topblog Ivoire blogs

mercredi, 03 avril 2013

RAILA ODINGA: ALORS POURQUOI AVAIT-IL FAIT TANT DE MISERES A LAURENT GBAGBO?

 

côte d'ivoire,kenya,jomo kenyatta,uhuru kenyatta,mwai kibaki,cei,youssouf bakayoko,raila odinga,alors pourquoi avait-il fait tant de misères à laurent gbagbo,franck toti,le quotidien ivoirien "le nouveu courrier",la côte d'ivoire debout


L'Histoire parle, mais avec une sacrée dose d'ironie

L'ancien Premier ministre kenyan, candidat malheureux au dernier scrutin présidentiel dans son pays, a finalement accepté sa défaite. En se pliant à la loi d'airain de la Constitution de son pays. Il n'avait pour autant pas eu d'égards pour la Loi fondamentale ivoirienne, dans le cadre de laquelle il a été un médiateur à la fois éphémère et partisan… D'une certaine manière, l'argumentaire qu'il déploie rend justice au «réprouvé de Scheveningen».

Non seulement l'Histoire parle, mais elle est dotée d'une sacrée dose d'ironie ! Près de deux ans après la fin tragique de la crise post-électorale ivoirienne, l'ancien Premier ministre kenyan Raila Odinga rend justice à la démarche politique du président Laurent Gbagbo.

Pour rappel, Raila Odinga avait appelé au départ du pouvoir de Gbagbo, pourtant déclaré élu par le Conseil constitutionnel, dès le début du contentieux consécutif au second tour de la présidentielle ivoirienne de 2010. Ce qui n'avait pas empêché l'Union africaine de le désigner comme médiateur. Bien entendu, Odinga avait usé de cette position pour prendre outrageusement partie pour celui qu'il appelait «le président élu Alassane Ouattara», au point d'être récusé par le camp de celui qu'il désignait par l'appellation «monsieur Laurent Gbagbo» et qui, disait-il, l'avait «déçu» pour avoir refusé de lever le «blocus» de l'hôtel du Golf. Le 12 avril 2011, Raila Odinga continuait d'enfoncer Gbagbo en s'indignant de ce qu'il avait refusé «toutes les offres», y compris un poste d'enseignant aux Etats-Unis, en échange de sa capitulation.

C'est le même Raila Odinga qui s'est retrouvé candidat à l'élection présidentielle de cette année dans son pays, le Kenya. En 2007-2008, le Kenya avait été secoué par une crise postélectorale, Mwai Kibaki, le président sortant, et Raila Odinga, principal opposant, se considérant tous les deux vainqueurs. Au final, cette crise a été réglée, après plus d'un millier de morts, par une formule mêlant partage du pouvoir et programme de réformes institutionnelles.

En cette année 2013, Odinga, Premier ministre sortant, était face à Uhuru Kenyatta, fils de l'ancien président Jomo Kenyatta. Et la Commission électorale a publié des résultats provisoires donnant Uhuru Kenyatta vainqueur, au terme d'un processus autrement plus régulier que celui qui a poussé le président de la CEI ivoirienne, Youssouf Bakayoko, à déclarer Ouattara en tête, de manière unilatérale et en violation totale du Code électoral.

Contrairement à son attitude dans le cadre de la crise ivoirienne, où il a fait mine de considérer comme élu de manière définitive le candidat déclaré en tête par la Commission électorale, Raila Odinga, s'estimant lésé, a déposé des recours devant la Cour suprême, équivalent du Conseil constitutionnel ivoirien. Comme Gbagbo !

Comme Gbagbo, il a fait état de bureaux de votes où le nombre de votants était supérieur au nombre d'inscrits – même s'il ne s'agissait que de dizaines de bureaux, loin des milliers de procès-verbaux litigieux du scrutin ivoirien.

Comme Gbagbo, il espérait de l'arbitre du jeu politique dans son pays, qu'il «renverse» les résultats provisoires. On est donc en droit de se demander ce que lui, et la «communauté internationale» qu'il représentait, reprochaient à Gbagbo et à sa démarche légaliste !

