topblog Ivoire blogs

lundi, 12 mars 2012

COUP D'ETAT CONTRE LE PRESIDENT GBAGBO: DES IMAGES QUI ACCABLENT LA FRANCE


LE DRAPEAU IVOIRIEN ENTRE LES MAINS DE L'ARMEE FRANçAISE.jpg

La vérité éclate progressivement au grand jour ! Une photo inédite est disponible sur le net. Selon des sources concordantes, cette image ferait même partie des nombreuses preuves accablantes rassemblées par la Défense du Président Gbagbo contre l'armée française. La photo daterait du 11 avril 2011, jour du renversement de Gbagbo par la France. Sur cette image écœurante pour l'Afrique digne, on voit des soldats français posant avec, comme un butin de guerre, le drapeau national de Côte d'Ivoire. De toute évidence, le drapeau orange-blanc-vert ainsi brandi par les soldats français a été pris à l'intérieur de la résidence présidentielle.

Selon toute vraisemblance, les militaires français qui ont pénétré dans la résidence du chef de l'Etat ivoirien et renversé le Président Gbagbo avant de le remettre aux forces armées pro-Ouattara, le lundi 11 avril 2011, n'ont pu se retenir d'immortaliser leur forfaiture. Nullement gênés d'avoir fait la guerre à un pays souverain avec lequel aucun conflit n'a été officiellement déclaré, ces soldats à la solde de Nicolas Sarkozy ont arraché l'écharpe une fois à l'intérieur de la résidence officielle présidentielle. Et là, sûrement au moment où les chefs rebelles de Ouattara partaient au Golf Hôtel, QG de Ouattara, avec le Président Gbagbo qui venait d'être renversé, les soldats français, ont certainement ameuté cameramen et photographes français pour se faire filmer. Comme pour dire : on y était effectivement et c'est nous qui avons fait le boulot.

Lors de sa première audience devant les juges de la chambre préliminaire 3 de la Cour pénale internationale (Cpi), le 5 décembre 2011, le Président Laurent Gbagbo, expliquant les circonstances de son renversement du pouvoir, avait nommément indexé la France de Nicolas Sarkozy : « J'ai été arrêté le 11 avril 2011 sous les bombes françaises...La résidence du Président de la République a été bombardé du 31 mars au 11 avril, et c'est dans ces conditions-là, le 11 avril, pendant qu'on me bombardait, qu'on bombardait la résidence qui était déjà à terre- nous, on se cachait dans les trous de la résidence- et, une cinquantaine de chars français encerclaient la résidence pendant que les hélicoptères bombardaient ; C'est dans ces conditions là que j'ai été arrêté. C'est l'armée française qui a fait le boulot ».

Ce témoignage du Président Laurent Gbagbo a fait « boom » dans l'opinion internationale. Comme il fallait s'y attendre, la France et ses médias ont tenté de discréditer les propos du chef de l'Etat ivoirien renversé. Mais en vain. Les témoignages concordants et les preuves qui accablent la France pour son coup d'Etat contre Gbagbo sont légion. A preuve, cette photo inédite de soldats français à côté d'un de leurs nombreux chars de combat, brandissant tel un trophée de guerre, le drapeau de Côte d'Ivoire. Les soldats français qui viennent d'investir la résidence officielle du chef de l'Etat ivoirien et d'arrêter le Président Laurent Gbagbo, tournent en dérision le plus grand symbolise de la Côte d'Ivoire. Ils souillent notre drapeau et foulent ainsi au pied notre souveraineté.

Une façon explicite de dire aux ivoiriens que l'armée française a reconquis la Côte d'Ivoire par les armes. Qu'elle n'est plus un pays indépendant et souverain comme le voulait Gbagbo. Qu'elle est désormais redevenue une colonie française où Paris vient d'installer, ce 11 avril 2011, son « pion » Alassane Dramane Ouattara. C'est l'analyse qu'inspire la photo des soldats français posant en conquérants.


Didier Depry

didierdepri@yahoo.fr

Source: NOTRE VOIE

 

--------------------------------------

TOUS DANS LEURS PETITS SOULIERS


Dans un communiqué du 21 septembre 2011, le Conseil national de la Presse (Cnp, organe de régulation de la presse écrite), proférait des menaces graves tendant à nier l'évidence : « (Des) journalistes s'évertuent, dans leurs écrits, à faire admettre à l'opinion que les autorités politiques en place seraient issues d'un coup d'Etat opéré contre leurs prédécesseurs...

Les concepteurs de ces idées présentent le Chef del'Etat Ivoirien (Ndlr, Alassane Dramane Ouattara) comme un président installé par coup d'Etat et son régime installé par la France, tandis que l'ancien chef de l'Etat (Ndlr, Laurent Gbagbo) est vu comme renversé par l'Armée française et prisonnier du chef de l'Etat français ».

