topblog Ivoire blogs

dimanche, 04 mars 2012

DELESTAGE, PENURIE D'EAU, CHERTE DE LA VIE: LA COTE D'IVOIRE DANS LE GOUFFRE


MANIFESTATIONS CONTRE LA CHERTE DE LA VIE A ABIDJAN.jpeg

Manifestations contre la cherté de la vie à Abidjan

 

Alassane Ouattara et son régime, dans l'euphorie de la prise du pouvoir, avaient promis monts et merveilles aux Ivoiriens, une Côte d'Ivoire où couleraient le lait et miel, où les emplois seraient à portée de mains et bien d'autres choses encore. Malheureusement, c'est une Côte d'Ivoire totalement liquéfiée qu'il est donné de voir sous Ouattara. Alassane Ouattara dans un de ses nombreux discours d'«autosatisfaction» avait lancé et je cite : «vous verrez, la Côte d'Ivoire va étonner le monde entier». En tout cas, il n'avait pas eu tort de le dire. Parce qu'en effet la Côte d'Ivoire post-11 avril ne cesse d'étonner, négativement, le monde entier. Avec des éléments des Frci qui font la pluie et le beau temps à travers le pays et qui continuent de se croire magistrats, policiers, gendarmes, agents des eaux et forêts, agents des douanes et impôts et autres. Une situation qui porte un grave coup à la normalisation effective du pays.

A côté de cette situation presque normale aux yeux des tenants du pouvoir, puisque rien n'est véritablement fait pour changer la donne, les Ivoiriens continuent de souffrir de mille et une autres manières. Le régime Ouattara mène chaque jour un peu plus les Ivoiriens dans le gouffre, l'incertitude. Concentré qu'il est à exécuter sa politique de «rattrapage» ethnique, tout ou presque lui échappe. Le quotidien des Ivoiriens va de mal en pis.

Abidjan de plus en plus dans le noir

Alassane Ouattara avait déclaré presque la main sur le cœur que les délestages, pénuries d'eau, c'était du passé. Entendez par là «c'était Gbagbo». Malheureusement, le quotidien des Ivoiriens est un calvaire. Abidjan vit au rythme du délestage depuis plus de deux mois (pour la commune de Koumassi), sans que cela n'émeuve ni les gouvernants ni les responsables de la Compagnie ivoirienne d'électricité (Cie). La commune de Koumassi vient de franchir le cap de 75 jours dans cette situation de délestage. Puisque depuis le 15 décembre dernier, cette commune vit au rythme des coupures intempestives de courant. Les quartiers comme Sicogi, Sogefiha, Divo, 147, Terminus 05 ou Prodomo souffrent le martyre.

«Depuis le mois de décembre, plusieurs quartiers de Koumassi n'ont plus le courant de manière régulière. On subit au jour le jour le délestage et cela, sans y avoir été préparé. Tous les soirs à partir de 20h, on n'a plus l'électricité jusqu'au petit matin. Dans d'autres quartiers, ils n'ont pas le courant du matin jusqu'à 17h. C'est un véritable calvaire qu'on vit. Nos enfants ne peuvent pas étudier, les maquis et bars souffrent de cette situation. Nous vivons un véritable drame depuis 3 mois», fait savoir un riverain de Koumassi.

Idem pour des quartiers de Port-Bouët qui manquent d'électricité. Des femmes de cette commune avaient même manifesté bruyamment, à la mi-janvier, leur colère face au délestage qu'ils subissaient au mépris des responsables de la compagnie d'électricité et surtout du gouvernement. Depuis, plusieurs communes d'Abidjan ont été gagnées par le phénomène du délestage. Comme Yopougon où des quartiers comme Toits-rouges ou encore Maroc, Niangon Nord subissent des coupures intempestives d'électricité, sans le moindre égard. Certains quartiers d'Adjamé, de Cocody ou encore d'Abobo n'échappent pas à la «malédiction».

