topblog Ivoire blogs

samedi, 25 mai 2013

ALLIANCE FPI-PDCI EN 2015: AMANI NGUESSAN REPOND A KONAN BEDIE


AMANI NGUESSAN MICHEL.jpg

«J’aurais trouvé qu’il triche», «Concernant Gbagbo, la vérité juridique est sue».

 

Suite à la réponse que Henri Konan Bédié, président du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire, a donnée au FPI au sujet de l’alliance entre les deux partis, l’ex-ministre de Laurent Gbagbo, Amani N’guessan Michel, a réagi, dans une interview qu’il nous a accordée par téléphone, ce vendredi 24 mai 2013. Aussi, il a donné son avis sur le verdict attendu du côté de la CPI concernant son mentor.


Que pensez-vous de la réponse que Monsieur Bédié a donnée face à l’appel du FPI à une alliance avec son parti, le PDCI?

Je pense que monsieur Bédié donne l’occasion aux deux partis de s’asseoir et de discuter, car aucune alliance sérieuse ne peut se réaliser sans discussions préalables. Monsieur Bédié engage déjà la discussion. C’est heureux de le constater. On ne va pas au mariage sans se dire la vérité. Nous pensons que c’est une bonne sortie qui augure des lendemains meilleurs.

Même quand il pose le problème de la sincérité du FPI, vous dites qu’il a raison.

Nous ne disons pas qu’il a raison, c’est un point de vue. La critique est partagée, c’est-à-dire qu’à deux, l’un et l’autre, on a des choses à se dire. C’est ce qui justifie la discussion pour clarifier les positions et les points de vue. Donc, ce que dit monsieur Bédié est une vérité pour lui mais qui peut ne pas être forcément notre vérité. Ce qu’il faut retenir de tout cela, c’est que nous devons savoir, au PDCI-RDA et au Front Populaire Ivoirien, aller à l’essentiel. Le pays est en danger, il faut le sauver. C’est cela l’essentiel. On peut discuter tout le reste.

A priori, le président Bédié ne vous ai pas favorable?

Je suis plutôt satisfait. Parce que si Monsieur Bédié ne donne pas son avis sur l’appel et surtout sur le Front Populaire Ivoirien, j’aurais trouvé même qu’il triche avec lui même et avec l’histoire. Car l’histoire politique en Côte d’Ivoire n’est pas aussi linéaire que cela. Il faut être honnête et reconnaître que nous avons combattu le parti unique et il y a des actes qui ont été posés. Aujourd’hui, l’heure est à la discussion pour apprécier tout cela. Monsieur Bédié ne peut pas dire qu’il n’a rien à dire. Moi, je suis heureux qu’il parle car, en effet, c’est lorsque qu’on lave les cœurs qu’on tisse un mariage solide.

A votre niveau, que reprochez-vous au PDCI qui vous accuse de l’avoir traité de ‘‘serpent’’ et d’avoir voulu le tuer par la création du Front Républicain?

Personnellement, je trouve que le débat sur l’alliance probable PDCI-FPI dans les journaux est malsain. Il faut s’asseoir, et en toute responsabilité, discuter. Ce n’est pas dans les journaux que nous allons tisser l’alliance. Il nous faut nous asseoir, nous reprocher ce que nous avons à nous reprocher réciproquement, et en tant que fils d’une même famille, être devant le danger qui nous guette tous. Nous devons savoir en tirer les leçons.

Pensez-vous que le PDCI répondra positivement à cet appel?

Je ne suis pas un devin, mais je suis sûr que monsieur Bédié, en acceptant de parler de l’appel, veut qu’on en discute. C’est déjà ça qui est important.

Quelles sont vos attentes relativement au verdict de l’audience de confirmation des charges contre Laurent Gbagbo qui est pour bientôt?

J’ai toujours dit depuis le début de cette affaire que si c’est le droit qui est dit, monsieur Gbagbo doit être libéré. Mais tout le monde entier a découvert que c’est un procès politique. La CPI est l’instrument des grandes puissances qui, aujourd’hui, ont décidé de faire la guerre à certains chefs d’État africains d’une certaine vision. Peut-être que c’est leur droit, mais nous ne partageons pas la même vision. De ce point de vue, ils pourront décider tout ce qu’ils veulent. J’ai même dit quelque part qu’ils peuvent condamner monsieur Gbagbo, mais la vérité juridique est sue et chacun appréciera.

 

César DJEDJE MEL, in Linfodrome

 

Source: CONNECTION IVOIRIENNE

Commentaires

C'est bien facile de dire à l'autre "je fais une alliance avec toi si tu es sincère". Ton interlocuteur peut aussi poser la même condition avant la conclusion de cette alliance. A vrai dire, cela ne veut rien dire. Personne ne peut jurer de la sincérité de l'autre. La vrai question est de savoir si on est capable de respecter les règles qu'on a établi ensemble.

Je ne crois pas que le RDR ait trahi le PDCI. Je suppose que les deux partis ont respecté le contrat qu'ils ont ensemble signé. Le PDCI regarde ailleurs tout simplement parce qu'il se rend compte que gouverner ensemble ne suffit pas ; il faut aussi un cadre démocratique qui permette d'avoir des représentants sur l'ensemble du territoire. Et c'est sur ce dernier chapitre qu'il se rend compte que le RDR est incapable d'une politique démocratique nationale. Les arrangements entre amis, oui ; mais pas le partage des voix de l'ensemble de la Côte d'Ivoire. Kadet Bertin l'avait clairement dit : Alassane Ouattara ne veut pas que les voix des populations du Nord soient partagées entre tous les partis de manière démocratique ! Le Nord appartient au seul RDR. Voilà ce qui explique la querelle actuelle entre les deux partis.

Écrit par : St-Ralph | dimanche, 26 mai 2013

En clair, mon frère ST-RALPH, le Nord est pris en otage par Alassane Dramane Ouattara. Par le moyen des armes et avec l'aide de ses seigneurs de guerre.

Mais que fait le Nord lui-même pour se défaire de ses liens?

Remarque que la majorité de nos frères du Nord cautionne, actuellement, tous les graves travers de Ouattara, dont notamment le rattrapage ethnique, qui consiste à donner de la prééminence aux ressortissants du Nord sur tous les autres Ivoiriens, dans l'administration ivoirienne et dans l'armée.

Un grand nombre le voit et ne dit rien. Qui ne dit mot, consent, clame l'adage. Les plus aveuglés et les plus zélés vont jusqu'à saluer et applaudir les crimes, exactions et injustices de Ouattara contre les autres fils du pays, parce qu'aujourd'hui, ce sont eux qui ont l'occasion de régner et de "bouffer", comme ils disent. Quelle incurie, quelle courte vue, quelle cécité!!! Qu'ils sachent que l'Histoire n'est pas statique et qu'elle évolue et, parfois, réserve d'immenses surprises.

J'ai peur qu'au moindre retournement de situation, le Nord ne paye extrêmement cher, et en tout point de vue, sa complicité et sa perfidie vis-à-vis du reste de la Côte d'Ivoire. Qui vivra, verra!

C'est aujourd'hui qu'il faut élever la voix pour se démarquer des dérives ouattariennes, en tant que fils du Nord, comme le font si bien Ben Soumahoro, Mamadou Koulibaly, Abou Cissé et autres. Demain, ce sera trop tard! Les larmes ne serviront alors à rien; ils auraient été prévenus.

Frères du Nord, Ouattara vous expose et vous met gravement en danger. Le savez-vous, le voyez-vous ou pas?

A bon entendeur, salut!

Écrit par : Dindé | dimanche, 26 mai 2013

Les commentaires sont fermés.