topblog Ivoire blogs

vendredi, 10 février 2012

MALI: UN COLONEL TOUAREG NOUS A DIT...

HASSANE AG MEHDY - COLONEL JIMMY.jpg

LE REMAKE IVOIRIEN AU MALI?


Le 17 janvier 2012, des hommes solidement armés ont attaqué des cantonnements militaires à Manaka, Adaramboukaré et Tessalit, trois localités sahariennes du Nord-Mali. Depuis, les combats se font âpres. Même s'il est difficile de dresser aujourd'hui un bilan fiable, ce, d'autant plus que chacun des belligérants donne plus ou moins des chiffres en deçà de la réalité du terrain, le doute n'est plus de mise : les morts se comptent par centaines et les réfugiés par milliers dans les pays voisins.

Hier, en fin de matinée, nous avons rencontré dans notre capitale un des ténors de cette rébellion : il s'appelle Hassane Ag Mehdy, il est officier de l'armée malienne et porte fièrement son grade de colonel. Pour lui, contrairement aux idées reçues, le nord du Mali n'est pas occupé seulement par des Touaregs, mais aussi par des Peulhs, des Sonraï et des Arabes, qui se sentent marginalisés, délaissés, abandonnés à leur propre sort par l'Etat central : dans le septentrion malien, à en croire notre interlocuteur du jour, il n'y a ni infrastructures socio-éducatives, ni routes, ni eau, rien !

Bref, les habitants de cette zone ne se sentent plus Maliens. « Et la solution passe par l'indépendance du nord du Mali qui occupe les 2/3 du territoire ».

Entretien exclusif.

Peut-on connaître qui est le colonel Jimmy ?

Je m'appelle Hassane Ag Mehdy, dit Jimmy, le Rebelle pour les intimes. Je suis colonel de l'armée malienne. Je vivais au Burkina, mais après les Accords de Ouagadougou de 1990, j'ai regagné mon pays, le Mali. Mais comme vous le savez, depuis quelques jours dans le nord du Mali, je suis devenu une cible. C'est pourquoi je suis revenu au Burkina.

Quelles fonctions avez-vous occupées dans l'armée malienne ?

Dans l'armée malienne, j'ai assumé tous les commandements, de commandant du premier escadron jusqu'à commandant de région. C'est le plafond. J'ai servi aussi comme officier au Liberia durant la guerre que ce pays a connue.

Dans quel cadre séjournez-vous au Burkina ?

Je suis ici au Burkina pour des raisons évidentes. Comme je vous le disais tantôt, les derniers développements au Mali (Nldr ; la rébellion touarègue) ont fait que j'étais devenu une cible. Alors, j'ai décidé de trouver refuge quelque part. Mon choix a porté bien naturellement sur le Burkina Faso où je vivais, je vous le disais, bien avant les Accords de Ouagadougou dont je suis un des signataires. Je fais partie des derniers à avoir quitté le Mali.

Vous dites que vous étiez devenu une cible. Qu'est-ce qu'on reproche au colonel que vous êtes ?

Ce n'est pas à moi seulement qu'on en veut, mais à toute la communauté touarègue et arabe. C'est devenu une guerre de couleurs. On a brûlé et cassé des pharmacies, des domiciles de conseillers du président, de ministres, etc.

On sait que vous avez été un élément actif de la rébellion touarègue au Mali dans les années 90. Qu'en est-il aujourd'hui ?

J'ai participé activement à la rébellion de 1990. J'étais même chef de guerre et contrôlais toute une zone. Je n'ai pas participé aux accords de Tamarasset ni à ceux du pacte national. Après 1990, j'ai rejoint les rangs de l'armée régulière, mais aujourd'hui, je suis de nouveau dans la rébellion.

HASSANE AG MEHDY - COLONEL JIMMY 2.jpg

Depuis une cinquantaine d'années, il y a toujours eu des remous dans cette partie du pays. Peut-on savoir ce que les Touaregs réclament exactement ?

Vous savez, le problème touareg n'a pas commencé hier. Il date de 1963, mais jusqu'aujourd'hui, il n'a toujours pas trouvé sa solution. Les autorités maliennes n'ont jamais pris à bras-le-corps ce problème. Pire, on a même l'impression qu'on recule. Comment pouvez-vous comprendre que le Nord-Mali, qui représente les 2/3 du territoire avec un million de km2 et environ deux millions d'habitants, soit laissé à lui-même ? Pas d'eau, pas d'infrastructures socio-éducatives, pas de routes... Rien ! Quand vous arrivez dans cette partie du Mali, vous avez l'impression d'être dans deux pays différents. C'est inadmissible. Vous savez, le Touareg est un homme à la fois simple et compliqué. Les seules choses qui comptent à ses yeux, ce sont sa dignité et sa culture, en un mot, la considération. Si vous touchez à l'un de ces éléments-là, vous allez le croiser sur votre chemin. Aujourd'hui, les populations de cette région, qui regroupe les Touareg, les Arabes, les Sonraï et les Peuls, en ont marre et veulent résoudre leurs problèmes par et pour eux-mêmes.

