topblog Ivoire blogs

mercredi, 15 mai 2013

LA VRAIE HISTOIRE DU TROISIEME PONT D'ABIDJAN, PAR AHOUA DON MELLO

côte d'ivoire,3ème pont d'abidjan,la vraie histoire du troisième pont d'abidjan,ahoua don mello,docteur-ingénieur des ponts et chaussées de paris,ex dg du bnetd 2000-2010,ministre de l’équipement et d’assainissement du gouvernement gil


Le Pont Henri KONAN BEDIE dont la première pierre a été posée à Abidjan le mercredi 7 septembre 2011, à grand renfort de publicité, est un projet initialement connu sous le nom de Pont Riviera-Marcory, dans le cadre « des 12 travaux de l’Eléphant d’Afrique » du régime du Président Bédié déjà en 1996.

En 1996 donc, pour cet important projet, la maîtrise d’œuvre est confiée au Bureau National d’Etudes Techniques et de Développement (BNETD) dirigé à l'époque par THIAM Tidiane. Monsieur THIAM désigne alors son ingénieur, le plus expérimenté de ce secteur, pour la conduite technique du projet.

Compte tenu des difficultés financières que rencontrait l'État de Côte d'Ivoire, une équipe technique entièrement ivoirienne, composée de juristes, d’économistes, d’ingénieurs, d’environnementalistes, de sociologues et de spécialistes de marché, proposa un BOT (Built, Operate and Transfert ; le BOT consiste à attribuer un projet par le biais d'appel d'offres à un opérateur privé qui le finance. Ce dernier se rembourse à travers une concession pour une période déterminée). Le projet est alors confié à un opérateur privé en charge de mobiliser le financement nécessaire à la réalisation du projet, et le remboursement devait par conséquent être assuré par un péage imposé aux automobilistes.

Un appel d’offres est lancé à cet effet et le Groupe BOUYGUES est choisi comme l’opérateur technique et financier du projet. Une convention de concession est signée après plus de deux ans d’études et de négociation. Le coût du projet est négocié à 91.8 milliards de FCFA avec une concession de 30 ans intégrant les frais financiers, les assurances et les différentes marges bénéficiaires.

Pour la réalisation du projet, le Groupe Bouygues crée une société privée de droit ivoirien (SOCOPRIM) conformément à la convention de concession. Le capital de SOCOPRIM est fixé à 28 milliards de FCFA, détenus par le groupe Bouygues (16 milliards de FCFA), l’Etat de Côte d’Ivoire (4.9 milliards de FCFA), la CAA (1.2 milliards de FCFA), le groupe TOTAL (1.25 milliards de FCFA), et le groupe DEG (4.65 milliards de FCFA). Des bailleurs de fonds sont contactés pour mobiliser le reste du financement nécessaire pour couvrir le coût du projet dont la SFI (21 milliards de FCFA), la BAD (18 milliards de FCFA), la CAA (2.8 milliards de FCFA), la BOAD (6 milliards de FCFA), le groupe PROPARCO (10 milliards de FCFA).

Le BNETD propose en outre un échangeur sur le boulevard Giscard d'Estaing pour éviter tout engorgement sur le pont Riviera-Marcory et faciliter ainsi, l’accès au dit boulevard. Coût de l’échangeur : 10 milliards de FCFA financés par l’AFD (4 milliards de FCFA) et la BOAD (6 milliards de FCFA).

L’étude d’impact environnemental et le plan de déplacement et de réinstallation de la population occupant l'emprise du projet (l'emprise est l'emplacement du pont, des voies de raccordement et de l'échangeur) sont évalués à 6 milliards de FCFA entièrement à la charge de l’État de Côte d’Ivoire.

Le projet final comprend donc un pont de 2 fois 3 voies avec un trottoir, une digue, une voie de raccordement au boulevard Giscard d'Estaing, une voie de raccordement au boulevard MITTERAND. Le délai de réalisation est estimé à 24 mois, le début des travaux est fixé à fin décembre 1999.

La mobilisation du financement du projet « Pont Riviera-Marcory » étant bouclée, la mise en œuvre du projet pouvait alors démarrer et démarre justement par le plan de déplacement et de réinstallation des occupants de l’emprise du projet. Ce volet prend fin avant le 24 décembre 1999.

Cette opération de déplacement et de réinstallation qui touche le secteur informel, permet de réinstaller de petits commerçants, de petits artisans et des propriétaires de maquis qui deviennent par une juste compensation des pertes, des petites et moyennes entreprises prospères. Ce qui est différent, aujourd'hui, des destructions massives sans contrepartie du pouvoir actuel qui accroît la pauvreté.

C’est dans l’attente du démarrage effectif des travaux que le coup d’État du 24 décembre 1999, des "jeunes gens" dirigés par le regretté Robert GUEI, a eu lieu.

A la suite de ce coup d’État qui chassa le Président Bédié du pouvoir, les bailleurs de fonds suspendent bien évidemment leur financement. Le projet est ajourné pendant la période de transition.

