topblog Ivoire blogs

samedi, 25 août 2012

LETTRE OUVERTE A MONSIEUR CISSE BACONGO, MINISTRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE DE COTE D’IVOIRE

 


LEANDRE SAHIRI.jpg



Monsieur le ministre Cissé Bacongo,


Après avoir lu, avec attention, votre message que vous avez livré à la presse, le jeudi 23 août 2012, à votre cabinet, message qui a été publié le vendredi 24 août 2012 par le quotidien « Le Nouveau Réveil », je vous adresse cette lettre, en espérant qu’elle vous parviendra et que vous la lirez jusqu’au bout.

Monsieur le ministre Cissé Bacongo, dans votre message, vous avez, en ce qui concerne la rentrée universitaire 2012-2013, fixée au 3 septembre 2012, déclaré ceci : « Pour le rendez-vous du 3 septembre, je suis prêt ... Il peut avoir des détails à parfaire, des équipements à renforcer. Mais, en l’état actuel des choses, je tiens à rassurer tout le monde que le rendez-vous du 3 septembre sera honoré. La rentrée universitaire aura lieu… ». 

Vous avez aussi déclaré : « l’Etat a fait un sacrifice historique pour redonner à nos universités une allure, une dimension et des conditions qui leur permettent de concurrencer les grandes universités du monde ». Certes. Les bâtiments ont été repeints, des kilomètres de clôture sont bel et bien visibles.

Mais, savez-vous que, après plus de 15 mois de fermeture des Universités, tout le monde attend de voir ce que, au-delà des bâtiments repeints, vous avez réellement changé. Allez-vous, après les inscriptions, commencer à payer les bourses de 2009-2010 qui sont encore dues ? Est-il prévu, au titre des réformes du système de l'enseignement supérieur, que les bourses seront payées au premier trimestre de l'année pour les charges de l'année en cours et non des bourses d'une année A payées dans une année B ?

Pire, vous parlez uniquement de droit d’inscription et pas de bourse d’études et de leur montant. Ce faisant, vous donnez l’impression, Monsieur le ministre Cissé Bacongo, de ne pas savoir que, la prospérité de notre pays repose sur l’agriculture, c’est-à-dire que les richesses de notre pays sont créées par les paysans. Et donc, la bourse doit constituer un droit garanti à tous les fils et filles de ces gens-là, afin qu’ils aient les moyens indispensables et suffisants pour mener à meilleur terme les études par eux-mêmes choisies, et bien entendu en fonction de leurs aptitudes, pour devenir ce qu’ils ont la force et l’intelligence d’être, comme vous et moi. Eh oui, la bourse doit constituer un droit garanti pour qu’un grand nombre d’hommes sorte des affres de l’ignorance et de la dépendance, et puisse avoir les capacités requises pour remplir les fonctions nécessaires à la société, en vue du bien-être et de la prospérité des uns et des autres…

Monsieur le ministre Cissé Bacongo, comme vous le savez, à l’issue de la crise post-électorale, de nombreux intellectuels du pays, et spécifiquement des enseignants, je veux dire vos collègues, ont été arrêtés, a tort ou a raison. Certains d’entre eux sont encore détenus à Boundiali ou à Bouna, etc.

Beaucoup d’autres sont partis en exil forcé ou volontaire. Un nombre élevé de ceux-ci s’est vu offrir d’autres emplois ; sinon des postes dans des universités étrangères où des rémunérations plus alléchantes leur ont été proposées. Et donc, ces professeurs n’envisagent peut-être pas retourner en Côte d’Ivoire. Alors, Monsieur le ministre Cissé Bacongo, pouvez-vous nous rassurer que vous avez trouvé des enseignants pour remplacer ces enseignants nationaux ivoiriens qui sont en prison ou en exil, ainsi que les autres professeurs étrangers qui, pour des raisons personnelles, y compris de sécurité, n’entendent plus exercer en Côte d’Ivoire ?

Par ailleurs, que répondez-vous aux professeurs ivoiriens qui disent que, par solidarité et cas de conscience, ils n'iront pas enseigner, tant que leurs collègues ne seront pas libérés, ni de retour d'exil ?

Vous pouvez, comme bien d’autres, ne pas partager leur point de vue ; mais. admettez que ce sont des intellectuels autant que vous et que, en tant que tels, ils ont, comme vous, un niveau d’éducation et de culture qui leur permet de prendre des positions personnelles et d’assumer des responsabilités dans la vie sociale et publique du pays.

De plus, comme vous le savez, alors que les pouvoirs publics ont le devoir d’assurer à tous les enfants le droit de recevoir une éducation de qualité, les étudiants ivoiriens ont été chassés des cités et des amphithéâtres par le Président Ouattara dès sa prise de pouvoir et a fermé les universités publiques.

Le Président Ouattara a ainsi condamné, voire mutilé, des générations entières d’Ivoiriens, en maintenant les universités fermées pendant deux années, pour, dit-on, les réhabiliter ; deux années durant lesquelles, en toute bonne conscience, avec votre salaire bien garanti, vous êtes resté coi et vous êtes demeuré ministre de l’enseignement. En tant que vous-même enseignant, intellectuel et ministre de tutelle, vous ne vous êtes jamais opposé à toutes ces incongruités et violations des droits humains par Alassane Ouattara et vous ne vous êtes jamais élevé au-dessus des contingences ethnocentriques et géopolitiques pour signifier à celui-ci que l'UNESCO, (organisation des Nations Unies pour l'Education, la Science et la Culture), interdit de traiter de la sorte les enseignants et autres instructeurs de la république.

