topblog Ivoire blogs

jeudi, 15 mars 2012

GBAGBO, L’EXTRATERRESTRE

LAURENT GBAGBO EN CAMPAGNE.jpg


Curieux non comme titre d’article, vous ne pensez pas ? Eh bien, nous n’avons pas trouvé mieux pour espérer qualifier, de la façon la plus exacte et qui la campe le mieux, cette situation rocambolesque que vit, en ce moment, la Côte d’Ivoire.

Nous avons tous entendu l’incroyable communiqué du gouvernement ivoirien du mercredi 7 mars 2012 annonçant la suppression de 1.126 communes créées par le président Laurent Gbagbo, de 2001 à 2010. En clair, toutes les communes nées sous la gouvernance de Gbagbo, pendant ses 10 années de pouvoir. Argument avancé pour prendre une décision aussi impensable : « Ces communes ont été créées sur des bases politiques ». Ah bon ? Et le gouvernement actuel, sous quels auspices prend-il ses décisions, depuis son avènement violent au pouvoir, le 11 avril 2011 ? : le nouveau découpage administratif de la Côte d’Ivoire, tout comme le nouveau découpage électoral qui fait la part belle aux départements du Nord, la composition même de la Commission électorale indépendante (CEI) acquise à 100% au RHDP, la justice des vainqueurs en vigueur en Côte d’ivoire qui pourchasse un seul camp, l’emprisonnement des journalistes, le musellement de la presse pro-Gbagbo par le Conseil national de la presse (CNP) à travers des sanctions intempestives et ciblées, le gel des avoirs des opposants, les arrestations arbitraires, les mandats d’arrêts internationaux contre les cadres LMP, le maintien en exil des autorités ivoiriennes de l’ancien régime, les tentatives de mise à mort du FPI et de La Majorité Présidentielle, le maintien des supplétifs de la guerre d’avril dans les rangs des FRCI, la tolérance coupable des milices « Dozos » par la République bien que reconnues pour leurs nombreux crimes et exactions contre les populations ivoiriennes, la liquidation des banques nationales, le rattrapage ethnique cher à Ouattara qui promeut les ressortissants du Nord au détriment de tous les autres ivoiriens, etc.


Si on devait reprocher à un camp de la crise ivoirienne de prendre des décisions qui ne se justifient pas, sur la seule base politicienne, il y a fort à parier que le régime Ouattara soit inscrit sur le pire des tableaux. Il est donc très mal inspiré pour clouer quiconque au pilori. Après la dissolution en cours des Conseils généraux (décision complètement inopportune), le coup d’arrêt brutal porté à la communalisation générale de la Côte d’Ivoire consacre définitivement la volonté du régime RHDP de tirer notre pays vers le bas, au nom d’une incroyable propension vengeresse et négationniste visant à effacer toute trace du président Laurent Gbagbo. S’il le pouvait, Ouattara effacerait même les augmentations substantielles opérées par le réprouvé de Scheveningen sur les salaires des fonctionnaires. Mais mal lui en prendrait ! Il peut toujours essayer.


A notre sens, l’argument politique avancé par le gouvernement est totalement léger et, à la limite, fallacieux. Le souci premier dans la communalisation, c’est de rapprocher le centre de décision des populations et de favoriser leur participation à un développement local plus rapproché. Etant entendu qu’elles y contribuent à travers des instruments remarquables comme les FRAR/FIAU (Fonds d’Investissement et d’Aménagement Urbain) qui ne demandent qu’à être redynamisés et boostés. Une commune née créé sa propre dynamique de développement à travers ses populations et ses cadres. Cela est déjà une chose hautement appréciable pour la vie rurale. Il ne reste plus qu’à l’Etat de venir en appui de ce regain d’activité local par une subvention qui ne devrait logiquement plus faire défaut, compte tenu du retour présumée à la paix, en Côte d’Ivoire. C’est de là que part la viabilité d’une commune ; elle ne tombe pas du ciel comme le laisse supposer les propos du gouvernement Ouattara. En clair, la viabilité, il faut la créer et non l’attendre pieusement.


La vérité de cette affaire, c’est que Ouattara n’a pas de solutions pour nos populations rurales, pas plus qu’il n’a les moyens de les subventionner. La principale raison de ces suppressions et dissolutions est financière. Elles sont liées à la sécheresse désespérée des caisses de l’Etat, curieusement, depuis que Ouattara est arrivé au pouvoir.

