topblog Ivoire blogs

vendredi, 16 décembre 2011

L'IVOIRIEN KAHOU BI TOKALO ECRIT A CHARLES KONAN BANNY


CHARLES KONAN BANNY 2.gif

Ce frère ivoirien, citoyen anonyme, tenait à faire entendre sa voix, sur une plate-forme élargie, au milieu du tumulte des joutes verbales et des démêlées politiques. Une voix pas discordante, mais différente. En démocrate convaincu, nous lui avons offert la tribune de notre blog, pour lui permettre de faire passer son message, qui ne manque pas de pertinence. Aussi singulier soit-il. Le texte que vous allez lire, ci-dessous, a été publié en intégralité, tel qu'il nous est parvenu par ses soins, sans modification aucune. Bonne lecture à tous et que DIEU bénisse la Côte d'Ivoire!

 

------------------------------------

 

Lettre ouverte à Monsieur Charles Konan Banny, Président de la Commission Dialogue-Vérité-Réconciliation de la République de Côte d'Ivoire.

 


Réconciliation nationale : Contribution d'un ivoirien.



Monsieur le président,


Le Président de la République de Côte d'Ivoire, son excellence Monsieur Alassane OUATTARA vient de vous placer sa confiance en vous confiant, le 29 novembre 2011, la lourde charge de réconcilier les ivoiriens divisés par une multitude de crises.

Les ivoiriens, dans leur très grande majorité, ont approuvé ce choix.

Cependant, si le chef de l'Etat ne s'est pas trompé, ils sont nombreux vos compatriotes qui pensent que vous risquez de vous faire tromper.

Il est plus difficile de réconcilier des adultes que de réconcilier des enfants. La réconciliation est un processus difficile. S'il y a réconciliation, c'est qu'il y a problème entre des hommes. C'est donc l'affaire de tous. C'est pour cette raison que je m'autorise à vous apporter ma petite contribution, puisse-t-elle servir à la paix que les ivoiriens cherchent.

Les mauvaises langues disent que vous écrire relève d'une audace adossée à une bonne dose de courage, parce qu'on est jamais sûr de se voir lu, encore moins répondu.

Si, donc, cela est un risque à prendre je le prend ici devant Dieu pour mon pays, pour son peuple et pour tous les enfants de ce pays, notamment ces millions qui n'ont jamais été déclarés sur le registre de l'état civil.

Ma contribution s'articule autour de quatre points, à savoir : la nature du problème de la Côte d'Ivoire, ses possibles origines, ses manifestations et ses probables solutions :

1- LE PROBLEME

J'estime que le problème de la Cote d'Ivoire est un PROBLEME JURIDICO-SOCIAL qui, par pure récupération, semble être aujourd'hui un problème politique.

Il s'agit du phénomène de la non-déclaration des naissances à l'état civil qui a favorisé l'émergence d'ivoiriens  « sans papiers » en Côte d'Ivoire, toutes ethnies confondues.

A mal d'informations (et de bonne foi bien entendu) ces ivoiriens répartis d'ailleurs sur toute l'étendue du territoire national ont été dressés inutilement contre leur Police et leur Gendarmerie au point de devenir allergiques aux contrôles d'identité.

Cette carence vient du fait que la loi n° 64-374 du 7 octobre 1964, relative à l'état civil n'a jamais été expliquée aux populations ivoiriennes depuis 1969, date de sa dernière explication.

2- LES MANIFESTATIONS

Il s'est manifesté par l'immobilisme, le dysfonctionnement et la mauvaise tenue de l'état civil de notre pays, puis notamment  le développement du phénomène des sans papiers en Côte d'Ivoire.

Enfin il est à noter que les agents de l'état civil de notre pays n'ont jamais été formés pour manipuler un outil aussi important pour un Etat. Les ivoiriens ennemis de la Côte d'Ivoire ont profité de cette faiblesse pour faire de l'état civil un instrument propice à toutes formes de fraudes, malheureusement impunies au mépris de l'article 386 de notre code pénal.

3- LES ORIGINES DES CRISES, SELON MOI

Ce problème date des années 1980.

