topblog Ivoire blogs

mardi, 21 août 2012

FACE AUX ATTAQUES DE GROUPES ARMES, LE RDR INSTALLE UN GOUVERNEMENT OCCULTE


SORO GUILLAUME - CHEF DES ARMEES.png

Imbroglio total entre l'exécutif et le législatif: Soro Guillaume, chef des armées. Vous parlez d'une république! 

 

Les récentes et sporadiques attaques d’un commando mystérieux contre les Frci ont quelque peu désarçonné le régime Ouattara qui ne sait véritablement pas comment ramener la sérénité dans ses rangs. Et n’a eu d’autres choix que de remettre subrepticement dans le jeu de l’exécutif, l’actuel président de l’Assemblée nationale, Guillaume Kigbafori Soro, qui a reçu les responsables militaires lundi et mardi dernier. Face aux attaques multiples de groupes armés, le régime Ouattara a fait le rappel des troupes en sen sein. Avec la remise en selle de l’ex-Premier ministre, Guillaume Soro, qui semble avoir pris les devants pour colmater les brèches et éviter que le navire Ouattara ne prenne l’eau de toutes parts. On  se souvient de la rencontre quasi-inattendue entre les frères ennemis du système Ouattara – Hamed Bakayoko et Guillaume Soro –,  aux lendemains de l’attaque du camp Akouédo.

Au moment où le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, savoure ses vacances en France, après un détour de quarante-huit heures en Arabie Saoudite, alors que les choses devraient reposer sur le Premier ministre, Ahoussou Jeannot, qui devrait être épaulé par les ministres Hamed Bakayoko de l’Intérieur et Paul Koffi Koffi, délégué à la Défense, c’est curieusement Guillaume Soro qui revient sur le devant de la scène. Et enchaîne les rencontres avec les responsables militaires depuis lundi dernier. Soro dont le C.V témoigne de son «expérience» en violence armée, est donc celui-là même qui semble être chargé de redresser la barre – sécuritaire – pour le régime. 

Le spectre d’un gouvernement Rdr occulte, pour faire face à une probable crise, se dessine nettement. Le président du Parlement sous Ouattara, prend – progressivement – les commandes de l’armée (ou du moins de son armée). Lundi dernier, il a échangé avec les commandants Chérif Ousmane et Losseni Fofana dit Loss. Mardi, c’était au tour du fraîchement «quatre étoiles», le Général Soumaïla Bakayoko, du contre-amiral Djakaridja Konaté de la Marine nationale, du Colonel-major Koné Adama du GATL, du Colonel Gaoussou Soumahoro et du commandant Coulibaly Amadou, d’être reçus l’un après l’autre par Guillaume Soro.
 
A leur suite, des ex-chefs de guerre ont aussi échangé, ce même jour, sur la situation militaire avec l’ex-patron des Forces nouvelles. Il s’agit notamment des commandants Ousmane Coulibaly dit Ben Laden, Gaoussou Koné dit Jah-Gao, Dramane Traoré et Messamba Koné. On notera surtout le caractère ouvertement mono-ethnique de ces réunions au sommet…
 
Officiellement et selon le blog de Guillaume Soro lui-même, «cette série de rencontres  a pour objectif de permettre à Guillaume Kigbafori Soro de non seulement s’enquérir des dernières évolutions, mais aussi et surtout d’examiner ensemble la situation  sécuritaire afin de trouver des solutions durables et définitives». De quelle situation sécuritaire veut s’enquérir le prédécesseur de Ahoussou Jeannot à la Primature ? Puisque durant l’attaque du camp d’Akouédo, le récit personnel de Soro sur son compte Twitter (un réseau social sur internet) révèle qu’il était l’un des tout premiers informés. Et quand on lit entre les lignes, Soro avoue presqu’il pilotait les opérations de «sécurisation». Et si ces consultations tous azimuts des responsables de l’armée renseignaient l’opinion sur le fait que Guillaume Soro se met dans des habits de chef de l’Etat, en l’absence d’Alassane Ouattara ? L’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire ne s’y est pas trompé, puisque c’est au cours d’une rencontre avec Soro qu’il a évoqué la délicate question de la réforme de l’armée.
 


Frank Toti


Les commentaires sont fermés.