Pour le Cnp, « ce procédé utilisé à foison dans certains journaux traduit, loin du souci d'informer les lecteurs, une tendance inacceptable à la manipulation des faits et de la réalité ». Quelle est donc cette réalité ? Réponse du Cnp : « Le Président de la République de Côte d'Ivoire exerce son mandat actuel des suites d'élections démocratiques reconnues par la communauté nationale et internationale et, pour lequel, il a été officiellement investi dans ses charges ».

Et le Cnp de continuer : « ces faits étant établis et de notoriété, le Cnp, à compter de la publication du présent communiqué, sera intraitable sur les écrits à caractère subversif et insultant non seulement pour les autorités en place mais également pour le peuple ivoirien qui a, dans la transparence, élu son président ».

Et depuis ce communiqué, le Cnp s'est bandé les yeux et a bouché ses oreilles sur toute autre réalité. En tout cas, quand ils daignent les rouvrir, c'est pour distribuer des sanctions à la presse libre. On se prend de pitié en regardant les décideurs du Cnp s'épuiser à vouloir masquer lavérité pour plaire à Ouattara. Leur « combat » est devenu bassement ridicule depuis le 5 décembre 2011, quand, lors de sa toute première audition à la Cpi, le Président ivoirien renversé a proclamé, parlant de ce coup d'Etat, en direct et devant les cameras des télévisions du monde entier : « C'est l'armée française qui a fait le boulot ! ».

Cette déclaration aurait pu conduire le Cnp à un peu de pudeur, de discernement et de nuance sur le sujet, mais que non ! La structure continue à exercer ses tentatives de musèlement de la presse libre sur le «boulot» scandaleux de l'armée française. Démontrée par cette image des soldats français plastronnant avec le drapeau de notre pays, comme un butin de guerre. Dites-nous, Messieurs les décideurs, pourquoi doit-on se taire quand une armée étrangère profane notre drapeau national !? Que gagnez-vous à cacher la vérité au monde entier ? Pour ce qui nous concerne, nous, presse libre et attachée à la mère-patrie, refuserons toujours «la collaboration». C'est-à-dire la traitrise à la Côte d'Ivoire!


César Etou

cesaretou2002@yahoo.fr

In le quotidien ivoirien "Notre Voie" N° 4082 du lundi 12 mars 2012.

Commentaires

VOILA POURQUOI CETTE MAUDITE ET TRÈS DIABOLIQUE UNION EUROPÉENNE SERA BRISÉE DE FAÇON SOUDAINE ET IRRÉMÉDIABLE PAR UN TERRIBLE CLASH DIVINEMENT INSPIRE DE DIEU QUI LES JUGERA POUR TOUTES LEURS MÉCHANCETÉS ET ATROCITÉS SUR LES PEUPLES ET NATION DITES FAIBLES. QUE VOUS LE CROYIEZ OU NON ELLE SE BRISERA ET CHAQUE ÉTAT SERA TRÈS AFFAIBLI A TOUS LES NIVEAUX TANDIS QUE L AFRIQUE DIGNE SE CONSOLIDERA ET GAGNERA EN CROISSANCE ET CONNAISSANCE ÉCONOMIQUE POLITIQUE ECT ECT TOUT EN SE TOURNANT RÉSOLUMENT VERS DIEU ET LES PAYS ORIENTAUX ET CELA POUR TOUJOURS.AMEN. ET IL EN SERA BIEN AINSI.

Écrit par : LE DOCTUER 22519 | lundi, 12 mars 2012

Alassane Ouattara ministre de la Défense: le signe que le gars vit dans la peur.

Compaoré président et ministre de la Défense.
Ali Bongo président et ministre de la Défense
Eyadema président et ministre de la Défense.
Bokassa président et ministre de la défense.
etc....

Belle compagnie.Qui vivra verra.

Écrit par : bakase | mardi, 13 mars 2012

J'ai l'impression que c'est un conseil de l'Elysée quand je lis tous les noms que tu viens de citer.

Écrit par : Gbè | mercredi, 14 mars 2012

il n'y a pas de jouvernement en cote d'ivoire,tous des commis administrateurs de la France.le tueur alassane dramane et sa tigresse font violer les pros gbagbo dans le nord du pays.Toi le bourkinabé;tes frères mossis,les casques bleus et l'armée française ont barricadés ta villa mal acquise,mais tu dois savoir une seule chose t'es pas immortel.T'inquiète,on va reprendre notre pays par tous les moyens.Jesus connait des oeuvres, et tous les jours il voit il entend,les cris des morts,de ceux violés,torturés,pillés,chassés de leurs terres.Tes jours sont comptés!

Écrit par : ouattara | mercredi, 14 mars 2012

Les commentaires sont fermés.