topblog Ivoire blogs

jeudi, 19 juillet 2012

COTE D'IVOIRE: NON, OUATTARA NE VEUT PAS DE LA RECONCILIATION

 

CDVR.gif

 

Le lundi 16 juillet 2012, Radio France internationale RFI, au cours de son émission quotidienne «Questions d’actualités» de Juan Gomez a, pendant 20 minutes, invité ses auditeurs à faire le bilan de la Commission Dialogue, Vérité et  réconciliation (CDVR) de Charles Konan Banny, un a après son installation par Alassane Ouattara. De manière unanime, incisive et sans détours le constat a été le suivant : On ne peut pas  faire le bilan d’une action qui n’a pas eu lieu. Décryptons…


Réconcilier, c’est l’acte qui consiste à remettre en accord, en harmonie, des personnes qui étaient brouillées, dit l’encyclopédie de la langue française. En politique, l’acte de réconciliation relève de la grandeur, de la transcendance, de l’humilité, de l’élégance. Le Président Laurent Gbagbo enseigne même que la politique est un métier. Il y croit si fort  qu’il était en train d’achever un livre ayant précisément pour titre  « La politique est un métier ». C’est connu, chaque métier requiert des prédispositions,  des qualités qui sont pour la plupart innées. Or justement, Alassane Ouattara qui veut faire la politique dans notre pays, n’a rien d’un  homme politique. La Politique au noble sens du terme, faite  à la fois de grandeur, de dépassement, d’humilité, de pondération, de mesure, de discernement, de don de soi, de transcendance.

Non, en vérité, Alassane Ouattara  ne veut de la réconciliation en Côte d’Ivoire. Ne lui en voulez pas, il n’en a ni la culture  ni la volonté.

En effet, en créant la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation, au lendemain de son installation au pouvoir et en choisissant  Konan Banny flanqué de Désiré Tanoé et Boubakar Fofana pour l’animer, Ouattara remplissait contre son gré une obligation de ceux qui l’ont mis à la tête de la Côte d’Ivoire. Ces derniers, après avoir lourdement investi dans la déstructuration de la Côte d’Ivoire avaient tout logiquement besoin d’un rapide retour sur investissement nécessitant un climat apaisé pour les affaires.

Le point d’achèvement de l’initiative PPTE était aussi dans le pipeline avec ses conditionnalités multiples. Voilà. Au-delà de ces considérations d’intérêts financiers, rien  d’autre n’intéressait Ouattara.

Pour lui ,pour la France de Sarkozy, son Parti le RDR, ses alliés de circonstance du RHDP et pour sa cohorte de thuriféraires, tant que Gbagbo sera à la Haye, ses principaux lieutenants en prison ou en exil, son Parti mis sous le boisseau, ses militants écrasés pas la terreur, la  presse de l’opposition fonctionnant avec le couperet de la sanction de fermeture  à la gorge ,un parlement  et une justice aux ordres…  mieux il gouvernera tranquillement. Il ne faut donc pas se tromper d’analyse. Suivez en ce moment les déclarations des dirigeants de son parti  le RDR dans les bases à propos de l’éventualité de la libération de Gbagbo lors du procès du 13 aout à la CPI. Pour eux Laurent Gbagbo doit mourir à La Haye. A défaut, s’il est libéré, que l’atmosphère électrique d’Abidjan à créer, faite de terreur, le dissuade à regagner la terre de ces ancêtres en pleine convulsion d’occupation. Comptabilisez le nombre de mandats d’arrêt qui continuent d’être lancés, les arrestations, enlèvements, et assassinats dans tout le pays, plus d’un an après l’avènement de ce régime d’exception. Vous aurez tout compris !!!

Non, Ouattara ne veut pas de la réconciliation en Côte d’Ivoire. Aucun discours, aucune action, aucun geste ne présentent une inclination à la décrispation, à la concorde  de la part d’un chef d’Etat qui en a la l’obligation constitutionnelle. Le simulacre de dialogue de Grand  Bassam avec les partis et mouvements du CNRD, les rencontres du Premier Ministre Ahoussou Kouadio Jeannot avec le FPI, obéissent beaucoup plus  à des agendas précis  pour lesquels certaines  poignées de main  et photos de famille sont convenantes. Hier c’était pour le PPTE, aujourd’hui c’est assurément pour la tournée de Ouattara à l’extérieur et enfin sa rencontre avec le Président français François Hollande. Sans plus.

