topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

samedi, 06 juillet 2013

AFRIQUE: L'OBAMANIA EST RETOMBEE

OBAMANIA RETOMBEE. AFRIQUE.jpg

 

«L’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts, mais de fortes institutions». C’est la phrase célèbre que prononça en 2009 le président des États-Unis, Barack Obama, devant le Parlement du Ghana, lors de son premier voyage en terre africaine. Quatre ans plus tard, les espoirs des Africains dans le nouveau président américain, considéré au début de son mandat comme le messie en passe d’apporter la démocratie, la paix et le développement sur le continent noir, ont cédé la place à une grande déception. Obama a trahi ses origines africaines en poursuivant la politique impérialiste de son prédécesseur, George Bush. Ces deux-là ont finalement pour point commun d’avoir défendu bec et ongles les intérêts étasuniens.

Cette tournée africaine de Barack Obama suscite dans ce contexte peu d’enthousiasme. La fièvre de l’obamania, qui a secoué le monde en 2008 et 2009, est retombée. Les dernières affaires (Wikileaks et Snowden) ont écorné un peu plus l’image d’Obama et démontré les limites de l’attachement des États-Unis à la démocratie et aux libertés fondamentales dont ils se font pourtant les chantres.

Le choix de se rendre au Sénégal, en Tanzanie et en Afrique du sud n’est évidemment pas un hasard. Obama veut rendre hommage aux trois grandes démocraties africaines. À Pretoria, le locataire de la Maison blanche devait rencontrer Nelson Mandela, mais la faiblesse actuelle du plus célèbre dirigeant noir de l’ère moderne a rendu impossible la rencontre entre les deux hommes.

En Afrique, les « institutions fortes » vantées par le président étasunien au Ghana ont été foulées aux pieds. La Libye en est le meilleur exemple. L’Oncle Sam a réussi à évincer son grand rival Mouammar Kadhafi qui avait suscité la crainte des occidentaux en prenant la tête de l’Union africaine en 2002. Il faut dire que son projet de créer une banque centrale africaine, une monnaie unique et, crime de lèse-majesté, une force militaire unifiée, n’allait pas vraiment dans le sens des intérêts étasuniens.

Pendant qu’Obama tente de reconquérir le cœur des Africains, son déplacement fait l’objet d’une immense polémique aux États-Unis. Son coût est estimé entre soixante et cent millions de dollars. Une fourchette parfaitement crédible quand on sait que la dernière virée européenne du vice-président Joe Biden avait coûté un million de dollars pour deux nuits. De l’argent bien dépensé pour la presse locale. Selon le Fonds monétaire international, les pays de l’Afrique subsaharienne vont maintenir leur croissance estimée à 5,5 % jusqu’à la fin de l’année 2013. En 2014, elle devrait être en légère progression dans la région pour atteindre 5,7 %. La Maison blanche a dans un communiqué souligné la nécessité de renforcer l’investissement et le commerce.

En 2011, les exportations des États-Unis vers l’Afrique ont été évaluées à 21,1 milliards de dollars. Une augmentation de 23 % en un an. Selon le bureau du représentant du commerce étasunien, les principaux produits à l’exportation sont les machines (4.000 millions de dollars, soit une augmentation de 15 % par rapport à l’année précédente), les véhicules (3,5 milliards de dollars, soit une augmentation de 42 %), le pétrole brut (1,8 milliards d’euros, soit une augmentation de 30 %) et les céréales (1,7 milliards de dollars, soit une augmentation de 31 %). Le commerce avec l’Afrique se porte bien.

À la veille de l’arrivée du président Obama au Sénégal, le Premier ministre sénégalais, Abdoul Mbaye, espère que « cette nouvelle alliance entre Dakar et Washington pourra avoir des retombées sur plusieurs aspects », citant entre autres l’agriculture, l’énergie et la sécurité. Lors d’un entretien donné à une station radio locale, il s’est dit convaincu que « la visite d’Obama sera l’occasion pour les États-Unis de consacrer le Sénégal comme modèle démocratique pour l’Afrique tout entière ».

