topblog Ivoire blogs

jeudi, 15 août 2013

COTE D’IVOIRE - DEBAT SUR LA NATIONALITE ET LE FONCIER: LE CHEF DE VILLAGE DE SEGUELA MET OUATTARA ET LES ETRANGERS EN GARDE


ALASSANE OUATTARA ET LES CHEFS TRADITIONNELS.jpg

Audience de Ouattara aux chefs traditionnels, le 5 juillet 2013, à Abidjan.

 

Alassane Ouattara veut faire un passage en force sur les questions brulantes de nationalité et du  foncier en Côte d’Ivoire. Une session parlementaire extraordinaire est même convoquée à cet effet. Au cours d’une rencontre discrète  tenue  récemment à Séguéla, le chef de village de la localité a fermement mis en garde les étrangers vivant dans sa localité quant à leur velléité d’acquérir la nationalité ivoirienne pour devenir par la suite des propriétaires terriens.


La rencontre convoquée par Mr Diomandé Megbema s’est voulue discrète. Elle s’est tenue le dimanche 4 aout 2013 après la prière de rupture du jeûne de 19h à son domicile sis au quartier Diomandé à Séguéla non loin du carrefour Mogokolo. Tous les responsables des communautés étrangères Bukinabé, Maliens, Guinéens et autres étaient présents. Le nouveau Maire de la ville  y avait délégué un représentant.

D’entrée, le chef de village de Séguéla s’est voulu très clair; «Il me revient que vous faites des démarches  assidues auprès de Alassane Ouattara pour avoir la nationalité ivoirienne et devenir par la suite des propriétaires terriens Ici. Je vous dis que cela ne sera pas possible. Si c’est vous alors allez retirer ces demandes dès maintenant. Même Tekala qui est un village frontalier à Seguela ne peut même pas revendiquer une portion de terrre à seguela à plus forte raison vous». Les étrangers ont acquiescé et se sont retirés. Le chef de village n’entend pas s’arrêter à ce niveau. Il compte rencontrer très bientôt Ahmed Bakayoko ministre de l’intérieur et  fils de Séguéla pour lui exprimer ces préoccupations dès maintenant. Comme on peut aisément le constater le débat sur la nationalité et le foncier est donc bien lancé en Cote d'Ivoire. Pas seulement au sud mais également au Nord et  partout dans le pays.


Correspondance particulière de Anasthasie Ehoulan.

Commentaires

Que les Ivoiriens du nord reconnaissent que la loi de Ouattara sur la naturalisation en masse des étrangers et leur occupation des terres du pays qui concerne également leur zone est une excellente chose. Jusque là, ils croyaient que c'étaient ceux du sud qui devront partager leurs terres avec les Maliens et les Burkinabés. Qu'ils n'oublient pas que là où les étrangers pourraient passer inaperçus, c'est bien au nord: mêmes noms, mêmes religion ! Au sud, demain nous pourront toujours contester leur légitimité. Aller au nord faire la différence entre un Mamadou Koulibaly ivoirien et un Mamadou Koublibaly burkinabé ! A vous de voir, chers frères. Nous allons nous compter, zone par zone !

Écrit par : St-Ralph | jeudi, 15 août 2013

Il y a des sujets qui sont tellement sensibles qu'on les aborde comme si on marche sur des oeufs. La nationalité et la terre sont de ces sujets. Ouattara, avec sa méconnaissance de la Côte d'ivoire pense que tout lui est acquis au nord. Le milieu rural et même les députés du nord, les vrais ivoiriens vont le ramener à l'ordre quand le moment sera venu de dévoiler son complot contre les ivoiriens.

Écrit par : sily camara | jeudi, 15 août 2013

Les commentaires sont fermés.