topblog Ivoire blogs

jeudi, 31 janvier 2013

LA MANIPULATION DE LA CPI CONTRE GBAGBO MISE A NU

côte d'ivoire,cour pénale internationale,fatou bensouda,laurent gbagbo

Les failles du dossier de Bensouda contre Gbagbo


La procureure près la CPI n’en finit pas de se ridiculiser et de prouver aux personnes de bonne foi ayant une bonne connaissance de la Côte d’Ivoire et une bonne intelligence des concepts que l’institution dans laquelle elle officie est un jouet idéologique aux mains des puissances occidentales. Et non une juridiction digne de respect.

Est-ce le signe d’un léger mouvement de panique ? En tout cas, alors que le bureau du procureur près la Cour pénale internationale (CPI) basée à La Haye avait fondé toutes ses charges contre l’accusé Laurent Gbagbo autour du concept de «coauteur indirect» de crimes contre l’humanité, il change brutalement de braquet en s’appuyant sur l’article 25-3-d du statut de Rome. C’est en tout cas ce qu’il est donné de voir dans la version publique expurgée du «document amendé de notification des charges» datée du 25 janvier dernier, et rendue publique hier.

«Jusqu’ici, Laurent Gbagbo était poursuivi pour crimes contre l’humanité en qualité de co-auteur indirect des meurtres, viols, actes inhumains et persécutions commis, sous ses ordres, par ses partisans. Désormais, le procureur a ajouté une nuance à ses accusations, en poursuivant aussi l’ex-chef d’Etat ivoirien pour sa responsabilité directe dans la mise à exécution des crimes. Cette nuance – juridiquement très technique – vise, pour le procureur, à augmenter ses chances d’obtenir la mise en accusation de l’ancien chef d’Etat», explique le site Internet de la BBC. Il semblait en tout cas curieux d’emblée qu’un «coauteur indirect» soit la seule personne à comparaître devant les tribunaux internationaux alors que les «auteurs directs» désignés par la CPI ne s’y trouvent pas… et que certains d’entre eux, comme Philippe Mangou, chef d’état-major des Forces de défense et de sécurité au moment des faits et nouvel ambassadeur de Côte d’Ivoire au Gabon, ont même été promus…

Mensonges, omissions, légèretés…

L’audience de confirmation des charges devra permettre de répondre à une question: y a-t-il eu une «politique», un «plan commun» de nature criminels mis en place par Laurent Gbagbo pour «rester au pouvoir» par tous les moyens ?

D’ores et déjà, on peut imaginer que le prouver sera particulièrement difficile pour le procureur. Qui tentera d’impressionner les juges et de leur dire, en substance : «C’est vrai que je n’ai pas la preuve absolue de mes allégations. Mais avec toutes les accusations qui viennent de partout contre cet homme, mieux vaut juger au fond, et ne pas prendre le risque de relâcher ce Gbagbo contre qui les Nations unies et Human Rights Watch ont écrit des choses aussi graves.»

En tout cas, le document de notification des charges que défendra Fatou Bensouda est, par endroits, particulièrement léger. «Gbagbo était déterminé à rester au pouvoir. Quelque temps avant l’élection de 2010, aidé par des membres de son entourage immédiat, parmi lesquels Simone Gbagbo et Charles Blé Goudé, il a adopté une politique visant à attaquer son rival politique Alassane Dramane Ouattara (Ouattara) ainsi que des membres du cercle politique de celui-ci, ainsi que des civils considérés comme ses partisans, dans le but de conserver le pouvoir y compris par la force létale», écrit Bensouda. Comment se fait-il que dans ce contexte, Ouattara et ses proches ont pu faire campagne librement dans le Sud du pays contrôlé par les Forces de défense et de sécurité (FDS), tandis que Gbagbo et ses lieutenants, agresseurs désignés, ont fait les frais de violences inouïes de la part des victimes désignées ? Mystère.

« Avant l’élection, Gbagbo a pris des dispositions dans la poursuite de la Politique pour faire ensortede se maintenir au pouvoir en cas de défaite électorale. Il a consolidé son autorité absolue ainsi que le contrôle qu’il exerçait sur les Forces de défense et de sécurité ivoiriennes (FDS)», écrit Bensouda. En quoi le renforcement du lien entre l’armée et le chef supérieur des armées, auquel la Constitution donne l’autorité absolue sur les troupes nationales, estil la preuve d’un plan de refus anticipé du verdict des urnes ? Dans les démocraties avancées, le chef de l’Etat distend-il ses relations avec les militaires avant l’élection présidentielle ? Les mesures sécuritaires prises par Laurent Gbagbo n’étaient-elles pas tout simplement liées à la situation particulière de la Côte d’Ivoire,qui allait aux urnes avec une rébellion qui n’avait pas désarmé et qui constituait un véritable danger pour la Nation, au-delà d’un quelconque pouvoir ? Les accusations de Bensouda traduisent un prisme partisan frappant…

Cette manière de présenter les faits de manière totalement biaisée est omniprésente dans le document de Bensouda. Qui annonce que le président du Conseil constitutionnel était «un allié» de Gbagbo sans noter que celui que la Commission électorale indépendante était un cadre de la coalition soutenant Ouattara.« Les deux candidats se sont proclamés simultanément Président de la Côte d’Ivoire», ment Bensouda. Qui a pourtant affirmé plus haut que c’est le Conseil constitutionnel qui a fait prêter serment à Gbagbo (comme le veut la Constitution), tandis que Ouattara a prêté serment par écrit (ce qui n’a aucune valeur juridique).

Au point 10 de son document, Bensouda écrit :« Dès l’annonce des résultats provisoires de l’élection par la CEI, Gbagbo a donné l’ordre à ses forces armées d’assiéger l’hôtel du Golf et ses résidents». Cette affirmation est rigoureusement fausse. La liberté d’aller et de venir de l’hôtel du Golf était garantie jusqu’à la marche insurrectionnelle du 16 décembre 2010, qui visait à conquérir militairement la RTI.

côte d'ivoire,cour pénale internationale,fatou bensouda,laurent gbagbo

Gbagbo aurait ciblé les communautés de l’Ouest, «traditionnellement» favorables à Ouattara!

En son point 14, le document de Bensouda situe le début du conflit armé entre FDS et FRCI pro-Ouattara au 25 février 2011. Sur quelle base cette date a-t-elle été choisie ? Bensouda refuse catégoriquement deciter le «commando invisible» parmi les forces pro-Ouattara en dépit des déclarations d’officiels – y compris le ministre des Mines et de l’Energie dudit Ouattara – revendiquant la paternité de cette milice armée meurtrière.

En son point 21, ce texte, tout à son «enthousiasme» orienté, finit par dire que «les nombreuses communautés de l’ouest de la Côte d’Ivoire» sont «traditionnellement acquises» à Ouattara, ce qui fait qu’elles ont été ciblées par Gbagbo. Doit-ons’attendre à ce que demain, la CPI nous apprenne que les massacres à caractère génocidaire de Duékoué ont été commandités par Gbagbo ? A l’allure où vont les choses…

En son point 21, Bensouda prétend que les maisons des pro-Ouattara et des membres des ethnies considérées comme telles «étaient souvent marquées, soit avec les lettres D (Dioula) ou B (Baoulé) soit avec une croix peinte en noir, pour que les assaillants puissent les identifier».

Volonté objective de tromper ! En réalité, ces mentions sont le fait des agents du ministère de santé, qui les utilisaient dans le cadre des campagnes de santé publique, pour signaler les maisons déjà visitées. Tout le monde le sait en Côte d’Ivoire, mais Fatou Bensouda compte sans doute sur le fait que ce sont des étrangers qui ne savent rien aux réalités ivoiriennes qui jugeront Gbagbo. Mais qui peut sérieusement croire que l’ange de la mort écrit avec de la craie blanche, alors qu’il suffit d’un peu d’eau pour faire disparaître ses marques ?

Le reste du document accusatoire produit par Bensouda est à l’avenant. Le procureur près la CPI additionne bavures réelles des FDS, méfaits imaginaires et témoignages confus pour les attribuer en vrac à… Gbagbo. Elle confond allègrement mesures de protection du territoire et attaques ayant pour but de tuer. Elle tente ainsi de criminaliser les dispositions prises pour «empêcher tout accès à la RTI» le 16 décembre 2010. Elle ose dire, en dépit des nombreuses vidéos disponibles, que les manifestants pro-Ouattara qui allaient prendre la RTI n’étaient pas armés.

Après avoir fini de lire le document de Bensouda, l’on est tenté de dire que, par son interprétation violemment partisane et volontairement manipulatrice de l’histoire récente de la Côte d’Ivoire, la justice internationale et les Nations occidentales qui la téléguident participent à rendre impossible la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire.

Et à convaincre les vainqueurs du moment, qui se livrent en toute impunité à des crimes contre l’humanité,du bien-fondé de leurs forfaits. N’ont-ils pas affaire à des monstres ? La CPI a-t-elle un jour écrit dans un quelconque document qu’ils avaient fait quelque chose de mal ? Non, et c’est là tout le drame.


Philippe Brou, in le quotidien ivoirien "Le Nouveau Courrier"

La titraille est de la rédaction de Cameroonvoice


Source: CABRI MORT.COM

LES AVOCATS DE BLE GOUDE FORMELS: PAS DE DEAL ENTRE BLE ET LES AUTORITES IVOIRIENNES


CHARLES BLE GOUDE.jpg

 

L’ex-leader de la galaxie patriotique, Charles Blé Goudé, a été auditionné pour la deuxième fois par un juge d’instruction, hier mercredi 30 janvier, au palais de Justice au Plateau pendant près de 6h.

C’est à 8h55 qu’il s’est présenté au tribunal, menotté dans le dos et encadré par des éléments de l’unité d’élite de la police ivoirienne. Sitôt descendu du véhicule qui le conduisait, ses menottes lui ont été retirées et il a été rapidement introduit dans le bureau du juge d’instruction. 15 mn plus tard, soit à 9h10, il en ressort, toujours sous bonne garde et sans menotte, pour le poste de police du tribunal. Il est cette fois bien visible des occupants du tribunal.

Le dernier ministre de l’Emploi de l’ex-chef d’Etat, Laurent Gbagbo, arbore toujours la tenue avec laquelle il a été appréhendé au Ghana et conduit en Côte d’Ivoire. Une tunique jaune orangée. Il y reste pendant un long moment avant que son épouse le rejoigne, après un coup de fil d’un avocat, en compagnie d’Angéline Kili, une ex-détenue dans le cadre des détournements dans la filière café-cacao. Sa présence en ces lieux n’est pas fortuite puisqu’à quelques encablures du poste de police, se tient le procès des ex-barons de la filière café-cacao.

L’épouse de Blé Goudé le rejoint. A 10h38, celui que ses partisans appellent ”Général de la rue”, refait son apparition, quelque peu métamorphosé. Cette fois, il a troqué sa tunique jaune orangée contre une chemise de couleur bleu-ciel. Il affiche bonne mine. Dès qu’ils l’aperçoivent, ses partisans qui, entre-temps se sont regroupés au palais de Justice, ont du mal à contenir leur émotion. ”Président”, ”Gbapê”, ”l’enfant terrible”, sont des cris de joie qu’ils ne cessaient de scander.


BleGoud(6)


Encouragé par cette explosion de joie, Blé Goudé lève sa main droite en signe de salutation. Ce qui gonfle le moral de ses partisans, qui redoublent de cris de joie. Ce fut le dernier geste qu’il leur a adressé jusqu’à la fin de son audition, à 17h. Agacé par la présence des partisans du détenu, et surtout de leurs cris en ces lieux, le Procureur général ordonne aux policiers, déployés en grand nombre, de vider le tribunal de son monde. Ce qui fut fait. Tout le monde, y compris ceux qui avaient d’autres affaires à régler, est mis dehors.

Le portail du tribunal est fermé et les entrées commencent à être filtrées. Débute pour les journalistes, une si longue attente. Introduit à nouveau chez le juge d’instruction à 10h38, Blé Goudé y reste pendant près de 6h. Nombreux sont ses partisans qui, découragés par la longue attente, quittent les lieux, quand une poignée d’inconditionnels, au langage parfois virulent contre le pouvoir en place, reste.

D’autres encore, vaincus par la fatigue, s’affaissent et s’assoupissent sur des bancs en béton dans le hall du tribunal de première instance et de la Cour d’appel. Quand à 17h, l’ex-leader de la galaxie patriotique doit quitter le juge d’instruction, les policiers sont en branle. A nouveau, le tribunal est vidé de son monde. Personne n’est autorisé à roder dans la cour du palais de Justice et même sur le parking, devant le tribunal. Les policiers invitent tout le monde à reculer jusque sur la pelouse. C’est ce temps qu’ont choisi les éléments de l’unité spéciale de la police ivoirienne pour ”disparaître” avec Blé Goudé. Où l’emmènent-ils ? Impossible, pour l’instant, de le savoir, tant l’endroit où celui-ci séjourne depuis son extradition au pays, reste un mystère.


Y.DOUMBIA


 

Pour les avocats de Charles Blé Goudé, il n’y a pas eu de deal entre leur client et les autorités ivoiriennes, comme ont tenté de le faire croire plusieurs personnes. A leurs yeux, l’ex-leader de la galaxie patriotique a bel et bien été appréhendé au Ghana par les autorités ivoiriennes et renvoyé en Côte d’Ivoire "sans son consentement". «Pour finir, dans ces conditions, il est mal à propos, et il a tenu à le dire, il est mal à propos de parler d’un quelconque deal en ce qui concerne sa venue en Côte d’Ivoire. Il a été arrêté, appréhendé sans son avis et conduit en Côte d’Ivoire. Je voudrais que l’opinion nationale et internationale le sache. Il n’y a jamais eu de business entre Charles Blé Goudé et une quelconque autorité en Côte d’Ivoire », a déclaré Me N’Dri Claver à l’issue de l’audition de son client. Pour qui le droit n’est pas respecté en Côte d’Ivoire, dans la mesure où, selon lui,”leur client n’est pas localisable à Abidjan depuis qu’il a été mis sous mandat de dépôt”.

Pour la défense de Blé Goudé, il aurait dû être transféré dans une maison de correction dès lors qu’il est sous mandat de dépôt. De plus, selon Me N’Dri Claver, l’ex-leader de la galaxie patriotique lui a dit subir une ”véritable torture morale”. « Il (Blé Goudé) n’arrive pas, comme il nous l’a dit lui-même, encore à identifier géographiquement le lieu où il est. Il nous a dit qu’il est dans une maison, mais pas dans une maison d’arrêt. Pour notre part, nous estimons qu’en tant qu’avocat, il subissait une injustice. Il nous a dit, et je lâche son mot à lui-même, qu’il subit une véritable torture morale. Il est torturé. Il a refusé, dans ces conditions, d’aborder les questions de fond (pendant l’instruction) », a-t-il déclaré. Balayant du revers de la main, les allégations de deal qui entoureraient l’arrestation et l’extradition de Blé Goudé.

Quant à Me Gohi Bi, avocat, il a dénoncé cette ”maltraitance morale” qui a empêché Blé Goudé, selon lui, de ”faire correctement sa déposition”. Pour lui, les avocats du prévenu, au même titre que le prévenu lui-même, sont ”moralement maltraités”, dans la mesure où, a-t-il indiqué, ”même le procureur de la République, à qui il a adressé un courrier, ne peut dire où se trouve leur client”.

 

Y.DOUMBIA


Source: Le quotidien ivoirien "L'Inter" du jeudi 31 janvier 2013.

mercredi, 30 janvier 2013

LA GUERRE DES CLANS: MONETARISTES CONTRE FISCALISTES

 

monde,économie,la guerre des clans,monétaristes contre fiscalistes


Monétaristes contre fiscalistes 

Moult aristocrates ouvriers, quelques bureaucrates syndicaux, et plusieurs «bobos» ayant thésaurisé tout l’été demandent aujourd’hui à être conseillés afin de planquer leurs deniers durement gagnés en ces temps d’austérité économique aggravée.

J’ai donc visité Internet à la recherche d’économistes avisés. Je suis tombé sur une vidéo très instructive où un gang de spécialistes pédants, probablement des Républicains américains, se pourfend et s’épand en conjectures contradictoires (1). J’ai pensé utile de traduire, pour la compréhension d’un béotien, leur bavardage discordant. Je cite au hasard trois phrases remarquables prononcées par ces parangons du capital : « Nous sommes tous esclaves du gouvernement mondial dirigé par les banques centrales », et « Le marché libre (sic) finira par réagir et se mettre au diapason de la réalité économique », et enfin « Nous savons tous qu’il y aura un prochain QE3 » !?...

Dans le milieu de l’oligarchie financière mondiale, la bisbille fait rage au sein de la famille capitaliste monopoliste entre, d'une part, ceux que j’appellerai – faute de mieux – le clan des « monétaristes », et, d'autre part, le clan des « fiscalistes ». Les capitalistes monopolistes partagent actuellement le pouvoir politique avec les « monétaristes » en opposition aux « fiscalistes ». La vidéo précitée vous présente les récriminations des « fiscalistes ». Voilà pour le portrait de famille, analysons maintenant les propos de ces radicaux (!)

Les « monétaristes » – ministres des finances, boursicoteurs, investisseurs, Présidents de banques centrales – utilisent pour faire face à la présente dépression la seule arme qui demeure à leur disposition, la planche à billet – une métaphore pour désigner l’action des banques centrales et l’injection du carburant « crédit-argent » dans l’appareil de reproduction – Ceux-là impriment et jettent du papier monnaie dans la chaudière du Titanic financier-boursier mondial en train de sombrer, ce misérable rafiot économique plombé.

La triste mondialisation-globalisation-néolibérale inévitable 

Conservez, je vous prie, cette idée à l’esprit : mondialisation, globalisation, intégration économique néolibérale ne sont pas de vains mots; la façon que la présente crise s’approfondit le démontre à l’envi. Il ne vous est plus offert une variété d’économies nationales indépendantes : l’étatsunienne, la japonaise, la française, l’allemande ou la canadienne… Ces temps sont révolus et l’on ne peut revenir en arrière malgré les cris futiles et désespérés des conseillers économiques réclamant de « démondialiser sans néolibéraliser » (2). Il n’y a dorénavant, de gré ou de force, qu’une seule et unique économie-politique mondiale, l’économie politique impérialiste où tous les joueurs s’affrontent, banquiers, financiers, firmes multinationales, trust transnationaux, cartels plurinationaux, gouvernements impérialistes grands et petits et néo colonies, tous imbriqués les uns dans les autres, tous interdépendants les uns vis-à-vis des autres, mais n’ayant pas tous, tant s’en faut, la même puissance de gouvernance.

