topblog Ivoire blogs

lundi, 01 octobre 2012

PRETENDU VOL DE 300 MILLIARDS DE LA BCEAO PAR KATINAN, ET SI ON EN PARLAIT!

 

KONE KATINAN JUSTIN 2.jpg

 
Ouattara en a fait son chou gras. Il s’agit l’accusation selon laquelle Justin Koné Katinan, porte-parole du président Laurent Gbagbo et ex-ministre du budget dans le gouvernement Gilbert Aké N’Gbo, aurait subtilisé 300 milliards de Fcfa au cours d’un prétendu braquage de l’agence de la Bceao d’Abidjan, le 26 janvier 2011. A la vérité, ce jour-là, celui qui était le ministre du budget s’est rendu à la Bceao-Abidjan après que le président Gbagbo alors chef de l’Etat de Côte d’Ivoire eut signé un décret de nationalisation de cette agence de la Bceao. Car, la banque-mère basée à Dakar (Sénégal) avait pris la décision de fermer le robinet à la Côte d’Ivoire pour contraindre, selon elle, (ce qui n’est pas dans son mandat) son président à quitter le pouvoir pour le céder à Alassane Dramane Ouattara. 

Ainsi, Justin Koné Katinan est allé, le 26 janvier 2011, à l’agence Bceao-Abidjan pour constater l’application effective de la mesure de nationalisation. Et il y est allé avec tout un monde dont des huissiers de justice et des policiers ainsi que le personnel sur place de l’agence de Bceao d’Abidjan. Ainsi, selon la presse proche d’Alassane Ouattara, Koné Katinan aurait, au cours de ce qu’elle appelle «braquage» de la Bceao, soutiré la faramineuse somme de 300 milliards de fcfa. La presse pro-Ouattara ne dit pas le mode opératoire de ce prétendu braquage. 

Comment un individu peut-il sortir de la Bceao avec la somme de 300 milliards Fcfa ? Mettons de côté les règles de sécurité pour faire sortir de l’argent de la Bceao. Car elles ne permettent pas à un Président de la république encore moins à un ministre de sortir de l’argent de la Bceao. Allons donc, dans l’hypothèse que Koné Katinan ait emporté 300 milliards Fcfa. Pour cela, il a deux possibilités: soit emporté l’argent physiquement, soit par virement bancaire. 

Emporter l’argent physiquement 

Pour la première possibilité où Katinan emporte l’argent physiquement, comment peut-il s’y prendre? Car selon un banquier que nous avons rencontré, l’argent vient dans les banques soit dans des sacs ou des cantines. Et dans un sac ou une cantine, les coupures de billet de 10.000 Fcfa sont rangées jusqu’à 100 millions de Fcfa. Supposons que l’ex-ministre du budget ait choisi des coupures de 10.000 Fcfa, il lui faudra dans ce cas, 300 cantines pour pouvoir sortir les 300 milliards fcfa du territoire ivoirien. C’est énorme. A quel moment a-t-il pu faire sortir cette masse d’argent ? Avant le 11 avril 2011 ou après? 

Le régime Ouattara et sa presse n’en disent pas mot. Koné katinan, selon des sources bien informées, est parti d’Abidjan, après qu’Alassane Ouattara soit parvenu au pouvoir. Et il est parti en catimini et de façon précipité. De ce point de vue, il est impossible qu’une voiture puisse traverser tout le sud jusqu’à la frontière ivoiro-ghanéenne avec 300 cantines de billets de banque, sans que les Frci ne l’arrêtent. Et même si c’était le cas, la voiture serait interceptée par la douane ghanéenne à cause de l’énormité de la somme transportée. Donc, l’hypothèse que Koné Katinan ait emporté physiquement les 300 milliards Fcfa est inopérante. 

Faire un transfert d’argent 

Explorons maintenant la seconde hypothèse. Celle où Koné Katinan transfert l’argent. Dans ce cas, il aura fait ce transfert vers une autre banque (soit au Ghana, soit dans un autre pays) avant les évènements. C'est-à-dire au moment où c’était possible encore de le faire. Si le porte-parole du président Gbagbo avait opté pour cette possibilité, alors il laisserait forcément des traces. Traces que le régime Ouattara aurait immanquablement brandies depuis longtemps. Mais si depuis 2011, le régime Ouattara est dans la littérature concernant cette accusation. C’est qu’il ne dispose d’aucune preuve fiable. 

Des deux choses l’une: soit la presse proche du régime Ouattara fait preuve, dans cette affaire, d’une inculture gravissime, soit elle fait preuve d’une mauvaise foi manifeste. Pour rappel, les agences de la Bceao de Bouaké, Korhogo et Man ont été braquées alors que ces villes de la Côte d’Ivoire étaient illégalement occupées par la rébellion armée pro-Ouattara. Pourquoi, les ex-chefs rebelles ne sont-ils pas encore poursuivis? Puisque Ouattara a été porté au pouvoir par les bombes, disent-ils, pour qu’il y ait la justice. 

