topblog Ivoire blogs

lundi, 26 novembre 2012

BIENTOT L'INAUGURATION DU «BOULEVARD DES INVESTISSEURS»


côte d'ivoire,alassane ouattara,bientôt l'inauguration d'un "boulevard des investisseurs",shlomit abel,résistance côte d'ivoire israël


Ouattara en cette fin  Novembre 2012, a pour la seconde fois convoqué les ambassadeurs pour leur faire le bilan de son règne; à entendre son discours de 45 minutes, nous sommes en présence d’un être d’exception, l’homme de l’année 2012: un homme comme lui devrait figurer à toutes les entrées du Livre des Records: meilleur président, meilleur économiste, meilleur recruteur d’investisseurs, meilleur réconciliateur… A ce rythme, nul doute qu’il marche vers le prochain Nobel de la paix où  de l’économie, voire même le cumul des deux?

Concernant le bilan économique, les chiffres du commerce, de l’import-export, je n’ai malheureusement trouvé aucun chiffre, si ce ne sont les prévisions du FMI et de Bretton woods, dont la dernière actualisation de juin 2012 permet à Ouattara de continuer de nous parler de l’excellent développement de la Côte d’Ivoire, en route vers une croissance à deux chiffres en 2014, bien que le chômage ait été estimé à plus de 60% de la population.

Malgré ses envolées lyriques, - entre temps bien sûr, la situation préoccupante en Côte d'Ivoire n’a pas évolué vers un mieux -, les droits de l’Homme continuent d’être bafoués sans gêne aucune par Ouattara dont l’épouse ne cesse de d’afficher sa lutte contre le travail des enfants dans les plantations de café-cacao; Charles Banny a jeté l’éponge avec sa Commission de Réconciliation dont le sigle CDVR rappelle plus les Cadavres qui jonchent les 19 mois de «vivre ensemble» imposé par la Communauté internationale en installant Ouattara aux commandes d’une Côte d’Ivoire ingouvernable selon ses propres mots… Le PPTE n’a en rien amélioré la vie courante des ivoiriens, la grève des enseignants est généralisée, du primaire à l’université, et contaminera certainement d’autres secteurs d’activité, les puits dans l’Ouest régurgitent leurs morts, assassinés par les champions de la nouvelle démocratie, quelques ONG soufflent le chaud et le froid, dénonçant les exactions du régime mais recommandant la déportation de Simone Gbagbo à La Haye… Cependant Ouattara court toujours après ses investisseurs, peut-être tapis dans l’ombre, et leurs quelques éventuelles retombées financières, qui ne seraient  pas encore tombées avec la pluie de l’arrière saison, la météo lui ayant jusqu’ici joué des tours!

«C'est en VRP que le chef de l'Etat a rencontré, ce vendredi 23 Novembre 2012, l’ensemble du Corps diplomatique accrédité en Côte d’Ivoire. (…) Reste désormais à savoir si le message "commercial" du président engendrera l'écho souhaité», nous rapporte lucide, le cite Koaci.com, qui a bien deviné le manège du technocrate.

Quelques promesses d’embauche sans lendemain sont jetées en pâture: il faut absolument que la Communication de Ouattara et sa nouvelle équipe produise du bruit à défaut de fruits… pour continuer coûte que coûte dans l’illusion de la croissance, du bien être et de la réconciliation qui non seulement n’est pas en marche mais galope, puis s’emballe, prenant le mors aux dents…

A quatre semaines de Noël, voici l’Avent, de “adventus“, arrivée, avènement; mais Ouattara à l’école de Kandia Camara, qu’il a reconduite sans sourcilier, fait semblant de croire au Père Noël, ce qui permettra à la croissance, -probablement négative de 2012-, de se transformer comme par magie en 8,6% pour notre année qui se termine, 9% pour 2013, et un  taux de croissance à 2 chiffres maintenu en 2014… Nous sommes habitués aux promesses sans lendemains de ladite Solution, celui dont beaucoup se demandent maintenant si son diplôme d’économiste n’a pas été un faux ou un cadeau que sa mère aurait trouvé au fond d’un paquet de lessive Bonux, la lessive aux 500 cadeaux, qui lave si Blanc, que même les taches de sang disparaissent - ni vu ni connu -, et que même le pâle François Hollande qui se défend d’appartenir à la françafrique, vient de ratifier les accords de défense couleur de sang, signés entre Sarkozy et Ouattara!

