topblog Ivoire blogs

jeudi, 15 décembre 2011

UNE VRAIE CALAMITE, CES FRCI!

FRCI 17.jpg

Coups de feu hier au Plateau : La préfecture de police attaquée par des Frci ; les prisonniers libérés ; un policier blessé.

 

En fin de matinée du mercredi 14 décembre 2011, l'atmosphère était à la psychose au Plateau. Des éléments des Frci, armés jusqu'aux dents, ont attaqué la Préfecture de police. Faisant un blessé sérieux parmi les policiers et des évadés.

Selon des informations de sources concordantes, dans la lutte contre la drogue et autres stupéfiants, dans le district d'Abidjan, les éléments de la Direction de la police des stupéfiants et des drogues (Dpsd) procèdent, depuis déjà un bon moment, au démantèlement et à la destruction de fumoirs. C'est ainsi que, hier mercredi 14 décembre, les policiers effectuent une descente dans la commune d'Adjamé, où ils détruisent un autre haut lieu du trafic de drogue. Au cours de l'opération, une quinzaine d'individus s'adonnant à la consommation et à la vente de drogues, sont interpellés et conduits à la Préfecture de police d'Abidjan. Les mis en cause sont gardés à vue, dans le violon central.

Des éléments des Frci s'y déportent, immédiatement, dans le but d'obtenir la libération de deux de leurs camarades, parmi les 15 suspects interpellés. Refus catégorique des policiers, qui indiquent que l'affaire est déjà remontée à leur hiérarchie. Et d'ailleurs, tous les mis en cause seront déférés devant le parquet, dès le lendemain. Après avoir donc échoué dans leur démarche, les soldats repartent à leur base.

On croit le dossier clos. Que non. Plus tard, en fin de matinée, à en croire les renseignements, plus d'une dizaine de soldats des Frci, armés de Kalachnikovs et Rpg 7 débarquent dans la cour de la Préfecture de police.

FRCI 16.jpg

Pendant que certains prennent position à l'entrée, les autres descendent directement au violon. Ils intiment l'ordre au flic en charge de la gestion des lieux, d'ouvrir immédiatement le violon. L'agent de police oppose une fin de non-recevoir. Arguant qu'il n'a reçu de ses responsables, aucun ordre dans ce sens. Les soldats rentrent dans une colère noire. Ils se ruent sur l'infortuné policier, qu'ils battent copieusement, avant de l'abandonner dans un piteux état. Puis, ils s'emparent des clés et ouvrent le violon. Ils rendent ainsi leur liberté à leurs deux camarades.

Tous les autres détenus ne crachent pas sur le pain béni. Ils profitent alors de l'aubaine, pour se faire la belle. Cela fait, les éléments des Frci, quittent les lieux devant des policiers refusant l'affrontement. Cela, non sans s'adonner à de nombreux tirs en l'air. Créant ainsi, tout un climat de terreur, dans la zone et ses environs.

 

Fofana Mambé

 

Source: SOIR INFO

Commentaires

Sur Facebook, ce jeudi 15 décembre 2011, à 18h.

" Urgent... Urgent... Urgent...
Circulation bloquée.
Les FRCI se battent avec des machettes et continuent toujours de tirer des coups de feu à Yopougon Nouveau quartier.
Partager vos informations (pour ceux qui ont plus de détails à apporter sur cet affrontement).
Je n'ai pas toutes les infos mais cela se passe entre le village de la liberté et le complexe ".

Écrit par : Dindé | jeudi, 15 décembre 2011

A 18h49 sur Facebook:


ALERTE!!! ALERTE!!! Atteinte à la liberté de presse: un journaliste de la Radio VRA (La voix de la Résistance Africaine), PATRICK BILLIARD a été séquestré, hier à 17H, par les hommes de Koné Zakaria, le Burkinabé, au niveau du District de police d'Adjamé, non loin de Frat-Mat. Ils l'ont dépouillé de tout ce qu'il avait sur lui comme argent, passeport, film de sa camera et autres objets importants de travail.