D’un côté, l’Oncle Sam célèbre les pays démocratiques… et de l’autre il continue de sceller les plus obscures alliances. Comme celle avec le président rwandais Paul Kagamé, qui est accusé par les Nations-Unies de piller le sol de la République démocratique du Congo… Ou avec le président ougandais Yoweri Musenevi, un dictateur au pouvoir depuis 1986 qui compte faire assassiner ceux qui s’opposeraient à sa volonté de désigner son fils, Muhoozi Kainerugaba, comme successeur. Le 20 mai, la police avait interdit de publication deux journaux indépendants, le Daily Monitor et le Red Pepper, et empêché la radiodiffusion de deux stations qui avaient publié une lettre du général David Sejusa Tinyefuza, aujourd’hui en exil au Royaume-Uni. Il dénonçait la tentative de transfert de pouvoir.

Le 30 mai 2011, le New York Times attirait l’attention sur le cas du président de la Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema, au pouvoir depuis 1989 avec la complicité active des diplomates et hommes d’affaires étasuniens. Comme le formule joliment le quotidien new-yorkais, « le fait qu’il soit très critiqué en matière de libertés élémentaires n’a pas fait obstacle à un large et diplomatique engagement américain ». La Guinée est le quatrième exportateur africain de pétrole, grâce notamment aux investissements des compagnies étasuniennes Chevron, Marathon Oil et Noble Energy. Deux ans ont passé et Nguema est toujours au pouvoir.

Barack Obama n’a pas manqué lors de son passage au Sénégal de visiter l’île de Gorée. « En tant qu’Africain-Américain et président africain-américain, la visite de ce site me donne des motivations plus fortes pour lutter en faveur des droits de l’homme dans le monde », a-t-il déclaré, reprenant ses esprits après « ce moment très puissant ». Mais les faits sont décidément têtus et nous montrent qu’aux États-Unis, il n’existe qu’un seul parti - celui du business – composé de deux factions, les « démocrates » et les « républicains », dont Obama et Bush ont été respectivement jusque-là les meilleurs représentants.

 

Capitaine Martin


Source: RESISTANCE POLITIQUE.FR

Commentaires

C'est un constat réel, surtout en Afrique et au Moyen-orient. Les gens en avaient marre de la politique guerrière des Bush. On attendait qu'Obama pacifie les rapports des Etats-unis avec le reste du Monde. Hélas, il est venu, lui aussi pour guerroyer. Au Pakistan, en Syrie, en Libye et en Côte d'Ivoire où il a donné son aval à une certaine "communauté internationale" pour déstabiliser des nations en paix. On n'oublie pas ses menaces à l'encontre de l'Iran et de la Corée du nord, la carte blanche donnée à Israël pour massacrer à Gaza. En fait, la politique étrangère des Etats-unis n'était pas aux mains d'Obama. C'est plutôt lui qui était l'instrument au service d'une politique barbare, fasciste, néo-colonialiste déjà établie, au service de son pays. Le mythe Obama est vite tombé.

Écrit par : sily camara | samedi, 06 juillet 2013

Cher SILY CAMARA,

Entièrement d'accord avec toi! En réalité, OBAMA ne maîtrise rien du tout. C'est le "nègre de la maison", en parfaite conformité avec la culture esclavagiste ancestrale des Américains.

Il est payé pour la fermer et exécuter les ordres de l'oligarchie secrète et occulte qui dirige les Etats-Unis, depuis des siècles.

Ce faisant, il n'a le droit que de se rendre disponible et se plier à la volonté de ses maîtres, les véritables gouvernants (de l'ombre) des USA, chefs des hautes sphères financières et économiques du pays de la bannière étoilée, qui s'enrichissent par les guerres, la vente mondial d'armes et le trafic de drogue international.

Faisant et défaisant les gouvernements de la planète qui ne leur sont pas soumis ou dont ils convoitent les richesses (Irak, Afghanistan, Libye, etc), ou encore qu'ils instrumentalisent pour asseoir leur hégémonie dans toutes les régions du monde (Arabie Saoudite, Turquie, Qatar, Egypte, etc) et complotant contre l'humanité qu'ils anéantissent par l'exaltation de vices contre-nature (transsexualisme, pédérastie, lesbianisme, bisexualité).

Sinon, comment comprendre qu'il vienne en Afrique, sa patrie, faire campagne pour la promotion et la protection des droits des homosexuels??? N'avons-nous vraiment pas d'autres problèmes plus urgents? A la vérité, il n'est qu'un piètre individu, façonné par les cercles occultes illuminatis, servile jusqu'à la moelle, qui se tape le sale boulot de l'heure.

Ce monde me rend vraiment MALADE!

Écrit par : Dindé | samedi, 06 juillet 2013

Les commentaires sont fermés.