En effet, si l'on doit constater qu'Alassane Ouattara, en se proclamant vainqueur de manière unilatérale et en allant jusqu'à orchestrer une parodie de prestation de serment, a violé la Constitution, l'on est obligé de noter – même si on conteste intellectuellement la logique juridique du Conseil constitutionnel de l'époque – que Gbagbo a respecté de manière scrupuleuse l'esprit et la lettre de la Loi fondamentale. Y compris quand, régulièrement investi, il a ouvert la voie à un recomptage des voix qu'il pouvait ordonner en se servant de l'article 48 de ladite Loi fondamentale...

Doit-on rappeler qu'Odinga a refusé de considérer Kenyatta comme «président élu» avant le verdict de la Cour suprême ? La Cour suprême en question a finalement tranché et proclamé Uhuru Kenyatta vainqueur du scrutin, à la suite de l'examen des recours.

Ravalant sa déception, Raila Odinga a accepté sa défaite en se livrant à un plaidoyer vibrant en faveur de l'Etat de droit, diffusé notamment à travers son compte Twitter: «Ma foi dans le constitutionnalisme demeure intacte. En tant que nation, nous devons aller en avant dans notre détermination à réformer notre vie politique et nos institutions. Le respect de la suprématie de la Constitution dans la résolution de nos différends est la meilleure fondation de notre société démocratique.» On croit rêver !

Ces propos d'Odinga arrivent comme en écho à ceux tenus par Gbagbo le 28 février dernier, lors de son intervention à la Cour pénale internationale. «Nous avons besoin de la démocratie […]. Mais la démocratie ce n'est pas seulement le vote, c'est qui dit le vote. Qui dit le résultat du vote. C'est ça aussi la démocratie. […] La démocratie, c'est le respect des textes, à commencer par la plus grande des normes en droit qui est la Constitution. Qui ne respecte pas le Constitution, n'est pas démocrate. Madame, c'est parce que j'ai respecté la Constitution que je suis ici. Alors je suis là, mais je compte sur vous. Je compte que vous parce que je souhaite que tous les Africains qui me soutiennent et qui sont tout le temps ici devant la Cour, devant la prison, qui sont dans leurs pays en train de manifester, en train de marcher, tous ces Africains-là, qu'ils comprennent que le salut pour les Etats africains, c'est le respect des Constitutions que nous nous donnons et des lois qui en découlent.»


Franck Toti, in le quotidien ivoirien "Le Nouveau Courrier".


Source: LA COTE D'IVOIRE DEBOUT

Commentaires

La posture de M Odinga est un hommage à un conseil constitutionnel loyal vis a vis de son peuple. A la différence de la Ci, le juge Kenyan s est donné le temps de recueillir les observations et de d examiner toutes les requêtes, sans invalider de façon outrageante et cavalière les suffrages de 7 départements soit 16% des suffrages exprimés. De surcroît, on n a pas assisté au blocus en direct de la diffusion des résultats. Dans ces conditions, c est avec honneur que l on se conforme aux arrêts de la COur constitutionnelle. Ds le cas de la CI, le parjure aurait été d' accepter cette forfaiture du M yao Paul ndre.

Écrit par : André | mercredi, 03 avril 2013

ANDRE,

Il faut vraiment être un africain pour tenir le discours qui est le tien. Pas étonnant de toute façon: vous n'avez aucun respect pour les institutions de vos pays. On voit se qu'il en coûte à tout un continent! Honte à vous!

Je crois que tu féliciterais chaudement ton fils s'il fraudait à l'examen du baccalauréat et qu'il décrochait ainsi son BAC. Je te rappelle simplement qu'au nom des principes de la loyauté, de l'honnêteté et de l'intégrité inculqués à l'école et dans notre éducation, tricher même dans une seule matière vaut une suspension de composition pour 5 années fermes, au BAC, et même ailleurs.

Frauder (massivement) dans 7 départements, c'est déjà hautement malhonnête! Comment peut-on ainsi prétendre gouverner la Côte d'Ivoire? Sans moral et sans aucun respect pour les règles loyales du jeu démocratique? Le droit a été dit. Vous l'avez simplement refusé, avec l'appui des déconstructeurs internationaux de nos démocraties.