Écrit par : Dindé | jeudi, 15 décembre 2011

Alors il ne faut pas s'étonner que les esprits se RADICALISENT...question toute simple qui continue à leur acheter des armes puisqui'ils n'ont pas les moyens de se les offrir?qui a toujours interet à ce que cette insécurité totale perdure?cette Radio VRA a été créé il y a peu de temps,alors c'est une de leur méthode musclée pour MUSELER cet espace de LIBERTE,s'en prendre à un de leur journaliste pour ainsi DISUADER tous les autres de POURSUIVRE la RESISTANCE, qu'il nous revienne sain et sauf pour CONTINUER à DENONCER,INFORMER,CONTESTER comme son métier l'exige encore!

Écrit par : RitaFlower | jeudi, 15 décembre 2011

RITAFLOWER,

Avec Ouattara, le droit est mort. C'est la loi des armes et le règne de la terreur. Des journalistes brimés et en prison, des opposants politiques dans les geôles du Nord ou persécutés... Ci-gît, la démocratie, ci-gît, la justice!

Que DIEU prenne pitié de la Côte d'Ivoire!

Écrit par : Dindé | jeudi, 15 décembre 2011

Malheur à ceux qui bâillonnent leur peuple! Les FRCI doivent être dissoutes et une véritable Armée nationale faite de professionnels doit la remplacer. La sécurité d'un pays ne peut être confiée à des bandes armés illettrées et coupe-gorges.

Écrit par : Blincky Bill | vendredi, 16 décembre 2011

Mais pas une armée type FDS! Car FDS/FRCI: même combat. On soutien un camp, pas le peuple. Plus jamais ça!

Écrit par : Blincky Bill | vendredi, 16 décembre 2011

Zakaria Koné, un Burkinabè? Y en a-t-il d'autres ? Il faut les dénoncer pourque les Ivoiriens sachent que leur pays est occupé.

Écrit par : Blincky Bill | vendredi, 16 décembre 2011

Zakaria Koné, un Burkinabè? Y en a-t-il d'autres ? Il faut les dénoncer pour que les Ivoiriens sachent que leur pays est occupé.

Écrit par : Blincky Bill | vendredi, 16 décembre 2011

Blincky Bill,toujours une touche de provocation,comme d'habitude!tu peux pas t'en empecher!oser comparer nos FDS aux FRCI!cette fois-ci va au bout de ton raisonnement et termine au moins une discussion avant d'attaquer une autre,nous ne sommes pas des moutons pour te suivre tout le temps.J'espère que tu as bien saisi mon message pour la suite des échanges sur ce blog,ouverts à tous bien entendu,cher frère.

Écrit par : RitaFlower | vendredi, 16 décembre 2011

svp ne répondez plus à Blincky Bill
continuons la résistance avec ceux qui ont le cœur et l'esprit au combat de la Liberté de notre Liberté
Merci à tous
Que vive la Côte d'Ivoire
Que vive la Mémoire de nos Martyrs

Haut les Cœurs
On y va

Écrit par : janus | vendredi, 16 décembre 2011

Rita, tu ne peux pas faire semblant comme si les FDS étaient une armée impartiale qui protégeait tous Ivoiriens. Malgré ton soutien indéfectible à M. Gbagbo, vient un moment où il faut essayer d'être lucide.
Les FDS ont brillé par la répression des partisans de MM. Ouattara et Bédié. Tandis que dans le District d'Abidjan toute manifestation était officiellement interdite, les ouailles de M. Gbagbo organisaient des manifestations monstres, solidement encadrées par les FDS. Quant aux "autres", lorsqu'ils s'aventuraient à mettre le nez dehors, ils recevaient la grenaille de la soldatesque. Ce sont des faits constants qui doivent être dénoncés.
On a même vu M. Blé Goudé intimer l'ordre au Général Mangou d'enrôler les "jeunes patriotes" dans l'armée. Ce qui est un comble et un révélateur de l'extraordinaire politisation des FDS.
Aujourd'hui malheureusement, les vainqueurs n'ont pas rompu avec cette vision. Ce qui est porteur de graves dangers pour tous, d'autant que ce sont des illettrés soudards qui sont en armes.
Dans le contexte actuel, nous devons parvenir à un consensus sur le rôle, la composition et la neutralité de l'armée relativement à la chose politique. Les invectives, les procès en sorcellerie et autres ne servent à rien.
Haut les coeurs! Vive Jules Yao Yao!

Écrit par : Blincky Bill | lundi, 19 décembre 2011

Les commentaires sont fermés.