topblog Ivoire blogs

lundi, 01 juillet 2013

AFFAIRE JEAN-NOEL ABEHI: POURQUOI LA «JUSTICE TELEVISUELLE» D'HAMED BAKAYOKO POSE PROBLEME


HAMED BAKAYOKO.jpg


Hambak Comedy Club, épisode 2. Après le show télévisé du 12 juin 2012, où il se donnait en spectacle à la RTI et faisait diffuser une vidéo des « aveux » de l’ancien ministre Moïse Lida Kouassi et du commandant Katé Gnatoa, qui « reconnaissaient » avoir été partie prenante de tentatives de coup d’Etat, le premier flic du régime Ouattara remet le couvert. Et vient sur le plateau animé par Brou Aka Pascal avec, dans sa mallette, une cassette de la « déclaration de prise de pouvoir » qui aurait été préparée par le colonel Jean-Noël Abéhi si son coup d’Etat supposé avait réussi. Dans son escarcelle, il a aussi un « repentir » filmé de ce dernier.


Il est sûr qu’Hamed Bakayoko a réussi à faire le buzz, une nouvelle fois. Mais ses méthodes plus que discutables ont mis mal à l’aise, une fois de plus, y compris dans les milieux qui soutiennent traditionnellement l’actuel régime ivoirien. En effet, le pouvoir Ouattara voudrait-il remplacer subrepticement les institutions judiciaires habituelles, caractérisées par le règne du contradictoire, et un certain équilibre de l’argumentation entre Défense et Accusation, par une sorte de « justice télévisuelle » à la fois spectaculaire et dangereuse pour les libertés, qu’il ne s’y prendrait pas autrement. Quelle est, en effet, la valeur probante d’éléments audiovisuels tournés on ne sait où par on ne sait qui, et livrés au grand public dans une « opération psychologique » visant à semer l’effroi et la terreur et à jeter en pâture un certain nombre de noms de prétendus complices, au-delà de la présomption d’innocence ? Dans quel cadre juridique ces vidéos ont-elles été tournées ? En tout cas, celle qui est censée être la vidéo préparée pour une éventuelle prise de pouvoir est traversée par un certain nombre d’incohérences. Pourquoi un officier supérieur intelligent se lancerait-il dans des appels à utiliser des « machettes » et des « cailloux » alors que des forces internationales n’attendraient que de telles déclarations pour contrarier sa prise de pouvoir, au nom de « la responsabilité de protéger » ? Le colonel Abéhi était-il assisté de ses avocats quand il passait « à confesse »? Le droit ivoirien prévoit-il de telles « dépositions » filmées et destinées à être diffusées par la télévision nationale ? Les deux vidéos peuvent tout à fait avoir été « fabriquées » pour les besoins de la cause par un régime qui peut faire dire n’importe quoi à ses otages, qui sont, rappelons-le, souvent détenus dans des conditions extrajudiciaires et soumis à de graves formes de torture, selon les rapports des organisations de défense des droits de l’Homme.

La RTI a violé la loi sur la presse, à l’instigation d’un ministre du gouvernement

Le premier show télévisé d’Hamed Bakayoko a eu lieu il y a plus d’un an. Il y a plus d’un an, il laissait entendre à l’opinion nationale et internationale que le régime dont il est une des principales figures avait déjà réuni des preuves « accablantes » et des aveux « clairs » provenant de l’ex-ministre Moïse Lida Kouassi (voir la vidéo plus bas) et du colonel Paulin Katé Gnatoa. Pourquoi n’ont-ils donc pas encore été jugés ? Pourquoi ce régime est-il à l’aise quand il s’agit de faire de la propagande médiatique sur les « conclusions » de ses « enquêtes » de police et rechigne-t-il par la suite à passer au débat judiciaire ?


L’on se souvient qu’il avait abondamment communiqué, il y a aujourd’hui plus de deux ans, dans la presse française et ivoirienne, sur les éléments de la Garde républicaine qui auraient assassiné les Français Stéphane Frantz Di Rippel, ancien patron de l’hôtel Novotel d’Abidjan, et Yves Lambelin, président du groupe industriel SIFCA. Jusqu’à présent, aucun procès sur cette sombre affaire n’a eu lieu. «Me Pierre-Olivier Sur (cabinet Fischer, Tandeau de Marsac, Sur & associés – FTMS) continue de s’interroger sur le refus apparent de la justice ivoirienne de procéder à la reconstitution de l’assassinat de Stéphane Frantz Di Rippel, demandée il y a plusieurs mois», nous apprenait La Lettre du Continent en décembre 2012. Etrange !

Par ailleurs, si l’on suppose que la vidéo de « prise de pouvoir » d’Abéhi sera immanquablement citée au cours de la procédure judiciaire qui le vise, on ne peut que noter qu’Hamed Bakayoko a poussé la RTI à violer la loi portant régime juridique de la presse qui, en son point 73 stipule que « la diffusion d’informations, même exactes, est interdite si celles-ci se rapportent (…) au contenu d’un dossier de justice non encore évoqué en audience publique ».  Le Nouveau Courrier, qui a l’investigation dans son ADN, considère que cette disposition peut être liberticide. Puisqu’elle est violée avec la complicité directe de l’information – qui est l’exécutif lui-même –, on imagine qu’elle ne sera pas invoquée demain pour persécuter la presse et l’obliger à révéler ses sources. Les dernières nouvelles de l’Eléphant Déchaîné, dont des journalistes ont été convoqués par la gendarmerie nationale au nom de prétendues « fuites sensibles concernant la sécurité de la Côte d’Ivoire », tendent à démontrer que le régime actuel est plutôt partisan d’une interprétation sélective des textes de lois.


Philippe Brou


Source: LE NOUVEAU COURRIER

Commentaires

Si la RTI n'avait pas été un média caporalisé par le pouvoir Ouattara, plus aucun journaliste sérieux n'aurait donné la parole à Hamed Bakayoko. Hélas, ici, on ne parle plus de compétence, de modèle. On magnifie les éventreurs de coffres-forts, les égorgeurs, etc. On imagine la douleur que doivent éprouver ceux qui écoutent ces gens.

Écrit par : sily camara | mercredi, 03 juillet 2013

Les commentaires sont fermés.