topblog Ivoire blogs

vendredi, 03 août 2012

DES JEUNES LEADERS DU NORD PREVIENNENT: «OUATTARA NOUS CONDUIT VERS UNE GUERRE CIVILE»

 

JEUNE LEADER DU NORD - IDRISS OUATTARA.jpg

Jeune leader du Nord: Idriss Ouattara 
 

Les jeunes leaders d’opinion en exil depuis l’avènement du régime Ouattara interpellent, dans une déclaration dont nous avons obtenu copie, leurs concitoyens, et mieux, la communauté internationale, sur les dérives totalitaires des nouveaux tenants du pouvoir. Ils mettent en garde contre les graves risques d’embrasement que Ouattara et ses hommes font courir à la jeune nation ivoirienne. Ci-dessous l’intégralité de leur texte.


Déclaration des jeunes leaders du Nord en exil


Contexte

Le 20 juillet 2012, à Duekoué, prenant prétexte d’un braquage perpétré par des bandits dans le quartier Kokoma, les populations malinké soupçonnant les bandits de provenir du camp de Nahibly et  soutenues par les FRCI vont incendier ce camp, causant officiellement 13 morts parmi les populations Wè refugiées dans ce camp. Toutefois, de nombreuses autres sources sur le terrain font état de 200 morts et des nombreuses disparitions. 

Précédemment, le 12 juillet 2011 à Arrah, les populations autochtones excédées par les nombreuses exactions des FRCI se soulèvent contre ceux-ci. Les populations du Nord se joignent aux FRCI et attaquent les autochtones, causant la mort d’au moins 5 personnes. Les exemples sont légions, à Anonkoua Kouté, Vavoua, Bonoua, Lakota, Sikensi, Dabou, Abengourou pour ne citer que ces cas connus et médiatisés. Mais partout, des exactions sont quotidiennement perpétrées par des milices tribales (dozos et supplétifs FRCI) contre les communautés autochtones, en complicité parfois avec les populations malinké originaires du Nord et installées dans ces régions.

Par ailleurs, l’on observe que le Nord de la Côte d’Ivoire est devenu la zone d’incarcération par excellence des prisonniers politiques comme au temps des goulags dans la Russie soviétique. Après le Président Gbagbo incarcéré à Korhogo avant son transfèrement à La Haye, de nombreuses personnalités politiques de LMP  et des militaires sont emprisonnés au Nord dans notre région : Simone Gbagbo à Odienné, Affi N’guessan à Bouna, Aboudrahamane Sangaré et bien d’autres à Katiola et Boundiali. Enfin, le président  Ouattara pratique – depuis sa prise de pouvoir – une politique outrancière de rattrapage ethnique qui se traduit dans les faits par la nomination des nordistes dans les postes-clés de l’administration et de l’armée au détriment des autres communautés, par l’expropriation des terres à l’Ouest au profit des populations du Nord et des étrangers, Burkinabè principalement, et par un découpage électoral totalement partisan au profit du Nord dénoncé même par son allié du PDCI.

JEUNE LEADER DU NORD - YOUSSOUF FOFANA.jpg

Jeune leader du Nord: Youssouf Fofana

Notre analyse

Nous, jeunes leaders du Nord en exil, observons que depuis l’accession au pouvoir de Ouattara, les tensions interethniques sont sans précédent dans le pays et la cohésion sociale est fortement entamée.

Nous constatons  aussi que c’est la première fois dans l’histoire de notre jeune nation que des Ivoiriens sont soit refugiés dans leur propre pays (dans des camps et dans les forêts à l’Ouest du pays) ou en exil en si grand nombre dans d’autres pays.

Nous constatons  enfin que c’est aussi la première fois qu’une communauté prédomine tant dans tous les aspects de la vie politique, économique et sociale au détriment des autres, dans un pays où cohabitent une mosaïque d’ethnies. Et tout cela, sous la gouvernance Ouattara.

Ainsi, après avoir instrumentalisé le Nord pour conquérir le pouvoir d’Etat,  Alassane Ouattara utilise notre communauté comme bouclier dans sa politique de terreur pour satisfaire les intérêts économiques de ses maîtres Occidentaux et des étrangers qui l’ont installé au pouvoir. Le Nord n’est donc pas en réalité bénéficiaire de cette politique.  En effet, depuis qu’il a été Premier ministre puis chef de l’Etat, aucun acte de développement visible n’a jamais été posé dans le Nord par M. Ouattara. La seule chose que le Président Ouattara a réussi avec brio, c’est d’opposer le Nord aux autres régions du pays.