Ouattara n'est pas fait pour gouverner et pour unir. La preuve, pour la énième fois, il se fait clouer au pilori par Human Right Watch sur la justice et la loi des vainqueurs qui ont cours ici, en Côte d'Ivoire. Il est incapable de réconcilier les Ivoiriens qui continuent de se regarder en chiens de faïence, il dilapide les richesses du pays de connivences avec ceux qui l'ont installé au pouvoir. La corruption, le racket exacerbé, les surfacturations, les malversations et détournements de fonds publics, les contrats de gré à gré complaisants portant sur des milliards de francs CFA, les arrestations arbitraires et disparitions, les crimes de ses sbires qui continuent de terroriser, torturer et de tuer les Ivoiriens, et particulièrement à l'Ouest de la Côte d'Ivoire, sont notre lot quotidien sous Ouattara.

Sans compter le fait qu'il est enlisé dans des milliers de promesses électorales non tenues, le mensonge d'Etat quotidien et la manipulation médiatique. Pendant ce temps, des milliers de nos compatriotes sont en exil alors que la Constitution l'interdit (quand Ouattara le "démocrate" ne va pas les chercher manu militari), "l'argent ne circule pas", les planteurs n'arrivent plus à vivre du fruit de leur labeur, les jeunes n'ont pas de travail et les Ivoiriens crèvent de faim et de misère, étranglés qu'ils sont par un coût de la vie qui a explosé depuis son avènement à la tête de l'Etat.

Quand on a l'âme d'un fraudeur, c'est ainsi qu'on gouverne: on se maintient par la terreur parce qu'on n'a pas la légitimité du choix du peuple. Cela seul suffit à reconnaître que Ouattara n'est pas issue du suffrage du peuple ivoirien. C'est un simple putschiste avec des méthodes de putschiste et de dictateur; ça se voit comme dans de l'eau de roche: Outtara n'est pas un démocrate (le monde entier commence ENFIN à s'en rendre compte). Comment accepterait-il les résultats proclamés par les institutions de la Côte d'Ivoire?

De toutes les façons, RAILA ODINGA n'avait pas le choix. Le monde entier le tenait à l’œil. Il a dû donc tout simplement faire profil bas et partir avec le peu d'honneur qui lui restait encore. Comme WADE au Sénégal. On ne peut en dire autant de Ouattara. Il ne lui en reste plus!

Bien à toi!

Écrit par : Dindé | vendredi, 05 avril 2013

Ils sont encore là. les mêmes comme ANDRE qui applaudissent toujours le faux. Les mêmes qui croient au virtuel. Comme ODINGA, leur champion sera rattrapé par la violence et le fracas de la vérité. Ce temps là est déjà sur la terre d'EBURNIE. Heureusement.

Écrit par : JOSEPH GNEKPIE | samedi, 06 avril 2013

Au sieur ANDRE,

Entre l’invalidation d’un ELECTORAT FICTIF (Plus de votants que d’inscrits) par le Conseil constitutionnel et la proclamation au forceps des résultats d’un scrutin dans le QG d’un candidat sous la poussée de diplomates français et américain, en dehors de tout cadre légal par YOUSSOUF BAKAYOKO: De quel côté se trouve la forfaiture?

C’est pour frapper de suspicion la décision du conseil constitutionnel que Mr BAKAYOKO malgré la forclusion de la CEI s’est engagé de façon FOURBE et solitaire (sans les autres membres de la CEI) à proclamé des résultats qui en réalité n’avaient aucune conformité avec les vrais procès-verbaux issu des urnes.

Vouloir occulter cela relève tout simplement de la mauvaise foi.

Écrit par : DIDIER F. | samedi, 06 avril 2013

C est terrible le déni de réalité face a un Conseil constitutionnel qui a proclame une decision de pietre qualite technique. c est une realite qu il faut admettre, je vous invite à lire les rapports des observateurs çredibles sur la question et les analyses juridiques sur la décision de yao n'dre . Bon courage

Écrit par : André | lundi, 08 avril 2013

Cher ANDRE,

Moi, je t'en propose déjà une sur son revirement sous pression des déconstructeurs des démocraties africaines: J'ACCUSE YAO PAUL NDRE DE PARJURE - EMMANUEL AGBAOVI, DOCTEUR D'ETAT EN DROIT.