Mais le président ATT a quand même essayé de résoudre le problème en déliant les cordons de la bourse pour financer par centaines de milliards de Francs CFA des projets dans cette partie du pays !

Vous parlez de quels projets ? Nous, en tout cas, nous n'avons rien vu. Le Nord reste comme il a toujours été, malgré les projets dont vous parlez. Nous ne savons pas où va cet argent. Vous savez, on peut fabriquer des chiffres sur papier et parler de financement de projets de développement. Il n'y a rien sur le terrain. Rien.

Avec cette crise à épisodes, on a l'impression qu'il y a comme un acharnement sur les autorités maliennes. Les rebelles auraient-ils des velléités séparatistes ?

Je l'ai toujours dit à qui veut l'entendre. Le Nord-Mali veut son indépendance. Les quatre peuples cités plus haut vivent mal, très mal à cause de la négligence et du dédain des autres. Ils connaissent mieux leurs problèmes et sont bien placés pour les résoudre eux-mêmes. Pour nous, la résolution de ces problèmes passe par l'indépendance du Nord-Mali. Ni plus, ni moins. Nous sommes fatigués du diktat de Bamako.

La solution pour vous passe donc par la séparation ?

Absolument. Ils nous y ont obligés en créant une sorte de "nous et vous". Nous ne voulons plus vivre dans un même Etat. Nous voulons notre liberté, notre indépendance.

Difficile alors d'envisager une médiation ?

Nous ne refusons pas de médiation. Le problème, c'est qu'il y a eu trop de négociations et aucune n'a permis de résoudre le problème du Nord-Mali parce qu'en face il y a réellement un manque de volonté. Nous n'y croyons plus tellement.

Pensez-vous que cette partie du pays dispose d'assez de ressources pour se développer elle-même ?

Le développement, c'est avant tout dans la tête. Il faut le courage et la détermination. Après, on peut voir avec qui composer pour se développer.


Entretien réalisé par Boureima Diallo & Nankoita Dofini.


L'Observateur Paalga


Source: LE FASO.NET

Commentaires

Hum on dirait que la prophétie de Malachie ........ Voir le jugement des otres nations...coïncidence...Nous on regarde seulement, on est serein com maison inachevée...

Écrit par : rachel | vendredi, 10 février 2012

"Serein comme maison inachevée", RACHEL? (rires). Tu ne manques vraiment pas d'humour!!! Merci de m'avoir fait marrer, ce matin.

Bien à toi!

Écrit par : Dindé | vendredi, 10 février 2012

Et dire qu'on sort d'une guerre en Côte-d'Ivoire! Le malheur des autres nous fait rire. Et puis apès...Vive les prophéties de Malachie! Drôle de façon d'être chrétien. Ou plutôt...crétin?

Écrit par : Blincky Bill | vendredi, 10 février 2012

Blincky Bill quand tu te rejouissais de la guerre en CI tu avais oublie qu'on ne souhaite pas de malheur aux autres. C'est donc la meme voie qu'empruntent les autres en te moquant. Du coup tu fonds en injures tu n'as rien compris encore.
Que Dieu nous