Après l'élection du Président Laurent GBAGBO, en Novembre 2000, notre modeste personne est nommée à la tête du BNETD. Nous choisissons de reconduire l’équipe projet pour son expérience inestimable et les compétences avérées de ces membres.

Le projet est aussitôt relancé. L’équipe-projet le réévalue en tenant compte de l’inflation. Cette réévaluation a mis en évidence un surcoût de 10 milliards de FCFA qui risquait d’avoir un impact sur le prix du péage et le délai de concession. Pour absorber le surcoût l’équipe projet propose une solution alternative : la construction d’un pont semi-métallique.

La proposition technique validée, elle est aussitôt présentée au Président Laurent GBAGBO qui émet, somme toute, des réserves sur un pont à péage au cœur d’Abidjan ! Il demande néanmoins de reprendre les négociations avec l’opérateur technique et financier BOUYGUES et d’étudier parallèlement une solution sans péage.

Les bailleurs de fonds demandent que les relations entre la Côte d’Ivoire et le FMI soient rétablies avant de donner leur feu vert. Le Ministère de l’Economie et des Finances conduit avec succès le programme intérimaire arrêté avec le FMI. Un programme triennal est conclu en mars 2002. Sa bonne exécution devait conduire à la conclusion du PPTE à la fin du programme. Une mission est prévue pour le 20 septembre 2002 à Washington pour poursuivre les échanges avec le FMI.

C’est alors q’un autre coup d’État en Septembre 2002 est tenté avec comme objectif des conspirateurs d'emmener Alassane Dramane OUATTARA au pouvoir. Le coup d’État manqué se transforme alors en rébellion et suspend une fois de plus le démarrage du Pont Riviera-Marcory. Les bailleurs de fonds suspendent encore évidemment, leur collaboration avec la Côte d’Ivoire.

Après toutes ces péripéties, le Président Laurent GBAGBO demande qu’une solution interne de financement soit trouvée et que le péage soit définitivement écarté.

Le BNETD s’en remet au Ministère de l’Economie et des Finances qui a en charge la recherche de financement. Le Ministère propose donc un compte séquestre à la BNI alimenté par un prélèvement sur le pétrole et un appel public à l’épargne garanti par le compte séquestre.

Un opérateur chinois propose au BNETD une solution technique à 60 milliards de FCFA.

Le BNETD se propose, sur cette base, de négocier avec l’opérateur BOUYGUES soit la transformation du contrat de concession en marché public soit la rupture du contrat et l’évaluation des dommages et intérêts.

Au vu, de la proposition chinoise, la rupture du contrat est avantageuse pour l’État ivoirien. D’une pierre la Côte d’Ivoire peut réaliser deux coups : 1/réaliser un projet moins cher sur fonds propres 2/ éviter le péage en plein cœur d’Abidjan dans un contexte de pauvreté accentuée.

À la faveur du point de décision du processus PPTE avec les bailleurs de fonds obtenu en 2009, le Ministère de l’Economie et des Finances marque son accord pour la mobilisation interne du financement. Cela suppose la réévaluation du projet pour définir le montant à mobiliser, la constitution d’un dossier de consultation des entreprises et la rupture du contrat de concession.

La réévaluation du projet est achevée en 2010. Le gouvernement ivoirien décide de maintenir l’opérateur BOUYGUES sur la construction de l’échangeur du boulevard Giscard d'Estaing et de négocier la rupture du contrat de concession sur le pont. Une avance de démarrage est payée par l’État ivoirien pour la construction de l’échangeur.

Le démarrage des travaux est plusieurs fois reporté avec à chaque fois différents prétextes jusqu’au coup d’État de la France du 11 avril 2011.

Pour écarter l’expertise ivoirienne, ADO fait revenir, SEREY EIFFEL, le dernier Directeur Général français du BNETD (1990-1994) comme conseiller spécial à la Présidence de la République pour les affaires économiques après son passage au GABON où il a dirigé la société écran d’Alassane OUATTARA : l’Institut International pour l’Afrique (IIA). Le projet du Pont Riviera-Marcory est relancé en écartant la solution sans péage du Président Laurent GBAGBO. Alassane OUATTARA reconduit le projet initial réévalué à 125 milliards de FCFA avec à la clé un péage de 700 FCFA par véhicule et par passage, dans un contexte de pauvreté généralisée. La mise à l’écart des solutions du BNETD signe certainement le retour de l’expertise française en Côte d’Ivoire avec pour corollaire le renchérissement des coûts de tous les projets en portefeuille pour lesquels les études ont été déjà bouclées par le BNETD durant les années de crise, sur ressources propres issues du déploiement du BNETD en Afrique. Ces dossiers « prêts à porter » constituent une « banque » de près de 200 projets et ont permis de gagner du temps lors de la mise en œuvre du pont de Jacqueville, de l’autoroute du nord, de la route Boundiali-Tingrela, du transfert de la capitale, de la réhabilitation de l’Hôtel Ivoire et du programme d’urgence dans le cadre du rétablissement des relations avec les bailleurs de fonds en 2009.

