topblog Ivoire blogs

samedi, 31 mars 2012

EN PARTANCE POUR BAMAKO - OUATTARA CHASSE PAR LES MALIENS


OUATTARA ET LES MALIENS.jpg

Les chefs d'Etat de la Cedeao qui se rendaient hier au Mali ont essuyé hier la colère des populations qui ont tout simplement envahi le tarmac de l'aéroport de Bamako. La partie a tourné à l'humiliation pour Alassane Ouattara qui a dû sortir un joker pour sauver la face. Retour sur un ballet aérien sous-régional.

Les chefs d'Etat de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cedeao) qui se rendaient hier au Mali pour sommer la junte de se retirer du pouvoir ont dû rebrousser chemin. Ils se sont finalement donné rendez-vous à l'aéroport Félix Houphouët Boigny d'Abidjan, après que l'avion transportant le chef de l'Etat ivoirien, qui avait pénétré l'espace aérien malien, a été refoulé. Selon des témoins présents à Bamako, l'avion du président en exercice de la Cedeao a été contraint de faire demi-tour, les conditions sécuritaires pour atterrir n'étant pas réunies.

Le Burkinabè Blaise Compaoré, le Béninois Yayi Boni, la Libérienne Ellen Johnson Sirleaf, le Nigérien Issoufou Mahamadou et le ministre nigérian des Affaires étrangères, qui étaient eux aussi attendus à Bamako, pour tenter d'obtenir de la junte l'application du schéma de sortie de crise dicté par la France, seront eux également contraints de renoncer à ce voyage. Des centaines de Maliens indignés par les menaces de la Cedeao ont pris d'assaut, dès les premières heures de la journée, le tarmac de l'aéroport de Bamako.

Pour sauver la face, Ouattara décide d'une réunion d'urgence du panel à l'aéroport FHB d'Abidjan, à l'issue de laquelle l'option militaire est réaffirmée et des sanctions draconiennes visant à étouffer l'économie malienne prises. Des décisions qui rappellent en bien des points les sanctions prises contre le régime Gbagbo, où la Cedeao, l'Uemoa et les institutions bancaires sous-régionales comme la BCEAO, la BIDC et la BOAD deviennent des instruments pour soumettre les Etats membres.

Cet échec de la délégation de chefs d'Etat et de ministres de la sous-région est le signe de l'inexpérience du tout nouveau président en exercice de la Cedeao ; poste dont les autres chefs d'Etat ne voulaient pas. Pour avoir compris que c'était une coquille vide. Dans la réalité, le retour à l'ordre constitutionnel au Mali n'est pas une préoccupation pour Ouattara et ses quelques pairs de la Cedeao qui jouent les va-t-en-guerre. En militant pour l'avènement d'une transition dirigée par Dioncounda Traoré, président de l'Assemblée nationale dissoute par la junte, ces chefs d'Etat qui ne sont pas à leur premier acte cautionnent le renversement du président Amadou Toumami Touré.

A en juger d'ailleurs par le choix du médiateur, on comprend que c'est dans une aventure plus périlleuse qu'elle ne l'est aujourd'hui avec le coup d'Etat du 22 mars que la Cedeao - aux ordres de Paris - veut entrainer le Mali. Ces populations disent se rappeler les crises récentes en Guinée et en Côte d'Ivoire dont le chef de l'Etat burkinabè était médiateur. En Côte d'Ivoire, la partie a fini dans le sang, après que le médiateur a choisi son camp et a milité pour que le président Gbagbo soit bombardé, arrêté et transféré à La Haye. En Guinée voisine, le chef de la junte militaire a dû céder sa place à un de ses collaborateurs - après avoir échappé à la mort suite à une tentative d'assassinat. Fortement diminué, il vit aujourd'hui encore à Ouagadougou.

Pour toutes ces raisons, la déception est grande chez les Maliens qui ont envahi hier le tarmac de l'aéroport de Bamako, et qui scandaient des propos hostiles à Alassane Ouattara. «Les Maliens regrettent de t'avoir soutenu», «Nous n'avons pas de leçon à recevoir de toi», «Alassane Ouattara, comment es-tu arrivé au pouvoir en Côte d'Ivoire ?», etc. Les messages sur les écriteaux étaient assez évocateurs de la déception des Maliens qui apprennent à leurs dépens les réalités des connexions mafieuses et lobbies qui dirigent le monde.