LAURENT GBAGBO ET AKE NGBO.jpg

De ce point de vue, Gbagbo apparaît comme un extraterrestre ! Comment s’est-il pris pour financer la sortie de crise et les élections les plus chères du monde, augmenter les salaires des fonctionnaires, des corps militaires et paramilitaires, du corps préfectoral, du corps médical, des députés, des juges, et tout à la fois financer les Conseils généraux et subventionner les Communes ? Il ne se passe pas d’émission télé sur la Fonction Publique sans entendre le ministre Gnamien Konan geindre piteusement sur la masse salariale. Comment Gbagbo faisait-il pour payer ces salaires et même prévoir une augmentation de quasi 50% qui devait être effective en Juillet 2011 et dont les fonctionnaires bénéficient déjà de la première tranche, depuis le deuxième semestre 2010 ?

Etait-il un magicien, un surhomme, un prestidigitateur, un alien ? Pourquoi ceux qui nous ont annoncé des pluies de milliards se retrouvent-ils ainsi à grommeler sur les salaires des agents de l’Etat et à réendetter gravement notre pays, eux les « éminents économistes » reconnus par la Communauté internationale ? Comment, avec un pays coupé en deux et en guerre, sous divers embargos et le boycott de bien de bailleurs de fonds, Gbagbo a-t-il réussi, en pleine crise, là où ADO « La Solution » annoncée, en temps de paix, perd pied et peine à nous convaincre, passant le plus clair de son temps à gémir avec ses ministres de la sécheresse des caisses ? Comment se fait-il qu’il n’y ait subitement plus d’argent en Côte d’Ivoire ? Que fait Ouattara de notre argent ? Ne le mettrait-il pas, par hasard, en « mode béquille » pour secourir une France sarkozienne en faillite ? La question mérite d’être posée, tant la situation semble suspecte. Finalement, avec le recul, qui est la véritable « Solution », dans notre pays ? Les Ivoiriens devraient répondre à cette question et en tirer toutes les conséquences politiques.


Que DIEU bénisse la Côte d’Ivoire !


In le quotidien ivoirien "Le Nouveau Courrier" N° 465 du mardi 13 mars 2012.

Commentaires

OUATTARA va tout simplement sur une autre décision politique créer de nouvelles communes avec un découpage électoral qui lui sera plus favorable pour préparer les élections municipales.

Écrit par : habituée | jeudi, 15 mars 2012

L'article a le mérite de résumer toutes les questions qui turlupinent les ivoiriens? Comment? comment ? comment?
Un super Économiste mondial (?)vs un Professeur d'université , historien?
On dirait y'a pas match dêh !!!
Ou bien la France est trop gourmande? Ou bien le Burkina?
Rien pour les ivoiriens trop gâtés? Sincèrement Fernand ceci peut être aussi la solution........................
Ah j'oubliais (l'ingratitude) si je m'en souviens ADO a accompli des prouesses (renvois abusifs, licenciement en masse, cherté excessif de la vie, rattrapage ethnique, insécurité galopante, .......) tout un programme donc.... Que Dieu veille sur nous

Écrit par : Nina | jeudi, 15 mars 2012

La solution est au pouvoir. Attendons , les solutions arrivent à grand pas. Vous savez, les changements sont difficiles. il faut s'habituer. Côte d'Ivoire yako, tu es vraiment tombée très bas. Des "experts en économie", vraiment de vrais experts en économie, du rattrapage. Que dit le Professeur Mamadou Coulibaly?

Écrit par : zouzou | jeudi, 15 mars 2012

CE QU ADO A FAIT FAIT ET FERA DANS CE BEAU PAYS DE LA COTE D IVOIRE EST VANITÉ DES VANITÉS TOUT EST VANITÉ. TOUT CELA SERA RENVERSE D ICI PEU DE TEMPS. CE NE SERA QU UN LOINTAIN ET MAUVAIS SOUVENIR. TOUT CECI AFIN QUE LES IVOIRIENS APPRENNENT A CONNAITRE LA VRAIE VALEUR DE LEUR NATION. NB: MÊME AU PARADIS IL Y A DES CONDITIONS POUR Y ENTRER. NE RENTRE PAS QUI VEUT QUAND IL VEUT ET COMME IL VEUT SI NON COMME LA DIT LE PHARAON D ÉGYPTE: LES ISRAÉLITES DEVIENNENT TRÈS NOMBREUX ET DE PLUS EN PLUS FORTS AU MILIEUX DE NOUS, SI UNE GUERRE ÉCLATE IL POURRAIENT SE METTRE DU COTE DE NOS ENNEMIS ET NOUS COMBATTRE. A BON ENTENDEUR SALUT...