Écrit par : El Haj Bah | vendredi, 10 février 2012

Ce discours me permet de decouvrir la vraie face des rebelles ils se ressemblent tous et sont idiots a la limite. Comment peux tu penser que la guerre est la solution a tes problemes de retard de developpement? Diantre tu va empirer la situation mon cher rebelle.
Encore ce pays de mossi qui soutien la rebelelion avec l'aval de la France. Qu'attendent ces soi-disant dirigeants de la sous-region pour former un front unique pour bouter hors des frontieres ce pays pauvre qui ne peut pas acheter des armes pour faire la guerre et n'est meme pas courageux pour declarer une guerre conventionnelle a ses voisins mais procede par perfidie et lachete? Soutenu en cela par la petite france aux ames perdues qui veut confisquer l'uranium du Mali pour developper ses projets nucleaires pendant ce temps elle veut empecher les autres nations de se doter de ce moyen de defense et de production d'energie.
Par ailleurs il y a une chose que je n'arrive jamais a comprendre chez ces soi-disant grands de ce monde. Si tel est que vs vs considerez comme les grands du monde alors pourquoi auriez peur que les autres peuples se dotent des memes moyens de defense? On ne peut que comparer deux choses de meme nature alors laissez nous autres developper notre intelligence et la mesurer a la votre sinon votre classement est faux debut la nuit des temps. Tantot tu les vois mettre des brevets pour nous empecher de creer, d'inventer, de rever tantot tu les vois febriles par l'erection de barrieres economique, politique et technologique. Tout cela a un seul but empecher les autres de sortir de leur situation initiale car ils ont peur, peur d'etre decouverts comme les saurien, peur de rester a la traine.
Ayant tjrs frequente ces blancs, ayant ete a l'ecole avec eux travaillant avec eux je puis vs dire qu'ils ne sont pas plus intelligents que nous Africains nos problemes sont les suivants:
-paresse (africain est paresseux) on se contente du peu au lieu de voir grand ce qui est contraire a notre societe car sommes orientes vers la famille large et non nucleaire
-naivete (africain est trop naif il accepte tout sans un esprit de critique) c'est comme cela on a confondu generosite et sociabilite alors que les colons accueillis avaient des arriere pensees-> l'esclavage. On accepte des stereotypes sans discernement.
-egocentrisme ( le savoir est peu partage seul un clan doit le posseder. pensant a nous seuls on a vendu nos propres freres aux europeens )
Voila ce qui mine nos societes
Il faut dire non a tout cela et vous verrez que ces gens la sont aussi betes comme vous ne l'aviez jamais cru.
Que Dieu benisse la CI

Écrit par : Intelligenciahomme | vendredi, 10 février 2012

Quel homme ce Intelligenciahomme,qui es-tu?INTRIGUANT.Je dois reconnaitre que tu as RAISON.Je suis sur SKYPE pour poursuivre la CONVERSATION si tu en a envie ou pas.On a quelquefois l'impression que RIEN ne touche les AFRICAINS.Ils sont PASSIFS et attendent un MIRACLE.Je vais me servir habilement de tes ARGUMENTS au moment venu pour expliquer à ceux qui veulent rien entendre et comprendre que l'HEURE est GRAVE,chers frères et soeurs Ivoiriens et Ivoiriennes!!

Écrit par : RitaFlower | vendredi, 10 février 2012

Dindé, je ne me suis jamais réjouis de la guerre en Côte-d'Ivoire. Tu peux relire mes précédents écrits pour t'en convaincre. Si tu trouve un seul mot de joie de ma part, je suis prêt à me soumettre au mea culpa que tu voudras.
Fraternellement.

Écrit par : Blincky Bill | vendredi, 10 février 2012

Blincky Bill,Fernand n'a meme pas pris la peine de te répondre parce qu'il a estimé que tu n'en valais pas la peine.Tu es tombé si bas.Tu insultes pour rien et après tu cherches à te JUSTIFIER.PEINE PERDUE.Tu te sers de cet espace de LIBERTE pour INJURIER les gens.Tu n'a meme pas HONTE.Tu penses qu'il n'a rien à faire d'autre que de relire tes précédents POSTS.C'est dans la nature de Fernand d'etre gentil mais n'en profite pas quant meme.J'espère que t'a compris!

Écrit par : RitaFlower | vendredi, 10 février 2012

Ma chère Rita, j'ai compris. J'ai même bien compris. Et ce que j'ai compris, c'est que bien n'ayant pas honte j'ai lu que Dindé m'a interpellé par "Blincky Bill".
Prends la peine au moins de relire le post de Dindé. Lui, vaut la peine que tu fasses cet effort. C'est peut-être trop de demander.
Blincky Bill qui n'en vaut pas la peine, qui est tombé si bas te salue bien bas, ma soeur.

Écrit par : Blincky Bill | vendredi, 10 février 2012

Qu'est ce que tu racontes encore?APPRENDS à lire les PRECEDENTS POSTS.C'est El Haj Bah qui t'a interpellé pas Fernand,tu l'accuses pour rien.C'est vraiment un DIALOGUE de SOURDS!et surtout excuse toi auprès de Fernand qui continue à publier tes COMMENTAIRES sur ce blog qui lui appartiens au cas ou tu l'aurais oublié.N'IMPORTE QUOI!!!!!

