topblog Ivoire blogs

mercredi, 17 octobre 2012

LA FRANÇAFRIQUE EST VIVANTE, SON CHEF S'APPELLE FRANÇOIS HOLLANDE


MACKY SALL ET FRANçOIS HOLLANDE.jpg

 

Excellent papier de Théophile Kouamouo. Chapeau, le frère!


Qu’on se le tienne pour dit. Le nouveau président français François Hollande, si l’on s’en tient à ses proclamations enthousiastes – et qui ont l’avantage de ne pas «manger de pain» – entrera, à coup sûr, dans l’Histoire. Sous le visage de l’homme d’Etat qui aura «exterminé» la Françafrique. «Le temps de la Françafrique est révolu. Il y a la France et il y a l’Afrique. Il y a le partenariat entre la France et l’Afrique, avec des relations fondées sur le respect, la clarté et la solidarité», a-t-il professé, emphatique, devant les députés sénégalais. Et la question que les commentateurs de l’actualité africaine se posent, tout naturellement, est : faut-il le croire?

En réalité, poser la question, c’est y répondre. Scruter dans l’attitude de  François Hollande les signes d’une réforme à venir revient à admettre que le président de la République française a encore entre ses mains le pouvoir de perpétuer le système. Ce que l’on appelle la Françafrique est une réalité structurelle, et doit être analysée comme telle par quiconque se veut un tant soit peu sérieux. Elle est d’abord un lien de sujétion entre Paris et ses ex-colonies, passant par un certain nombre de corsets institutionnels particulièrement rigides. C’est dans le cadre de ce lien particulier que se trament les affaires de corruption et que se meuvent les intermédiaires véreux et porteurs de valises qui ont fini par incarner la substance d’un phénomène dont ils ne sont que les symboles et les ouvriers plus ou moins bien rémunérés.
 
La Françafrique, c’est un lien de sujétion diplomatique. C’est la règle non écrite qui veut que, dès lors qu’une ancienne colonie française est en crise, c’est Paris et Paris seul qui rédige les résolutions du Conseil de sécurité organisant sa «sortie de crise». Le pouvoir que donne cette tradition est grand, et l’on a vu comment la France, sous Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, en a usé et abusé dans l’objectif de marginaliser Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire et de le pousser vers la sortie. Dès lors que ce pouvoir demeure, l’Union africaine en est réduite à faire, dès que l’on entre dans le «pré carré», des «propositions» qui ne deviennent «résolutions» que quand Paris les valide. De la même manière, c’est la France qui se fait «l’avocat» de «ses» pays africains auprès des institutions de Bretton Woods (Banque mondiale, Fonds monétaire international). Bien entendu, «l’avocat» peut réduire son plaidoyer au minimum nécessaire ou se transformer en procureur en fonction des considérations qui relèvent plus souvent de la qualité des relations bilatérales qu’il entretient avec tel ou tel pays de son giron. François Hollande, lors de ses allocutions de Dakar et de Kinshasa, n’a pas exprimé la moindre intention de se dessaisir de cette prééminence fondamentalement néocoloniale. On avait pourtant cru comprendre que son désir était que l’Union africaine soit désormais l’interlocutrice principale du Conseil de sécurité s’agissant des crises africaines.
 
