topblog Ivoire blogs

jeudi, 16 août 2012

TOULEUPLEU SE VIDE, LES POPULATIONS VONT SE REFUGIER AU LIBERIA

 

TOULEUPLEU SE VIDE.jpg

 

Ce mardi 14 mai 2012, profitant d’une relative accalmie sur le front de Touleupleu, les populations se sont ruées vers le Liberia voisin pour s’y réfugier. En effet, selon des concordantes, les combats avaient gagné en intensité depuis le lundi 13 juin 2012 à 17h30, lorsque les renforts du Commandant Loss sont venus appuyer les FRCI en déroute. Les armes ont crépité toute la nuit jusqu’au lendemain matin 14 août 2012, mais le Cdt Loss n’a pas pu déloger les éléments du commando non-identifié qui s’était emparé, la veille, des positions stratégiques de Touleupleu, précisent les mêmes sources.

Division entre gendarmes et dozos

Selon des témoins, les dozos, supplétifs de l’armée de Dramane Ouattara, soupçonnaient les gendarmes d’être de connivence avec le mystérieux commando qui a attaqué Touleupleu. De leur côté, les gendarmes, déjà mal équipés, refusèrent de se mélanger à cette bande de dozos, chasseurs traditionnels aux cyniques réputations. La hiérarchie militaire des FRCI n’a pas encore résolu cette division, favorisant l’avancée du commando non-identifié, ont indiqué les mêmes témoins. Un vent de panique s’empara, alors de Touleupleu, Danané, Tai et Bloléquin. Les populations sentant une déroute des FRCI, désertent les zones de combats pour se réfugier au Liberia voisin.

Des frappes d’hélicos MI-24

Le Lundi 13 août 2012, M. Paul Koffi Koffi, ministre délégué à la défense, annonçait fièrement sur le plateau du JT de 20h de RTI1 : "Les forces onusiennes ont décollé des MI-24 pour sécuriser la frontière avec le Liberia".

Répondant aux questions de Jeune Afrique, la hiérarchie militaire de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) confirme, certes, les combats de Touleupleu mais a démenti toute implication dans les combats au côté des FRCI en ces termes : "Nous n’allons pas engager le combat. Notre mandat est différent de celui des Casques bleus en RDC. Ici, nous sommes là pour protéger les civils".

Cependant, des humanitaires opérant à Touleupleu et qui se sont repliés sur Guiglo témoignent que "des MI-24 ont ouvert le feu sur les positions avancées du Commando non-identifié, stoppant la progression des éléments élites dudit commando au cœur du dispositif démantelé des FRCI en déroute". En outre,des témoins rapportent avoir aperçu des avions cargos de l’ONUCI qui, dit-on, "évacuaient des casques bleus".

De toute évidence, les FRCI de Dramane ouattara ont buté sur une résistance farouche d'un commando non-identifié, malgré les renforts du comandant Loss. La division des FRCI fragilisent leur position et il va s’en suivre une débandade générale des FRCI et leurs supplétifs, si l’ONUCI et d’autres forces occultes ne se mêlent pas secrètement de ces affrontements ivoiro-ivoiriens.

 

Source: Le blog d'Alain Doh Bi

Commentaires

Je pense que les populations ont mille fois raison de préférer quitter le pays précipitamment.Les conditions ne sont réunies pour qu'elle reste sur place.Un pays incapable d'assurer votre sécurité,de vous offrir un toit,de vous donner un travail et de vous procurer de la nourriture vous pousse inévitablement vers l'extérieur.Elle n'attende pas que la mort les trouve,elles prenne elle-meme leur destin en main.C'est vraiment la désolation totale en Cote d'Ivoire.Le pays se vide petit à petit de sa population dans l'indifférence d'un pouvoir qui les a plongé dans ce chaos.Partir et laisser tout,derrière soit.Ceux qui ont la chance de partir avec leurs familles sont des privilégiés.Chacun emporte le maximun de ce qu'il peut transporter sur son dos.Quant on connait la dure vie des exilés dans les autres pays,on se dit que l'ivoirien n'a pas le choix:constamment tiraillé entre la mort et la vie.Triste tableau à voir.C'est préférable que de supporter les coups de canons répétés,non.Vu aussi les relations du Libéria avec le pouvoir Ouattara, prions que cette petite partie du peuple trouve un pays hospitalier qui leur facilite la vie après tout ce que les Ivoiriens ont déjà du supporté...

Écrit par : RitaFlower | vendredi, 17 août 2012

RITAFLOWER,

L'idéal serait que Ouattara leur assure la sécurité dans leur pays. Mais plutôt que de travailler véritablement à la réforme sécuritaire et à la réconciliation, il a passé une année et demi à mettre ses adversaires politiques en prison.

Résultat, la violence reprend ses droits. Tout lui échappe, aujourd'hui, et le pays est au bord du chaos. Le pire, c'est qu'il n'a rien vu venir, tant il s'était inscrit dans la jubilation impudique et la juste des vainqueurs. Chapeau l'artiste!!!

Écrit par : Dindé | dimanche, 19 août 2012

A leur place, je ne ferai pas mieux.
Mieux vaut partir que d vivre ces atrocités.
Avec toute son armée arrive à sécurisr les ivoiriens qu de son pays, comme un globe-trotter.
Viens pour gerer cette situation, ou bien la sécurité n'est pas dans tes solutions.

Écrit par : Gontran Habachie | dimanche, 19 août 2012

Les commentaires sont fermés.