topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

mardi, 14 mai 2013

3ème PONT HENRI KONAN BEDIE: LE PLUS GROS SCANDALE ECONOMIQUE - «IL FAUT AUDITER LA CONVENTION DE CONCESSION»


LANCEMENT TRAVAUX 3EME PONT.jpg

Cérémonie de lancement des travaux du 3ème pont


Le péage, ça existe dans plusieurs pays. Mais pour le cas de la Côte d’Ivoire, c’est une véritable escroquerie. Parce que le contribuable ivoirien, malgré le péage, est engagé sur toute la durée de la concession, c’est-à-dire sur 30 ans. Ceux qui ont signé cette convention, je ne sais pas combien cela leur a rapporté à titre personnel, je n’ai aucune preuve là-dessus, mais ils n’ont pas pensé aux générations futures. Ce pont est complètement dépassé par rapport à ses coûts qui vont continuer d’exploser à la face du gouvernement ivoirien.

Au moment de la signature à Paris, en juin 2012, il coûtait 124 milliards de FCFA. Moins d’un an plus tard, sans les échangeurs, il coûte déjà 180 milliards, pour seulement 1,5 km. Ce sera au final le pont le plus cher au monde, réalisé dans un pays pauvre.

Qu’est-ce qui a provoqué ce renchérissement?

Personne dans les ministères techniques n’est en mesure de répondre à cette question. Personne ne peut, aujourd’hui, vous donner les coûts réels de ce pont. Quand on ajoute à cela, le risque de change d’ici la fin de la concession, les garanties inégalement réparties entre le concédant (l’Etat) et le concessionnaire, tous les coûts d’opportunité, on a une idée claire de l’ampleur de la facture que les Ivoiriens vont payer. Il y a des coûts dans la convention que personne en Côte d’Ivoire n’est en mesure d’expliquer, comme par exemple, le coût de développement, facturé par Bouygues à 19 millions d’euros (environ 12,5 milliards de FCFA), à quoi cela correspond ? Personne en Côte d’Ivoire ne peut l’expliquer.

Malgré tout ça, avant même la signature de la convention, l’Etat de Côte d’Ivoire a commencé à payer. Je n’ai jamais vu ça nulle part. Le taux de rendement de l’exploitation du pont a été calculé sur la base d’un modèle financier que personne n’a compris ici, puisque l’Etat de Côte d’Ivoire n’a pris aucun expert pour se le faire vraiment expliquer. Certaines personnes dans les ministères se donnent des titres d’expert, mais elles ne savent rien du tout…. Tout a été calculé pour que le concessionnaire et les bailleurs de fonds s’enrichissent au maximum pendant 30 ans alors que l’Etat va, en réalité tout supporter en raison des engagements inconsidérés, hors bilan et non budgétisés qu’il a pris.

côte d'ivoire,«Il faut auditer toute la convention de concession», Troisième pont Henri Konan Bédié,  le plus gros scandale économique,assalé tiémoko antoine,le journal satirique ivoirien "l'éléphant déchaîné"

Comment fera-t-il pour payer, puisqu’aucun fonds n’a été prévu pour couvrir ces engagements?

Si l’Etat de Côte d’Ivoire fait défaut sur ce « PPP » et ne respecte pas ses engagements, ce sera d’une gravité extrême. Plus personne ne lui prêtera de l’argent. Quelles étaient les intentions réelles du gouvernement ivoirien ? Qu’est-ce qu’il voulait atteindre comme objectif avec ce pont ? Quelles sont les magouilles qui n’ont pas manqué de profiter à des représentants de l’Etat.

Aujourd’hui, le problème le plus grave que soulève la construction de ce pont, c’est la non-maîtrise par l’Etat de Côte d’Ivoire, des coûts d’opportunité. Le prix du pont augmente d’un mois à un autre sans que personne n’y comprenne quoi que ce soit.

Cette affaire est un immense scandale

Il y a eu un tel niveau d’incompétence dans le traitement de ce dossier et une absence totale de volonté d’apprendre de la part des fonctionnaires, que même les bailleurs de fonds qui se fichent bien de ce qui peut arriver au pays, sont stupéfaits. Chacun a pensé à soi-même au lieu de penser aux Ivoiriens, à la Côte d’Ivoire.

Résultat?

Un programme d’appauvrissement sur 30 ans, sous le regard approbateur des bailleurs de fonds. Derrière tous les discours officiels des bailleurs de fonds, des dirigeants ivoiriens, il y a tout un peuple et plusieurs générations futures qui seront égorgés par la construction et l’exploitation de ce pont. Un simple emprunt obligataire sur quelques années aurait permis à l’Etat de Côte d’Ivoire de construire ce pont, sans que l’avenir de générations entières ne soit compromis par ces coûts de construction.

La seule chose qui reste à faire pour sauver la Côte d’Ivoire, c’est d’arrêter tout, de faire un audit complet de cette convention de concession, peu importe son coût.

Si cela n’est pas fait, j’ai peur pour les Ivoiriens… »


Source: CONNECTION IVOIRIENNE


Lire également: Le 3ème pont, une arnaque

Commentaires

L'endettement sur 30 ans de ce pont est du à l'irresponsabilité de cette classe politique ivoirienne sans foi ni loi.A quoi bon procéder à l'installation d'un système de péage dans un pays qui a déjà des dettes.Les automobilistes n'en ont pas les moyens.Vol,escroquerie, arnaque de riverains qui n'ont rien demandé.La mégalomanie de certains est sans limite.Aujourd'ui,la population paie l'addition salée...et dire que la facture aurait pu être divisée par deux sur une courte durée sans frais supplémentaires.Ce sont encore les entreprises françaises qui tirent leur épingle du jeu avec une bonne part du gâteau.

Écrit par : RitaFlower | mardi, 14 mai 2013

Ma soeur RITAFLOWER,

Avec GBAGBO, ce 3ème pont, s'était presque moitié prix, sans d'autres engagements dans la durée pour essouffler le peuple ivoirien. Voilà un homme qui aime son peuple et qui pense à lui.

Mais celui-ci, avec sa couvée de rapaces occidentaux, nous ne savons d'où il est!

Écrit par : Dindé | mercredi, 15 mai 2013

abidjan a besoin de plus de 30 ponts donc plutot que de porter des critiques infondés travailler pour le developpement de la CI. ne soyez pas méchants ni complexés tt ces investissements sont pour le bnh ds ivoiriens. gbagbo a fait ses preuves et le pays ne va pas s'arreter a son absence accepter que quelqu'un d' autre fasse ses preuves. vous n'etes pas mieux que ceux qui sont la.

Écrit par : al fayed | mercredi, 10 juillet 2013

C'est comme ça en Afrique, on parle de la construction du pont mais d'autres personnes parle politique. Ce pont, chers ivoiriens nous arrangera malgré tout ce qui va se passer après.

Écrit par : SOUMARE | mardi, 06 août 2013

Les commentaires sont fermés.