topblog Ivoire blogs

lundi, 09 janvier 2012

DECOUVERTE PRESUMEE DES OSSEMENTS DE KIEFFER: LE GROSSIER MONTAGE DU REGIME OUATTARA ET DE LA FRANCE

 

UNE N° 4029 NOTRE VOIE.jpg

Où va-t-on dans l’affaire Kieffer ? Depuis 7 ans, le juge français Patrick Ramaël court et se laisse mener en bateau. Le dernier rebondissement dans cette affaire politico-mafieuse, c’est l’annonce de la découverte «spectaculaire» des restes du journaliste franco-canadien, Guy André Kieffer, à Issia, à 400 km d’Abidjan, au centre-ouest de la Côte d’Ivoire. Après avoir, depuis 2004, bêché les terres de la forêt et les sites aux alentours d’Abidjan, un mystérieux témoin, sorti une fois encore d’on ne sait où, a filé la piste d’un campement baoulé de Yaokro, dans la sous-préfecture de Saïoua, dans le département d’Issia. C’est là, dans la broussaille, que, selon le juge Patrick Ramaël, le squelette de Kieffer a été découvert.

Sauf que, dans cette affaire, l’opération s’est faite selon une procédure aux antipodes des règles administratives traditionnelles en vigueur. En effet, l’opération d’exhumation des restes de Kieffer a été menée en catimini. Selon nos informations, le juge français a été accompagné à Yaokro par un détachement de soldats de l’Onuci et des Frci. L’exhumation a été faite par les jeunes du village avec qui les soldats de l’Onuci ont, auparavant, pris part à un match de football. De bonnes sources, ni le maire de Saïoua, ni le sous-préfet de Saïoua, dont dépend Yaokro, ni le préfet du département d’Issia, ni le préfet de l’ex-région du Haut Sassandra installé à Daloa, ni le procureur du tribunal de Daloa, qui a autorité sur Issia, ni la gendarmerie n’ont été associés à cette opération d’exhumation. Ce qui montre son caractère mafieux. Pourquoi les représentants légaux de l’Etat de Côte d’Ivoire, dans cette partie de la Côte d’Ivoire, n’ont pas été associés à l’opération ? L’exhumation devait, à tout le moins, se faire en leur présence, vu l’intérêt médiatique et politique que Paris et Ouattara donnent à cette affaire. Pour n’avoir pas observé cette démarche administrative, l’on est en droit de douter de la véracité de cette découverte.

Les restes de Kieffer ont-ils été déportés ?

Oui, on peut le dire sans risque de se tromper qu’il y a un gros doute sur cette découverte. Pourquoi ? Notre confrère Le Nouveau Courrier, dans sa parution de samedi, a rendu publics les propos de Bernard Kieffer, le frère de Guy-André. Celui-ci a affirmé que c’est «sur la foi d’informations qu’il a obtenues voilà quelque temps» que le juge français s’est rendu à Saïoua. Toujours selon Bernard Kieffer, «le juge n’avait pu aller vérifier le témoignage sur l’emplacement du squelette, car c’était en pleine zone contrôlée par le camp Gbagbo».

La première information qu’on peut tirer de cette affirmation du frère de Kieffer pour justifier - maladroitement du reste - la découverte d’Issia, est que le juge Ramaël disposait de cette information depuis longtemps, du temps de la présidence du président Laurent Gbagbo.

La deuxième information est que le juge français aurait refusé de s’y rendre parce que la zone d’Issia se trouve dans une zone contrôlée par le camp Gbagbo. L’analyse à faire, à ce niveau, c’est que le juge Ramaël a de tout temps collaboré avec les autorités de la Côte d’Ivoire de l’époque. Le procureur de la République d’alors, Tchimou Raymond, a été toujours à sa disposition. L’homme de loi avait même, à sa demande, pu interroger le ministre d’Etat, ministre du Plan et du Développement du gouvernement Gbagbo, Paul Antoine Bohoun Bouabré, Simone Gbagbo, l’épouse du chef de l’Etat, des militaires et gendarmes cités dans l’affaire, des proches conseillers de Laurent Gbagbo dont Bertin Kadet, mais aussi Michel Légré, ami et confident de Guy-André. Le juge Ramaël et son équipe ont eu à effectuer ici à Abidjan, des fouilles dans la forêt du Banco, sur l’autoroute du Nord et dans bien d’autres endroits du Sud, fief de Laurent Gbagbo. Ils n’ont jamais été inquiétés. Pourquoi Ramaël n’a pas demandé aux autorités la permission de se rendre à Issia ? Si un refus lui était opposé, l’armée française est bien présente sur le territoire ivoirien. L’Onuci aussi. Tout ce monde aurait pu l’accompagner là où il voulait pour la manifestation de la vérité. Mais, il a préféré se taire alors qu’il possédait cette information capitale. C’est tout simplement suspect. Et cela sent la manipulation politique.