Dépouiller le peuple ivoirien pour garantir les intérêts de la France-Afrique, lutter contre la concurrence des pays émergents, le Pont Henri KONAN BEDIE est l’expression de cette nouvelle alliance entre la France et la Côte d’Ivoire et à terme, entre l’Occident et l’Afrique et le retour en force des conseillers occultes français car on n’est mieux servi que par soi-même, dit l’adage. Le mode opératoire de ce pont marque le point de départ de la Solution ADO dans le secteur des Grands Travaux en Côte d’Ivoire et le futur visage français de l’économie ivoirienne avec le financement françafricain occulte de l’Elysée. Nous sommes en plein dans la devise de la France-Afrique : "Ce qui est bon pour la France est obligatoirement bon pour l'Afrique".

Au moment où les Ivoiriens souffrent d'une pauvreté accentuée par l'incapacité du régime de Monsieur Alassane Dramane OUATTARA à payer les salaires, d’une extermination des micro-entreprises, d'un affaiblissement du portefeuille des petites et moyennes entreprises qui accroît chaque jour le nombre de chômeurs et ne parlons pas de l'insécurité chronique. Au moment où les ivoiriens sont soignés gratuitement mais sans médicaments. C'est ce moment que Monsieur Alassane Dramane OUATTARA et le Groupe BOUYGUES choisissent pour construire un pont à péage à 700 F CFA le passage et par voiture, là où le Président GBAGBO propose un projet deux fois moins cher et sans péage. Pour faire avaler la pilule au PDCI, ils ont donné le nom du Président Bédié au pont. Comme par hasard, le déblocage de fonds qui a suivi pour lancer les travaux et toute cette effervescence autour du pont coïncident avec l'approche des élections en France, cela rappelle étrangement toutes ces affaires de France-Afrique avec leurs rétro-commissions.

Les divergences d’approche du développement de la Côte d’Ivoire et la prise en compte stricte des intérêts des Ivoiriens par le Président Laurent GBAGBO sont la cause fondamentale de l’emprisonnement du Président légal et légitime de la République de Côte d’Ivoire par la Françafrique.



Ahoua DON MELLO,


Docteur-Ingénieur des Ponts et Chaussées de Paris,

Ex DG du BNETD 2000-2010,

Ministre de l’équipement et de l’assainissement du gouvernement Gilbert AKE NGBO.

Commentaires

Bon à savoir !

Écrit par : Zamblé Clément | mercredi, 15 mai 2013

triste Côte d'Ivoire

Écrit par : nina | mercredi, 15 mai 2013

C'est vraiment triste tout cela, l'histoire de la cote d'ivoire ressemble a l'histoire du jugement de Salomon dans la bible où 2 femmes se disputaient l'appartenance d'un enfant, la fausse mère a demandé au roi Salomon que l'enfant soit coupé en deux et la vrai mère a demandé que l'enfant soit remise à l'autre. Tout ceci pour dire que le president des Etrangers qui n'a que faire de la CI est pret a l'achever tandis que le digne fils qui se souciait de ses conmpatriotes se retrouve a la haye pour avoir simplement voulu le bien etre de son peuple! JE SUIS CONVAINCUE D"UNE CHOSE DIEU A VRAIMENT PARLE A MALACHIE car tout ce qu'il avait predit se realise , nous tendons vers le CHAOS TOTAL, DIEU AGIRA D'ICI PEU!

Écrit par : Renee | mercredi, 15 mai 2013

Vraiment encore des histoires a dormir debout. C'est le FPI qui sait que la pauvreté est grande en côte d'ivoire pourtant pendant 10 ans ils n'ont rien fait pour l'ameliorer. Quand le pont finira vous autres FPI refuser de le traverser parce que vous ètes pauvres nous autres nous le ferons parce qu'il est mieux de payer 700 f que de perdre un hypothétique emploi pour un retard causer par des embouteillages interminables. Foutez nous la paix avec ces chinois qui depuis 10 ans n'ont pas pu construire le palais présidentiel a yamoussoukro et mal construit baclé le palais des députés.

Écrit par : DELVIN DUPASSE | mercredi, 15 mai 2013

Monsieur DELVIN DUPASSE,

Vous êtes vraiment le genre de petit français pitoyable qui n'a de logique que celle de la prédation économique qui assassine nos pays et qui souffre d'allergie prononcée pour la concurrence internationale.

Je tiens à vous dire que ce pont, nous aurions pu valablement, sous GBAGBO, et avec une technologie de premier plan, l'obtenir à 60 milliards de francs CFA. Mais avec la France, ton pays, il va nous coûter au-delà du triple (la dernière évaluation par BOUYGUES fait état de plus de 180 milliards!). En plus, vous allez nous ESCROQUER pour près de 1.800 milliards de francs CFA, sur 30 années de péage imposé.

La question ne se pose donc pas en termes d'utilité de ce pont (s'il n'en avait pas, 3 régimes politiques ivoiriens ne s'évertueraient pas à le construire!) mais en termes de meilleur rapport qualité-prix. Et de ce point de vue, les entreprises françaises font piètre figure. Pas étonnant que votre pays soit officiellement entré en récession, depuis ce matin. Vous ne faites vraiment pas le poids sur le plan international. Et ce type de discours vous ressemble bien et vous sied bien. Vous nous vendriez volontiers une baguette de pain à 10 EURO (6.560 F CFA), en nous disant: "L'affamé qui le trouve trop cher, qu'il n'en mange pas"! Ça c'est bien vous ça, les français rétrogrades!