La Françafrique, c’est un lien de sujétion monétaire. C’est le franc CFA donc, une monnaie que continue de gérer un pays qui a lui-même abandonné sa propre souveraineté monétaire dans le cadre de la construction de l’Union européenne. Le franc CFA, la crise ivoirienne nous l’a montré, peut se transformer en arme de destruction massive. C’est cette monnaie qui a été utilisée, dans une opération pilotée par le Trésor français, pour isoler la Côte d’Ivoire de Laurent Gbagbo de tout moyen de paiement et de tout commerce extérieur afin de l’épuiser économiquement avant de l’abattre militairement. Pour la petite histoire, il faut noter que c’est Rémy Rioux, actuel directeur de cabinet du ministre français de l’Economie et des Finances, alors sous-directeur des affaires financières internationales à la direction générale du trésor à Paris, qui a piloté ce que Jeune Afrique a appelé «la stratégie d’asphyxie de l’économie ivoirienne» pendant la guerre post-électorale de 2010-2011. Même ceux qui pensent qu’il s’agissait là de combattre un régime défait dans les urnes devraient s’inquiéter de ce pouvoir extravagant, sauf à considérer que Paris ne peut utiliser cette bombe atomique monétaire que pour le bien des Africains. Que l’ancienne ( ?) puissance coloniale est naturellement et irrémédiablement bienveillante. Qu’a dit François Hollande à Dakar au sujet du franc CFA ? Qu’il était un «véritable atout», notamment en matière d’intégration régionale. L’on pourrait lui objecter que cet «atout» n’empêche pas les pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) d’avoir des taux de croissance notoirement médiocres par rapport à ceux des zones économiques autrement structurées – à l’image des pays d’Afrique australe. «Je suis convaincu que les pays de la zone franc doivent pouvoir assurer de manière active la gestion de leurs monnaies et mobiliser davantage leurs réserves pour la croissance et l’emploi», a ajouté Hollande. Autrement dit, il s’agit pour l’instant de gestion… passive. On aurait aimé l’entendre parler de gestion «indépendante» de ces monnaies. A part la France, quel pays étranger siège au sein du Conseil d’administration de banque centrale et du Conseil de politique monétaire d’un groupe de pays africains ? La Françafrique, c’est aussi le fait que des fonctionnaires de Bercy fassent les flics au sein des sièges de la BCEAO, à Dakar, et de la BEAC, à Yaoundé. Ce qui n’empêche pas ces institutions de multiplier les scandales de mauvaise gouvernance.
 
La Françafrique, c’est un lien de sujétion militaire. La France est le seul pays occidental qui est militairement présent sans discontinuer en Afrique depuis plus d’un siècle. François Hollande, à Dakar, a repris une promesse de Nicolas Sarkozy : faire ratifier par les Parlements les nouveaux accords de défense, qui ne contiendront plus de clauses secrètes. En réalité, la question des clauses secrètes n’en est plus une. Les expéditions françaises en Afrique se fondent désormais sur l’instrumentalisation d’institutions supranationales, dont Paris interprète les mandats selon ses propres enjeux de politique nationale, comme on l’a vu avec les résolutions 1973 et 1975 de l’ONU sur la Libye et la Côte d’Ivoire. L’on voit également comment, en Syrie, dès lors qu’elles peuvent se déployer logistiquement, les armées occidentales et leurs forces spéciales organisent des opérations secrètes s’affranchissant des conventions inter-Etats et des résolutions votées à la Maison de Verre. Un fait est constant : le retrait progressif des troupes françaises d’Afrique, vues il y a quinze ans, dans la foulée du discrédit rwandais, comme des survivances néocoloniales anachroniques, n’est plus du tout à l’ordre du jour. L’Afrique est un continent d’avenir. Les Chinois y déploient leurs investissements, les Indiens leurs technologies… et les Français leur armée. Comme qui dirait, «c’est ça qui est la vérité».
 
La Françafrique, c’est un mécanisme de cooptation des élites africaines selon le bon vouloir de Paris. Et tout le «cinéma» de François Hollande visant à montrer à quel point il désapprouvait la gouvernance de Joseph Kabila met en lumière, au final, la complaisance dont il fait preuve à l’égard… des autres. L’élection du président congolais est-elle plus contestable que celle de son homologue gabonais ? L’impunité qui entoure la mort de Floribert Chebeya est-elle plus scandaleuse que celle, plus ancienne, relative à la mort du Burkinabé Norbert Zongo ? Celui qui s’émeut pour Chebeya au point d’en faire un symbole mais qui n’a jamais un seul mot public pour les centaines de morts des deux massacres de Duékoué (2011 et 2012), dont le trépas reste impuni, n’est-il pas, au final, un hypocrite ?

La Françafrique n’est pas morte avec l’élection de François Hollande. Quand il a été investi, il en est naturellement devenu le nouveau chef. Et le seul enjeu pour lui est question de communication : saura-t-il, par des paroles et des attitudes à la marge, rendre la Françafrique plus «acceptable» qu’elle l’était sous ses prédécesseurs? Dans le fond, il faut peut-être comparer son emprise à celle que l’Union soviétique avait sur ses dominions alentour. Et se convaincre que ce qui peut la terrasser, c’est à la fois la conjonction des forces de contestation populaires et institutionnelles internes au continent, et la crise économique qui épuise l’Europe, et qui pourrait se charger de démanteler progressivement un certain nombre de dispositifs.
 


Théophile Kouamouo


Les commentaires sont fermés.