Écrit par : RitaFlower | vendredi, 10 février 2012

Ah oui! Je me suis lourdement trompé. Je présente mes excuses les plus sincères à Dindé. Il me ne viendrait à l'idée de lui manquer de respect d'aucune façon. Du reste, nos échanges ont toujours été courtois et empreints de modération. A toi Rita, merci de m'avoir permis de corriger l'erreur sur la personne que j'ai malencontreusement commise.
Cela dit, je maintiens ce que j'ai dit au fond. Autre chose: sache qu'un blog ne vaut qu'autant qu'il y a des gens qui l'animent par leurs posts. Dindé a l'intelligence de le comprendre. Je ne suis pas sûr que ce soit le cas pour tous. S'il n'y avait que des loups pour hurler dans la même direction, ce blog n'aurait aucun intérêt. Lorsque nous voulons la démocratie dans notre pays, nous devons souffrir la différence. Les critiques -toujours violentes- que je lis sur ce blog relativement à l'action du pouvoir actuel sont une bonne chose et participent au mouvement des idées dans ce pays.
En fait d'espace de liberté, ce n'est pas Dindé qui l'octroie mais c'est la démocratie et le monde ouvert dans lequel nous sommes qui le permet.
Alors, restons modérés et cessons de jeter l'anathème sur ceux qui pensent différemment de nous. Cela participera à plus de compréhension mutuelle et à plus de concorde.
Bien à toi, ma soeur.

Écrit par : Blincky Bill | vendredi, 10 février 2012

Ah oui! Je me suis lourdement trompé. Je présente mes excuses les plus sincères à Dindé. Il me ne viendrait à l'idée de lui manquer de respect d'aucune façon. Du reste, nos échanges ont toujours été courtois et empreints de modération. A toi Rita, merci de m'avoir permis de corriger l'erreur sur la personne que j'ai malencontreusement commise.
Cela dit, je maintiens ce que j'ai dit au fond. Autre chose: sache qu'un blog ne vaut qu'autant qu'il y a des gens qui l'animent par leurs posts. Dindé a l'intelligence de le comprendre. Je ne suis pas sûr que ce soit le cas pour tous. S'il n'y avait que des loups pour hurler dans la même direction, ce blog n'aurait aucun intérêt. Lorsque nous voulons la démocratie dans notre pays, nous devons souffrir la différence. Les critiques -toujours violentes- que je lis sur ce blog relativement à l'action du pouvoir actuel sont une bonne chose et participent au mouvement des idées dans ce pays.
En fait d'espace de liberté, ce n'est pas Dindé qui l'octroie mais c'est la démocratie et le monde ouvert dans lequel nous sommes qui le permet.
Alors, restons modérés et cessons de jeter l'anathème sur ceux qui pensent différemment de nous. Cela participera à plus de compréhension mutuelle et à plus de concorde.
Bien à toi, ma soeur.

Écrit par : Blincky Bill | vendredi, 10 février 2012

BLINCKY BILL,

Tu m'as longuement fait dire ce que je n'ai jamais dit et je suivais le débat avec un amusement mêlé d'agacement. Comme tu as pu le constater, au final, après avoir minutieusement revu la chronologie des commentaires, je ne t'ai jamais interpelé sur cette page.

Celui qui t'a interpelé, c'est bien notre bien-aimé frère EL HAJ BAH, comme RITAFLOWER te l'a fait plus d'une fois remarquer. Ok?

Maintenant que tu en es convaincu et que tu t'es excusé, j'en prends acte et tiens, par la même occasion, à te dire que le sens dans lequel tu as orienté les discussions par le ton inutilement cynique et injurieux de ton premier commentaire n'a pas favorisé des échanges constructifs sur cet article. Je t'adresse donc un CARTON ROUGE et te prie de te ressaisir.

Au reste, j'accepte tes excuses.

Fraternellement!

Écrit par : Dindé | vendredi, 10 février 2012

Merci ma soeur RitaFlower pour ces compliments. Je puis te dire que je ne suis qu'une simple poussiere qui retournera a la poussiere, un simple enfant de CI blesse, meurtri et revolte de voir ces freres tournoyes, malmenes, agonisants, acceptant tout sans reagir et de voir ses freres penser que la providence viendra les sauver sans poser d'acte concret. Mais tu ne peux pas comprendre combien de fois cette CI me tient a coeur. J'aime tellement les ivoiriens (que j'en souffre terriblement) qu'il soit du nord du sud du centre d'ouest et de l'est. Pour moi le vocable d'ivoirien passe avant la region, la tribu, l'ethnie, la famille. Et c'est ce sentiment que je retrouve en le President Laurent Gbagbo depuis que je l'ai connu. Enfin je l'admire pour son combat d'eveil de conscience des ivoiriens afin qu'ils sortent de cette lethargie congenitale qui inhibe toute action. C'est pourquoi placant donc ma foi en Dieu et agissant par des ecrits il m'inspire.
Que Dieu te benisse RitaFlower et qu'il benisse tous ceux qui de par leur modeste action permettra a cette CI de sortir de ce joug colonial sous l'empereur mossi 1er qui ne jure et ne respire que par et pour la france. Quelle petitesse de penser que sans les autres (blancs) on ne peut rien devenir et rien faire. Si le sommet de l'Etat pense ainsi qu'adviendra du bas peuple (populace)?

Écrit par : Intelligenciahomme | samedi, 11 février 2012

Les commentaires sont fermés.