Heureusement qu'il y a encore des français sensés et de merveilleuses personnes au sein de votre peuple qui sont nos camarades de lutte et des amis personnels, et que j'aime profondément.

Arrêtez d'attaquer les chinois, vous ne leur arrivez pas à la cheville en puissance de travail et en richesse. Souciez-vous plutôt de démanteler vos bases militaires impopulaires et budgétivores qui vous mettent financièrement à genoux et attelez-vous à sortir votre pays de la grisaille économique. Raccourcissez un tant soit peu vos interminables vacances et mettez-vous un peu au travail; ce travail qui seul paie.

Vivez de la sueur de vos fronts et de votre travail, comme l'Allemagne, sortie exsangue de la deuxième guerre mondiale et qui pourtant, par l'effort généreux et constant, a fini aujourd'hui par vous tenir la dragée haute: première puissance économique européenne. Chapeau bas! Respect!

Cessez de vous nourrir de notre sang!!! Cessez de vous croire riches et développés; c'est le fruit du crime, de la rapine, de la spoliation et de la prédation honteuse. Travaillez de vous-mêmes et mangez de votre pain, pas du nôtre!

La vérité ne vous tuera pas; acceptez-la plutôt que de vous en prendre au FPI et aux Ivoiriens amoureux de leur pays. Vous êtes vraiment à plaindre.

Bien à vous!

Écrit par : Dindé | mercredi, 15 mai 2013

Merci Mr Don Mello pour cette jolie information. Mais helas une fois encore, je vois combien de fois vous etes mechants et egoistes envers le peuple de Cote d'Ivoire. Depuis 1996 jusqu'a nos jours ou le pont quelque soit l'appelation a demarre. Combien d'argent vous avez mis dans vos poches. Au moins ADO a eu la matiere grise d'attribuer le marche a un group dont la competence n'est plus a sous estimee. A votre temps, vous nous avez envoye des groupes chinois dont la longevite des main-d'oeuvres ou autres etait de tres courte duree. Ici a Abidjan tout ce qui est chinois a une tres courte longevite. Ne savez-vous pas cela Mr le diplome des ponts et chaussees?
Felicitez et encouragez plutot votre frere ADO. L'histoire nous enseignera que c'est sous le mandat de ce dernier que ces chantiers dont vous parlez ont demarre.

Merci pour la comprehension sans haine et aigreure.

Écrit par : Vaz | jeudi, 16 mai 2013

En toute chose il faut aller au delà de nos sentiments et émotions pour voir et examiner ce qui est vrai et nécessaire pour tous.
Un pont n'est jamais de trop, mais un pont à péage dans un contexte ivoirien, il y a de quoi à se poser des questions. Et à quel coût?
Est ce la faute aux Chinois s'ils sont pratiquement les premiers dans la plupart des secteurs clés dans le monde. Ayons aussi le courage de le reconnaître.
Je pense pour ma part que la politique c'est la recherche et la mise en place d'un système ayant pour but l'amélioration des conditions de vie des populations et c'est ce que tous les autres pays font.
Pourquoi quand l'Afrique cherche à s'émanciper d'autres africains ne le comprennent pas ainsi? Car ailleurs peu importe le courant politique au pouvoir ou les personnes qui les symbolisent, le plus important c'est les conditions de vie de leurs populations.
Pensons s'y!!!

Écrit par : Demarvel | jeudi, 16 mai 2013

M. VAZ, Après tout ce qui a été développé, c'est tout ce que vous trouvez à dire ? Pauvre Afrique ! Tu es spoliée par la faute de tes propres enfants (?). Si on raisonne simplement à partir de votre propre prétexte, la longévité de l’œuvre, on voit que cet argument ne tient pas la route. On vous parle de 180 Milliards + 1800 Milliards = 1980 Milliards, soit 33 fois les 60 Milliards chinois. N'oublions pas que tous les habitants de la Côte d'Ivoire (pas les seuls Ivoiriens) seraient des usagers potentiel du pont. Je ne parle même pas de l'allègement de la dette extérieure de notre pays, donc moins de charge pour les générations futures. Evidemment, ce n'est pas votre préoccupation.
Si ces arguments étaient solides, vous les auriez développés devant les Ivoiriens qui auraient librement choisi. Vous n'auriez pas eu recours aux bombes françaises.

Écrit par : Théodule SEYO | jeudi, 16 mai 2013

Salut à toi Fernand!

Très heureux de te retrouver après un bon moment. Merci de toujours nous informer et faire comprendre la réalité des choses par tes posts et tes réactions. Et comme le disait l'autre, "seuls les imbéciles ne changent pas". Car la réalité est telle qu'il est vraiment inutile de répondre à des posts de personnes dans un total déni. L'avenir tout proche nous aidera à comprendre et à comprendre le pourquoi de tous ces évènements en Côte d'Ivoire.

Bien à toi!

