topblog Ivoire blogs

mardi, 18 décembre 2012

POURQUOI LES ETATS-UNIS RENFORCENT LEUR PRESENCE MILITAIRE EN AFRIQUE?

 

SOLDATS AMERICAINS.jpg


Le service de presse d’Army Times vient de rapporter que les Etats-Unis s’apprêtent à envoyer plus de 3 000 soldats un peu partout, en Afrique, pour 2013. Pour le Major Général, David R. Hogg, « En ce qui concerne notre mission, c’est un territoire vierge ». Depuis quelques années, de plus en plus de soldats américains stationnent sur le continent africain et même, si le Général Hogg ne le dit pas, le but de la mission américaine est claire : verrouiller au plus vite le continent africain.

Pour les Américains, il y a urgence face à l’avancée commerciale de la Chine sur tout le continent. En fait, l’armée américaine effectue annuellement à peu près une douzaine d’opérations importantes en Afrique et pour ces opérations, des troupes et du matériel, y compris sophistiqué, sont réellement engagées. Pour les Etats-Unis, avoir un pied, militairement, dans tous les coins du continent, limiterait le risque que leurs intérêts ne soient pas protégés dans des régions où de réelles menaces existent en ce qui concerne l’accaparement de terres agricoles ou l’exploitation de minerais rares.

Le Mali dont on parle beaucoup, a été le site, récemment, d’un exercice militaire US du nom de « Atlas Accord 12 » qui a fourni aux militaires maliens une formation dans le domaine aérien. Quelques hauts-gradés maliens ont été formés ou ont suivis des stages à West Point.

Opérations US en Afrique en 2012

Pour illustrer cette ingérence américaine en Afrique, quoi de mieux que de dresser la liste des opérations américaines qui se sont déroulées, au cours de l’année 2012, en différents points du continent africain :

- « Cutlass Express », un exercice naval visant ce qu’on appelle la «piraterie» dans la région du Bassin de Somalie.

- « Africa Endeavor 2012 », basée au Cameroun, centrée sur la formation et la coordination en communications militaires. Tous les « renseignements » passant maintenant par le réseau américain Echelon. Nous avions d’ailleurs, déjà dit ici, qu’au Sahel, la France est obligée de passer par les services américains pour savoir ce qui s’y passe dans le « détail » !

- « Obangame Express 2012 », exercice naval pour assurer une présence dans le golfe de Guinée, région au cœur d’opérations pétrolières en Afrique occidentale.

- « Southern Accord 12 », basée au Botswana dont le but était d’établir des relations de travail entre les forces militaires d’Afrique australe et les Etats-Unis.

- « Western Accord 2012 », exercice militaire au Sénégal, impliquant tous les types d’opération, des exercices de tirs à la collecte d’informations et au combat de tireurs d’élite.

D’autres exercices de même nature aux noms tels que « African Lion », «Flintlock » et « Phoenix Express » ont aussi eu lieu. De plus, des unités de Gardes Nationaux US ont effectué des rotations dans des pays qui incluent entre autres, l’Afrique du sud, le Maroc, la Tunisie, le Nigéria, le Libéria et le Ghana. Des entreprises de sécurité privées américains se sont installées en Mauritanie et dans tout le Sahel.

Les communiqués de presse du US Africa Command (AFRICOM) suggèrent que ces opérations sont bénéfiques tant pour les Etats-Unis que pour l’Afrique. Leur message central est que les militaires US et Africains sont des partenaires dans la guerre contre le terrorisme et d’autres formes de soulèvement. Mais ce n’est pas en réalité du partenariat, c’est de la défense classique d’intérêts économiques et stratégiques.

25% des besoins américains en pétrole vers 2015 seront africains

Un rapport du Bureau de Recherche du Congrès sur les plans d’exploitation US a été publié par WikiLeaks. On y lit « en dépit des conflits dans le delta du Niger et d’autres régions productrices de pétrole, le potentiel pour des forages en profondeur dans le golfe de Guinée est élevé et les analystes estiment que l’Afrique pourra fournir près de 25% des besoins américains en pétrole vers 2015. »

Le document cite un officiel US du Département de la défense : « …la mission principale des forces US (en Afrique) est d’assurer que les champs pétrolifères du Nigéria …soient sûrs ». Au moins, le propos est-il clair. C’est pourquoi, les Etats-Unis seraient satisfaits que des actions militaires menées par des Africains visent les militants et les groupes mafieux qui sabotent les oléoducs et les opérations des compagnies pétrolières occidentales en Afrique occidentale. Parallèlement, en raison de l’accroissement de leurs importations de pétrole, les Américains s’opposent vigoureusement à toute velléité africaine d’exclure par la force les dites compagnies du Delta du Niger même si leurs pipelines qui fuient ont ruiné d’innombrables hectares de terres agricoles et d’eaux poissonneuses et ont provoqué un véritable désastre écologique de toute la région.