L'eau se fait rare dans les robinets

Et comme si les Ivoiriens ne souffraient pas trop, en plus du délestage, la pénurie d'eau s'est intensifiée en Abidjan. À Yopougon, plusieurs ménages ne se souviennent pratiquement plus de la dernière fois où l'eau a coulé de leur robinet. Au quartier Maroc, les riverains bravent la peur de la nuit à la recherche de l'eau source de vie. C'est généralement entre 1h du matin et 5h voire 6h du matin qu'on s'affaire à remplir les bassines et autres seaux dans les fontaines. Si l'on a la chance, l'eau peut couler dans son robinet à ces heures-là. Mme Deli, au quartier Maroc dit avoir vu de l'eau sortir de son robinet, il y a de cela plus de 8 mois. Malgré cela, elle reçoit régulièrement des factures d'eau. Les quartiers comme Ananeraie, Cité verte ou Port-Bouet 2 vivent le même calvaire. Au grand dam des populations. Plusieurs fois interpellée sur la question, la Sodeci semble ne pas avoir entendu le cri de détresse des populations riveraines. Angré ou Riviera 2, Anono, même calvaire. L'eau a disparu des robinets.

San Pedro dans la danse

La ville portuaire de San Pedro n'est pas épargnée par les coupures intempestives d'électricité. Depuis trois semaines au moins, San Pedro vit au rythme du délestage. Selon un habitant que nous avons joint, cette situation est devenue intenable pour les populations. «C'est pratiquement chaque 10 mn qu'on coupe le courant ici. Et cela depuis trois semaines environs. La semaine dernière, c'était encore plus grave. On nous a privés d'électricité du jeudi au samedi dernier. Nous avons joint la Cie locale qui nous a demandé de nous adresser au siège à Abidjan. Nous ne comprenons plus rien à cette situation. Quand on ajoute à cela les coupures d'eau, c'est la catastrophe. Toute la journée du lundi, nous n'avions pas d'eau», a fait savoir Jacob, un habitant de San Pedro.

Cherté de la vie : les prix flambent sans modération

Alors que Ouattara glane les «lauriers», les Ivoiriens ploient sous le poidsde la cherté de la vie. Difficile de s'offrir un repas décent sous Ouattara, tant le prix des denrées alimentaires ne cessent de flamber. Le riz, le sucre, l'huile, ont connu une hausse significative, sans que le ministère du commerce ne lève véritablement le petit doigt, à part faire des déclarations en quatre murs. Les ménagères de Boribana à la Riviera sont logées à la même enseigne. Le panier de la ménagère est devenue un véritable sachet, tant les prix flambent. Même les produits d'assaisonnement (cube Maggi, ndlr) n'ont pas échappé à la nouvelle donne. Pendant que les ivoiriens peinent à s'offrir un repas convenable, des conditions de vie acceptables, on continue de leur servir des promesses électoralistes. La réalité est que le régime ne peut rassurer les Ivoiriens qui continuent à vivre dans l'insécurité rapprochée, obligés de subir la politique de «rattrapage ethnique» prônée par Alassane Ouattara lui-même, avec des licenciements massifs des travailleurs. En tout état de cause, la Côte d'Ivoire n'est pas loin du gouffre. Dans un contexte où les choses vont de mal en pis.


Frank Toti


Source: LE NOUVEAU COURRIER

Commentaires

UN SONGE A NE PAS NÉGLIGER. LA BIBLE DIT: L HOMME PRUDENT VOIT LE DANGER VENIR DE LOIN ET SE CACHE. LES GENS INSENSÉS Y FONCENT LA TÊTE BAISSÉE ET LE PAIENT CHER. PROVERBES 22 VERSET 3. AMEN: JUSTE APRÈS L ARRESTATION DU VRAI PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE BÉNIE DE COTE D IVOIRE SON EXCELLENCE MR LAURENT GBAGBO LE 11 AVRIL 2011, J AI EU UN SONGE OU UN AMI D ENFANCE ME DIT DE FAÇON SEREINE ET TRÈS CLAIRE: TOUT CE QUE TU VEUX FAIRE CETTE ANNÉE 2011 COMME VEILLÉE DE PRIÈRE, CROISADE D ÉVANGÉLISATION ET AUTRE PROGRAMME QUELCONQUE, FAIS LE CAR IL N Y AURA RIEN QUI VA SE PASSER CETTE ANNÉE... MAIS SI QUELQUE CHOSE DOIT SE PASSER EN COTE D IVOIRE SE SERA ENTRE LE 3 ET LE 4 DE L ANNÉE PROCHAINE. PUIS JE ME SUIS RÉVEILLÉ. SUITE A CE SONGE ET CHOSE BIZARD J AI EFFECTIVEMENT FAIT DES PROGRAMMES ET DES DATES AVAIENT ETEES DONNÉES EN PROPHÉTIE POUR LA LIBÉRATION TOTALE ET DÉFINITIVE DE NOTRE CHÈRE NATION AVANT 2012. MAIS CONTRE TOUTE ATTENTE, RIEN NE S EST EFFECTIVEMENT RIEN PASSE EN MAL CONTRE LES PROGRAMMES DE PRIÈRES OU EN BIEN POUR LA DÉLIVRANCE TOTALE ET DÉFINITIVE DE NOTRE CHÈRE NATION. ALORS JE ME DEMANDE ENFIN,ES CE VRAIMENT DE DIEU CE SONGE? ES CE VRAIMENT ENTRE LE 3 ET LE 4 JANVIER 2012 PASSE OU ES CE ENTRE LE 3 ET LE 4IEME MOIS DE L ANNÉE 2012 C EST A DIRE ENTRE LE MOIS DE MARS OU CELUI D AVRIL 2012? LE SEIGNEUR SEUL LE SAIT. MAIS POUR PAS ÊTRE EN CONNAISSANCE DE CAUSE ET DÉSAGRÉABLEMENT SURPRIS SI CELA DEVRAIS SE RÉALISER DANS CES DEUX MOIS OU ENTRE SES DEUX MOIS DE MARS AVRIL 2012, JE VOUS ÉCRIS POUR VOUS DIRE QUE L HEURE DE LA PRUDENCE EST PLUS-QUE MAINTENANT VENUE.AMEN. QUE LE DIEU TOUT PUISSANT, L ÉTERNEL DES ARMÉES NOUS BÉNISSE, NOUS SANCTIFIE, NOUS PROTÈGE ET NOUS GARDES DANS LES CREUX DE SES SAINTES MAINS JUSQU A LA FIN DE NOS JOURS ICI BAS AU NOM TOUT PUISSANT DE JÉSUS CHRIST QUE J AI PRIE AMEN.

