topblog Ivoire blogs

mardi, 14 août 2012

ATTAQUE DE TOULEUPLEU: LA PSYCHOSE A GAGNE LA VILLE DESERTEE - LES FRCI S'EN PRENNENT AUX POLICIERS ET AUX GENDARMES

 

FRCI TOULEUPLEU.jpg

 

Les attaques survenues hier lundi 13 août 2012, à des postes tenus par les FRCI dans des villages alentour, ont plongé Toulepleu dans une grande peur. Les populations de la cité et des villages environnants commençaient à trouver refuge ailleurs. Si certains se sont barricadés chez eux, d’autres, et de loin les plus nombreux, ont préféré fuir et trouver refuge soit en brousse soit dans d’autres villages. Parmi ces «réfugiés» de circonstance, on comptait les policiers et gendarmes qui, selon des témoignages d’habitants de la ville, ont subi des tirs (le commissariat et la brigade de gendarmerie) de la part d’éléments Frci en colère. 

Parce que ces policiers et gendarmes, dépourvus du matériel adéquat, n’ont pas réagi à une attaque qui s’est produite à une quinzaine de kilomètres de la ville et qui, logiquement, relevait de la compétence de l’armée, en l’occurrence les Frci, qui détiennent tout l’armement. «Ils ont tiré sur la gendarmerie et le commissariat pour faire fuir les éléments et ont emporté les véhicules», nous a déclaré au téléphone un habitant de la ville. Jusqu’aux environs de 22 heures, une source policière nous confirmait que les éléments basés à Touleupleu n’avaient toujours pas regagné le commissariat, suite à un malencontreux incident survenu en mi-journée. Un incident dont notre source n’a pas voulu parler en détail.

Au sein des populations, c’est la peur de revivre de douloureux moments après les affres de la rébellion et la récente guerre postélectorale. Des familles ont préféré quitter la ville de Touleupleu, malgré les appels au calme et à la sérénité lancés par autorités locales et le déploiement des Frci et de l’Onuci. Les autochtones craignent déjà des représailles à la suite de cette attaque d’un commando sorti de nulle part ou à tout le moins du Libéria voisin, si l’on en croit les propos du délégué à la Défense d’Alassane Ouattara. Les précédentes attaques dans le même genre avaient occasionné une furia des Frci et dozos contre les autochtones, sous le prétexte d’une prétendue collusion avec les «assaillants».

Bien que le commando mystérieux n’ait pas été identifié formellement, l’on devrait tout de même s’attendre à une opération de répression dans la région, avec en ligne de mire les partisans de Laurent Gbagbo.

 

Frank Toti


Source: LE NOUVEAU COURRIER

Les commentaires sont fermés.