C’est la raison pour laquelle tous ces acteurs déchirent leur chemise sur la place boursière publique présentement : A) Qui, pour réclamer un troisième QE ou Quantitative Easing – assouplissement quantitatif – ou plus communément appelée une émission de monnaie inflationniste et dévaluationniste de la part de la Reserve Fédérale américaine (3) ; B) Qui, pour exiger des politiques fiscales restrictives abolissant des services publics, ou réduisant les salaires, et le pouvoir d’achat des travailleurs, des chômeurs et des étudiants afin de rediriger cet argent directement dans les goussets des banquiers, des manufacturiers – ce que ces gens appellent pudiquement et hypocritement des sources d’« investissements ». Pourquoi de nouvelles sources de capital d’investissement peut-on demander ? Le capital-argent, qui croitrait de 14% par an ne manque pourtant pas sur le marché boursier international [Challenges, 6.03.2008].

Le deuxième clan, que nous appellerons pour les besoins de la cause les « fiscalistes », arguent qu’ils sont pris en otage par les politiciens et les Présidents des banques centrales – en fait par les « monétaristes » – qui refusent de se plier à leurs remontrances.

De la contradiction dans le camp des profiteurs

Quelles sont les exigences de cette engeance de « fiscalistes » ? Les voici : Que les États souverains surendettés et les banques centrales discréditées cessent de frapper monnaie et qu’ils frappent les travailleurs et les petits employeurs de nouvelles taxes et de nouveaux impôts et qu’ils osent rediriger ce capital-argent extorqué directement dans les goussets du moins de un demi de un pourcent d’aristocrates financiers mondiaux multi milliardaires qui les feront fructifier, du moins l'espèrent-ils (4). Reagan, Madame Thatcher et Bush avaient déjà raconté ce bobard auparavant !

Mais pourquoi les politiciens de tous poils, les Présidents de banques centrales et les « monétaristes » en tout genre ne se plient-ils pas à ces exigences ? Subodorent-ils une manigance ? Pourquoi Barak Obama et les chefs d’État européens, japonais, australiens, canadiens ne se rendent-ils pas aux raisons des « fiscalistes » ? Tout simplement parce qu’ils ne le peuvent pas, du moins, pas aussi vite que le souhaiteraient la clique des « fiscalistes ».

Ce sont les pions politiciens et les larrons « monétaristes » qui sont au front, ce sont eux qui tiennent les rênes du pouvoir et qui font face à la résistance ouvrière et populaire, aux chômeurs et aux désœuvrés saqués, aux pauvres affamés, aux petits bourgeois paupérisés, aux autochtones enragés et aux étudiants masqués et casqués (5). Ceux-là savent que s’ils forcent la note ils auront une insurrection sur les bottes. D’autant qu’ils ont déjà, ces ministres et députés, ces banquiers, ces policiers militarisés, perdu le contrôle de leurs mercenaires essaimés à travers le désert incendié.

Les corsaires du désert 

La bride sur le cou, après avoir rompu leur licou, les corsaires du désert mènent leurs affaires pour leur propre compte et font monter les enchères que la France tente de faire taire, hier en Côte d’Ivoire, aujourd’hui au Mali, demain qui sait au Niger ! Mais ces flibustiers débridés, que la CIA et la DGSE-DST ont armés, sont à l’œuvre aussi en Mauritanie, au Niger, en Algérie, en Syrie, en Somalie, en Tunisie, en Égypte, au Yémen, en Irak, en Afghanistan, au Soudan, au Congo, en République Centre Afrique, autant de foyers de résistance où les prétendants au titre de « gendarme international » ne parviennent pas à maintenir le couvercle sur l’autoclave social mondial. Alors de grâce gémit le sous-fifre, que nul n’ordonne aux politiciens et aux « monétaristes » d’envenimer la situation en Grèce, en Italie, en Espagne, en France, au Canada et au Portugal par des mesures anti sociales radicales.

Chaque chose en son temps, répliquent les « monétaristes » prévaricateurs aux « fiscalistes » intempestifs. Les malins politiciens savent que le prochain QE3 (émissions de capital-argent inflationniste) approfondira davantage la crise économique et que toutes les banques centrales du monde – sauf peut-être la banque centrale de Chine – dévalueront leur monnaie (dont souffriront énormément les 15 pays sous le joug du Franc CFA. D’autres soulèvements et d’autres guerres «humanitaires» en perspective) (6).

Par cet audace monétaire tous ces voraces chacals obtiendront le bénéfice recherché – la dévaluation de la marchandise « monnaie » et par ricochet la dévaluation de la marchandise la plus convoitée qui soit, la « force de travail », d’où une revalorisation relative des autres marchandises – une revalorisation de la valeur du surtravail et de la plus-value et aussi, par la bande croient-ils, une réévaluation du Yuan chinois – quasi seule monnaie nationale présentement sous-évaluée.

Par la même occasion, les gouvernements nationaux dégraisseront leurs dettes souveraines et spolieront les petits et les grands épargnants – [les fonds de pension spéculatifs notamment] – et tous ceux qui n’auront pas planqué leur «blé» dans les paradis fiscaux comme ces messieurs Depardieu et Arnault (7).

Pour conclure 

Morale de cette guerre des clans entre « monétaristes » et « fiscalistes », messieurs et mesdames convertissez votre capital-argent en Yuan chinois, en Franc suisse ou en Or-métal si vous le pouvez. Mais je sais très bien pauvres gens qu’il y a longtemps que vous ne contrôlez plus votre argent dont le banquier s’est emparé. S’il est un investisseur argenté qui lit ce papier, convertissez votre capital-argent en denrée de première nécessité, dont les prix seront bientôt majorés. La famine pousse à manger quel que soit les prix sur les marchés, mais cela, déjà vous le savez.

Pour les ouvriers, les employés, les travailleuses, les étudiants, les autochtones et les petits rentiers paupérisés, laissez-moi vous conseiller de vous braquer, de résister; manifestez; refusez de payer; gardez-vous que l’on vous désarme, que l’on vous taxe, que l’on vous impose toujours davantage, que l’on vous saque. Ouvriers et travailleuses «investissez» dans la solidarité et résistez, voilà la recommandation de votre «conseiller financier».


Robert Bibeau, robertbibeau@hotmail.com, le 30 janvier 2013.

 

Source: LES 7 DU QUEBEC

____________________________________________________

(1) http://www.youtube.com/watch?v=ZxIwwqfRMGk

(2) Richard Le Hir. Démondialiser, et vite ça urge!  9.01.2013.

http://www.vigile.net/Demondialiser-et-vite-Ca-urge    

(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Assouplissement_quantitatif

(4) http://www.centpapiers.com/quand-la-science-decouvre-les-1-qui-dirigent-leconomie/

(5) Robert Bibeau. Gratuité ou marchandisation de l’éducation. Quelle solution? 23.01. 2013.

http://www.centpapiers.com/gratuite-ou-marchandisation-de-l%e2%80%99education-la-resistance-etudiante/

(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/Franc_CFA

(7) Robert Bibeau. La crise économique dans tous ses méfaits. 26.09.2012.

http://www.alterinfo.net/LA-CRISE-ECONOMIQUE-DANS-TOUS-SES-MEFAITS_a81805.html

mardi, 29 janvier 2013

APRES SON EXTRADITION EN COTE D'IVOIRE, POURQUOI BLE GOUDE EST GARDE AU SECRET

 

CHARLES BLE GOUDE 6.jpg


Charles Blé Goudé, le leader des jeunes patriotes (mouvement de jeunesse proche de l'ex-chef d’État, Laurent Gbagbo) est-il détenu dans d'une des Maisons d'arrêt et de correction de Côte d'Ivoire, ou est-il placé en résidence surveillée à Abidjan?

En tout cas, près de deux semaines après son arrestation, son lieu de détention demeure un mystère. Mis aux arrêts le 17 janvier 2013, à Tema (Ghana) puis, extradé le lendemain, en Côte d'Ivoire, le lieu de détention de Charles Blé Goudé est toujours gardé secret. Un mystère soigneusement entretenu par les autorités ivoiriennes, qui n'a pas manqué de susciter des réactions, tant au niveau de l'opinion publique nationale, qu'au sein de ses proches. «Depuis une semaine qu’il a été arrêté et qu’il est détenu, nous ignorons son lieu de détention de sorte qu’il nous est impossible de communiquer avec notre client», avaient martelé, le jeudi 24 janvier 2013, le collectif d'avocats de Charles Blé Goudé, lors d'une conférence de presse.

Sur la question, les avocats de l’ex-ministre de la jeunesse de Laurent Gbagbo sont apparus indignés. Mais bien avant, c'est avec ''surprise, douleur, consternation et amertume'' que la direction du Congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (Cojep), le parti politique de ce dernier est sorti de sa réserve, 48 heures après l'arrestation de son président. «Considérant que cette arrestation va accroître les rancœurs, accentuer la méfiance et la division entre les Ivoiriens qui croupissent sous le poids de la cherté de la vie et du chômage galopant, (…) demande instamment au gouvernement d’indiquer au peuple de Côte d’Ivoire le lieu de détention exact de Charles Blé Goudé en vue de permettre aux avocats commis pour sa défense d’avoir accès à lui» a indiqué le parti, à travers un communiqué.

Au vu de cette situation l'on est tenté de s'interroger pourquoi face au ''dossier Blé Goudé'', les autorités ivoiriennes ont-elles adopté la loi du silence, contrairement à celui de Lida Kouassi devant lequel elles étaient prolixes? Tous deux pourtant arrêtés au Ghana puis extradés vers la Côte d'Ivoire. Si pour les uns, cette décision a été prise pour sauvegarder l'intégrité physique de celui qui est poursuivi pour ''crime de guerre, assassinat, atteinte à la sûreté de l’État, vol de denier public en réunion...'', pour les autres par contre, les raisons des autorités ''qui ont placé Blé Goudé en résidence surveillée dans un endroit tenu secret à Abidjan'' sont plutôt ailleurs. Selon ces derniers, les actions de soutien et de mobilisation qui se succèdent autour de la Cour pénale internationale (Cpi) à la Haye, en Hollande, en faveur de Laurent Gbagbo semblent avoir donné des idées au régime d’Abidjan.

Et la tenue secrète du lieu de ''résidence'' de Charles Blé Goudé n'est pas fortuite. En effet, avancent-ils, ''il est mieux de le tenir au secret plutôt que de voir ses nombreux supporters prendre d'assaut son lieu de résidence pour des actions de soutien''. Ce qui pourrait, dit-on, provoquer de graves débordements. Des affirmations naturellement rejetées par les premiers qui indiquent que le comportement des autorités pourrait être lié à une crainte de voir des personnes proches du pouvoir tentées de faire la peau à Charles Blé Goudé.

Rappelons qu'au nom du collectif d'avocats, Me Hervé Gouamené, a révélé que Charles Blé Goudé passera, le mercredi 30 juin 2013, devant un juge d’instruction pour être vraisemblablement entendu sur le fonds des accusations dont il fait l'objet.

 

Claude DASSE, in le quotidien ivoirien «Soir Info» du lundi 28 janvier 2013.

SITUATION POST-CRISE: DES EX-COMBATTANTS RECLAMENT LEUR DU AU REGIME OUATTARA

 

côte d'ivoire,rébellion ivoirienne,situation post-crise ivoirienne,des ex-combattants réclament leur du au régime ouattara

 

Encore des voix qui s’élèvent dans l’ombre. Des ex-combattants (?) mécontents, qui ont choisi notre canal pour se faire entendre. Ils se présentent comme des oubliés des lendemains de la crise post-électorale qui a permis au président Ouattara de s’installer au pouvoir. Ils réclament la tenue de promesses à eux faites avant ces événements et brandissent la menace. Faut-il prendre au sérieux la déclaration qu’ils nous ont fait parvenir, la banaliser ou la publier? La 2ème voie semble la meilleure. D’où la publication du texte reçu, ci-dessous, en intégralité.


«Je suis ‘’Sinaï’’, capitaine de la gendarmerie nationale. Je parle au nom des coordinateurs que sont : ‘’Albatross’’, ‘’Aigles’’, ‘’Calao’’, ‘’Tifon’’, ‘’Scorpion’’, ‘’Venus’’ et ‘’Santor’’. Tous ex-Fanci, gendarmes, policiers, et oubliés de l'Efa de Bouaké. Ivoiriens et Etrangers vivant en Côte d'Ivoire, nous voulons par cette déclaration vous dire la vérité sur certaines choses qui, si l’on n’y prend garde, peuvent plonger le pays dans des troubles armés, voire conduire le pays dans le chaos. Je sais que, après lecture, chacun fera son commentaire, certains diront peut-être qu'on est inconscients parce que nous ne nous soucions pas de la souffrance des Ivoiriens d'autres diront au contraire que c'est le gouvernement qui ne se soucie pas de la souffrance de la population. Voici pourquoi nous écrivons.

Nous allons vous dire le rôle que nous avions joué pour le régime en place pendant la crise post-électorale. Alors si après cette sortie, le régime ne réagit pas, nous ferons dans notre prochaine déclaration, les plus graves révélations secrètes jamais dites aux Ivoiriens. Pour que le monde entier sache que tous, sommes coupables en Côte d'Ivoire. Nous ne faisons pas cela par rapport à la crise malienne, cet écrit était en préparation avant le déclenchement de la guerre au Mali.

Voici comment les choses se sont passées. Après le retranchement du RHDP au Golf Hôtel, prêt pour la bataille contre le régime du président Gbagbo, le gouvernement a initié le recrutement de jeunes Ivoiriens résidant à Abidjan comme mercenaires pour une formation accélérée à Bouaké en vue de combattre le régime du président Gbagbo.

Les organisateurs étaient l'actuel président de l'Assemblée nationale Guillaume Soro, le chef d'Etat major Soumaïla Bakayoko, le Général Gueu Michel, Traoré Salif dit ‘’Tracteur’’, anciennement agent de sécurité à la Banque africaine de développement (BAD) à Abidjan, très écouté par le président Ouattara, et un autre surnommé ‘’Tango’’. Les directeurs de stage étaient Famoussa Ouattara, pour le groupe formé à l'Efa de Bouaké. Il est aujourd'hui lieutenant-colonel. Chérif Ousmane, pour le groupe formé au bataillon du Génie de Bouaké. Les formateurs étaient des officiers et sous-officiers burkinabé et ivoiriens.

Notre mission, nous déverser dans toutes les communes d'Abidjan en vue d'affaiblir l'appareil militaire du président Gbagbo avant l'assaut final, d'où la naissance du ‘’commando invisible’’ à Abobo. Ivoiriens, voici les promesses que Soro Guillaume et le Général Soumaïla Bakayoko nous ont faites. Les jeunes recrutés devaient intégrer l'armée sans condition et bénéficier de l'octroi d'une prime de guerre. Le gouvernement devait donner une maison à chaque élément pour le service rendu à la nation.

Pendant la formation, le Gal Bakayoko et l'actuel président de l'Assemblée nationale, Guillaume Soro, ont rendu visite aux éléments dans les savanes de Bouaké et de Katiola d'où ils ont confirmé les promesses. Guillaume Soro a eu à dire que nous représentions l'Ecomog, car l'envoi de l'Ecomog coûterait cher à l'Etat de Côte d'Ivoire. Mission terminée, voilà que depuis 2011, nous suivons le régime pour honorer sa promesse. On nous tourne en bourrique, refuse et nous menace. Nous sommes au nombre de 383 éléments qui ont été tous formés sur les armes lourdes et légères avec différentes techniques de combats. Sur les 383 éléments, 17 sont morts pour le régime en place et jusque-là, rien n'a été fait pour nous, malgré les promesses.

Pourtant, des jeunes que nous connaissons bien dans nos quartiers, et qui étaient cachés sous leur lit pendant la bataille d'Abidjan, sont aujourd'hui militaires. Et nous, toujours rien. Les vendeuses d'oranges, de comprimés, des commerçantes, ont des matricules et sont militaires. Et pourquoi pas nous ? Des chefs vendent les matricules pour de l'argent, à n'importe qui. Souvent, il faut passer par leur femme ou par leur copine. Nous avions entrepris des démarches auprès de ceux qui nous ont engagés, mais rien n'a abouti. Après, nous avions rencontré physiquement et par courrier, des autorités que sont :

L’imam Check Bouakary, vice-président de la Commission Dialogue-Vérité et Réconciliation (CDVR), le Premier ministre Charles Konan Banny, président de la CDVR, Ibrahim Ouattara, petit-frère du président de la République, Gaoussou Soumahoro, Com-terre de l'armée, Méité Sindou, ex-porte-parole de Soro Guillaume à la Primature, Me Bamba et Me Konan (Avocats). Tous ceux-là n'ont trouvé aucune solution à notre problème.

Alors, comme des chefs menacent de nous anéantir si nous ne fermons pas notre bouche sur cette affaire de prime de guerre, nous prenons l'opinion nationale et internationale à témoin. Nous sommes au courant qu’en plus de nous, vous préparez une opération de chasse aux FRCI sans matricule. Nous ne savons pas comment chacun est devenu FRCI, mais sachez que tous ceux qui ont combattu pour ce régime et aujourd'hui sans matricule, ne se laisseront pas faire. Malgré le désordre, l'injustice et la division que vous avez semés entre les FRCI. Sachez qu'on vous suivra jusque dans vos foyers pour vous réclamer notre dû quel que soit le temps que ça va mettre. Même si ce régime n'est plus, nous vous suivrons.

Si après nous avoir utilisés, c'est de cette manière que vous voulez vous débarrasser de nous, ça ne passera pas. Bouaké n'est pas Abidjan, nous savons qu’à Bouaké, après la bataille entre pro-Soro et pro-IB, des centaines de jeunes soupçonnés proche de IB ont été enfermés dans un contenaire au soleil et tous ont péri. Vous ne pourriez pas le faire à Abidjan parce que vous avez en face ceux qui vous ont ouvert les portes d'Abidjan, qui ont dressé le lit pour vous à Abidjan, ceux qui vous ont montré les rues et les quartiers d'Abidjan et les mêmes qui ont combattu avec vous. En dehors de ceux que vous avez fait former à Abidjan, nous avions recruté plus de 500 éléments qui étaient eux-aussi répartis dans différentes communes d'Abidjan. Nous avons plein de FDS qui étaient avec nous, qui sont encore là et qui la plupart ont été frustrés par vous et qui observent. Vous nous avez trahis et trompés.