 
Coulibaly Zié Oumar, in le quotidien ivoirien "Notre Voie" du 1er octobre 2012.

 

Commentaires

analyse un peu cohérente mais laisse beaucoup de faiblesse.
la presse pro-ouattara ne dit pas que KATINAN est sorti avec les 300 milliards un seul jour ni pour sa propre poche.
cet argent selon la presse pro-ouattara a servi à soutenir le pouvoir illégal. enfin c'est que je sais ohhh

Écrit par : patmosguy | lundi, 01 octobre 2012

PATMOSGUY,

Ce sont deux cas de figure qui sont analysés, ici. Le deuxième étant le transfert (numérique) des 300 milliards. Ni l'un ni l'autre ne tient.

Quand au soutien apporté au pouvoir "illégal" de Gbagbo avec cet argent, tu n'apportes aucun début de preuve, ne serait-ce qu'en disant à quoi a pu bien servi cette cagnotte, ou sous quelle forme ce soutien a été apporté. Pas plus que le pouvoir Ouattara, qui peine à fournir les preuves de ses accusations devant les tribunaux ghanéens et qui préfère parler depuis hier de crimes de sang. Ce qui reste encore à prouver.

Mais personne n'est dupe: cet acharnement morbide du régime Ouattara contre le digne fils de Côte d'Ivoire, Koné Katinan, n'est qu'une dérive politico-judiciaire visant à casser l'activisme de ce brillant cadre ivoirien, porte-parole en exil du Président Gbagbo.

Écrit par : Dindé | mardi, 02 octobre 2012

Vraiment dommage, si pendant la période post électorale FCFA 300 Milliards avaient été dérobé de la BCEAO, je vous assure que le FCFA allait être dans les deux jours qui ont suivi la prise de pouvoir de Ouattara dévalué. C'était une grosse perte pour ce gros client de la Banque de France.

Ces FCFA 300 Milliards ont permis pendant deux mois à permettre aux établissements financiers encore ouvert de fonctionner. Elles effectuaient des compensations entre elles pour permettre à l'économie de rester débout et cela pour les grands bonheur des opérateurs économiques. Aussi ces FCFA 300 Milliards ont permis d'assurer trois mois de salaires des fonctionnaires (FCFA 97 Milliards/mois).
S'il se trouve que Katinan a volé 300 Milliards c'est que Ouattara doit trois mois de salaires aux Ivoiriens.
Mais s'il décide d'aller sur ce chemin le franc CFA sera dévalué le même jour par la Banque de France, car ce double emploi sans réel motif sera très préjudiciable.

Le petit Katinan les emmerde tellement qu'on dit qu'il a tué deux personnes maintenant puisque sur le volet économique il y a rien à lui reprocher.

Nous ne sommes plus loin du regime de Duvallier en Haîti avec les tontons Makoute.

Dieu garde la Côte d'Ivoire

Écrit par : cheickna | mardi, 02 octobre 2012

Oui, cher frère CHEICKNA, la Côte d'Ivoire est en pleine déliquescence! Ce monsieur dit vouloir la réconciliation entre les Ivoiriens et jusque-là, il n'a posé aucun acte significatif dans ce sens. Pire, il détruit tout ce que peut bien faire la CDVR et la laisse sans budget.

En outre, je ne comprends pas encore comment un régime composé d'individus pourvus d'un cerveau qui fonctionne peut laisser des milliers de militaires, gendarmes et policiers en exil (qu'il traque d'ailleurs) et prétendre à la paix et à la quiétude. Soit ces hommes sont suffisants et habités par une confiance excessive, soit ils sont complètement naïfs.

Le ministre de l'Intérieur, Hamed Bakayoko, l'a lui-même reconnu devant les membres de la Chambre de Commerce et d'Industrie Française en Côte d'Ivoire (CCIF-CI), le jeudi 27 septembre 2012, dans un grand hôtel de la place, que "les gens font des réunions; ils sont un état major en exil". Vous avez bien lu: UN ETAT-MAJOR EN EXIL!!! Et que trouve ce pouvoir à faire? Les traquer et leur donner toutes les raisons de préparer un coup foudroyant et sanglant pour le renverser.

Ce sont tous pratiquement les meilleurs hommes de l'armée ivoirienne, officiers et soldats de rang. Rien à avoir avec les FRCI analphabètes et leurs supplétifs illettrés Dozos. Et ce sont de telles personnes qu'on se permet de se mettre à dos et qu'on se paye le luxe de laisser hors de portée. Si ce n'est pas de la folie, je ne sais pas ce que cela peut bien être! C'est tout simplement du suicide!!! Encore faut-il avoir l'intelligence de le comprendre.

Écrit par : Dindé | mardi, 02 octobre 2012

Les commentaires sont fermés.