Emmanuel Akani


Source: LE NOUVEAU COURRIER

Commentaires

BRAVO aux MALIENS d'avoir chassé ce PUSHTCHISTE d'ALLASSANE DRAMANE OUATTARA,ce DESTABILISATEUR de BLAISE COMPAORE et leur clique venus vous donner des leçon de GOUVERNANCE suite au coup d'état.Quant on connait les conditions désastreuses dans lesquelles OUATTARA est parvenu au POUVOIR,la situation devient vraiment comique.Lui qui a refusé sa défaite et a préféré l'OPTION du COUP d'ETAT vient demander à une JUNTE de se RETIRER du POUVOIR.Il a reçu une fin de NON RECEVOIR de la part de la population malienne déchainée venue l'accueillir en masse.Comme on dit en toute chose,malheur est bon,les le peuple malien ouvre les yeux sur l'IMPOSTEUR OUATTARA et lui retire leur soutien définitivement.Les maliens ont compris à leur dépend,qu'il se sont trompés sur le compte de OUATTARA qui reste toujours l'homme de main de la FRANCE qui a apprté son soutien logistique et matériel à cette JUNTE MILITAIRE MALIENNE comme elle l'a fait en Cote d'Ivoire.

Écrit par : RitaFlower | samedi, 31 mars 2012

UNE PREMIÈRE HUMILIATION ET DÉFAITE D ADO DEVANT LA FACE DU MONDE ENTIER S EST FAITE LORS DE LA FINALE DE LA COUPE D AFRIQUE DES NATIONS QU IL AVAIT PRÉDIT ÊTRE ALLÉ CHERCHER POUR L ENVOYER EN TRIOMPHE EN COTE D IVOIRE.
UNE DEUXIÈME HUMILIATION ET DÉFAITE D ADO DEVANT LA FACE DU MONDE S EST FAITE SUITE AU REFUS DES MALIENS DE LE VOIR LUI LE GRAND dieu et père du plus grand et plus long punch jamais vu dans le monde entier VENIR RÉGLER UNE QUELCONQUE CRISE CHEZ EUX.
LA TROISIÈME, QUATRIÈME, CINQUIÈME, SIXIÈME,SEPTIÈME ECT ECT HUMILIATION ET DÉFAITE D ADO DEVANT LA FACE DU MONDE ENTIER JUSQU A SON INSTINCT ION TOTAL ET DÉFINITIF SONT A VENIR POUR TRÈS TRÈS BIENTÔT...DIEU EST PATIENT ET LENT A LA COLÈRE MAIS IL NE TIEN PAS LE COUPABLE POUR INNOCENT...
A BON ENTENDEUR SALUT.

Écrit par : LE DOCTUER 22519 | samedi, 31 mars 2012

Comment la CEDEAO se souci maintenant de l’état critique du mali le problème actuel du mali c'est l'unité nationale.Cela parait louche que on ne parle pas d'une option militaire contre les rebelles.Comment les armes de la Lybie ont traversé les pays limitrophes pour arriver au mali ? il y a une grande complicité des ces pays,pour eux il faut une personne à BAMAKO pour jouer les jeu de la CEDEAO ie la France.Mes frères Africains qu'on ne nous détournes pas de nos vrais problèmes.Ils faut beaucoup se méfier de ces institutions qui légitime les rébellions,les encadres contre le pouvoirs mois soucieux de les objectifs donc MEFIANCE

Écrit par : djomo cyrille | samedi, 31 mars 2012

Ah!!! chers Africains, chers gros nez, chers cheveux crépus, chers enfants d'esclaves... Quand allez_vous comprendre qu'il est temps qu'on se serre les coudes pour une nouvelle Afrique? Le Président GBAGBO incarcérer injustement vous avez ri, Bohoun Bouabré, Désiré Tagro, Guomon Diagou, Zadi Zaourou est bien d'autres sont morts, des Africains heureux. aujourd'hui c'est le Mali d'ATT...

Écrit par : generalterrain81 | dimanche, 01 avril 2012

Ah!!! chers Africains, chers gros nez, chers cheveux crépus, chers enfants d'esclaves... Quand allez_vous comprendre qu'il est temps qu'on se serre les coudes pour une nouvelle Afrique? Le Président GBAGBO incarcérer injustement vous avez ri, Bohoun Bouabré, Désiré Tagro, Guomon Diagou, Zadi Zaourou est bien d'autres sont morts, des Africains heureux. aujourd'hui c'est le Mali d'ATT...

Écrit par : generalterrain81 | dimanche, 01 avril 2012

Que ce piètre personnage soit interdit D ENTRER DANS NOS PAYS LUI QUI EST OISEAU DE MAUVAISE AUGURE QU IL NOUS FICHE LE CAMP ce manipulé

Écrit par : le wise | dimanche, 01 avril 2012

Les commentaires sont fermés.