Beaucoup ont perdu leur travail à cause de vous. Vous avez mis la honte sur des familles. Pendant ce temps, des chefs tels que Traoré Salif dit ‘’Tracteur’’, préfèrent aller chercher leurs frères au Burkina pour venir les mettre dans l'armée. Pourtant, ceux qui ont donné leur poitrine pour le régime souffrent et sont insultés dans les rues comme étant des merdiers. C'est très dangereux, ce que vous faites. Nous regrettons fort et la mort vaut mieux. Nous sommes prêts à toute fusion sérieuse et solide. Dans notre prochaine déclaration, nous allons livrer tout ce qui était secret. Nous donnons une chance à tous, et nous pensons que le président Ouattara n'est pas informé de tout cela. Nous profitons pour lui dire que nous connaissons bien des loups vêtus en brebis dans sa maison et à la moindre erreur, ils vont sévir. Tout sera mis à nu si c'est ce qui plaît à Dieu, et même si nous sommes loin».


Source : Le quotidien ivoirien «L'Inter» du lundi 28 janvier 2013.

DENONCIATION DE L'IMMIXTION BELLICISTE DE LA FRANCE EN SYRIE

DRAPEAUX FRANCE SYRIE.jpg

Dénonciation de l’immixtion belliciste de la France en Syrie et affirmation du droit du peuple syrien à disposer de lui-même souverainement


Coordination pour la souveraineté de la Syrie et contre l’ingérence


Communiqué du 28 janvier 2013:

 

Le 28 janvier 2013, M. Fabius accueille à Paris les représentants de la Coalition pour la Syrie, une structure fantoche créée à la demande des dirigeants états-uniens et qu’il considère depuis deux mois comme les « seuls représentants légitimes du peuple syrien ». Il choisit de les recevoir le jour même où l’opposition syrienne patriotique qui refuse toute ingérence étrangère ainsi que la guerre civile, se réunit à Genève.

Cette rencontre constitue le volet diplomatique d’une ingérence dans les affaires syriennes qui dure maintenant depuis deux ans. Le gouvernement français a déjà largement pris part à l’agression contre la Syrie en recrutant, entraînant et fournissant aux rebelles du matériel divers et prenant la direction des opérations, aux côtés de la CIA et des services de renseignements turcs de la formation des combattants (artillerie et transmission)1) . Cette ingérence est en contradiction avec les principes du droit international et de la charte l’ONU en 1945. « Aucun Etat ne doit entreprendre d’action visant au renversement par la force du régime en place dans un pays tiers. » Sur le plan diplomatique, le gouvernement français cherche donc à contourner la légalité du droit international pour favoriser la reconnaissance d’une « légitimité » factice par diverses organisations régionales (Union européenne, Ligue arabe, Amis de la Syrie) pour une coalition créée par l’OTAN qui n’a aucune représentativité populaire.

Créée au Qatar, la « Coalition de Doha » est dirigée par M. Mouaz Al Khatib, un imam lié aux Frères musulmans, qui, selon le géographe F. Balanche, en constituent la « colonne vertébrale ». La Coalition reconnaît comme premier allié, Jabhat Al-Nosra, un groupe terroriste qui est une émanation directe d’Al Qaida. Et pour cause, c’est ce groupe qui inflige les plus lourdes pertes au gouvernement syrien 2) et à la population civile. M. Fabius a même fait part de son soutien implicite aux terroristes en affirmant que « sur le terrain, ils [Al Nosra] font du bon boulot ».3)

La diplomatie française cherche à prendre les devants d’une politique états-unienne de remodelage du « Grand Moyen Orient », en éliminant l’« Axe du Mal » (Syrie, Iran) (lire : axe de la Résistance) et en favorisant un axe pro états-unien (Turquie, Etats du Golfe). 4)

C’est donc une politique consciente d’escalade dans la guerre que le gouvernement français cherche à attiser, au moment même où la même France s’attaque au Mali aux groupes qui sont en relation directe avec ceux qu’elle soutient en Syrie. Comprenne qui pourra.

La Coordination pour la souveraineté de la Syrie et contre l’ingérence dénonce fermement cette politique d’immixtion dans les affaires des pays souverains, affirme le droit du peuple syrien de choisir lui même ceux qui le gouvernent, ainsi que le refus de tout armement des « djihadistes » ou de « l’ASL » en soulignant que ce conflit, extrêmement polarisé, pourrait dégénérer en un embrasement généralisé déclenchant une guerre mondiale.


Coordination pour la souveraineté de la Syrie et contre l’ingérence


-------------------------------------------------


1) Le Canard enchaîné, 8 août 2012.
2) Le Figaro, 21/12/12
3) Le Monde, 14/12/12
4) Courrier international, n° 1152, « Vers la création d’un axe sunnite proaméricain »

Contact: Chrysanthie - chrysantheme1410@rocketmail.com

 

Source: COMITE VALMY

lundi, 28 janvier 2013

MALI ET GUERRES DE LA FRANCE DANS LE MONDE - DEBAT SUR FRANCE 3: MICHEL COLLON MASSACRE HENRI GUAINO

 


 

Le courage de la vérité et la force des arguments. Voici les armes du journaliste d'investigation Michel Collon qui ont littéralement sonné Henri Guaino, le député UMP des Yvelines, venu sur un plateau télé pour justifier l'injustifiable et cautionner le crime international, au nom de la "démocratie" et de la "protection des civils", en masquant le vrai motif de tous ces massacres et invasions subis par nos nations: les intérêts de l'Hexagone et ceux de petits copains des différents régimes français.

Il faut mettre un terme urgent aux dérives de la "bannière ensanglantée", par la dénonciation sans faiblesse, le refus de collaboration et une véritable révolution contre l'impérialisme local et mondial de cet Etat en déconfiture morale, économique et sociale avancée.

 

Que DIEU nous y aide, peuples dignes!

L'ISLAMISME EST-IL L'ENNEMI PRINCIPAL AU SAHEL? ANALYSE DE SAMIR AMIN

      

monde,mali,monde arabe,monde occidental,triade,l'islamisme est-il l'ennemi principal au sahel?,analyse de samir amin,réveil communiste,cedeao,islam,otan,cia,aqmi,al qaeda


Texte de Samir Amin diffusé par le M’PEP avec l’autorisation de l’auteur. Economiste franco-égyptien, Samir Amin est directeur du Forum du Tiers-Monde.

 

Je suis de ceux qui condamnent par principe toute intervention militaire des puissances occidentales dans les pays du Sud, ces interventions étant par nature soumises aux exigences du déploiement du contrôle de la Planète par le capital des monopoles dominant le système.

L’intervention française au Mali est-elle l’exception à la règle ? Oui et non. C’est la raison pour laquelle j’appelle à la soutenir, sans néanmoins penser le moins du monde qu’elle apportera la réponse qu’il faut à la dégradation continue des conditions politiques, sociales et économiques non seulement du Mali mais de l’ensemble des pays de la région, laquelle est elle-même le produit des politiques de déploiement du capitalisme des monopoles de la triade impérialiste (États-Unis, Europe, Japon), toujours en œuvre, comme elle est à l’origine de l’implantation de l’Islam politique dans la région.

I.- L’Islam politique réactionnaire, ennemi des peuples concernés et allié majeur des stratégies de la triade impérialiste [1]

L’Islam politique – au-delà de la variété apparente de ses expressions – n’est pas un « mouvement de renaissance de la foi religieuse » (que celle-ci plaise ou non), mais une force politique archi-réactionnaire qui condamne les peuples qui sont les victimes éventuelles de l’exercice de son pouvoir, à la régression sur tous les plans, les rendant par là même incapables de répondre positivement aux défis auxquels ils sont confrontés. Ce pouvoir ne constitue pas un frein à la poursuite du processus de dégradation et de paupérisation en cours depuis trois décennies. Au contraire il en accentue le mouvement, dont il se nourrit lui-même.

Telle est la raison fondamentale pour laquelle les puissances de la triade – telles qu’elles sont et demeurent – y voient un allié stratégique. Le soutien systématique apporté par ces puissances à l’Islam politique réactionnaire a été et demeure l’une des raisons majeures des « succès » qu’il a enregistrés : les Talibans d’Afghanistan, le FIS en Algérie, les « Islamistes » en Somalie et au Soudan, ceux de Turquie, d’Egypte, de Tunisie et d’ailleurs ont tous bénéficié de ce soutien à un moment décisif pour leur saisie du pouvoir local. Aucune des composantes dites modérés de l’Islam politique ne s’est jamais dissociée véritablement des auteurs d’actes terroristes de leurs composantes dites « salafistes ». Ils ont tous bénéficié et continuent à bénéficier de « l’exil » dans les pays du Golfe, lorsque nécessaire. En Libye hier, en Syrie encore aujourd’hui ils continuent à être soutenus par ces mêmes puissances de la triade. En même temps les exactions et les crimes qu’ils commettent sont parfaitement intégrés dans le discours d’accompagnement de la stratégie fondée sur leur soutien : ils permettent de donner de la crédibilité à la thèse d’une « guerre des civilisations » qui facilite le ralliement « consensuel » des peuples de la triade au projet global du capital des monopoles. Les deux discours – la démocratie et la guerre au terrorisme – se complètent mutuellement dans cette stratégie.

Il faut une bonne dose de naïveté pour croire que l’Islam politique de certains – qualifié à ce titre de « modéré » – serait soluble dans la démocratie. Il y a certes partage des tâches entre ceux-ci et les « salafistes » qui les déborderaient dit-on avec une fausse naïveté par leurs excès fanatiques, criminels, voire terroristes. Mais leur projet est commun – une théocratie archaïque par définition aux antipodes de la démocratie même minimale.

II.- Le Sahélistan, un projet au service de quels intérêts ?

De Gaulle avait caressé le projet d’un « Grand Sahara français ». Mais la ténacité du Front de libération national (FLN) algérien et la radicalisation du Mali de l’Union Soudanaise de Modibo Keita ont fait échouer le projet, définitivement à partir de 1962-1963. S’il y a peut être quelques nostalgiques du projet à Paris, je ne crois pas qu’ils soient en mesure de convaincre des politiciens dotés d’une intelligence normale de la possibilité de le ressusciter.

En fait le projet de Sahélistan n’est pas celui de la France – même si Sarkozy s’y était rallié. Il est celui de la nébuleuse constituée par l’Islam politique en question et bénéficie du regard éventuellement favorable des États-Unis et dans leur sillage de leurs lieutenants dans l’Union européenne (qui n’existe pas) – la Grande-Bretagne et l’Allemagne.

Le Sahélistan « islamique » permettrait la création d’un grand Etat couvrant une bonne partie du Sahara malien, mauritanien, nigérien et algérien doté de ressources minérales importantes : uranium, pétrole et gaz. Ces ressources ne seraient pas ouvertes principalement à la France, mais en premier lieu aux puissances dominantes de la triade. Ce « royaume », à l’image de ce qu’est l’Arabie Saoudite et les Emirats du Golfe, pourrait aisément « acheter » le soutien de sa population clairsemée, et ses émirs transformer en fortunes personnelles fabuleuses la fraction de la rente qui leur serait laissée. Le Golfe reste, pour les puissances de la triade, le modèle du meilleur allié/serviteur utile, en dépit du caractère farouchement archaïque et esclavagiste de sa gestion sociale – je dirai grâce à ce caractère. Les pouvoirs en place dans le Sahélistan s’abstiendraient de poursuivre des actions de terrorisme sur leur territoire, sans pour autant s’interdire de les soutenir éventuellement ailleurs.

La France, qui était parvenue à sauvegarder du projet du « Grand Sahara » le contrôle du Niger et de son uranium, n’occuperait plus qu’une place secondaire dans le Sahélistan [2].

Il revient à F. Hollande – et c’est tout à son honneur – de l’avoir compris et refusé. On ne devrait pas s’étonner de voir que l’intervention qu’il a décidé ait été immédiatement soutenue par Alger et quelques autres pays pourtant non classés par Paris comme des « amis ». Le pouvoir algérien a démontré sa parfaite lucidité : il sait que l’objectif du Sahélistan vise également le Sud algérien et pas seulement le Nord du Mali [3]. On ne devrait pas davantage s’étonner que les « alliés de la France » – les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, sans parler de l’Arabie Saoudite et du Qatar – sont en réalité hostiles à cette intervention, qu’ils n’ont accepté du bout des lèvres que parce qu’ils ont été mis devant le fait accompli – la décision de F. Hollande. Mais ils ne seraient pas mécontents de voire l’opération s’enliser et échouer. Cela redonnerait de la vigueur à la reprise du projet du Sahélistan.

III.- Gagner la guerre du Sahara

Je suis donc de ceux qui souhaitent et espèrent que la guerre du Sahara sera gagnée, ces Islamistes éradiqués dans la région (Mali et Algérie en particulier), le Mali restauré dans ses frontières. Cette victoire est la condition nécessaire incontournable, mais est loin d’être la condition suffisante, pour une reconstruction ultérieure de l’Etat et de la société du Mali.

Cette guerre sera longue, coûteuse et pénible et son issue reste incertaine. La victoire exige que soient réunies certaines conditions. Il faudrait en effet non seulement que les forces armées françaises n’abandonnent pas le terrain avant la victoire, mais encore qu’une armée malienne digne de ce nom soit reconstituée rapidement. Car il faut savoir que l’intervention militaire des autres pays africains ne pourra pas constituer l’élément décisif de la victoire.

La reconstruction de l’armée malienne relève du tout à fait faisable. Le Mali de Modibo était parvenu à construire une force armée compétente et dévouée à la nation, suffisante pour dissuader les agresseurs comme le sont les Islamistes d’AQMI aujourd’hui. Cette force armée a été systématiquement détruite par la dictature de Moussa Traoré et n’a pas été reconstruite par ses successeurs. Mais le peuple malien ayant pleine conscience que son pays a le devoir d’être armé, la reconstruction de son armée bénéficie d’un terrain favorable. L’obstacle est financier : recruter des milliers de soldats et les équiper n’est pas à la portée des moyens actuels du pays, et ni les Etats africains, ni l’ONU ne consentiront à pallier cette misère. La France doit comprendre que le seul moyen qui permettra la victoire l’oblige à le faire. L’enlisement et la défaite ne seraient pas seulement une catastrophe pour les peuples africains, elles seraient tout autant pour la France. La victoire constituerait un moyen important de restauration de la place de la France dans le concert des nations, au-delà même de l’Europe.

Il n’y a pas grand chose à attendre des pays de la CEDEAO. Les gardes prétoriennes de la plupart de ces pays n’ont d’armée que le nom. Certes le Nigeria dispose de forces nombreuses et équipées, malheureusement peu disciplinées pour le moins qu’on puisse dire ; et beaucoup de ses officiers supérieurs ne poursuivent pas d’autre objectif que le pillage des régions où elles interviennent. Le Sénégal dispose également d’une force militaire compétente et de surcroît disciplinée, mais petite, à l’échelle du pays. Plus loin en Afrique, l’Angola et l’Afrique du Sud pourraient apporter des appuis efficaces ; mais leur éloignement géographique, et peut être d’autres considérations, font courir le risque qu’ils n’en voient pas l’intérêt.

Un engagement de la France ferme, déterminé et pour toute la durée nécessaire implique que la diplomatie de Paris comprenne qu’il lui faut prendre des distances à l’égard de ses co-équipiers de l’OTAN et de l’Europe. Cette partie est loin d’être gagnée et rien n’indique pour le moment que le gouvernement de F. Hollande soit capable de l’oser.

IV.- Gagner la bataille diplomatique

Le conflit visible entre les objectifs honorables de l’intervention française au Mali et la poursuite de la ligne diplomatique actuelle de Paris deviendra rapidement intolérable. La France ne peut pas combattre les « Islamistes » à Tombouctou et les soutenir à Alep !

La diplomatie française, accrochée à l’OTAN et à l’Union européenne, partage la responsabilité de ses alliés dans les succès de l’Islam politique réactionnaire. Elle en a fournit la preuve éclatante dans l’aventure libyenne dont le seul résultat a été (et cela était prévisible et certainement voulu, au moins par Washington) non pas de libérer le peuple libyen de Kadhafi (un pitre plus qu’un dictateur) mais de détruire la Libye, devenue terre d’opération de seigneurs de guerre, directement à l’origine du renforcement d’AQMI au Mali.

Car l’hydre de l’Islam politique réactionnaire recrute autant dans les milieux du grand banditisme que chez les fous de Dieu. Au-delà du « djihad », leurs émirs – qui s’autoproclament les défenseurs intransigeants de la foi – s’enrichissent du trafic de la drogue (les Talibans, l’AQMI), des armes (les seigneurs de guerre libyens), de la prostitution (les Kosovars).

Or la diplomatie française jusqu’à ce jour soutient les mêmes, en Syrie par exemple. Les médias français donnent crédit aux communiqués du prétendu Observatoire Syrien des Droits de l’Homme, une officine connue pour être celle des Frères Musulmans, fondée par Ryad El Maleh, soutenue par la CIA et les services britanniques. Autant faire crédit aux communiqués d’Ansar Eddine ! La France tolère que la soit disant « Coalition Nationale des Forces de l’Opposition et de la Révolution » soit présidée par le Cheikh Ahmad El Khatib choisi par Washington, Frère Musulman et auteur de l’incendie du quartier de Douma à Damas.

Je serais surpris (mais la surprise serait agréable) que F. Hollande ose renverser la table, comme De Gaulle l’avait fait (sortir de l’OTAN, pratiquer en Europe la politique de la chaise vide). On ne lui demande pas d’en faire autant, mais seulement d’infléchir ses relations diplomatiques dans le sens exigé par la poursuite de l’action au Mali, de comprendre que la France compte plus d’adversaires dans le camp de ses « alliés » que dans celui de ses « ennemis » ! Cela ne serait pas la première fois qu’il en serait ainsi lorsque deux camps s’affrontent sur le terrain diplomatique.