Chronologie des successives crises en Côte d'Ivoire, avec l'état civil comme terreau:

- 1983-1990 : les populations ivoiriennes toutes régions, toutes ethnies, toutes religions, toutes classes sociales confondues, confrontées au quotidien vital, commencent à se désintéresser de l'état civil suite à la grave crise alimentaire qui s'est installée du fait de ces grands feux de brousses qui ont dévasté les exploitations vivrières des paysans.

- 1990 : l'avènement du multipartisme a fait des mécontents;

- 1993 : le décès du premier président de la Côte d'Ivoire a fait des indignés ;

- 1993-1994 a fait des frustrés ;

- 1995 : le boycott actif des frontistes et des républicains a faits des aigris ;

- 1995-1999 : les conflits fonciers qui enflamment les régions de Duékoué, San-Pédro et de Gagnoa font des frustrés ;

- 1999 : le coup d'Etat a créé des incompréhensions ;

- 2000 : les élections présidentielles ont fait des frustrés ;

- 2002 : apparition de la phase armée de toutes ces crises non résolues. Cette phase laisse des séquelles dans le cœur des populations ivoiriennes ;

- 2010-2011 : les évènements et leurs conséquences ne constituent que le visage réel de ce que tout le monde a laissé pourrir.

4- LES CONSEQUENCES

Un faisceau de conséquences a fait passer les populations ivoiriennes du stade de la pauvreté à celui de l'indigence absolue.

Ils sont devenus des « Prêts à Assister ».

5- DE PROBABLES SOLUTIONS

Des pistes de solutions existent. Parce que le problème de fond est social, la recherche de solutions doit se faire dans la société pour qu'elles soient utiles à toutes les populations ivoiriennes.

Première proposition de solution :

- Réhabiliter et moderniser notre dispositif institutionnel de suivi de l'évolution démographique, c'est-à-dire ; l'état civil, après l'opération de reconstitution des registres.

- Pour traiter le problème à la source et de façon durable, il y a lieu d'instruire et d'éduquer les populations à la culture de la déclaration des faits à l'état civil pour, à terme, les familiariser avec celui-ci. Car, un Etat moderne est un Etat qui a des statistiques démographiques fiables.

Toutes les solutions doivent reposer sur ce fondement.

A cet effet, j'ai personnellement interpellé les pouvoirs publics dès 2003 à travers le quotidien Fraternité Matin en son N° 11714 du jeudi 27 novembre 2003, page 8.

N'ayant pas été entendu, j'ai écrit en 2007 un manuel de sensibilisation et d'éducation d'une cinquantaine de pages dans un langage très accessible à toutes les couches sociales. Il s'intitule :

« Comment et pourquoi déclarer une naissance et un décès à l'état civil ? », pour vulgariser la loi N° 64-374 du 7 octobre 1964 relative à l'état civil contenu dans notre Code de la Famille..

Bien que déposé en manuscrit auprès d'un éditeur de la place, il peine à être sur la bonne voie.

J'ai toujours souhaité un soutien institutionnel de l'Etat pour qu'il soit édité, diffusé large puis distribué gratuitement aux ivoiriens pour les instruire sur la procédure relative à la déclaration de faits à l'état civil.

Deuxième proposition de solution :

L'Etat de Côte d'Ivoire forme des Assistants Sociaux diplômés en sciences humaines, en droit, en sciences sociales et surtout en andragogie (enseignée par Dr Koné Issiaka). Oui, l'andragogie peut vous aider à sauver notre pays.

Ces experts en investigations sociales, au moyen d'un diagnostic social très fin, sont outillés pour déblayer le champ de la réconciliation pour votre institution aux fins de vous donner des repères.

En effet, leur approche basée sur l'intervention rapprochée permettra de dégager les pistes à explorer, les cibles à atteindre, les motivations des populations, leurs craintes, leurs attentes et leurs propositions pour une paix durable.

J'en veux pour preuve :

- Le forum de la réconciliation nationale tenu en 2001 n'avait pas été précédé d'une phase préliminaire de sensibilisation, il n'a pas produit le résultat escompté.

- En 2008, l'opération des audiences foraines n'a pas été non plus précédée de cette même phase de sensibilisation des populations, elle a connu un début très difficile qui a coûté des milliards supplémentaires à notre pays.