Écrit par : LE DOCTUER 22519 | jeudi, 15 mars 2012

Comme quoi, "les carnets d'adresses, le PHD d'économie, la communauté internationale", tout cela n'était que du vent. Avec un "simple" doctorat en Histoire Géographie et une grande dose d'AMOUR pour son pays, GBAGBO a fait des prouesses que même les économistes de Bretton Wodds, du FMI, de la banque mondiale et de la fameuse communauté internationale lui ont reconnues. Tous ces acquis qui sont en train d'être dilués dans l'océan d'un aigri qui veut achever ce qu'il a commencé en 1990, mettre la Côte d'Ivoire à genoux en la bradant à ses frères de lumière, sans tenir compte du peuple auquel il dit appartenir. Mais par la grâce de DIEU, les yeux des uns et des autres vont se distiller et la vérité apparaitra crue, mais voudront-ils faire leur mea culpa ?

Écrit par : ENEGBOKA | jeudi, 15 mars 2012

"Je souhaite bonne chance à Ahoussou Jeannot parce qu’on lui a donné un portefeuille duquel sont sorties des valeurs qui réduisent nécessairement la valeur du portefeuille de Premier ministre. Quand le président de la République devient lui-même ministre de la Défense, cela signifie qu’il a dépouillé le… Premier ministre de toutes les questions de défense et de sécurité. Quand en plus, le président de la République nomme son petit-frère, ministre chargé des questions présidentielles, c’est l’administration du gouvernement, et c’est comme s’il dépouille le Premier ministre de ce qui est gestion des autres portefeuilles ministériels et la coordination de l’action gouvernementale revient de nouveau à son petit-frère. Et donc naturellement, le Premier ministre se trouve dépouillé. La défense et le gouvernement général vont être gérés en famille chez le président de la République. Troisièmement, le fait de nommer un ministre délégué opérationnel auprès du Premier ministre qui doit être chargé de l’action gouvernementale, le ministre délégué dépouille le Premier ministre de son pouvoir de ministre de la Justice. Donc on se retrouve là avec un Premier ministre, qui est un ami, que j’encourage, mais en même temps je crains fort, avec toutes les pièces qui ont été enlevées de son portefeuille et qui se retrouve avec le titre de Premier ministre qui n’a pas le pouvoir. Et ça, c’est relativement dommage. Moi je l’ai fréquenté pendant les premiers moments de la crise postélectorale. C’est avec lui que j’ai négocié et obtenu la libération des premiers prisonniers détenus au Golf Hôtel et à la Pergola après le 11 avril 2011. Je me dis donc que c’est quelqu’un qui est capable de par sa compréhension de mener progressivement la machine de la réconciliation et cela suppose qu’il ait de l’autorité. Mais si on lui enlève la justice, la défense et les autres manteaux gouvernementaux qu’on a confiés au petit-frère, je crains fort que la Primature qu’on lui a donnée ait été vidée de son contenu. Quand Soro était Premier ministre, toutes ses valeurs là étaient dans le même portefeuille. Quel est le besoin aujourd’hui de le dépouiller de tout cela ?"

Mamadou Koulibaly

Source : Service communication Lider

Écrit par : bakase | jeudi, 15 mars 2012

Derrière le leurre de la primature « donnée » au Pdci– Ouattara et le Rdr prennent tous les pouvoirs.

Après plusieurs jours sans gouvernement, la Côte d’Ivoire a enfin des ministres. Rien de nouveau sous le soleil, ou presque : le Pdci-Rda a été floué avec une primature vide. Ouattara et les siens ayant déjà pris soin de tout «délocalisé» à la présidence. Décryptage. Comment monopoliser tous les pouvoirs tout en donnant l’impression d’être partageur, et de respecter – après tout de même près d’un an – ses engagements avec l’allié PDCI ? C’est cette question que les stratèges du RDR ont visiblement eu à l’esprit dans l’orchestration du mouvement de chaises musicales que représentent la mise en place de l’Assemblée nationale et d’un nouveau gouvernement. Certes, Jeannot Ahoussou Kouadio est désormais le locataire de la «Maison Blanche». Mais il est d’ores et déjà sérieusement circonvenu à la fois par Alassane Ouattara, par les «historiques» et les «durs» du RDR qui affûtent leurs longs couteaux – à titre préventif – dans les bureaux feutrés de la Présidence et par une Assemblée nationale majoritairement contrôlée par les ouattaristes. Selon toute évidence, «la Case» se prépare à phagocyter Ahoussou et les prétentions du PDCI – ou à les combattre sans la moindre complaisance.