V.- Reconstruire le Mali

La reconstruction du Mali ne peut être que l’œuvre des Maliens. Encore serait-il souhaitable qu’on les y aide plutôt que d’ériger des barrières qui rendent impossible cette reconstruction.

Les ambitions « coloniales » françaises – faire du Mali un État client à l’image de quelques autres dans la région – ne sont peut être pas absentes chez certains des responsables de la politique malienne de Paris. La Françafrique a toujours ses porte-parole. Mais elles ne constituent pas un danger réel, encore moins majeur. Un Mali reconstruit saura aussi affirmer – ou réaffirmer – rapidement son indépendance. Par contre un Mali saccagé par l’Islam politique réactionnaire serait incapable avant longtemps de conquérir une place honorable sur l’échiquier régional et mondial. Comme la Somalie il risquerait d’être effacé de la liste des Etats souverains dignes de ce nom.

Le Mali avait, à l’époque de Modibo, fait des avancées en direction du progrès économique et social comme de son affirmation indépendante et de l’unité de ses composantes ethniques.

L’Union Soudanaise était parvenue à unifier dans une même nation les Bambara du Sud, les pêcheurs bozo, les paysans songhaï et les Bella de la vallée du Niger de Mopti à Ansongo (on oublie aujourd’hui que la majorité des habitants du Nord Mali n’est pas constituée par les Touaregs), et même fait accepter aux Touaregs l’affranchissement de leurs serfs Bella. Il reste que faute de moyens – et de volonté après la chute de Modibo – les gouvernements de Bamako ont par la suite sacrifié les projets de développement du Nord. Certaines revendications des Touaregs sont de ce fait parfaitement légitimes. Alger qui préconise de distinguer dans la rébellion les Touaregs (désormais marginalisés), avec lesquels il faut discuter, des Djihadistes venus d’ailleurs – souvent parfaitement racistes à l’égard des « Noirs » –, fait preuve de lucidité à cet endroit.

Les limites des réalisations du Mali de Modibo, mais aussi l’hostilité des puissances occidentales (et de la France en particulier), sont à l’origine de la dérive du projet et finalement du succès de l’odieux coup d’état de Moussa Traoré (soutenu jusqu’au bout par Paris) dont la dictature porte la responsabilité de la décomposition de la société malienne, de sa paupérisation et de son impuissance. Le puissant mouvement de révolte du peuple malien parvenu, au prix de dizaines de milliers de victimes, à renverser la dictature, avait nourri de grands espoirs de renaissance du pays. Ces espoirs ont été déçus. Pourquoi ?

Le peuple malien bénéficie depuis la chute de Moussa Traoré de libertés démocratiques sans pareilles. Néanmoins cela ne semble avoir servi à rien : des centaines de partis fantômes sans programme, des parlementaires élus impotents, la corruption généralisée. Des analystes dont l’esprit n’est toujours pas libéré des préjugés racistes s’empressent de conclure que ce peuple (comme les Africains en général) n’est pas mûr pour la démocratie ! On feint d’ignorer que la victoire des luttes du peuple malien a coïncidé avec l’offensive « néolibérale » qui a imposé à ce pays fragilisé à l’extrême un modèle de lumpen-développement préconisé par la Banque mondiale et soutenu par l’Europe et la France, générateur de régression sociale et économique et de paupérisation sans limites.

Ce sont ces politiques qui portent la responsabilité majeure de l’échec de la démocratie, décrédibilisée. Cette involution a créé ici comme ailleurs un terrain favorable à la montée de l’influence de l’Islam politique réactionnaire (financé par le Golfe) non seulement dans le Nord capturé par la suite par l’AQMI mais également à Bamako.

La décrépitude de l’Etat malien qui en a résulté est à l’origine de la crise qui a conduit à la destitution du Président Amani Toumani Touré (réfugié depuis au Sénégal), au coup d’État irréfléchi de Sanogho puis à la mise sous tutelle du Mali par la « nomination » d’un Président « provisoire » – dit de transition – par la CEDEAO, dont la présidence est exercée par le Président ivoirien A. Ouattara qui n’a jamais été qu’un fonctionnaire du FMI et du Ministère français de la coopération.
C’est ce Président, dont la légitimité est aux yeux des Maliens proche de zéro, qui a fait appel à l’intervention française. Ce fait affaiblit considérablement la force de l’argument de Paris bien que diplomatiquement impeccable : que Paris a répondu à l’appel du Chef d’Etat « légitime » d’un pays ami. Mais alors en quoi l’appel du chef de l’Etat Syrien – incontestablement non moins légitime – au soutien de l’Iran et de la Russie est-elle « inacceptable » ? Il appartient à Paris de corriger le tir et de revoir son langage.

Mais surtout la reconstruction du Mali passe désormais par le rejet pur et simple des « solutions » libérales qui sont à l’origine de tous ses problèmes. Or sur ce point fondamental les concepts de Paris demeurent ceux qui ont cours à Washington, Londres et Berlin. Les concepts « d’aide au développement » de Paris ne sortent pas des litanies libérales dominantes [4]. Rien d’autre. La France, même si elle gagnait la bataille du Sahara – ce que je souhaite – reste mal placée pour contribuer à la reconstruction du Mali. L’échec, certain, permettrait alors aux faux amis de la France de prendre leur revanche.

 

Envoyé par le M'PEP, Le 23 janvier 2013.

 

Source: REVEIL COMMUNISTE

 

MALI - UNE EXPERTE CHINOISE MET LA FRANCE EN GARDE

 

MME HE WENPING.jpg

Une experte chinoise met la France en garde contre la légitimation d'un "nouvel interventionnisme" en Afrique

 

A l’heure de l’intervention militaire française, au Mali, qui fait maintenant l’objet d’une intense couverture médiatique, il faut se méfier de la légitimation d’un «nouvel interventionnisme», en Afrique, avertit He Wenping, experte chinoise, sur les questions africaines, à l’Académie chinoise des Sciences sociales.



Le 18 janvier, Mme He a publié un article intitulé «Il faut se méfier de la légitimation du nouvel interventionnisme, en Afrique», dans le quotidien chinois, "Global Times", dans lequel elle met en lumière des risques liés à l’intervention française, dont le principal porte sur la légitimation de l’ingérence extérieure, en Afrique.

L’intervention française a été déclenchée, après que des groupes islamistes armés eurent pris le contrôle de la ville de Konna, verrou stratégique entre le Nord et le Sud du Mali. L’appui de l’armée française a fait, rapidement, évoluer la situation militaire, en faveur de l’armée malienne, qui a repris, successivement, les villes de Konna et de Diabali. Selon des reportages, à Bamako et à Konna, la population malienne s’est ruée sur l’achat de drapeaux français et s’est félicitée de la victoire de l’armée, en brandissant des drapeaux tricolores.

Malgré un soutien unanime de la communauté internationale, l’intervention de la France, ancien «gendarme de l’Afrique», ne manque pas de susciter des interrogations. «L’intervention française pourrait-elle ouvrir la porte à la légitimation d’un nouvel interventionnisme en Afrique?», s’interroge Mme He, dans son article.

Bénéficiant de l’approbation de l’ONU, l’intervention de la France à la demande du président malien semble justifiée, d’autant plus que le Président Hollande a martelé que l’intervention française n’avait «pas d’autre but que la lutte contre le terrorisme».

Cependant, il est essentiel de déterminer le statut des groupes rebelles actifs, dans le Nord du Mali. «Pour le moment, il n’est pas juste de qualifier les groupes armés de purement terroristes», et compte tenu de la légitimité insuffisante du gouvernement malien actuel, qui est issu d’un coup d’Etat, «en ce qui concerne la crise, au Mali, il s’agit plutôt d’un conflit entre différents groupes politiques que d’une lutte contre le terrorisme», analyse la spécialiste.

Mme He a, également, examiné la situation, d’un point de vue historique. Sur le continent africain, au lieu de tracer des frontières naturelles, la plupart des pays ont hérité de frontières délimitées, par leurs anciens colonisateurs, qui avaient divisé le continent, en fonction de leurs intérêts et leurs rapports de forces.«Résultat, au sein des populations africaines, la reconnaissance de l’ethnie et de la religion compte plus que celle de la souveraineté ou de la nation. Ce qui peut amener le continent à entrouvrir une porte à l’ingérence extérieure».

En ce qui concerne sa diplomatie, en Afrique, la France, ancienne puissance coloniale, sur le continent, accorde la priorité au maintien de ses intérêts, dans les pays africains francophones. C’est dans cette optique que M. Hollande, qui n’avait pas montré, jusque-là, un intérêt marqué, pour l’Afrique, a changé de cap et décidé de déployer des forces armées, au Mali.

«Nous ne défendons qu’une cause, l’intégrité du Mali, et nous n’avons qu’un adversaire, le terrorisme», a répété le président français. Néanmoins, face à la demande du président centrafricain, lui aussi, confronté à l’attaque de rebelles, le gouvernement français a choisi de garder ses distances (et même dans le cas de la Côte d'Ivoire attaquée par la rébellion d'Alassane Ouattara, en 2002!, Ndlr). «Ce qui alimente les rumeurs, selon lesquelles la France, le gendarme, pratique le deux poids deux mesures, dans les affaires africaines», a fait observer Mme He.

Par ailleurs, le déploiement des forces armées, au Mali, aura pour effet d’alourdir les dépenses de l’Etat et pèsera sur une économie française affaiblie. «C’est pour cela que des médias, à travers le monde, ont signalé que le Mali risque de devenir un Afghanistan, pour la France», a indiqué Mme He, avant de faire part d’une autre inquiétude : l’intervention française permettra-t-elle d’apporter une stabilité, à long terme, au Mali? Une question à laquelle il est, pour l’instant, impossible de répondre.

 

Source: FRENCH.PEOPLEDAILY

GUERRE AU MALI: L'INCROYABLE NAIVETE AFRICAINE ET LA DIABOLIQUE RUSE FRANÇAISE

 

afrique,mali,france,guerre au mali,l’incroyable naïveté africaine et la diabolique ruse française,allain jules


Certains Maliens et Africains croient mordicus que c’est pour leurs beaux yeux que la France s’est décidée, enfin, à intervenir au Mali. Que nenni. D’ailleurs, urbi et orbi, elle (la France) s’appuie sur la fameuse «demande du président malien», ultime syncrétisme hypocrite et magistralement mené pour duper encore une fois les Africains. Ah, ces grands enfants ! Ces derniers ne se posant jamais la question du pourquoi maintenant, ils resteront toujours «derrière comme les fesses» comme le dirait l’autre. Pourquoi la France n’est pas intervenue tout de suite après la prise de la première ville nord-malienne par la vermine wahhabo-salafo-qatarie? Où était la France quand les djihadistes détruisaient, à plusieurs reprises, d’anciens mausolées de saints musulmans tout en se livrant à des exactions multiples (lapidations, amputations)?
 
Et pourtant, dans la même logorrhée morbide et mortifère, la France avait trompé le monde entier pour une intervention en Libye à la… «demande des Libyens». Comme toujours, pour éviter un massacre, alors que les troupes du frère Guide Mouammar Kadhafi avaient simplement demandé aux populations de Benghazi de désarmer. Une vérité véhiculée très minoritairement et que la presse «mainstream», faisant partie de l’opération nazie qui a tué plus de 80 000 Libyens, ne fait jamais état. Chacun sait comment la résolution onusienne 1973 adoptée à dix voix sur quinze et autorisant le recours à la force contre le régime de Kadhafi avait été triturée…Passons. 

Aussi bizarre que ça puisse paraître, personne ne s’est posé la question de savoir pourquoi tout le monde avait laissé la situation pourrir au Mali. Aussi bizarre que ça puisse paraître, personne dans les instances onusiennes ne songeaient même à poursuivre juridiquement les affreux terroristes qui détruisaient en toute impunité les mausolées soufis, patrimoine mondial de l’UNESCO, et qui coupaient bras et pieds ou lapidaient les « déviants ». Aussi bizarre que ça puisse paraître, pourquoi personne ne met l’accent sur le largage de la France en Libye des armes de ces hommes, accusés avec la mauvaise foi habituelle d’avoir pillé l’arsenal de Mouammar Kadhafi? Pourquoi le Qatar souhaite une médiation et la Libye, la Tunisie et l’Égypte ne veulent pas de cette intervention? Cherchez l’erreur.

FRANCOPHONIE - RDC.jpg

Mais, comme par hasard, subitement, les organisations non-gouvernementale (ONG) se réveillent et accusent déjà l’armée malienne d’exactions. Fichtre. Et pendant ce temps-là, la France, elle, mènerait une guerre chirurgicale à nulle autre pareille. Personne ne parle de la destruction de toutes les «essenceries» (pompes à essence) - comme le dirait Léopold-Sédar Senghor l’ex académicien -, et des bâtisses monumentales, soupçonnées d’être des refuges pour islamistes. C’est ainsi qu’on a appris que le palais de Mouammar Kadhafi a été détruit à Tombouctou. Qui peut vraiment croire à cette fable-là? Pourquoi personne n’ose parler des Touaregs, de leurs revendications, de leurs aspirations légitimes?

Et pendant ce temps-là, à New York, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon salue ce qu’il nomme l’intervention «courageuse» de la France au Mali. Néanmoins, il a aussi dit ses craintes concernant l’impact de l’opération sur les civils et les droits de l’homme. Diantre. Enfin. Mais, du côté africain, on s’appuie essentiellement sur une opération qui est utile, mise sur pied pour bouter hors des frontières maliennes les effroyables terroristes. Et bien sûr, tout le monde s’accorde à dire que l’opération est utile, qu’il faut par tous les moyens «détruire» dixit François Hollande himself, ces renégats pourtant alliés et idiots utiles de l’Occident.

Faisons simple. Alors que l’intervention française fait l’unanimité chez les nigauds, la France se battant au Mali officiellement contre le… TERRORISME (le soutenant en Syrie) mais, officieusement, pour protéger ses intérêts ou plus prosaïquement pour une symphonie à deux mesures, celle de Total le pétrolier, et de Areva l’extracteur d’uranium, les autorités françaises nous prennent pour des gobes-mouches. Sans cet uranium du Niger, nous vivrons, ici en France, avec des lampes tempêtes pour s’éclairer… Or, les Français, dans leur grande majorité sont convaincus que ce sont eux qui aident l’Afrique, dans cette configuration, le Niger, pays…pauvre. Comme le diraient mes amis Ivoiriens, «c’est ça qui est la vérité!». Le reste n’est que verbiage vaseux, mensonge, arnaque et propagande…
 

Allain Jules



dimanche, 27 janvier 2013

YOUSSOUF BAKAYOKO OU LE TREPIED DU RECIDIVISTE


YOUSSOUF BAKAYOKO.JPG


Monsieur Youssouf Bakayoko, président de la Commission Électorale Indépendante a coupé le ruban inaugural de la campagne électorale, vendredi en invitant les candidats à l’élection législative partielle à une campagne modèle! Cela prêterait à sourire si ce n’était pas tragique de se souvenir des promesses passées d’élections transparentes et honnêtes et de se repasser mentalement le film des fraudes, exactions, crimes, puis le coup d’état mis en œuvre, parce que les menaces d’intimidation n’étaient pas suffisante pour décourager le président Gbagbo!

A l’époque, nous étions alors en présence d’acteurs honnêtes pour les uns et corrompus pour les autres; mais entre temps le camp des gens civilisés n’est plus, mort, exilé où embastillé, et aujourd’hui, le camp des rebelles tente de se refaire une virginité en invitant à des élections législatives partielles, préparées par «une campagne civilisée», permettant «une supervision et une certification par les Nations Unies». Les électeurs, ivoiriens et tous les naturalisés de la dernière heure remplaçant gaiement tous les disparus et les exilés vont se mobiliser massivement pour cautionner leurs bourreaux! La consultation sera «apaisée et transparente », conformément «aux canons de la légitimité démocratique de nos élus», ces élus qui sont sortis victorieux des urnes avec des scores incroyablement bas, on parlait de 11 pour cent… et même moins de voix.

Effectivement « les canons de la légitimité démocratique » des nouveaux élus ont tonné, et l’Agence France presse ainsi que les médias ont cessé de compter les morts survenus après les fameux 3000 morts de la crise post-électorale, répertoriés dans toutes les dépêches et servis régulièrement, catéchisme asséné à coup de matraquage, laissant paraitre que tous ces morts l’étaient par la faute d’un Laurent Gbagbo s’accrochant désespérément à un pouvoir qu’il avait perdu, alors que les urnes avaient parlé en faveur de son adversaire Alassane Ouattara ! Oui les canons, la grosse artillerie ont retenti des jours et des nuits durant, parce qu’une France et une communauté internationale ont préféré le vacarme et les lumières du bombardement du palais présidentiel occupé par un Président légalement investi par un Conseil constitutionnel reconnu et souverain. Oui les critères, les canons n’ont certainement pas été ceux de la démocratie et surtout ceux de la liberté, la liberté d’un peuple de disposer de sa souveraineté. Et les milliers de morts qui ont suivi n’ont pas été recensés, Duékoué, Nahibly, et j’en passe…Mais voilà ils ne votent pas, ils ne voteront plus, ils ne sont plus importants pour un régime qui les a assassinés!

Comment croire aujourd’hui ces mêmes acteurs en campagne, comment prendre au sérieux un Youssouf Bakayoko dans un rôle identique, qui au lieu de se mettre au service de son pays, avait proclamé des résultats biaisés depuis l’hôtel du Golf, et ce en dehors du temps, à lui imparti?