Notre position

Face à ces graves dérives et à cette politique ethno-régionale qui met en péril la cohésion sociale et l’unité nationale, il est temps, grand temps, de réagir. C’est pourquoi, nous, jeunes leaders du Nord en exil :

1. Condamnons fermement et vigoureusement la politique ethno-tribale et génocidaire du régime Ouattara;

2. Interpellons vivement nos parents et frères sur les dangers que fait courir les agissements du Président Ouattara sur notre communauté :

- Chers parents, ne nous rendons pas complices de la politique  «d’aseptisation et de nettoyage»  prônée par  Amadou Soumahoro, Secrétaire Général du RDR, contre les populations qui nous accueillent dans leurs régions, sur leurs terres et avec qui nous avons toujours entretenu des relations harmonieuses de fraternité et de paix depuis plusieurs décennies. 

- Chers parents, rappelons-nous que les hommes passent mais les institutions demeurent. Qu’adviendra-t-il demain si Ouattara n’est plus au pouvoir ? Quelle pourrait être la réaction des autres groupes ethniques brimés, persécutés qui se terrent et se réfugient dans leur propre pays, en ce moment ? En quoi être un pro-Gbagbo est-il un crime ? Comment nous, populations du nord, pourrions regarder les autres en face? Pourquoi est-ce que c’est le Nord qui accueille dans ses prisons les responsables politiques de LMP et les militaires ? 

- Chers parents, l’histoire ne doit pas retenir que c’est sous le règne d’un nordiste que la Côte d’Ivoire a basculé dans la fracture sociale et la guerre civile. Le malheur de la Côte d’Ivoire ne doit pas venir du Nord.  

3. Enfin, nous, jeunes leaders du Nord en exil, interpellons la communauté internationale qui a soutenu M. Ouattara dans sa conquête du pouvoir sur les graves dangers qu’il fait courir à la Côte d’Ivoire et à la sous-région. En effet, sous vos yeux et dans votre silence coupable, se créent par cette politique dangereuse les germes et les conditions d’une guerre comme au Rwanda en 1994  entre Tutsis et Hutus.

Soucieux de la préservation de la cohésion nationale et du développement de notre région dans une Côte d’Ivoire une et indivisible,  nous lançons un vaste appel au Rassemblement de tous les fils et filles du Nord.

Chers Parents, cultivons donc avec nos frères des autres régions des relations de fraternité et d’amour pour une nation forte qui préserve durablement la paix et la sécurité pour l’ensemble des communautés, sans exclusive, et méditons ensemble cette poignante interpellation du M. Charles Konan Banny, président de la CDVR : «Aucune victoire par la force ne peut être tenue pour définitive, car le vaincu d’aujourd’hui fourbira ses armes dans l’espoir de devenir le vainqueur de demain. Et c’est ainsi que s’installe l’escalade». Ensemble, sauvons le Nord et les Nordistes !


Fait en exil, le 1er août 2012


• Idriss Ouattara, Président des Agoras et Parlements de Côte d’Ivoire (Bouna)

• Touré Moussa Zeguen, Coalition Nationale des Résistants de Côte d’Ivoire (Touba)

• Abdalah Coulibaly, Alliance des Jeunes Patriotes (Korhogo)

• Fofana Yousssouf, Président de la Voix du Nord (Séguéla)


Contact: sursautnord@gmail.com 


NB: La titraille est de la rédaction



Source: LE NOUVEAU COURRIER

Commentaires

Je me réjouis qu'il y ait au sein de la Communauté du Nord des JEUNES RESPONSABLES et CONSCIENTS qui nous avertissent dè à présent du DANGER et de la MENACE iminents d'un risque d'embrasement avec les autres COMMUNAUTES issues de la Cote d'Ivoire.Très belle analyse sans cessession d'une situation jugée incertaine.Ces JEUNES EXILES voient juste.C'est ce qui va effectivement se passer si PERSONNE n'y prend GARDE.Meme si au PAYS,l'ivoirien n'a pas cette culture d'anticiper les évènements qui vont se passer à l'avenir.D'autres plus clairevoyants le font à leur place.Ca serait du SUICIDE de ne pas prendre ces AVERTISSEMENTS au sérieux.En particulier la nouvelle classe politique ivoirienne qui est à l'origine d'une telle dégradation surtout sur le plan politique.Que ceux qui ont des yeux voient et ceux qui ont des oreilles entendent cet appel au calme.D'autres qui préfèrent jouer la"politique de l'autruche"sont aussi avertis.Tanpis pour eux s'ils refusent cette réalité.