Elle a donné des résultats politiques dans lesquels les populations, dans leur grande majorité, ne se sont pas reconnues parce que ayant exclus leurs enfants en âge d'aller à l'école. Le seul péché de ces enfants : n'avoir pas l'âge requis pour voter. Ils se comptent, aujourd'hui, par millions sur toute l'étendue du territoire national.

Monsieur le président de la Commission Dialogue-Vérité-Réconciliation (CDVR), si vous voulez conduire la Côte d'Ivoire à une paix solide et définitive, vous devez avoir une vue rétrospective de tous les évènements qui, par leur gravité, ont écorché la dignité, l'honneur ou l'intégrité physique de tout individu établi sur cette terre de nos ancêtres, quelque soit sa classe sociale, sa communauté d'appartenance ou sa nationalité.

Au regard de tout ce qui précède, j'ai toujours estimé que notre police et notre gendarmerie, institutions en charge du contrôle d'identité des personnes sur le territoire national, n'ont jamais été la cause-souche de tous les déboires de la Côte d'Ivoire.

C'est de la même façon que j'ai toujours trouvé que les FANCI, les FDS, les FN d'alors ou les FRCI d'aujourd'hui, qui se sont tant affrontées, n'ont jamais été responsables de ce qui est sensé être à l'origine des problèmes de notre pays.

Monsieur le président, des frères africains qui ont connu une situation similaire (Rwanda, Afrique du Sud) peuvent vous aider à nous aider. Autant que les institutions onusiennes (ONUCI, PNUD, UNICEF ou autres) sont outillées pour nous aider. Il n'y a pas d'experts en réconciliation.

Ils sont nombreux, ici, ces experts en stratégie de la réconciliation et en médiation sociale, qui connaissent mieux nos problèmes, nos cultures, nos coutumes, nos traditions et nos valeurs sociales ; ce sont notamment, nos chefs religieux, nos dignes chefs traditionnels longtemps négligés et qui représentent un appui incontournable dans ce processus auxquel peuvent s'ajouter des professeurs de sciences sociales et humaines, des professeurs d'andragogie.

La réconciliation n'est pas une discipline académique. Ce n'est pas une affaire de diplômés, car aucune école ne décerne de diplômes en réconciliation. C'est pourquoi, elle se fait sur le terrain par les victimes des frustrations, parce qu'elles en sont les seules véritables bénéficiaires. Les ivoiriens vous conseillent de vous méfier des hypocrites et des opportunistes.

Evitez-les : Evitez de vous laisser emporter par ces vautours touchés par la crise économique chez eux, toujours embusqués sur les médias internationaux en quête d'opportunité et se passant pour des spécialistes de la Côte d'Ivoire ou des experts en réconciliation pour venir absorber votre budget, l'argent du contribuable ivoirien pour aller régler leurs dettes familiales, chez eux. Ce serait d'ailleurs perçu comme une insulte pour les ivoiriens, car la réconciliation des ivoiriens ne se fera pas en avion. Ces malins personnages se cachent derrière ce terme « adhésif » de spécialistes des pays africains pour se faire une place au soleil.

Il n'y a pas plus spécialistes de la Côte d'Ivoire que les ivoiriens. Là encore les ivoiriens savent qu'il n'y a aucune école dans ce monde qui forme des spécialistes de pays.

Evitez-les : Evitez ces « grands intellectuels » qui craignent la poussière, qui sont avides de missions et de séjours dans des hôtels 5 étoiles, en compagnie de prostituées, prêts à rédiger des compte-rendus de missions dans ces chambres climatisées.

Evitez-les : Evitez ces cadres qui viennent organiser des journées dites de la réconciliation sous une (ou deux) bâche meublée d'enfants mineurs, au chef-lieu du département (craignant pour leur sécurité et celle de leurs belles 4X4 climatisées), des missions supposées les avoir conduit dans tous les villages et campements de la région, assorties de compte-rendus à vous rassurer à jamais.