Sa définition du tryptique de la démocratie? «Une campagne électorale apaisée, un processus électoral respecté, un verdict accepté avec des élus reconnus»

En histoire de l'art, le tryptique est un ensemble décoratif composé d’un panneau central et deux volets mobiles qui généralement se rabattent sur le volet central pour le recouvrir.Si je reprend fidèlement l’image du spécialiste de l’art Youssouf Bakayoko, assurément un habitué des musés et des Eglises françaises dépositaires de nombreux tryptiques, je dirais que «la campagne électorale apaisée» et «le verdict accepté avec des élus reconnus » constituent les panneaux latéraux du tryptique, encadrant le thème central, «un processus électoral respecté», et bien sûr les panneaux latéraux se rabattent sur «le processus électoral respecté» qui disparaît de notre vue! Bonne image donc, mais je suppose qu’il voulait évoquer le trépied, tabouret à trois pieds, support de la démocratie ivoirienne, que l’on connait bien, toujours instable, peu confortable, dont on risque à tout moment d’être éjecté, et aux pieds fragiles et trop écartés…

La dernière campagne électorale présidentielle est celle qui a coûté le plus cher, parce que vraiment elle se voulait –du côté de la Majorité Présidentielle-, honnête et transparente. Cela ne l’a pas empêchée de se transformer en une guerre parce que les dés étaient pipés d’avance et que ne devait sortir des urnes que Ouattara, l’Economiste du FMI qui offrirait son pays d’adoption à tous les charognards blancs pour quelques applaudissements et une célébrité éphémère, celle  d’un certain Empereur de Kong, dont le royaume est si petit que même son frère ainé, le maire de Kong n’a pu y avoir sa dernière demeure, mais a dû être enterré au cimetière municipal de Williamsville…

Campagne électorale express donc, pour saluer les généreux bailleurs de fonds et investisseurs potentiels allemands que l’on essaie de recruter après les français trop rétifs. Oui, il faut donner l’impression que la démocratie vit son rythme de croisière, que tout va bien, que tout se déroule selon «les canons de la légitimité démocratique de nos élus». Les derniers évènements rocambolesques au Ghana, les enlèvements et tentatives d’enlèvement de personnalités de haut rang, les procès en cours, tout cela nous plonge dans «la promotion de la paix par le dialogue», le discours est saisissant ! Grâce à ces élections, le processus de démocratisation est en cours en Côte d’Ivoire ! Mais voilà, les caisses vides de l’état, malgré les emprunts faramineux, ont fait grimper le prix de toutes les denrées alimentaires, l’électricité, le gaz, les carburants n’ont pas été de reste, et ont connu aussi une hausse…

Alors que ces élections n’étaient pas une priorité du moment, face aux revendications salariales des fonctionnaires qui vont se mettre en grève et paralyser totalement le pays, notre économiste va gaspiller un peu plus l’argent dont il ne dispose pas, en préparant des élections qui ne mobiliseront que ses adeptes, et donner l’impression d’une normalité revenue : tous les réfugiées attendus fermement, -direction la case Prison du Monopoly géant qu’est la Côte d’Ivoire, où tout est à vendre et à acheter-, n’auront même pas le temps de rentrer, d’avoir leur carte d’électeur, et de voter! Qu’à cela ne tienne, les électeurs en Côte d’Ivoire Nouvelle pourront voter plusieurs fois, face à des FRCI analphabètes qui ne distinguent pas une ordonnance médicale d’un laisser passer ou d’une carte d’électeur. Et on comprend mieux que Ouattara ne les envoie au Mali-si toutefois il daigne écouter ses chers frères et sœurs pour une fois- qu’après ces élections, car il a besoin d’eux pour mener cette «campagne civilisée», pour «une consultation apaisée et transparente»!

 

Shlomit Abel, 26 janvier 2013.


Source: RESISTANCE COTE D'IVOIRE ISRAEL

samedi, 26 janvier 2013

AFFAIRE BLE GOUDE: DU «NOUVEAU» QUI EN RAJOUTE AU FLOU?

 

CHARLES BLE GOUDE.jpg


L'auteur de cet article, publié sur la page Facebook "Blé Goudé Les Amis", espérait peut-être (avec les Amis en question) nous apporter une nouvelle lumière sur le dossier, mais semble plutôt y avoir apporté un peu plus de flou. Quelle affaire! Bonne lecture.

Exclusif! - Depuis La Haye - Gbagbo impose au FPI une déclaration de soutien et confie: "Il faut laisser Blé Goudé tranquille"

Blé Goudé: "A quoi ça sert d'être libre et dans la clandestinité quand le Président Gbagbo est en prison?"


Après la banalisation du départ, le FPI a fini par produire une déclaration de soutien réclamant la libération immédiate de Charles Blé Goudé. Dans la querelle et la polémique liées à un éventuel deal, le parti de Laurent Gbagbo coupe court, demande aux militants de rester mobilisés et de ne pas se laisser distraire. De bonne source, Laurent Gbagbo n'est pas étranger à cette attitude. Quelques personnes ayant été en contact avec lui, indiquent que l'ex-Président, devant toutes les accusations dont fait l'objet l'un de ses fidèles soutiens, a eu cette réaction: "Il faut laisser Blé Goudé tranquille". 

L'on apprend que Laurent Gbagbo, qui attend avec sérénité son procès pour dire sa part de vérité et démontrer qu'il est innocent, encourage son parti et ses partisans à entrer dans un dialogue politique avec le pouvoir." On a toujours été un parti démocratique et un parti de non-violence. De plus, nous n'avons pas d'armes. Obligeons l'animal de ville à entrer dans la démocratie et dans le dialogue politique. En dehors de la violence et en dehors de la force, l'animal de ville qu'est l'autre ne peut rien. (...) Nous devons parvenir à le sortir de ses méthodes de prédilection. Nous avons eu le temps de voir leurs lacunes et leurs faiblesses, nous ne devons pas continuer à leur laisser seuls le terrain pour profiter des ressources de notre patrie et maintenir dans la pauvreté nos populations et notre peuple", révèle en guise de Verbatim de la pensée, un homme de droit et membre par alliance de la famille Laurent Gbagbo, après une visite à La Haye. 

Blé Goudé confond adversaires et détracteurs: "A quoi ça sert d'être libre, et dans la clandestinité quand le Président Gbagbo est en prison?"

On en sait un peu plus sur la sérénité des membres du Cojep et des partisans indéfectibles de Charles Blé Goudé. Avant son arrestation, Blé Goudé avait émis à haute voix cette réflexion: "A quoi cela sert-il d'être en exil, dans une fausse liberté alors que Laurent Gbagbo est en prison. Mon objectif était de continuer le combat en partant d'Abidjan avant le 11 avril 2011, avec la bénédiction du Président. Mais aujourd'hui l'exil, la clandestinité et cette illusion de liberté valent-elles mieux que la prison, tant que je ne suis pas en mesure d'interagir en faveur du Président Laurent Gbagbo? Moi je suis libre et lui, il n'est pas libre. Par solidarité pour lui, ne devons- nous pas nous constituer tous prisonniers?".

Cette réflexion a le mérite de dérouter aussi bien partisans qu'adversaires de Blé Goudé. Au niveau des adversaires, tout en saluant l'efficacité de la politique et tout en étant prêts à applaudir une éventuelle ruse politique du Président de la République Alassane Ouattara en cas de deal avéré, les pro-Ouattara sont davantage nombreux à penser que Blé Goudé ne mérite aucune rémission de ses fautes. A ce titre, ils supportent mal, très mal même, l'idée d'un deal. Même s'ils rappellent qu'à plusieurs reprises, Blé Goudé a tendu la main aux autorités et s'était porté volontaire pour accompagner la réconciliation nationale. Le carton rouge à Blé Goudé dans le camp Ouattara est une réalité. Mais les partisans de Gbagbo restent eux aussi désorientés et attendent de voir plus clair. Tout en disant qu'il se calmerait, Touré Zeguen a maintenu hier, ses soupçons à l'encontre de Blé Goudé. Pour leur part, depuis l'arrestation de leur leader, les membres du Cojep n'ont de cesse d'inviter les autres exilés à rentrer au pays, disant que la lutte se fait sur le terrain, et non sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter...).

"La souveraineté de la Côte d'Ivoire, c'est Laurent Gbagbo, l'avenir de la souveraineté, c'est Blé Goudé", a déclaré un porte-parole de Blé Goudé, qui en dehors du FPI dispose d'une organisation et de soutiens bien structurés avec le Cojep. Les positions du Cojep qui sonnent comme un regard froid et réaliste, en écho au combattant Blé Goudé, qui affronte la justice de son pays et de ses "bourreaux", donnent du grain à moudre aux soupçons de collusion. Face aux soupçons de deal et aux accusations de trahison, à la suite de Zap Krasso, qui rappelle à Moussa Touré Zeguen in l'Intelligent d’Abidjan, que personne n'a le monopole de l'amour de Laurent Gbagbo, un analyste et observateur averti de la maison Ivoire révèle: "Tout est possible, Blé Goudé peut soigner son image à condition de ne jamais renier Laurent Gbagbo. Là, réside la clé de sa survie politique. Tant qu'il revendiquera l'héritage de Laurent Gbagbo et ne se hasardera pas dans son supposé deal, à devenir Alassaniste, il peut rebondir malgré une peine de prison à vie. La prison à vie ne signifie rien, dans la perspective de l'après-Ouattara, et l'horizon 2020. Blé Goudé aura alors 48 ans, Guillaume Soro 47 ans et Hamed Bakayoko sera l'aîné des deux. Avant cela, Mamadou Koulibaly et d'autres personnalités auront déjà joué leur première carte présidentielle en 2015. Pas de quoi s'alarmer". Est-ce à dire que Charles Blé Goudé a eu le temps de se préparer mentalement et psychologiquement à cette autre étape de sa vie? Une autre question qui attend réponse, comme tant d'autres interrogations. 

 

Charles Kouassi in L'Intelligent d'Abidjan, Mercredi 23 Janvier 2013.

vendredi, 25 janvier 2013

L'INVASION DU MALI: UNE OPERATION POUR LA RECOLONISATION DE L'AFRIQUE


afrique,russie,l'invasion du mali,une opération pour la recolonisation de l'afrique



Depuis le 11 janvier 2013 une intervention méthodique de l'impérialisme occidental se déroule dans une autre partie de l'Afrique. Cette fois-ci, à nouveau en utilisant le Conseil de Sécurité de l’ONU trompé. La conquête du Soudan a été réalisée en séparant la petite partie sud riche en pétrole du reste pauvre du pays. Le contrôle des régions pétrolières du Nigeria a été décidé par  la Cour internationale de Justice (1). Celui de la Libye et de la Côte d'Ivoire a été assuré par une intervention militaire directe sur la base des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies. Les méthodes différent mais l'objectif est le même - la recolonisation de l'Afrique, la conquête de ses ressources naturelles et de ses  marchés et l’arrêt de sa coopération avec la République populaire de Chine.

Lors de l'intervention au Mali, la communauté impérialiste, dans son entreprise de justification des  interventions visant à  contrôler l'opinion publique mondiale, s’efforce d'éviter toutes les erreurs  commises dans les agressions contre d'autres pays d'Asie et d’Afrique .La guerre de l'information qui accompagne les campagnes de guerre de l’impérialisme lui a permis d’asseoir l’idée  que l'impérialisme s’est levé pour défendre la souveraineté et l'intégrité territoriale du Mali. Ce n’est pas du tout ça. Il existe toute une série de facteurs qui confirment  que cette intervention ne diffère pas des précédentes.
 
Les groupes terroristes dans le nord du Mali ne sont  pas nés  ces deux dernières années. Ils ont été crées au su et au vu des services secrets des  puissances impérialistes et avec leur soutien, des  décennies durant.

La situation n’est devenue explosive que lors de l'intervention contre la Libye, et surtout après son achèvement et le renversement de Mouammar Kadhafi. Les armes ne sont pas parvenues au Nord du Mali, par hasard. Il existe de nombreuses preuves que les transferts d’armes ont  été effectués avec  l'aide de la France.
 
L'analyse de l’évolution des événements en 2012 suggère que l'ensemble du processus a été  une action parfaitement préparée, axée sur l'acceptation par l'opinion publique de l'«inévitabilité d'une intervention militaire."
 
Ce fut d'abord le vol soigneusement préparé puis exécuté des armes libyennes et leur livraison aux tribus touaregs dans le but ensuite de les pousser à commencer les actions militaires. Cependant les  Touareg se sont vite rendu compte qu'ils ont été manipulés et ont commencé à se distancer progressivement de l'indépendance précédemment déclarée.

Le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (NHOA) a déclaré que «la Déclaration d'Indépendance de l’Azawad était simplement une tentative pour susciter l'intérêt de la communauté internationale sur le sort de la population dans le nord du pays" et a exprimé sa volonté d'agir. Après, les forces d’Al Qaida et ses organisations "AQMI" (Al-Qaïda Maghreb islamique) et "MUJAO"  (Mouvement pour l'Unité et le Jihad en Afrique de l'Ouest), ont attaqué le MNL Azawad c’est une   véritable provocation des organisateurs. Par ailleurs, même l'organisation islamiste Ansar Dine (Défenseurs de la Foi) avait  annoncé sa volonté d'agir.
 
Lors de la réunion à Ouagadougou, au Burkina Faso, Ansar Dine a abandonné "la violence, l'extrémisme et le terrorisme", et s'est engagé à lutter contre la violence aux frontières. (2) Cet engagement a été qualifié de trahison par les deux groupes islamistes Aqmi et Mujao qui ont    commencé à le combattre. En Novembre 2012, Aqmi et le Mujao ont engagé des combats contre le MNLA. À la fin du mois de Novembre, les forces de Ansar Dine  sont entrées dans la bataille contre le Mujao au sud-ouest de Tombouctou. Je mentionne cette description détaillée afin qu’on puisse  comprendre la complexité de l’organisation de la stratégie  des services secrets occidentaux, dont le but était de déstabiliser le Mali et de créer des prétextes pour une intervention armée.

Les médias occidentaux s’efforcent  maintenant d’imposer à l'opinion publique l'idée que les groupes terroristes sont concentrés dans le nord du Mali, pour rejoindre les formations armées (3), ce qui est vrai,  s'est jointe à eux, même la tristement célèbre "Boko Haram", nigeriane, mais ils  évitent de  dévoiler la nature  de ce regain de combats, utilisés comme  prétextes  pour une intervention militaire.
 
Selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés,  plus d'un demi-million de réfugiés ont quitté l’espace des combats. La catastrophe humanitaire a frappé non seulement le Mali, mais aussi les pays voisins. En c’est précisément ce qui était visé et qui devait être atteint. Pour souligner plus fortement  l'effet, des mosquées ont été détruites à Tombouctou et dans d'autres centres historiques du Sahara. Tout s'est déroulé dans un seul but: choquer la communauté internationale et  obtenir un soutien pour une intervention militaire.
 
Après le coup d'état,  rapidement a commencé à  se propager l'idée d'une intervention militaire. Les représentants du nouveau gouvernement ont  demandé l’intervention militaire des  Nations Unies  et ont déposé une plainte auprès du Tribunal pénal international. Pendant ce temps, au niveau de la direction du Mali, des conflits se manifestaient au sujet de la conception de l’intervention militaire. 
 
S’opposaient  propositions d’aide de l’Occident   et  missions purement militaires des Etats africains. En particulier, ces conflits sont devenus la cause de l'échec de la tentative de coup d'Etat d'Avril  puis celle de Décembre dernier , lorsque l'armée a renversé le Premier ministre Cheikh Modibo Diarra. Ce n'est pas un hasard si le Conseil de sécurité a fermement condamné "l'ingérence continue  de l'armée et de la sécurité dans les activités du gouvernement malien de transition et a souligné qu'il était prêt à imposer des sanctions contre ceux qui troublent l'ordre constitutionnel.
 
Tout particulièrement, dans ce contexte, il est nécessaire d'évaluer le coup d'Etat au Mali de Mars 2012. A l’époque, quelques jours avant les élections présidentielles, le président Amadou Toumani Touré, connu sous le sigle ATT était renversé. L'absurdité de ce coup d'Etat est  que ATT n'était pas candidat pour un autre mandat,  mais il était un adversaire de l'intervention militaire de l'Occident.

Le Conseil de sécurité ne s’est pas dressé contre les terroristes islamistes d'Al-Qaïda, mais contre l'armée et  la sécurité du Mali.
 
A la fin, le  20 décembre 2012, le conseil de sécurit é  des Nations unies a adopté la résolution  2085, qui a approuvé l'intervention militaire au Mali. La Résolution a autorisé l’envoi d’une  mission militaire- Mission d'appui international au Mali, dirigée par des Africains qui sera composée de 5.000 membres de l'armée malienne et de  3.000 membres  des Etats de l'Organisation des Nations Unies.
 
La  conception de l’opération a été développée par le Gouvernement du Mali et les partenaires et  a été approuvée par l'Union africaine et la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest).
 
Qui sont les partenaires au Mali? Etats-Unis, la France, l'Allemagne, le Canada, l'Algérie, la Mauritanie et le Niger.
 
Début Janvier a été marquée par une démarche apparemment "illogique"  d'Al-Qaïda, dont les forces ont commencé à marcher sur le  Sud et  ont occupé le 7 janvier  la ville de Kona. Kona se trouve exactement sur ​​la frontière entre le nord et le sud du Mali. Cela marque le début d’un engagement contre une région où il vit la plupart de la population du Mali. Si cette opération devait avoir pour le leadership d'Al-Qaïda un sens, elle aurait du se réaliser à l’adoption de la résolution 2085, par exemple, après une série de réunions à Bamako ou à un autre moment approprié pour l’AQMI. Or, les opérations offensives ont commencé immédiatement après l’adoption de la  résolution de l'ONU autorisant une action militaire. Cela confirme qu’il s’agit d’une provocation préméditée qui devait précipiter  l'envoi immédiat de troupes. Dès le soir du 10 janvier Dionkunda Traoré qui exerce les fonctions de Président du Mali, proclamait la mobilisation et l'état d'urgence et dès le 11 janvier, les troupes françaises débarquaient au Mali. Les médias occidentaux ont essayé de camoufler cette démarche en  mettant en exergue la participation des armées du Sénégal et du Niger, dont les troupes ont également débarqué, mais celui qui joue le rôle de premier plan est tout à fait évident, indépendamment du fait que c’était déjà clair le jour de l'adoption de la Résolution 2085, quand le ministre des Affaires étrangères du Mali a remercié tous les membres du Conseil de sécurité et en particulier les représentants de la France.
 
Cependant que  la décision de la CEDEAO d’engager immédiatement  les opérations de la  mission n’a été rendue publique qu'après l'annonce que la mission militaire française a déjà commencé  les opérations  au Mali. Les Français ont donc commencé l’intervention militaire quand les troupes des Etats africains n'étaient  pas physiquement présentes au Mali.