Écrit par : YOUL POUNTA | jeudi, 16 mai 2013

Salut, cher frère JOUL POUNTA!

Quel bonheur de te retrouver! Cela fait un bail, vraiment. DIEU fasse que tu te portes comme un charme et que tout aille bien pour toi, dans le meilleur des mondes.

Oui, face au déni absolu, on reste bien souvent sans voix et on préfère se taire plutôt que de sembler parler à un mur. L'Histoire dévoilera toutes les vérités et secrets de la crise ivoirienne et ceux qui doivent payer, paieront.

Bienvenue chez toi, sur REGARDS CROISES!

Écrit par : Dindé | jeudi, 16 mai 2013

Ne vous meprenez pas des actes que pose Dramane Ouattara quand il s'agit des intérêts de ce pays .Il n'a pas accepté le deal avec la France pour l'amelioration de la vie des ivoiriens.Detrompez-vous!Burkinabe de source,sa seconde mission après celle bien evidemmemt de satisfaire l'appetit vorace des multinationales europeemnes ,c'est de detruire tout le tissu economique ,de desintegrer tout le fondement de la nation ivoirienne. Les emprisonnements ,les assassinats,les nomminations d'illettres à des postes qui exigent des connaissances intellectuelles,participe de cette mission personnelle de Dramane .Il hait la C'I.

Écrit par : lewouei | jeudi, 16 mai 2013

DELVIN DUPASSE et Vaz etes vous des etres senses? je ne pense pas, d'ailleurs tous ceux qui cotoient drame man ne sont que des criminels, alors de tels raisonnements ne nous surprennent guere. Aneantis et abrutis par le sang des ivoiriens vous ne pouviez que tenir de telles reflexions. Au regard de ce que l'une des eminences grises (l'un des grands savants de ce pays) ait relate. Comment un etre pensant pouvait tenir un tel langage a la suite de cet expose limpide et succinct si ce n'est qu'un abonne au drame manisme. Or donc c'est pour simplement un pont que vous avez eu recours aux bombes, aux sacrifices humains? Il faut que ce soit vous pour que ce pont puisse se batir. Pitie de vous, minables petits fils de vendus et d'esclaves et de mendiants.
Quant a Fernand, merci pour ta brillante intervention comme d'habitude, mais sache qu'il n y a pas de bons francais ce sont tous des hypocrites et ils sont tous complices de leurs dirigeants.
Que Dieu benisse ma CI

Écrit par : IntelligenciaHomme | vendredi, 17 mai 2013

vraimeeeent il nous prennent pour qui même? "C'est ce moment que Monsieur Alassane Dramane OUATTARA et le Groupe BOUYGUES choisissent pour construire un pont à péage à 700 F CFA le passage et par voiture, là où le Président GBAGBO propose un projet deux fois moins cher et sans péage."
Et qui étais au courant de cela?
"Un opérateur chinois propose au BNETD une solution technique à 60 milliards de FCFA."
entre nous un pont de cette taille là à 60 milliards? tu penses que chinois là voulait faire un bonne chose?
ils n'ont pas honte ces gens!

Écrit par : Guy kouassi | vendredi, 17 mai 2013

Décidément, il y a des gens qui voient le mal partout. Faire un pont avec tout ce que nous vivons à abidjan là vous avez fait sortir un dossier de votre laboratoire encore. Vous ne voyez pas que le gouvernement actuel refuse de répondre à vos propos mensongers et préfère se consacrer au boulot. Pendant 10 ans vous nous aviez tous éblouis par vos mensonges et nous y avons tous cru jusqu'à faire votre guerre à vous mais maintenant on a tous compris. Nous n'allons pas passer notre vie dans ça

Écrit par : dja bi dagrou | samedi, 18 mai 2013

Merci fils! Merci de rétablir la vérité chaque fois que le mensonge , fils de qui nous savons, déploie ses ailes puantes!
Dire la vérité , c'est professer Jésus Christ , proclamer Son règne et exploser le mensonge, le diable et ses agents, nombreux actuellement dans cette nation.
Mais c'est la fin du film qui est intéressante! Lol !

Écrit par : Dé Débora | samedi, 18 mai 2013

Salut, ne vous étonnez pas des propos que tiennent certains de vos frères.Il n'y rien de nouveaux sous les cieux,c'est les mêmes noirs qui couraient après leurs frères pour les remettre aux blancs pendant la traite négrière qui sont avec nous et qui défendent la cause des blancs.
Sachez qu'il n'y aura pas de consensus pour arracher notre liberté, en Algérie, malgré la présence des collabos,ils ont fait reculer la France.Donc laissez les collabos et regardons l'adversaire.

Écrit par : ange assoh | dimanche, 19 mai 2013

Merci cher ami, ton éclairage est fort utile, mais nous on veut un pont qui durera pour toujours et non les ponts moins chers qu'il faudra reprendre tous les dix ans .

Écrit par : doffou | mercredi, 22 mai 2013

DOFFOU, tu n'as vraiment rien compris!

Le 3ème pont à 60 milliards ne veut pas dire qu'il ne répondra pas aux exigences techniques, technologiques et de résistance des matériaux des normes internationales!!! Où es-tu allé chercher ce raisonnement incroyable!?