Écrit par : LE DOCTEUR 22519 | dimanche, 04 mars 2012

Cette PHOTO illustre bien le RAL-le-BOL général d'une population qui est privé INJUSTEMENT d'eau,d'électricité et qui ne mange pas à sa faim.Vous avez mille fois raison de MANIFESTER pour vos DROITS les plus ELEMENTAIRES contre la FLAMBEE des prix des produits de premières necessités que vous pouvez vous payez difficilement.Comment y faire face alors que les emplois se font si rares de nos jours.Je vois la COLERE,le DESARROI et le DESESPOIR d'IVOIRIENS et IVOIRIENNES à bout par la faute de la gestion calamiteuse d'un REGIME INCOMPETENT à tout point de vue.Le montant des factures d'eau et d'électricité qui ne cessent d'augmenter.L'ETAT s'en met plein les poches et le petit peuple souffre le MARTYR,le portefeuille de la MENAGERE est VIDE ainsi que son PANIER.Les RESTOS du COEUR version IVOIRIENNE ou la distribution de REPAS GRATUITS pour les plus fragiles sont INDISPENSABLES mais qui aura l'AUDACE de prendre une telle INITIATIVE vu le contexte du pays.Il faudrait que la GRANDE DISTRIBUTION joue le jeu,ce qui n'est pas GAGNE comme ça se fait ailleurs.IVOIRIENS,IVOIRIENNES,YAKO...

Écrit par : RitaFlower | dimanche, 04 mars 2012

A tous ces problèmes, il faut également ajouter le problème de la sécurité.
Il ne se passe pas une seule nuit où les populations de l'intérieur du pays ne soient attaquées dans leurs maisons. Des personnes en armes et en trellis braquent des pharmacies, des magasins, des domiciles à partir de 16h.
La ville de Gagnoa comme les autres villes de la Côte d'Ivoire vit dans l'insécurité.
Les forces de l'ordre n'ont pas d'armes et peuvent pas venir en aide aux populations qui souffrent.
Allassane Ouattara mène une politique de façade, en s'efforçant à donner à Abidjan une image de paix et tranquillité retrouvé alors que nos parents souffrent de ses FRCI à l'intérieur du pays. Des jeunes filles sont violées toutes les nuits dans ces villes.
Mais je ne sais pas où on va, mais ça devient insupportable.
Notre belle CI est au main de voyous.

Écrit par : cheickna | mardi, 06 mars 2012

Mon frère CHEICKNA, ce que tu dis est tellement vrai que je n'ai rien à y ajouter. Oui, il importe de dire au monde entier que OUATTARA ne maîtrise rien en Côte d'Ivoire.

Nous vivons dans la plus grande insécurité, et nous périssons incognito. Le monde entier doit le savoir.

Écrit par : Dindé | mardi, 06 mars 2012

Les commentaires sont fermés.