Cela va faire bientôt 9 mois que Ouattara est parvenu au pouvoir. Le juge Ramaël était pourtant à Abidjan en novembre dernier. C'est-à-dire 8 mois après l’arrivée d’un régime favorable à Paris. Pour autant, il ne s’est pas rendu à Issia alors qu’il disposait déjà de cette information, selon le frère de la victime. Il a fallu son dernier voyage à Abidjan où il a été accueilli par un témoignage rapporté par un confrère et accablant un proche de Ouattara, pour sortir subitement, avec fracas, la piste «gagnante» d’Issia. Tout ça renforce le doute et le sentiment de manipulation politique.

Campagne médiatique contre test génétique

Ce sentiment de manipulation est d’autant plus probant que la campagne médiatique qui a été orchestrée autour de cette découverte de squelette présenté comme celui de Guy-André Kieffer est spectaculaire. En effet, dès l’annonce de cette découverte par les services de Patrick Ramaël, la presse française fait défiler d’abord des bandes déroulantes pour donner l’information. Ensuite, des plateaux sont vite organisés pour confirmer l’information.

Selon des informations, une équipe de la presse internationale a même été convoyée, vendredi en début de soirée, pour accueillir, au niveau du corridor de Gesco, la délégation du juge Ramaël avec le supposé squelette de Kieffer. Au même moment, le même juge fait circuler l’information selon laquelle un test génétique sera fait dans la célérité pour dire si c’est vraiment Kieffer ou pas. Alors question : pourquoi faire tant de bruit si on n’est pas sûr que c’est le squelette de Kieffer ? Selon un observateur, s’ils font tant de bruit, c’est parce qu’ils sont convaincus que c’est le squelette de Kieffer. Dans ce cas, toujours selon notre observateur, ils ont transporté le squelette d’Abidjan à Issia pour accuser le ministre Bohoun Bouabré et attester que c’est le camp Gbagbo qui a tué le journaliste. Autre question : le ministre Bohoun est-il devenu subitement «bête, écervelé» pour oser tuer quelqu’un à Abidjan, transporter son corps dans sa région d’origine et le faire enterrer à quelques encablures de son village? Tout cela sent un grossier montage de Paris et du pouvoir d’Abidjan.



Coulibaly Zié Oumar


Source: NOTRE VOIE

Commentaires

Sarkozy sélectionne t-il ses compatriotes dont il veut rendre justice ?

Pure mascarade....

Hélas Sarkozy et ouattara sont des criminels de guerre, recompensés par le G7 et certains citoyens français et ivoiriens. Ignoble!!

http://m.youtube.com/index?desktop_uri=%2F&gl=CA#/watch?v=FAmMBPEgJNo

Écrit par : CheKoff | lundi, 09 janvier 2012

Vous AUSSI.
Pour exumer un cadavre qui doit subir une analyse(ADN) on n'a pas besoin de faire appel a tout ce monde.
Moi je n'ai jamais vu cela dans ce monde.

Écrit par : srika Blah | jeudi, 12 janvier 2012

Ah bon, SRIKA BLAH,

Parce que pour toi, on peut débarquer dans une région de France, de Grande Bretagne ou des États-Unis avec un contingent militaire sans dire au Préfet ou aux autorités locales, au moins, ce qu'on est venu y faire? Procéder à une exhumation sans en informer les autorités judiciaires locales et la Gendarmerie?

C'est vraiment pour des gens comme toi que les Occidentaux n'ont pas de respect pour les Africains!

Écrit par : Dindé | jeudi, 12 janvier 2012

Bien dit Fernand,

Il faut reflechir de la sorte pour pouvoir soutenir quelqu'un qui a toujours baffouillé et piétiné la loi pour atteindre ses sombres objectifs.
C'est comme si j'arrivais chez lui et à peine dans son salon sans lui dire bonjour je ressors avec sa télé prétextant qu'elle m'appartient, on appelle cela du vol.
Et pour remedier à cette pratique des lois nationales et internationales ont été instaurées. Des juridictions ont été établis dans tous nos contrés pour prévenir cela.
Donc si je trouve que mon bien est de manière illégale chez toi, j'informe d'abord les autorités compétentes (préfet, président du tribunal, commissaires,...) qui s'ils trouvent que ce que je dis est avéré m'autoriseront à récuperer mon bien, en mettant à ma disposition des moyens pour le faire.
C'est tellement simple. s'ils n'ont pas été associés à cette exhumation c'est que c'est pas legale et ce qui n'est pas legal c'est du vol et qui vole ment forcement.
Suivons et regardons,

Écrit par : cheickna | jeudi, 12 janvier 2012

Les commentaires sont fermés.