C'est simplement que c'est un excellent rapport qualité-prix! C'est pour cela que partout dans le monde, on lance des appels d'offres pour la réalisation de grands travaux et que les soumissionnaires LES MOINS DISANTS sont retenus.

Le principe, c'est qu'à QUALITE EGALE, on choisit LE MOINS COUTEUX. Tu sembles ne rien y connaître à ces questions et pourtant tu fais pareil quand tu vas faire tes emplettes. C'est tellement simple à comprendre! Ce n'est peut-être pas trop ta faute. Ton esprit partisan ne te permet pas de t'élever plus haut dans ton analyse et c'est vraiment dommage!

Ce n'est donc pas le plus cher qui correspond à la qualité, mon cher DOFFOU. Bien souvent les européens perdent ces types de marchés parce qu'ils sont trop chers. Ils ont donc besoin d'affairistes tordus, corrompus et sans scrupules comme Ouattara et sa clique pour brader leurs pays et leur offrir des prébendes outrancières et des monopoles scandaleux. C'est le cas, avec le 3ème pont d'ABIDJAN.

Pourquoi penses-tu qu'aujourd'hui, ces occidentaux soient obligés de délocaliser leurs entreprises en ASIE et dans les BRICS? Ils ne font plus le poids dans la concurrence internationale, à cause de leurs coûts de production excessivement et artificiellement élevés, totalement plombés par leur modèle social, qui réduit le temps de travail et encourage le gaspillage.

En Afrique, ils bénéficient d'un marché captif parce que les nègres sont trop souvent irréfléchis et ont des dirigeants qui ne raisonnent qu'en termes de partage de gâteaux et d'enrichissement personnel, au détriment des populations, de leurs intérêts et de leurs véritables besoins.

Pourquoi voudrais-tu que nous payions 1800 milliards de francs CFA supplémentaires sur 30 ans pour un pont déjà surfacturé à 180 milliards et qui ne devrait, en réalité, pas coûter plus de 60 milliards? Tu sais ce que la Côte d'Ivoire peut faire pour ses populations avec 1800 milliards pendant 3 décennies???

A écouter des individus comme toi, il m'arrive bien souvent de regretter d'être né africain! Pffffffff ! ! !

Écrit par : Dindé | mercredi, 22 mai 2013

Don MELLO, mêle toi de ce qui te regarde. Les guerres ont empêché de construire le pont, mais cela ne vous a pas empêché de construire des châteaux à BEVER.... HILLS; n'importe quoi. 20 ans, vous n'avez pas pu sortir ce projet de terre, et vous osez critiquer quelqu'un qui le fait ?
Quand comprendriez vous que ADO est le sauveur de la Côte d'Ivoire ?
Vous n'aviez aucune crédibilité, c'est pourquoi vous n'avez jamais pu avoir de financement fiable. Ayez honte un jour et taisez vous.
C'est le projet de BEDIE, c'est le projet de KOUDOU, mais ALLASSANE qui l'a réalise C'EST TOUT!!!!!!! Le reste n'est que verbiage DON LOLO

Écrit par : ZAMBLE | jeudi, 23 mai 2013

ZAMBLE,

Au-delà du ton ironique qui dégouline de ton commentaire, je voudrais vraiment te demander: "De quoi parles-tu? La Côte d'Ivoire n'a jamais pu avoir de financement fiable sous GBAGBO?". Je rêve ! ! ! Je re-pose ma question: "De quoi parles-tu?". Ou bien espères-tu ainsi réécrire l'Histoire? Tu sais qui a bouclé les études techniques et "calé" les budgets et financements de tous les travaux dont Ouattara se targue actuellement (alors qu'il n'a rien fait pour, et que bien au contraire, il nous a mis des bâtons dans les roues), avec la Banque Mondiale, la Banque Islamique de Développement et la BOAD? Je te laisse répondre, si tu es un tantinet informé et non envoûté par la presse enjoliveuse et manipulatrice pro-Ouattara. Tu peux ne pas aimer GBAGBO, mais évite de mentir ainsi, sans scrupules.