Les intérêts de l’Afrique sont, on le voit bien, en perpétuel conflit avec ceux des Etats-Unis comme avec ceux de la Chine. Les dirigeants africains continuent de leurrer leur peuple en s’attaquant souvent dans la presse africaine à la France ou aux Européens alors qu’ils se couchent honteusement, à tour de rôle, devant les Chinois ou les Américains.

Curieusement, il n’y a pas eu de réaction africaine sérieuse à cette annonce du renforcement de la présence de soldats US sur leur sol.

 

In Afriquedemocratie.net

 

Source: NEGRONEWS

Commentaires

IMPENSABLE MAIS VRAI
Après avoir été très proche de Gbagbo,et même l’avoir « soutenu » pendant les élections de 2010, Thérèse Houphouet Boigny « flirte » aujourd’hui avec Soro Guillaume.
Tous les masques tombent, les traitres et les taupes se dévoilent. Lisez plutôt.

Le Président de l’Assemblée nationale ivoirienne, M. Guillaume Kigbafori SORO, est rentré, vendredi 14 décembre 2012 à Abidjan en fin de soirée après un séjour de travail aux Etats-Unis d’Amérique du 02 au 13 décembre 2012. Partis l’accueillir à l’aéroport, les membres de son Cabinet et des anonymes ont eu droit à une image saisissante, celle de Guillaume SORO bras dessus-bras dessous avec la première Première Dame de la Côte d’Ivoire, Mme Thérèse Houphouët-Boigny.

Cette image a immédiatement capté l’intérêt des journalistes présents qui ne se sont pas fait prier pour braquer leurs projecteurs sur ces deux personnalités, de générations différentes, mais qui ont en commun leur passion pour la Côte d’Ivoire. L’émotion et la joie se lisaient sur le visage toujours rayonnant et radieux de Thérèse Houphouët-Boigny.

Tour à tour, ces deux figures emblématiques de la Cote d’Ivoire ont salué le parterre de personnalités présentes. Le Président de l’Assemblée nationale, M. Guillaume SORO avant de se retirer pour échanger avec la presse, lui présente individuellement les membres du Bureau de l’Assemblée nationale présents à l’accueil. Lors de ces échanges avec la presse, Guillaume SORO indique avoir « évoqué des souvenirs mémorables sur la vie de la nation ivoirienne depuis les années 60. Et j’ai été très saisi par l’humilité de cette grande dame qui m’a raconté et évoqué avec beaucoup d’émotion, le voyage qu’elle a fait avec Feu le président Félix Houphouët-Boigny aux États-Unis en 1962 lors de la Présidence de John Fitzgerald Kennedy. Et je peux vous dire que ce fut de grands moments.»


Pendant le temps de l’interview, Mme Thérèse HOUPHOUET BOIGNY voulant aussitôt regagner son domicile en compagnie du Chef du Parlement ivoirien qu’elle appelle affectueusement ‘’mon petit mari’’ déclara : «mais dites aux journalistes de laisser mon petit mari venir on va partir», s’en est suivi une vague de rigolade. Mais au-delà de la phrase, l’on a pu assister à une complicité entre les deux personnalités. Mme Thérèse Houphouët-Boigny n’a pas manqué d’indiquer qu’elle éprouve beaucoup d’admiration pour le Président de l’Assemblée nationale Guillaume Kigbafori SORO en qui elle voit son propre enfant mais également un politicien expérimenté comme son époux qu’elle a perdu il y a dix-neuf (19) ans.

C’est pourquoi, lors de leur trajet Paris-Abidjan de plus de 5 heures de temps, Thérèse Houphouët-Boigny a partagé des anecdotes et souvenirs de son défunt mari avec Guillaume Kigbafori SORO tout en lui prodiguant de sages conseils pour la suite de sa carrière qu’elle voit encore plus glorieuse.

Guillaume SORO qui n’était pas à sa première rencontre avec Mme Thérèse Houphouët-Boigny a déclaré à la presse qu’il la considère comme « Une mère, une grand-mère…et une bibliothèque».

Après le Président Henri Konan Bédié qui déclarait que Guillaume SORO était son «fils bien-aimé», c’est au tour de Thérèse Houphouët-Boigny de voir en lui «son fils et son petit mari».

Source : http://www.guillaumesoro.com

Écrit par : Bakase | mardi, 18 décembre 2012

Voyez vous-même en cliquant sur ces 2 liens:

http://www.connectionivoirienne.net/wp-content/uploads/2012/12/Sorothe.jpg

http://www.connectionivoirienne.net/wp-content/uploads/2012/12/Sorothe2.jpg

Il parait qu’elle a vendu une de ses maisons ici à Abidjan à Soro.