Bonne lecture!

Écrit par : Dindé | mardi, 09 avril 2013

Je pense qu allassane ne peut pas rester la a importer des burkinabe a l ouest car cette re colonisation leur sera fatale.
Adjobe ernest

Écrit par : Adjobe Ernest | mercredi, 10 avril 2013

M dinde, je vous parle de rapports d'observateurs crédibles et non des incantations d'un obscur juriste, fut-il Docteur en droit.

Je vous invite à lire le rapport de la société civile de Côte d ivoire. http://www.societecivile-csci.org/images/stories/Communique_MOE-CSCI_27_jan_2011.pdf pour l analyse juridique je vous renvoi à celle de la mission des observateurs de l Union Européenne ou au discours du Maître Wodié.

Je vous soutiens dans la critique du régime actuel, mais pas dans votre "négationnisme" des résultats des élections de 2010 .

Écrit par : André | mercredi, 10 avril 2013

ANDRE,

De quels observateurs de la société civile ivoirienne parles-tu? Ces observateurs du ventre qui prennent leurs cachets chez Ouattara pour tordre le cou à l'histoire et faire du révisionnisme? Désolé cher frère!

Quand à l'Union Européenne, elle fait partie du problème ivoirien, ses observateurs ne peuvent constituer pour nous une référence crédible (soutien indéfectible à Ouattara et embargo sur les médicaments à destination de la Côte d'Ivoire). Même là encore, sais-tu qu'ils ont dû être exfiltrés du nord ou ils étaient pris en otage par les rebelles de SORO, par la compagnie de sécurité d'un français (Mr LAFONT) accusé d'être pro-GBAGBO? Informe-toi! (Lis l'article CRISE POSTELECTORALE - LA FRANCE SE PREND EN OTAGE EN COTE D IVOIRE). Pour boucler ce point précis (UE), je te renvoie simplement aux rapports des observateurs de l'Union Africaine, conduit par l'ancien Premier ministre togolais, Joseph Kokou Koffigo, et à ceux du collectif des observateurs africains. De deux!

De trois, franchement, WODIE n'est pas précisément la personne la mieux indiquée dans le dossier ivoirien pour parler en toute impartialité, fût-il constitutionnaliste. 1) Il était un opposant de GBAGBO, 2) un candidat à l'élection présidentielle et 3) a subi un clash dans son propre parti au sujet du résultat du second tour de la présidentielle entériné par le Conseil constitutionnel. Il fait aussi partie du problème, et est donc disqualifié à revendiquer une quelconque voix délibérative au chapitre.

WODIE est un constitutionnaliste pro-Ouattara qui a tordu le cou à la constitution de son propre pays. Evite de le citer quand on parle des personnes sérieuses. Quand à Ouattara, c’est un putschiste, ne parle pas de lui comme d'un démocrate. En démocratie, on n'annonce pas les résultats d’une élection au QG d’un candidat, en l'absence de la télévision nationale et de tout le bureau de la commission électorale, et devant des cameras de chaines étrangères, dans un délai frappé de forclusion constitutionnelle.

En démocratie, on ne prend pas le pouvoir après que son adversaire aie reçu sur sa résidence 50 tonnes de bombes des hélicoptères de guerre d'un pays étranger et soit fait prisonnier par une armée étrangère (notamment française) et livré a une milice ethnique!!!

Tu conviendras donc avec moi, cher ANDRE, qu'en Côte d'Ivoire, nous ne sommes plus en démocratie. Et puis, arrête de me distraire avec tes histoires de soutien à ma critique du régime actuel. Quand tu as cautionné une telle prise de pouvoir, tu ne peux m’endormir avec ce type de propos (enjoliveurs). Vous êtes tous pareils (des putschistes forcenés) et vous devez assumer le mal que vous avez fait à ce pays.

L’HISTOIRE VOUS REGARDE, en attendant qu'elle se retourne contre vous!

Écrit par : Dindé | vendredi, 12 avril 2013

Ouf! Vous avez bien appris votre leçon! 10/10. Dites moi en quoi koffi goh serait il plus crédible que Patrick NGouan? Ah oui j'oubliais, selon ses observations c est gbagbo le vainqueur! La suite on la connaît tous! Quel déni de réalité!