Monsieur le président, les ivoiriens concernés par la réconciliation sont dans les Sous-préfectures, les quartiers précaires de nos villes, les villages et dans les campements de notre pays. Ce sont les paysans, les victimes, les indigents mais aussi les plus prêts à vous dire la vérité que vous recherchez. Ils sont prêts à tolérer, pourvu qu'ils soient écoutés et compris. Ils veulent parler pour se libérer et vivre en paix.

Les ivoiriens sont devenus extrêmement pauvres, qu'ils soient travailleurs du privé, fonctionnaires, commerçants ou paysans. Ils sont partout dans ce pays qui attendent vos collaborateurs devant leurs maisons ou leurs cases, pour écouter et se faire écouter dans un langage qui leur est bien familier, un langage qui ne continuera pas de les marginaliser.

Les ivoiriens veulent vous aider, venez vers eux. Le président Félix HOUPHOUET-BOIGNY a semé la graine du don de soi. Le président Alassane OUATTARA vous offre, ici, la belle occasion de l'entretenir pour qu'elle produise cette vraie paix du cœur qui va constituer le socle du vrai développement économique et social de ce pays.

Attention:

Un Etat de droit est un Etat dont les citoyens sont des sujets de droit.

A ce jour, environ 66% des ivoiriens existent officiellement sur le registre de l'état civil de Côte d'Ivoire (si ce dernier existe encore) pour environ 25% des décès déclarés.

Si la réconciliation se fait seulement sur le plan politique, la même cause risque de produire les mêmes effets, plus tard.

Que Dieu vous aide!

 


KAHOU Bi Tokalo, Assistant Social Diplômé d'Etat,

en service au Ministère de la Justice.

Contacts : E-mail : tokalonan@yahoo.fr

Mobile : (225) 05.05.40.64

Commentaires

Merci mon frere Kahou Bi pour ta contribution mais tu as oublie de mentionne un fait tres important. L'avenement de ouattara au poste du president du comite interministeriel a fait beaucoup de mecontents et creer l'injustice pour un individu dont on ne sait pas les origines et qui surgit du neant dans l'arene politique. Je me rappelle encore que la nomination de cet homme a ce poste a fait jubiler notre garcon de maison toute une semaine durant et cela etait incomprehensible car celui-ci est de nationalite burkinabe. Etant jeune et loin de la politique je ne comprenais pas cette subite joie. C'est plus tard que je cernerai la veritable joie qui animait notre garcon.C'est vrai que tu souhaiterais ne pas indexer quelqu'un (la reconciliation oblige) mais pour moi il faut souligner cette irruption du sir ouattara sur la scene politique car la reconciliation vraie se nourrit de verite sinon elle est fausse et hypocrite
comme celle qu'on a deja vecue avec des visas d'un octogénaire la ou ne parlait meme pas encore d'un tel document pour la circulation des hommes entre nos pays.
Que Dieu veille sur les ivoiriens

Écrit par : intelligenciahomme | vendredi, 16 décembre 2011

Pour arriver à une VRAI RECONCILIATION,il est très important d'inclure tous les ACTEURS MAJEURS de cette CRISE ivoirienne:les deux camps avec leurs deux leaders,les forces de défense et de sécurité,les rebelles pro-ouattara et soro,le Burkina Fasso,l'ONUCI,la FRANCE et le peuple ivoirien entier.SE RECONCILIER avec qui et pourquoi.Pour le moment,ce n'est que de la poudre aux yeux.Sans justice,en toute impartialité il ne peut pas y avoir de réconciliation.Une prétendue réconciliation conconctée par les DESTABILISATEURS de la COTE d'IVOIRE et en ABSCENCE d'un LAURENT GBAGBO ne peut qu'échouer.Que lui meme OUATTARA commence par donner l'exemple en se réconciliant avec son ennemi JURE,GBAGBO qui lui a toujours tendu la main dans les circonstances connus de TOUS.C'est une GRANDE CONTRIBUTION de KAHOU bi Tokalo mais de grace,ne l'appellez pas"Président de la République"de Cote d'Ivoire,il l'est pas!!!!

Écrit par : RitaFlower | vendredi, 16 décembre 2011

Bonne contribution. La réflexion doit se poursuivre avec tous.

Écrit par : Blincky Bill | vendredi, 16 décembre 2011

Les commentaires sont fermés.