Au total, on  observe que les différents discours malicieux sur la réconciliation en Côte d’Ivoire sonnent faux. Aussi, les Ivoiriens qui dans leur majorité subissent au quotidien en silence  le poids de la dictature de Ouattara  savent que leur salut réside dans leur capacité à transformer cette résistance en énergie libératrice de la Côte d'Ivoire. Nécessairement.


Yves Komenan

Correspondance particulière


Source: ABIDJAN DIRECT

Commentaires

Et les IVOIRIENS ne veulent pas de OUATTARA.Qu'il sache que s'il les aime pas les ivoiriens le lui rendent bien.Dans ce périple de voyages à l'extérieur du PAYS,que OUATTARA aille lui-meme à la HAYE pour régler ses comptes personnels avec le PRESIDENT GBAGBO.Lui qui utilise les moyens de l'état pour assouvir son désir de vengence et de haine.Qu'il commence à esseyer de désamorcer la bombe que lui-meme OUATTARA a dans son propre coeur avant de demander au peuple de se RECONCILIER.Comme on dit,charité bien ordonnée commence par soi-meme.Qu'il donne l'exemple à la nation ivoirienne. S'il en a la volonte et s'il en ait capable.Sinon mettez fin à cette blague!

Écrit par : RitaFlower | jeudi, 19 juillet 2012

La réconciliation version Ouattara-Banny, une blague de mauvais goût. Mieux, une fort mauvaise blague!

Chance de succès: ZERO depuis le départ, au premier jour.

Écrit par : Dindé | jeudi, 19 juillet 2012

ouattara n'a jamais voulu d'une qquonque reconcilliation ,il ne fait que verser son venin sur les ivoiriens ,il nous met en prison quand il veut ,alors la communauté internationnale est muette il fait ce qui lui plait et le pays est dirigé; Mais .....

Écrit par : wadi fara | jeudi, 19 juillet 2012

Sans objectifs précis, aucune réconciliation n'est possible. Il ne s'agit pas de multiplier les génuflexions pour obtenir la paix sociale. Ce qui est certain et que fait remarquer Fernand, c'est que Ouattara jouit d'une totale impunité devant les instances internationales qui forcent les médias européens au mutisme sur tout ce qui se passe en Côte d'Ivoire. C'est aux Ivoiriens qui ne veulent pas du sort qui leur est fait de faire le plus de bruit possible. Il faut pousser soit la communauté internationale soit les médias européens à l'exaspération. Pour ce faire, les Ivoiriens doivent mettre les peuples européens (surtout français) de leur côté en les informant.

Écrit par : St-Ralph | lundi, 30 juillet 2012

Merci, cher frère, ST-RALPH!

Belle stratégie de lutte que celle que tu nous proposes: Pousser la communauté internationale et/ou les médias européens à l'exaspération et mettre les peuples européens, surtout le peuple français, de notre côté.

Bien vu! Je pense que nous sommes sur la bonne voie. Il faudra simplement insister et persister jusqu'à atteindre leur point de rupture. Nous n'en sommes pas si loin.

Une autre stratégie que je refile à tous mes lecteurs: Ciblez les élus locaux des pays occidentaux, les élus européens, les députés et sénateurs américains et les institutions internationales. Collectez toutes leurs adresses e-mails (privées et professionnelles). Ecrivez-leur. Parlez-leur de ce que le régime de Ouattara fait aux Ivoiriens. Expédiez-leur des témoignages, des articles et des photos comme preuve. Avec ardeur et sans relâche. Je le fais depuis de longs mois. Des voix qui comptent finiront bien par nous entendre, un jour.

La lutte est multiforme. Au boulot, les gars!

Écrit par : Dindé | lundi, 30 juillet 2012

Les commentaires sont fermés.