Une  excellente opération d'information
 
"L'intervention militaire internationale au Mali" n'a qu'un seul défaut - il manque une explication compréhensible cohérente de l’activité  d'Al-Qaïda – Aqmi dans  les  pays du Maghreb islamique. Les  Médias  imposent les affirmations  quant aux tentatives d'Al-Qaïda  de  déployer ses forces dans le nord du Mali et d’y créer une  base permanente. Il est connu depuis longtemps qu'Al-Qaïda  y était implantée  durant toute la dernière  décennie et  tout le dispositif mondial de  lutte contre le terrorisme a laissé ce groupe terroriste inaperçu (au moment où tous les satellites militaires du monde  sont en mesure d'enregistrer un objet au sol  de dimensions plus petites qu’un  pistolet). Le fait qu’Aqmi n’a  commencé ses opérations  que maintenant, confirme qu'il s'agit d'une provocation planifiée qui devait être utilisée  pour une intervention militaire immédiate au Mali.
 
Le début de l'année 2013 est ainsi marqué par une nouvelles opération spéciale pour la   recolonisation de l'Afrique. Ses principaux acteurs sont les Etats-Unis et la France qui  tentent par  la force militaire brute d’empêcher l'expansion économique de la République populaire de Chine.  Le Mali, comme la plupart des pays africains, fait partie des pays riches en matières premières le riche et sa puissance politique et militaire est négligeable.)

Mais il est nécessaire de reconnaitre que l'impérialisme s’est, cette fois-ci, épargné les erreurs commises dans la guerre de l'information lors de l'intervention en Libye et en  Côte d'Ivoire en arguant qu'il s'agissait d'une intervention préventive pour prévenir les catastrophes humanitaires et  promouvoir la liberté et les droits de l'homme. Aujourd'hui, il est difficile que quelqu’un s'oppose à l’affirmation que l'opération militaire des forces des Nations Unies est inévitable.
 
Le pays a été confronté à un choix difficile: les islamistes ou l'impérialisme? L’intervention  internationale le Mali va la  payer avec  sa souveraineté et ses colossales ressources naturelles. Selon les dires du «socialiste» F. Hollande, les  troupes resteront au Mali aussi longtemps que nécessaire.
 
Ce n’est pas par hasard que  le président renversé Amadou Toumani Touré, disait que: ". Paris est plus dangereux que Tombouctou".

L'Afrique a toujours été et demeure un polygone d'expérimentation  des  scénarios militaires et politiques les plus divers. C’est pour cela que , non seulement l'Afrique, mais aussi la Russie devraient accorder une attention  au scénarios de mise en œuvre  réussi (jusqu’à maintenant) de l'intervention militaire dans un  pays dans lequel avait été, auparavant, artificiellement paralysé le pouvoir politique dans le but de le  "libérer des islamistes."Compte tenu des efforts de l'Occident visant à discréditer les dirigeants actuels de la Russie et de soutenir la construction de groupes terroristes islamistes opérant dans le Caucase du Nord et la région de la Volga, il  est nécessaire d'accorder une attention particulière à cette démarche.
 
 
----------------------------------------
 
 
(1) http://www.icj-cij.org/docket/files/94/7453.pdf.
 
(2)  Rapport du Secrétaire général sur la situation au Mali. Document des Nations Unies S/2012/894.
 
(3) Procès-verbal du Conseil de sécurité de l'ONU du 5/12/2012. Document des Nations Unies S/PV.6879, page 2.
 

Auteur: Alexander MEZYAEV (Mězjajev)


LA CHASSE AU DEAL

 côte d'ivoire,la chasse au deal,shlomit abel,résistance côte d'ivoire israël,commandant zanti,hassane magued,laurent gbagbo,cour pénale internationale,onu,alassane ouattara


Attention aux contrefaçons!

En ce moment circule un article signé commandant Zanti. «Attention, un complot se prépare contre la Révolution et la Côte d’Ivoire – acte 2».

Par le passé j’ai déjà relayé des écrits signés de ce nom, mais aujourd’hui j’ai des doutes quand à l’analyse suivante que nous trouvons sous sa plume : Gbagbo aurait accepté un deal en échange de sa libération. Suivent dans ce deal les noms de Blé Goudé et  Miaka Oretto. Ayant échangé plusieurs fois avec des personnes ayant bien connu le président, cela va totalement à l’encontre de l’image que nous avons de lui. Pourquoi cèderait-il maintenant alors qu’il a tenu bon depuis si longtemps. Que la France essaie de le corrompre, c’est certainement acquis ; qu’il ait commis des erreurs par le passé, par excès de confiance, car il ne croyait pas que l’Occident irait si loin dans le mensonge, la traitrise, le comportement pirate et dévoyé, c’est évident aussi. Mais plus que jamais, aujourd’hui, le président Gbagbo doit montrer au monde entier que ses valeurs ne sont pas celles de la France et par ricochet celles des collabos ivoiriens et pseudo ivoiriens. Aujourd’hui plus que jamais son obstination est payante, il a mis et met tout le monde dans l’embarras, CPI, gouvernement français, ONU. Au lieu de décourager les Ivoiriens, son comportement ferme et confiant a redonné courage aux militants et aux patriotes.

Or en ce jour ce courrier signé commandant Zanti, qui reprend le ton et les accents d’un Hassane Magued, sonne faux comme une contrefaçon pour semer le trouble et démobiliser… Bien sûr les gens attendent depuis longtemps, ils sont fatigués et découragés, n’en peuvent plus… Et il y a ceux qui se lassent et s’habituent à ce discours, « même Gbagbo est en train de flancher »… Les gens qui relaient ces nouvelles pessimistes ne sont certainement pas des intimes du président ; et ceux que nous connaissons et qui ont bien connu le président Gbagbo ne le reconnaissent pas dans ce deal Alors, j’aurais envie d’écrire que ce texte n’est là que pour nous embrouiller, diviser les patriotes qui le sont déjà suffisamment en ce moment ; les infiltrés sont une réalité, les patriotes héros de la 25ème heure également, ne nous laissons pas gagner par le défaitisme, et pensons à nos enfants, si notre génération doit se sacrifier, qu’eux au moins soient les bénéficiaires de cette vraie libération à laquelle nous aspirons tous.

Nos blogs sont lus et récupérés par le camp adverse, et même ce Zanti a pu se faire usurper son identité par une campagne de com féroce de l’adversaire! Disons-nous bien que si Gbagbo flanche, nous nous écroulons avec lui, et ce n’est pas le moment… La compromission n’est pas une victoire, c’est le prétexte pour les loups de s’engouffrer dans le troupeau, effaroucher les brebis pour mieux les manipuler. Il sera difficile d’avoir pire que Ouattara, mais une Côte d’Ivoire préfectorale même avec un autre préfet encore aux ordres de la France et des lobbys financiers étrangers, ne connaitra jamais la liberté et l’épanouissement et tout simplement ne vivra jamais du fruit de son travail et de ses ressources. Notre foi, notre détermination, notre confiance inébranlable en celui qui a crée le monde, et les hommes libres et égaux ne nous invite pas ce soir à capituler, mais au contraire à reprendre courage avant cette dernière montée, ce raidillon face à un vide vertigineux et à poser des actes  imples et clairs, qui se démarquent de ceux de l’ennemi : notre rapport à l’argent, à la corruptibilité, au pouvoir…

La victoire ne viendra pas grâce à X ou Y célèbres ou auto proclamés, elle viendra du peuple humble et petit qui marche avec son Dieu, crie son ras-le-bol sans se chercher un veau d’or un leader qui a su crier et gesticuler plus fort, en écrasant au passage un autre moins doué dans la communication… dans ce désintéressement chacun recevra ce qui lui revient… si nous pensons que le Dieu d'Abraham d’Isaac et de Jacob peut en oublier en route, et qu’ils veuillent le Lui rappeler, ils se font tout simplement plus grands que Lui… et tout le processus de rédemption prendra du retard, une fois de plus…

Moïse était bègue, avait un casier judiciaire, était peu convaincu, mais il a accepté de se laisser conduire, et les gesticulations du Pharaon, le Ouattara de l’époque, ne l’ont point impressionné une fois qu’il était en route, parce que bien épaulé par son frère. Ne commençons pas à douter du Président Gbagbo et de sa pugnacité, continuons sur ses traces, pour ne pas gagner une semi liberté ou un semi esclavage… Notre libération doit être pleine et entière, si notre Dieu est un Dieu d’esclaves, ce n’est pas le nôtre, le nôtre c’est celui qui porte La Côte d’Ivoire comme un père porte son enfant, le fait passer certes sur une route longue et éprouvante, mais sans jamais lui lâcher la main, jusqu’à ce que la route soit libre!

 

Shlomit Abel, 24 janvier 2013.


Source: RESISTANCE COTE D'IVOIRE ISRAEL

jeudi, 24 janvier 2013

2013 - VŒUX DE NAHIBLY

côte d'ivoire,2013 - vŒux de nahibly,émmanuel caleb,massacres de nahibly,duékoué

 ONUCI, complice de génocide et médecin après la mort.

 

Toi qui t’es toujours prévalu de l’amour de ton prochain,

Toi qui as accordé couvert, gîte et parcelle de terre à l’étranger,

Toi qui, en récompense de tout ce que tu as donné, as reçu des chapes de plomb, de fer et de feu,

*

Très bonne année 2013 à toi et que ton vœu le plus cher soit exaucé!

*

Que tu sois de Sakassou ou de Bouaké, de Monoko-Zohi, de Touba, de Ferké, de Bouna, d’Anonkoua-Kouté, de Bonoua, d’Agboville, de Yopougon, de Duékoué, de partout ailleurs en Côte d’Ivoire,

*

Que tu sois chrétien, animiste, musulman ou de toute autre croyance religieuse,

Quelque soit ton supplice, ton humiliation, ta souffrance, ta douleur et ta tristesse,

Que cette année 2013 te procure à nouveau la joie de vivre et le bonheur!

*

La joie de vivre et le bonheur, tu les auras forcément en partage,

Car à l’imposture du néo-colon français, tu as dit non et à son esprit de servitude, tu as su résister.

*

La joie de vivre et le bonheur, tu ne peux que les avoir abondamment en partage,

Car par ta vaillance et ta résistance qu’ils avaient sous-estimées,

Tu as dévoilé à la face du monde entier l’hypocrisie et la cruauté inhumaine des corsaires des temps nouveaux.

*

Du temps de l’esclavage à nos jours en passant par l’époque de la colonisation, ils n’ont pas changé.

*

Aux flibustiers des mers, aux faux prêtres ou missionnaires et autres corps expéditionnaires d’hier,

*

Ils ont substitué leurs médias, leurs armées et des diplomates malhonnêtes,

Tout le cocktail parfait pour planifier et réaliser des génocides sur ton continent.

*

Ta cause, frère, sœur, est si juste et ton combat si noble,

Que malgré tes larmes de sang et tes meurtrissures,

La joie de vivre et le bonheur seront ton partage

Parce que tu sais qu’aucune puissance aussi grande soit-elle,

Ne peut venir à bout d’un peuple déterminé

Et qui se bat pour sa liberté!

*

Un début de preuve à toutes ces affirmations,

C’est qu’en ton pays, la Côte d’Ivoire,

Armées française et onusienne se sont honteusement déculottées,

En prenant part à des massacres dont les vidéos parcourent le monde,

Mettant ainsi à nu la vraie moralité de ces impérialistes-donneurs de leçons,

Qui prétendent instaurer la démocratie en s’alliant à des brigands locaux ou régionaux.

*

A toi, frère, sœur, qui refuse de souscrire à l’esclavage mental

Imposé par ceux qui, refusant la royauté chez eux, ont décapité leur roi,

A toi, frère, sœur, qui dit non à la servitude et à tout esprit de nuisance

Sans jamais baisser la tête devant ces confréries du crime et du pillage,

Malgré l’ampleur de leurs crimes et génocides contre ton peuple.

*

A toi, frère, sœur, qui a définitivement compris qu’on t’a fait la guerre

Pour la richesse de tes terres et non pour des fausses élections,

A toi, frère, sœur, qui a aussi pardonné la bêtise de tes frères africains,

Toujours prêts aux massacres des leurs pour le bonheur du maître pirate blanc,

*

A toi, frère, sœur, nous disons donc «TRES BONNE ANNEE 2013»  depuis les décombres et les brousses de NAHIBLY à DUEKOUE !!!

 

Pour le collectif des victimes, Emmanuel CALEB, le 21 Janvier 2013.

NAHIBLY ECRIT A NOUVEAU A Mr KONAN BANNY, PRESIDENT DE LA COMMISSION DIALOGUE, VERITE ET RECONCILIATION (CDVR)

 

 

CHARLES KONAN BANNY.jpg


Monsieur le président,


En ce jour du 21 Janvier 2013, nous, collectif des victimes de guerre de DUEKOUE (CARREFOUR et NAHIBLY), nous nous empressons de vous écrire ceci :

-1° : 29 Mars 2011 et 20 Juillet 2012, cela fait respectivement vingt deux mois (2 années presque) et six mois que les massacres en vies humaines par les troupes de la C.E.D.E.A.O. , de l’O.N.U., des F.R.C.I. et des DOZO  ont eu lieu au quartier CARREFOUR et au camp NAHIBLY des réfugiés autochtones de DUEKOUE. A ce jour, suite à des enquêtes fantaisistes pour ne pas dire légères, aucun criminel n’a été arrêté pour être présenté à la justice nationale ou internationale quand, toujours à DUEKOUE, les exactions, les meurtres crapuleux continuent d’être la marque du savoir-faire ( ?) des forces dites républicaines, venues « sauver » ce pays nôtre en Avril 2011. Rappelons qu’il n’y a pas longtemps, en Octobre dernier, c’est encore à DUEKOUE qu’un gendarme a fait arrêter un chasseur traditionnel dit dozo, d’origine guinéenne, qui se rendait à un rendez-vous rituel de sa confrérie avec dans ses bagages de la chair et des ossements humains, fumés ou rôtis.

-2° : le 1er Janvier 2013 (il n’y a pas encore un mois), un drame a fait plusieurs dizaines de morts au quartier Plateau d’ABIDJAN. En moins d’une semaine, les enquêtes relatives à ce drame ont été bouclées et des sanctions diverses prises à l’encontre de certains responsables. Nous notons qu’à la différence de ce qui s’est passé et continue de se passer à DUEKOUE et dans le grand ouest ivoirien, le grand malheur survenu au Plateau d’ABIDJAN est un accident involontaire et non prémédité, contrairement aux crimes de masses et génocides que nous, populations Wê, nous subissons à grande échelle en ce pays depuis dix ans au moins. Sans désespérer de ce que la vérité sur notre tragédie collective soit un jour crachée à la face du monde par la commission que vous présidez, nous nous étonnons – tout en vous le notifiant, monsieur le président de la C.D.V.R.- du comportement judiciaire d’un régime dit démocratique que la communauté internationale nous a imposé à coups de bombes. Un régime qui catégorise ou hiérarchise la mort et la douleur des victimes, selon leur ethnie ou leur région.

-3° : récemment, monsieur le président de la C.D.V.R., vous avez  procédé à l’installation des commissions régionales de l’institution que vous présidez, ce qui est une très bonne chose. Seulement, voyez- vous, président, le passage en revue des personnes-ressources que vous avez nommées, s’agissant de notre région, nous choque et nous oblige à vous interpeller. En effet, des deux généraux que vous avez nommés en plus du doyen OULAÏ Tiabas, si nous n’avons rien à reprocher au Général DEON, par contre nous en avons gros sur le cœur quand contre toute attente, vous choisissez le Général DOUE, notre parent à nous. Ce choix, honorable président de la C.D.V.R., a fait dire au plus jeune du collectif que nous formons, tout sauf votre respect, que « le président BANNY, à mon avis, nous confond avec des billets de banque qu’on peut manipuler à souhait, vu qu’il est banquier de formation. Or, c’est bien parce que nous ne sommes pas manipulables et refusons de l’être que l’impérialisme prédateur nous fait massacrer par nos propres frères dont DOUE Mathias. Si le président BANNY ne sait pas  que DOUE Mathias est aussi à la base de nos malheurs depuis Septembre 2002, alors il est tout excusé ». En clair, monsieur le président de la C.D.V.R., le général DOUE Mathias, au-delà même du groupe ethnique Wê, est aussi comptable, en sa qualité de chef d’Etat major des armées de 2000 à 2004, de tout ce qui est arrivé comme malheur au digne peuple de Côte d’Ivoire, par exemple la fusillade des barbouzes français contre les jeunes patriotes ivoiriens aux mains nues, en Novembre 2004 devant l’Hôtel IVOIRE à ABIDJAN-COCODY et les bombardements des hélicoptères du général français PONCET contre des enfants de ce pays, en pleine nuit, sur le pont HOUPHOUET-BOIGNY , toujours en Novembre 2004. Tous ces rappels, honorable président, pour vous dire qu’il y a problème quant à la nomination du général DOUE Mathias par vous. Ce général, dont le village paternel avait disparu de la cartographie du fait de la rébellion sauvage du M.P.C.I., du M.J.P. et du M.P.I.G.O.(cf. 2ème fichier ci-joint) en 2002, alors qu’il était encore chef d’Etat major, n’avait en son temps rien trouvé de mieux que d’accuser de tous les péchés celui-là même qui l’avait fait roi, un peu à la manière traîtresse du « petit gros » qui lui, ne dort plus que d’un œil, dans la mesure où tôt ou tard, la justice des hommes ou de DIEU s’abattra sur lui. En un mot comme en cent, nous récusons, monsieur le président de la C.D.V.R., la nomination par vous du général DOUE. En tant que sachant relativement aux événements survenus dans notre pays ces vingt dernières années, le général DOUE doit dire à la justice (pourquoi pas internationale, puisque c’est la nouvelle tendance pour les « démocrates » des temps nouveaux) sa part de vérité, par respect pour l’opinion et pour l’humanité.   Rappelez-vous, monsieur le président de la C.D.V.R., du degré d’indignation avec lequel nous avions éconduit ce général des sites de réfugiés que nous étions, en Août 2011, à la Mission Catholique de DUEKOUE ainsi qu’à NAHIBLY dont le simple accès lui avait été refusé par ses propres parents, sous les regards gênés des soldats marocains de l’O.N.U.C.I.. Chez nous, l’honneur et la dignité ne se monnaient pas : nous vous aurons averti donc, du fond de notre cœur.

