalité.

Un ado raconte sa mésaventure : «J’habite à Yopougon, je revenais de Cocody dans un taxi, on s’est arrêté à un barrage pour un contrôle. Les soldats m’ont demandé ce qu’il y avait dans mon sac. J’ai répondu un PC portable, ils,m’ont automatiquement demandé de descendre. Ils m’ont battu, ont emporté mon PC en me traitant de «brouteur». Généralement, les victimes (employés de bureau, geeks, simples utilisateurs) n’opposent aucune résistance devant les descentes musclées d’une bande de 4 à 8 quidams bien équipés pour la sale besogne. La terreur est dans la ville, cela est bien palpable.

EQUIPEMENTS INFORMATIQUES.jpg
Quelques témoignages

Un ingénieur web ivoirien arrivé fraichement à Abidjan raconte sa mésaventure : «La semaine dernière, j'ai été braqué et j'ai perdu tous mes outils de travail (ordinateur, disque de sauvegarde, clés USB, …). Ce forfait a été commis en mon absence. Bilan : vitres, poignées, … ont été vandalisés… J'ai devant moi un gros travail de reconstruction. Surtout pour ce qui concerne mes données professionnelles.» Et c’est bien l’une des plus grandes difficultés. Car si le matériel informatique peut facilement être remplacé, ce sont les données qu’i contient qui sont les plus importantes et qui causent énormément de désagréments.

Parfois, ce sont des informations qui ont été emmagasinées et produites après de longues semaines, voire des années de travail. La dépression morale est encore plus grande chez les producteurs des oeuvres d’inspiration, comme cet ingénieur de son rencontré aux II Plateaux Aghien : «Nous étions en pleine séance d’enregistrement au studio, il était trois heures du matin, un groupe de huit braqueurs en civil a débarqué dans la cour. Ils ont ligoté les deux vigiles et ils ont défoncé la porte du studio. Après quoi, ils nous ont immobilisés face contre terre, nous ont dépouillés de tous nos sous et téléphones et ont emporté une partie de notre matériel de production musicale, les plus petits équipements, faciles à transporter». Des données et des créations musicales perdues à jamais. Il y a quelques jours, un informaticien racontait sur un forum : «J'ai été braqué, j'étais seul contre 6 FRCI qui m'ont dépouillé de mes sous, mon téléphone et de tous les objets de valeur que j'avais… Je croise toujours les doigts pour ce qui concerne mon ordinateur et mes outils de travail».

Face à cette situation alarmante, doiton avoir peur de posséder un téléphone portable ou un ordinateur portable à Abidjan ? La question se pose avec acuité. Surtout en ce début de 21ème siècle où le gouvernement se donne pour objectif de vulgariser l’outil informatique et favoriser l’avènement d’un Ivoirien nouveau porté sur l’usage des nouvelles technologies de l'information et de la communication Ntic). Pour toutes ces raisons, il urge que les autorités réagissent.

 

Manassé Déhé


Commentaires

AH NON,pas le MATERIEL INFORMATIQUE,tout de meme,n'y TOUCHEZ pas!tant que ce problème d'insécurité,demeura,il y aura toujours des ABUS!de la part de ces COMMANDOS HORS la LOI qui pillent,volent tout sur leur passage en toute impunité avec le soutien des Autorités.De nos jours,que peut-on faire sans ordinateur dans le cadre professionnel?c'est un outil de travail indispensable qui regorge de données précieuses et confidentielles qui ne peut pas etre mis dans les mains de n'importe qui et surtout pas d'individus mals intentionnés commes ces VOLEURS PROFESSIONNELS qui en ont en faits un METIER!!!!Pareil pour le TELEPHONE PORTABLE,tout le monde en a au moins un!encore un nouveau moyen d'avoir un CONTROL TOTAL sur les individus honnetes par ce POUVOIR qui veut à tout prix tout imposer par la force.Voilà le RESULTAT!que faient ces malfaiteurs de ces EQUIPEMENTS?ils les revendent ou quoi?ils terrorisent toute la ville.Ce REGIME cherche à couper les IVOIRIENS du reste du MONDE EXTERIEUR.Sans matériel informatique,ils sont limités et ne peuvent rien faire.Meme dans le cadre privé,un ordinateur est aussi utile.Encore une nouvelle atteinte à la LIBERTE de chacun.RAZ le BOL!!

Écrit par : RitaFlower | mercredi, 23 novembre 2011

Les commentaires sont fermés.