En outre, tu dis "ADO est le sauveur de la Côte d'Ivoire". Mais sous Ouattara, tout va mal en Côte d'Ivoire ! ! !: Coût de la vie aggravé, réconciliation nationale au point mort, pauvreté exacerbée, délestage électrique aggravé, conjoncture de l'emploi et des entreprises, licenciements massifs et arbitraires, corruption et dépendance de la magistrature, justice et loi des vainqueurs, insécurité galopante, rattrapage ethnique anti-cohésion nationale, mauvaise gouvernance et détournements massifs de fonds publics, crimes et assassinats, camps de torture pour opposants, régression dramatique de la démocratie, persécution de la presse de l'opposition, commission électorale non indépendante, caduque, noyautée par le pouvoir Ouattara et donc illégitime, violations massives des droits humains décriée par les Etats-Unis, l'ONU et toutes les ONG internationales de défense des droits de l'Homme, récession voire déclin de l'économie ivoirienne dont la compétitivité est sans cesse en recul, pluies de milliards annoncées et invisibles, endettement massif comme politique économique et financière, détresse des paysans et des planteurs due à la mévente de leurs produits et des réformes impopulaires adoptées par le régime Ouattara, émergence du satanisme en Côte d'Ivoire (autel à Baphomet, dieu des franc-maçons et des illuminatis, à Abobo pendant la fête ABIDJAN ville-lumière, en décembre 2012), explosions des crimes rituels, sacrifices humains et hécatombes routières, exacerbation de l'homosexualité y compris dans le gouvernement et des péchés contre-nature, massacres de réfugiés innocents à Duékoué, recolonisation de l'Ouest de la Côte d'Ivoire par un repeuplement burkinabé sauvage, occupations et expropriations des terres villageoises par les nouveaux colons, déclassement de forêts nationales et bradage à des privés occidentaux, des dizaines de milliers d'Ivoiriens exilés et traqués par le régime Ouattara au Ghana et au Togo, armée d’analphabètes et règne en seigneurs des supplétifs FRCI et des chasseurs traditionnels dozos, impopularité du régime et désert électoral, assemblée nationale monocolore, ethnique et aux ordres et malgré cela gouvernance par ordonnances, etc, etc.

Même l'alliance RHDP a volé en éclats, eut égard à la violence et à la perfidie du RDR vis-à-vis de ses alliés.

Je ne t'ai cité que des faits vérifiables. Alors je te demande, ZAMBLE: "Ouattara a sauvé quoi et a sauvé qui, en Côte d'Ivoire?".

J'attends ta réponse!

Merci et bien à toi.

Écrit par : Dindé | jeudi, 23 mai 2013

Des individus qui ne sont pas fiers de leurs origines. Pourquoi te fais tu passer pour un gouro portant l'illustre nom de nos patriaches? Un Zamblé ne tiendra pas un tel raisonnement. Je comprends pourquoi tu as opté pour ce nom. Houphouët-Boigny dans sa générosité débordante, a prostitué ce territoire occupé par ce digne peuple autochtone, au sens réel du vocable, ainsi tout le territoire Gouro s'est retrouvé peuplé de mossi. Ce Zamblé-là en est un faux. Certains se demanderont qu'arrive-t-il aujourd'hui à El Haj Bah pour être si xénophobe et si loin du débat. À ceux-là je répondrai que je suis fier d'être xénophobe car seuls les xénophobes et les nationalistes peuvent conduire leur pays vers le développement réel. Les européens nous le démontrent tous les jours au travers de leur politique d'immigration et d'intégration. Outre cela, l'histoire récente de la CI a suffisamment démontré que ceux qui s'agitent comme ce sieur Zamblé, sont des descendants d'immigrés qui n'ont aucune attache véritable en CI, alors prêts à toute compromission pour soumettre les dignes fils de cette terre d'Eburnie. Il est donc grand temps qu'ils se révèlent au grand jour pour distinguer les bons grains de l'ivraie. Que Dieu soit avec tous ces dignes fils ivoiriens!

Écrit par : El Haj Bah | vendredi, 24 mai 2013

je pense en toute sincerité qu'il faut arreter de se foutre des Ivoiriens.A relire Monsieur Don Mello,il ne donne pas de date dans l'evolution du projet depuis 2002 appart le PPTE en 2009 c'est à dire la derniere année du mandat de 10 ans de Gbagbo.je pense qu'il nous montre clairement que ce projet n'etait pas une priorité!!
Pour ce qui est de l'octroi du marché à Bouygues,il l'a bien souligné lui meme c'est depuis Bedié et meme sous Gbagbo il avaient entammé des negotiations avec un constructeur chinois mais pour un pont de combien d'années de vie????
Les 2ponts que nous avons sont vieux mais demeurent et sont le fruit des français!!!
Pas besoin de rappeler que ADO,a lancé les travaux moins de 2 ans après sa prestation de service c'est à dire plus tot que Gbagbo avant la rebellion!!!!
On note seulement que le projet n'appartenait au depart ni a Gbagbo(meme si on tente de nous le faire croire),ni a ADO,mais l'histoire retiendra que lui qui l'a fait construire pareil que le pont de jaqueville c'est ADO.

Les gens peuvent toujours se cacher en exil et raconter leurs vies!!on s'en tape!!!la cote d'ivoire avance sans eux!!!!
ils avaient promis le chaos economique pourtant nous ne faisons qu'avancer!!en si peu de temps on a oublié qu'il ya eu la guerre et que ces vauriens avaient mis l'economie à zero

Écrit par : souleymane | mercredi, 26 juin 2013

SOULEYMANE,

Je ne vais pas entrer dans une polémique subjective et passionnée avec toi sur la question "à qui appartient ou pas le 3ème pont", ou "qui l'a réalisé ou pas". Ce ne sera pas constructif, quand je vois ta ligne de pensée.

Je veux seulement que tu me donnes les indicateurs objectifs qui te font croire que l'économie ivoirienne sous Ouattara connait un essor. Et tu me diras comment socialement le commun des Ivoiriens le ressent et en jouit.