Écrit par : André | vendredi, 12 avril 2013

Pitoyables, ces africains, vraiment! Je te présente des faits, fais-en autant, ANDRE.

Écrit par : Dindé | samedi, 13 avril 2013

Salut le très respectueux frère et ami Fernand. J'aime bien ta patience avec ces gens de la trempe d’André. Comme je te l'ai toujours dit on n'engage pas de discussion avec ces pseudo intellectuels. Le soit disant André en est un. Ces demi lettres sont difficiles à convaincre car ils pensent tout savoir et tout détenir. Comment défendre l'indéfendable, comment soutenir l'insoutenable, comment vouloir cacher le soleil avec les paumes de la main. On perd sa litanie en voulant raisonner ces demi-lettrés. Frère garde ta force tranquille de pédagogue car le chemin est encore long et nous en avons besoin. Voici le résultat de leur 20 ans de lutte acharnée, de rébellion dis-je pour le bonheur sans fin du peuple d'Eburnie sans que celui-ci en fasse la demande. Il (le résultat ) s'appelle désolation, lamentation, éradication du Guéré, salaire à double vitesse, ponction sur salaire, dictature, pensée unique, délestage, mendicité, crime crapuleux classés au rang des faits divers, pogrom, embuscade, viol, vol, assassinat, destruction d'édifices publics et religieux, concussion, faux. Et ce tableau noir est non exhaustif. Simplement achever l'autoroute du Nord entamée par le PR Laurent Gbagbo on est incapable. Activer le système de payage érigé par le PR Laurent Gbagbo sur l'autoroute impossible. Et pourtant c'est pour cela qu'on a pris des armes. Comment comprendre qu'un prétendu expert en économie puisse déclarer que son rôle est de chercher l'argent au lieu de dire que son rôle est de produire cette richesse? Là est le vrai débat, sans le savoir Ouattara étalait là sa véritable nature de mendiant et de partisan du moindre effort. Voilà les nouvelles du pays dont je viens s'y fraîchement d'arriver. Si André ne le sait pas qu'il appelle n'importe quel de ses proches au pays et lui demande les vraies nouvelles et non celles que les tenants du pouvoir veulent faire entendre de par le monde. Que Dieu vous bénisse!

Écrit par : IntelligenciaHomme | dimanche, 14 avril 2013

C'est donc le président Bedié qui avait eu tort d'avoir eu raison tôt en qualifiant ces économistes d'un autre âge de petits commis du FMI. Le temps est vraiment l'autre nom de Dieu. Aujourd'hui au pied du mur point de maçon. Au fait il ne pouvait pas en être autrement quand toute notre vie rime avec le faux et quand on a passé 20 ans dans l'abri-chambre à ériger des cimetières et des génocides en lieu et place des programmes de développement. Que Dieu ne bénisse la CI

Écrit par : El Haj Bah | dimanche, 14 avril 2013

Salut le très respectueux frère et ami Fernand. J'aime bien ta patience avec ces gens de la trempe d'Andre. Comme je te l'ai toujours dit on n'engage pas de discussion avec ces pseudo intellectuels. Le soit disant André en est un. Ces demi lettres sont difficiles à convaincre car ils pensent tout savoir et tout détenir. Comment défendre l'indéfendable, comment soutenir l'insoutenable, comment vouloir cacher le soleil avec les paumes de la main. On perd sa litanie en voulant raisonner ces demi-lettrés. Frère garde ta force tranquille de pédagogue car le chemin est encore long et nous en avons besoin. Voici le résultat de leur 20 ans de lutte acharnée, de rebellion dis-je pour le bonheur sans fin du peuple d'eburnie sans que celui-ci en fasse la demande. Il (le résultat ) s'appelle désolation, lamentation, éradication du Gueré, salaire à double vitesse, ponction sur salaire, dictature, pensée unique, délestage, mendicité, crime crapuleux classés au rang des faits divers, pogrom, ambuscade, viol, vol, assassinat, destruction d'édifices publics et religieux, concussion, faux. Et ce tableau noir est non exhaustif. Simplement achever l'autoroute du Nord entamée par le PR Laurent Gbagbo on est incapable. Activer le systeme de payage érigé par le PR Laurent Gbagbo sur l'autoroute impossible. Et pourtant c'est pour cela qu'on a pris des armes. Comment comprendre qu'un prétendu expert en économie puisse déclarer que son rôle est de chercher l'argent au lieu de dire que son rôle est de produire cette richesse? Là est le vrai débat, sans le savoir ouattara étalait là sa véritable nature de mendiant et de partisan du moindre effort. Voilà les nouvelles du pays dont je viens s'y fraîchement d'arriver. Si André ne le sait pas qu'il appelle n'importe quel de ses proches au pays et lui demande les vraies nouvelles et non celles que les tenants du pouvoir veulent faire entendre de par le monde. Que Dieu vous bénisse