-4° : madame TOURE Flanizara, ci-devant député de DUEKOUE , celle-là qui s’est rendue coupable de crimes contre l’humanité en Janvier 2011 en invitant des nordistes et la rébellion à exterminer les Wê et à brûler leurs domiciles (cf. 3ème fichier ci-joint, intitulé « passage du cyclone flanizara ») , continue, en toute impunité, de proférer des propos incendiaires et railleurs à l’endroit de ses victimes, libre qu’elle est pour l’instant de ses mouvements de pyromane et de génocidaire attitrée. Pour rappel, GUITROZON, PETIT DUEKOUE en 2005, DUEKOUE et CARREFOUR en Janvier et Mars 2011, NAHIBLY en Juillet 2011 présentent des similitudes dans le mode de cruauté et de boucherie humaine.  Un proverbe de chez nous dit : « on ne crache pas dans la soupe dont on se nourrit ». Malheureusement, c’est le contraire qu’est en train de faire cette dame, experte dans l’injure et dans la violence gratuites à l’endroit des victimes que nous sommes. Par anticipation, nous vous en informons, monsieur le président de la C.D.V.R., pour qu’au moment des grands déballages sous votre autorité, cette dame puisse nous montrer de quel village exactement du nord de notre si beau pays elle est la native. En attendant, contre elle et tous les criminels de son acabit qui rôdent par ici à DUEKOUE, dans nos villages et dans nos forêts, nous gardons notre calme, avant le jour du grand jugement, nous disant que nul ici-bas n’est immortel. Informez-vous sur les dérives et les dérapages de cette sulfureuse dame qui a déjà fait en Janvier 2011 des dizaines de morts  à DUEKOUE, s’il vous plaît, monsieur le président de la C.D.V.R., pour vous convaincre du degré de l’instinct bestiaire de citoyens criminels qui abondent encore et encore dans le quotidien des ivoiriens.

-5° : il nous revient depuis un certain temps, monsieur le président de la C.D.V.R., que des individus étrangers puissamment armés (des militaires ?) parcourent nos forêts ici à l’ouest et recensent leurs compatriotes installés par la force, par la rébellion ou par tout autre moyen. Le but d’une telle opération, selon ceux d’entre eux qui ont décidé de faire preuve de gratitude et de reconnaissance envers leurs tuteurs Wê, c’est de rendre tous ces étrangers entrés frauduleusement dans ce pays à la faveur de la rébellion et sa sale guerre, des propriétaires terriens. Là-dessus, nous vous interpellons aussi, honorable président de la C.D.V.R. : sous nos yeux à tous, les ingrédients de conflits à venir sont en train de prospérer, avec la complicité de la communauté internationale qui veut toujours plus de cacao, plus de pétrole et toujours plus d’uranium quand bien sûr, beaucoup de sang innocent a coulé. De grâce, il nous faut comprendre ici et maintenant que la démographie de notre pays, à la faveur de cette longue guerre de dix ans contre notre pays, été fortement changée et nous les Wê, sauf erreur, sommes partis pour être un jour des apatrides, version « kurdes ivoiriens », vu que déjà, chez nous-mêmes, nous vivons en réfugiés et privés de justice. Pour l’instant, nous prions et gardons foi en ce que lors des travaux de votre commission, le monde entier fera avec nous tous, la (re)lecture des fameux accords dits de Marcoussis de Janvier 2003, cet affreux cocktail de reniement de soi que messieurs CHIRAC,  DE VILLEPIN et  MAZEAUD  ont voulu imposer au peuple de COTE D’IVOIRE en le taxant (ô forfaiture, quand tu nous tiens !) de xénophobe, malgré ses plus de trente pour cent (30%) d’étrangers en ce temps-là déjà. Oui, monsieur le président de la C.D.V.R., dans ce pays nôtre, qui est qui, qui a droit de porter des armes ou non, qui a droit de résidence, qui a droit de voix au chapitre et qui n’y a pas droit ? A combien s’élève désormais le nombre des habitants de notre pays dont l’émergence serait  pour 2020 au plus tard ? A combien se chiffre, par ces temps d’invasion sauvage et d’expropriation foncière et immobilière par la force des armes, le rapport ivoiriens/étrangers et hors-la-loi puissamment armés? Le disant, nous pensons surtout à l’O.N.U.C.I. dont la radio fait beaucoup de bruit en parlant de paix mais dont les troupes armées s’enfuient ou restent inactives quand on nous massacre et que la justice reste aveugle et muette : GUITROZON et PETIT-DUEKOUE en 2005, DUEKOUE en Janvier 2011, DUEKOUE-CARREFOUR en Mars 2011 et NAHIBLY en Juillet 2012 sont donc autant d’exemples qui démontrent le mensonge et la cruauté de ceux qui prétendent vouloir nous donner des leçons à travers leurs médias et autres institutions internationales formatés pour la déstabilisation des pays à piller !

-6° : malgré les affres de la guerre que nous continuons de subir et malgré le passage du cyclone « flanizara » début Janvier 2011 sur la quasi-totalité des maisons des autochtones Wê que nous sommes, à nous qui n’avons plus d’abri ou de demeure parce que victimes de la cruauté de ceux que nous avons accueilli à bras ouverts, c’est à nous que les services du cadastre et des impôts de DUEKOUE ont l’indécence d’adresser des courriers pour un soi-disant paiement des frais d’impôt foncier. Une autre preuve que malgré ce qui s’est passé en ce pays, aucun effort ou aucune mesure n’a été prise pour faire le point ou l’inventaire approximatif (à défaut d’être exact) des dégâts et des pertes en vies humaines et en biens divers. Tant pis pour les pertes et pour les morts, semble nous dire la république par cet acte de tentative de recouvrement des impôts. La république elle-même serait-elle sans cœur tant le sang de ses filles et de ses fils a été versé pour en être là, c’est-à-dire à se préoccuper de prébendes qu’elle compte recueillir vaille que vaille sur ou dans des habitats et autres domiciles fantômes désormais broussailleux parce qu’il y a longtemps que ces habitations ont été incendiées, détruites et parfois rasées par la seule volonté du « cyclone flanizara » de Janvier 2011 ? Au risque de nous répéter, un bref aperçu du second fichier « flanizara » peut situer les sceptiques ou les incrédules de bonne ou de mauvaise foi (car il en existe même un peu trop) de se faire une idée proche de la réalité. Monsieur le président de la C.D.V.R. ,veuillez bien, nous vous en prions, faire un clin d’œil au service de la Direction Générale des Impôts (D.G.I.) en faveur des victimes sinistrées de guerre que nous sommes : il serait insensé, voire inhumain que nous payions la moindre des finances pour juste des décombres amassés sur un terrain nu ou broussailleux, témoignant de ce que la violence humaine(les preuves des désastres et des tueries en notre possession sont innombrables) poussée par une haine aveugle a décimé des vies humaines et détruit (le plus souvent par incendie) des habitations à partir d’un (dé)raisonnement purement rebelle, c’est-à-dire sans base fiable parce que tout simplement ethno-religieux mais alors et surtout ingrat : il faut être nécessairement fou au préalable pour se jeter à bras (et pensée) raccourcis sur son hôte et bienfaiteur d’hier pour lui ôter la vie et brûler tout ce qui lui appartient.

-7° : pour donner une forme et une assise à leur rébellion en 2002, ceux qui ont agressé la COTE d’IVOIRE ont parlé d’exclusion, de xénophobie et d’injustice quand dans le même temps, ils étaient confortablement installés dans des « …bougou », des « …dougou » et des « …kro » bien loin de leur zone d’origine, partout ailleurs (chez les taxés de xénophobes). Sachez, monsieur le président de la C.D.V.R., qu’au moment où nous vous écrivons, la prolifération par la force des armes des «…dougou » et des « …kro » continue et piétinant nos coutumes et nos traditions, les tenants de tels agissements ne sont plus loin de nous imposer leur chefferie, leurs us et coutumes mais alors avec quel degré de mépris ! D’ici la tenue effective des travaux de la commission que vous présidez, vous recevrez, monsieur le président de la C.D.V.R., la proportion ou le nombre exact des bourgs et villages qui auront pu être créés (puisqu’il n’en existe pas encore à ce jour) par d’autres ethnies dans le centre et dans le nord de la CÖTE d’IVOIRE ! Par ailleurs, quand bien même les élections municipales et régionales ont été reportées sine die, une brève consultation des listes de candidats nous donne un aperçu de la  culture « démocratiquement » ethno-religieuse de tous ceux qui n’acceptant jamais la candidature d’un ivoirien allochtone chez eux, sont prompts et sans gêne aucune à être candidats par la force des machettes, des kalachnikovs et des roquettes ailleurs. Pire, par les temps de « libéralisme » qui prévalent en ce pays, ils sont de plus en plus nombreux (depuis plus de dix ans) à s’immiscer dans le débat sociopolitique ivoirien, au point de vouloir nous donner des leçons sur les comportements (grosse injure) que nous, ivoiriens qui les avons reçus chez nous, devrions avoir. Le débat sur la réconciliation quand il aura lieu ne saurait occulter ces différents aspects qui dénotent d’une grande décadence morale et civique chez bien de nos frères, méchants ou aveuglément cruels avec leurs frères africains mais dociles et serviables comme des bêtes domestiques face aux injonctions même malséantes du maître blanc (« oui missié, si wou plaît missié,…).  

Par amour pour notre prochain et pour notre cher et si beau pays, la COTE D’IVOIRE , nous, victimes de CARREFOUR, de NAHIBLY et de tout DUEKOUE, nous avons pardonné, tout pardonné, monsieur le président mais alors grande sera notre désaffection si la Vérité sans être dite au grand jour, lors de la tenue des travaux de votre commission, venait à être bafouée, à travers des paroles malhonnêtes (qui n’engageront que leurs auteurs) et des médias (français surtout) qui visiblement affichent leur tendance impérialiste qui piétine toute morale humaine. Tant pis pour les vampires des temps nouveaux qui font fi du bon sens et ne savent vivre que de l’effusion de notre sang. C’est leur problème s’ils n’ont pas en eux la crainte de DIEU, Celui à qui tout reste possible quand l’humain, charnel et vaniteux, a fini d’afficher ses limites de pauvre mortel.                          

A vous, honorable président de la C.D.V.R., nous l’avons dit et le répétons sans menace aucune : la nomination par vous du général DOUE, nous vous le disons tout net, fera échouer lamentablement tous vos efforts pour une réconciliation sincère dans notre région. Pour la simple raison que la désapprobation du peuple est aussi la désapprobation de DIEU : en tant qu’acteur de tout ce que ce pays a vécu ces quinze ou vingt dernières années, le général DOUE n’est pas la personne indiquée qu’il faut pour nous réconcilier à DUEKOUE et à l’ouest de la COTE D’IVOIRE. Non, nous ne voulons pas de cet homme et de sa sagesse pour tout ce que tout bon patriote ivoirien sait de ce curieux général et chef d’Etat major des armées dont les intrigues reviennent en ce moment à la surface de notre mémoire de victimes meurtries et oubliées par la justice, qu’elle soit nationale ou internationale. Nous vous prions, honorable président, de lui épargner d’autres humiliations que la foule ou la population (en fait ses propres parents) de chez nous pourraient lui infliger, par colère ou par indignation parce qu’à notre avis, ce qu’il a subi à la Mission Catholique de DUEKOUE et à NAHIBLY en Août 2011 est bien trop fort à supporter pour une conscience humaine qui ne s’ignore pas.    

En attendant que justice soit rendue pour nos milliers de morts,  que nous ayons à nouveau un domicile d’habitation digne de ce nom et que nos terres, celles que nos pères nous ont laissées en héritage, nous reviennent de plein droit, veuillez agréer, honorable président de la C.D.V.R., l’expression de nos déférentes salutations.

 

Duékoué, le 21 Janvier 2013.

Pour le Collectif des victimes, Emmanuel CALEB.


DOCUMENTS ANNEXES (zip)

mercredi, 23 janvier 2013

LA MANIPULATION DES SONDAGES VA-T-ELLE SAUVER LE «ROI» HOLLANDE?


france,mali,françois hollande,bwana hollande,le roi hollande,la manipulation des sondages va-t-elle sauver le «roi» hollande?,courte réflexion d'un universitaire


Chers tous, je vous partage une courte réflexion pas du tout bête - bien au contraire! - d'un ami universitaire sur la comédie française au Mali. Bien à vous!


Un sondage auprès des français attribuerait 75% de confiance à Hollande à propos de l'intervention militaire au Mali (le Parisien du 15/01), alors qu'à peine 30% des mêmes français lui font confiance quant à la résolution des problèmes en France. Bizarre, non?

Ou bien, comme il s'agit de la mission «civilisatrice, bienfaitrice et néo-coloniale» en faveur de négro-africains, le complexe de supériorité confine à l'évidence que tout se passera selon les dires du "bwana" Hollande! Quelle est la crédibilité d'un tel «sondage»? Combien de français peuvent situer le Mali sur une mappemonde? A plus forte raison, savoir la problématique de la guerre au Mali?

La manipulation des sondages et des média-mensongers va-t-elle sauver le "roi" Hollande, la françafrique et la France en plein déglingage socio-économique (et moral, Ndlr)? Wait and see…
 

L'ami G. T.

AUTO-EXTRADITION - TOURE MOUSSA ZEGUEN ACCUSE BLE GOUDE DE TRAHISON

 

côte d'ivoire,ghana,touré moussa zéguen,Auto-extradition,Touré Moussa Zeguen accuse Blé Goudé de trahison


Quel est le cortège que Wattao a accueilli à Noé, au petit matin du vendredi 18 janvier 2013?


TOURE MOUSSA ZEGUEN: POURQUOI L'EXTRADITION DE BLE GOUDE DEMEURE SUSPECTE (ACTE 1)

 

Loin de moi, l’idée d’un quelconque règlement de compte, problème de leadership ou encore moins, une jalousie mesquine quelconque, comme certains ont déjà commencé à le dire.

Il s’agit de regarder une situation qui s’est déroulée sous nos yeux à tous, et à en donner notre lecture froide sans état d’âme, car il s’agit de l’avenir du combat des ivoiriens et non de la carrière politique d’un seul individu.

Il s’agit aussi de laver l’image des autorités ghanéennes qui ne doivent, en aucun cas, être doublement victimes de leur largesse envers des ivoiriens qu’ils ont accueillis chez eux, avec une remarquable hospitalité légendaire.

Pour comprendre cette histoire rocambolesque, il faut commencer par le commencement.

1- Lorsque nous avons été informés DE SON ARRESTATION CE JEUDI 17 JANVIER, il nous est apparu nécessaire de nous informer auprès de nos amis et connaissances.

Et, c’est ainsi que nous avons eu deux versions:

A- La première disait que BLÉ Goudé avait été cueilli à son domicile par les policiers d’Interpol Ghana, accompagnés de policiers ivoiriens.

B- La deuxième version disait que BLÉ Goudé était en partance pour une interview avec France 24 et qu’il aurait été intercepté, en route vers le lieu du rendez-vous avec les journalistes, par des individus en tenues civiles, qui l’auraient amené vers une destination inconnue.

Ainsi, après cette interpellation, on nous dit que ce fut grâce aux différentes alertes des personnes proches de BLÉ Goudé que la Police ghanéenne aurait réussi à intercepter le cortège qui avait à son bord le ministre, pour le conduire tous au BNI (DST ghanéenne )

2- Depuis lors donc, tous les efforts des ivoiriens du Ghana pour le voir ou se rassurer, sont restés vains, car en vérité personne n’a pu le voir jusqu’à son départ précipité.

Pour avoir des informations et être situés. Nous nous efforçons de chercher les détails de cette affaire et nous nous rendons compte que beaucoup de choses restent floues.
Non seulement personne à Accra ne peut dire qu’il a été capable de le voir à la BNI depuis son arrestation.

En fait. Nous avons été informés que BLÉ Goudé n’a jamais été détenu à la BNI et s´il y est passé c’était pour convaincre les autorités ghanéennes que L´HOMME avait choisi de faire un retour volontaire et non une extradition…Et mieux, si les autorités ghanéennes étaient vraiment convaincues que BLE GOUDE était en danger dans la main de ses amis ravisseurs, elles auraient à tous les coups opposé un refus de non-recevoir à leur volonté d’extradition. A TOUT LE MOINS, ce serait donc une juridiction ghanéenne qui l’aurait jugé et autorisé son extradition.

En réalité, le GHANA QUI ACCORDE UNE IMPORTANCE PARTICULIERE AUX DROITS DE L’HOMME NE PEUT LAISSER BLE GOUDE ALLER A L'ABATOIR S'IL N´AVAIT PAS ÉTÉ CONVAINCUS PAR BLÉ GOUDÉ LUI-MEME QUE SA VIE NE SERAIT PAS EN DANGER.

PARMI LES INQUIETUDES EN VOICI QUELQUES-UNES:

DES QUESTIONS

1- Pourquoi Blé Goudé n’a pas été aperçu par ses amis et même son avocat qui sont allés à la BNI ? On ne pouvait le voir à ACCRA, car dans leur plan, c’était un impératif afin que nous soyons tous dans le clair-obscur…

2- Quel est le cortège que Wattao a accueilli à Noé au petit matin du Vendredi 18 janvier 2013 ?

En effet, au moment où nous nous fatiguions à Accra pour retrouver les traces de BLÉ Goudé, il avait déjà pris la route et leur cortège avait été clairement identifié tôt le matin, à ELUBO où il y a un bon nombre de réfugiés ivoiriens, qui étaient intrigués par ce cortège aux voitures à vitres teintées.

3- Pourquoi Hamed Bakayoko n’était-il pas à la télévision ivoirienne pour faire la déclaration comme lors de l’arrivée de Séka, Lida?

Hamed BAKAYOKO qui fait une concurrence folle à SORO Guillaume (qui est resté au téléphone une heure durant avec BLE GOUDÉ la veille de son auto-arrestation), qui veut que son nouveau trophée lui jure fidélité et soumission, à tout mis en place depuis des semaines, et nous en étions avertis, pour assurer la sécurité de leur nouveau JOKER, croyant ici détenir l´homme de la situation, afin de rassurer son patron que plus rien ne les empêchera de tourner en rond.

Pourquoi ce trophée n’a pas été exhibé ? Simplement par ce qu’il est aujourd’hui leur complice et ils ont un plan ensemble que vous découvrirez bientôt… Ouattara est coincé et n’arrive pas à faire rentrer le FPI dans les rangs, alors qu’il a les injonctions de ses bailleurs de fonds pour faire une politique inclusive en ayant surtout le FPI comme partie prenante aux futures élections locales. A défaut, Hamed BAKAYOKO qui a avoué depuis des mois qu’il est en négociations avec BLÉ Goudé a tout fait pour convaincre ce dernier qui a mordu à l´hameçon..