A l’issue du discours de Ouattara, quelques ambassadeurs se sont exprimés, trouvant très flatteur et prometteur ce qui leur avait été offert, sans bien sûr rentrer dans les détails; je retiendrais les propos très intelligents d’Essy Amara, ancien ministre des affaires étrangères sous Houphouët Boigny, reconverti en ”consultant” de Ouattara: «Je suis très heureux pour cette rencontre  parce que ça bonifie le corps diplomatique, les ambassadeurs sont accrédités auprès du Président de la République et ce genre d’exercice  les met en valeur; ça je crois que c’est une très bonne chose par ce que en réalité le développement repose sur la crédibilité, or la crédibilité, c’est la diplomatie».

Lorsque les lumières de Noël apparaîtront, - ce Noël certainement encore plus rutilant que le dernier: où Abidjan brillera de mille feux, alors que les ivoiriens lutteront encore et encore avec les coupures de courant, les coupures d’eau et les coupeurs de tête -, quelques ambassadeurs seront là pour relayer le discours lénifiant de la Côte d’Ivoire au travail, où les investisseurs se bousculent au portillon; peut-être même auront-ils droit à un intéressement lié à leur engagement à ses côtés, car Ouattara nous a appris que tout se vend, tout se brade dans cette nouvelle Côte d’Ivoire; et  pour augmenter sa puissance de Com, que ne ferait-il pas dans l’urgence, voire l’étranglement dans lequel il se trouve, assiégé de toutes parts de démarches et de discours accusateurs, pour s’en sortir en recrutant pour sa cause perdue des diplomates flattés, mis en valeur et élevés au rang d’ambassadeurs de l’investissement et de la bonne marche des affaires en Côte d’Ivoire. Mais ce qu’il oublie , c’est que ces paroles d’ambassadeurs n’ont aucune valeur, leur présence et leurs discours ne sont là que pour animer une scène, un décors, pour flatter, enrober d’esthétique, enjoliver, sucrer un café froid ou coller des jantes de sport à une «France au revoir». En effet, à quoi sert un starter, si le carburant  manque dans le moteur?

Comme si la diplomatie allait devenir la nouvelle Solution à la carence d’investisseurs, la carence d’emplois, l’absence de réconciliation effective sur le terrain, les arrestations tous azimuts... Comme si les applaudissements des diplomates allaient couvrir les cris étouffés des morts, des souffrants, des torturés, des exilés, des grévistes, de tous les laissés pour compte, comme si des acteurs, figurants de la cause Ivoire, version Ouattara,  allaient à eux seuls créer le miracle de la résurrection d’une Côte d’Ivoire dynamisée, réconciliée, où l’investissement, les emplois, la bonne gestion, la droiture dans les affaires publiques seraient de retour, avec un président qui ferait l’unanimité de “son” peuple!

Sa visite prévue dans le Zanzan à partir de mardi, débutée avec les cadeaux de Dame Dominique envoyés aux populations, donne déjà de voir et d’entendre que ceux qui ont tout fait pour qu’il accède au pouvoir, sont déçus de leur mentor, très déçus... Les applaudissements de ses amis diplomates étrangers vont-ils suffire à suppléer aux gémissements et récriminations de ses électeurs ivoiriens désillusionnés?

Ouattara ou l’art de poser des premières pierres, d’inaugurer, de rebaptiser des édifices repeints, de s’engouffrer dans des boulevards de bavardages qui se terminent en impasses… Mais pour combien de temps encore?


Shlomit Abel


Source: RESISTANCE COTE D'IVOIRE ISRAEL

Les commentaires sont fermés.