D’ailleurs, en ce qui concerne cette décision de fermeture des universités publiques, vous savez bien qu’elle a été prise en l’absence de tout consensus, sans l’avis des parents d’élèves ou leurs organisations, sans concertation avec les étudiants, principaux concernés, ni avec les enseignants, techniciens du domaine. Or, les enseignants, vous le savez, jouent un rôle clef dans toutes les formes d'éducation ; au point que, dans les pays civilisés, on ne saurait envisager aucune mesure de telle envergure visant l'éducation, sans se référer à eux, les enseignants, tout au moins pour ce qui est des réformes et des stratégies. Voilà pourquoi, je me demande si vous, enseignant et ministre de tutelle, n’avez jamais eu de ressentiment, du moins si vous n’avez jamais senti votre dignité bafouée de voir que le président Ouattara n’ait aucun respect pour les enseignants, mais plutôt du mépris à leur encontre ?

Et puis, Monsieur le ministre Cissé Bacongo, vous qui avez bénéficié de l’école gratuite, de tenues et fournitures gratuites, de bourse d’état, pour étudier et devenir ce que vous êtes aujourd'hui, pourquoi voulez-vous que les enfants de Côte d'Ivoire payent 30.000 FCFA pour accéder à l’université ? Où et comment, dans la situation précaire et instable où nous nous sommes, nos parents vont-ils trouver une telle somme, quand on sait que, par défaut de l’uniforme, certains enfants ne peuvent pas aller à l’école ? Vous savez bien que si vos parents avaient eu à payer une telle somme, vous ne seriez pas devenu ce que vous êtes aujourd’hui, croyez-moi. Moi non plus. Vos frères non plus. Monsieur Alassane Ouattara non plus... Alors, pourquoi, maintenant que vous êtes au pouvoir, vous ne garantissez pas aux enfants de notre pays de tels acquis qui vous ont permis d’être un intellectuel et un haut fonctionnaire ? Pourquoi refusez-vous de faire pour les jeunes générations qui représentent l’avenir de notre pays, ce qu'on a fait hier pour vous ? Pourquoi ? Pure méchanceté ? Inconscience ?... Dieu seul le sait.

Oui, Monsieur le ministre Cissé Bacongo, franchement, je vous croyais imprégné de l’idéal républicain. Alors, je vous voyais, au nom du droit à l’éducation, et eu égard aux bienfaits de l’école, aux avantages et atouts des études universitaires pour développer les facultés intellectuelles et les capacités mentales, pour hisser l’être humain à un haut standing de travail et de vie, je vous voyais, dis-je, rendre l’école ivoirienne obligatoire et surtout gratuite. Oui, gratuite, pour garantir une égalité réelle de chances entre tous les jeunes Ivoiriens. Oui, gratuite, parce que c’est une nécessité incompressible, voire un droit absolu, conforme à la justice sociale dont doit jouir tout enfant pour se préparer à la vie de notre temps. Oui, gratuite, parce que c’est un impératif répondant tant à l’intérêt de chaque individu qu’au besoin de développement du pays, sur le plan économique, social et culturel. Ah oui ! Je vous voyais rendre l’école ivoirienne obligatoire et gratuite. Mais non ! Maintenant que vous êtes positionné sur l’autre rive, vous vous en fichez et contrefichez éperdument : c’est 30.000 FCFA, sinon y a pas université ! C’est à se demander si vous avez jamais compris votre mission de ministre de l’instruction publique, n’est-ce pas ?...

Autre chose. Monsieur le ministre Cissé Bacongo, avant de « rassurer tout le monde que le rendez-vous du 3 septembre sera honoré. La rentrée universitaire aura lieu… », avez-vous jamais pris soin de sécuriser les lieux pour ne plus y vivre les barbaries d’hier? Avez-vous jamais pris soin de faire le décompte des jeunes Ivoiriens qui sont prêts à payer vos 30.000 F CFA et à prendre, à cœur joie et sans peur dans le ventre, le chemin de l’université, dans ce climat d’insécurité?...

Enfin, Monsieur le ministre Cissé Bacongo, si malgré tout, les universités devaient reprendre leurs activités, vous imaginez-vous, l’amer constat de l’absence à jamais d’un grand nombre d’étudiants, notamment et sans nul doute, ceux assassinés et disparus depuis la crise ? On a l’impression que, pour vous, peu importe ! ». Car, comme vous l’avez annoncé « la vida continua », et la fête aura lieu. Il y aura des festivités. Il y aura une cérémonie solennelle au Campus Houphouët-Boigny de Cocody en présence d’étudiants et d’enseignants venus de France, d’Afrique, d’écrivains et d’hommes d’affaires, tels que M. Tidiane Thiam, M. Wolé Soyinka, la directrice générale de l’Unesco, le directeur de Africa Rice…, en présence d’Alassane Ouattara lui-même et de plusieurs chefs d’Etat de la sous-région et des ministres de l’Enseignement supérieur des pays membres du CAMES, etc. Mais quel gâchis ! De mémoire, je ne connais pas d’université qu’on a ouverte ou recouverte avec un tel faste ?... Mais, ainsi va la Côte d’Ivoire !

Au total, je vous dirais, voyez-vous, Monsieur le ministre Cissé Bacongo, qu’elles sont nombreuses les raisons pour lesquelles, objectivement, formellement, et a contrario de ce que vous déclarez, la rentrée ne peut avoir lieu et n’aura pas lieu. En tout cas, au regard de tous ces faits que nous venons de relever, force est de reconnaître que cette rentrée risque d’être un échec. Quoiqu’il en soit, , qui vivra verra.

 

Léandre Sahiri,

(Docteur ès lettres, Professeur, écrivain, militant pour les droits et libertés. Directeur de publication du magazine LE FILAMENT).

Les commentaires sont fermés.