topblog Ivoire blogs

lundi, 28 novembre 2011

IL EST LA, LE DEBAT SUR LA DEVALUATION AUSSI


ALASSANE OUATTARA 25.jpg

Il me plait de conseiller aux compatriotes ivoiriens de ne pas rechigner à débattre avec leurs camarades du Rdr. Si les armes se sont quelque peu tues et qu'ils consentent maintenant à discuter, je vous assure que c'est très intéressant de les écouter. Ce sont des gisements inépuisables du ridicule qui, heureusement, ne tue pas.

Je trouve un matin un "fou" de Dramane Ouattara attablé à un kiosque à café. Il prenait son aboki. Après les salamalecs, je lui lance: «Frère, comment va maintenant le pays ? ». Il me répond: « Au début, c'était un peu difficile mais maintenant tout va bien. Nous sommes à 8% de croissance et on prévoit même un taux à 2 chiffres, d'ici l'année prochaine. » Quoique le ton soit un peu caverneux, j'ai apprécié la variation du langage. Au lendemain de l'arrestation du Président  Gbagbo, tout allait déjà bien pour eux. Reconnaitre que c'est à cette époque que c'était dure, je me dis que le triomphe de la vérité ne se presse pas.

LIVRE FRANC CFA ET EURO CONTRE L'AFRIQUE.jpg

Je n'ai pas eu besoin de commenter les 8 % de croissance, soit un point de croissance à chaque voyage mensuel de Dramane en France. On ne s'acharne pas sur quelqu'un qui est déjà au tapis. Il est victime de l'intox.  Alors, je relance le débat et lui dit: « Mais, on parle de dévaluation pour le premier janvier prochain, c'est ce qui va certainement booster la croissance ?». « Oh non, c'est faux, il n'y aura pas de dévaluation. J'ai écouté Rfi, la dernière fois. Des spécialistes disent que ce n'est pas possible. Et je pense qu'ils ont raison parce qu'on ne peut pas dévaluer la monnaie d'une économie en pleine croissance. »

Ah oui ! J'avais oublié les 8 % de croissance et le fait même que pour nos frères d'en face, n'importe quel quidam blanc qui a feuilleté deux ou trois pages sur les Pygmées du Gabon et les Massaïs du Kenya est un spécialiste de tous les problèmes d'Afrique. Alors je lui rappelle timidement qu'en 1994, les mêmes spécialistes avaient nié la même évidence parce qu'une dévaluation ne s'annonce pas officiellement, de peur de créer une panique financière. «S'ils font ça, nous allons quitter le FCFA pour créer notre propre monnaie...»

Écoutez, j'en avais pour ma dose journalière.


Joseph Marat, in le quotidien ivoirien « Aujourd'hui » N° 104 du vendredi 25 novembre 2011.

Commentaires

RI DI CU LE TOUT CELA ! DOMMAGE POUR LES SERVEURS DE THE DE OUATTARA; LE REVEIL SERA TRES DOULOUREUX POUR EUX. DEJA COUCHER NOUS NE RISQUONS PLUS DE TOMBER. D'AILLEURS NOUS SAVONS DEJA QUEL SERAIT LE BILAN FINANCIER DE OUATTARA. QUE CES ULUMINES PENSENT QUE NOUS SOMMES A 8% DE CROISSANCE ECONOMIQUE ? C'EST A VRAIMENT DESESPERE DE CETTE CLIQUE.

Écrit par : GNONSOA | mardi, 29 novembre 2011

Les commentaires sont fermés.