Écrit par : Bakase | mardi, 18 décembre 2012

kan je dis les baoules ne connaissent pas la honte vous voyez vous memes

Écrit par : petite | mardi, 18 décembre 2012

ille de l’aéroport de Damas, Washington et Moscou face-à-face

Taille de police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police
Imprimer
Add new comment

Fin de la bataille de l’aéroport de Damas, Washington et Moscou face-à-face
IRIB-La fin de la bataille de l’aéroport de Damas au cours de laquelle la garde républicaine syrienne à réussi à infliger un sérieux revers à la rébellion grâce à l’aide technique des services spéciaux russes a révélé jusqu’où Moscou est capable d’aller dans le conflit en cours au Moyen-Orient.



Conçu comme une opération d’envergure-la deuxième du genre-visant à couper les communications entre Damas et l’aéroport international avant la capture de cette infrastructure, ce qui aurait été une victoire médiatique de la rébellion, la bataille de Damas s’est terminé par de très lourdes pertes pour les rebelles (nos sources évoquent plus de 5000 tués parmi les rebelles dont 75% seraient de nationalités étrangères à la Syrie) et un revers pour des unités des SAS britanniques infiltrés à partir de la Jordanie via la ville syrienne (sud) de Deraa. Des mercenaires de la firme américaine de sécurité X (connue antérieurement sous le sigle de ‘Blackwater’) ont également été éliminés sur la route de l’aéroport international de Damas.

Des pilotes habitués aux appareils de fabrication russe dont les nationalités n’ont pas été précisées étaient également parmi les rebelles en vue de prendre le contrôle des appareils de l’armée de l’air syrienne en cas de prise de l’aéroport.

Des combattants radicaux de ‘Jobhat Ennosra’ participant aux combats contre les forces du régime syrien ont retourné leurs armes sur des membres des forces spéciales britanniques et des ‘contractors’ de X. Une semaine plus tard, le Département d’Etat US classait ce groupe islamique radical qui bénéficiait jusque là de fonds et d’armes de la part des pays du Golfe et de la France, dans la liste des organisations terroristes ennemies du Gouvernement des Etats-Unis.

Les services spéciaux russes ont fourni une précieuse aide techniques aux services du renseignement aérien de l’armée syrienne en coupant toutes les communications (téléphonie mobile, Internet, brouillage Radio) de la Syrie pendant cette bataille. Ils ont également permis à l’armée syrienne de brouiller toutes les communications ennemies à l’intérieur du pays.

Les déclarations diplomatiques de responsables américains et russes devenaient de plus en plus codés et variaient en fonction de l’évolution de la situation sur le terrain. Les deux pays n’ont pas manqué d’envoyer des bâtiments de guerre en face du littoral syrien (Lattaquié et Tartus) dont le porte-avions nucléaire USS Eisenhower pour la marine US.

C’est la première fois que américains et russes mesurent leurs capacités de guerre électronique et cybernétique dans une bataille en Syrie.



Par W. Chekkat
Plus dans cette catégorie : « Mandat d'arrêt syrien contre le chef de l'opposition libanaise anti-syrienne Obama et Al-Qaïda........, par Bill Van Auken »
Ajouter un Commentaire

Nom (obligatoire)

Adresse email

Url de votre site Web ou Blog

1000 Caractères restants

Recevoir une notification par email lorsqu’une réponse est postée

Code de sécurité
Rafraîchir

Enregistrer
Retour en haut
mardi 18 décembre 2012
Notre programme suivant commencera à:
18:30 – 19:30 UTC
Autres liens:

Archives hebdomadaires
Ondes courtes
Grille des programmes

Zoom sur la presse iranienne

Moyen-orient: à qui profitent les guerres?

Bahreïn: La Révolution Occultée

Crise: Causes et Conséquences

Ere Hollande - an zéro

Dernières infos

La Belgique refuse des étudiants français
L'Iran s'oppose au déploiement des Patriot sur la frontière turco-syrienne
Station de télécoms US au Liban: La Commission de l’Information veut les détails
Egypte : le nouveau procureur démissionne
Sous la protection de l’ASL, un journaliste israélien prépare un reportage en Syrie !

Les plus visités

Fin de la bataille de l’aéroport de Damas, Washington et Moscou face-à-face
Syrie : les terroristes, en échec et mat
Syrie : Moscou rejette la demande de Washington
Thierry Meyssan, journaliste français
Des experts militaires russes conseillent l’armée syrienne

Musiques

c'est juste une petite information glanée sur le net. Bonne lecture

Écrit par : Kpene yovi goly | mardi, 18 décembre 2012

C est grave et meme tres grave

Écrit par : Wise | samedi, 22 décembre 2012

Les commentaires sont fermés.