Nous savons aussi qu’un COM Zone très connu a même fait des appels téléphoniques à partir d’Abidjan pour rassurer certains amis que le retour de BLÉ GOUDÉ ne devrait point nous inquiéter car tout était bouclé…

Nous savons aussi que depuis son retour volontaire BLÉ Goudé n’est pas dans les locaux de la DST, contrairement à ce que disent les autorités du régime génocidaire.

Où est-il donc?

Selon nos sources, BLÉ Goudé qui est parti par la route est dans les bonnes grâces de Hamed Bakayoko qui avait promis régulariser son nouveau parti, une fois créée. Et, il lui a aussi promis de financer une forte campagne de Réconciliation à travers le pays, afin de consolider le régime génocidaire de Ouattara…Ce deal avait déjà été refusé par la Première Dame Simone Gbagbo, qui a refusé cette mascarade comme condition de sortie par Grâce présidentielle.

Pour comprendre la supercherie sachez que si BLÉ Goudé ne voulait pas rentrer, il aurait eu la chance de se présenter devant un tribunal ghanéen pour contester son rapatriement comme ce fut le cas pour le ministre KONE KATINA…

Malheureusement tout le monde se demande pourquoi si rapidement, notre frère a-t-il été extradé ?

La réponse est simple.

En effet, BLÉ Goudé voulait une action rapide et d’ailleurs il a eu le temps de bien faire tout son bagage avant de prendre la route avec ses amis ravisseurs. Les autorités ghanéennes qui ne sont pas elles-mêmes opposées à un retour volontaire ne peuvent donc pas faire des commentaires désobligeants pour une affaire ou le concerné part avec le sourire aux lèvres… c’est pourquoi nous demandons aux ivoiriens de ne pas accabler le Ghana qui a toujours été correct avec nous …

Ce qu’il faut aussi remarquer est que les ivoiriens se souviennent très bien déjà que HAMED BAKAYOKO et BLÉ GoudÉ ne sont pas à leur premier coup… Souvenez-vous depuis la FESCI…

Souvenez-vous que BLÉ Goudé avait quitté le premier, la COTE DIVOIRE EN MARS 2011, donc il peut rentrer le premier au pays pour respecter son rang et sa classe…

Je vais pour l’instant épargner les uns et les autres de certains détails en attendant les répliques qui s’annoncent, afin que nous donnions notre chance à nos compagnons sur cette affaire qui tôt ou tard s’éclaircira d’elle même aux yeux de tous…

Pour finir j’invite tous nos amis à la sérénité et à comprendre que le GUIDE Gbagbo est digne, SIMONE est digne, AFFI N'GUESSAN, AKOUN LAURENT, DOUATY ALPHONSE, LES FDS SONT DIGNES…

Si le sujet n’avait pas son importance je n’aurais pas ainsi parlé et apporté notre modeste contribution à un sujet d’ordre national.

Je vous remercie pour une COTE D'IVOIRE DIGNE.


TOURÉ MOUSSA ZEGUEN


Réfugié politique Ivoirien au GHANA
zegeuenonvci@gmail.com


Source: CONNECTION IVOIRIENNE.NET

mardi, 22 janvier 2013

L'IMAGE DE BLE GOUDE A LA DST DEJA DIVERSEMENT INTERPRETEE (VIDEO)



Images de Blé Goudé à la Dst, petit geste du gouvernement hier à l’attention des saints Thomas, diversement interprété.


Menottes aux poings et pas mal mis, avec une chemise en pagne brodée de noir et en couleur orange dominante [un clin d'œil patriotique, un coucou aux Éléphants], Blé Goudé est apparu ce soir sur l’écran de RTI1, télévision publique de Côte-d’Ivoire. Une petite concession du gouvernement serait-on tenté de dire, à l’usage des saints Thomas qui avaient encore des doutes au sujet de l’arrestation de Charles Blé Goudé. Pour le gouvernement, l’image devait convaincre de ce que Blé Goudé est bien entre les mains de la police ivoirienne.

Cela a fait plaisir à quelques pro-Ouattara qui en tirent la leçon suivante: dans l’exercice du pouvoir, dans le soutien à une cause, il faut faire preuve d’humilité, de mesure et de modération car on ne sait jamais de quoi demain sera fait et surtout, on répond toujours un jour de ses actes. Pour ces pro-Ouattara l’image de la chute de l’ex leader estudiantin et ex leader des patriotes montre bien que tout se paie tôt ou tard. Cette image et le communiqué de soutien du FPI exigeant la libération immédiate de Charles Blé Goude suffiront-ils à calmer l’ardeur des partisans de la thèse du deal ? Rien n’est moins sûr, si on considère que les détracteurs de Blé Goudé continuent de parler de mise en scène, et relèvent que l’homme avait bonne mine et souriait presque, comme si sa vocation était de se faire torturer et comme si le régime en place ne pouvait pas bien traiter un détenu.

Pour sûr, les doutes ne sont pas dissipés et l’opération rattrapage « com » du gouvernement semble avoir renforcé les doutes des sceptiques. Avec cette couleur « Orange » portée, qui ne peut être un hasard pour Blé Goudé et qui joue contre un pouvoir dont le patriotisme pour la Côte-d’Ivoire est sujet à caution chez de nombreux pro-Gbagbo.



Hervé Coulibaly, sur Connectionivoirienne.net

CHARLES BLE GOUDE, LA FIN D'UN CYCLE?

CHARLES BLE GOUDE 2.jpg



Je croyais avoir tout lu et entendu sur Blé Goudé depuis les quelques jours que dure son arrestation-extradition. Mais c'était sans compter avec l'imagination débordante des Ivoiriens; je ne m'attendais franchement pas à ce qu'elle aille aussi loin. Jugez-en par vous-mêmes! Bonne lecture. Fernand Dindé.
 


Cinq jours après la rumeur de son arrestation au Ghana suivie d’une éventuelle extradition en Côte d’Ivoire, le mystère demeure autour de cette affaire qualifiée de « l’affaire Charles Blé Goudé ». Rocambolesque, curieuse, mystérieuse, incompréhensible…sont autant d’adjectifs a lui attribués. Et ni du côté des différentes autorités (Accra et Abidjan), encore moins dans les différents cercles très fermés de la galaxie patriotique et du FPI, rien n’est fait pour rassurer l’opinion qui continue à entretenir analyses, spéculations et jugements.

Les médias les mieux informés n’en disent pas plus depuis la petite bande n’annonce de France 24 et BBC Afrique ou encore la petite sortie médiatique de la RTI les deux premiers jours. Eux qui avaient fait de sa prétendue arrestation le 11 avril 2011, une affaire d’état. Mais là, silence radio. Comme si Charles Blé Goudé n’était plus un sujet attractif. A Abidjan pas un seul mot sur cette affaire, même dans les wôrô. Comme si la consigne était passée ou bien tellement l’affaire est sensible, que personne n’ose.

Nom de code: «Le Libanais».

Depuis la chute du régime de Laurent Gbagbo et depuis l’arrivé à la sécurité intérieur de Hamed Bakayoko, on parle désormais « du Libanais » pour désigner l’ancien chef de fil de la galaxie patriotique, dans le milieu des grandes oreilles de la République. « Le Libanais a mal négocié son retour. C’est dommage ! » Nous a révélé une source bien introduite depuis Abidjan dès l’arrivé de Charles Blé Goudé sur la terre de ses ancêtres après deux ans hors de son Yopougon.
Et cette même source de tenter d’éclairer notre lanterne :

En réalité, Charles Blé Goudé n’a jamais fait de demande d’asile politique au Ghana. De sorte qu’il ne laisse de trace nulle part. L’argument donné à ses proches a été la sanction onusienne de 2006 lui interdisant de voyager. Sa présence au Ghana et sa déclaration auprès des autorités ghanéennes causerait une gêne. Et pour autant, les services ghanéens savaient bel et bien qu’il séjournait sur leur sol. Aussi, ont-ils eux aussi décliné toute responsabilité vis-à-vis d’un Blé Goudé qui pourrait être encombrant. Voilà pourquoi ont-ils à leur tour fermé l’œil sur tout. A l’information donc qu’il serait d’abord enlevé puis conduit par la suite au bureau national d’investigation (BNI) avant de négocier son extradition avec les autorités ghanéennes, il faut retenir que rien de tout cela.

Le Libanais n’a jamais mis les pieds à la BNI.

Tout a été planifié et le maître d’ouvrage est bel et bien Hamed Bakayoko avec pour exécutant, Wattao.
Quand, le ministre de l’intérieur disait à qui veut l’entendre qu’il était en contact avec son ami, Blé Goudé, les ivoiriens ont pris cela pour du bluff. Entre temps, le libanais était de tout son semblant d’exil en contact avec son autre ami, Wattao (on se souvient de la caravane de la paix. C’est bien wattao qui l’avait accueilli chez lui à Bouaké). Ce qui a donné droit aux rebelles avec à leur tête Guillaume Soro de rentrer à Abidjan officiellement après plusieurs années d’isolement à Bouaké, la capitale de la rébellion.
Alors, il fallait rendre l’ascenseur à un ami de génération. Qui a permis que la rébellion de Soro devienne une affaire banale avec laquelle les ivoiriens devraient apprendre à vivre.

C’est la décision et la volonté du Chef. Le président Laurent Gbagbo et son épouse avaient eux aussi suivi les conseils de leurs poulain à l’époque. Qui n’a pad vu, Simone Gbagbo danser avec un Konaté Sidiki (N°2 de la rébellion) sur un podium à Yopougon ? Allons-nous voir dans les prochains jours, Dominique Ouattara danser avec Charles Blé Goudé au stade d’Abobo au nom de la réconciliation ? Qui vivra verra.

Mais alors si tel devrait être l’issu de ce retour au bercail, pourquoi cela s’est passé ainsi ? Dans un flou orchestré ?

Le libanais a mal négocié son retour

Selon notre informateur, le libanais qui était en contact avec les services de Hamed Bakayoko et Wattao a reçu l’ultime assurance que rien ne lui arrivera une fois à Abidjan. C’était le dimanche 6 janvier 2013, à la veille de la prestation de serment du président ghanéen, John Dramani Mahama. C’est bien ce soir là que Hamed Bakayoko à Accra avec son patron Alassane Ouattara, aurait présenté celui qu’on nomme le libanais au président ivoirien. A partir de là, les choses vont s’accélérer. Bien qu’il eût reçu l’assurance des autorités ivoiriennes, Charles Blé Goudé, fin politicien prend quelques précautions.

La veille, c’est-à-dire le 16 janvier, il propose à ses amis de France 24 une interview exclusive. Le rendez-vous est ainsi pris pour le 17 janvier autour de 9h à son domicile d’Accra. Le même jour, très tôt, Charles Blé Goudé fait le ménage. Il demande à son grand frère Copé de lui faire une course au centre ville d’Accra. Il ne reste que lui, son chauffeur et son domestique. Deux jeunes ghanéens naïfs mais qui pourraient témoigner au cas où l’opération tourne mal. Les choses se passent donc comme convenu, mais le plan est faussé car, il ne fallait pas faire de bruit autour. Mais trop tard, le libanais qui voulait être plus malin que le pouvoir d’Abidjan, avait vite fait d’impliquer France 24 sans vraiment leur dire ce qui allait se passer ce 17 janvier. Et l’opération fut ébruitée avant même qu’elle ne connaisse un début de commencement.

Quel était le premier plan?

En réalité, Charles Blé Goudé n’a jamais porté dans son cœur, malgré toute sa largesse l’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo.

Plusieurs sources proches du leader de la galaxie patriotique racontent que l’ancien ministre de la jeunesse et de l’emploi du dernier gouvernement Aké Ngbo n’a toujours pas digéré le retard que Laurent Gbagbo aurait mis pour le nommer à un poste de responsabilité au moment où ses camarades de la Fesci, Guillaume Soro ou encore Konaté Sidiki et autre Soul to soul occupent des grandes postures en Côte d’Ivoire et lui n’aura joué que le rôle d’un simple harangueur de foule, voire un anti français. Une posture qui pourrait lui être préjudiciable à l’avenir. Mais le job, il l’a fait quand même.

Et un jour il fallait qu’il s’en débarrasse et fasse un choix. Soro l’a fait avec Gbagbo puis Ouattara puis Gbagbo, puis Ouattara…Il fallait aussi attendre le bon moment. On comprendra plus tard pourquoi, il avait refusé de prendre le commandant Duarte, aide de camp de Gbagbo, au téléphone un 28 mars 2011, au moment où Laurent Gbagbo multipliait les coups de fils pour savoir où Blé Goudé se trouvait. Nous y reviendrons.

Dans le schéma entre le libanais et Abidjan, les ravisseurs devraient le prendre depuis chez lui à Accra (East Legon) ce 17 janvier et le conduire directement dans le nord de la Côte d’Ivoire dans une résidence surveillée. Il devait y rester jusqu’au dimanche 20 janvier, jour où il était projeté une dernière attaque à Abidjan. Dans les investigations, Hamed Bakayoko ferait une sortie médiatique et présenterait Charles Blé Goudé comme l’auteur du coup. L’annonce de son arrestation et de son transfèrement dans le nord deviendrait officielle. Blé Goudé devenant prisonnier de fait, peut paisiblement passer de bon moment dans une villa sécurisée dans le nord.

A l’approche du 17 février 2013, date de l’ouverture de l’audience de confirmation des charges du président Laurent Gbagbo, Alassane Ouattara sort son joker. Il libère, Michel Gbagbo et Blé Goudé qui tient un discours de rupture avec ses anciens alliés du FPI. La tournure devrait être : La Côte d’ivoire comme l’intérêt national. Blé Goudé qui est présenté par ses partisans comme un homme de paix (caravane de la paix) reprend les choses en mains et sensibilisent la population.

Malheureusement, ce scénario est devenu caduque. Et même si c’était à refaire, ils sont de plus en plus nombreux à découvrir la supercherie de l’ancien leader des jeunes patriotes. Voilà pourquoi, le libanais ne quittera pas Abidjan où il serait dans une villa tenue secrète jusqu’à la tombée de la fièvre des spéculations. Le problème, c’est quand va-t-il sortir de cette cachette et commencer le job promis à Ouattara ? Peut-il encore trouver les ressources nécessaires pour entretenir le silence, comme il l’a fait durant ses deux ans d’exil?

Car on le sait, si cette opération reste un deal entre le libanais et Hamed et Wattao et Soro (tous pareils), Alassane Ouattara lui veut aller au plus pressé et cette sortie de Blé Goudé devrait retentir dans les oreilles de la communauté internationale comme un acte majeur pour la normalisation de la vie socio politique en Côte d’ivoire, condition pour un retour des investisseurs.

Enfin, même si cela devrait se passer ainsi, combien sont-ils à suivre l’ancien chef de fil de la mobilisation en Côte d’Ivoire? Dix ans de crises n’ont-ils pas assez formé et formaté une population encore et toujours attachée à leur Laurent Koudou Gbagbo détenu à la Haye et dont la libération reste la seule condition pour une réconciliation vraie?

Quelles sont encore les marges de manœuvre de Charles Blé Goudé?

Que peut faire un Blé Goudé seul dont on connait le passé très tumultueux avec PDCI de Bédié (il aurait pris 20 millions de Bédié afin de le convaincre de sa fidélité au moment où des soupçons d’un Eugène Djué qui aurait trahi faisait rage au sein du PDCI), le RDR de Ouattara qui aurait financé le jeune Secrétaire de la Fesci (99-2001) au moment où le RDR et le FPI se disputaient le contrôle du syndicat estudiantin ; Finalement Blé basculera avec l’arrivée de Robert Guei en 99 (21 avril 2000, on le verra aux côtés de Martial Ahipeaud lors de la célébration du retour de Londres de ce dernier et au 10 e anniversaire de la Fesci).

Aux élections présidentielles de 2000, Blé Goudé reste toujours aux côtés de son ancien SG, Martial Ahipeaud et battra campagne pour Guei Robert. D’ailleurs, on se souvient de l’amical, «les anciens de la Fesci» qui comptait, Blé Goudé, Blé Guirao et Martial Ahipeaud…Bref, le même Charles Blé Goudé alors qu’il jouissait déjà des avantages du pouvoir FPI s’est de tout temps targué de n’avoir aucune accointance avec le FPI. En 2004, il fuira l’opération dignité alors qu’il en était informé pour aller se réfugier à San Pedro. En 2011, il sera le premier à prendre ses jambes au cou au moment où les bombes françaises crépitaient sur la tête de Laurent Gbagbo. Voilà le vrai visage du dernier rempart pour la réconciliation. Comme si 2013 était1913.

Alors, les uns et les autres peuvent continuer à spéculer sur un éventuel transfèrement de Charles Blé Goudé à korhogo ou à la Haye. A la vérité, le deal aurait mal tourné et les deux camps devront trouver une issue. Aussi, Blé Goudé serait en train de rassurer ses fidèles lieutenants sur ce nouveau choix. Il aurait déjà convaincu par personne interposée ses parents du village. « C’est politique » leur aurait-il dit en substance. Au niveau de la diaspora, tout est fait pour minimiser l’affaire. Mais tôt ou tard, Il faudra que Blé Goudé s’adresse à la nation ivoirienne et donne sa dernière position sur la sortie de crise. Et ce n’est pas un Ouattara qui refuse d’envoyer Simone Gbagbo à la Haye qui livrera Blé Goudé là où la CPI avait tout le loisir de le cueillir depuis Accra.

Juste pour l’histoire

Loin de faire le procès d’un Charles Blé Goudé qui il faut le retenir aura donné sa poitrine pour la défense des institutions de la république de 2002 à 2011, il nous importe au moment où nous sommes de plus en plus convaincus que lui-même entend écrire une autre page de son histoire, de faire ce rappel historique afin de l’y aider.

Dans notre prochaine publication, nous allons rafraichir la mémoire de tous sur comment, quand et pourquoi, Charles Blé Goudé est sorti du pays pendant la crise postélectorale. Où résidait-il réellement à Accra? Qui l’hébergeait et comment était géré son quotidien pendant deux ans.

Affaire à suivre !

 
Eventnews Tv, le 22 janvier 2013.


Source: AFRIK53.COM