Écrit par : RitaFlower | vendredi, 03 août 2012

Ce qui couve est EXTREMEMENT grave!!! Nos frères malinké ou du Nord doivent se démarquer des dérives de Ouattara dès maintenant.

Il est encore temps!

Écrit par : Dindé | vendredi, 03 août 2012

Je vais essayer de faire un commentaire sur ce thème sans déborder et de limiter mon texte au minimum, ce qui est difficile. Ayant passé une bonne partie de ma vie en Cote d’Ivoire, je peux dire qu’on trouvait les gens du Nord dans toutes les structures de l’Etat et dans les institutions étatiques et paraétatiques et cela a tous les niveaux. Au temps du parti unique, ils étaient également présents dans les rouages du PDCI. En ce temps là, seule la volonté souveraine du grand FHB prévalait, du moins pour l’observateur extérieur. Ses politiques en matière d’organisation et de dévolution du pouvoir d’Etat, en matière de propriété foncière et de population (immigration), contenait probablement certains germes des troubles actuelles, cependant il n y avait pas là une évolution irrémédiable. La succession PDCI n’a pas été à la hauteur des enjeux. L’opposition politique significative (FPI) trouve ses cadres et dirigeants de toutes les régions de Cote d’Ivoire. Le RDR de Djeni Kobenan n’était certainement pas au départ, un parti « nordiste ».
Les « problèmes des Nords » existent dans la plupart des pays d’Afrique francophone. Je peux citer en vrac Cote d’Ivoire, Burkina Faso, Tchad, Centrafrique, Congo-Brazzaville, etc. L’administration et l’économie coloniale se sont développées à partir des «Suds» (c’est une réalité connue sur laquelle je ne m’étendrai pas). Il s’en est suivi un déficit important en matière d’infrastructure et d’équipement entre autres, dans les "Nords". Dans certains pays, on parle aussi de l’Est et même au Sud, les zones prospères côtoient les zones déshéritées. On peut dire qu’en Cote d’Ivoire il y a eu un rattrapage relatif important comparé a d’autres pays, et ceci déjà au temps de FHB. Celui qui a commencé à concevoir de façon systématique le développement en termes régionales et locales est le Président Gbagbo.
Dans ce contexte, la dérive nordiste, ethnique et religieuse des nouveaux tenants du pouvoir en Cote d’Ivoire ne peut être justifiée par l’histoire récente, cela d’autant plus que les premiers propagateurs de cette tendance sont des intellectuels, cadres supérieurs, bien au fait de l’histoire et des réalités économiques et sociales contemporaines.
L’appel aux éléments de l’irrationnel contenue dans les notions d’ethnie et de religion, qui comme nous le savons, ont déclenché des guerres interminables dans les temps passés et aujourd’hui dans toutes les parties du monde, a été le moyen diabolique utilisé par la direction du RDR (vidé de la plupart des fondateurs non « nordistes ») pour constituer et consolider une base populaire manipulable à souhait. Ces dirigeants ne peuvent renoncer à ce fond de commerce et changer leur approche au risque de tomber. Ce fait est ici aggravé par l’approbation d’un président apatride qui a été l’initiateur de ces idées et qui ne trouve rien à redire à l’envahissement forcé des terres ivoiriennes par des étrangers.
Mais nous savons qu’en fait ce n’est là que l’une des parties visibles de l’iceberg de la combinaison des intérêts multiformes qui se manifestent aujourd’hui en Cote d’Ivoire. Mais c’est l’élément qui par sa nature et ses manifestations sous forme d’injustice, d’exactions diverses, de volonté et d’actions génocidaires, est en train de creuser le trou dans lequel vont sombrer ceux qui contrôlent cette situation en arrière plan.
Prions pour que la Cote d’Ivoire s’en sorte plus unie et plus forte.

Écrit par : Gnikoli | vendredi, 03 août 2012

Bien dit, cher frère GNIKOLI! C'est propre, comme on dit chez nous.

Celui qui a réussi le tour de force d'opposer les Malinkés à tous le reste de la Côte d'Ivoire, c'est bien Ouattara. Ils les conduit à leur perte.

S'il les aiment vraiment, qu'il redresse la barre dès maintenant.

Merci à toi!

Écrit par : Dindé | samedi, 04 août 2012

Les commentaires sont fermés.