topblog Ivoire blogs

dimanche, 05 août 2012

ATTAQUE DU COMMISSARIAT DU 17EME ARRONDISSEMENT DE YOPOUGON NIANGON PAR LES FRCI: 3 MORTS

 

FRCI D'ADO 5.jpg


Dans la nuit d’hier samedi à aujourd’hui dimanche 5 Aout 2012, de fortes détonations ont été entendues à Yopougon, précisément à Niangon Sud dans les environs du Commissariat de Police du 17ième arrondissement de cette populaire commune du district d’Abidjan. A cette heure de la journée, on en sait un peu plus sur les causes de ces tirs entendus toute la nuit précédente et les dégâts occasionnés.

Selon une source bien introduite qui a requis l’anonymat, cette fusillade a provoqué malheureusement des pertes en vie humaine et c’est encore une situation à déplorer. Que s’est-il passé pour que nous en arrivions là, à cet autre drame ?

Notre interlocuteur affirme que les autorités policières ont donné des instructions fermes pour que le secteur de Niangon, quartier de la commune Yopougon fasse l’objet d’une sécurisation plus accrue. Et c’est donc en exécution de cet ordre hiérarchique, que la police de cette zone va fouiller de fond en comble, le vendredi nuit, les endroits suspects de cette cité dortoir. Cette opération comme l’indique l’informateur, est fructueuse puisque des suspects ont été pris et gardé dans l’enceinte du commissariat.

Cette opération de rafle terminée, les policiers procèdent à la vérification de l’identité des suspects appréhendés à ces endroits louches de ce secteur. Un bon nombre parmi les personnes raflées, présente leur identité et est invité à regagner leur domicile. Certains se réclamant des FRCI sont sans pièces. Pour des nécessités d’enquêtes, ceux-ci sont conduits à la Préfecture de Police au Plateau. Ces derniers, une fois sur place, réussissent à joindre des proches à qui ils racontent leur mésaventure et pointent du doigt les agents du Commissariat du 17ème d’être leurs bourreaux et à la base de leur présence derrière les barreaux à la Préfecture de Police en attendant que leur situation puisse être clarifiée.

Cette situation provoque l’ire de certains éléments FRCI, qui vont prendre d’assaut, toute la nuit du samedi au dimanche, les locaux du Commissariat de Police de cette zone de Yopougon. Ceux-ci, comme à leurs habitudes, armés jusqu’aux dents vont prendre à partie le commissariat qui va tout de suite comprendre qu’une attaque est menée contre leur local. Avec les maigres moyens dont ils disposent au sein de cette compagnie et aidés de leur professionnalisme, les policiers en service vont réussir à contenir ces justiciers venus en représailles. Mieux, ces hommes de métier et de terrain finiront par mettre en déroute ces quidams qui laisseront sur place, trois (3) des leurs tués pendant la fusillade. 

Ce matin de dimanche, tous les habitants du secteur de Niangon qui ont entendu ces fortes détonations, toute la nuit d’hier se demandent bien si le chef de l’Etat, dramane a conscience de la sécurité des ivoiriens car ils ne peuvent comprendre qu’une simple opération de rafle puisse amener des personnes à réagir de la sorte en s’attaquant à des policiers en service, dans leur commissariat à l’arme automatique. Cette autre barbarie des hommes de ouattara montre bien que la sécurité reste fragile et plus que jamais, les personnes qui ne parlent pas le même langage que leur mentor sont averties; la mort rodant tout près.


Emliss Siffine, sur sa page FACEBOOK.

Les commentaires sont fermés.