Les signes de cet état d’esprit sont évidents. La prise en main directe de la Défense, donc de la gestion au quotidien des FRCI et de la réforme de l’armée par Ouattara, empêchera Ahoussou de seulement oser mettre son nez dans la tambouille sécuritaire du pays, dans la délicate gestion des comzones, des dozos et de tout l’appareil répressif de l’Etat-RDR. De plus, le ministère de l’Intérieur reste entre les mains d’Hamed Bakayoko, fils spirituel du couple Ouattara. Tout ce qui est «corps habillés» restera donc étranger à Ahoussou.

La montée en puissance de l’administration de la Présidence, avec la nomination comme ministres de grognards historiques du RDR comme Amadou Gon Coulibaly – ministre d’Etat – et Marcel Amon Tanoh, ainsi que de Téné Birahima Ouattara, frère cadet du chef de l’Etat chargé de gérer la «cagnotte», indique très bien que plus que jamais, le Palais est le principal centre de décision. Le rôle du gouvernement deviendra de plus en plus décoratif, et c’est peut-être pour cela que revoir le casting n’était pas la priorité. La Présidence se renforce donc. Notamment pour donner une vraie marge de manœuvre institutionnelle aux nombreux conseillers français qui la hantent, dont le symbole est Philippe Serey-Eiffel, et qui n’auront plus à subir les humeurs ombrageuses d’un Guillaume Soro tenu à l’écart.
Publicité

La guerre de l’ombre contre les FRCI va-t-elle commencer ?

Les Français du Palais, comme les analystes de la «bulle explicative mondiale» (Human Rights Watch, International Crisis Group, etc.) et les diplomaties occidentales plaident depuis longtemps pour la mise hors d’état de nuire des anciennes figures de la rébellion, pudiquement appelée «Forces armées des forces nouvelles». Désormais qu’ils seront «traités» à partir de la présidence, peut-on imaginer que le général Claude Réglat et le colonel Marc Paitier, tous anciens de la Direction du renseignement militaire (DRM) française, vont renforcer leur guerre secrète destinée à faire diminuer l’influence des figures de proue des FRCI ? Le pari est risqué pour un Ouattara qui apparaîtrait en première ligne contre ceux qui l’ont fait roi. Plus sûrement, on peut penser qu’il mettra à profit les mois qui viennent pour prendre le contrôle direct de la troupe, sans passer par le truchement de Soro. Une configuration périlleuse pour lui : en tant que ministre de la Défense, il est directement responsable des exactions de ses nervis, qui ne s’arrêteront pas automatiquement parce qu’il se sera octroyé un maroquin.

Un cadeau piégé pour le PDCI

Le vieux parti s’est battu et a crié pour que la promesse de la Primature soit honorée par Ouattara. Mais d’ores et déjà, ce poste se présente comme un cadeau piégé pour le PDCI. Parce que Jeannot Ahoussou Kouadio s’installe à la Primature dans un climat de «guerre civile» entre deux camps : le camp «collaborationniste» qui assume une dilution dans la «maison Ouattara», et le camp «autonomiste» qui veut assumer sa singularité et aller seul aux municipales demain et à la présidentielle de 2015 après-demain. Ahoussou est la tête de file des «collaborationnistes» quand Kouadio Konan Bertin dit KKB incarne celui des «autonomistes». En renforçant Ahoussou, Ouattara sert ses intérêts puisqu’il permet à ses partisans au sein du PDCI d’avoir les moyens d’une machine clientéliste dans le cadre d’une bataille interne qui s’annonce rude. Mais il irrite encore plus un grand nombre de cadres du PDCI qui rongent leur frein. Surtout, la personnalité d’Ahoussou, peu charismatique, ne représente un danger ni pour Bédié (qui veut garder le parti alors qu’il ne sera selon toute évidence pas candidat en 2015) ni pour Ouattara. Contrairement à un Patrick Achi par exemple, il n’a pas d’emblée un profil de présidentiable à court terme. Mais il va mener la bataille contre le camp adverse. Et c’est toujours ça de pris pour le RDR.

Philippe Brou
Le Nouveau Courrier

Écrit par : bakase | jeudi, 15 mars 2012

Oui, BAKASE, je suis d'accord avec Mamadou Koulibaly! C'est une coquille vide que Ouattara a donnée au PDCI-RDA. Mais ce parti est trop naïf pour se rendre compte de la duperie.

Pauvre Bédié, crédule jusqu'à la tombe!

Écrit par : Dindé | jeudi, 15 mars 2012

Les commentaires sont fermés.