Si tu réussis cet exercice (au demeurant, facile, si ce que tu dis est vrai et réel), je ne mettrai plus ton commentaire sur le compte d'un ADOrateur aveuglé par le culte de la personnalité de Ouattara, qui prêche l'inexistant et qui se cache derrière un ton offusqué comme cache-sexe, devant la déstructuration et le délitement social, sociologique, spirituel, moral, démocratique, juridique, sécuritaire, institutionnel, politique et économique de la Côte d'Ivoire.

Bien à toi et à bientôt!

Écrit par : Dindé | mercredi, 26 juin 2013

l'homme ne voit pas plus loin que le bout de son nez, dit-on. les nombreux devoirs de dissertation que nous avons eu à traiter au lycée ont toujours été faits avec des axes; une thèse, une antithèse et parfois, pour ceux qui ont une réflexion plus poussée, une synthèse.
ici, il ne s'agit pas de dire qui a fait quoi que ce soit et quand. le problème est simple à savoir: quels seront les impacts de la mise en oeuvre du pont henry konan bédié.
quand on parle d'impacts cela prend en compte aussi bien les avantages que les inconvénients à court, moyen et long terme sur le plan politique, social, économique...
aussi, est-il important en toute chose d’être objectif et non subjectif; étant des intellectuels, nous ne devons pas nous laisser guider par le fanatisme mais par le bon sens, la morale et surtout par l'humanisme qui place l'homme et les valeurs humaines au-dessus de tout.
il nous serait donc très bénéfique d'accorder toute notre attention à la problématique posée plus haut. résoudre cette problématique nous fera gagner sur tous les plans. étant donné que la conclusion nous permettra de savoir si la construction de ce pont dans les conditions telles que définies dans le texte sont profitables ou non à notre cher pays que tous aimons tant...
merci d'avance chers frères.

Écrit par : pierre | jeudi, 27 juin 2013

Frère Dindé, il ya bien un cancre sur le site qui essaie de te narguer sous le pseudonyme de zamblé, souleymane, vaz ou delvin dupassé? Il n'est ni européen ni rien! C'est un militant farouche et crétin du RDR, comme à l'accoutumée, beaucoup sont idiots, et ne comprennent rien du langage académique que tu leur tiens? Ils ne connaissent que les kalachnikovs! Demande à ce cancre, si de 90 à 93, période à laquelle watara son mentor a gouverné le pays, lui a-t-il une fois effleuré l'esprit de construire un pont? et pourquoi les auteurs de cette idée n'ont jamais pu la concrétiser? WATARA EST UN CHEF DE GANG MAFIEUX.

Écrit par : ANIAMA | vendredi, 28 juin 2013

wèèèèèèèèh! cote d'ivoire est doux deh! même dans la galère là, après la lecture de certains commentaires, je n'ai plus faim du tout.
vive ma patrie, vive la cote d'ivoire.

Écrit par : le nègre | mardi, 16 juillet 2013

Beau récit qui aurait pu être un chef d'œuvre d'un intellectuel s'il n'avait pas été entaché d'une politique haineuse. J'avais un grand respect pour vous M. Ahou Don Melo et je vous prenais pour modèle intellectuellement parlant biensur... mais hélas que de gâchis pour cet haut intellectuel qu'à notre cher pays. Que de gâchis.

Écrit par : Jean | jeudi, 14 novembre 2013

Beau récit qui aurait pu être un chef d'œuvre d'un intellectuel s'il n'avait pas été entaché d'une politique haineuse. J'avais un grand respect pour vous M. Ahou Don Melo et je vous prenais pour modèle intellectuellement parlant biensur... mais hélas que de gâchis pour cet haut intellectuel qu'à notre cher pays. Que de gâchis.

Écrit par : Jean | jeudi, 14 novembre 2013

pas aujourd'hui, mais crirons tous. ceux qui sont d'accord pour le peage en plaine ville ne savent pas de quoi il s'agit.pensez aux taxi qui passeront sur ce pont au moins 10 fois par jour. si le passage coute disons 700fr just mulipliez 700*10 vous avez 7000 fr que le taxi depensera par jour,et c'est la population qui va payer tous cela. je veux dire toi et moi car c'est une autre maniere d'augmenter les prix.

Écrit par : BOBY | mardi, 04 février 2014

je pense qu'avec le temps tout ira mieux pour la côte d'ivoire prions beaucoup notre dieu où il se trouve car lui seul peut trouver une solution à tout les problèmes que traversent la ci.

Écrit par : astou koné | vendredi, 02 mai 2014

Voilà les vraies origines du Pont Hkb
Vos parents ont empêché Bedie et Gbagbo de réaliser ce projet dont ils se sont accaparés pour faire croire qu'ils sont les auteurs et réalisateurs merci

Écrit par : GROGUE ISRAËL | jeudi, 27 novembre 2014

La france vous fait croire que tout ce qui est chinois ne dure pas. c'est juste pour faire marcher leurs produits. Toi tu peux fabriquer quoi pour parler de chinetock. ?

Écrit par : Ekhissi YANN | dimanche, 11 janvier 2015

Les commentaires sont fermés.