topblog Ivoire blogs

vendredi, 02 août 2013

GUERRE DES CLANS AU PDCI: BEDIE VEUT NEGOCIER, KKB DIT NIET

 

KKB.jpg


Rebondissement - Guerre des clans au Pdci: Bédié veut négocier avec KKB. Ce dernier dit NON et crache du feu "On ne peut pas faire son temps et le temps des autres".

 

Un rebondissement inattendu vient de se produire au sein du Pdci-Rda où la guerre des clans qui secoue le parti houphouétiste fait rage. Selon nos informations, Henri Konan Bédié, désagréablement surpris par l'ampleur de la fronde contre lui, a commencé à être habité par la lucidité et à mettre de l'eau dans son vin. Il a demandé à négocier avec Kouakou Konan Bertin dit KKB, candidat déclaré contre lui à la présidence du Pdci, et qualifié il y a peu par lui de "soldat perdu", au point qu'il refusait de le recevoir malgré ses demandes d'audience répétées.

Cette demande de négociation d'Henri Konan Bédié à KKB, comme fallait s'y attendre, a fait l'effet d'un tremblement de terre au sein Pdci et montré la perte d'influence du "Sphinx" de Daoukro, d'ailleurs rentré précipitamment de Paris il y a quelques jours, pour faire face à la fronde de 25 députés de son parti, emmenés par Yasmina Ouegnin.

Du côté de Paris et de toute l'Europe, c'est également l'hémorragie. En effet, tous les délégués du parti autour de madame Léontine Howa, déléguée générale du Pdci en France, ont dit NON à son maintien à tête du parti, lui coupant du coup toute base arrière européenne.

La réponse de KKB à la demande de négociation de son "père" Bédié ne s'est pas faite attendre. Il a immédiatement opposé une fin de non recevoir à la demande de ce dernier, et a réaffirmé sa candidature à la présidence du parti, candidature qu'il juge désormais irréversible.

Konan Bédié a donc décidé de s'attacher les services d'un médiateur, puisque le fils KKB ne veut pas de dialogue direct. Il a selon nos sources choisi un médiateur en la personne du doyen Camille Alliali pour ramener KKB à la raison, et laver le linge sale en famille.

L'ancien ministre d'Etat d'Houphouët Boigny, qui jouit d'une très grande influence et d'un grand prestige au Pdci, prend sa mission très au sérieux et aurait déjà pris langue avec KKB pour une rencontre avec Bédié qui pourrait se tenir à son domicile ou dans son village natal de Kankro. Mais encore faut-il que KKB accepte le principe, le contenu, et les modalités d'une telle rencontre. Au moment où nous mettons sous presse, c'est toujours le NON du côté de KKB, surtout s'il s'agit de renoncer à sa candidature à la présidence du Pdci.

Il l'a encore reaffirmé hier à Lakota où il était en déplacement chez ses parents maternels. A l'endroit de sa défunte mère, il a déclaré: "Je suis venu ce matin saluer la famille, prendre des souvenirs de ma mère qui a tant souffert pour moi. Qui, si elle était en vie, serait fière de moi".

Et de dire sa pitié pour tous les détracteurs au sein du parti qui l'accusent de ne pas être Baoulé: "J’ai pitié pour ses gens qui disent que je ne suis pas Baoulé mais Dida. Est-ce que chacun choisit le ventre d’une femme où il veut rester ? Moi, je n’ai pas choisi Koffi Kouadio Mathieu qui a quitté Bocanda pour venir prendre Dago Delphine. Elle m’a mise au monde et je suis fier d’être Baoulé et fier d’être Dida. Je demande à chacun d’être fier de ses origines. Le Dida de Lakota fait frontière avec les Bété de Gagnoa et c’est là-bas que mon père est mort. Dans quelques semaines, j’irai à Obodroupa. Je suis aussi Bété. Je suis serein parce que je ne crains rien et je suis convaincu de ce que je fais. Je le fais dans l’intérêt du parti et pourquoi pas de la Côte d’Ivoire. Quand on fait le combat d’un peuple, c’est qu’on est en mission commandée par Dieu. Je n’ai aucune crainte, j’accomplis ma mission".

Il a ensuite confirmé à ses parents maternels et aux militants du Pdci, ses intentions à briguer le poste de président du PDCI: " On dit que pour être candidat à la présidence du PDCI, il faut avoir 40 ans, j’ai dépassé les 40 ans, il faut avoir fait 10 ans au bureau politique, j’ai fait 12 ans, 12 ans au secrétariat, je suis député à l’Assemblée nationale, je suis vice-président du groupe parlementaire, il reste quoi encore ? Je suis candidat à la présidence du PDCI".

Il a profité de l'occasion pour assener ses vérités à Konan Bédié: "Dans la vie, on ne peut pas faire son temps et faire le temps des autres. Je ne suis pas de ceux qui s’opposent à son âge. Son âge ne constitue pas un problème, au contraire, je prie Dieu pour qu’il vive longtemps et il vivra longtemps. Mais en même tant, je dis qu’il y a un temps pour tout".

Voilà qui est clair comme de l'eau de roche et qui donnera à coup sûr du fil à retordre au doyen Camille Alliali, le nouveau médiateur dans la guerre entre KKB-Bédié.

 

Eric Lassale


Source: IVOIREBUSINESS.NET

Commentaires

Les sages de chez nous disent: " celui qui ne comprend pas vite comprend toujours à ses dépens". Même s'il ne réfléchissait que par le ventre, Bédié commence à décoder les signes du temps. On ne peut pas avoir fait son temps et vouloir encore faire le temps des autres.

Écrit par : sily camara | samedi, 03 août 2013

Il y a 52 ans de ça, Bédié devenait ambassadeur à Washington. Il y a 47 ans de ça, il devenait ministre de l'économie et des finances (Gbagbo était étudiant). Il y a 33 ans de ça, il devenait président de l'assemblée nationale. Il y a 20 ans de ça, il devenait président de la république. Il y a 14 ans de ça, Bédié devenait vagabond. Mais, il s'accroche, il espère...Plutôt que de chercher la grande porte, il tient à sortir de la politique par les égouts, tout couvert de "caca". Tout honteux. Parce qu'il tenait à être de toutes les époques.

Écrit par : sily camara | samedi, 03 août 2013

"Dans la vie, on ne peut pas faire son temps et celui des autres" ! L'expression est belle. Il faut savoir se résoudre et arracher la barre du navire au capitaine qui nous conduit à notre perte pour satisfaire le contrat passé avec l'ennemi.

Il appartient donc à la nouvelle génération de se déclarer ouvertement désireuse du changement de direction qui passe par le changement du chef devenu incompétent. Je le disais déjà dans mon article "Konan Bédié, nous irons tous pisser sur votre tombe, à la queue leu leu". Si cette génération laisse Konan Bédié tenir la barre du navire encore des années, comme l'ancienne génération a trop longtemps laissé faire Houphouët-Boigny, la Côte d'Ivoire sera définitivement perdue. C'est tout simplement ce que Ouattara attend pour crier victoire.

Écrit par : St-Ralph | dimanche, 04 août 2013

Les commentaires sont fermés.