topblog Ivoire blogs

dimanche, 30 septembre 2012

INSCRIPTION EN LIGNE: L’ECOLE IVOIRIENNE EST DEVENUE LA POULE AUX ŒUFS D’OR DU POUVOIR OUATTARA


côte d'ivoire,inscription en ligne,l’école ivoirienne est devenue la poule aux Œufs d’or du pouvoir,celpaid,mtn côte d'ivoire,orange côte d'ivoire,pascal bellasset,le quotidien ivoirien «aujourd’hui»

 

Le moins que l’on puisse dire avec les inscriptions en ligne instituées par le régime d’Alassane Ouattara, c’est que l’école ivoirienne est devenue un lieu où des opérateurs économiques privés peuvent venir se faire du sou. Beaucoup de sous. Pas en investissant dans la construction de salles de classe, de matériels didactiques ou quelque autre aspect de l’école mais en servant de paravent aux pontes du pouvoir pour empocher des milliards.

De fait, cette année, ce n’est plus un seul opérateur qui se charge d’enregistrer les inscriptions en ligne des élèves et étudiants de Côte d’Ivoire pour la rentrée 2011-2012. Ils sont désormais trois: Celpaid, MTN et Orange. Officiellement, les deux derniers, opérateurs de téléphonie mobile qui règnent en maitres sur le marché national du cellulaire, ont été recrutés après appel d’offres. Si nous n’en savons pas grand-chose sur cet appel d’offre, nous savons en revanche que le premier, c’est-à-dire Celpaid, est la propriété du cadre Rdr et ministre de la Construction, Sanogo Mamadou créé à cet effet.

Le passage d’un à trois opérateurs pour les inscriptions peut s’expliquer: l’année dernière, la manne récoltée par le pouvoir dans cette affaire s’élève à 3,651 milliards FCFA. De quoi susciter l’appétit d’autres proches du pouvoir qui y voient là l’occasion de s’enrichir. Et les sociétés de téléphonie servent de parfaits paravents.

Au fait, depuis l’avènement d’Alassane Ouattara au pouvoir le 11 avril 2011, le pouvoir RDR a institué une inscription en ligne dans les écoles ivoiriennes. C’est-à-dire que tous les élèves et étudiants de Côte d’Ivoire doivent désormais effectuer leurs inscriptions via internet, sur des plateformes que les opérateurs économiques susmentionnés ont mis sur pied à cet effet. Ces derniers travaillent en étroite collaboration avec le pouvoir qui y tire de consistants dividendes. Sinon comment expliquer l’augmentation de 500 F advenue cette année sur les inscriptions?

En effet, l’inscription qui était de 5.500 F l’année dernière est passée à 6.000 F cette année. Sur les motifs de l’augmentation, aucune explication n’est donnée officiellement. Ainsi donc, les opérateurs privés peuvent empocher les 500 F des milliers de jeunes Ivoiriens à qui les parents ont déjà du mal à assurer le pain quotidien.

Sur l’institution même de l’inscription en ligne, le ministre en charge de l’Education nationale, Kandia Camara, avance que l’objectif est de lutter contre les recrutements parallèles dans les établissements scolaires, éviter les braquages des économats, etc. 

Cette ambition aurait été louable si elle n’avait pas servi de prétexte - qu’il ne serait pas faux de qualifier de malsain – à des hommes tapis dans l’ombre. C’est assez choquant de savoir que l’école qui fait partie des prérogatives régaliennes de l’Etat, les inscriptions dans les écoles publiques et privées sont confiées à des milieux d’affaires privés. 

En effet, pour les besoins de la cause, c’est un cadre Rdr, ministre de la Construction, Mamadou Sanogo, qui crée une société dénommée Celpaid chargée d’enregistrer les souscripteurs. L’appel d’offres qui, selon le ministre Kandia Camara, aurait servi à recruter les deux autres opérateurs pue la magouille à mille lieues. Sinon la logique aurait voulu que l’opération débute par un appel d’offres, ce qui n’aurait certainement pas placé Celpaid en pôle position comparativement aux deux nouveaux opérateurs.

A cela, il faut ajouter qu’aucun chef d’établissement n’a été associé à cette décision. Un fondateur d’établissement que nous avons interrogé lors de notre micro trottoir réalisé en début de semaine n’a pas manqué de décrier cet état de fait. « L'initiative est louable. Mais, il aurait été judicieux d'associer à cette décision l'avis des chefs d'établissements privéIls sont aussi indispensables. Sinon comment expliquer à des parents qu’une inscription qui leur a coûté 5.500 F l’année dernière, on leur demande aujourd’hui de payer 6.000 F pour la même opération ? Mais en plus, est-ce que l’Etat donne la latitude à chaque chef d’établissement de choisir l’opérateur avec qui il veut traiter vu qu’ils sont aujourd’hui trois? A mon humble avis, je crois qu’il y a encore des choses à éclaircir si on veut accorder du crédit à cette opération d’inscription en ligne», se désole M. M. S. Michel, fondateur d’école dont nous taisons le nom de l’établissement.

Plus grave, les élèves payent mais le reçu de paiement ne porte aucune signature. « Personnellement je ne comprends plus rien. J’ai payé 6.000 F à la comptabilité dans un collège de Bingerville pour l’inscription en ligne de mon enfant. On me remet un reçu sans indiquer l’opérateur qui s’occupe de l’enregistrement en ligne », témoigne un autre parent d’élève.

Le plus aberrant, c’est que l’inscription en ligne pour la rentrée à l’Université est imposée aux élèves de Terminale sans que ceux-ci ne soient assurés d’obtenir le Baccalauréat. Vous avez dit privatisation de l’école?


Pascal Bellasset, in le quotidien ivoirien « Aujourd’hui ».

Les commentaires sont fermés.