topblog Ivoire blogs

mardi, 04 juin 2013

LA JUGE SILVIA FERNANDEZ DE GURMENDI DEMANDE LA LIBERATION DU PRESIDENT GBAGBO

 

côte d'ivoire,cpi,LA JUGE SILVIA FERNANDEZ DE GURMENDI, DEMANDE LA LIBERATION DU PRESIDENT GBAGBO,audience de confirmation des charges à la haye


Urgent!!! Une juge de la CPI demande la libération du président Gbagbo

 

La Cpi vient de renvoyer la décision sur la confirmation des charges contre le président Gbagbo. Dans un communiqué, la Cour pénale internationale affirme en substance qu’au vu des preuves en possession des juges, il n’est pas possible de confirmer les charges contre le président Gbagbo, et les juges accordent au procureur un peu de temps afin d’apporter plus de preuves.

Cette dernière décision des juges a été contestée par la juge Silvia Fernández de Gurmendi qui, arguant du fait que la majorité des juges soient d’accord sur le fait que les preuves soient insuffisantes, a demandé à la cour de prononcer simplement et purement une décision. Prononcer une décision, dans ce cas, aurait voulu dire relaxer purement et simplement le président Gbagbo.

Dans une longue lettre de 20 pages adressée aux autres membres de la cour, la juge Silvia Fernández de Gurmendi donne les raisons de son désaccord avec la décision d’ajourner l’audience qui aurait purement et simplement fait relaxer le président Gbagbo.

Nous reviendrons plus en détails sur cette décision historique qui prouve que le président Gbagbo se trouve à la CPI pour des raisons politiques, et que la majorité des juges fait le jeu de la France et de son pouvoir vassal d’Abidjan, en le maintenant loin de son pays.

 

SourceACC – Côte d’Ivoire

Commentaires

Gloire à Dieu ! Le mensonge, à la course se lève et démarre tôt, mais il finit toujours par être rattrapé par la vérité, dit-on. Victoire partielle parce qu'un innocent est injustement privé de liberté par la volonté des forces du mal. Mais Victoire, grande victoire sur l'imposture et le faux, victoire sur la barbarie et la sauvagerie. Ce qu'il n'ont pu arracher par la force, ils ne l'auront pas par la négociation. Et l'Afrique sera grande, demain.

Écrit par : sily camara | mercredi, 05 juin 2013

Gloire à Dieu ! Le mensonge, à la course se lève et démarre tôt, mais il finit toujours par être rattrapé par la vérité, dit-on. Victoire partielle parce qu'un innocent est injustement privé de liberté par la volonté des forces du mal. Mais Victoire, grande victoire sur l'imposture et le faux, victoire sur la barbarie et la sauvagerie. Ce qu'il n'ont pu arracher par la force, ils ne l'auront pas par la négociation. Et l'Afrique sera grande, demain.

Écrit par : sily camara | mercredi, 05 juin 2013

Apparemment les journalistes semblent être à coté de la plaque pour ce qui concerne leur compréhension de ce qui se passe à la CPI depuis ce 3 juin 2013.
En effet pourquoi encenser la juge de Gourmendi qui a souhaité la confirmation des charges contre le Président Laurent Gbagbo pour crime contre l'humanité? Cette dame a dû faire pression sur les deux juges de la chambre péliminaire 1 pour obtenir un ajournement du procès de confrmation ou d'infirmation (Car en réalité ce qu'elle a evité, c'est la libération pure et simple du Président Laurent pour insuffiance de preuves) des charges. Parce qu'elle n'a pas réussi à faire adopter la décision de confirmation des charges. Son opération de dissidence tendait à donner à la procureure Bensuda l'occasion d'un recours en appel de la décision de la chambre préliminaire 1. Alors si nos journalistes ne font pas d'effort comprendre ces choses là, ceux qui n'ont aucun moyen d'accéder aux informations vont plonger dans les ténèbres politico-juridique de la CPI.

Écrit par : Justin | samedi, 29 juin 2013

Les commentaires sont fermés.