Écrit par : IntelligenciaHomme | dimanche, 14 avril 2013

Franchement soit vous êtes autistes ou mieux de mauvaise foi ( la qualite essentielle des inconditionnels de Gbagbo).Je crois en la société civile de CI et son rapport, dont je vous ait communiqué le lien est clair, net et indiscutable sur l'issue des élections. Après vous pouvez faire mine de l'ignorer, mais la vérité est là. Bon courage à vous, pauvres ivoiriens!

Écrit par : André | dimanche, 14 avril 2013

Je ne suis nullement surpris de cette énième sortie avec un jugement parcellaire et malhonnête du sieur André. Adepte de Ouattara donc du faux, des raccourcis et de l'opacité. Pourquoi veux-tu croire en cette pseudo société civile et non aux autres à l'instar de l'UA, des organisations internationales dont Fernand à fait mention dans sa brillante intervention. Cherche l'interview du français Lafont et tu verras que ces représentants de l'UE et consorts n'ont fait que réciter la leçon dictée à eux par leur mandataire bien que n'ayant pu visiter les bureaux de vote du fait des menaces que constituaient ces rebelles pour leur vie. Réfère-toi à la déclaration de Jocob Zuma à la sortie de l'audience avec Sarkozy. Aujourd'hui encore va prendre connaissance des enquêtes de Médiapart. Tu fais pitié cher André mais égal à toi-même puisque possédé par le maître du faux et du mensonge; aucun exorciste aussi puissant fut-il ne peut te sauver. C'est à cette tâche herculéenne que s'essaie le très respectueux Fernand. Je lui demande de mettre fin à cela de peur que tu le contamines.

Écrit par : IntelligenciaHomme | dimanche, 14 avril 2013

Aujourd'hui les cancres et les redoublants sont au pouvoir pendant que les premiers de classe se croisent les bras ou sont au chômage. C'est cela la "république" qui fait rêver André. C'est quand il y a un désordre monstre et une cacophonie que ceux que tu adules sont heureux car ils nagent en eaux troubles. On n'a pas besoin d'être un pro-GBAGBO pour voir que le pays va à vau-l'eau. Comme les nombreuses prophéties l'ont annoncé c'est l'heure où les ténèbres envahissent la COTE D'IVOIRE où le règne de satan va s'amplifiant où le pays échappe à ses fils et tombent aux mains des étrangers. Mais l'heure vient et elle est déja venue où les vrais adorateurs adoreront DIEU en vérité et je prie DIEU que sa GLOIRE soit un véritable témoignage pour tous ces hommes et femmes qui ont pris fait et cause contre DIEU. SEIGNEUR DONNE MOI DE VIVRE ASSEZ LONGTEMPS POUR VOIR CE QUE LA COTE D'IVOIRE VA DEVENIR.

Écrit par : enegboka | mardi, 16 avril 2013

Merci à vous, chers frères et amis, INTELLIGENCIAHOMME, EL HAJ BAH ET ENEGBOKA pour vos commentaires bien assénés.

En effet, les œillères que portent les Ivoiriens du genre nouveau ANDRE sont difficiles à ôter, même devant l'évidence. Je ne perdrai pas davantage de temps avec lui.

Bien à vous et que DIEU restaure notre chère patrie, la Côte d'Ivoire!

Écrit par : Dindé | mercredi, 17 avril 2013

Les commentaires sont fermés.