topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

mardi, 02 avril 2013

SCANDALE EN COTE D’IVOIRE: L’ETAT ARNAQUE LES ETUDIANTS

 

UNIVERSITES DE COTE D'IVOIRE SOUS OUATTARA.jpg


Les formulaires de demande de bourses d’études à l’étranger, jadis distribués gratuitement aux demandeurs, sont désormais payants et coûtent 10.000 F CFA, dont 5.000 F CFA à payer au moment du retrait du formulaire et 5.000 F CFA à verser lors du dépôt du dossier. Tout cela bien évidemment sans qu’aucun reçu ne soit délivré aux étudiants et qu’aucune justification ne soit fournie à l’opinion publique.

Ceci vient encore aggraver la situation précaire dans laquelle le régime Ouattara plonge le monde estudiantin depuis son arrivée au pouvoir: deux années blanches consécutives; des universités dont les travaux de rénovation ont englouti 175 milliards de F CFA – dont 133 milliards de surfacturation qui ont disparu dans les poches et les comptes en banque des plus hautes autorités du pays –, et qui malgré cela ne disposent pas de laboratoires, ni de bibliothèques, d’Internet, de toilettes ou de cantines à portée de moyen des étudiants; un changement de système (LMD) complètement bâclé auquel ni les professeurs, ni les apprenants comprennent quelque chose; des amphithéâtres bondés et non climatisés; des cités universitaires hors de prix pour les étudiants, officiellement squattées par les miliciens dozos à la solde du pouvoir… La liste est longue.

Selon les chiffres communiqués par l’Institut national de statistiques (INS) la semaine dernière, le coût de l’éducation en Côte d’Ivoire a augmenté de 28,7% ces douze derniers mois. Cette dernière mesure, qui s’apparente à de l’extorsion de fonds, n’est certainement pas faite pour améliorer les choses.

Ainsi va la vie en Côte d’Ivoire sous Alassane Dramane Ouattara.

 

Abidjan, le 29 mars 2013

 

Source: LIDER NEWS

Commentaires

Escroquerie, arnaque, racket, surfacturations, regroupés sous le terme poli de mauvaise gouvernance, voilà les "solutions" servies aux ivoiriens depuis près de deux ans.
En fait, tous les actes posés par Ouattara et consorts ont une seule motivation: en l'absence du berger, des loups pénètrent dans la bergerie. Chacun se dépêche de se servir au maximum en agneaux avant le retour du berger. Le pouvoir ayant été "volé", il faut se servir rapidement, et beaucoup. On ne sait jamais...
Depuis deux ans, c'est comme ça. Rappelez-vous tous les scandales dénoncés par la presse proche de l'opposition. Ce qui fait sourire (mais qui n'étonne pas), c'est que Ouattara est incapable de réaction, comme il l'est devant les atrocités commises par son armée privée (les FRCI). Pourquoi? En fait ses proches, accusés, en savent beaucoup sur Ouattara lui-même. Il n'a donc pas intérêt à créer une dissidence interne, au risque de voir étaler sur la place publique certains secrets du bois sacré. Alors c'est le laisser-aller, le laisser-faire. Et il en sera ainsi tant qu'il sera au pouvoir: Alassane Ouattara est devenu son propre otage. "Tel est pris, qui croyait prendre".

Écrit par : sily camara | samedi, 06 avril 2013

Les commentaires sont fermés.